[GUIDE] L'addiction sévère au GHB et dérivés , guide pour les soignants et les usagers. / PsychoACTIF

[GUIDE] L'addiction sévère au GHB et dérivés , guide pour les soignants et les usagers.

Publié par ,
766 vues, 8 réponses
Rick 
Modérateur
20011
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2385
Blogs
Il est possible de consommer du GHB de manière raisonnée et non problématique sur de très longues périodes. Cependant, ce topic abordera les cas les plus sévères d'addiction au GHB. Vendu comme simple complément alimentaire lors des 90's aux Etats-Unis, la molécule est tour à tour utilisé pour mieux dormir, augmenter le plaisir lors des rapports sexuels, pour faire la fête ou sculpter son corps. En 1996 , cette nation comptabilisera plus de mort avec cette molécule qu'avec la MDMA soit 10 000 personnes minimum et sans aucune couverture médiatique. Depuis des années, par le bouche à oreille, une communauté d'usagers très importante s'était développé dans l'état de Floride et de Californie. Jusqu'au début des 90's ,lors d'une overdose moins de 2% des usagers passaient des examens toxicologiques post mortem permettant de détecter la molécule. En effet, dans la quasi totalité des cas, la mort survenait après une interaction médicamenteuse or les tests s'arrêtaient lors de la découverte de l'alcool, opiacés, cocaïne et n'allaient pas en profondeur pour des raisons de praticité et financières. Une difficulté qui a fasciné le monde de la télévision, créant de toute pièce le mythe de la drogue du viol dans la culture populaire au point que des individus se sont mis à utiliser la molécule pour des soumissions chimiques. Transformant ainsi la fiction en réalité.

Encore utilisé aujourd'hui dans le domaine médical pour des troubles du sommeil chroniques, le grand public connaît surtout son précurseur LA GBL. Parfois à la rubrique fait divers comme c'était le cas à Montpellier il y a 10 ans avec ses adolescents qui en buvaient avec de l'alcool en boîte de nuit, Loana ou encore ce jeune homme qui a bu une gorgée fiole de gbl pure peut être abandonné sur les quais de seine alors qu'il était déjà ivre. Sans mélange, le produit est pourtant étonnement safe. L'O.M.S établit la dose létale 50 à environ 1,7g par kg et la dose létale 100 à 2g par kg , alors que le produit se consomme à hauteur de 1-4g en fonction du poids et de la tolérance. Cependant, avec un peu d'alcool dans le sang, il peut se réveler mortel très rapidement : arrêt cardio respiratoire, la position latérale de sécurité est vitale pour ne pas s'étouffer dans son vomis du moins quand la personne n'est pas entrain d'avoir de violentes convulsions.


Le GHB atteint nos synapses grâce à un solvant pour peinture, la GBL, qui peut être transformé avec une base et un peu de chaleur en GHB. La transformation en ghb peut s'effectuer par notre organisme par l'action d'enzymes et la gbl se révèle encore plus fort que l'original car la "saponification in vivo" se produit à une vitesse fulgurante. Le plasma est soudainement saturé de GHB, encore plus rapidement qu'en avalant le produit pur. Cependant nous ne connaissons pas les risques , ou très mal, de la consommation de la GBL à long terme. Nous ignorons aussi la pureté des solvants vendus sur internet c'est pourquoi il peut être d'un intérêt sanitaire de transformer sa gbl en GHB. Et de faire analyser son produit, via le dispositif psychoactif-sintes en cas d'effets indésirables ou inattendus. (email : modos@psychoactif.org pour plus d'informations).

Le butanediol lui, nécessite "deux passages" enzymatiques et ses effets sont beaucoup moins agréables, "plus sales", c'est pourquoi la GBL reste la substance de choix pour les soirées chemsex. Parfois, même préféré au GHB pour certains usagers. La GVL, elle, est restée très impopulaire, encore plus que le butanediol.

Il est à noté que l'addiction au GHB est ainsi moins sévère qu'avec la GBL vu que le solvant permet d'atteindre des concentrations plasmatiques plus importantes et plus rapidement.

