Epicurien des substances psychoactives / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » mikykeupon » 

Epicurien des substances psychoactives 



Cela fait plusieurs mois que j'ai envie de faire ce billet, mais je n'osais pas par peur d'être taxé d'incitateur. Mais on nous balance bien à  toutes les sauces des pubs pour de la bouffe hyper grasse alors qu'il y a un problème de surpoids dans les populations occidental, sans compter les diabétiques et les anorexiques.
Donc tant pis, je fonce.

J'ai connu les drogues en allant à  ce que l'on appelais des free-party, des fêtes libre en exterieur sans tout le système sécuritaire des clubs, ni le coté merchantile.
Cet endroit, de part ce coté de liberté peut nous emmener à  vouloir faire des “voyages cosmiques”. Chose que j'ai très bien su faire durant des années, mais à  l'extreme. En fait je ne profitais pas des produits, je charchais uniquement à  aller le plus loin possible, et j'ai touché le point de non-retour plus d'une fois.

N'ayant pas d'autre but dans la vie que celui d'abuser de ces voyages, je me suis retrouvé à  mettre ma vie en danger : rue, baston, justice, santé.

La prise quotidienne de produit sans but me faisait perdre les pedalles et devenir violent par moment. Il ni avait plus que les drogues, les bastons et la teuf qui gravitaient autour de moi.
Evidemment, j'en était arrivé à  un point où de toute façon j'appelais ma vie un “suicide festif”. Me droguer, faire la teuf et me battre jusqu'à  en crever.

La découverte des produits m'a fait voir un autre monde possible, mais sans prod je trouvais la vie terne, plate. Un peu comme la différence entre une photo argentique (avec du relief), et une photo numérique (belle mais sans relief).

En plus j'ai eu un nombre de potes incalculable, ce qui me confortais dans mon choix de vie. C'etait forcément le bon vue que j'avais même des groupies.

Mais le temps avance, et des personnes m'offre leur confiance, et me donne des responsabilité. Infime certe, mais énorme pour moi qui est été dénigré durant des années.
Donc je me suis dit, pourquoi pas arrêté puisque si des personnes me font confiance, c'est que je doit être une personne capable de faire quelque chose d'utile, et vue que la société me renvoyait l'image du tox comme incompatible avec l'utilité, le choix fut plié.

J'ai donc fait une cure de 6 semaines sans traitement, car j'avais l'impression de retourner dans ce monde que je voulais quitter. Elle c'est bien passé, j'ai repris goûts à  certaines activitées, les produits ne faisaient plus parti de mon quotidien, et ma santé était meilleur.

Ensuite le cycle normal, j'ai déménager, car j'ai toujours entendu dire qu'il fallait quitter cet ancien univers pour pouvoir tenir, alors que tout sa passait bien durant les 8 mois.
Donc me voici parti à  400km de chez moi, de mes amiEs, de ma famille.
Avec ma femme, nous trouvons rapidement un logement, je me dégotte aussi un emploi en chantier d'insertion. Je ne consomme plus mais je continue de boire et fumer du cannabis.
Ma consommation d'alcool grimpe petit à  petit, et je sort de moins en moins, plus beaucoup d'envie.
Une fois, un pote m'a même dit que je devenais nihiliste, qu'il fallait d'urgence que je me ressaisisse.

Moi qui était anarcho-punk avant, durant les emeutes de 2005, je ni suis même pas aller car je ni voyais aucune utilité, de toute façon on était dans un monde de merde et ça ne changerai pas.

Evidemment j'ai perdu mon emploi car certains matin je ne voulais pas me lever, l'alcool devenant de plus en plus présent je n'étais pas toujours en état pour aller bosser, et tout un tas d'autres excuses.
J'enchainais donc les missions d'un jour ou deux avec plus ou moins de régularité, mais ma santé se dégradait de plus en plus à  cause de l'alcool.
Ma femme est parti car elle ne supportais plus de me voir ainsi sans conviction ni réaction. Mais je ne risquais plus ma vie avec les drogues...

