Psychoactif
Le premier jour sans cigarette de toute ma vie adulte / Les Blogs de PsychoACTIF

Le premier jour sans cigarette de toute ma vie adulte

Catégorie : Carnet de bord
14 mai 2019 à  20:55
1 2

Le premier jour sans cigarette de toute ma vie adulte...

C'est aujourd'hui.

Voilà. C'est dit. Pour ne surtout pas craquer avant d'aller me coucher. Même si ce soir le craving est très fort et ne semble pas vouloir se dissiper. Ce serait le moment idéal pour en griller une. Vraiment. Pour clore une très belle journée de printemps.

Mais faut pas gâcher. Faut pas gâcher.

Faire tourner le juke box pour trouver le morceau qui va définitivement éloigner la tentation.



Commentaires
Salut,

Félicitations pour ta décision d'arrêter.

Quand le craving se fait très fort, change d'activité ou occupe toi, pratique la respiration abdominale, bois un verre d'eau à la place... Ça ne fait pas entièrement disparaître l'envie, mais ça aide (surtout la respiration abdominale, je trouve que ça permet de se rendre compte à quel point la cigarette fait respirer "mal", de façon saccadée, peu profonde).

Bon courage


#2
janis
Adhérent PsychoACTIF
14 mai 2019 à  22:44
Bravo et courage Hilde!

La cigarette représente une gestuelle, il te faudrait un nouveau rituel genre te préparer un thé. T occuper les mains et les sens (goût, odorat).

Accroche toi tu tiens le bon bout

Bisous
Janis


#3
Bootspoppers
Adhérent PA; Friend-zonard e
14 mai 2019 à  23:18
Bravo! Dodo.


Ah ouais tiens, au sujet de la gestuelle, à un moment je m'étais aidé des gommes style Nicopass & co pour arrêter de fumer et avoir ma dose de nicotine. C'était pas mal, même si j'avais pas le geste - qui me manquait pas en fait, au moins ça m'occupait la bouche (une forme de plaisir oral qui ferait jaser Freud s'il était encore de ce monde).

Au bout d'un moment j'ai remarqué que je prenais ces gommes sans forcément avoir besoin de nicotine, juste pour avoir un truc à la menthe dans la bouche. Donc j'ai fini par m'acheter des bonbons à la menthe et alterner Nicopass/bonbon à la menthe qui y ressemble au goût.

Bref, tout ça pour dire qu'on est parfois surpris par les parades qu'on trouve pour arrêter la clope, puis les substituts.

Un bouquin assez intéressant sur l'arrêt du tabac : "5, 4, 3, 2, 1 : j'arrête de fumer" de Marc Klinkhamer. C'est un programme en 5 jours pour arrêter la clope, notamment mis en place dans les entreprises. Je n'ai pas suivi le programme, mais y a toute une première partie très intéressante sur les croyances liées au tabac, sur le "je n'y arriverai pas, pas le bon moment etc etc", les parades à mettre en place quand on risque de craquer... Je l'ai trouvé bien plus utile que le livre d'Allen Carr - qui fonctionne, ou qui t'enfonce encore plus si tu n'arrives pas à arrêter - et bien plus juste niveau infos (le livre d'Allen Carr est rempli d'aberrations sur les effets du tabac et de la nicotine, sur le sevrage...).
Bref, un petit bouquin sympa édité par Jouvence, et moins cher qu'un paquet de blondes, à lire.


a écrit

Félicitations pour ta décision d'arrêter.

Merci Chêne,

Vraiment, ce n'est pas la décision d'arrêter qui a été décisive : arrêter, je l'ai probablement décidé au moins une quinzaine de fois depuis un peu plus d'un an, mais systématiquement j'échouais, soit à arrêter brutalement, soit à diminuer progressivement puisqu'au bout de quelques jours je revenais au point de départ.

Ce qui a été décisif cela a été d'accepter de passer à la vape
, de surmonter mon blocage psychologique.  J'avais eu une première expérience il y a 6 ans, la vape m'avait aidée à diminuer ma conso, du moins les premiers mois, passant de 2 paquets à 5 cigarettes par jour, avant de remonter petit à petit, mais à l'époque jamais la vape ne m'avait fait passer l'envie de fumer; j'étais tout le temps en attente de la prochaine cigarette, de la récompense que je m'autoriserais un peu plus tard.

Cette fois-ci je dois reconnaître que la substitution est extrêmement efficace. Mon craving de tout à l'heure c'était vraiment une envie d'extra, une envie de moment de plaisir, comme un gros craving d'alcool.

Cette expérience a au moins pour effet de me convaincre que ce que j'aime par dessus tout, ou plutôt ce dont je dépends, c'est véritablement de la nicotine. C'est même fou de le constater, et de constater aussi à quel point j'en suis dépendante. Il y a certainement la gestuelle également, du moins la délivrance par taffe, la possibilité de vaper inopinément, comme on peut soudain allumer une cigarette pour se soulager, qui joue, mais fondamentalement ça reste une dépendance à la nicotine. Aujourd'hui j'ai pu passer 4h enfermée en réunion sans craving, sinon de bouger et, à la sortir, de vaper.

a écrit

Quand le craving se fait très fort, change d'activité ou occupe toi, pratique la respiration abdominale, bois un verre d'eau à la place... Ça ne fait pas entièrement disparaître l'envie, mais ça aide (surtout la respiration abdominale, je trouve que ça permet de se rendre compte à quel point la cigarette fait respirer "mal", de façon saccadée, peu profonde).