Avec une dose à moins de 10 centimes d'euros et un accès irresistible, prohiber ou non, la GBL fera son bonhomme de chemin au près des européens et deviendra de plus en plus populaire. C'est pourquoi il est nécessaire d'apprendre aux usagers les bases concernant son utilisation SAFE, les risques en cas de consommation sur de longues périodes mais aussi comment prendre en charge ce type d'addiction. Aussi, même si l'addiction au GHB est anecdotique, elle est une triste réalité pour certains malchanceux. Son inventeur, le génie Henri Laborit n'y trouvait presque aucun défaut et certains de ses admirateurs ont vu dans le GHB un produit incroyable. Or, ils consommaient le produit avec un espacement raisonnable et aucun d'entre eux n'a découvert l'addiction au GHB dans sa pleine cruauté et sévérité. Une sorte d'alcool solide ou liquide, engendrant une ivresse intense avec le volume d'une cuillère à café. Des effets courts, très plaisants, un potentiel addictogène intense. Il serait vraiment très imprudent de le sous estimer.

Les autres situations où le GHB tue, beaucoup plus rares, sont dû à un arrêt soudain de la molécule. Un arrêt qui peut être fatal pour les addictions les plus sévères comme ce fut le cas pour Mr. America Mike Scarcella par exemple.

L'arrivée du GHB dans les médias date du 26 juin 1996, quand 4 hommes furent retrouver inconscients dans les rues d'Hollywood, ils avaient consommé de l'alcool en grande quantité et n'avait aucune information sur cette molécule.

C'est pourquoi un espace d'information, dédié aux usagers est primordial :
grâce à l'échanges d'informations entre profanes, nous avons appris quelles molécules sont mortels avec le GHB. Boire de l'alcool avant, prendre des dépresseurs du SNC, de la kétamine ou même de la codéine, DXM, benzodiazépines etc.

La molécule étant proche de l'alcool mais potentiellement plus puissante, même si l'addiction physique met relativement longtemps à venir, le sevrage peut être potentiellement très difficile.

Perte de poids, atteintes des glandes salivaires (impossibilité de s'allonger, on s'étouffe dans sa propre salive). Diarrhée, vomissement. Tremblements d'un corps rigide au point de ne plus pouvoir marcher, insomnie complète qui aggrave l'arrivée d'une psychose systématique, troubles du rythmes cardiaque sévères, pression sanguine très élevée. Troubles neurologiques importants (incapable de suivre un ordre simple, de serrer une main etc.) , état presque végétatif. Douleurs abdominales , transpiration abondante et huileuse y compris sur les mains. Rhabdomyolyse , insuffisance rénale , arrêt cardiorespiratoire.  La liste des risques et des symptômes est longue est sévère. C'est pourquoi les soins intensifs sont à privilégier : anti convulsivants (benzodiazépines) voir propofol , intubation, barbituriques  pentobarbitol / phenobarbitol si les BZD ne suffisent pas , contentions en cas d'agitation, suivi psy & addicto. Une thérapie dédiée aux effets de la rhabdomyolise, qui reste le risque numéro un pour les décès lors des sevrages de GHB. Surveillance des electrolyte, diurèse, tension artérielle et rythme cardique.

Le sevrage met entre 1 - 6 heures à se déclencher, le pique est atteint entre 16 et 24h et la durée de la phase aigue est de 5-15 jours. Généralement 10-14 jours. Les étapes du sevrage sont au nombre de trois.
- Phase 1/3 : généralement le manque apparaît entre 1 et 3h. Sudation excessive, paumes des mains, plantes des pieds, huileuse, cireuse. Sentiment de malêtre, anxiété. La pression sanguine et le rythme cardiaque augmente drastiquement, ce qui peut être mortel en soi pour les personnes vulnérables sur le plan cardiovasculaire. Les symptômes peuvent être traités dans de bonnes conditions et environ après trois jours, l'état se stabilisant, certains patients ont été "relâchés dans la nature" à la fin de cette première étape.
- Phase 1,5 : la personne se stabilise, sur le plan somatique et psychique.
- Phase 2/3 : elle dure entre 8- 12 jours environ et s'enchaîne après l'étape de la stabilisation. Etat de psychose avancé, parfois on retrouve la personne autour de l'hopital, parfois sur la route de chez elle ou à son domicile. Anxiété importante qui empêche de dormir et aggrave les hallucinations. Parfois incapable de reconnaître la famille, les amis, ou être très insultant. Une sorte de démence passagère et aigu.
-Phase 3/3 : La phase aigu du sevrage est passée, plus de psychose , il est possible d'arrêter d'éventuels antipsychotiques. Dépression, léthargie, troubles du sommeil encore, perte de la libido, incapacité à se concentrer , troubles de la mémoire et tremblements plus ou moins durables. Surveiller, accompagner la personne et prévenir les risques de suicide devient alors la priorité.


