Trip Infernal Salvia / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Si » 
 

Trip Infernal Salvia 



Bonjour,
Ça c est passé Il y a quelques années, un trip sous Salvia, 2 prises. J ai envi de partager cette experience aujourd hui pour aider d autres curieux, mettre en garde et philosopher in peu. Ma vision a pris du recul Sur ce trip qui malgrès le temps me travaille encore.
C était Il y a 5 ans, on decide avec un pote de "tester" la Salvia : un bang, de l extrait *30 dans mon studio etudiant... Je ne me rappel plus les doses precises mais on decide a la hate d en prendre beaucoup de peur de manquer en CAS de faible produit -stupide idée-.
Mon pote attaque, tap, regard vide mais pas appeuré, placide, assis en tailleur, un peu de bave. Il revient a ses esprits au bout de 5 mins et commence à m expliqué. En gros Il a fait une chute libre dans un trou pixelisé où tout était pixelisé. Ce trip à fait (re?)ssortir chez lui de mauvaises pensées, Il ira au psy pour ça.
Neanmoins, dans sa breve explication qu Il m a donné une fois le trip terminé, Il semblé à la fois troublé et "content" ou impressionné par la puissance du trip, même si il ne me parle pas de choc ou de bad trip.
C est mon tour, je tape en tantant de garder conscience  du debut a la fin.

Je vous raconte maintenant mon premier trip a la Salvia

C est comme un rêve, en plus conscient, en plus reel. on ne sait pas comment on a atterri ici, mais c est "je" qui est ici, c est moi-même qui le vit.

Je suis donc dans un charriot de mine le truc basic qu on connait tous graces aux western ou jeux videos. Le charriot avance sur ces rails, accélére en descente, ralentit quand vient une monté, c est comme des montagnes russes mais où les rails sont fixés a même le sol et defilent le long de vertes colines. Ces collines sont herbeuses, d un vert intense et je peux les voir de loin et ainsi anticiper ma venue sur elles selon le passages des rails.
Le tout est vécu comme sur un dessin basique, où les colines defilent tels de lointaines 'bosses' qui grossissent et grossissent a fur et a mesure qu elles se rapproches, mes rails ne tires pas droit dans le paysage mais semble bien allé de colines gauche a colline droite en passant par les creux et sommets des colines qui ne sont que de guere bosses dans un univers petit, tout petit, mon horizon se situe environ a 200m et se derobe ou deroule au fil de ma progression.

Progression non souhaitée puisque je ne marche pas mais subit cette avancé dans le paysage. Sur ma droite soudain, un gigantesque chateau-volcan erupte et tonne, il soulève cendres lave et poussière. Avant ça je ne sais pas de quel nature est le ciel mais maintenant ce n est que feu et obscurité. Je suis sous terre, d où le chariot de mine, je suis en enfer ou du moins une sorte de purgatoire. Toujours sur ma droite, perchée sur une colline, elle est aux premières loges et diriges les operations, a chaques ordre qu elle donne c est toute la montagnes et la voute infernal qui s embrase tandis que la vallée reste verte et tranquille. Elle c est la chef, un demon feminin majeur accompagnés de deux garde du corps masculins. Elle est très puissante, d une hierarchie infernale élevé et respecté. Une duchesses des enfers, dans sa combinaison rouge et noire lui moulant son magnifique corps athletique et sensuel. On ne distingue guère que sa silouhete sombre sur la lave qui explose derrière elles comme pour seulement faire son entré sur scène. Elle a une coupe type carré/frange, cheveux au dessus de l epaule. Elle ressemble a uma truman dans pulp fiction.
Par telepathie elle m explique brièvement que la vie est une farce et que rien n était vrai, pas plus mes parents que mon amour pour eux, que tout était superficiel et que le seul but de m avoir montré ou plutôt fait vivre cette "fausse" existance c était pour pouvoir m annoncer en fin de compte cette nouvelle avec le plaisir sadique que cela engendre. Elle detenait La verité et se distraillait de detruire celle des autres.
Le plus étrange c est le sentiment que j avait qu elle avait raison.

