Poppers, effets, risques, témoignages

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Share/Save/Bookmark
Aller à : navigation, rechercher

Poppers est l'appellation commune attribuée à des dérivés nitrés : nitrites d’amyle, nitrites de butyle, ou nitrites d'isopropyle. Ce sont des vasodilatateurs. En France, les poppers ne sont pas considérés comme des stupéfiants mais une partie de la législation correspondante leur était appliquée : l'arrêté du 29 juin 2011 interdisait la vente de tous les poppers (nitrites d'alkyle aliphatiques, cycliques ou hétérocycliques et leurs isomères). Cet arrêté a été annulé par le Conseil d'Etat le 03 juin 2013[1]. La vente de poppers n'est donc théoriquement plus interdite. De plus, l'usage de poppers n'est théoriquement pas interdit non plus puisque la seule restriction concernait la vente. Selon le baromètre santé 2010, les poppers sont de plus en plus populaires : 5,3% des 18-64 ans en ont consommé au cours de leur vie.

Histoire brève

En 1844, le chimiste français Antoine-Jérôme Balard synthétise le nitrite d’amyle, et en 1867, l’écossais Thomas Lauder Brunton découvre l’intérêt cardiologique du nitrite d’amyle pour soulager les spasmes coronariens dans les cas d'angine de poitrine. Il sera remplacé par d’autres dérivés nitrés, dont la trinitrine, mais pas avant la moitié du XXe siècle.

Dès les années 1970, le remplacement du nitrite d'amyle par la trinitrine en cardiologie pousse la société pharmaceutique qui le fabriquait à chercher d'autres filières d'écoulement. Elle parvient donc à convaincre l'US Army d'en incorporer au paquetage des soldats envoyés au Vietnam, pour les "stimuler".

Les poppers à nouveau en vente dans un sexshop en 2013

Sous la pression commerciale, la FDA (Food and Drugs Administration) en autorise la vente libre, puis recule devant les premiers accidents. Les poppers deviennent des aphrodisiaques populaires, et circulent dans les milieux homosexuels pour leurs effets sur la sexualité, puis se répandent dans une population plus jeune, davantage attirée par les effets euphorisants. Mais devant les premiers accidents (glaucomes, brûlures, crises cardiaques..), les poppers sont interdits à la vente.

En France, les poppers à base de nitrites de butyle et de pentyle sont interdits en 1990, tandis que ceux contenant du nitrite d'alkyle restent autorisés... jusqu'au 29 juin 2011, où tous les poppers sont interdits à la vente en France.[2] Mais cet arrêté, attaqué par le SNEG, New Millenium Production et Men's Club, a été annulé par le Conseil d'Etat le 03 juin 2013. Le Conseil d'État a motivé sa décision sur deux points principaux : la faible toxicité du produit aux doses habituelles de consommation et l'absence de pharmacodépendance et d'abus.[3]

Qu'est ce que c'est ?

Aspect : à quoi ça ressemble ?

Les poppers se présentent généralement sous la forme d’un liquide transparent jaunâtre très volatil et inflammable contenu dans une fiole brune ou ambrée de 8 à 30 ml.

Les autres noms et surnoms

Pop, et les noms commerciaux : Rush®, Jungle Juice®, Pig Juice®, Fuck Me®, Sex Line®, Gate®, Hot®, Bronx®, Girly Power®, Wesh Cousin®,...

Le prix

entre 8 et 15 € la fiole

Les modes de consommation

L’utilisation préconisée est de laisser le flacon ouvert dans une pièce et de laisser se diffuser les vapeurs dans l’air ambiant. Cependant, l’usage récréatif (généralement déconseillé) consiste à renifler directement les vapeurs avec le nez au-dessus de la fiole. Une autre méthode consiste à aspirer les vapeurs par la bouche, ce qui à l'avantage de préserver les narines des croûtes.

« Je le prenais par la bouche en faisant un conduit avec ma main pour pas avoir de contact direct avec le flacon et ça marchait vachement mieux que par le nez  »
-(Source, clemz, Psychoactif)
« Alors, il vous faut :

- un flacon de poppers - une clope

Puis, vous trempez la clope dans le flacon un instant, le refermez (lol), et tirez 2 ou 3 bonnes taf sur la clope comme si vous la fumiez.