/forum/uploads/images/1569/sevrage-ghb.jpg








Pourtant, une personne qui appel à l'aide pour une addiction sévère au GHB peut être très mal pris en charge, et ce pour plusieurs raisons.

1) Le délirium tremens , ou dans les cas plus standards, l'état psychotique temporaire mais systématique (ressemblant à une bouffée délirante : hallucinations visuelles, sonores, agitation, euphorie éventuelle) va pousser le système de soin à diriger la personne vers la psychiatrie. Incapable de gérer des troubles somatiques aussi complexes , le patient peut succomber faute de soin adapté en unité psy fermé (rhabdomyolise , troubles cardiaques, troubles ioniques etc.).

2) Lors du sevrage du ghb, il y a une amélioration de l'état général éventuellement, entre t+48 et t+72h avant une rechute notamment sur le plan psychique.  De nombreux addicts aux GHB sont sortis des urgences après quelques heures, pour finalement être retrouvé complètement délirant avec de très importantes hallucinations et à errer dans les rues. S'exposant de facto, à des dangers mortels. La surveillance devra donc toujours être prolongé (2 semaines) et la surveillance du sommeille prise au sérieux.

3) Les suicides, car après un sevrage de GHB, entre les cravings mentaux , l'anxiété et la déprime c'est le temps de la dysphorie. Les risques de suicide atteignent des sommets et devront être une priorité absolue pour tous les sevrages physiques réussis.

4) En cas de rechute , les risques classiques : accidents domestiques/véhicules, overdoses suite à une interaction médicamenteuse, arrêt abrupte sans aide médicale.


Merci aux professeures Deborah L. Zvsosec, Stephen W.Smith et un immense merci à Trinka Porrata , présidente du projet GHB qui m'a autorisée à utiliser les travaux de son association. Si vous souhaitez avoir plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter rick@psychoactif.org ou au près de mon équipe modos@psychoactif.org en cas d'absence.

Dernière modification par Rick (27 septembre 2019 à  22:27)

Reputation de ce post
 
Merci Rick ! Ca peut sauver des vies ! Yog
 
Nice Work ! Post au top, complet ! PerfectRick! Zaz
 
Super j'en apprends ! Terrifiant sevrage !
 
merci rick pour le taf

SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


Vivel 
Adhérent PsychoACTIF
Netherlands
5000
Date d'inscription: 15 Apr 2019
Messages: 1050
Salut,
Merci pour ce super post, c'est vraiment bien détaillé je pensais pas qu'ils pouvaient autant en chier ! Les symptômes sont terrifiants !

drogue-peace

Hors ligne


Cusco 
Adhérent PsychoACTIF
France
2700
Lieu: Ouest
Date d'inscription: 15 Sep 2015
Messages: 1860
Blogs
L année dernière on m'a donné environ 10cl de GBL y avait de quoi faire...
Le temps de trouver ma dose de croisière je suis monté à 1,8ml puis 2ml.
J ai trouvé que c était un bon substitut à l alcool j'avais même fait un post à ce sujet.
Avec le recul je m aperçois que le craving était rapide.
Toutes les 2h environ.
Une fois que je n'en avais plus ça a été mais j'en avais vachement envie.
Je n osé pas imaginer le mélange avec de l alcool. Souvent je m en dormais en musique pendant quelques heures.
Je ne connais pas le ghb ni le buta... Et ça ne me dit plus rien.
Je pense qu'à petite dose ça peut aider dans l alcoolisme mais ça reste risqué.
C était ma courte expérience et je suis bien content de ne plus jamais eu l occasion d'en avoir eu à nouveau.