En cas de craving: je vape, et si ça ne fonctionne plus je bois quelque chose, et si ça ne fonctionne plus, je mange quelque chose...
La vape me coupe complètement l'appétit ou me le décale alors que la cigarette le différait mais pouvait me l'ouvrir. Ce soir j'ai finalement fait passer le craving en mangeant (et l'appétit est venu en mangeant^^).
Autre truc, j'ai des cravings d'alcool qui réapparaissent, des envies de bière, au point que j'ai hésité à acheter un pack de bières sans alcool tout à l'heure. Ceci en partie parce qu'avec la vape plutôt que la cigarette mon appétence pour le café s'est effondrée, du moins les premiers jours... C'est très bizarre tout cela.

Avant de vraiment bien respirer j'attends encore un peu parce que j'ai entamé la transition avec des bronches un peu prises et un retour de sinusite devenue purulente, et du coup ça avait tendance à gêner le flux d'air... Aujourd'hui ça va mieux, le ventre est beaucoup plus détendu et extensible et le flux de retour traverse mieux le nez, mais j'ai encore le nez qui se bouche au bout de quelque temps, et évidemment les bronches encrassées. Je reconnais que c'est extrêmement appréciable de pouvoir vaper en marchant alors que fumer en marchant est toujours un dilemme...

Je commence à réaliser que cela fait environ 27 ans que mon corps et mon cerveau se sont adaptés à la nicotine et qu'il va falloir faire le chemin inverse, une sorte de rewind, et que cela va prendre du temps de m'adapter en sens inverse.

La bonne nouvelle c'est que hors nicotine (et habitudes main-bouche/ succion liées à la ROA) je n'ai pas l'impression que la fumée primaire du tabac me manque fondamentalement.

C'est juste de la biologie...

a écrit

Bon courage

Merci, je prends tous les encouragements qui peuvent consolider ma motivation. smile


a écrit

Bravo et courage Hilde!

La cigarette représente une gestuelle, il te faudrait un nouveau rituel genre te préparer un thé. T occuper les mains et les sens (goût, odorat).

Accroche toi tu tiens le bon bout

Bisous
Janis

Merci Janis de ton commentaire, comme dit à Chêne, je prends tous les encouragements smile

Avec la vape je récupère une gestuelle de substitution qui me convient bien; bon ok, je ne sais pas taper au clavier avec une vapoteuse, mais je ne suis pas dépendante du cycle de combustion de la cigarette non plus. wink

Bisous

a écrit

Bravo! Dodo.

Merci Bootspoppers, oui, c'est une possibilité, mais l'une des conséquences du passage à la vape est que je n'ai plus envie de me coucher le soir, ou plus tardivement... Mais le craving est passé, je crois que c'est gagné.


a écrit

Ah ouais tiens, au sujet de la gestuelle, à un moment je m'étais aidé des gommes style Nicopass & co pour arrêter de fumer et avoir ma dose de nicotine. C'était pas mal, même si j'avais pas le geste - qui me manquait pas en fait, au moins ça m'occupait la bouche (une forme de plaisir oral qui ferait jaser Freud s'il était encore de ce monde).

Au bout d'un moment j'ai remarqué que je prenais ces gommes sans forcément avoir besoin de nicotine, juste pour avoir un truc à la menthe dans la bouche. Donc j'ai fini par m'acheter des bonbons à la menthe et alterner Nicopass/bonbon à la menthe qui y ressemble au goût.

Bref, tout ça pour dire qu'on est parfois surpris par les parades qu'on trouve pour arrêter la clope, puis les substituts.

Il y a 20 ans, première tentative d'arrêt en commençant par une diminution, je suis passée de 2 paquets par jour à 8 cigarettes par jour, en m'aidant de chewing-gums. Du coup je passais la journée à mâcher du chewing-gum. Problème: quand au bout d'un mois j'ai rechuté, j'ai conservé ma manie du chewing-gum et il m'a fallu un an pour m'en défaire...

Je ne suis pas contre les gommes par principe, mais pour l'instant la vape me convient, me suffit. Si vraiment je me rends compte que je me surdose en nicotine je chercherai des solutions, comme vaper des produits au dosage nicotinique varié, ou des solutions radicalement différentes comme des gommes.

a écrit

Un bouquin assez intéressant sur l'arrêt du tabac : "5, 4, 3, 2, 1 : j'arrête de fumer" de Marc Klinkhamer. C'est un programme en 5 jours pour arrêter la clope, notamment mis en place dans les entreprises. Je n'ai pas suivi le programme, mais y a toute une première partie très intéressante sur les croyances liées au tabac, sur le "je n'y arriverai pas, pas le bon moment etc etc", les parades à mettre en place quand on risque de craquer... Je l'ai trouvé bien plus utile que le livre d'Allen Carr - qui fonctionne, ou qui t'enfonce encore plus si tu n'arrives pas à arrêter - et bien plus juste niveau infos (le livre d'Allen Carr est rempli d'aberrations sur les effets du tabac et de la nicotine, sur le sevrage...).
Bref, un petit bouquin sympa édité par Jouvence, et moins cher qu'un paquet de blondes, à lire.

