Ca fait quoi de boire de l’alcool ? / PsychoACTIF

Ca fait quoi de boire de l’alcool ?

Publié par ,
1311 vues, 18 réponses
Latrique13 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 13 Aug 2022
5 messages
Bonjour j’ai 19 ans je fait 1m75 pour 77kg, jai jamais bue et j’aimerais boire pour voir ce que sa fait. J’ai 30 cl de vodka dans une petite bouteille, j’aimerai me mettre bien, pas trop bourré et j’aimerai savoir se que sa va me faire comme effet , quelle quantité me conseillez vous.

Dernière modification par Agartha (13 août 2022 à  23:19)

Hors ligne

 

Caveman 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 07 Nov 2015
11 messages
Le titrage est la clé, commence par 5cL, attend 10', vois comment tu te sens puis incrémente si besoin

Hors ligne

 

Latrique13 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 13 Aug 2022
5 messages
L’es effet monte et dure en combien de temp ?

Hors ligne

 

Kanekilife 
Nouveau membre
France
300
Inscrit le 09 Aug 2022
24 messages
Blogs
Sa dépend de la quantité que tu vas boire mais en général pour quelqu’un de naïf à l’alcool là moitié du flash de polya devrait te faire te sentir un peu chaud mangé avant pour pas avoir mal au ventre et garde une bouteille d’eau à coter ton lit psk l’alcool sa déshydrate de fou

Hors ligne

 

Kanekilife 
Nouveau membre
France
300
Inscrit le 09 Aug 2022
24 messages
Blogs
Limite tu vas te réveiller pour boire de l’eau tellement sa assèche mais avec un demi flash t’aura pas la gueule de bois le lendemain

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
11000
Inscrit le 10 Oct 2017
3665 messages
Blogs
Hellooo

Une bonne description des effets ici, et même bien plus ^^
https://www.psychoactif.org/psychowiki/ … 9moignages


Bois lentement progressivement et sur un ventre plein si possible comme dit plus haut, si tu sens des nausées arrête de boire au moins le temps qu'elles s'arrêtent. Et arrête de boire quand tu sens que tu as assez d'effets, c'est subjectif ça. Mais pour découvrir ton sweet spot c'est possible (pas obligé) que tu doives passer par une légère surdose pour te rendre compte de ce que c'est et d'à partir de quand ça devient trop quoi.
Plus objectivement il faut te fier au degré (%) d'alcool de la boisson et avoir les dosages sous les yeux pour pouvoir doser précisément ça reste le mieux.

D'après mes cours de bio du... lycée, dis donc ça remonte, l'alcool attaquerait les cellules endothéliales de l'estomac et une partie passe donc dans le sang avant d'arriver dans le duodénum ("intestin grêle"), ce qui fait que suivant comment tu as mangé au préalable ça peut monter plus ou moins vite, voire peut être trop vite si tu n'as rien mangé avant.

Dernière modification par Morning Glory (13 août 2022 à  22:11)


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

CaptainCrox' 
"I am an idiot"
2100
Inscrit le 23 May 2022
155 messages
Blogs
Les conseils donnés ici sont parfaits si tu débutes. J'aurais aimé les connaître quand j'ai fait mes découvertes.

En termes de conseils, je mettrai vraiment l'accent sur l'hydratation avant, pendant et après si tu veux limiter la casse. Un verre d'eau entre chaque prise d'alcool au moins.

Si mal de tête le lendemain, faire attention à ne pas abuser du paracetamol car le foie sera déjà fatigué.

Un conseil que je me serais donné pour la première fois que j'ai bu c'est de faire attention au courage tout relatif que peut donner la boisson. On est heureux, euphorique et on s'imagine pouvoir tour dire, tout faire pour le regretter.

Je fais une fois encore mon rabat-joie mais fais très attention à la relation que tu vas créer avec l'alcool. Tu veux découvrir, il n'y a rien de mal à cela. Dans quelle condition et réel objectif ? Ce qui m'inquiète c'est le fait de boire seul. Tu dis avoir une bouteille et vouloir tester. Peut-être seras-tu avec des amis et que tu ne consommeras qu'occasionnellement mais sur le principe, demandes-toi toujours la raison pour laquelle tu bois pour tenter de ne pas tomber dans un piège de dépendance. Tu en es loin mais se retrouver à boire seul n'est pas l'optimal sur la durée. Tout dépendra des quantités et du besoin à assouvir. J'espère que ces questions n'auront pas à être approfondies mais j'imagine que rajouter une couche de sensibilisation ne coûte rien et tu es libre de ne pas en tenir compte.