Bien sur mélangé avec de l eau d où l intérêt de bien se renseigner

Dernière modification par Cusco (28 septembre 2019 à  01:12)


La vie est une période aléatoire entre le néant et le néant (L.B)

Hors ligne


prescripteur 
Modérateur
12000
Date d'inscription: 22 Feb 2008
Messages: 7058

L'O.M.S établit la dose létale 50 à environ 1,7g par kg et la dose létale 100 à 2g par kg ,

Oui, chez le rat !
https://www.who.int/medicines/areas/qua … Review.pdf

A noter qu'il s'agit d'une distribution statistique. Certaines personnes plus sensibles peuvent faire une OD à des doses relativement faibles. Les doses médicamenteuses sont fixées pour donner un risque d'OD pratiquement nul.

Ci dessous, un article très documenté (mais en anglais). A noter qu'Il est rare que les articles donnent des doses léthales totales . Il est vrai qu'elles peuvent être relativement faibles en cas d'association à l'alcool.  Le post de Rick est donc particulièrement intéressant, notamment sur ce point.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4462042/

Le GHB est un médicament contre la narcolepsie mais à prescription très encadrée.

xyrem_rcp.pdf

https://www.ansm.sante.fr/Activites/Sur … ance/XYREM

La GVL, elle, est restée très impopulaire, encore plus que le butanediol.

Nb : C'est la gamma valerolactone

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gamma-Val%C3%A9rolactone

https://en.wikipedia.org/wiki/Gamma-Valerolactone

https://www.justice.gov/archive/ndic/pu … /index.htm

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (28 septembre 2019 à  10:41)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

En ligne


prescripteur 
Modérateur
12000
Date d'inscription: 22 Feb 2008
Messages: 7058
Pour illustrer la différence entre LD50 et dose toxique , je vous propose l'image suivante, tirée de
https://www.chemsafetypro.com/Topics/CR … ptors.html

/forum/uploads/images/1569/ld.png


La NOAEL est la plus petite dose pour laquelle des effets sont constatés (des OD mortelles par exemple).
La LOAEL est la plus petite dose au delà de laquelle les effets s'accroissent significativement.

La plus faible dose d'effet indésirable observé (LOAEL) est la plus faible exposition à laquelle il existe des augmentations biologiquement significatives de la fréquence ou de la gravité des effets indésirables entre la population exposée et son groupe témoin approprié.

On observe donc des OD mortelles rares dès la NOAEL ( si la courbe porte sur les OD mortelles) et des OD de plus en plus fréquentes dès la LOAEL.  C'est pourquoi il est difficile de donner UNE dose toxique.

La LD 50 est la dose pour laquelle la moitié des animaux testés fait une OD mortelle. Evidemment elle n'est jamais testée directement chez l'homme mais parfois évaluée approximativement  à partir des données expérimentales et épidémiologiques.



Amicalement

Dernière modification par prescripteur (28 septembre 2019 à  17:41)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

En ligne


J-Fraktal 
Ancien Pape Jean-Paul Douille
France
100
Date d'inscription: 06 Feb 2018
Messages: 19
Salut!

Post très intéressant, merci pour le partage!
J'espère que ce type d'info' parviendra rapidement au corps médical. La substance est encore méconnue (j'ai l'impression?) du corps medical et les problématiques de prise en charge sont bien exposés dans le post.

Une chose me rend curieux : il est mentionné une transpiration huileuse. C'est une transpiration avec beaucoup de sébum ou est ce une substance autre qui est excrétée ?
C'est la première fois que j'entends parler de ce type de transpiration.

A+

Hors ligne


Rick 
Modérateur
20011
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2385
Blogs

J-Fraktal a écrit

J'espère que ce type d'info' parviendra rapidement au corps médical.

