Comment bien dormir (sans drogue).... / Les Blogs de PsychoACTIF
 

Comment bien dormir (sans drogue).... 



Errance d'un insomniaque qui a tout essayé



https://media.giphy.com/media/mr6FSr8P0WZEc/giphy.gif

Bon, il est 06h25 un jeudi matin, dans une heure 30, je serai au boulot...Est-ce que j'ai accompli quelque chose ce soir ? Oui...Une nouvelle nuit blanche à mon compteur...J'en profite donc de cet espace pour psychoactif pour raconter un peu de mes expériences en matière de sommeil, histoire peut-être d'exorciser cette maladie/ce trouble qui me pourrit la vie et qui m'empêche d'être serein et productif au quotidien !

Voilà maintenant 4 ans que j'affronte l'insomnie, que l'heure du coucher devient un moment d'angoisse, voilà maintenant qu"'aller dormir" est un véritable calvaire.

Et ça fait 4 ans que je prends, de temps à autres, (c'est à dire trop souvent) des drogues pour faciliter l'endormissement.

Au début, c'était le shit. Un joint suffisait pour m'assommer, c'était génial, je me réveillais bien, en forme. Et puis, plus le temps passait, plus le cerveau s'habituait et plus je devais augmenter les quantités...Au bout d'un an, je devais fumer 4-5 joints en une heure pour me shooter et m'endormir...le réveil était pour le coup assez dur, assez brumeux.

Bien-sûr, j'ai consulté plusieurs médecins, tous m'ont donné un diagnostique approximatif : stress, hyperactivité cérébrale, nervosité, bref, vous connaissez la chanson.

Et tous m'ont prescrit d'autres drogues : les somnifères. Et à chaque fois, j'ai refusé d'en prendre. Pour quelle raison ? Une certaine phobie irrationnelle liée à mon paternel qui s'est suicidé avec une boite de somnifères.

Je préférais donc le shit mais c'est pas faute d'avoir tout essayé.

Comment bien dormir ? Une question que je me suis posée des milliers de fois. J'ai donc fait des recherches. Voici les conseils habituels que l'on peut lire :

https://media.giphy.com/media/9rjKLsynBodhiIovdD/giphy.gif

- Faites du sport la journée pour être fatigué : OUI, OUI, OUI mais...mais....mais...ça ne marche pas toujours, assez rarement même. J'avais beau me défoncer à la musculation, marcher pendant plusieurs heures, je sentais certes mon corps épuisé mais impossible d'endormir ce putain de cerveau...

- Couchez-vous tôt pour vous levez-tôt : Oui, c'est un bon conseil que j'ai essayé de mettre en pratique mais qui a ses limites. En fait, le secret que j'ai découvert après plusieurs mois d'insomnie, c'est le temps d'éveil. Le meilleur moyen de s'endormir, c'est d'être éveillé pendant plusieurs heures. Cela varie en fonction des personnes mais généralement après 16 heures d'éveil, vous ressentez une certaine fatigue.

Par exemple, vous vous levez le matin à 6h00, il y a de grandes choses que vous soyez fatigué vers 22 heures...Et c'est exactement mon cas, sauf que mon temps d'éveil nécéssaire est un peu plus long. Il tourne aux alentours des 19-20 heures. C'est la technique la plus efficace que j'ai trouvé jusqu'à présent...mais le soucis, c'est qu'elle entraine des décalages très importants.

Par exemple, si je me lève à 4h00 du matin, je serai crevé vers 23heures-minuit, je vais donc pouvoir m'endormir...sauf que le lendemain, je vais me réveiller vers 7h00-8h00 du matin (environ 7-8heures de sommeil), et du coup, si j'ai besoin de 20 heures d'éveil, je ressentirai de la fatigue vers 2-3 heures du  matin, etc. Ce qui me décale complètement et finit par entraîner de nouvelles nuits blanches...

- Prenez soin de votre chambre et faites-en une pièce pour dormir seulement : Avoir une chambre rangée et propre est super important pour bien dormir. J'ai tout de suite mis en pratique ces conseils de la manière la plus radicale : J'ai dégagé la moitié de mes affaires, j'ai fait une décoration minimaliste, c'est à dire inexistante. Quand je rentre dans ma chambre, je me sens léger, tout est propre, tout est clair, tout est épuré. Ma chambre est devenu un espace de détente et de calme...mais malheureusement, ça ne m'a jamais aidé plus que cela.

