Drogues et dépression / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Julien R » 
 

Drogues et dépression 



Bonjour à tous, il est 5h du mat que je viens de me réveiller d'un cauchemar.
Avant de vous citer le "poème" je vais vous décrire un peu ma situation.

Depuis tout petit je me pose beaucoup de questions existentielles ; que faisons nous sur terre, pourquoi somme nous là, et j'ai l'impression de ne jamais avoir été vraiment a la place sur cette planète.
J'ai souvent pensé être hypersensible.
J'ai vécu beaucoup de traumatismes dans mon enfance et n'en ai jamais parlé, car je ne voulais embêter personne avec mes problèmes. J'ai fumé mon premier joint et prit la première cuite vers l'âge de 12 ans. J'ai commencé a fumer régulièrement vers les 15 et boire régulièrement (avec ma mère) vers mes 17 ans. A mes 18 ans je suis parti du cocon familial à mon insu et la j'ai commencé a boire tous les jours. A peu près a cette période (désolé ma chronologie est assez flou) ma mère m'a fait prendre ma première trace de coke.
Par la suite (a mes 24 ans donc cette année) étant quelqu'un de très perturbé, fragile et dépressif, je suis tombé dans la dépendance aux paradis artificiels.
Ayant déjà vécu une EMI (expérience de mort imminente), j'ai voulu reproduire ceci plusieurs fois en me droguant avec de grandes quantités (2.5 grammes de bonne mdma ingérer en 2 soirs consécutifs seul dans mon 20m²), sans succès.
L'autre jour j'en suis arrivé a un point où faire semblant d'aller bien auprès de ma famille n'était plus possible, ma mère m'a donc fait hospitaliser dans un hôpital de semaine la semaine dernière, ce qui me fait le plus grand bien.
Je suis maintenant bien décidé à ne plus prendre de "dures".

Bref voici ce qui j'ai écrit à mon réveil, bouleversé, aujourd'hui :

Cette nuit j'ai fait un rêve, un rêve où je sortais faire la fête avec mes amis. Comme a notre habitude avant chaque fête, nous préparions nos petit sachet non pas de thé mais d'MD afin d'être perché toute la soirée.
Nous nous amusions, j'ouvert mon sachet pour ingérer quelques cristaux blanchâtre quand retentis une sirène. Mes yeux ne voyais que bleu et rouge et mon cœur se mit a battre la chamade. Je me retrouvis dans un poste de police quand une femme vont me dire sur un ton amusé que j'allais desuite rentrer en prison.
La peur me vint, j'eus donc l'idée de fouiller dans mon sac pour y trouver un Opinel.
Je l'ouvris discrètement pour le déposer en. vitesse sur mes veines et laisser couler à flot un fluide rouge foncé qui en me quittant m'a fait penser que j'avais réussi.
Je me suis réveillé et j'ai compris que ce n'était qu'un cauchemar.
Merci à tout ceux qui me liront et je voudrais juste terminer en disant que le bonheur a long terme ne se trouve pas dans la drogue, surtout quand on est quelqu'un se sensible. La vie est dure mais vaut la peine d'être vécue.

Merci et bonne journée à tous.

Catégorie : Poèmes - 12 janvier 2019 à  05:34

#mort #dépression



Commentaires
#1 Posté par : Julia4249 08 février 2019 à  03:30

Julien R a écrit

Bonjour à tous, il est 5h du mat que je viens de me réveiller d'un cauchemar.
Avant de vous citer le "poème" je vais vous décrire un peu ma situation.

Depuis tout petit je me pose beaucoup de questions existentielles ; que faisons nous sur terre, pourquoi somme nous là, et j'ai l'impression de ne jamais avoir été vraiment a la place sur cette planète.
J'ai souvent pensé être hypersensible.
J'ai vécu beaucoup de traumatismes dans mon enfance et n'en ai jamais parlé, car je ne voulais embêter personne avec mes problèmes. J'ai fumé mon premier joint et prit la première cuite vers l'âge de 12 ans. J'ai commencé a fumer régulièrement vers les 15 et boire régulièrement (avec ma mère) vers mes 17 ans. A mes 18 ans je suis parti du cocon familial à mon insu et la j'ai commencé a boire tous les jours. A peu près a cette période (désolé ma chronologie est assez flou) ma mère m'a fait prendre ma première trace de coke.
Par la suite (a mes 24 ans donc cette année) étant quelqu'un de très perturbé, fragile et dépressif, je suis tombé dans la dépendance aux paradis artificiels.
Ayant déjà vécu une EMI (expérience de mort imminente), j'ai voulu reproduire ceci plusieurs fois en me droguant avec de grandes quantités (2.5 grammes de bonne mdma ingérer en 2 soirs consécutifs seul dans mon 20m²), sans succès.

Wah ou je me reconnais quasi dans ta description... sauf pour ta maman, la mienne a fais pas mal de merde mais la drogue elle m’en a plutôt éloigné et ça a fonctionné longtemps car parler sans tabou sans’ interdiction pour ne pas m’inciter justement... ça me choque un peu même, est ce que c’etait Une demande de ta part ou elle qui t’a « forcé » la main ? Sans jugement aucun... j’essaye juste d’imagine Car on a un peu le même parcours et ressenti !

Répond en mp si tu préfères. Et ton texte est tres jolie.


Posté par : Julia4249 | 08 février 2019 à  03:30

Remonter

Pied de page des forums