Je n'ai aucun espoir sur le sujet. Même en temps que soignant, il faudrait avoir une expérience de terrain, or les sevrages de ghb sont disséminés partout sur le territoire et relativement rare.

J'espère pouvoir intervenir dans une conférence un jour, avec mon ami

Precripteur a écrit

ce billet je l'ai écrit en quelques heures un soir de la semaine dernière mais je peux faire un truc plus pro.

Sinon en tant qu'usager, vu qu'on ne mélange pas les torchons et les serviettes, je pense que le corps médical s'en fiche un peu.

Ce que je vais proposer de faire, c'est d'animer une conférence comme je l'ai fait à besançon. Mais cette fois sur le ghb. Avec le contexte actuel le produit se repend massivement grâce aux communautés CHEMSEX et à la prohibition des autres molécules. Donc généralement des hommes de 20-60 ans, homosexuels, polyconsommation (souvent les cathinones) etc. Je pense que les cas d'addiction vont se multiplier.

Une chose me rend curieux : il est mentionné une transpiration huileuse. C'est une transpiration avec beaucoup de sébum ou est ce une substance autre qui est excrétée ?

C'est une observation empirique, il n'y a pas eu d'analyse de la transpiration de personnes en sevrage de ghb. Probablement un déréglement métabolique oui, mais lequel?


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


J-Fraktal 
Ancien Pape Jean-Paul Douille
France
100
Date d'inscription: 06 Feb 2018
Messages: 19
Salut!

Merci Rick pour cet éclairage sur la réalité du terrain médical, inconnu pour moi et ta réponse en intégralité.
J'espère que vous menerez à bien ce projet de conférence. Sont elles réservées au corps médical ?

A+

Hors ligne


arkiners 
futur médecin et futur ancien addict'
France
000
Date d'inscription: 28 Mar 2019
Messages: 6
Bonsoir,

De mon expérience personnelle, étant interne médical et ayant pas mal discuté de ce sujet suite à un usage personnel et des tentatives de sevrage seul ou aidé par le corps soignant, il est vrai que le message est très difficile à faire passer auprès des médecins. Un sujet si marginal ne va pas intéresser les foules, et en médecine si on veut, on peut passer sa vie à découvrir de nouveaux sujets. Donc l'idée c'est juste de tomber sur des médecins qui ont de la ressource, et du réseau, pour s'appuyer sur les militants et les différentes associations pour trouver l'info quand ils ont un patient qui présente ce type d'addiction.
Les seuls infirmiers et médecins qui connaissent bien ces produits dans mon entourage, sont effectivement eux-même consommateurs, ou bien ont travaillé quelques mois dans un service dédié.

J'ai failli me lancer dans un sujet de thèse avant de me rendre compte que ce serait plus une tentation pour moi de replonger que de m'informer toujours plus sur les chems, et de rester au plus proche de la population consommatrice.

Mais voilà, un bon médecin, est un médecin qui face à quelque chose qu'il ne connait pas va se former. Donc gardons espoir...

Hors ligne


  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » GBL, GHB, 1.4-BD
  •  » [GUIDE] L'addiction sévère au GHB et dérivés , guide pour les soignants et les usagers.