“Never be cruel. Never be cowardly. Remember, hate is always foolish and love is always wise. Always try to be nice, but never fail to be kind.” DW

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
5922
Inscrit le 12 Feb 2022
281 messages
Blogs

J'en profite pour linker une de mes récentes découvertes ici. La consommation conjuguée de n-acétyl-cystéine (NAC) et d'aspirine semble avoir un effet multiplicateur protecteur sur la neurotoxicité induite par l'alcool.

Cette étude met en avant l'état pro inflammatoire qu'induit une consommation d'alcool, et son rôle dans la rechute, la reconsommation. La NAC et l'aspirine m'apparaissent comme des produits courants, non toxiques à doses raisonnables, et facilement accessibles à tout un chacun et donc avec un intérêt de réduction des risques non négligeable.

Dernière modification par g-rusalem (14 août 2022 à  00:03)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3000
Inscrit le 04 Aug 2014
8106 messages

La NAC et l'aspirine m'apparaissent comme des produits courants, non toxiques à doses raisonnables, et facilement accessibles à tout un chacun et donc avec un intérêt de réduction des risques non négligeable.

Tu t'enflammes un peu vite, j'aurais apprécié le doute et le conditionnel du début de ton message mais il se termine à l'indicatif, cela manque de cohérence.

Difficile pour moi de cautionner ce type de conseil dans un cadre de RDR par tout autre personne qu'un médecin Prescripteur.

La gueule de bois n'est-elle pas peut etre aussi une manière de réduire les risques ? lol

L'aspirine n'est pas un produit totalement anodin, si une personne se cuite rarement, pour moi rajouter de l'aspirine augmente virtuellement les risques en particulier pour certaines personnes souffrant de certaines pathologies avec ou sans traitements associés.

Non toxique à des doses raisonnables ?

Pas du tout certain de cela.

La prescription d'aspirine a cédé le pas à celle de paracétamol, pas vraiment certain que ce soit en raison seulement d'enjeux commerciaux.

Ce n'est plus vraiment un produit courant. Quand j'étais enfant, en revanche l'aspirine était très prescrite, ne serait ce que pour faire baisser la fièvre.

De nos jour c'est le paracétamol qui est couramment prescrit.

Dernière modification par Mister No (19 août 2022 à  20:36)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

Ocram 
PsychoAddict
Suisse
2900
Inscrit le 25 Jan 2019
3990 messages
Blogs
Bonsoir,

Après une cuite, si il faut vraiment, prendre un médoc il faut proscrire absolument le paracetamol qui lors de sa métabolisation dans le foie rentre en compétition avec la métabolisation de l’alcool et rend le tout bcp plus toxique.

Il faut donc privilégier les anti inflammatoire non steroidien.

Ocram

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
5922
Inscrit le 12 Feb 2022
281 messages
Blogs

Tu as entièrement raison. Surtout que cette étude est faite sur des rats, si tu avais lu, tu aurais pu ajouter cela à ton message.

Je te précise juste que ça parle de relapse, et pas de gérer une gueule de bois. Il est question de ne pas rechuter dans une consommation d'un produit qui a prouvé sa toxicité à de multiples reprises, niveau ratio bénéfice/risque sur de tels composés en libre-service qui ont prouvé leur faible dangerosité, ça as son importance. C'est pour le moins intéressant. Le fait que l'inflammation soit impliquée dans les mécanismes addictifs de l'alcool (et je te le donne en mille, dans la plupart des autres cames) est aussi très intéressant.

Il ne me semble cela dit pas avoir prescrit quoi que ce soit.

Mais cela dit aussi, il y a plusieurs années de ça, je suis allé acheter de l'exomuc en pharmacie. Elle m'a demandé pourquoi j'en prenais. Je lui ai expliqué mon utilisation dans les cravings de dope. Elle m'a ris au nez. Plusieurs années plus tard, je vois les addictologues recommander la NAC à leurs patients accro à la coke. La réalité, c'est que la médecine laggue sur la recherche d'une vingtaine d'année. Est-ce que cette étude suffi à prescrire le combo à chaque alcoolique ? Pas à moi de décider. Est-ce que ça mérite d'être creusé ? Carrément. Puisqu'on connaît très bien les risques des 2 produits qui sont déjà des médicaments utilisés depuis des éons.

