Peurs et appréhension vis à vis de la Buprénorphine / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Junon » 

Peurs et appréhension vis à vis de la Buprénorphine 



Jeune homme, perdu dans l'océan hostile de la vie, qui essaye de se débrouiller tant bien que mal

Les opis je me rappelle très bien de la première fois, j'étais chez elle, elle qui tapait beaucoup, je m'étais toujours retenu jusque là, c'était une dure descente d'ecsta une fin de matinée, il faisait soleil on était 2 sur le lit, allongés, agonisant le cerveau en déficit d'endorphine

     "je t'en fait une petite ?"

elle m'en avait fait une petite une fois, "pour voir"... fini la tête dans les chiottes le reste de la soirée allongé
Bon pourquoi pas, j'aurais pris n'importe quoi pour passer ça, je tape, je me rallonge et c'est parti
Je me rappelle cette impression de voler, de partir vers d'autres dimensions, mon dieu que ça détente, à moitié entrain de dormir à moitié réveiller, j'ai revé beaucoup cette fois là

la suite n'est pas glamour, une lune de miel puis la poudre prenant de plus en plus place dans ma vie, des disputes, je me retrouve seul avec moi même, mon esprit torturé et cette poudre qui soigne l’âme en 30 secondes

c'est à ce moment que j'ai plongé, je le sais, je le savais, j'aurais du me faire violence, trouver un autre truc, mais la poudre est trop forte


Je sais plus quand, je suis plus trop comment mais ça s'est fini avec cette fille, moi j'en n'en peux plus, exténué par l’héroïne qui rythme ma vie, beaucoup trop, à 19 ans ce n'est pas normal et je le sais bien
Ca a duré 6 mois, 6 mois de consommation non stop, des dizaines de traces par jours, obligé de s'enfermer, et plusieurs fois parfois, dans les chiottes d'un McDo ou d'un Subway dès que je passe une après midi dehors,

     nan je n'en peux plus


rdv pris chez un addictologue, c'est rigolo un addicto, enfin pas trop le miens fait plutôt sérieux, résultat des courses : du Subutex 6mg,
en sniff depuis 3 mois


En ce moment ça va mieux, j'ai tiré un trait sur cette période, je suis entré dans une école, je vais mieux mentalement, j'ai coupé les ponts avec mon ex
Tout ce qui en reste c'est un TSO et quelques craquage de cocaine et des appréhension

Vais-je réussir à arrêter le sub un jour ?
Vais-je garder ce traitement 20 ans ? Pour 6 malheureux mois (je n'étais pas prêt pour sevrage)
Je ne regrette pas du tout mon tso, il m'aide au quotidien, mais comme l'héro quand je ne l'ai pas le matin c'est dur, très dur,
j'ai cette peur de jamais réussir à décrocher, j'ai cette peur de souffrir de long mois en baissant le traitement

C'est tout je sais que ça va aller mais j'ai quand même cette peur qui est là

Catégorie : Traitements de substitution - 30 octobre 2018 à  23:47



Commentaires
#1 Posté par : Nils1984 31 octobre 2018 à  22:52
Salut mec

Ton texte m'a touché, bam !

Courage, mon seul conseil, moi la "big mouth" c'est d'intégrer en toi cette substitution comme une nécessité, je veux dire... si tu pars du principe qu'il va te faire + de mal que de bien, ce protocole te fera dérailler, vois le positif, accroche toi au positif

Je te dis ces mots en cette nuit qui annonce pr moi un décrochage de métha un moment, une semaine au moins
Trop long a expliquer mais...

Accroches toi au positif voilà ^^

bye

[[A]]

Posté par : Nils1984 | 31 octobre 2018 à  22:52

 
#2 Posté par : Junon 03 novembre 2018 à  20:45
Justement c'est cette nécessité me fait peur, j'ai pas de soucis avec le sub, c'est une super alternative je trouve et au quotidien j'le vie super bien

C'est plus un apréhension profonde que pour l'instant je repousse super bien mais qui est là tout de même, le témoignage de personnes qui galèrent à baisser leur derniers paliers ou les personnes qui sont dedans depuis très longtemps et qui sont "prisonniers" de leur traitement, ça me taraude

merci de ton comm!

Posté par : Junon | 03 novembre 2018 à  20:45

 
#3 Posté par : SafeManTrip 04 novembre 2018 à  04:35
salut comme dise les gens qui ne jure que par les cliché

"Opiacé un jour opiacé toujours" (idem pour l'alcool)

personnellement je ne pense pas que ce soit vrai

j'ai pris du subutex pendant environ 5ans et aujourd'hui j'ai un dosage assé élevé et je trouve que ca ne sert pas a grand chose car au finale la lune de miel dure que 3 ou 4 jours après qu'on soit à 6 mg ou 16 mg comme a 1,2mg la "monté" reste la meme

c'est juste difficile a gerer d'un point de vu constipation sinon obligé de prendre du movicol et des maux de ventre diarrhé qui vont avec
ce TSO à fait ses preuve et on peut commencer a dire que c'est un produit safe

pareil je le sniff et ca par contre c'est pas top car tu t'abime sec les sinus
la bio dispo est meilleur certe mais il parait qu'en sublinguale tu garde l'effet plus longtemps

si tu veux l'arreter et que tu te sent psychologiquement bien tu pourras le faire

moi je peut pas parler car mon plus grand souhait serai de passer a la méthadone...

