Sevrage opiacés / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Mala13002 » 
 

Sevrage opiacés 



Bonjour,

Bon je l’ai déjà posté en présentation mais je suis bien obligé de commencer par là.

Mon pseudo c’est Mala, j’ai 36 ans, dont 20 ans de dépendance aux opiacés avec des passages entre l’héro, la métha, le sub, la codéine, le tramadol, et très certainement le fentanyl vu l’état de mon manque de ce jour à si faible dose. Enfin voilà je vous lis depuis quelques années maintenant, et j’ai trouvé beaucoup de choses sur ce site, ça m’a beaucoup apporté, que ce soit des informations ou du courage et de l’espoir. Voilà pour mon histoire, je viens de me décider à arrêter l’hero, décider est un bien grand mot, confinement et galère m’obligent un peu. J’ai déjà décroché à une époque il y a un peu plus de 2 ans en diminuant la métha. Puis un an plus tard, douleurs, traitement opiacés, et hop me revoilà addict et il n’a pas fallu longtemps à découvrir le darkweb vu que je déménageais à Londres pour le travail et que là bas, c’est pas si facile d’avoir un traitement.... et pas gratuit non plus. Enfin voilà, j’ai commencé à acheter de la codéine en ligne, pas trop cher et ça faisait le boulot. Et là vous allez me prendre pour un mytho, mais un matin en partant au boulot, je trouve un petit paquet d’hero. Evidemment que j’ai succombé, et de là j’en ai racheté sur le darkweb. De la bonne c’est sûr, surement blindé de fentanyl vu l’effet. Je prenais une mini trace j’étais KO à piquer du nez. Enfin bref, là j’ai bien diminué, avec 1 g je fais 2 semaines c’est dire si je prends rien. À l’époque de mon premier sevrage, je prenais 2 g à l’aise par jour. Et ben croyez moi ou pas, je suis super mal, le manque physique est bien là même à l’arret d’une si petite dose, d’où ma pensée qu’elle était coupé au fentanyl. Ou peut-être qu’avec l’age et vu que je suis accro depuis longtemps, mon corps a du mal à s’en remettre.

Enfin voilà, je ne sais pas si je devais dire tout ça dans ma présentation mais c’est fait. J’espere reussir mon sevrage c’est que le 2ème jour. J’ai quelques trucs pour soulager au cas, pas d’opiacés, alors on verra.

Sinon je ne suis pas la caricature que beaucoup de gens se font du drogué de la rue, j’ai un travail, depuis des années, je suis en Angleterre depuis 2 ans, marié, tout va bien quoi, à part ce truc qui me gache la vie non pas pour ces effets mais simplement car c’est illégal et que j’alterne entre manque et période normale. Parce que bon j’me défonce pas, je prends juste de quoi être « normal » d’ailleurs personne ne savait même pas ma femme, pourtant elle connaissait mon passé avec la drogue, et puis vous avez vu ma conso, je pensais que j’allais arrêter en mode easy et sans douleur.

Enfin, voilà, j’espère qu’on réussira tous à s’en sortir, j’en ai vu plus d’un tomber malheureusement, et j’espère qu’on sera les plus forts.

Et si j’ai un conseil, si vous voulez essayer un truc, ne tentez pas les opiacés, on se croit toujours plus fort et puis ça devient un besoin à vie dont on ne peut plus se défaire.

Catégorie : En passant - 21 mai 2020 à  03:23



Commentaires
#1 Posté par : Mala13002 21 mai 2020 à  07:24
Pour tenir bon, j’avais prévu du Kratom vu que ça a l’air de marcher. Et c’est vrai que ça m’a un peu soulager le premier jour, bon j’ai du prendre bien 20g en tout dans la journée voir 30. Peut-être qu’il est de mauvaise qualité. En tout cas même pris avec du curcuma, c’était limite. J’ai quelque cachets de codéine chez moi au cas où même si je suis censé faire sans opiacés. J’essayerai de tenir ce blog à jour. Si quelqu’un a un conseil, n’hésitez pas. Même si ça vous semble ridicule un sevrage avec un manque physique à si petite dose d’héro, je vous assure que j’ai bien les frissons, chaud froid, la sensation de feu dans les veines, les jambes que je dois bouger sans cesse, les bras aussi d’ailleurs, c’est loin d’être psychologique alors je ne sais pas ce que la poudre que j’achetais contenait mais c’est très accrocheur.

Posté par : Mala13002 | 21 mai 2020 à  07:24

 
#2 Posté par : prescripteur 21 mai 2020 à  09:32
Bonjour, j'avais fait un protocole de sevrage de l'heroine.

http://www.infos-psychotropes.fr/pdf/protoSVl.pdf

les TSO peuvent etre employés mais aussi le Dicodin par exemple

Le principe est
de prendre le minimum pour calmer sans supprimer le manque
d'augmenter rapidement le temps entre 2 prises
de ne pas depasser 15 jours avec l'opiacé utilisé (TSO ou Dicodin) pour ne pas developper tolerance et addiction.