Dernière modification par g-rusalem (19 août 2022 à  21:18)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3000
Inscrit le 04 Aug 2014
8106 messages

Je te précise juste que ça parle de relapse, et pas de gérer une gueule de bois.

Je précise juste que tout le monde n'a pas ta rigueur de lecture mais que presque tout le monde connaît la rigueur de la gueule de bois dans un topic sur la gueule de bois. lol

Et je sais ce qu'est un essai clinique. merci-1

Pas d'accès pour lire autre chose que l'abstract et pas besoin de lire cette étude pour se dire que l'usage du conditionnel reste prudent et conseillé. drogue-peace

La réalité, c'est que la médecine laggue

La réalité, c'est que personne n'a d'intérêt financier à lancer des études sur d'anciennes molécules.

Je t'invite à t'intéresser sur le phénomène qui interdit de fait le repositionnement de molécules anciennes.

Un véritable hold-up sur le patrimoine chimique de l'humanité.

Je ne parle pas des plantes.

50 ans après on re-découvre que grâce au cannabis certains enfants atteints de formes d'épilepsie résistante au traitements ne seront pas lourdement handicapés car la plante a réduit le nombre de crises, leur octroyant un développement neurocognitif plus harmonieux et moins électrique.

Sans compter la réduction drastique de la camisole chimique, le valuim en premier, c'est pas rien pour un enfant. drogue-peace

Il faut donc privilégier les anti inflammatoire non steroidien.

Pour ce coup, niveau hépatique, c'est mieux, mais pour l'estomac et l'œsophage ouille !
Sérieux, si gueule de bois, je fume du cannabis jusqu'à ce que ça passe et perso, cela peut passer en 10 ou 15 minutes, je parle juste des coups de marteau dans le crâne et puis si nausées double bonus et extra ball pour chill. Après, je claque au spécial avec la foncedall.

Des fois quand tu as bu plein d'alcool plein de jours de suite, il y a pire que la gueule de bois. Il y a le moment où comme Spud, tu n'as pas la certitude d'éjecter un gaz ou un liquide.

Salut y forz al canut.

Dernière modification par Mister No (19 août 2022 à  22:40)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
5922
Inscrit le 12 Feb 2022
281 messages
Blogs

Et je sais ce qu'est un essai clinique.

Clinique ça veut dire chez l'homme, là c'est du pré-clinique du coup comme c'est chez des rats alcooliques. Mais pour des consommateurs friands de RCs non humains, les résultats peuvent surement s'appliquer plus facilement haha.



Pas d'accès pour lire autre chose que l'abstract et pas besoin de lire cette étude pour se dire que l'usage du conditionnel reste prudent et conseillé.

Je plussoie et mon post ne l'avais clairement pas mis en avant, dans mon excitation d'avoir dégoté ça je dois avouer big_smile



La réalité, c'est que personne n'a d'intérêt financier à lancer des études sur d'anciennes molécules.

Je t'invite à t'intéresser sur le phénomène qui interdit de fait le repositionnement de molécules anciennes.

Bah la recherche académique le fait en tout cas, la preuve. Dla NAC et de l'aspirine, vieux comme le monde !

Tu vois trop les trucs sous le prisme du canna. Je te donne un contre exemple, la kétamine pour la dépression, je peux te dire que ça a fait sacrément fait repartir les recherches sur la molécule en question. Et une nouvelle AMM, ça fait plus de fric au labo, ça arrive. Et ils font des économies niveau recherche.

D'ailleurs ils sont un peu obligés de faire de plus en plus de repurposing parce que trouver un bon médicament ça ne se fait pas en un claquement de doigt, et on commence à avoir des trucs qui tapent sur la plupart des cibles principales. Bon il y a encore beaucoup d'améliorations possibles, du biased agonism (tu privilégies une voie d'activation et pas une autre sur un récepteur par exemple, juste avec les propriétés de la molécule en question), des trucs qui font moins monter la tolérance, réduire les effets secondaires, plus spécifiques, des formulations qui amènent le médoc là où tu veux sans arroser le corps entier...