Je sais que ton conseil part d'un (très bon) sentiment bienveillant, mais cela ne me parle pas trop et je vais te dire pourquoi.

Ce que je vis en ce moment me confirme que je suis totalement incapable de faire un sevrage tabagique nicotinique et gestuel sec. C'est totalement ancré en moi, du moins pour l'instant et encore pendant un temps. Là je passe mon temps à craquer et à vapoter, mais à part cela j'arrive à fonctionner tout à fait normalement, donc à rester moi-même, ce qui rend les choses si aisées.
Je ne suis vraiment ni plus ni moins capable qu'hier de me sevrer, mais autant incapable. Ce n'était ni plus ni moins le bon moment que toutes mes autres tentatives foireuses.

Tous les livres que j'ai feuilletés (plutôt que lus...) sur le sevrage tabagique m'ont toujours paru sous-estimer combien j'étais accrochée. Et quand un bouquin essaie de te convaincre que tu vas y arriver avec ta seule volonté mais que tu échoues sans cesse, ou que les parades proposées te paraissent de ridicules barrières de papier, que peux-tu en penser? Qu'il n'est pas pour toi.

Je pense que j'ai besoin de consolidations pour ne pas rechuter, mais maintenant que j'ai mis une jambe de l'autre côté je ne vais pas regarder côté sevrage (sinon nicotinique - je ne suis pas pressée), mais côté "vie sans tabac", me faire miroiter tout ce que je vais pouvoir faire dorénavant, bref, me faire passer le film des bénéfices de l'arrêt et des risques du maintien, en gros je vais me faire de la prévention et de la promotion.

Parce qu'avant je ne voulais pas remuer le couteau dans la plaie, mais maintenant que j'ai ôté le couteau grâce à la vape, je vais regarder cela de très près.

Cette approche a marché pour l'alcool (pour moi); j'ai bien conscience que le tabac est une autre paire de manches, que je ne vais pas me projeter dans "une consommation contrôlée", que l'abstinence à LT doit être l'objectif compte tenu de ma sensibilité au tabac (ou à la nicotine...), mais je me vois bien consolider le changement en suivant le même genre de méthodes que celles que j'ai employées pour l'alcool.

Si je rechute en revanche, j'y penserai...


#8
Bootspoppers
Adhérent PA; Friend-zonard e
15 mai 2019 à  06:45
Génial tout ça.
Si tu dors moins tu vas pouvoir  faire plus de choses....


a écrit

Génial tout ça.

L'avantage c'est que plus le temps passe, plus les bénéfices apparaissent, donc plus c'est génial en effet, comme un cercle vertueux ou une rétroaction positive.

J'ai tenu hier soir, j'ai tenu ce matin, là je tiens après le déjeuner, et j'arrive à repousser les cravings en me disant que ce serait trop bête, non plus cette fois-ci de ne pas réussir un truc exceptionnel dans ma vie (^^), mais de me réencrasser les poumons.

a écrit

Si tu dors moins tu vas pouvoir  faire plus de choses....

Pour l'instant je ne dors pas vraiment moins (~7h) mais j'ai plus d'énergie au réveil et le soir, autrement dit pendant la période où je suis éveillée... Cela me permet surtout de faire plus de choses chiantes avec davantage d'entrain^^... Mais peut-être que par la suite...

Quoiqu'entendons-nous bien, le cours de yoga à 7h du mat, ce n'est pour moi wink


Bon courage Hilde! Et si jamais tu re fumes une clope, ne vois pas ça comme une défaite dans ton arrêt mais plutôt comme un pas de côté smile 

Bon, ce blog ça sera ton p'tit journal pour savoir où tu en es j'imagine, j'le suivrai avec attention

++


#11
Drim
Psycho sénior
16 mai 2019 à  11:13
Hey, Hilde, bien joué ! No prise de tête ! Avec la e-cig tu va pouvoir oublier la clope tranquilement.
J'ai vapoté 4 ans la e-cig en diminuant avant de finalement arrêter, c'est que du positif. Ca permet de faire un sevrage sans traumatisme pour le cerveau.

Courage pour la suite.

Moi ça va faire un mois sans nicotine \0/


#12
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
16 mai 2019 à  15:16
Salut Hilde;

Certains qui se mettent à la e-cig ne sont pas bien conseillé surtout en passant commande directement sur Internet, au pire il y a des Forums pour bien s'informer.

Il ne faut pas se dire bon je fumer 5 ou 6  clopes donc je prends du e-liquide à 6mg ou 10 clopes  je prends du e-liquide à 11mg ...  car de passer à la vape avec  3 ou 6mg de nicotine ,les gros fumeurs notamment auront irrémédiablement  des cravings.

Les Sels de Nicotine sont une Bonne solution , pour les gros fumeurs (amha)

Courage à toi!

MM


#13
Hilde
Lose Yourself
16 mai 2019 à  15:38

a écrit

Bon courage Hilde! Et si jamais tu re fumes une clope, ne vois pas ça comme une défaite dans ton arrêt mais plutôt comme un pas de côté smile

Merci Agartha.