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Drogue info - Addiction au GHB
par Anonyme13, dernier post 17 novembre 2018 à  11:18 par Rick
  2
[ Forum ] Drogue info - GHB : "la drogue du viol" [FAQ] pour les non usagers
par groovie, dernier post 06 février 2019 à  16:35 par similana
  23
[ Forum ] Addiction - Addiction au g,b,l depuis 11 ans
par lacape, dernier post 15 septembre 2017 à  00:33 par Sufenta
  17
  [ PsychoWIKI ] GHB (gamma-hydroxybutyrate), effets, risques, témoignages
  [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
45646 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Atelier Psychoactif le 5 octobre sur la RDR et les psychédéliques
    03 octobre 2019Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Est ce que l’analyse de drogues a changé vos pratiques de RDR ?
    11 octobre 2019Commentaire de Rick (26 réponses)
     Appel à témoignage 
    De quelle façon les psychédéliques ont-ils changé votre mode de p...
    12 septembre 2019Commentaire de BobKelso (95 réponses)
     Forum UP ! 
    Question de conservation
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Intéractions THC et CBD selon variété
    Il y a 21hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Market - Deepweb: vos markets favoris SEPTEMBRE A FIN DÉCEMBRE 2019
    Il y a moins d'1mnCommentaire de spectacle dans [Anonymat et sécurité...]
    (46 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Sevrage crack bouteille
    Il y a 4mn
    1
    Commentaire de Electrolibre dans [Cocaïne-Crack...]
    (23 réponses)
     Forum 
    Protoxyde d’azote
    Il y a 5mnCommentaire de FORTNITEisTRASH dans [Poppers, solvants et...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Conduite et cannabis - Suspension permis : la procédure complète pour le récupérer.
    Il y a 6mn
    5
    Commentaire de spectacle dans [Cannabis...]
    (19 réponses)
     Forum 
    Après le sevrage - Astuces pour consolider son abstinence ?
    Il y a 43mn
    2
    Commentaire de Lilas24 dans [Decro - Sevrages... e...]
    (13 réponses)
     Forum 
    Première fois - Codeine et dépression
    Il y a 1h
    4
    Commentaire de Lilas24 dans [Codéine et dihydrocod...]
    (12 réponses)
     Forum 
    Différence entre poudre ou gros cristaux dans le para ?
    Il y a 1hNouvelle discussion de Ziggoto dans [MDMA/Ecstasy...]
     Forum 
    Verrais je un jour le bout ?
    Il y a 2hCommentaire de plotchiplocth dans [Méthadone...]
    (2 réponses)
     Blog 
    Revue de presse Cannabis thérapeutique du 22 octobre 2019
    Il y a 2hCommentaire de plotchiplocth dans le blog de filousky
    (3 commentaires)
     Blog 
    Voyage et voyages
    Il y a 12hCommentaire de Isoretemple dans le blog de Isoretemple
    (5 commentaires)
     Blog 
    Hisoire d'un TRIP lsd +MDMA
    Il y a 15hNouveau blog de VINCZz dans [Trip Report]
     
      QuizzZ 
    Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
    Dernier quizzZ à 20:05
     PsychoWIKI 
    5-MAPB, effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    spectacle, Timide Jovial, Jake, D4V3, jeanbeuz, Peyoteman, enbrume04 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     J'y suis arrivé
    par Fabrice1975, le 21 Oct 2019
    Bonjour Ça faisait 4 ans que je n'étais plus revenu sur le site.. Après 10 ans de consommation d'héroïne et moult sevrages express foiré puis 3 ans de methadone en dégressif je suis depuis 1 ans sevré de la methadone Mais depuis 1 an j'ai la chiasse tous les jours Je regrette la constipat...[Lire la suite]
     Flunitrazolam : mon expérience.
    par Dextro, le 11 Oct 2019
    Bonsoir bonsoir, Je fais ce post voyant qu'il y a assez peu d'infos sur le flunitrazolam, notamment sur son équivalence avec les autres benzos. Je rappelle que c'est une benzo très puissante et addictive, qu'il y a très peu de recherche scientifique à son sujet et que les doses vendues ne sont...[Lire la suite]
     Un adieu de plus.
    par Chêne, le 09 Oct 2019
    Tu m'as tué. Votre discussion me fait me remémorer la période où je prenais beaucoup de stims. À chaque arrivée de RC dans ma boîte aux lettres, je me jurais des tas et des tas de choses : pas consommer tout de suite, me limiter à XXXmg par session, pas plus d'une session par semaine etc...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Belle demoiselle dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
    (Il y a 2h)
    toujours au top ! Merci dans [forum] Un bon bleue ou non ?
    (Il y a 3h)
    Merci pour la présentation Cusco dans [forum] Présentation 2019
    (Il y a 3h)
    Réponse rapide clair efficace dans [forum] Alternance alprazolam
    (Il y a 3h)
    Thanks boss! Ocram dans [forum] Un bon bleue ou non ?
    (Il y a 5h)

    Pied de page des forums