CIHKAL - Le troisième livre perdu. / Les Blogs de PsychoACTIF

CIHKAL - Le troisième livre perdu. 



C’est un fait peu connu, à plusieurs reprises, Alexander et Ann SCHULGIN ont eu l’opportunité de se rendre en Europe, à l’occasion de colloques et autres rencontres de sommités scientifiques. Notamment en France, où ils y avaient quelques connaissances, universitaires de toutes nationalités qui partageaient leur passion pour les neurosciences. Un couple de chercheurs franco-brésiliens, des amis proches et mécènes, alla jusqu’à mettre à leur disposition, sous l’égide du gouvernement français et de l'Académie des Sciences, un appartement privé situé dans le 6ème arrondissement de Paris, très exactement au 11-13, place Saint-Michel.

Les SCHULGIN s’y établirent, en général pour des séjours allant de quelques jours à quelques semaines, entre 1998 et 2011. Lors de leur dernier passage dans la capitale, ils travaillaient d’arrache-pied à la finalisation d’un projet qui leur était cher, la rédaction d’un troisième volet, CIHKAL, clôturant leurs deux précédents ouvrages (PIHKAL et TIHKAL), et cette fois-ci consacré aux substances psychotropes de la grande famille des cathinones.

Bien entendu, l’époque où ils faisaient leurs expérimentations eux-mêmes était révolue, pour des raisons évidentes liées à la cardiotoxicité de ces molécules et à l'âge déjà avancé de nos pionniers. Ils avaient pour cela des collaborateurs chargés, entre autres, d’explorer les propriétés de chacune des cathinones étudiées. Beaucoup d’entre elles, d’ailleurs, comme la méphédrone, étaient connues depuis des décennies, la synthèse de cette dernière ayant été pour la première fois rapportée en 1929 par le chimiste français Saem de Burnaga Sanchez dans le Bulletin de la Société Chimique de France.
/forum/uploads/images/1564/cihkal.jpg

L’ouvrage et sa maquette étaient prêts pour la publication, quand le couple SCHULGIN fut rappelé de manière précipitée à Berkeley en Californie, pour raisons familiales. Deux semaines plus tard, leurs logeurs, le couple franco-brésilien, décédaient dans un tragique accident d’avion au large de Salvador. Leur immeuble parisien fut mis en vente, et un événement fort regrettable, tout aussi inattendu, se produisit. Au milieu des déménagements, la concierge des lieux égara la malle qui contenait les affaires de la famille SCHULGIN. Dont le précieux manuscrit...

Ce troisième livre a donc été perdu, et ne fut publié que 15 ans plus tard, à titre posthume, reconstitué dans son intégralité sur la base des sources et notes diverses de l’équipe de biochimistes, de médecins-neurologues et d'ethnobotanistes qui avaient participé à son élaboration, sous le patronage de leurs guides respectés, le docteur Alexander SCHULGIN et son épouse Ann, de regrettée mémoire.

Catégorie : Expérimental - 29 juillet 2019 à  23:35

Reputation de ce commentaire
 
Info hallucinante, j'ai jamais entendu parlé de ça. Infiniment merci. Ocram
 
Pédagogique finalement Mr No
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)



Commentaires
#1 Posté par : Bootspoppers 29 juillet 2019 à  23:44
Merci...
St michel était donc un haut lieu de la joie psuchoactive.
Je trouve ca important de situer les lieux..
Je prevoirai personnellement une commémoration informelle dans ce quartier.

Posté par : Bootspoppers | 29 juillet 2019 à  23:44

 
#2 Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis 29 juillet 2019 à  23:49

Bootspoppers a écrit

Je prévoirai personnellement une commémoration informelle dans ce quartier.

Il me semble qu'une plaque commémorative existe, mais cette information reste à vérifier.


Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis | 29 juillet 2019 à  23:49

 
#3 Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis 30 juillet 2019 à  06:41
Bon. Je vous taquine. trompette

Ce n'est ni le 1er août ni le 1er avril, mais...

Tout ceci est de l'histoire-fiction, un récit inventé de toutes pièces auquel j'aurais voulu croire, moi aussi, désolée ! Et l'illustration, un vulgaire photomontage d'Helena la farceuse.

Si un tel livre existait, CIHKAL, je me précipiterais pour aller l'acheter, c'est sûr. Hélas, ce n'est pas le cas. Encore qu'on puisse imaginer qu'un tel ouvrage puisse exister dans un futur plus ou moins proche.
/forum/uploads/images/1564/cihkalsmall.jpg

Une histoire inventée ? Pas tout à fait. Je me suis largement inspirée d'un épisode de la biographie du grand compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos. Tout ce qui suit est vrai, cette fois-ci.