Oui, c'est certain, mais je le verrais comme une défaite sur le plan sanitaire. Cela fait extrêmement longtemps que j'ai la curiosité de savoir ce que cela pourrait donner physiquement d'arrêter le tabac. Ce n'est pas que j'en sois à une de plus ou une de moins, sur des centaines de milliers de cigarettes consommées depuis le début de ma vie (eh oui!), mais si mes poumons s'habituent à un air beaucoup plus pur qu'avant et lèvent leurs défenses, ils ne vont pas apprécier de se faire enfumer méchamment alors qu'ils sont à poil. D'où ma réticence. 

Agartha a écrit

Bon, ce blog ça sera ton p'tit journal pour savoir où tu en es j'imagine, j'le suivrai avec attention

++

Oui, j'y réfléchis très sérieusement wink . Take care de ton côté.

a écrit

Hey, Hilde, bien joué ! No prise de tête ! Avec la e-cig tu va pouvoir oublier la clope tranquilement.
J'ai vapoté 4 ans la e-cig en diminuant avant de finalement arrêter, c'est que du positif. Ca permet de faire un sevrage sans traumatisme pour le cerveau.

Courage pour la suite.

Moi ça va faire un mois sans nicotine \0/

Hey Drim, si c'était encore mieux que cela, oublier la clope sans s'en rendre compte, sans presqu'y penser? Tu as raison, no prise de tête, et c'est la clé de la réussite, même si des petites prises de tête liquide/dosage, maintenance du matériel et renouvellement des pièces détachées vont venir compliquer un tout petit peu la fluidité de la transition.

J'avais suivi tes arrêts de la combustion l'année dernière... mais je n'avais pas en tête que tu avais vapoté aussi longtemps... Un mois sans nicotine, bravo! super

Sans tabac je ressens plus distinctement à la fois les effets positifs et négatifs de la nicotine, et autant aujourd'hui la question ne se pose pas puisque je ne saurais gérer sans, autant à l'avenir je sens que les aspect négatifs vont me pousser à souhaiter diminuer les doses.

Chi va piano, va sano e va lontano
. Dit-on. wink


#14
Hilde
Lose Yourself
16 mai 2019 à  15:49

a écrit

Il ne faut pas se dire bon je fumer 5 ou 6  clopes donc je prends du e-liquide à 6mg ou 10 clopes  je prends du e-liquide à 11mg ...  car de passer à la vape avec  3 ou 6mg de nicotine ,les gros fumeurs notamment auront irrémédiablement  des cravings.

salut

Oui, mais je suis une ex-grosse fumeuse et auparavant encore, très grosse fumeuse, et j'ai pris du 12mg, et malgré cela hier en fin d'après-midi - à tort ou à raison - j'ai eu l'impression très désagréable de faire une surdose (impression de vasoconstriction surtout, de cœur un peu en tension), aussi je suis allée m'acheter du 3mg pour me faire une petite méthode chinoise (dilution) pour la soirée, et vaper sans stresser.

Même sensation ce matin, mais j'ai pris mon pouls, 65, ce qui est tout à fait ok puisque j'étais à plus de 70 au repos avant lorsque normalement dosée en nicotine...

Donc je ne sais pas trop, il faut varier et faire des essais pour trouver son sweet spot, qui plus est glissant, car des effets de sevrage ou des réactions diverses doivent venir perturber l'atteinte d'un équilibre stable.


#15
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
16 mai 2019 à  17:22

Hilde a écrit

Oui, mais je suis une ex-grosse fumeuse et auparavant encore, très grosse fumeuse, et j'ai pris du 12mg, et malgré cela hier en fin d'après-midi - à tort ou à raison - j'ai eu l'impression très désagréable de faire une surdose (impression de vasoconstriction surtout, de cœur un peu en tension), aussi je suis allée m'acheter du 3mg pour me faire une petite méthode chinoise (dilution) pour la soirée, et vaper sans stresser.

Même sensation ce matin, mais j'ai pris mon pouls, 65, ce qui est tout à fait ok puisque j'étais à plus de 70 au repos avant lorsque normalement dosée en nicotine...

Donc je ne sais pas trop, il faut varier et faire des essais pour trouver son sweet spot, qui plus est glissant, car des effets de sevrage ou des réactions diverses doivent venir perturber l'atteinte d'un équilibre stable.

Oui effectivement,
ça peut arriver d'avoir des rushs surtout les premiers jours
Perso, quand ça m'arrive d'être à court de jus et / ou de Boosters;
J'ai toujours des e-liquides en 11 mg mais aussi en 6 et 3 mg pour faire ma popote !
Après tu dis être une ex-grosse fumeuse, perso je pense que les sels de nicotine seraient une bonne alternative mais bon je suis persuadé que tu arriveras assez vite à trouver ton bonheur en tout cas je te le souhaite.

MM


#16
Hilde
Lose Yourself
16 mai 2019 à  18:23

a écrit

Oui effectivement,
ça peut arriver d'avoir des rushs surtout les premiers jours
Perso, quand ça m'arrive d'être à court de jus et / ou de Boosters;
J'ai toujours des e-liquides en 11 mg mais aussi en 6 et 3 mg pour faire ma popote !

