ma vie ce n'est pas la fête : c'est une teuf chaotique / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » cependant » 

ma vie ce n'est pas la fête : c'est une teuf chaotique 



oups, I did it again.

pourtant, je n'avais jamais fait ça.
pas comme ça.

je ne reconnais plus rêve et réalité, je me perds dans mes vies parallèles.

tout a commencé par deux jours de son et concerts, speed et sken. nuits blanches aux lumières tamisées des projecteurs qui se reflètent des scènes. J'envoie au bar, je danse devant les caissons. Nuits blanches et fleuves de paroles, avant de me réveiller dans le coffre d'une voiture à deux juste avant que les flics ne verbalisent.

Puis la route, ligne blanche centrale avant d'arriver sur un chemin asséché par le soleil de fin d'été, dans les rangées de pommiers indus. sous le ciel turquoise et les rochers calcaires, la rosée glacée du matin, j'oublie tout ce qui n'est pas présent.

je sais que tout est vrai, cependant je garde à chaque instant une vague impression de fictif.
comme sous kéta, je me vois partir tellement loin que le retour est plus qu'incertain.

mais cette fois je suis presque soulagée d'atterrir dans le confort connu des choses simples et monotones. même si j'en ai déjà marre, c'est pour ça que je repars sans cesse.

un gout amer et métallique, pire qu'un imovane brisé sur les papilles, engourdit ma langue.

j'ai émietté des amitiés pour en faire un joint qui m'a envoyé en l'air. je vais droit contre le mur, d'un amour qui a une odeur de came.

incapable de me garder stable, je roule dans le sable d'une rivière en crue. sous un pont taggué, sous le déluge, le seul refuge de la boue.

itinérants salariés par moments, on récolte les pallocks des profits sur nos dos. alors qu'on dort comme escargots dans nos cocons à roulettes, on gobe des boulettes de plus en plus grosses pour ne pas sentir venir les courbatures et les cancers des pesticides.

https://files.newsnetz.ch/story/1/2/3/12394628/2/topelement.jpg

on s'anesthésie les dix heures de taf pour enchainer le temps, et on s'arrose d'alcool, kétamine et tout ce qui passe dès que la journée s'arrête. pourtant jamais j'ai travaillé avec autant de légèreté, jamais j'ai vécu dans un état tel d'osmose partagée.

et dès qu'on a terminé par de vrai, on court au four pour investir le salaire  dans le plus éphémère des plaisirs réels. crack et came, une valeur sure. enfin, si la coke veut bien se baser.

non pas que les étreintes et la baise ne soit certitude de plaisir. et plus encore que pour la came, je mets ma vie en jeu pour cette relation qui commence bien trop sérieusement à s'ancrer dans moi.

et de retour, dans des instants d'attente infinie je perds ma patience. je m'en veux et je m'assomme dans un cocktail qui me gonfle les yeux. alcool, pavot, kéta et oxomémazine : j'ai perdu ma RdR sur le chemin de l'ébriété pour m'oublier.

Catégorie : Tranche de vie - 13 septembre 2020 à  16:33

#alcool #kétamine #opiacés #travail



Commentaires
#1 Posté par : cependant 15 septembre 2020 à  23:55
Et ça ne va pas mieux.

Je voudrais presque y retourner, dans cet état d'insouciance fatiguée. Plutôt que de laisser courir les jours en attendant que ça passe. Plutôt que de me faire culpabiliser pour mon bien sur les verres de vin qui me morfondent en angoisses et, pendant que j'essaie de rien prendre, voire des traces de sken disparaître sous mon nez.

Impatiante, j'en ai marre. C'est moi que je n'arrive pas à apercevoir le bien qui m'entoure, je m'en veux en plus, mais ça ne sert pas à me convaincre.

Fatiguée d'errer, je me trompe et je trompe.

Posté par : cependant | 15 septembre 2020 à  23:55

 
#2 Posté par : cependant 17 septembre 2020 à  00:33
Si, c'est pas pire !

Vidée de mes énergies, je laisse le temps passer.

J'arrange tant bien que mal les taches du quotidien.

Je ne sais pas si c'est parce que le temps c'est un bon docteur ou bien parce que partager l'ennui et trouver une voix au-delà du fil ça sert à ça.

On a réussi à ne pas se faire transporter vers le demi qui aurait fini dans le bica.
C'est déjà ça de gagné aujourd'hui on va dire.

En plus, 0 de codé ! 4g de kratom, presque plus mal au bide, beaucoup moins de chaire de poule. Ça fait une semaine que je n'ai pas pris de came. Et aujourd'hui pas d'alcool.

J'ai passé la nuit assommée par tercian et valium, mais je n'avais jamais dormi autant depuis longtemps. Ça fait du bien.

On verra demain, mais j'entrevois un peu de moral. Pourvu que ce ne soit pas de la morale ! wink

Posté par : cependant | 17 septembre 2020 à  00:33

 
#3 Posté par : Rick 18 septembre 2020 à  01:06
Pourquoi transforme tu ta vie en "teuf chaotique" ?

Perso ma vie j'étais bloqué dans une boucle :

Septembre on commence, je suis à fond en automne et en hiver. Le printemps ça va pour la première moitié puis après ça se dégrade niveau santé. Je veux faire un sevrage car je me dis que mes pb de santé viennent de là. Des drogues. Je me sèvre puis quelques mois après je rechute car je m'ennuie (la vie sans drogue est profondément ennuyeuse. Avis personnel).


Alors qu'en fait mon problème, c'était juste du surmenage mais je pense que erreur classique de tout mettre nos problèmes sur le dos des drogues qu'on se tartine.

Pauvre nutella :'3

Posté par : Rick | 18 septembre 2020 à  01:06

 
#4 Posté par : cependant 18 septembre 2020 à  15:23

a écrit

Alors qu'en fait mon problème, c'était juste du surmenage mais je pense que erreur classique de tout mettre nos problèmes sur le dos des drogues qu'on se tartine.

Grave !
Je suis 100% d'accord, c'est bien pour ça que c'est impossible pour moi de penser d'arrêter sur le long terme.
Mes arrêts c'est juste pour profiter au max, ne pas être trop dépendante physiquement, sentir bien les molécules quand y en a et ne pas me ruiner.
Je ne pense pas, du tout, que si j'arrêtais tout je serais mieux. Au contraire !

Cependant la gestion sur le long terme ça commence sérieusement à me poser question...

Quant à la teuf chaotique, bah, c'est un choix, mais que partiel.

C'est plutôt une impression, sur les dernières périodes, de m'en souvenir comme je me souviens des teufs, avec une perception du temps extrêmement déformée, une perception de la réalité pas très nette. Un peu comme un rêve quoi.

Mais en effet, c'est aussi parce que je « décide » de vivre des trucs improbables, une histoire un peu folle, de prendre des prods, dans un parcours de vie pas forcément très linéaire.

J'en suis contente et même fière d'un certain côté, mais ça demande beaucoup d'énergie de l'autre. Et ça me provoque une bonne sensation de décalage avec le réel de cette société, du décalage avec le vécu de pas mal de personnes...

Et toi t'as réussi à t'extraire de ta boucle ?


Posté par : cependant | 18 septembre 2020 à  15:23

Remonter

Pied de page des forums