En 1918, celui-ci compose un recueil de pièces pour piano, A Prole do Bebê ou "La Famille du Bébé". Ce premier livre (les poupées) met en évidence son attrait pour le monde de l'enfance, qui s'exprime avec infiniment de poésie, au gré d'une écriture pianistique personnelle et virtuose, faite de mille détails et se nourrissant de thèmes populaires. Petites notes, glissandos, utilisation des registres extrêmes, contretemps, dissonances et instabilité tonale. Du grand art, encore dans le sillage de Claude Debussy, mort la même année, mais déjà si original.

En 1921 voit le jour le second livre (les animaux). Alors là, on passe un cran au-dessus. Plus virtuose, d'une palette harmonique encore enrichie, et d'une plus grande complexité rythmique, l'ensemble tend à une certaine abstraction. On songe à Béla Bartók. Ou à André Jolivet et son Mana de 1935 seulement. Tout le génie et l'émancipation d'Heitor Villa-Lobos sont contenus dans ces joyaux. Spoiler

Passons maintenant aux choses qui fâchent. On sait que la création de Rudepoêma, œuvre grandiose, surprenante d'audace et de liberté, s'est étalée de 1921 à 1926. Le troisième livre de A Prole Do Bebê (les sports) date de 1926. C'est dire si on pouvait s'attendre à un sommet, à quelque chose qui touche au divin.

Sauf que tout s'arrête là. Ce dernier opus du cycle a été perdu. Perdu ! PERDU !! Sans doute à jamais.

Heitor Villa-Lobos a vécu au 11-13 de la place Saint Michel à Paris, de 1923 à 1930. Si j'ai bien tout compris, sa concierge aurait bêtement égaré certaines partitions pendant le déménagement de son appartement, alors qu'il était rappelé chez lui au moment de la Révolution brésilienne.

C'est à se coincer les parties génitales dans une porte, non ?

Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis | 30 juillet 2019 à  06:41

 
#4 Posté par : Bootspoppers 30 juillet 2019 à  08:55
Bannie. Dangereuse Lena? Ou c est Elena?
Le bd saint michel t est interdit six mois. J y connais des voyoux redoutables qui .... et j suis sûre que t aurais aimé !

Posté par : Bootspoppers | 30 juillet 2019 à  08:55

 
#5 Posté par : Rick 30 juillet 2019 à  09:31
Je savais que c'était un fake vu l'aspect vulgaire du livre,  dont le côté retrouvé.. On dirait que l'on parle des parchemin de la mer morte (qumran). Aussi j'ai un ami qui la rencontre à Strasbourg  Il a fait une photo avec lui mais sasha était déjà très âge cependant en pleine forme.  a l'époque il n'était pas connu ici.

Perso je retrouverai bien le cd de aphex twin oublié lors d'un vol, qui n'a jamais été publiée
De mémoire je. Crois que :
Aussi ann n'a pas de compétences en chimie,  elle avait surtout tapé le texte. Sinon il travaillait seul chez lui. Avec des étudiants ex. Etc.  il n'a jamais dirigé d'équipe après ses publications vu qu'il avait les stups sur le dos.

Ann la où elle a briller c'est sur l'utilisation thérapeutique du mdma

Posté par : Rick | 30 juillet 2019 à  09:31

 
#6 Posté par : Ocram 30 juillet 2019 à  09:44
mur mur mur

Qu'est ce que je suis con aussi. Je me disais que l'aspect cheap du livre c etait juste une espèce de montage photo de E-book, du genre d'un livre qui n'existe qu'en support numérique.

Bref, je me suis fais eu comme un bleu... En même temps j'étais tellement abasourdi de prendre connaissance d'un truc aussi gros sans que j'en aille jamais entendu parlé...

Bien joué en tout cas mais mtn pour te faire pardonner tu vas l'écrire ce bouquin stp! big_smile

Ocram

Posté par : Ocram | 30 juillet 2019 à  09:44

 
#7 Posté par : Drim 30 juillet 2019 à  13:08
Hey, salut, par contre super interessant l'histoire de ses deux premiers livre dont PIHKAL je connaissais pas, merci !

L'histoire et cool aussi, je me serais fait avoir aussi ^_^

Posté par : Drim | 30 juillet 2019 à  13:08

 
#8 Posté par : Mister No 30 juillet 2019 à  22:57
J'ai eu un doute sur le fait que je n'avais jamais entendu parler des cathinones dans la cuisine des shulgins... Mais j'ai plongé avec 1923...
Donc ça a bien fonctionné bravo !
C'est odieux de nous faire plonger mais bravo ! fume_une_joint

Dernière modification par Mister No (30 juillet 2019 à  22:58)


Posté par : Mister No | 30 juillet 2019 à  22:57

 
#9 Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis 02 août 2019 à  10:48
L'élaboration de cette fiction aurait pu être, en haut lieu, motivée par l'alliance et la malice d'Helena et de Lena, redoutables lorsqu'elles se donnent la main : un piège de sorcière. Il n'en est rien. Ce récit est avant toute chose le partage d'un rêve. "Et si Alexander et Ann SCHULGIN... Et si un tel livre existait...". Au passage, c'était aussi un bon exercice de votre sens critique ! Démêlons maintenant le vrai du faux dans ce texte qui n'est, je le répète, que pure invention.

