Prince Valium / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Nils1984 » 

Prince Valium 





Cette fois ci, pas de citations, pas de fioritures, pas de philo-enculage de mouche comme disait une amie de ce site, pas d’édulcoration, pas de pensées profondes aussi lourdes qu'un 44 tonnes. Non, rien de ceci. Le chant du cygne, donc ? Hé non pauv' con, c'est loin d'être le cas. Ce qui est sûr c'est que j'ai stoppé les prods stimulants, genre c.c qui entrainait chez moi une libido hors de ctrl et me transformait limite en prédateur. Mais j'avoue ne pas savoir comment je réagirais si au cours d'une soirée tournait de la râbla ou de la . Impossible de savoir, je crois que mes pulsions (flashback du passé) prendrait le dessus. Une chose est certaine c'est que je ne dirais jamais non aux drogues dites "psychés", genre LSD (le King indétrôné). Il y a une drogue en particulier que je n'ai jamais essayé et qui me turlupine, c'est la mescaline. J'en rêve même la nuit. Mais venons en au sujet précis de ce billet, c'est mon accrochage hardcore au valium. Le toubib (que je respecte infiniment) m'a dit qu'au bout d'une semaine, les symptômes de manque disparaissent. C'est faux, ça peut durer des semaines entières. Où alors est-ce simplement mon esprit ? non je ne crois pas... les impatiences aux jambes (avec tout ce que j'ai expérimenté question douleur, le syndrome des jambes sans repos est DE LOIN le pire) , le capharnaüm dans la tête, la dépression latente. Comment en finir avec toi prince Valium ? Ces derniers temps je me mets un peu à picoler (mais l'alcool n'a pas d'emprise sur moi > je veux dire par là que je sais m'en passer des mois entiers, sans craving aucun). Trois snif de valium + deux tercians + bière forte = je vous laisse deviner, vous qui n'êtes pas nés de la dernière pluie. Moi j'ai sans cesse l'impression de l'être, né des dernières gouttelettes d'un temps orageux et ombrageux : chaque jour j'en sais moins que la veille. J'ai bientôt 40 ans, même si ma crise de la quarantaine m'a déjà passé à la broyeuse depuis un baye. Quand je fais le bilan, que je regarde derrière moi ( don't look behind you, you idiot !!) c'est un chaos sans nom. Ouais ok je me suis mangé deux cold turkey hardcore pour décrocher de la métha et du sub... mais franchement, entre nous, ça reste tout sauf gratifiant. A quel point les victoires sont éphémères, à quel point les échecs sont éternels !
Il y a cette femme qui bosse dans un Relay de la gare Part-Dieu, elle me sidère tant elle est juste magnifique. Mais je n'ai jamais l'occaz' de bavarder avec elle, elle est toujours prise dans son taf, entre les clients qui font la queue et son boss qui semble à chaque fois la sermonner. Le blèm' vient de moi au fond, je n'imagine même plus une seconde de l'aborder en étant sobre, j'ai besoin de mes doses pour tenter une approche. Je me dis sans cesse qu'une femme comme elle (métisse, yeux en amandes un peu plissés, corps de rêve) ne peut pas vivre seule. Pensées clichées à deux balles pas vrai ? Elle connait pourtant mon prénom, j'ignore le sien. Je ne souhaite que la connaitre avant de quitter cette pétaudière qu'est Lyon, où il n'est dorénavant plus du tout sage de s’aventurer dans certaines zones rouges ou fa et antifas s'affrontent constamment. Tout à l'heure je vais tenter de la croiser, mais je suis à court de valium et ça à tendance à me rendre autiste, hermétique à toute communication...
Le 'blèm est posé : j'ai besoin du valium pour agir, interagir, faire ce que j'ai envie de faire. Je n'arrive plus à me souvenir de l'époque où j'avais pas besoin de cette merde.
Ici il fait chaud, et quand quelqu'un me dit :  pfff 1 ou deux degrés de plus d'ici 20 ans, ça va changer quoi ? Sur ce je réponds : essaye de vivre avec 38 ou 39 de fièvre quotidiennement...
La double peine sera pour moi (pour nous ?) de faire face aux chaleurs extrêmes (malheurs à qui fait croitre les déserts !) et de tenter de décrocher des dernières drogues qui me collent à la peau en sueur...

Merci de m'avoir lu...

Love P.A
/forum/uploads/images/1655/a-11.jpg


PS : selfi de bibi, le trombinoscope étant bizarrement inaccessible.......

/forum/uploads/images/1655/signal-2022-06-13-1455022.jpg


Le culte du secret... mais rien à cacher...
Tout comme Kafka en son temps concernant les corres' par courrier, je considère les avatars comme d'infâmes fantômes //

Catégorie : Carnet de bord - 19 juin 2022 à  04:19



Commentaires
#1 Posté par : Jérimadeth 24 juin 2022 à  03:42
Ah çà ! Avec Dark Valium, on n'est pas né de la dernière pilule, on sent l'accrochage ! Décro, mais ça sentira un peu la victoire à la Pyrrhus... ça laisse un goût amer les rechutes, les décro, les raccrocs etc. Je te comprends, je partage aussi ta croix. Ah mais tu te trompes (juste un peu) sur Kafka, qui, en passant, est authentiquement niais quand on lit son journal. Le K de ses romans, c'est un peu lui, surtout qu'il savait bien qu'il vivait en Kakanie (oui, ça existait bien, je ne rigole pas). La Kakanie, voilà un endroit assez digne & glauque pour se shooter au Valium.
Bise, amicalement,
J

 
#2 Posté par : Nils1984 24 juin 2022 à  04:30

Jérimadeth a écrit

Ah çà ! Avec Dark Valium,

On sent les longues heures d'études de litté et de philos ^^ merci pr ton com frero !!


 
#3 Posté par : Jérimadeth 24 juin 2022 à  04:38

Nils1984 a écrit

Jérimadeth a écrit

Ah çà ! Avec Dark Valium,

On sent les longues heures d'études de litté et de philos ^^ merci pr ton com frero !!

<3


Remonter

Pied de page des forums