Quand on se réveille d un rêve, on sait alors qu on ai éveillé et vivant dans le monde réel, on le sait, on le sent. Ici j avait réellement ce sentiment de savoir que toute question de la vie et mort, univers, temps étaient résolu, j avait tout, le but de la vie, le sentiment d etre eveillé de la vie qui n était que tromperie. J avait gagné un niveau de conscience superieur a celui du vivant.

J etais surtout très angoissé et troublé de ce sentiment, c était brutal.
Aussi j apprends qu a la fin du rail de chemin de fer -que j entraperçoit au loin- il y a le neant. Au bout des rails il y a le neant, c est a dire ma mort. En theorie je suis deja mort dans le sens où la vie tel que je l a connaissais n était qu illusion et que je suis désormais dans le monde réel. Mais il serait donc plus juste de dire que le monde réel est mort ou qu il n a jamais existé et que moi, enfin, j étais né dans le vrai monde pour y perir aussitôt, dans le néant des enfers.
J allait donc mourir et tout perdre moi qui avait accés efin au vrai moi et au vrai monde.

Le paysage defile, je suis dans mon charriot, tout le monde me dis adieu, on me salut. Mes amis, mes Amours, ma Famille, les petites rencontres de ma vie, tous me disent adieu, sans reel tristesse ni joie. Cela resemblait un peu a la fin du film big fish de tim burton....
Au loin je vois le neant dont je me raporoche, il est noir, sans ombres ni lumière, infini.

Je sais que lorsque j arriverai dans ce neant, le vagon-charriot se stopera puisque les rails s arrêtent, il faudra alors que je cours pour rester en "vie".

J arrive

Je suis dans le noir total, le charriot se stop. J essai de me levé. Des centaines de cables organiques me maintiennent dans ma positions quasi-allongé type comme dans un bain... Je suis nu. Les hommes de mains a la carure imposantes se précipitent a descendre de leur montagne pour m achever. Le bras droit, sorte de minotaure est particulièrement rapide. Je doit faire vite.
Je me force a me mettre debout, les tendons cèdent et claques en s arrachant de ma peau enfaisant un bruit élastique si particulier. Plus je tire plus la pression de ces tendons plantaient dans ma peau se fait grande. Mais j ai si peur que je redouble d efforts. Le son est horrible, un a un les tendons blancs craques, claques, et s arraches de ma peau. J arrive enfin a me tenir debout. J arrache les derniers cables avec mes mains. Le demon est derriere moi, la démone elles, contemple depuis sa falaise de lave.
Je sprint, dans le noir infini. Le monstre me rattrape, m attrape par le poigné, je me retourne, le monstre se transforme.

Mon pote est là, il m a empêcher de m évader de mon appartement. Je me rappelle mtn avoir tapé une douille et je comprends mais suis troublé par la puissance de ce qu il c est passé...



2 semaines + tard, deuxième trip, moitié de la dose

Cette fois je suis maitre parce que je prends moins de produits, je sais ainsi avoir tapé une douille en présence de 5 amis dans une mezzanine, dans un canapé.

Le trip commence, je suis toujours dans le charriot, le même. Cette fois je me moque de ce qu il peut m arrivé et le ressenti n est pas malaisant, j ai le contrôle, je sais que tout sort de mon imagination. Je regarde les acteurs de ma vie me dire au revoir. Je prends ça cool et savoure ma vision de manière plus contemplative que la première fois.
Cette fois, ni archiduchesse demoniaque sexy, ni collines ni néant au bout des rails.
Je voyage de nuit a travers la ville où je me trouve, sur les rails passant de toit en toit. Au bout des rails, au loin, je nous aperçoit tel que nous sommes, mon corps est dans le canapé avec ma douille que je viens de fumer, je suis de dos. Les autres, face a moi me regardent hilares ou intrigués de me voire tel une loque bavante dans le canapé.