Au boud d'un temps, je suis rentrer retrouver mes amiEs, et tenter de reconquérir ma femme qui m'a suivie dans toutes ces aventures, après avoir fait une 2ème cure qui c'est très mal passé.
J'étais dans un hôpital psychiatrique, il ni avait rien à  faire de nos journées, et je suis devenu dépendant physiquement de mon traitement. Si je l'oubliais, lui ne m'oubliais pas et m'envoyais plein de décharges electrique dans tout le corps. Horrible. J'ai progressivement diminuer mon traitement jusqu'a ne plus ressentir d'effet secondaire. En plus ces cachets étaient trop fort, je n'avais même pas la force de soulevé la couette le matin pour bouger, il me fallait bien 1h. Et les medecins qui me suivaient disaient que c'était normal. Comment ca, c'est normal de ne même pas avoir la force de sortir de son lit et de remplir mes rares activités ? Que dalle, vie de merde.

Donc me revoilà  chez moi, avec ma femme, mes amiEs, ma famille, et je ne me suis pas remis à  consommer. Le fait d'avoir retrouver ma femme me faisait moins déprimer, mais pas plus de réaction. Par contre je buvais moins, mais la vie restait trop fade.
Quelques sorties et concerts de temps à  autres, mais rien de transcendant. Je m'amusais sans me sentir à  ma place.

Evidemment les moments avec ma femme étaient vraiment vrai et agréable, c'est à  peu près à  ce moment que l'on m'a fait découvrir le forum et que j'ai commencer à  mi mettre, étant donné que je ne sortais pas, c'était un peu ma boué de sauvetage. Au moins mes idées noir ne tournaient pas en rond.

J'ai même par la suite décrocher différents contrat de travail dans divers domaines, ce qui petit à  petit me redonnais goûts en la vie et confiance en moi. Comme j'ai tout de même toujours mon atrait pour les drogues, je cherche un emploi dans la réduction des risques, mais mes diplômes ne me le permettent pas, sauf au sein d'une association qui fut pour moi, le début d'une descente dans le monde de la dépression car leurs principes étaient un peu opposés aux miens.
S'en est suivie 5 mois de dépression nerveuse à  ne pas sortir de chez moi et remonter ma conso d'alcool.
Mais ma femme et le forum ne me lachant pas, je repris sur moi et commenca à  vraiment m'investir au sein de psychoactif.

Au fur et à  mesure que mes émotions jouent moins avec mes nerfs, je commenca à  me questionner sur les produits. A force de lire des témoignages de personnes arrivant à  gerrer leur conso je me suis dit pourquoi pas moi. Mais j'avait encore peur de mes démons de l'excès qui sommeil en moi.

Et j'arrive enfin là  où je voulais en venir, ma découverte des RCs.

Depuis que j'ai découvert ces substances, que l'on peut recevoir sans trop de risque avec la justice, ma vie prend un nouveau virage.
Maintenant que j'ai mes week-end vidage de sac, je suis nettement moins haineux, j'arrive plus facilement à  résoudre mes problèmes au quotidien, j'ai une vie plus saine (je prend plus de temps pour cuisiner car j'aime bien, par exemple), j'ai trouvé un boulot qui me plait, et dont il me semble avoir battu la durée de longévité dans une même boite, en plus c'est super cool car je boss à  SAFE, ce qui me permet d'être dans les différentes strates du système de réduction des risques. Et je ne compte pas m'arrêter car j'ai même le projet de suivre des formations professionalisantes afin de parfaire mes connaissances et tenter de faire aboutir mes vieux projets que nous faisions avec ma femme nos soir d'apéro, lorsque l'on refait le monde.
J'essaie même de reprendre doucement une légère activité physique, mais c'est une autre histoire. En fait j'aimerai bien travailler ma tonicité et mon équilibre qui ont été mal traité durant des années.