Sérieux, si gueule de bois, je fume du cannabis jusqu'à ce que ça passe et perso, cela peut passer en 10 ou 15 minutes, je parle juste des coups de marteau dans le crâne et puis si nausées double bonus et extra ball pour chill. Après, je claque au spécial avec la foncedall.

Moi j'aimerai une étude ou ils tentent les 3, CBD pour ses propriétés anti-inflamatoires et neuroprotectrice niveau éthanol, j'ai vu des publis là dessus, NAC, et aspirine. Mais en tout cas pour la NAC, c'est avant et pas après qu'il faut la dropper ! Sinon ça potentialise l'hépatotoxicité. Très complexe tout ça, mais une autre voie à actionner pour tenter de réduire le craving et les rechutes, je trouve ça intéressant.

Dernière modification par g-rusalem (19 août 2022 à  23:08)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3000
Inscrit le 04 Aug 2014
8106 messages
Tu es pénible, clinique c'est pour l'homme, pas besoin de venir tenter d'étaler ta science qui de loin me paraît très limitée quand je vois les représentation de collégiens et le manque de distance qui te permettent de brandir des études pour imposer une doxa teintée de moralisme forcené et qui illustrent à souhait que l'enfer est bel et bien pavé de bonnes intentions.
Je te plains sincèrement.drogue-peace

Bah la recherche académique le fait en tout cas, la preuve. Dla NAC et de l'aspirine, vieux comme le monde !

Tu te trompes lourdement, cela revient à nier que l'eau mouille.
De la part d'un scientifique, ce négationnisme est suspect.
Il y a très peu d'études avec des molécules repositionnées, je t'invite à constater ce fait.
Les pathologies qui voient des molécules anciennes repositionnées sont pour des maladies rares.
Double Jack pot.
Pas de recherche, pas de gains à prévoir, mais pour l'image de marque...
En réalité, seules certaines maladies rares ou formes de cancer bénéficient d'un peu de moyens.
Mais c'est de la recherche marketing, de la story telling.
C'est un fait que tu ne peux nier.
Le nombre de molécules qui ont un pouvoir thérapeutique n'est pas extensible à souhait, le système économique nous privent de molécules qui sont un patrimoine mondial.

Dernière modification par Mister No (19 août 2022 à  23:36)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
5922
Inscrit le 12 Feb 2022
281 messages
Blogs

Allez te fâche pas ! Je ne voulais pas te tyranniser comme tu dis dans l'autre topic. Et ma science, elle me paraît très limitée aussi et je te remercie sincèrement de pointer ses limites quand tu le peux. Mais je pense que tu ne vois pas le potentiel derrière cette "vulgaire" étude que j'érige en doxa (hein ??), sinon tu partagerais peut-être un peu de mon excitation. Peut-être qu'à la clef, ça débouchera sur une prise en compte plus sérieuse de l'inflammation dans l'addiction et la dépression. Et les psychédéliques, le CBD, et l'aspirine, ça a quoi comme similitude ? Vas-y tu le sais MrNo !!! Dit le !

Oui ! Un effet anti-inflammatoire ! Bien joué ! big_smile En fait toutes ces histoires se recoupent, c'est ça que je trouve cool. Mais bref, on sort du topic et Mr No commence à être grognon donc j'arrête là.



Il y a très peu d'études avec des molécules repositionnées, je t'invite à constater ce fait.

Une image vaut mieux que 1000 mots.

/forum/uploads/images/1660/1.png


1623 études sur la kétamine en 2021. Tu crois qu'ils continuent d'étudier à rythme toujours plus effréné les propriétés anesthésiques de ce composé découvert en 1962 ? Sinon t'as l'air aussi de croire que la dépression, c'est une maladie rare ?

Dernière modification par g-rusalem (20 août 2022 à  00:02)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10400
Inscrit le 22 Feb 2008
9859 messages
Blogs
Oui c'est en effet intéressant
(au passage un article complet de la même équipe sur le même sujet)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7412547/

Mais l'application clinique demandera des études plus poussées risques/bénéfices chez le rat puis chez l'homme. Je comprends la reaction des forumers qui craignent que des alcooliques l'utilisent de façon "sauvage" en croyant tenir LA solution.  Au risque d'une catastrophe vus que les effets secondaires sont bien connus surtout pour un traitement prolongé.
Même si je souhaite du progrès dans le traitement de l'alcoolisme il est plus prudent actuellement de s'en tenir aux méthodes validées.
Amicalement