Merci de ton commentaire Meumeuh.

Je n'avais pas du tout ces effets-là les premiers jours, ça a commencé hier, et pourtant je n'ai pas du tout l'impression de vaper davantage qu'au début. La seule différence est que j'ai baissé la puissance de mon mod pour rester dans les limites acceptées par ma résistance (que la boutique m'avait pré-réglé un peu au-delà), d'où une vapeur moins âcre, mais aussi une consommation de liquide triplée (!!) alors que je ne vape pas davantage... Après je peux confondre surdose de nicotine et changement hormonal, ce n'est pas du tout impossible... roll

Ce qui se passe je pense c'est que je dois apprendre à m'habituer au décalage entre délivrance et effet, alors qu'il est instantané avec la cigarette, pour ne pas me surdoser, et du coup si je ressens malgré tout le besoin inextinguible de vape avant effets, autant que je ne m'envoie pas trop de nicotine et utilise des liquides moins dosés.

Idéalement il me faudrait plusieurs réservoirs, mais cela me satisferait davantage d'attendre d'avoir amorti mes premiers achats, soit quelques jours, avant de réinvestir. C'est idiot mais intellectuellement ça me semble plus confortable; j'aurais l'impression de mettre la charrue avant les boeufs sinon. Il y a toujours l'épée de Damoclès de l'échec qui reste suspendue...

Sinon j'ai bien compris que les sels de nicotine pourraient davantage satisfaire mon besoin en se rapprochant davantage du tabac, mais j'aime l'idée de me déshabituer progressivement avec un mode de délivrance moins addictif.


#17
Drim
Psycho sénior
17 mai 2019 à  13:15

Ce qui se passe je pense c'est que je dois apprendre à m'habituer au décalage entre délivrance et effet, alors qu'il est instantané avec la cigarette, pour ne pas me surdoser, et du coup si je ressens malgré tout le besoin inextinguible de vape avant effets, autant que je ne m'envoie pas trop de nicotine et utilise des liquides moins dosés.

C'est vrai qu'avec le e-liquide normal il faut faire le deuil du rush de nicotine.
Parfois je vapotais frénétiquement jusqu'à être pas bien parce que je recherchait l'effet clope du matin inconsciement (chez moi les sur-doses duraient 15-20mn).

j'aime l'idée de me déshabituer progressivement avec un mode de délivrance moins addictif.

ça parait une bonne chose, la e-cig offre plein d'alternative au tabac, chacun la substitution qui lui convient!

Spoiler


#18
Hilde
Lose Yourself
17 mai 2019 à  14:34

a écrit

C'est vrai qu'avec le e-liquide normal il faut faire le deuil du rush de nicotine.
Parfois je vapotais frénétiquement jusqu'à être pas bien parce que je recherchait l'effet clope du matin inconsciement (chez moi les sur-doses duraient 15-20mn).

Oui, c'est là qu'il est important d'avoir accès à un très grand confort de vape.

A l'instant j'en suis à l'heure du café post-déjeuner et typiquement je serais partie pour enfiler quelques cigarettes, du coup je compense en vapotant frénétiquement, et c'est grandement facilité par le fait que j'arrive à me produire en série des taffes hyper agréables (goût plaisant, aucun écœurement, bonne température) qui m'apportent une bonne satisfaction psychologique, peut-être par effet placebo; le fait est que je n'ai pas impérativement besoin de fumer de cigarette. Je croise les doigts pour ne pas faire de surdose d'ici quelques douzaines de minutes.

a écrit

ça parait une bonne chose, la e-cig offre plein d'alternative au tabac, chacun la substitution qui lui convient!

J'aurai probablement l'occasion d'en explorer d'autres, mais dans un temps ultérieur...
Le fumeur en sevrage a besoin d'une compensation satisfaisante, ergonomique, et fiable (=efficace et sans prise de tête); il n'est pas nécessairement en demande d'exploration passionnée du monde des possibles de la vape (démarche qui découle moins d'un besoin irrépressible que d'une curiosité hédoniste...)

Sinon, j'en suis à mon 11è jour de vape, et au 4è dans tabac, soit plus de 100h après ma dernière cigarette.
Depuis 2-3 jours mes sensations ne sont plus les mêmes qu'au début.

Au tout début j'étais une pile électrique, j'avais tout le temps envie de bouger, de chanter, d'écouter de la musique qui pulsait énormément et ayant des vertus feel-good. Mickey 3D et un peu tout ce que j'écoutais entre les âges de 10 et 30 ans y sont passés. Mais aussi des trucs plus mièvres^^:

https://www.youtube.com/watch?v=G54OHh8lib0
 

https://www.youtube.com/watch?v=V24MKvlqyi4
 

Depuis 2-3 jours je me suis pas mal calmée, l'humeur basale est toujours haute et réhaussable par la musique, mais je ne ressens plus le besoin de sautiller dans tous les sens.