Mais attention, en cas d'echec, ça mène assez facilement à un TSO. Ce qui n'est pas trop un pb en general car si une personne veut arreter l'heroine et n'y arrive pas, les TSO sont là pour ça.
Mais pour ceux qui veulent absolument tout arreter il faut etre vigilant de ne pas depasser les 15 jours.

Amicalement

Posté par : prescripteur | 21 mai 2020 à  09:32

 
#3 Posté par : Mala13002 21 mai 2020 à  13:08
Bonjour, merci pour cette info, je viens de lire, ça semble une bonne idée. Je vais y réflechir et peut être essayer avec la codéïne.
Je n’ai pas de Dicodin, donc je pense utiliser la codéïne phosphate sur 15 jours. 
Le problème ici c’est que c’est un très long chemin pour obtenir un TSO. J’y ai pensé vu que j’ai réussi une première fois avec la méthadone. Je me suis inscrit à un programme car c’est obligatoire ici à Londres apparemment, et j’attends depuis bientôt 15 jours donc ça fait un peu long.
Et puis peut-être le passage à la codéïne me permettra aussi de savoir ma consommation réelle.
En tout cas merci pour les conseils.

Posté par : Mala13002 | 21 mai 2020 à  13:08

 
#4 Posté par : Mala13002 23 mai 2020 à  14:37
Bon me revoilà, j’ai fait un test à la codéïne et j’ai besoin de 300 mg par jour pour ressentir moins le manque, et même avec ça, il ne disparait pas complètement. J’ai notamment une sensation de froid constant dans la nuque et les bras sans repos, c’est ce qui est le plus insupportable. J’en déduis qu’il y a forcément un truc bizarre dans la substance que j’achetais. Et je vous mets en garde si vous achetez sur le dw à des vendeurs anglais très bien notés, et avec des produits de qualité. Attention vous risquez d’être accro à une substance inconnue et là ça devient difficile de gérer le manque.
Ça m’étonne car même si c’était du fentanyl, à dose aussi faible, la codéine devrait réussir à me calmer non?
J’me demande si il n’y aurait pas de lourds somnifères accrocheurs dedans car comme je le disais, une très petite dose me faisait quelque fois piquer du nez et je suis loin d’être naïf aux opiacés, j’en ai pris de toutes les façons possibles et sous de nombreuses formes.
Enfin, je vais continuer à essayer. J’ai reçu un petit paquet hier que j’avais commandé il y a un moment déjà. Si ce n’est toujours pas possible de dormir ce soir, je pense que j’en reprendrais un peu pour dormir au moins.

Posté par : Mala13002 | 23 mai 2020 à  14:37

 
#5 Posté par : trixter87 23 mai 2020 à  15:25
moi perso  après 15 ans de relation au opiacé j'ai toujours d’écorché au bédos plus occupation prenante potager indoor/outdoor ;-), balade avec ma familles , mes chien.

bon je parle de dose costaud pas 4/ou5 joint par jour; ok ça demande une certaine organisation( culture) ou certains moyen. ce n'est pas sens risque malheureusement on est tjs dans un pays schizophrène à la botte des labos , ou on gâche la vie de millier de gens (parfois jusqu’à la prison) et ou on laisse sévir des fléaux comme l'alcool et certain médicament ( mal utiliser) QUELLE HONTE.

j'ai vécu avec un ami héroïnomane on l'a sevré celons ce protocole d’abord il est passé à la méthadone, puis rapidement plus que de la grosse weed bien violente. c passer comme une lettre a la poste. bon j'avoue c’était plutôt la poste en mode covid, ce fut long.

Du coup il à repris ces études et fabrique des éolienne, est marié et gère 3 marmot (ceux de ça femme)...

Tous est possible, courage mec accroche toi garde la niaque!

ps :  petite alternative aux aides chimique pour le décrochage que je vais expérimenté sous peu la laitue!

;-) bon tu doit te dire il se fout de moi celui la!

Et bien non! pas du tout cherche sur gogol la laitue vireuse et laitue scariole. les deux sont psychoactive (longtemps utilisées dans la pharmacopée occidentale) utilisable en infusion si besoin pressant, peux ce fumer une fois séché ou être préparé en rachacha ( on infuse les plants dans de l'eau puis réduction a feu doux, en une pâte que l'on peut fumer après séchage ou la manger).