Effet : chaud, très chaud, fou rire, sol mouvant... mais seulement 5 min.

 »
-(Source, Evalyne, Psychoactif)

Les effets recherchés

Les effets des poppers sont immédiats (quelques secondes) et ne durent pas plus de 2 minutes. Tous les poppers (les différents nitrites) ont les mêmes effets à quelques subtilités près.

Les poppers sont utilisés pour leurs effets euphorisants et désinhibants, Ils provoquent des bouffées vertigineuses brèves, des sensations de chaleur interne et exacerbent la sensualité. Ils sont surtout utilisé dans les relations sexuelles parce qu'ils augmentent la durée de l'érection, amplifient les sensations orgasmiques, retardent l'éjaculation et favorise la pénétration annale (détend les muscles lisses). Ce sont aussi des désinhibiteurs permettant de faire reculer ses limites tout en intensifiant le plaisir ressenti. Il sont parfois utilisés pour aider la montée d’ecstasy ou de LSD.

« Mais bien bourré, je me rappel qu'un petit sniff des vapeurs du produit, accélérais mon rythme cardiaque (sûrement ce qui doit jouer dans le fait que cela fasse "plus" bander"), donnais une chaleur intense et une bonne désinhibition de 2min max.  »
-(Source, Lloigor, Psychoactif)

(les fautes d'orthographe ont été conservées)


« Perso, j'ai découvert le poppers aux alentours de 16 ans (24 maintenant). On s'était acheté un flacon avec quelques potes (Acheté dans un sexshop sans avoir 18 ans, mais bon, ils n'étaient pas très regardant faut croire....) et on prenait ça pendant les cours, au fond de la classe. On devenait tout rouge l'espace d'une minute et on pétait de rire. La prof ne comprenait jamais ce que nous valait ces fous rires. On a dû acheter quelques flacons, 2-3 je dirais, puis ça nous est passé. Les effets ne sont pas incroyables, une bouffée de chaleur dans tout le corps, le coeur qui palpite, une légère euphorie et hop, le coeur qui se calme et 1 min 30 après retour à la normale, avec parfois (Surtout si l'on en prend beaucoup) un petit mal de tête mais rien de très important.

Me souviens qu'une fois en festival, 2 ans après environ, on avait croisé un type qui nous en avait proposé. On en a pris, rebelote, "effets marrants" mais le lendemain, des croutes jaunâtres sous le nez. J'avais dit à ma mère que mon nez avait gercé, en plein été, assez douteux mais je ne pense pas qu'elle pouvait s'imaginer à un seul instant que ces croutes étaient dû à l'inhalation de solvant. Ca m'avait un peu refroidi, parce qu'on avait dû prendre deux hits, je n'en avais même pas renversé et on était 2 sur 3 à avoir été brulés.

Et puis, récemment, l'envie d'explorer de nouveaux horizons, ou plutôt de nouveaux orifices avec ma copine m'a fait en racheter. Je dois dire que nous avons été très agréablement surpris. Nous avons choisi l'usage détourné consistant à sniffer directement les vapeurs au-dessus du flacon plutôt que de laisser le flacon s'évaporer dans l'air. Je n'ai jamais essayé cette pratique, un flacon coute entre 10-15 euros, ce qui fait un peu cher sachant que comme le produit est super volatile, le laisser ouvert dans la pièce revient à utiliser toute la bouteille en une seule fois.

A priori, on avait décidé d'utiliser le produit pour ses propriétés vasodilatatrices et force est de constater que ça fonctionne. Nous avons expérimenté sur elle et sur moi. Lors de la bouffée de chaleur ressentie immédiatement après l'inhalation, on a plus vraiment conscience de son corps. Je m'explique : Lors d'une pénétration anale, on peut parfois ressentir une gêne, avoir le sentiment que quelque chose se situe là où elle ne devrait pas (Comme un suppositoire quoi....), ce qui n'est pas vraiment agréable. Avec le poppers, c'est étrange, parce que cette chaleur enveloppe le tout et on n'a absolument plus la sensation d'avoir quelque chose en soi. Lors d'une stimulation, c'est assez agréable. Parce qu'on se retrouve dans une "bulle de plaisir" sans avoir le sentiment d'être pénétré. Pourtant le plaisir monte et si exécuté en même temps qu'une masturbation, ça peut donner des éjaculations très intense. Tout ça dans une atmosphère de poppers.

