Chapitre II partie 3: Le cycliste au clebs crevé / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Finn Easter » 

Chapitre II partie 3: Le cycliste au clebs crevé 



C’est lorsque que je trottais à côté d’un parc, un peu excité par toutes ces pensées, que je vis un gugusse à l’accoutrement légèrement farfelu mais qui, surtout, courrait dans tous les sens comme un survolté du cervelet. Il avait toute la combinaison d’un cycliste professionnel assortie à la couleur rouge de son bandana qu’il portait fièrement sur le front. Sauf que, par-dessus le tout, il était attifé d’un de ces manteaux qui vous vont des épaules aux talons. Quel décérébré celui-là ! Y avait pas un pet de nuage, le soleil brillait à son zénith et on était tous en train de fondre mais lui, il sautait et courrait dans tous les sens tel un cabot en rut. Je m’approchai alors pour voir ce gredin des villes de plus près et c’est là que je vis justement un petit clébard allongé à côté de lui qui semblait plutôt immobile. Son abruti de maître devait sûrement essayer de jouer avec lui mais le cabot bougeait pas d’un poil. C’était à se demander qui était le chien et qui était l’homme. Plus je m’approchais pour faire la rencontre de cet individu à la cervelle totalement bouffée par une fureur délirante, plus je sentais une odeur nauséabonde de corps en décomposition qui venait envahir mes narines. C’est après quelques pas de plus que j’ai compris l’impassibilité du clebs devant les pitreries de son maître. C’était un putain de macchabée son clébard ! Le mec était encore plus allumé que je ne le pensais, il se dandinait comme un fou devant un putain de cadavre de chien en décomposition !

    En temps normal, je me serais taillé en un rien de temps face à un fou de ce genre mais là avec les larves qui altéraient ma conduite, je n’ai pas pu résister à l’envie de lui beugler dessus pour le provoquer et sûrement le rendre encore plus fou qu’il ne l’était. Fallait que je voie jusqu’où pouvait aller ce genre d’esprit en compote.

    « Eh l’abruti ! C’est trop tard hein, il est déjà totalement clamsé ton chien. Jamais tu pourras le réanimer avec tes danses shamaniques à deux sous !» lui lançai-je alors sans peur de rien.

    Aucune réponse. Il continuait sa performance de zigoto en tournant en rond autour de son animal totem totalement inerte. Il devait être pris d’une transe extatique pour ne pas faire attention aux gueuleries que je lui vociférais. Ça commençait à vraiment m’énerver d’être transparent pour lui. Pas un grognement, pas un regard, pas un haussement de sourcil, rien. Je commençais alors à lui dire tout ce qui me passait par la tête pour qu’il bronche au moins d’un bout de sa chair :
   
     « Maquereau de chiots ! Ramassis de débris ! Ectoplasme bigleux ! Escargot boiteux ! Charognard de seconde zone ! Kafir à tête de cheval ! Bachi-bouzouk fauché ! Bourriquet sans pied ! Parâtre de la canaille ! Staphylocoque doré ! Stérilet archaïque ! Marinière de poils ! Druide des égouts ! Marmite à foutre ! République bananière ! Mascarpone de chat de gouttière ! Redingote en laisse ! Trimalcion des pauvres ! Ochlocratie ecclésiastique ! Homard d’Eurasien ! Ogre de Barbarie délétère ! Eucharistie de scientiste ! Punaise de sacristie ! » […]

    Rien à faire, cela ne le faisait vraiment pas sourciller. Fallait que je change de stratégie, j’avais plus qu’à m’attaquer à son fétiche pour qu’il fasse enfin attention à moi. Je me suis approché alors sans gêne du personnage sans qu’il me jette un seul regard. J’eus aucune peine à dépasser le contour du cercle qu’il traçait autour de son cabot en putréfaction pendant qu’il continuait sa danse de sauvage. Il zieutait en l’air, il zieutait au sol mais moi il ne me voyait pas. J’étais comme une divinité invisible. Il dansait à présent autour de moi et de son clebs mais toujours aucune réaction de sa part si ce n’est son sempiternel gambillage de guibolles qui tournait en rond. Alors, d’un coup sec, je pris son clébard en décomposition dans mes paluches puis je lui ai bazardé à la tronche.

       Il arrêta aussitôt sa danse. Il regarda la carcasse de son chien tomber à ses pieds puis replongea son regard fixement dans mes yeux globuleux que j’accompagnais d’un grand sourire. Il ne fit pas un bruit mais toutes ses veines commencèrent à ressortir de sa chair. Elles se bandaient comme pour s’extirper de son corps et esquissaient un labyrinthe à la couleur bleu électrique sur toute sa peau. Autour de toutes ces veines, sa peau avait pris une teinte des plus rouges. Ses narines se mirent, elles aussi, à se gonfler comme le font les buffles. Il respirait de plus en plus fort tout en continuant de me fixer dans le blanc des yeux. Moi, je gardais ma mine toute fière. Au fur et à mesure, qu’il changeait d’apparence, mon rictus s’agrandissait, je commençais à montrer mes dents tellement j’étais proche du fou rire. Je l’admirais et cela me faisait tellement rire ! On aurait dit une bête prête à charger. Y a pas deux secondes, il se dandinait dans tous les sens et ne me prêtait même pas attention. Et maintenant que je lui avais envoyé son cadavre de chiot à la gueule, il restait fixe avec un bouillonnement interne qui n’allait pas tarder d’exploser à ma face.

    Je vous jure, j’avais aucune peur devant un tel spectacle. J’étais à deux doigts d’éclater de rire devant ce molosse qui, au final, n’était qu’un long sac d’os. C’était même pas son apparence rachitique qui m’empêchait d’avoir la frousse puisque après tout, moi, j’étais plus petit que lui et tout aussi maigre. Non, non, ce qui m’avait mis dans un état aussi euphorique et sans craintes c’était de savoir que j’avais réussi à le mettre dans une rogne monstre qu’il n’avait peut-être jamais ressenti auparavant. Et puis j’étais devenu le centre de toute son attention. Par l’Art ! Ce que ça pouvait m’enivrer de rire tout ça ! Ce que j’aime ce genre de spectacles où des zozios en face de moi sortent d’eux même. Quand ils sortent de leur état normal, de leur routine quotidienne, y a rien de plus beau. C’est dans ce genre de moments qu’on prend plaisir à les zieuter bien comme il faut.

Catégorie : Poèmes - 22 janvier 2020 à  18:42



Commentaires
#1 Posté par : Crackosh 25 janvier 2020 à  10:31
Woaw

Posté par : Crackosh | 25 janvier 2020 à  10:31

Remonter

Pied de page des forums