J'ai donc franchi quelques étapes, mais lesquelles? La réoxygénation de mon hémoglobine? Sans doute, et d'autres formes de détoxification plus l'évacuation des microbes ; a priori pas en relation avec la nicotine, d'autant que je note que les cigarettes que j'ai fumées les premiers jours n'avaient pas du tout la même saveur que celles que je peux fumer après une abstinence partielle et qui m'envoient très haut en plus de me faire tourner la tête: ces cigarettes fumées parallèlement à la vape ne me procuraient pas de high sensible, je les fumais lentement, sans tirer fortement, le bout du filtre restait relativement clair. Raison pour laquelle je n'en ai rapidement plus eu besoin, confirmé lorsque j'en ai arrêté une après 2 taffes en me demandant: "A quoi bon?".

Aujourd'hui j'ai l'impression d'être redescendue dans un état normal, quoique différent d'auparavant plus proche de celui d'autrefois, le poids des décennies en plus, état encore boosté par l'aspect réjouissant de la situation (sevrage...), mais qui va l'être de moins en moins au fur et à mesure de la normalisation, et c'est là qu'il faudra que je sache faire face. J'ai retrouvé mon appétit et mon goût pour le café, je n'ai plus vraiment de cravings d'alcool, mon cycle de sommeil s'est également recalé.

Comme je me suis fait des ampoules, de malade comme dirait l'autre, après avoir fait l'effort de commencer à pénétrer les arcanes de la vape, je vais devoir m'atteler à celles du Vélib' nouvelle formule si je veux bouger correctement: tout un programme...

A suivre.


#19
Bootspoppers
Adhérent PA; Friend-zonard e
18 mai 2019 à  00:33
C est génial!


#20
Hilde
Lose Yourself
18 mai 2019 à  14:16

Bootspoppers a écrit

C est génial!

Merci de cette perspective positive qui vient regonfler mon enthousiasme!

Je suis en plein doute quant à mes perspectives de récupération respiratoire et cardiaque... Même si je me sens pleine d'énergie, CV et VEMS me semblent tout pourris, quant à mon endurance, bof bof... We shall see!!

Enjoy les US!


#21
ismael77
Adhérent PsychoACTIF
20 mai 2019 à  07:20
c'est quoi le dosage pour petites taffes pas trop fortes, 10 clopes jour? Un pote fume l'équivalent de 56 cigarettes, plus qu'avant, ça veut dire que s'il n'a plus de batterie il craque direct! Ca n'arrive jamais mais c'est pas agréable quand il y en a trop. Même dégueulasse, une clope ou dix en une bouffée.
Merci si vous avez un dosage standard "gros fumeur petite nature"?


#22
Hilde
Lose Yourself
20 mai 2019 à  21:24
Quatorzième jour de vapotage, et 7è jour sans tabac, ma dernière cigarette remontant à lundi dernier.

Je commence à retrouver des capacités gustatives plus étendues. L'intensité et la profondeur de goût de certains aliments me surprennent, et j'en redécouvre d'autres dont le goût me paraissait fade auparavant. Côté odorat je ne perçois aucun changement.

Aussi je me sens beaucoup plus placide que d'habitude, et comme je suis totalement incapable d'évaluer le rapport entre la quantité de nicotine que j'absorbe en comparaison de ce que les cigarettes me délivraient, j'ignore si cela est dû à une variation de ma nicotinémie ou à la suppression de l'inhalation des autres produits de la combustion du tabac.

Aujourd'hui j'avais les bronches qui brûlaient un peu, comme inflammées, cela me fatiguait et le vapotage me semblait un peu irritant.
Je me suis demandée s'il était temps de changer ma résistance : a priori c'était un peu tôt : je n'ai pas terminé mon 4è flacon d'e-liquide et n'ai pas dépassé les 2 semaines de vapotage, mais qui sait, car certains jours j'ai énormément vapé. Un petit passage à la boutique où j'ai fait tester le dispositif au vendeur pour avoir son opinion. Verdict: "Non, c'est parfait." Ce sont donc mes bronches qui me jouent des tours.
Effectivement après alimentation variée ce soir, les bronches ne bronchent plus.

C'est un truc curieux d'ailleurs, immédiatement après chaque repas mes conduits se fluidifient et le vapotage passe mieux.  Toutefois c'est un réflexe que je n'ai pas encore acquis que de petit-déjeuner avant le café-vape.

Côté craving, je n'en ai pas vraiment de cigarettes, mais j'ai régulièrement des flashs lorsque je me retrouve dans certaines situations, avec un besoin de quelque chose qui fait surface, une forme de rappel qu'autrefois dans cette situation j'aurais pris une cigarette qui aurait assouvi le besoin, et le bref sentiment de me sentir désemparée car ce besoin ne peut plus être comblé. Au-delà de cela, ça se passe enfin comme dans les livres de développement personnel : le dit craving passe en quelques minutes ou secondes avec ou sans vape ou autre astuce (sauf le premier craving au réveil le matin, le plus fort et le plus prolongé, au moins jusqu'à ce que j'ai vapé plusieurs minutes à fond).

J'appelle cela un pseudo-craving, c'est un craving non-obsessionnel qui ne porte pas sur un objet très clairement défini puisque la clope ne m'attire plus, c'est comme un réflexe, une remontée de conditionnement passé, une forme d'empreinte cérébrale, une momentanée poussée d'anxiété. Pseudo-craving parce que les véritables cravings qu'on ressent en cas de sevrage sec ou progressifs, chez moi ils ne passaient jamais, je n'avais même pas le mode d'emploi pour les mettre sur mute. Avis aux auteurs de self-help garbage. BS.