Maintenant j'aime bien consommer les produits pour voir leur subtilité.
Par exemple il m'arrive de prendre à  peine 15mg de mixie en para pour le coté coté posé que l'on ressent dans nos reflexions. Et parfois aussi abuser au point de ne plus être en contact avec la réalité.
Un peu comme un oenologue pourra aussi bien boire un mini fond de verre pour apprécier le vin, sa finesse, sans pour autant chercher l'ivresse, et par moment se mettre une bonne cuite au même vin parce qu'il l'apprecie.
Prendre un petit para d'éthylphénidate avant d'aller en concert punk.
Regarder un documentaire avec un petit para de mixie afin d'être plus en fusions avec le sujet pour mieux comprendre les tenants et aboutissants. Bon, avec la MXE j'ai une tonne d'application agréable, comme manger, la mixie éveil les sens, donc en dosant bien, les papilles peuvent s'émoustiller au point de la jouissance culinaire.
Un apéro en amoureux sous methylone, c'est génial, on refait le monde, on s'aime, on a les sens emoustillés, et quand on s'endort c'est dans les bras l'un de l'autre.
J'en prend aussi pour parfois m'aider dans le quotidien, par exemple un peu d'ethyl quand j'ai accumulé un peu de retard et qu'il faut que j'enchaine pas mal de truc rapidement. Mais c'est le plus rare car je trouve un rythme régulier au fur et à  mesure que mes projets prennent forme. Et je préfère me forcer à  trouver mon rythme que dans prendre dans cet optique.
J'y voie aussi un certain coté thérapeutique, surtout avec la methoxétamine (MXE). Par exemple lorsque les soucis me submerge et que je n'arrive plus à  organiser mes pensées afin de trouver une porte de sortie à  ces problèmes, je prend une trace de 20-30 mg (selon l'intensité de ma “prise de tête”) et quelques instants plus tard mes idées arrivent de façon moins bordelique et il m'est donc plus facile de tout mettre à  plat et réfléchir à  tête posé.

Catégorie : Témoignages - 05 juin 2014 à  07:38



Commentaires
#1 Posté par : Mogwaï 05 juin 2014 à  11:30
Salut Miky, une question me vient en lisant ton article (surtout la fin). Tu consommes donc régulièrement des RC, mais du coup souvent si je comprends bien..
Et ça a l'air de te réussir niveau moral !

Mais tu n'as pas peur des effets à  long terme ? Tu n'envisages pas du tout de supprimer ou de réduire significativement tout ça ?

Posté par : Mogwaï | 05 juin 2014 à  11:30

 
#2 Posté par : mikykeupon 05 juin 2014 à  13:30
Pour l'instant je suis en pause depuis au moins 3 semaines si je me souviens bien, suite à  mon abus d'MXE. Voir mon report.
Je tiens à  faire remonter mon stock de sérotonine pour que ma prochaine prise soit au top.
en plus c'est bientôt mon anniv, donc yala !!!

Mais non, aucune envie de diminuer. Déjà  que je ne tape pas tous les jours, donc je ne vais pas me priver de mes quelques rares plaisirs.
Pour les éventuels risques à  long terme je ne m'en fait pas. Je prend le metro tous les jours, je boss sur paris et j'habite en banlieu, niveau risque pour ma santé/vie, on a pas souvent vue pire wink

Sans compter que depuis, je consomme moins de canna, nettement moins d'alcool et du tabac pour ainsi dire uniquement lorsque je suis en apéro dans un lieu publique, donc relativement rare. Donc j'ai une question, qu'est-ce-qui peut être plus nocif que l'alcool etn le tabac que je consomme nettement moins depuis ma découverte des RC ?

Et tu as vue la liste des effets secondaire sur les médicaments ? Perso c'est ça qui me fait peur.
Encore aujourd'hui j'ai lu que plus de 95% des tomates c œur de b œuf vendu dans le commerce était de la contre-façon. Quand on voie ce que donne les scandales alimentaires (maladie grave, mort...) je ne suis vraiment pas sûr de prendre plus de risque en consommant des RCs qu'en mangeant. Bon j'exagère un peu, mais pas tant que ça.

Tu reprendras bien un peu de hachi-parmentier de cheval malade ?