Une autre chose essentielle, c'est de réserver sa chambre pour dormir et dormir uniquement. Eviter de bosser, de manger ou de s'amuser dans sa chambre. Cette pièce devrait être un lieu pour dormir uniquement, l'idée, c'est de faire comprendre à votre cerveau que ça va être l'heure de dormir dès lors que vous entrez dans votre chambre à coucher...Encore une fois, ce fût un échec.

- Se mettre en condition pour bien dormir : Avant d'aller dormir, il y a plusieurs techniques à mettre en place pour faciliter l'endormissement. Evitez de faire du sport, évitez les drogue, évitez le café, les jus de fruit, le sucre. Evitez aussi la lumière...

En effet, la lumière envoie un mauvais signal à notre corps. "Avant", les Hommes vivaient au rythme du soleil. Le coucher du soleil et donc la diminution de la luminosité envoyait un signal à notre corps lui indiquant qu'il était temps d'aller dormir.

Aujourd'hui, les smartphones, les écrans, les télés perturbent notre sommeil car ils tiennent notre corps en alerte à cause de leur source de lumière. De même, si possible, c'est préférable de mettre une lumière faible ou tamisée, histoire de "simuler" un coucher de soleil et d'envoyer les bons signaux à notre organisme.

Comme vous pouvez vous douter, j'ai tout essayé. J'ai essayé des journées sans écran, des journées passées en forêt à marcher pendant des heures, espérant m'écrouler de fatigue le soir venu...toujours rien ! Un nouvel échec donc...

Bon, vous l'aurez compris, l'insomnie et moi ça fait un. On rentre maintenant dans la coté obscure de la force avec des méthodes (déconseillées) et peu conventionnelles

https://media.giphy.com/media/fs5iUoWptyY3S/giphy.gif

Le cannabis : Comme expliqué plus haut, j'ai tenté le shit. A force, j'en avais besoin de plus en plus. Et puis, le réveil était pas top, j'avais le cerveau engourdi.

L'alcool : Bon, c'est clairement le gros et ça a été l'une de mes plus grosses erreurs, une erreur qui a des conséquences désastreuses sur ma vie sociale.


Comme tous les jeunes, j'ai fait mes premières expériences avec l'alcool. Et comme tous les jeunes, j'ai rencontré les délicieux effets "soporifiques" de l'alcool. Si bien que les seules fois où j'endormais tout de suite, c'était quand j'étais complètement défoncé.

Ce qui est terrible avec l'insomnie - et les problèmes de sommeil en général - c'est que ses effets/conséquences se ressentent en permanence. Pendant la journée, on est crevés, et le soir, on a l'angoisse de la nuit blanche, à ne pas pouvoir trouver le sommeil et à cogiter pendant des heures...

Et donc, comme vous pouvez vous en douter, l'alcool est devenu mon sauveur. Au début, c'était discret...Je me défonçais à la vodka uniquement quand il fallait que j'assure le lendemain à l'université. Quand il fallait avoir une bonne nuit de sommeil pour réussir un examen ou pour un examen, je me shootais à la vodka.

J'achetais généralement un flash (220 ml) que je m'enfilais cul-sec pur (pour éviter de mélanger des  à des sodas/jus de fruit à cause du sucre, même si ca n'aurait pas changé grand chose). L'idée était simple : Boire une bonne quantité très rapidement afin de ne pas avoir à boire beaucoup. Le fait de boire rapidement permet aussi de ressentir très vite les effets, c'est le principe du binge-drinking.

Le process ressemblait à ça :

Je terminais de manger vers 19h. A 19h30, j'enfilais mon flash, généralement cul-sec (ou en 2-3 minutes maximum). A 21heures, je fermais les yeux et je m'écroulais de fatigue. J'avais donc une heure 30 de flottement pendant laquelle j'étais complètement défoncé...et malheureusement, j'appréciais beaucoup ce moment...L'alcool m'aidait donc à bien dormir et à passer un bon moment. Je m'endormais vers 21h et je me réveillais le lendemain aux alentours de 7heures. La veille, je faisais en sorte de boire beaucoup d'eau, histoire d'éviter le mal de crâne au réveil. ça marchait assez bien...

Comme je l'ai dit, au début c'était uniquement lorsqu'il fallait absolument que je sois en forme la journée mais à force, j'ai commencé à augmenter la cadence.

Pendant 6-7 mois, je me défonçais à la vodka 4-5 fois pour la semaine, en gros, tous les jours où il fallait que je me lève.