Alexander SCHULGIN est décédé le 2 juin 2014, sa veuve Ann (88 ans) est manifestement toujours de ce monde. L'histoire de la méphédrone est vraie, le hasard a fait que ça se passe en France et que le chimiste nommé porte un nom d'origine hispanique ou basque, ce qui crée un lien indirect et confus avec mon histoire (la colonisation du Brésil fut portugaise, pas espagnole). PIHKAL date de 1991, TIHKAL de 1997. "C'est un fait peu connu...", cette introduction vous a mis en confiance, et en effet, tellement peu connu que personne n'en n'a jamais entendu parler ! "Et l'illustration, un vulgaire photomontage d'Helena la farceuse." Fausse modestie : mon fake est très crédible, au contraire, et pour celles et ceux qui ont eu entre les mains la première édition de ces bouquins, c'étaient des pavés de quatre centimètres d'épaisseur, brochés (pas de reliure), et à la couverture identique en tous points (voir ici, par exemple). Non, je suis contente de mon fake. La plaque commémorative ? Elle existe, je vais me recueillir devant elle quand je passe dans le quartier. Je suis une grande admiratrice d'Heitor Villa-Lobos.

Le reste, bidon, plus c'est gros et plus ça marche, vous avez plongé (ça me gène un peu, malgré tout, cette petite blague) ! http://www.kolobok.us/smiles/artists/laie/Laie_77.gif

J'ai mélangé l'épisode biographique du compositeur Heitor Villa-Lobos avec un bout de vécu personnel, ce mystérieux couple franco-brésilien. Dans un lointain passé, quand j'étais un garçon, je suis tombé follement amoureux d'une Brésilienne, une femme transsexuelle qui habitait à deux pas de Notre-Dame (métro Saint-Michel, ou Saint-Michè-ou, prononciation avec l'accent portugais brésilien). Je découvrais à la fois la transsexualité et le Brésil, c'était magique, mes sentiments pour cette troublante créature, l'exploration d'une sexualité nouvelle, enflammée, et cet univers brésilien qui me paraissait tellement mythique et paradisiaque. À cette époque, je me suis plongé (...) dans cette culture exotique, et cette fascination maladive a duré quelques années... Le crash de l'avion correspond à mon réveil, au retour à la dure réalité.

Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis | 02 août 2019 à  10:48

 
#10 Posté par : Zirkon 02 août 2019 à  14:04
Pour le coup, il existe bien un livre qui fait suite à PIHKAL et TIHKAL même si les parties "histoires" et les trip reports ne sont plus présents : le bouquin est plus une compilation d'informations à propos des substances décrites (synthèses, spectres référence pour la spectrométrie de masse, statut légal, pharmacologie...). Et il y a même mention de la methcat', de la methylone (#92 et #93) et d'une petite cinquantaine d'analogues connus (mephedrone) ou moins connus (3-Trifluoromethyl-N-dimethylcathinone ou 3,4-methylenedioxy-N-allylcathinone aka ALONE, quelqu'un a goûté ? :p ), même si Shulgin n'est pas à l'origine de ces produits.
D'ailleurs, le bouquin couvre tout les produits de PIHKAL et plus et est intitulé "The Shulgin Index Vol.1", on peut espérer un volume 2 plutôt étonnant smile

Posté par : Zirkon | 02 août 2019 à  14:04

 
#11 Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis 02 août 2019 à  18:19
J'avais vaguement entendu parler de ce livre, mais je n'en connaissais pas le contenu. Ce serait une compilation réalisée à partir de ces sources ?

https://erowid.org/library/books_online … ooks.shtml

Entre parenthèse, étonnant, je ne savais pas que ces cahiers de notes avaient été scannés et publiés ! http://www.en.kolobok.us/smiles/standart/good.gif

Après, c'est hyper-technique, ça reste assez incompréhensible pour un profane.

Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis | 02 août 2019 à  18:19

 
#12 Posté par : Zirkon 02 août 2019 à  21:19
Les carnets s'arrêtent avant la sortie de PIHKAL et TIHKAL, Shulgin Index a été publié en 2011, c'est quand même plus détaillé et les infos sont sourcées et plus récentes.
Il est sur LibGen si tu veux y jeter un oeil, mais oui c'est pas mal technique, il devait y avoir une volonté d'être le plus exhaustif possible (j'ai l'impression que quasi toutes les études qui ont fait intervenir les produits sont référencées).
La liste des produits cités dans l'ouvrage prend 146 des 811 pages, quand même surpris

Posté par : Zirkon | 02 août 2019 à  21:19

Remonter

Pied de page des forums