Donc c'est plutôt cool, mais je ne suis pas à l'abri d'un pseudo-craving qui se présenterait à mon esprit dans une situation un peu plus délicate ou stressante que les autres et qui passerait plus difficilement. Et puis je ne vais pas écraser l'empreinte cérébrale en une fois, ça va exiger de la répétition de situations...

Côté transit, depuis le début rien de particulier, des petits changements (timing, type de selles) mais pas de constipation, ce qui est une excellente nouvelle.

Aussi, j'ai commandé du matos de vapotage en ligne pour compléter mon équipement.

Voili, voilou. smile


#23
Hilde
Lose Yourself
22 mai 2019 à  20:27
J+8: en vrac

D'après ma dealeuse et addictologue, si j'ai inhalé environ 24mg de nicotine au cours des 8 derniers jours, c'est peanuts, cela fait en moyenne 3mg par jour dont l'intégralité ne serait pas biodisponible, alors qu'une seule cigarette en fournirait entre 1 et 3mg selon sa composition et la façon de tirer dessus.

Cela me trouble un peu parce que j'ai beaucoup de mal à y croire. Pas aux chiffres, mais à l'idée que je ne sois plus dépendante de davantage de nicotine que ce qu'une cigarette peut délivrer. Cela me semble totalement invraisemblable.

D'autant qu'alors du coup ça voudrait dire que j'ai une dépendance psychologique énorme (pourquoi pas, ça ne me choque pas). Pourtant lorsque je diminuais violemment ma consommation de tabac sans substitution je présentais clairement des symptômes de sevrage nicotinique.

Alors maintenant que j'ai un second réservoir je l'ai rempli de liquide à 3mg et si j'en ai le courage demain ou un autre jour j'essaierai de ne vaper que cela, pour voir si vraiment...

Parce que d'un autre côté vaper me coupe tellement l'appétit que je ne peux pas croire que cela ne soit que psychologique. Ou alors c'est la saison, le printemps, et la météo plutôt clémente et réjouissante?

Depuis quelques jours je suis calmée, de moins en moins énergique.

Il y a encore 4 jours, j'ai presque honte de le raconter, lorsque je suis sortie j'avais tellement d'énergie, surtout dans le bas du corps, que j'avais envie de tout dégommer sur mon passage, paf, paf, paf les passants, comme dans un jeu vidéo je les faisais tous tomber. Trois quart d'heures plus tard et 3 étages plus haut je me mettais à souffler et à ressentir la fatigue puis à m'apitoyer sur ma pauvre condition physique avant de poursuivre mon chemin sur un mode plus lent et réaliste.

Hier et avant-hier, quand bien même l'effort musculaire ne me pesait pas car la dyspnée n'arrivait pas, sensations énormes d'épuisement interne et d'inflammation (brûlure) des bronches, matin, midi et soir, immédiatement levées par la prise d'un repas quelconque. Hypoglycémie? Pas de fatigue particulière aujourd'hui, pas d'énergie particulière non plus. Humeur bonne, moins euphorique qu'au début.

Je reste toujours aussi relativement peu sensible à la musique classique qui m'a accompagnée toutes ces dernières années : il faut que ça pulse franchement. Je supporte du Muse que je ne trouvais plus écoutable (trop de bruit - j'avoue qu'on dirait parfois qu'il y a un lave-linge qui tourne en arrière-plan).

Quant à ma résistance pas encore morte, elle est devenue plus résistive, passant de 1,5 ohms à 1,55 ohms. Je ne sais pas décoder à partir de quelle variation il faut la mettre à la retraite.

Toujours des pseudo-cravings, parfois de brefs vrais cravings de cigarette, mais ça passe effectivement...

Les chinois sont-ils notre perte (Huawei) ou mon salut (Eleaf, Innokin)? Mon coeur balance.

En revanche je sais parfaitement qui nous sont d'absolument aucun secours à s'acharner de toutes les façons possibles contre les fumeurs.


#24
Hilde
Lose Yourself
23 mai 2019 à  11:58
Heureusement personne n'a commenté car j'avais tout faux et, comme je le pressentais depuis le premier jour, ma dealeuse raconte n'importe quoi.

Les flacons d'e-liquide indiquent la concentration en nicotine par mL et non la quantité totale de nicotine. En gros, je me suis plantée d'un ordre de grandeur... puisqu'ils font 10mL...

D'après mes nouveaux calculs, depuis que j'ai commencé la vape j'ai fumé 32 cigarettes et inhalé un total de ~510mg de nicotine via les e-liquides. Ce qui correspond, selon qu'on considère qu'une clope correspond à 1, 2 ou 3mg de nicotine, à un équivalent moyen quotidien 12,5 à 34 cigarettes par jour, et 18 si on prend une équivalence à 2mg.

Voilà, on discute enfin sérieusement... Et je ne peux éliminer l'hypothèse du surdosage... Du coup il va falloir que je contrôle un peu tout cela.


