Du rituel au médicament, du désert à la pharmacie / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » ismael77 » 

Du rituel au médicament, du désert à la pharmacie 



/forum/uploads/images/1560/bloodi-pharmacie3.png
Origines mythiques de la médecine, et concepts antiques.

"Le remède peut parfaitement se trouver dans le mal, et le poison dans l'antidote (...), bien qu'opposés, (ils) participent, au fond, de la même nature" 
Yannis Constantinides

Le pharmakon, en grec, désigne ce qui soigne, guérit, soulage. D’où vient le mot? De la Grèce antique, bien sûr.  A Athènes, on choisissait, dans les marges, un paria, qu'on lapidait à mort. Le pharmakon (kos). C’est le nom grec, du bouc émissaire, faisant référence au rituel, hérité des Hébreux.
/forum/uploads/images/1560/bouc-emissaire-hebreux.jpg


Tous les ans, au Temple de Jérusalem, on choisissait un bouc, sans tache, pur. C’est-à-dire propre à recevoir. En fait, deux boucs, et l'un était tiré au sort, pour Azazel, mystérieux no man's land, ou personnage?
/forum/uploads/images/1560/azazel-satan.jpg


Le prêtre (cohen) apposait les mains sur la tête de l’animal, énumérait, confessait, chuchotant à l'animal, les péchés de la communauté.
Puis on accompagnait la bête,  ‘bamidbar’, dans le désert. Il emmenait avec lui, le mal, comme un véhicule, l'animal ne  prenait pas le mal en lui, mais l'extrayait, pour le transporter, hors les murs.

Ce rituel des expiations est très important, il permet à la communauté de continuer à exister. D’ailleurs la fête du nouvel an lui, est proche.
Avant le début de l'année, on fait téchouva, repentance. Cela s’appelle le Yom Kippour, ou le jour de l’expiation, le seul où l’on prononçait le nom de Dieu.


Le mal que nous envoyons au dehors nous soulage de son poids. Il était donc en nous. L’ôter nous apaise et nous soigne. C’est le remède.
Remède et poison, spirituel et physique. Doux ou fatal, selon la dose.
Les mots pharmacie, pharmacopée, etc, sont donc issus, à l'origine, de la transmission, du Lévitique!

Il n’y a aucune contradiction et un lien très fort entre ces deux notions, remède et poison, qui n’en font qu’une chez les anciens (qui connaissaient aussi l’opium).

Arrêtez ce rituel dérivatif, et il arrive la violence (voir René Girard), le parcours des Juifs parmi les nations, boucs émissaires éternels, chargés de tous les péchés, du sang du christ à celui de gentils bébés, en témoigne....ironiquement.

Ce qui est incroyable pour moi, c’est que, non seulement ma famille a servi de souffre-douleur aux nazis et à l’Etat français, mais, j’ai été placé dans ce rôle de descendant de survivants, à titre individuel.
/forum/uploads/images/1560/etoile-juive.jpg


Le bouc émissaire, doit être sans tache, innocent, mais chargé de toutes les suspicions et, par effet miroir de tous les vices qu’on lui attribue.
Prochain mais autre, alter ego, le bouc devient homme, à Athènes. Ca change tout.
Il y a, comme dans les tragédies grecques, un héritage, destin et fatalité, qui nous fait comme on naît.
/forum/uploads/images/1560/lapidation-bouc-emissaire.jpg


Héréditaire, est le statut dont on veut se défaire, celui de bouc émissaire. Le pharmakos, on le fait à toutes les sauces. 
Par exemple (gentil), il y a une campagne anti-drogue au lycée, "Dealer c'est tuer" avec tête de mort, fémurs en seringue et joint. Je suis le mouton noir de l’internat,  différent, je suis innocent, mais viré pour calmer le jeu. C’est l’exemple le plus léger, j’ai été victime d’injustice toujours, au moins vécues comme telles.
Heureusement que je me suis rendu un peu coupable, plus dur d’être victime que bourreau. Bon j’avais qu’à pas être d’un blanc immaculé, je comprends c’est énervant….
/forum/uploads/images/1560/calimero-boxeur-bouc-emissaire.jpg


Le remède, pharmakon-opium.
/forum/uploads/images/1560/opium-jarre.jpg


/forum/uploads/images/1560/seringues-vintage.jpg

Déjà, j’avais l’héritage culturel, à la fois du bouc émissaire, et du "tu ne ne sais pas, la chance que tu as, d’être là", avec tous ces morts. "Tu le remplaceras, ton père, qui remplaçais mon père qui n'est pas revenu (à la mort du mien, qui tenait ce rôle d'aîné aussi)" dit ma grand-mère.
Génétique, il y a des gènes du bouc émissaire, en plus des structures mentales classées en dominant/dominé, des préjugés et casse-pieds? Ca suffit, ou je suis-je servi?