Dernière modification par prescripteur (20 août 2022 à  08:23)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
5922
Inscrit le 12 Feb 2022
281 messages
Blogs
Je rajoute quelques extraits traduits pour qu'on soit tous bien clair là dessus :

Comme le montrent les présentes études, la neuroinflammation et le stress oxydatif induits par l'alcool persistent pendant de très longues périodes après l'arrêt de la consommation chronique d'éthanol, ce qui, avec la présentation d'indices conditionnés de longue durée, conduit à la rechute, caractéristique de la chronicité de l'AUD (sevrage alcoolique supprimé dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition). L'acide acétylsalicylique et la NAC seraient plus utiles dans un contexte clinique pour prévenir les rechutes (le patient étant abstinent) plutôt que pour réduire la consommation d'alcool d'un patient qui en consomme activement, en évitant également tout effet indésirable de l'association éthanol et AAS.

Souvent, dans les approches thérapeutiques utilisant la NAC, une dose de charge est recommandée, suivie de doses d'entretien plus faibles (Fisher et Curry, 2019). La dose de charge de 70 mg/kg administrée dans la présente étude correspond à la moitié de la dose de charge de NAC recommandée par la Food and Drug Administration pour le traitement des lésions hépatiques dues à l'acétaminophène (paracétamol). Après l'administration de deux jours, les concentrations sanguines de NAC (demi-vie de 5,6 h : Sansone et Sansone, 2011) seraient encore inférieures à celles obtenues après une dose de charge clinique unique de 140 mg/kg. En termes de traduction, l'administration d'une dose de charge par un professionnel de santé permettrait de déterminer si une hypersensibilité médicamenteuse (présente chez 2 à 3% de la population générale) est observée. Elle pourrait également dissuader les personnes atteintes d'AUD de s'auto-administrer de la NAC vendue sans ordonnance (disponible dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis, au Canada, en France, en Italie et en Allemagne).

Les doses de NAC et d'ASA utilisées pour réduire la consommation d'alcool dans la présente étude se situent dans la fourchette utilisée pour les études cliniques. La N-acétylcystéine à des doses comprises entre 2 400 et 3 600 mg/jour a été utilisée pour le traitement des rechutes de cocaïne, de nicotine, d'alcool et de cannabis chez l'homme (Duailibi et al., 2017 ; Squeglia et al., 2018). La dose de 15 ou 30 mg/kg par jour d'ASA utilisée n'induit pas d'irritation gastrique chez le rat (Wallace et al., 2004). La dose quotidienne moyenne d'AAS utilisée de façon chronique dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde est de 2 600 mg/jour (Fries et al., 1993). Ainsi, chez l'homme, les doses d'AAS pourraient être nettement augmentées par rapport à celles utilisées dans cette étude. L'association de la NAC (1 000 mg/jour) et de l'AAS (1 000 mg/jour) a été administrée avec des résultats positifs dans le traitement de la dépression bipolaire (Bauer et al., 2019).

Le combo a déjà été utilisé chez l'homme. Et le fait que ce mélange soit déjà utilisé dans la dépression rejoint l'idée que l'addiction et la dépression sont (du moins en partie) des maladies de l'inflammation.


Dans l'ensemble, la présente étude montre que la NAC et l'ASA inhibent la prise d'alcool par des mécanismes différents, ce qui entraîne un effet combiné qui pourrait permettre l'utilisation chronique des deux médicaments à des doses cliniquement pertinentes.


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

Yoran 
Nouveau Psycho
France
200
Inscrit le 16 Mar 2020
170 messages

g-rusalem a écrit

Je rajoute quelques extraits traduits pour qu'on soit tous bien clair là dessus :

Comme le montrent les présentes études, la neuroinflammation et le stress oxydatif induits par l'alcool persistent pendant de très longues périodes après l'arrêt de la consommation chronique d'éthanol, ce qui, avec la présentation d'indices conditionnés de longue durée, conduit à la rechute, caractéristique de la chronicité de l'AUD (sevrage alcoolique supprimé dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition). L'acide acétylsalicylique et la NAC seraient plus utiles dans un contexte clinique pour prévenir les rechutes (le patient étant abstinent) plutôt que pour réduire la consommation d'alcool d'un patient qui en consomme activement, en évitant également tout effet indésirable de l'association éthanol et AAS.