Posté par : mikykeupon | 05 juin 2014 à  13:30

 
#3 Posté par : Mogwaï 05 juin 2014 à  14:11
Bonne réponse Miky, tu tournes bien les choses !
Et tu as raison, la bouffe et la pollution valent pas mieux que tous ces trucs...

J'ai jamais consommé de RC mais j'sais pas ça m'fait bcp plus peur que tous ces autres trucs qu'on "connait" ^^ d'où mes questionnements...

Ben oui la clope et l'alcool ca te nique les poumons et le foie mais au moins tu l'sais drapeau-blanc

Posté par : Mogwaï | 05 juin 2014 à  14:11

 
#4 Posté par : Laura Zerty 05 juin 2014 à  23:11
Tu sais maintenant il y a des Rc connus, bon effectivement on a pas 10 ou 20 ans de recul dessus, mais des analyses ont été faite et si beaucoup de personne en consomme et qu'il n'y a que de rares retours de mauvaises expériences parce que les usagers en ont trop prit...c'est que les produits ne sont pas si nocifs qu'on peut le penser.

Alors si en plus t'en prends une ou deux fois par mois...tkt que comme la dit Miky, tu te mets plus en danger en prenant le métro ou en consommant de la viande tous les jours...

Bon après c'est vrai qu'il faut voir de quel Rc on parle, par exemple la MxE c'est un des Rc les plus clean que j'ai pu gouter en terme d'effet sur le moment mais aussi après le trip, alors que les cathinones m'ont toujours déglingué comme pas permis par exemple. Tu peux aussi comparé les tryptamines et les phénéthylamines en matière de psychés, cheplu laquelle des familles est plus stimulante que l'autre, mais de mon point de vue, plus un prod te stimule, plus t'es sur de prendre cher derrière...crash sérotonique assuré !

Sinon merci pour ton témoignage Miky, c'est plaisant de voir que tu as réussi à  trouver un bon rythme de vie, j'espère que tu vas continuer à  gérer de la sorte !

Juste je me demandais quel âge tu as ?

Posté par : Laura Zerty | 05 juin 2014 à  23:11

 
#5 Posté par : mikykeupon 06 juin 2014 à  12:16
J'ai 36 ans dans quelques jours.

Sinon je suis bien conscient de prendre des risques avec les RCs car trop récent, comme l'a justement dit laura, pour avoir suffisamment de recul.
Mais entre le choix de prendre des RCs en connaissance de cause, et prendre le risque de prendre une "ancienne" drogue qui a de grande chance d'être coupé à  un RC dont je ne connais rien, pour moi le choix est vite fait. Je préfère être au courant des risques que je prend, c'est mon choix wink
Quand je goutte un nouveau produit, j'y vais par pallier de 10mg en général si je ne trouve pas d'info concluante sur le net.

Posté par : mikykeupon | 06 juin 2014 à  12:16

 
#6 Posté par : Mogwaï 06 juin 2014 à  14:04
En même temps... quand les Hommes du fin fond des terres reculées d'il y a 10 000 ans ont commencé à  manger racines et ont eu des hallus... ils se sont pas arrêtés pour autant en se disant "je vais p'tetre en mourir"

Au final ils n'en sont pas morts (c une antilope à  dents de sabre qui l'a fait) et ils ont tout raconté à  leurs enfants qui eux aussi finalement se sont mis à  faire pareil. Les gosses ont même fini par trouver des plantes vertes avec un effet différent des racines.

Bon tout ça pour dire smile Tu es grand, tu connais les limites à  ne pas atteindre (de par ton expérience) et tu sais que tu peux avoir des risques, comme ne pas en avoir.
A tout ça je dis très bien !

N'oublie pas de nous faire tes retours par contre ^^ ça devrait en intéresser beaucoup...