/forum/uploads/images/1560/bouc_emissaire_scapegoat_arrows.jpg


Symboliquement, s’attaquer à soi même avec des aiguilles, emplies d’un pharmakon toxicon, tout en étant soi même, bel enfant innocent, brebis égarée, devenue épouvantail. Figure du punk, bouc émissaire autoproclamé de la société. I am a mess.
Un jour, dans la chaleur de mon squatt, je me mets torse nu pour me shooter, mon coloc-squatteur dit "c'est Auschwitz ici!". Je pesais 63 kilos pour 1,80. C'est vrai, on voyait mes os. J'avais les stigmates de la misère, étais, de plus, mon propre geolier, kapo.

En plus de ce qui doit être intégré, dans les gènes des persécutés, épigénétique héritée, depuis des centaines d’années, ou tout simplement chez mes grands-parents. Fantasmes? On habite son identité, héritage comme on peut.

Bouc émissaire, le junki. Le punk affiche son nihilisme en déchet autoproclamé. Une esthétique très étudiée, puis une mode comme une autre. Pas vraiment, un look, signe de ralliement, choquant les passants. J'aimais ce mouvement, autant pour la musique, que pour le mode de vie, destroy et fonsdé. Autodestruction?


Quel mal ne lui attribuons t-on pas, au marginal qui se troue les avant-bras?
Vicieux, voleur, menteur, jouisseur qui assume sa "nullité" et absence de conscience et de repères, rejet de la génération militante, et de la société dominante.

Poupée vaudou plantée d'aiguilles de d'épingles à nourrice, j’ai toujours été autre chose que ce cliché, qui malheureusement, est vrai pour beaucoup. A cause de cela,  on m’a traité comme un voyou.

Mise au ban comme jeune et pauvre, obligé de squatter. Enfin je dois appeler, attirer cela. Instabilité et système D.
En mettant mon corps dans cet état, en jouant aux fléchettes sur un face scape goat, je fais de moi le bouc émissaire, non émissaire. Celui qui n’est pas conduit extra-muros, qui pourrit sur place. L’odeur et le spectacle obligeant les citoyens à faire face à leur immondice, au mal.
[img width=176 height=286]/forum/uploads/images/1560/bouc-girard.jpg[/img


Les médecins, depuis toujours, ont voulu faire sortir le mal du corps, par le sang, saignées et lavement. C’est l’expiation, les sorciers apposent les mains, les magnétiseurs…le simple fait de se voir dire qu’on est exorcisé, au sens de la sortie du mal, peut suffire.

Et même aujourd'hui les coupeurs de feu, appelés par le standard, stoppent la douleur (une des plus insupportables), sans que le patient ne le sache. Résultat empirique, inexpliqué mais un réussite totale. Sans placebo, ni suggestion.

Enlever le mal, ce n'est pas simplement avaler un cachet, c'est l'extraction de ce qui ronge le corps, physique, social.

La meilleure façon de se sentir coupable, est d’être innocent. Qui culpabilise, la victime ou l’agresseur? La victime va souffrir du mal et de la culpabilité.
Le coupable dort en GAV, maudissant sa victime, qui se maudit aussi.

Un Juif, rescapé, parlant des Allemands : Ils ne nous pardonneront jamais ce qu’il nous ont fait.

Du judaïsme antique, à la scène du toxico tabassé par la police. 

Il faut que ce soient nos propres maux, reconnus comme tels, qui sortent de chez nous, portés par un semblable.

Mis en abyme, Le Juif est parfait pour cela, car il est à la fois "nous" et eux, et surtout "dans" et "hors de". Peuple pharmakos (le bouc), ou même pharmakon (le rite)? Son élimination est censée tout arranger.
Il fait partie du corps, mais, minorité, on peut l’en extraire, comme une tumeur, pour purifier la communauté, la cité. L'Europe.

Coupable à la fois de porter la loi (tuons le père), et de la suivre, malgré l’arrivée du Messie (qui lui-même la suivait). Le rôle parfait pour les juifs, qui l’ont eux même inventé!
Enfin dans le Lévitique (16), YHVH dit de faire ainsi.

Mais peut-on soigner le bouc émissaire, lui même, par un remède? J’ai essayé et ça tourne en rond. Car le sujet est l'objet. Et le vecteur. Impossible.
Arrêter de se penser bouc émissaire. Ou comme disaient une fille et sa mère, marocaine, avec l’accent, c’est pareil : c’est un beau commissaire! -Non c’est bouquet mystère maman!