Souvent, dans les approches thérapeutiques utilisant la NAC, une dose de charge est recommandée, suivie de doses d'entretien plus faibles (Fisher et Curry, 2019). La dose de charge de 70 mg/kg administrée dans la présente étude correspond à la moitié de la dose de charge de NAC recommandée par la Food and Drug Administration pour le traitement des lésions hépatiques dues à l'acétaminophène (paracétamol). Après l'administration de deux jours, les concentrations sanguines de NAC (demi-vie de 5,6 h : Sansone et Sansone, 2011) seraient encore inférieures à celles obtenues après une dose de charge clinique unique de 140 mg/kg. En termes de traduction, l'administration d'une dose de charge par un professionnel de santé permettrait de déterminer si une hypersensibilité médicamenteuse (présente chez 2 à 3% de la population générale) est observée. Elle pourrait également dissuader les personnes atteintes d'AUD de s'auto-administrer de la NAC vendue sans ordonnance (disponible dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis, au Canada, en France, en Italie et en Allemagne).

Les doses de NAC et d'ASA utilisées pour réduire la consommation d'alcool dans la présente étude se situent dans la fourchette utilisée pour les études cliniques. La N-acétylcystéine à des doses comprises entre 2 400 et 3 600 mg/jour a été utilisée pour le traitement des rechutes de cocaïne, de nicotine, d'alcool et de cannabis chez l'homme (Duailibi et al., 2017 ; Squeglia et al., 2018). La dose de 15 ou 30 mg/kg par jour d'ASA utilisée n'induit pas d'irritation gastrique chez le rat (Wallace et al., 2004). La dose quotidienne moyenne d'AAS utilisée de façon chronique dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde est de 2 600 mg/jour (Fries et al., 1993). Ainsi, chez l'homme, les doses d'AAS pourraient être nettement augmentées par rapport à celles utilisées dans cette étude. L'association de la NAC (1 000 mg/jour) et de l'AAS (1 000 mg/jour) a été administrée avec des résultats positifs dans le traitement de la dépression bipolaire (Bauer et al., 2019).

Le combo a déjà été utilisé chez l'homme. Et le fait que ce mélange soit déjà utilisé dans la dépression rejoint l'idée que l'addiction et la dépression sont (du moins en partie) des maladies de l'inflammation.


Dans l'ensemble, la présente étude montre que la NAC et l'ASA inhibent la prise d'alcool par des mécanismes différents, ce qui entraîne un effet combiné qui pourrait permettre l'utilisation chronique des deux médicaments à des doses cliniquement pertinentes.

Voilà pourquoi nous consultons aussi toujours Psychoactif ; des sujets qui peuvent nous paraître banal se transformant en un sujet attrayant !

Hors ligne

 

g_p_a 
Nouveau membre
000
Inscrit le 31 Jul 2022
13 messages

Latrique13 a écrit

Bonjour j’ai 19 ans je fait 1m75 pour 77kg, jai jamais bue et j’aimerais boire pour voir ce que sa fait. J’ai 30 cl de vodka dans une petite bouteille, j’aimerai me mettre bien, pas trop bourré et j’aimerai savoir se que sa va me faire comme effet , quelle quantité me conseillez vous.

Salut,

Selon moi, l'effet produit va dépendre de la personne et de son état d'esprit du moment. Pour certains ça les rend joyeux et cools alors que d'autre vont être plus agressifs ou tristes. Y a un panel de comportements assez large.

Si je peux te donner un conseil,pose toi avec des gens cools que t'aimes bien et trinque avec eux dans l'objectif de passer un bon moment, plutôt que dans celui de te mettre une grosse caisse. big_smile

En ce qui me concerne, j'ai commencé à consommer de l'alcool assez tard au milieu de la vingtaine. A part une soirée qui a vraiment été super cool, j'ai pas de souvenirs extraordinaires de cuites XD. Si au début je trouvais ça super sur le moment car ça désinhibait, je me suis lassé au fil des années des effets des cuites (même les soit disant effets positifs). Finalement une énorme et lamentable race m'a vacciné. Ca m'arrive encore de boire avec plaisir dans le cadre de repas avec des proches, mais j'ai plus aucun kiffe a être saoul.