Bref, j avance sur les rails et voit les gens me dire adieu bien que j ai conscience que ce n est qu une farce salviannique ! J arrive a destination. Le bout des rails arrivant dans le sofa, je me refond en mon corps et suis de nouveau pleinement moi, je suis libre de mes mouvements à nouveau et pourrai me lever par exemple. J était dehors, sur des rails célestes, je suis de nouveau a l inrerieur, chez mon ami.

Là je sent les effets se dissiper et comme des tendons ceders et claqué naturellement et se delier pour me libérer. Cela ravive le souvenir désagréable de la première prise.
Je commence a tenter d expliquer a mes amis qui se trouvent face a moi le trip. Je leurs explique que c était drole parceque je pouvais dédramatisé le fait que bien que le trip était dur et violent, je savais que ce n était qu une mascarade et que la mort ne m attends pas au bout, le monde bien réel...

C est là q une fois encore le trip est devenu étrange et mystique.

Mes amis ne l étaient pas, c était des demons, et moi je leurs avais donné des informations en pensant avoir a faire à des gens de confiance. J ai senti la puissance demoniaque anéantir mes amis, ces amis qui n avait rien compris, nous étions des êtres inferieurs sans connaissance ni de la mort ni de la vie, mais moi j allait peut être enfin savoir.
Les demons m explique que le monde est une illusion et commence a me faire sentir de nouveau très "éveillé" à une dimension superieur. Le monde me paraît encore une fois très vide de sens en comparaison à l autre monde. Tout s éclair, les demons me font ouvrir les yeux.
Les effets se dissipent encore, mes amis reprennent le dessus, l un d eux me pose une question du style "il se passe quoi, ta vu quoi ? " moi je reponds "qui parle ? C est toi ****** ou c est l autre ******? J avais besoin de reponse.
Je perd les demons et ai fait peur à mes amis. Mes moi je veux la vérité alors je demande a l autre ****** de revenir.
A ce moment là dans mon esprit, j ai conscience que ceci est induit par la salvia mais pourtant je veux continuer à rester dans ce monde éveillé et discuter de la vrai nature de la vie. Ces êtres avaient accé a l essence même des choses, de la vie. Et moi je revennais tranquillement de mon trip. Bien que je sache ma defonce il y avait quelque chose de plus grand, inaccessible. Trop grand pour le monde réel, y compris la drogue.

Je suis me suis beaucoup questionner sur ma spiritualité, mon rapport a la vie. Mais d un autre côté, ces expériences m on fait découvrir des faiblesses cachés. Après ces expériences j ai toujours revecu les cables me cousant la bouche explosé et claqué chaque redescente de psychédéliques, perte de confiance en soi et doute sur le sens de la vie.
Je ne regrette pas mais je me serais préparé et renseigné beaucoup beaucoup plus si j avais su....

Je pense que quand l on meurt les demons nous mêne dans le néant et nous tuent. Puis plus rien. La vraie vie c est sans doute la mort, cet instant de vérité où l on comprendra tout puis plus rien. Ça n a rien de divin, c est juste notre cerveau. A ceci près que le cerveau peut être divin si on lui donne les moyens.
La salvia est un drogue puissante, aller jusqua pouvoir ressentir que le monde est une image, le ressentir aussi clairement que lorsque l on se réveille c est dingue. Seule la mort devrait pouvoir faire sentir ça. J ai cet impression d avoir déjà foulé "l au dela". C est pas un truc qu il faut prendre a la légère, qui est normal dans la vie d un homme .. Certains on eu moins de chance que moi. Suicide, lourd troubles post traumatique...

Attention aux doses

PS: déso pour l orthographe, prennez soin de vous

Catégorie : Trip Report - 13 mars 2019 à  05:54

#Trip report salvia divinj

Reputation de ce commentaire
 
Merci beaucoup pour ce Tr bien expliqué



Remonter

Pied de page des forums