Posté par : trixter87 | 23 mai 2020 à  15:25

 
#6 Posté par : Mala13002 23 mai 2020 à  18:00

trixter87 a écrit

moi perso  après 15 ans de relation au opiacé j'ai toujours d’écorché au bédos plus occupation prenante potager indoor/outdoor ;-), balade avec ma familles , mes chien.

bon je parle de dose costaud pas 4/ou5 joint par jour; ok ça demande une certaine organisation( culture) ou certains moyen. ce n'est pas sens risque malheureusement on est tjs dans un pays schizophrène à la botte des labos , ou on gâche la vie de millier de gens (parfois jusqu’à la prison) et ou on laisse sévir des fléaux comme l'alcool et certain médicament ( mal utiliser) QUELLE HONTE.

j'ai vécu avec un ami héroïnomane on l'a sevré celons ce protocole d’abord il est passé à la méthadone, puis rapidement plus que de la grosse weed bien violente. c passer comme une lettre a la poste. bon j'avoue c’était plutôt la poste en mode covid, ce fut long.

Du coup il à repris ces études et fabrique des éolienne, est marié et gère 3 marmot (ceux de ça femme)...

Tous est possible, courage mec accroche toi garde la niaque!

ps :  petite alternative aux aides chimique pour le décrochage que je vais expérimenté sous peu la laitue!

;-) bon tu doit te dire il se fout de moi celui la!

Et bien non! pas du tout cherche sur gogol la laitue vireuse et laitue scariole. les deux sont psychoactive (longtemps utilisées dans la pharmacopée occidentale) utilisable en infusion si besoin pressant, peux ce fumer une fois séché ou être préparé en rachacha ( on infuse les plants dans de l'eau puis réduction a feu doux, en une pâte que l'on peut fumer après séchage ou la manger).

Merci pour les infos et le soutien. Je ne fume plus depuis des années et malheureusement les dernières fois où j’ai fumé en étant en manque, j’avais l’impression que c’était bien pire. Mais c’était de petites doses alors que toi tu prenais de grosses doses. Mais je ne sais pas comment tu fais pour sortir en étant en manque. Franchement au max, je sors marcher une heure, et j’en peux plus, surtout que je transpire à un point, on dirait que j’ai 40 de fièvre. Ça ne m’avait jamais fait ça en manque, c’est très bizarre.

J’suis d’accord avec toi, on laisse l’accès libre à l’alcool qui fait des ravages, presque tous les hommes de ma famille sont alcooliques ou l’ont été. Et les labos, ils s’enrichissent grace à nos galères. Mais on est content de les trouver pour soulager le manque quand même de temps en temps. Ils ont crée le problème et la solution, ils ont bien compris comment controler les gens.

Le souci pour moi c’est que je suis en Angleterre donc les TSO c’est un parcours du combattant même pour avoir un traitement de 15 jours pour décrocher, trop de gens font semblant pour vendre les medocs apparemment, donc ils veulent faire des tests avant de donner un traitement, et en mode covid, c’est impossible. Donc ils proposent un soutien psycho uniquement, et pour le physique, tu te débrouilles. Honnetement j’suis allé à l’hopital au début du manque, ils m’ont donné de la codéine, en mode, on peut rien faire de plus, on vous soulage, continuez à acheter là où vous le faisiez, on peut pas aider en ce moment. Bon c’est une  periode difficile pour eux avec le virus, c’est déjà bien de m’avoir aidé.

Je perds pas espoir, ma conso était super basse, je devrais m’en sortir surtout que j’ai reçu le petit paquet qui me soulagera si je ne tiens plus surtout le soir où c’est insupportable.
J’vais voir pour commander de la metha sur le dw au pire. Car la codéine, je pense que je vais galérer à descendre d’une telle dose en 15 jours.
Et surtout c’est pas sur que je réussisse à en avoir assez pour tenir aussi longtemps. J’ai testé un jour surtout pour estimer la dose équivalente à ma conso.

Pour la laitue, je te crois, ça s’appelle wild lettuce ici,  je connais, j’en consomme en thé, ça aide un peu, ça diminue la douleur, j’avais vu que certains la fume avec de la weed et ça semble aider.
Je m’en sert pour stopper mais mon stock est trop petit et avec le covid c’est pas facile d’en avoir. Alors j’en consomme mais c’est trop peu pour m’apaiser completement. Je prends aussi de la passiflore et valeriane, et du kratom. Le cocktail m’apaise quand même bien 70 % du manque.

J’abandonne pas toute façon, je vais essayer differentes methodes si il faut. Le souci c’est surtout la nuit pour moi, avec les impatiences. Des somnifères aideraient surement mais j’veux pas prendre le risque d’être accro à autre chose.

Enfin, en tout cas, merci pour le soutien. Et je le redis, attention aux prods que vous achetez si vous commandez sur le dw au UK, le produit est surement coupé à du lourdement addictif.


Posté par : Mala13002 | 23 mai 2020 à  18:00

Remonter

Pied de page des forums