L'alcool a eu des répercussions graves sur mon bien-être et mon cerveau. Les cuites répétées m'ont complètement isolées, à tel point que je ne finissais pas ne plus aller en cours. J'ai eu de grosses pertes de motivation, des pertes de poids importantes plus tous les problèmes habituels associés à la consommation d'alcool.

J'ai perdu ma copine ainsi que mes amis. Puis, un jour, j'ai dit stop. J'ai jeté l'alcool que j'avais et j'ai décidé de composer avec l'insomnie. J'ai retrouvé un petit job à 50% pour reprendre le rythme et j'ai décidé d'accepter les nuits blanches, les journées de fatigue qui vont avec...En espérant qu'un jour, j'arrive à dormir, sans drogue...


Catégorie : Tranche de vie - 08 novembre 2018 à  06:33

Reputation de ce commentaire
 
Merci pour ce temoignage. Pierre
 
instructif , merci aussi et bon courage à toi !



Commentaires
#1 Posté par : Rick 08 novembre 2018 à  06:37

Généralement on conseil d'arrêter les écrans vers 18h , ne pas dormir la journée après une nuit blanche, éviter d'être sédentaire, lire ... pas de vitamine C le soir , essayé d'être régulier. Noir complet, froid.

après ça se trouve ton corps a besoin de 5H de sommeil par ex. Donc inutile de se vexer si tu fais 4H30 ou 5H30

les solutions médicamenteuses c'est un pansement sur une jambe de bois, même le cannabis peut provoquer une addiction , un sevrage en cas d'arrêt  avec des effets ; perso j'aime pas le cannabis pour dormir ça m'empêche de rêver.


Posté par : Rick | 08 novembre 2018 à  06:37

 
#2 Posté par : Deltaa 08 novembre 2018 à  07:25

Rick a écrit

Généralement on conseil d'arrêter les écrans vers 18h , ne pas dormir la journée après une nuit blanche, éviter d'être sédentaire, lire ... pas de vitamine C le soir , essayé d'être régulier. Noir complet, froid.

après ça se trouve ton corps a besoin de 5H de sommeil par ex. Donc inutile de se vexer si tu fais 4H30 ou 5H30

les solutions médicamenteuses c'est un pansement sur une jambe de bois, même le cannabis peut provoquer une addiction , un sevrage en cas d'arrêt  avec des effets ; perso j'aime pas le cannabis pour dormir ça m'empêche de rêver.

Salut Rick, oui c'est vrai ce que tu dis...mais dans mon cas, rien n'a marché, j'ai tout essayé !


Posté par : Deltaa | 08 novembre 2018 à  07:25

 
#3 Posté par : PetitSoleil 08 novembre 2018 à  09:11

Cc
J’ai été comme toi une grande insomniaque!!
Je dis « j’ai été » car après avoir tenté comme toi divers moyens dont les somnifères car je petais un plomb à cause du manque de sommeil et je mangeais plus beaucoup alors déjà que je suis limite niveau poids , mon médecin a dis stop et m’a prescrit des somnifères. Belle erreur!
Bref un jour, j’ai dis stop aux somnifères, j’ai diminué jusqu’à ne plus en prendre et j’ai accepté mes insomnies. J’ai géré comme j’ai pu les conséquences de ces nuits avec peu ou pas de sommeil et petit à petit je me suis réconciliée avec la nuit, mon lit et le sommeil en acceptant tout ce qui m’arrivait, en me disant que cela fesait parti de mon parcours.
La chambre, le sommeil n’etaient plus des ennemis mais un lieu, un moment de repos... bein sans sommeil mais de repos tout de même
Et puis finalement à force de patience,  un beau jour les choses sont rentrées dans l’ordre... les insomnies ont disparues comme elles sont apparues...
Je voulais juste te dire que tout évolue dans la vie, continue tes bonnes habitudes et elles paieront!
Bonne journée


Posté par : PetitSoleil | 08 novembre 2018 à  09:11

 
#4 Posté par : Lilas24 08 novembre 2018 à  11:45

Moi aussi j'ai été une grande insomniaque à cause de l'anxiété, puis quand j'ai fait mon sevrage dégressif de la codéine. Pour la période d'insomnie la plus récente ça a été de juillet 2017 à Juin 2018 c'est à dire la seconde partie de mon sevrage dégressif et 6 mois après.