Un extrait, intéressant  car il va jusqu'à l'internet :

"En Grèce ancienne, le terme de pharmakon désigne à la fois le remède, le poison, et le bouc-émissaire.
Tout objet technique est pharmacologique : il est à la fois poison et remède.
Le pharmakon est à la fois ce qui permet de prendre soin, et ce dont il faut prendre soin, au sens où il faut y faire attention : c’est une puissance curative dans la mesure et la démesure où c’est une puissance destructrice.
Cet à la fois est ce qui caractérise la pharmacologie qui tente d’appréhender par le même geste le danger et ce qui sauve.

Toute technique est originairement et irréductiblement ambivalente : l’écriture alphabétique, par exemple, a pu et peut encore être aussi bien un instrument d’émancipation que d’aliénation.

Si, pour prendre un autre exemple, le web peut être dit pharmacologique, c’est parce qu’il est à la fois un dispositif technologique associé permettant la participation et un système industriel dépossédant les internautes de leurs données pour les soumettre à un marketing omniprésent et individuellement tracé et ciblé par les technologies du user profiling."

Tout cela n’est pas par intérêt religieux, je ne le suis pas, c’est de la culture générale. Trop intello peut-être. Facile, en tout cas, je crois.

Trouvé sur arsindustrialis.org
Lecture :
Le Bouc émissaire, 1982. (ISBN 2-253-03738-9), René Girard. (Le champion de ce concept)
La Bible, pentateuque, Torah, Vayiqra (Lévitique), Hashem, YHVH, via Moïse

Dernière modification par ismael77 (15 juin 2019 à  15:22)

Catégorie : Expérimental - 15 juin 2019 à  13:15

#Histoire #médecine #médicament #religion

Reputation de ce commentaire
 
Super intéressant ! Cusco



Commentaires
#1 Posté par : Asrid 15 juin 2019 à  21:32
je trouve ton billet très instructif mais si il y a hérédité chez les boucs émissaires c'est bien pvrcequ'il y a perpétuation de tradition et croyance chez les bourreaux aussi. mais je pense qu'on devrait appeler cela alors une histoire de l'humanité qui evolue trop lentement et si l'on pense au véritable bouc émissaire c'est celui qui est différent et justement qui est choisi à cause de son appartenance à aucune coutume, et l'effet de groupe qui s'acharne sur celui qui par hasard n'est issu d'aucune tradition de bureau ou de victime, il est seul contre un groupe qui le repère dans le troupeau comme celui qui ne sera pas défendu..

Posté par : Asrid | 15 juin 2019 à  21:32

 
#2 Posté par : ismael77 15 juin 2019 à  23:03

a écrit

boucs émissaires

très intéressant ce que tu soulignes, et cette dualité, et le sujet est infini, on dirait.


Posté par : ismael77 | 15 juin 2019 à  23:03

 
#3 Posté par : Bootspoppers 16 juin 2019 à  03:24
Bon je suis tout ça avrc passion et je mettrai du temps à répondre car ce sont de vrais manifestes
Et tu sais ça occupe mon esprit ton blog Ismaël

Posté par : Bootspoppers | 16 juin 2019 à  03:24

 
#4 Posté par : ismael77 17 juin 2019 à  11:44
C'est une mise en abîme à plusieurs niveaux...

Posté par : ismael77 | 17 juin 2019 à  11:44

 
#5 Posté par : ismael77 18 juin 2019 à  09:05
En fait, ça a un rapport "symbolique" avec "la violence symbolique" l'édito/texte (très bien) de Pierre.

A demain, les gens biens!

Posté par : ismael77 | 18 juin 2019 à  09:05

 
#6 Posté par : Anna93 18 juin 2019 à  13:34
C'est un peu comme si le mouton noir de la famille (rôle dont on échoppe bien souvent quand on ne réussit pas à être le remède pour cette dernière par sa réussite) se tournait vers les prod comme pour répondre à une sorte de prophétie auto réalisatrice

Posté par : Anna93 | 18 juin 2019 à  13:34

 
#7 Posté par : ismael77 18 juin 2019 à  14:41

a écrit

comme pour répondre à une sorte de prophétie auto réalisatrice

^
inconscient...lucide et parfois masochiste pourtant innocente culpabilité, douloureux soulagement par le poison, non, vivons, sur-vivons!


Posté par : ismael77 | 18 juin 2019 à  14:41

 
#8 Posté par : Anna93 18 juin 2019 à  14:47
En fait le tox est le contraire du psychopathe qq part ...(il se venge sur lui même et pas en découpant des gens en morceaux) pourtant le tox est traité par la société comme tel... Je vais sortir ça à ma psy hahaha

Posté par : Anna93 | 18 juin 2019 à  14:47

 
#9 Posté par : ismael77 18 juin 2019 à  19:00

a écrit

le tox est le contraire du psychopathe

ouais!!


Posté par : ismael77 | 18 juin 2019 à  19:00

Remonter

Pied de page des forums