Porte toi bien ! smile

Dernière modification par g_p_a (24 août 2022 à  14:37)

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Alcool : boire ou dormir, il faut choisir
par mikykeupon, dernier post 15 novembre 2013 à  11:32 par crakeurs
  6
  60
[ Forum ] Etude - Alcool : Boire de la bière rendrait intelligent
par mikykeupon, dernier post 06 octobre 2014 à  17:03 par mikykeupon
  0
  [ PsychoWIKI ] Baclofène dans le traitement de la dépendance à l'alcool
  [ QuizzZ ] Auto-évaluer votre consommation d'alcool
14660 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
10012 personnes ont déja passé ce quizzz !

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 3jCommentaire de Fastofle (6 réponses)
 Appel à témoignage 
Avez vous deja subi une "obligation de soin" pour les drogues ?
Il y a 3jCommentaire de VickNarobi (22 réponses)
 Forum 
Import/export clés pgp
Il y a moins d'1mnCommentaire de Mochecommeunepou... dans [Anonymat et sécurité...]
(3 réponses)
 Forum 
Culture - Culture champignons
Il y a 18mnCommentaire de Redliz dans [Psilocybe - Champigno...]
(1 réponse)
 Forum 
Effets secondaires - Brûlure intérieur nez
Il y a 25mnCommentaire de Sunrise-cha dans [Cocaïne-Crack...]
(10 réponses)
 Forum 
2FDCK Spray
Il y a 41mnCommentaire de Tomycool dans [Kétamine et PCP...]
(11 réponses)
 Forum 
Xanax plus bière ?
Il y a 42mnNouvelle discussion de TrippyD dans [Antidepresseurs...]
 Forum 
Overdose - Mon meilleur ami est décédé... tout à tourné au cauchemard et je m...
Il y a 55mn
2
Commentaire de prescripteur dans [Morphine (Skenan, Mos...]
(13 réponses)
 Forum 
Prise de Psylocibine et de Laroxyl
Il y a 1hCommentaire de nordisteAnxieux dans [Psilocybe - Champigno...]
(2 réponses)
 Forum 
Expériences - Est-ce possible que j'aie ""abusé"" de la morphine en étant hospit...
Il y a 2hCommentaire de Unposcaille dans [Morphine (Skenan, Mos...]
(8 réponses)
 Blog 
Sub - stan - ce - La triche avec le temps
Il y a 15hCommentaire de HeroinIsMyLife dans le blog de IsadoraD
(2 commentaires)
 
  QuizzZ 
Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
Dernier quizzZ à 21:46
 PsychoWIKI 
Comment pratiquer le plug à moindre risque
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Adam76, Ananta, Averse, Benjah5, Le p'tit chimiste, MultipleNki, Mycorhizes, Vieuslip nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Passage de permis et cannabis
par plotchiplocth, le 17 Sep 2022
Yep je confirme, j'ai acheté des tests de dépistage salivaire thc (uniquement), je fume de l'herbe cbd tous les jours, hé bien comme on pouvait se l'imaginer je suis tout le temps positif......[Lire la suite]
 Accepter d'être une usagère m'a conduit à une meilleure estime de moi
par Unposcaille, le 20 Sep 2022
Bonjour à tous ! Je voulais faire un poste qui va peut être paraître bizarre. Il y a un mois environ, quand j'ai réalisé que j'allais être à court de drogues sans argent pour en racheter, j'ai décidé d'entreprendre un sevrage que j'ai raté. Au contraire, j'ai augmenté ma conso et ai expl...[Lire la suite]
 Avez vous deja subi une "obligation de soin" pour les drogues ?
par Zénon, le 18 Sep 2022
Exactement la même que le témoignage de Psychonogeek. Nous sommes en 2008 : Après une soirée « arrosée » entre potes, un de mes meilleurs amis décède d’une overdose de speedball durant son sommeil, sa copine le retrouve mort au petit matin dans son lit. L’horreur intégrale....[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Le saint nectaire c'est la vie ! dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
(Il y a 1h)
Merci pour ce dur témoignage. Enorme courage à toi et à sa famille dans [forum] Mon meilleur ami est décédé... tout à tourné au cauchemard et je me pose pleins de questions...
(Il y a 6h)
Exposé très complet, Mammon-approuvé© /MT dans [forum] prescription de skénan pour tso
(Il y a 6h)
Un grand merci! Testé et adopté pour ma bup! dans [forum] Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
(Il y a 8h)

Pied de page des forums