Sur elle, c'est la même chose. Elle s'en est étonnée : "C'est rentré ?" alors qu'avant, il y avait une petite gêne. Après, ce n'est pas le produit miracle. Si c'est trop gros, c'est trop gros et ça fera quand même mal.

Donc voilà, pour l'effet vasodilateur, y'a pas d'arnaque. L'autre effet, que j'ignorais et qui nous a agréablement surpris, c'est tout simplement de faire l'amour "normalement" sous poppers. Lors de l'inhalation, j'ai le sentiment que tout se trouble et qu'à 1 m de moi il n'y a rien. Je suis complètement dans l'ivresse du poppers pendant 1 min 30. Et chaque pénétration me procure un grand plaisir. Je suis déconnecté de la réalité et complètement absorbé dans cette bulle de sexe (et d'amour smile parce que j'estime qu'il faut être à l'aise avec son partenaire pour se lâcher comme ça) et de poppers. Et franchement, c'est très bon. Je ne pensais pas et j'ai vraiment compris tout l'intérêt du produit que récemment. C'est quelque chose de très plaisant. Elle aussi ça lui a plu, le poppers mêlé aux pénétrations ont donné "quelque chose de très fort".

Je me suis permis de squatter ton topic pour raconter cela, parce qu'au final, ça manquait un peu de descriptif dans les différents topics du forum et puis c'était une chouette expérience que j'avais envie de partager.

Pour répondre à ta question, je dois dire que moi aussi ça m'arrive de me masturber avec ce produit. Mais je n'ai jamais vraiment eu d'effets secondaires donc tes questions m'intéressent aussi.

Je pensais que le poppers était un seul et unique produit mais il semblerait qu'il y ait plusieurs formules. Ici je suis en possession du traditionnel "Rush" dont tu parles. Celui que j'ai le plus utilisé. Il s'agit (selon ce qu'il y a marqué sur la bouteille) d'isopropyl nitrite. J'ai récemment acheté du "Rush EXTRA STRONG", plus cher ( 25 euros dans mon sexshop, mais je sais que les prix varient un peu selon la tête du client donc bon, possible que je me sois fait arnaquer), chose étrange, il n'y a aucune formule indiquée sur la bouteille (J'ai dû l'arracher en ouvrant la bouteille) ( http://www.cool-mania.fr/mini/w-220-220/data/product/rush-ultra-strong.jpg c'est celui présenté ici dont je parle) : L'odeur est caractéristique et très différente du poppers "normal". J'ai du mal à la qualifer... Ca sent ce que ça sent. Entre l'essence et l'huile de lavande (mais n'espérez pas imaginer l'odeur grâce à ma description ,je la trouve moi-même plus que douteuse) Les effets sont sensiblement différents aussi, je trouve l'effet "intense" (effet "vague de chaleur") moins prononcé, les palpitations aussi, par contre les effets "résiduels" (mal de tête, , sensation de fatigue) plus long et je dois dire que je n'aime pas trop ça. J'aime bien le fait que lorsque je prends du poppers, je suis complètement ailleurs pendant 1m30 mais 10 minutes après je me sens comme si je n'avais rien pris. Quelqu'un aurait-il des infos sur ce poppers "NEW FORMULA" ?

Je suis allé au sexshop (Il m'avait vendu le Rush Extra Strong New Formula comme une nouveauté) lui faire une review et en même temps acheter un nouveau flacon d'ancienne formule. Pour me remercier de ma review, il m'a offert un autre flacon à tester (Geste commercial... Mhhh merci pour mes neurones. hmm ) Cette fois-ci, il s'agit d'une autre marque : Jungle Juice. Il m'a proposé le choix entre du jungle juice platinium (présenté comme la "formule normale" ) et une autre version "jungle juice" (Black Label, Extreme Formula). J'ai choisi cette dernière. Cette fois-ci sur l'emballage je trouve une formule "Pentyl Nitrite" différente de celle sur le Rush traditionnel. Je ne l'ai pas encore testée. Je vous dirai quoi si ça intéresse quelqu'un. Si l'odeur est la même que mon rush extra strong, j'en concluerai qu'il existe deux types de poppers et que je préfère les formules normales

 »
-(Source, YLP, Psychoactif)


« Oui, pour moi le poppers n'a d'intérêt que dans un contexte sexuel.