retiens ça meme si ca fait un peu cliché

"quand on veux on peu"

c'est dingue ce que je me retrouve dans ton expérience, un conseil te met pas la pression ne surdose jamais car tu aura pas bcp d'effet supplémentaire et par contre tu auras du mal a expliquer ca a ta pharmacie/doc.
ca depend si il sont cool

aujourd'hui j'ai hyper galere car j'etait en rupture justement a cause de mésusage et j'ai du aller au urgence car la seul pharmacie qui en avait en stock ne me connaissait pas et impossible de joindre mon doc

pour te rassurer si vraiment tu souhaite l'arreter tu peux demander des cachet de 0,4 puis il existe de la buprénorphine en 0,2mg mais je ne me souviens plus du nom
je t'avoue n'avoir j'amais été plus bas que 0,4mg et j'avais trop de pression resultat aujoudd'hui je suis a 16mg....

mais ma situation est particulière et toi tu es encore jeune et tu dois pouvoir avoir toute les carte pour t'en sortir un jour quand ce sera le moment !

surtout l'encadrement est extremement important (perso ma compagne ne ma pas du tout aidé elle comprenait pas pourquoi je m'attachai tant a cette molécule)

tu peux compte que sur toi mais ca peut se faire, certains l'on bien fait...
bon courage et au pire prendre du sub pendant un moment ce n'est pas la mort wink

prend soin de toi

Posté par : SafeManTrip | 04 novembre 2018 à  04:35

 
#4 Posté par : Porygon 05 novembre 2018 à  18:43
Salut,
J'ai un parcours assez similaire au tient, le même âge que toi (20).

Ne te tracasse pas trop la tête avec toute ces questions (qui peuvent parfois amené à replonger), tu le sauras toi même quand viendra le moment d'arrêter ou au moins de diminuer.

Et t'inquiète pas, si tu prends bien le temps de diminuer les doses tout ira bien.

Pour l'instant je te dirais de te concentrer sur tes études et tu verra au moment voulu.

Courage !! smile

Porygon,

Posté par : Porygon | 05 novembre 2018 à  18:43

 
#5 Posté par : Junon 08 novembre 2018 à  19:57
Je rajoute quelques appréhensions que j'ai oubliés d'écrire, elles sont tout aussi importantes  voire plus que mon texte initiale


   Le sub me retient dans une cage dorée, je m'explique
cette consommation presque inévitable me pose des limites quand j'entre dans le monde des "si"

  si demain le pays est en crise importante, quel qu’elle soit, militaire, environnementale etc je ne peux pas me passer de mon sub donc je suis dans la merde

  si demain je me fait kidnapper je ne peux  pas m'éloigner du produit plus de 24 jours je suis dans la merde

  Je ne peux pas partir à l'étranger sans une très grande prévision, je ne peux pas m'aventurer dans des lieux reculés, ma consommation m'en empêche

  Ces peurs irrationnelles je l'avoue mais bien vraies, cette chaîne qui me retient à ma pharmacie, sans possibilité de fuir cette société aucune



C'est con je le conçois, mais pourtant réel :s

Posté par : Junon | 08 novembre 2018 à  19:57

 
#6 Posté par : PetitSoleil 08 novembre 2018 à  21:02
Cc
Moi aussi je suis sous sub depuis 3 ans pour 1 an d’hero...
Ton histoire me fait penser un peu à la mienne : mon mec qui tape, qui deale, on se sépare et l’addiction qui elle est toujours là...
J’ai commencé mon traitement à 8mg et je suis assez vite descendu à 4mg... c’est devenu ma routine, ma petite facilité a moi: je vais chez le médecin tous les mois, elle me demande si ça va? Que lui dire? De toute façon si ça va pas, elle me sors son attirail magique  : anxyolitique, anti-depresseur... un vrai dealer jamais à court et remboursé par la sécu !
Bon moi ce que je veux c’est plus être obligé de courir, j’ai couru après la came et maintenant chez mon médecin pour un cachet qui me permet d’etre bien mais qui me fait aucun effet sauf si je le prend pas alors là je douille même si à l’heure actuelle je suis à 2mg.
Tout ça pour te dire que je te comprends et que depuis cet été je me sens mieux dans ma vie donc je descends chaque mois de 0,25 soit 1/4 de cachet de 1mg ... si je le sens pas je descends pas et j’attends le mois suivant! Les premiers jours de ma baisse c’est un peu chaud... je sens que le moral c’est pas au mieux, suis fatigué... mais rien que je ne peux gérer et puis autant c’est autant dans ma tête que dans mon corps alors je fais avec !
Et je prépare pour le mois de mai mon arrêt total car j’en ai marre ça ne me convient plus cette situation et ça me maintient d’une certaine manière dans le souvenir de cette relation, dans cette vie que j’ai eu avec mon ex.
Je veux tourner la page une fois pour toute !!
Bref je suis sûre que l’on peut arrêter si on prépare bien et que l’on est prêt.

Posté par : PetitSoleil | 08 novembre 2018 à  21:02

Remonter

Pied de page des forums