Il y a un milliard de raisons pour l'insomnie, moi c'était le trouble anxieux généralisé, puis la réduction et l'arrêt de la codéine puisque je la prenais uniquement en me couchant (ah que je dormais bien et sans angoisse, c'était le but de mon addiction...).

J'ai commencé à retrouver un bon sommeil en juillet 2018 parce que la tension nerveuse du syndrome post sevrage a diminué grâce à 10mg de valium que je prenais depuis janvier. C'est pas un somnifère (je hais les somnifères) mais un benzo et curieusement, il ne me fait pas dormir. De janvier à juin, il a servit de myorelaxant insuffisant pour couvrir ma tension physique (mais j'ai refusé d'en prendre plus) mais je ne dormais pas ou si peu (entre 4/5 et 7/8 heures du matin). Maintenant, je m'endors souvent avant de le prendre, parfois je l'oublie et parfois je dors 3 heures après, par contre il calme la tension physique énorme qui m'empêche de dormir. Désormais cette tension s'est retirée dans les mains et les avant bras, c'est supportable.

Outre les conseils habituels (pas de café, de vitamine C, d'écran bleus, de bouffe, d'activité énervante et stimulante avant de se coucher), il y a des causes profondes à l'insomnie et pourquoi ne pas chercher les tiennes si rien ne marche.

Il peut y avoir la dépression (idées noires en boucle) ou l'anxiété (peurs et angoisses en boucles, surtout la nuit). Les prendre en charge pourraient réguler ton sommeil. Il y a aussi des causes physiques. Mon addicto m'a proposée pendant un temps d'aller faire un test en service hospitalier pour voir si quelque chose clochait (par exemple de l'apnée ou des troubles du rythme du cerveau). Ca peut être intéressant car elle a un patient qu'elle a pu soigner de son insomnie après ce test, sans somnifère ou benzos mais avec un régulateur du rythme de ses ondes cérébrales qui étaient un peu folles.

Pour prendre du recul avec cette insomnie, j'en ai tiré un truc positif, je me suis cultivée en bouffant du documentaire sur la 5 et Arte en pleine nuit. C'était parfois passionnant (les volcans, l'espace, les dinosaures, l'évolution de l'homme, l'éthologie et le comportementalisme animalier...) parfois improbable (la taïga sibérienne, les grenouilles, les danses folkloriques équatoriennes...).

Courage !


Posté par : Lilas24 | 08 novembre 2018 à  11:45

 
#5 Posté par : cependant 09 novembre 2018 à  13:43

Salut,

ton message me parle...j'ai eu depuis petite des problèmes de sommeil (plus ou moins marqués selon les périodes). Malheureusement, comme tu peux bien t'en douter, je n'ai pas trouvé des solutions miracles !

Après, je voulais juste dire que parmi les conseils « officiels » que j'ai pu glaner sur le net, il y en avait un qui me parlait : ne pas aller se coucher si on n'est pas fatigués et on ne se sens pas prêts pour dormir (combien des fois j'ai traîné pour me coucher, en partant la dernière parce que je redoutais ce moment) et donc, surtout, ne pas se fixer une heure précise pour se coucher...mais plutôt une pour le réveil.

Sinon, moi je trouve que je dors bien le soir du lendemain d'une prise d'opiacés, je me sens bien fatiguée et j'adore pouvoir m'endormir sans m'en rendre même compte.
Une autre technique pas conseillable (d'autant plus que son efficacité laisse à désirer selon les produits), mais que des fois ça me fait du bien c'est de me mettre bien la tête à une bonne soirée, passer une bonne nuit blanche, prévoir des trucs pour la descente et op, la fatigue aidant, les bonnes vibes de la soirée en tête, je dors au moins une nuit de vrai repos (mais bon, ce n'est pas super systématique -- si il y avait du speed trop fort, par exemple, et puis je m'épuise bien). Mais des fois quand on regagne espoir dans le fait de dormir, ça facilite la chose pour les jours suivants. Le pire reste quand je me réveille au petit matin sans avoir du tout récupéré...

L'efficacité des plantes sur moi est bien relative, mais en expérimentant un peu j'en ai trouvé une qui m'aide un tout petit peu...je crois qu'il faut essayer, ça coûte pas grand chose, mais surtout voir des gens qui connaissent bien la phytoherapie et peuvent indiquer des vrais dosages (quand je disais que ça a marché pour moi c'était plusieurs dizaines de grammes par litre de plante, alors ça donnait un truc dégeu rien à voir avec les sachets qui vendent certaines pharmacies à super cher, mais qui a marché).