Le flash du poppers est immédiat quand il est inhalé. Ça se passe dans la minute qui suit. Et ça dure très peu de temps. Pas plus d'une minute. Mais ça peut se piloter psychologiquement. On peut mieux maîtriser le processus avec l'expérience. En effet, la tolérance est construite très vite. Le flash n'est donc pas répétitif. Le poppers n'a donc pas grand intérêt en soi.

En revanche, il décuple le plaisir sexuel. Pour ma part, je n'expérimente le poppers que dans un contexte de pratiques anales. Je ne sais comment décrire le phénomène. L'ivresse du poppers, la chaleur qui monte aux joues, le cœur qui bat légèrement plus vite, la vue qui se trouble très légèrement, s'accompagnent d'une relaxation du bas-ventre. Le rectum se décontracte et s'assouplit, probablement la prostate est plus facile à stimuler. Quant à la bouche de l'anus elle-même, elle devient hypersensible. Bref, la stimulation anale sous poppers procure facilement un orgasme inédit. Hier, bien stimulé, en gérant au mieux ma tolérance, avec une consommation limitée à un coton-tige imbibé, à 3 reprises, j'ai réussi à avoir 3 rushes de poppers et 3 orgasmes en une demi heure. J'ai bien géré l'inhalation par la bouche en suçant le tuyau, en la combinant avec la respiration par le nez pour avoir de l'air frais. En l'occurrence, je l'ai fait seul, comme toujours d'ailleurs. J'ai consommé extrêmement peu de produit. J'ai d'ailleurs comparé 2 molécules différentes. L'une ne m'a rien fait, l'autre en revanche m'a permis les 3 rushes. Mais tout ça est très personnel, est très variable, je ne crois pas que ce soit intéressant d'indiquer les marques des produits j'ai utilisés. Il est d'ailleurs très difficile de savoir quelle est la molécule qui correspond à chaque marque, ça n'est même pas écrit sur les fioles…On devrait rendre obligatoire la publication de la composition chimique des poppers qui sont distribués légalement.

 »
-(Source, Bootspoppers, Psychoactif)

Les risques de la consommation de poppers

Dangerosité et dommages du produit selon différents classements

Echelle de classment des dommages créés par différentes drogues.2007 [4]
Le cube de la dangerosité pharmacologique, selon Alain Morel[5]



Les effets secondaires

Les poppers peuvent provoquer des vertiges, des maux de tête parfois violents, et augmentent la pression interne de l'œil.

Entre 1999 et 2009, les seuls centres antipoison français ont été contactés à 794 reprises pour des cas liés aux poppers. Dans 133 cas, les conséquences ont été graves, avec des effets secondaires allant des troubles respiratoires ou cardiaques aux convulsions, avec 29 comas et 5 décès.

Parmi les troubles fréquemment rencontrés, des problèmes visuels apparaissant immédiatement ou jusqu’à 3 jours après la prise : intolérance à la lumière, vision colorée, points lumineux dans le champ visuel, mais surtout baisse de l’acuité visuelle ont été recensés, de manière parfois persistante.[6]

