Amanita muscaria, microdosing / Les Blogs de PsychoACTIF

Amanita muscaria, microdosing 



En fin d'après-midi, j'ai préparé une nouvelle décoction d'amanite tue-mouche.

/forum/uploads/images/1589/amanita1.jpg


1,4g de chapeau séché au radiateur, dans environ 10cl d'eau, laissé frémir 20 minutes à feu très doux, réduit à environ 4cl. Filtré et mis dans un récipient stérilisé. Ca se conserve 2 à 4 semaines au frigo.
J'expérimente avec des amanites ramassées dans le sud du Jura, près de La Pesse, dans une pente orientée à l'Est, à environ 1300m d'altitude. J'en ai aussi quelques unes ramassées au Semnoz, près d'Annecy, aussi dans une pente orientée à l'Est.

J'ai fait la première décoction le 30 octobre 2019.
Je garde un journal de mes expérimentations en matière de santé. Je suis une geek de la santé, naturo à la retraite (à 43 ans, oui je sais c'est bizarre).
Je prends une microdose environ un soir sur deux, voir un soir sur trois (en fonction de la puissance de la décoction), pour traiter l'anxiété qui a flambé avec la périménopause (ça pourrait être en lien avec la chute des oestrogènes, qui affecte les récepteurs à la sérotonine, dixit une de mes anciennes formatrices en phyto).

Le millepertuis parvient à traiter le plus gros des angoisses et les pensées morbides, qui me foutaient bien la paix depuis que j'ai arrêté le gluten (2011), mais il restait une grosse anxiété assez gênante.
Ca marche super bien, faut avouer. Et je continue le millepertuis, qui aide bien aussi pour les troubles cognitifs (oui, la périménopause peut ressembler à un début d'alzeihmer).

Sur l'amanite, j'ai tout appris sur la chaîne youtube d'Amanita Dreamer, ensuite j'affine avec l'expérimentation.

Faut que je maintienne une dose relativement faible, sinon c'est cauchemars à la clé, voir expérience proche de la paralysie du sommeil, assez désagréable.
Avec une dose légère, ça stimule simplement la vie onirique, et je me réveille normalement vers 5h-6h après une bonne nuit, soit la dose est un peu plus forte (modérée) et je me réveille au taquet vers 3-4h.

La première fois que j'ai ingéré de l'amanite, le 27 octobre 2019, vers 19h, un microbout cru, gros comme le bout de mon petit doigt, j'ai à peine senti quoi que ce soit (peut-être une légère sensation d'ébriété, avec comme une sensibilité accrue à la lumière), mais la nuit qui a suivi j'ai fait un rêve magnifique, une très belle rencontre avec un magnifique jeune taureau blanc adorable: je l'avais vu au loin dans un champ, je l'avais appelé sans croire une seconde qu'il allait broncher, et il était venu, tranquillou, jusqu'à venir mettre son front contre le mien. Tout doucement, une grosse bête beaucoup plus imposante que les taureaux charolais qui pâturent parfois à côté de ma maison.
Ce taureau, il respirait la force et la gaieté de la jeunesse.

/forum/uploads/images/1589/ext-ouest.jpg


En vrai, je ne suis pas une morvandelle de souche. Je suis une jeune bouture qui va peut-être "prendre", ou pas. On verra.

Catégorie : Tranche de vie - 12 mai 2020 à  21:23

#amanita #amanite tue-mouche #anxiété #microdosing #périménopause

Reputation de ce commentaire
 
Cool, j'aime
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)



Commentaires
#1 Posté par : Drim 13 mai 2020 à  08:20
Excellent ça me rappel quelques belles balades en automne au milieux des amanites dans le parc du pilat.

Bon microdosage !!

Posté par : Drim | 13 mai 2020 à  08:20

 
#2 Posté par : kris68 13 mai 2020 à  11:56
Merci pour ces informations.
Cris

Posté par : kris68 | 13 mai 2020 à  11:56

 
#3 Posté par : Yopski 14 mai 2020 à  19:17
Quel beau pays le Morvan, encore un coin préservé, c'est rare ...
Beau texte wink

Posté par : Yopski | 14 mai 2020 à  19:17

 
#4 Posté par : Yotna 19 mai 2020 à  19:07

Yopski a écrit

Quel beau pays le Morvan, encore un coin préservé, c'est rare ...
Beau texte wink

Malheureusement pas tant que ça, les immenses forêts de pins douglas représentatives du Morvan n'ont rien d'une nature préservée, c'est la sur exploitation du bois qui a conduit à l'implantation de ces pins plus rentables.
Mais c'est vrai que pour les champignons on est bien loti !

Merci à l'auteur du blog pour ton texte, et aussi merci d'être venu dans non montagnes noires smile


Posté par : Yotna | 19 mai 2020 à  19:07

 
#5 Posté par : Yopski 19 mai 2020 à  20:58

Yotna a écrit

Malheureusement pas tant que ça, les immenses forêts de pins douglas représentatives du Morvan n'ont rien d'une nature préservée, c'est la sur exploitation du bois qui a conduit à l'implantation de ces pins plus rentables.

C'est vrai aussi mais dans mon département d'origine 90% des terres sont en culture de céréale. 95% des cours d'eau y sont pollué. Dans le Morvan, OK il y a les coupes rases, OK il y a des exploitants forestiers avec le Douglas, les sapins de Noël, mais franchement, 70% de la nature est préservée ici, les parcs à vaches ont tous des haies où la biodiversité explose, il y a énormément de forêts domaniales préservées. Et je parle bien de forêts à dominance Chênes/Hêtres/frênes/Charmes ... 95% des cours d'eau (du parc régional) ne sont pas pollués.
Bien sûr rien n'est parfait nul part, mais c'est une des régions les plus préservée que j'ai vu avec les alpes/jura/massif central (Je ne connais pas les pyrénées, mais ça doit le faire aussi sur le papier.. ). En gros, ce sont les régions de montagnes, mais pas si facile de vivre en altitude, le Morvan culmine à 900m, et une altitude moyenne autour de 400-600m c'est donc un super bon compromis je trouve wink
Content de connaître un autre Morvandiau en tous cas wink


Posté par : Yopski | 19 mai 2020 à  20:58

Remonter

Pied de page des forums