Je rêve de pouvoir bien dormir !! (et que tous on puisse y arriver !)
du courage


Posté par : cependant | 09 novembre 2018 à  13:43

 
#6 Posté par : ILE 09 novembre 2018 à  20:54

Moi qui dors généralement bien et m'endors en général beaucoup trop rapidement en position allongée - aujourd'hui je n'arrive généralement pas à lire un livre au lit plus de 15 minutes sans avoir les yeux qui se ferment, ou à regarder la TV au lit sans m'endormir devant -, j'ai remarqué qu'il y a un petit nombre de choses qui pour les premières m'empêchent de me coucher rapidement en rentrant comme par exemple : prendre du café au dîner, marcher longuement le soir, ou avoir passé une soirée animée (sauf soirée de WE avec retour en pleine nuit, là l'attrait du sommeil est trop fort) et pour les secondes de m'endormir rapidement: me coucher trop tôt, avoir trop chaud, être dans un état d'excitation psychique trop élevé et impossible à calmer, ou dans un état d'alerte/vigilance/stress élevé (ma pire insomnie cette année fut après avoir surpris puis poursuivi en vain une souris dans l'appartement). Bien que je préfère dormir sans volets ni rideaux, j'ai remarqué que lorsqu'il fait nuit dans la pièce je dors plus longtemps le matin... et dois donc admettre que le jour me réveille (ce qui en hiver n'est pas un problème).

Alors évidemment je ne vais pas donner des conseils d'insomniaque puisque je ne le suis pas, mais c'est clair que pour s'endormir facilement le corps et l'esprit doivent être en état de repos, comme d'abandon. Donc face à des insomnies apparemment incurables contre lesquelles tout a été essayé je pencherais plus pour une thérapie psychologique.

Un point qui me semble-t-il n'a pas été mentionné, c'est qu'on recommande une température d'environ 17°C dans la chambre à coucher pour bien dormir (et une bonne douche chaude pour bien se réveiller le matin!), car le corps aurait besoin de se refroidir pour que les signaux d'endormissement fonctionnent.


Posté par : ILE | 09 novembre 2018 à  20:54

 
#7 Posté par : psychoactif2481 10 novembre 2018 à  12:51

Voici une liste de plantes TRES efficacent pour l'endormissement:
-pavot de californie (dispo en pharmacie et rien à voir avec le pavot à opium tinquiete) associé à de fortes doses d'euphytose (synergie des plantes entres elles: valériane, ballote, passiflore et aubépine) le mieux est la forme gélule avec toute la plante dedans ( de 5 à 10gelules en 1 fois)
-kava kava (le vraie cultivar et pas le "two days" qui est hépatotoxique lui)

Edit modération : merci de ne pas citer des pavés qui rendent la page difficile à lire

Reputation de ce commentaire
 
PA ne sert pas à conseiller des prods !!!!

Posté par : psychoactif2481 | 10 novembre 2018 à  12:51

 
#8 Posté par : technogonzo 11 novembre 2018 à  01:54

en lisant je vois que tu ne mentionnes pas avoir essayé la sophrologie.
ca peut paraitre bidon mais perso ca m'aide beaucoup ne serait-ce que pour réduire l'anxiété dans la journée.
renseigne toi un petit peu sur la méthode qui est en soi très simple libère un quart d'heure de ta soirée. si ca fonctionne bien pour toi continue à te renseigner et à exercer. j'éspère que ce conseil sera utile à certains!
peace


Posté par : technogonzo | 11 novembre 2018 à  01:54

 
#9 Posté par : Deltaa 11 novembre 2018 à  20:26

technogonzo a écrit

en lisant je vois que tu ne mentionnes pas avoir essayé la sophrologie.
ca peut paraitre bidon mais perso ca m'aide beaucoup ne serait-ce que pour réduire l'anxiété dans la journée.
renseigne toi un petit peu sur la méthode qui est en soi très simple libère un quart d'heure de ta soirée. si ca fonctionne bien pour toi continue à te renseigner et à exercer. j'éspère que ce conseil sera utile à certains!
peace

Merci j'y penserai ! En effet, je ne connais pas du tout


Posté par : Deltaa | 11 novembre 2018 à  20:26

Remonter

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr


Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.



Licence Creative CommonsDroit d'auteur : Les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0