« Bonsoir, pour ma part j'ai essayé pour la première fois le poppers ce samedi en boîte (accompagné d'une perche de taz) durant la soirée quand j'avais pas la motiv de taper du pieds j'en sniffais un bon coup et hop sensation dans tout le corps, chaleur jusqu'aux oreilles et ça me reboostait pour aller danser. Moi je l'ai utilisé comme ça. Néanmoins, j'en ai beaucoup trop abusé (j'en prenais tout les 5mn, bien une soixantaine de fois dans la soirée). J'ai alors commencé à avoir des vertiges et une forte envie de vomir. Le lendemain j'ai pu remarquer que ma vue a drôlement baissé et je vois comme un point lumineux au milieu de mon champs visuel  »
-(Source, ju22, Psychoactif)
« Pour ma part j'en consomme de temps en temps et c'est vrai que durant quelques jours (3 jours environ) j'ai de très léger troubles de la vision : lumière un peu plus intense et plus de difficulté à lire les petits caractères (heu à moins que ça soit la vieillesse ça (-: ) je fatigue plus vite devant la télé ou l'écran d'ordi.  »
-(Source, rebelyon, Psychoactif)
« L'éblouissement après des abus, j'ai connu ça deux fois. Il y avait une tache au centre de la vision. Par exemple impossible de lire une plaque d'immatriculation car le blanc était trop éblouissant. Ca a duré presque une semaine.  »
-(Source, ratus, Psychoactif)

Renifler les vapeurs peut détériorer la muqueuse nasale, provoquer une inflammation au niveau des ailes du nez ainsi qu’une une dermatose faciale accompagnée de croûtes jaunâtres tellement significatives qu’on a donné au phénomène le doux nom de "poppers dermatitis".

« Je me souviens que souvent , je finissais le lendemain avec des croûtes sur les narines, totalement rongé par le produit. Plusieurs fois quand j'en abusais ça me collait d'énormes migraines à me clouer au sol (un seul pas, et j'avais l'impression que mon cerveau se cognait sur les parois)  »
-(Source, Lloigor, Psychoactif)

Les mélanges avec les poppers

Poppers + hallucinogène (champignon, LSD, mescaline...)
« Et un de mes meilleurs trips sous champis a été accompagné d'une bouteille de poppers (l'ancienne formule, pas le substitut minable d'aujourd'hui) qu'un pote avait apportée, et qui faisait remonter le trip à chaque fois que je redescendais. J'ai appris par la suite que le poppers pour faire durer le trip était une pratique courante chez les amateurs de champis, lsd, mescaline et cie...  »
-(Source, Lloigor, Psychoactif)
Poppers + Viagra®

Ne jamais associer poppers et Viagra® : risque d'arrêt cardiaque.

Poppers + alcool

Le mélange alcool et poppers favorise les maux de tête, les vertiges et les évanouissements

Dépendance, intolérance, accoutumance

Pas d'intolérance ou de dépendance physique observée, mais on décrit une dépendance psychique liée surtout au potentiel sexuel de ces molécules.

Poppers et grossesse

Les poppers franchissent la barrière placentaire et ont été identifié comme facteur de causalité pour certains syndromes du bébé bleu (méthémoglobinémie).

Comment réduire les risques

  • Veillez à ce que vos muqueuses (yeux, bouche, nez) n’entrent jamais en contact avec les Poppers, et ne jamais les boire (brûlures graves).
  • Ne jamais prendre des doses successives immédiatement (risque de surdose et danger de collapsus des fonctions circulatoires).
  • Ne jamais conduire immédiatement après avoir pris du poppers.
  • Le poppers est une substance très inflammable. Ne jamais approcher une flamme d'un flacon de poppers.
  • En cas de mal de tête et/ou de vertige, cesser l’inhalation et aller respirer de l’air frais
  • En favorisant une certaine excitation sexuelle, la prise de poppers peut aussi favoriser la prise de risque. Toujours avoir un préservatifs à portée de main !


Références

  1. Libération - 04/06/2013 : Les poppers pourront de nouveau être commercialisés en France.
  2. Poppers : publication au Journal Officiel de l'arrêté du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé
  3. http://www.pinkphenix.com/post/2013/06/07/309-Le-poppers-de-nouveau-autorise-mais
  4. Source:Article de Nutt, David, Leslie A King, William Saulsbury, Colin Blakemore du 24 mrs 2007 "Development of a rational scale to assess the harm of drugs of potential misuse" The Lancet 2007; 369:1047-1053. (PMID 17382831; doi:10.1016/S0140-6736(07)60464-4)
  5. Aide-Mémoire en addictologie (Edition Dunod)
  6. https://www.psychoactif.org/forum/t4343-p1-poppers-veut-mal-votre-petit-oeil.html


Liens