Posté par : Mogwaï | 06 juin 2014 à  14:04

 
#7 Posté par : snoopy 06 juin 2014 à  14:14
que ca fait plaisir de lire ca miky !!

tu deviens gourmet, et laisses le coté gourmand (voire boulimique wink )

cool que tu arrives a gerer et surtout a prendre le recul necessaire dans ta vie afin de la mener au meilleur de tes capacités, vraiment heureuse my old friend !!

perso, je suis persuadée que tu ira encore loin sur ton chemin, et que les reussites seront là , alors fonces (sans forcer sur les doses of course tongue )

super

Posté par : snoopy | 06 juin 2014 à  14:14

 
#8 Posté par : mikykeupon 06 juin 2014 à  21:03
Snoop, toi même tu sais jusqu'où je peux aller, que mon dernier état sous MXE était relativement courant. Depuis le temps que l'on se connais wink

Par contre ma boulimie est bien moins présente, mais preuve est que par moments elle revient à  la charge, mais des voyages comme-ça je n'en ai pas fait depuis ma première cure.

Posté par : mikykeupon | 06 juin 2014 à  21:03

 
#9 Posté par : mikykeupon 08 décembre 2014 à  13:18
J'avais oublié de parler d'une notion qui me parait indispensable si l'on veux pouvoir profiter pleinement et le plus longtemps de ses chères substances psychoactives, c'est la notion de modération. En plus en tant que modo je trouve que ça s'y prête à  merveille.

Nous savons toutes et tous les risques d'une consommation régulière de produit, donc si l'on rajoute à  ça une boulimie excessive, comme je l'ai été durant de longues années, c'est comme pour tout, il y a des dégâts plus ou moins dangereux et sur une plus ou moins longue période.
C'est pourquoi je pense, qu'il est plus important que chez les non-UD d'avoir aussi une hygiène de vie un peu plus surveillé : faire des pauses entre chaque conso, éviter trop de perches à  répétitions, manger, s'hydrater, bouger, discuter avec des personnes, avoir une activitée. Tout ceci entre dans mon processus de modération de mes consommations.

En prime, ma vie se retrouve mieux organisé qu'avant, et me permet donc d'être plus "libre" lors de mes conso et donc de vivre pleinement l'instant présent.
Ce qui a plusieurs effets : le trip dur plus longtemps, je consomme moins et ça me coûte moins cher. J'ai donc plus d'argent à  mettre dans d'autres choses qui me font plaisir, en l’occurrence la bouffe.

Mais le chemin pour en arriver là  fut long et semer d’embûches, et reste à  construire.

ps : en relisant ma dernière phrase sur mon post juste avant, je la trouve pas clair du tout, j'espère que vous aurez compris que des perches phénoménal ne m'arrive plus aussi souvent qu'avant

Dernière modification par mikykeupon (08 décembre 2014 à  13:21)


Posté par : mikykeupon | 08 décembre 2014 à  13:18

 
#10 Posté par : mikykeupon 10 décembre 2014 à  04:13
Je trouve le ton de mon dernier post un peu moralisateur, notamment avec "faire des pauses entre chaque conso".
Ce que je voulais dire en fait c'est qu'il faut écouter son corps et le laisser se reposer en mangeant, en se reposant...

Désolé pour ce court message mais malgré l'heure je me sentais obligé en le relisant, et je n'ai ni d'idées ni de forces pour écrire sur ce thème.

Posté par : mikykeupon | 10 décembre 2014 à  04:13

 
#11 Posté par : mikykeupon 20 février 2015 à  13:39
Voici 3 semaines maintenant que je fais 10 pompes chaque matin où je travail, plus 20 min de footing chaque dimanche.

Je me suis mis à  faire un peu de sport car je me rend bien compte que ça m'aide au quotidien, et que la conso de prods fatigue mon corps, ainsi j'espère le protéger un peu des mauvais traitement que je lui fait subir et pouvoir continuer plus longtemps wink

Et truc de fou, ce matin avant d'aller au boulot j'ai couru 15 min (étirements compris), ben depuis ce matin j'ai l'impression d'être sous methiopropamine. Plusieurs fois on est même venu me dire que je parlais trop... wink

Ce week-end ca vas être la fête et j'essayerai de vous tenir au courant de mon état lundi (en plus je travail un jour supplémentaire la semaine prochaine pour rattraper une absence).

Posté par : mikykeupon | 20 février 2015 à  13:39

Remonter

Pied de page des forums