Entre deux réalités (DMT) / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Bon Vivant » 

Entre deux réalités (DMT) 



14 Juin 2021

Il est 15h30 passée, et je décide de prendre de la DMT. Je suis seul à la maison, ça fait un peu plus d’une semaine depuis ma dernière prise et j’avais vraiment envie d’explorer en profondeur la substance. Je mets sans vraiment faire exprès un peu plus de 50mg dans la pipe. Je me pose sur mon lit, je me détends et je ne pense à rien. Je prends ma première taffe. Elle est légère, elle se fait en douceur. Je la garde le plus longtemps possible. Je prends la deuxième. Idem. Cette fois-ci je commence à sentir la montée arriver. J’attends un peu, je ferme les yeux, tout en expirant. Je me relance pour la troisième et dernière taffe. Pendant que je tire sur la pipe, je sens la montée s’accentuer, devenir de plus en plus forte. Mon corps vibre et devient lourd. Elle est difficile à prendre, comme d’habitude, c’est comme si je ne sentais plus mon souffle, plus de torse, plus de poumons. Je ferme les yeux et je garde le plus longtemps possible. Après quelques secondes, j’expire.

Un mur se présente devant moi, ou plutôt une fresque. Avec des gens qui sont collés ensembles, des formes de gens dessinées comme des motifs, des mandalas. Cette fresque devient de plus en plus texturée, en même temps que je fonce vers elle. Ou qu’elle me fonce dessus, je ne peux pas faire la différence. Tout se modélise, pour créer tellement de chose à la fois. Je peux voir que toute les formes viennent d’une seule forme, une forme féminine. C’est elle qui prend les rênes et qui dirigent tout ce spectacle. Elle me prend dans ses griffes et me jette dans un bac, exactement comme la dernière fois. Je me souviens me dire au tout début si c’était ça, si j’étais bien dedans. Et la réponse est oui, j’étais dedans, j’étais en plein dans le trip. C’est la première fois que je vois ces formes si texturées, beaucoup plus détaillées que d’habitude. Et du coup je suis dans ce bac, qui semble être rangé sur une étagère.
Et là, une mouche entre dans ma chambre et fait un bruit énorme. Cette mouche m’a déstabilisé et m’a rappelé de cette réalité. Les entités, le monde dans lequel j’étais s’est en quelque sorte figé, et m’attendait. Je me dis qu’il ne faut pas se focus sur la mouche, et juste l’oublier, et là mon corps se détend encore plus. Je me sens fondre dans le matelas. Le monde que j’aperçois se remet à vivre. Peu de temps après, les visuels disparaissent mais je garde les yeux fermés encore un petit bout de temps. Je suis bien, je suis apaisé. Et je me rends compte que la mouche vit sa pire vie à l’instant. Tout ce qu’elle veut est de pouvoir sortir de ma chambre et retrouver le monde extérieur, son monde. Elle est dans une cage qu’elle ne comprend pas. L’arrivée de la mouche dans le trip m’a perturbé sur le coup et je l’ai vraiment vu comme un pont entre deux réalités.
Je rouvre les yeux. Je reste allongé encore un peu. Je rallume la pipe pour voir s’il en reste encore dedans. Ça m’a fait une petite taffe mais sans plus. Je referme les yeux et je ne pense à rien. Les visuels sont très abstraits et s’inspirent des phosphènes et des empreintes visuels de ma chambre. Je reviens à moi rapidement et facilement aussi, sans transition.

C’était un trip assez étrange. Encore une fois, tout s’est déroulée si vite une fois dedans. Le processus était très doux et graduel mais j’ai l’impression d’être resté très peu de temps dans le trip. Et la mouche n’a pas vraiment aidé mais je ne pense pas que ce soit ça le problème. La prochaine fois, je retenterai avec une plus petite dose, comme je faisais avant. L’avantage avec une grosse dose comme celle-ci était de pouvoir voir à quel point cette nouvelle réalité pouvait être encore plus nette, plus précise et plus texturé que dans les anciens trips. Et quand je suis sorti de tout ça, je me suis dit que c’est impossible d’atteindre cette même expérience que lors de la première fois, cette expérience nouvelle, et qu’il faut s’en défaire et accepter le fait que l’on ne retrouvera jamais cette même sensation. Je pense qu’à chaque fois, j’espère retrouver ces mêmes effets, où j’étais complètement pris par surprise, où le trip durait un temps fou et que je flottais et que je ne faisais plus partie de cette réalité, à 100%.
J’ai quand même passé un bon moment et j’ai hâte de voir par la suite ce que la DMT a à m’offrir. Après le trip, j’ai jardiné, j’étais à fond dedans, j’ai tout donné. Après ça, j’ai juste chillé, et je me suis senti bien sur le reste de la journée tout simplement, même de meilleure humeur je trouve aussi.


Catégorie : Trip Report - 21 juin 2021 à  22:50

#DMT #Psychédélique #réalité #solo



Remonter

Pied de page des forums