#25
Hilde
Lose Yourself
23 mai 2019 à  15:10
J+9: entre génocide et opération pièces jaunes

Mon doudou est super en forme, je le soigne et il me le rend bien.
Hier soir j'ai déniché un beau carton rouge - une belle boîte à chaussures inutilisée roll - pour y ranger tout mon matos afin qu'il évite de prendre la poussière lorsque je ne l'utilise pas: cartons, modes d'emplois, câbles, batteries en rab, stock de résistances et liquides. Cela commençait à traîner un peu partout et à me piquer les yeux.
Je vais utiliser des tubes pour vitamine C pour transporter les liquides : je ne comprends vraiment pas l'intérêt des capuchons soi-disant protecteurs, qu'on a du mal à dévisser, mais aussi à revisser vraiment et qui fuient, c'est comme les petits trous dans le papier à cigarettes pour éliminer le risque d'incendie : je n'avais jamais été à risque de provoquer le moindre incendie avec une cigarette, mais après cette énième directive je suis devenue un petit poucet à cendres. Dans quel monde vit-on pour qu'on nous emmerde à ce point?

C'est là que mes pérégrinations m'entraînent de l'autre côté de la Manche où chaque année se tient le très sérieux symposium E-cigarette Summit et que je découvre que le Wellcome Trust sponsorise des recherches intéressantes Electronic cigarettes: history, evidence and policy

Funder: Wellcome Trust
Date: 1 January 2018 – 31 December 2018
Principal Investigator: Professor Virginia Berridge
Collaborators: Professor Wayne Hall, University of Queensland; Professor Amy Fairchild, Texas A and M University; Professor Ronald Bayer, Columbia University New York.

Description: Electronic cigarettes are controversial. This new technology in the smoking field has been welcomed by some, severely criticised by others. Do e-cigarettes potentially reduce the harm from smoking by diverting smokers down a safer route – or do they amplify harm and also recruit new smokers? Evidence on these points has been produced but has been treated differently in different national contexts. Some have opted for regulation as a medical product, some as a consumer product and in some cases for a complete ban. The hypothesis behind our research is that these divergent national responses relate to the history of smoking policy and in particular responses to nicotine. This is a ‘pilot study’ involving the UK, US and Australia which will test our theories and plan a wider cross national programme of research to look at the relationship between evidence and policy.

Parce que comme le dit par ailleurs Virginia Berridge, ce sont strictement les mêmes résultats scientifiques qui justifient des approches et politiques vis-à-vis de l'E-Cig parfois totalement divergentes selon les États (ex: UK vs. Australie).

En Australie elle est totalement interdite, et en Italie, c'est la progression vers le point Godwin, le gouvernement a réussi à faire hyper fort, autrement dit d'une pierre deux coups, en abandonnant les fumeurs à leur triste sort sanitaire, mais en s'assurant de les racketter avant. Pourquoi ça me rappelle-t-il les nazis qui n'oubliaient pas de voler leurs victimes concentrationnaires avant de disposer de leurs dépouilles. J'étais complètement passée à côté de cette nouvelle.

Spoiler

C'est l'association de RDR britannique NNA (New Nicotine Alliance) qui raconte cela.

Ils postent également l'interview de leur fondatrice qui vaut son pesant de cacahuètes (le jeu de mot est joli aussi No Smoker Left Behind):

https://nnalliance.org/images/blogs/No_smoker_left_behind_1.jpg
https://nnalliance.org/images/blogs/No_smoker_left_behind_2.jpg
https://nnalliance.org/images/blogs/No_smoker_left_behind_3.PNG
https://nnalliance.org/images/blogs/No_smoker_left_behind_4.jpg

Il n'est jamais trop tard pour changer d'avis.

Je suis un opportuniste et je retourne ma veste.
https://www.youtube.com/watch?v=k1SvDqKA_UQ
 

La prohibition australienne et le pré-génocide italien devraient suffire à convaincre que nous sommes face à une énorme mascarade, que cela fait des décennies qu'on fait semblant de s'attaquer au gigantesque problème de santé publique que constitue le tabagisme, en s'acharnant sur les fumeurs ou en épuisant des outils ou stratégies sciemment inadaptés. Comme s'il ne fallait surtout pas tuer la poule aux oeufs d'or.

Double peine par asphyxie financière et physiologique, injonctions infantilisantes et vaines, matraquage visuel traumatisant, prévention culpabilisante, changements brutaux de politique, marginalisation et stigmatisation, wishful thinking généralisé couvant toute cette bien pensance immonde que l'OMS couvre, promotion de produits ou services d'aide au sevrage inefficaces en même temps qu'on jette l'opprobre et tente de décrédibiliser les outils certes efficaces mais qui ne servent ni Big Pharma, ni Big Industrie, ni l'élite du numerus clausus, ni le trésor public... On s'acharne dans une politique de l'offre non-sollicitée sans avoir jamais sondé la demande.

Alors quand tout ce qu'il reste chez nous en France c'est de faire campagne auprès des généralistes pour qu'ils sensibilisent leur patients fumeurs, échangent un petit mot avec eux pour les rapprocher toujours davantage de l'abstinence, parce que si chaque échange est une goutte d'eau dans l'océan, les petits ruisseaux font des grandes rivières...
ben alors s'il ne reste plus que cela, je l'appelle Opération Pièces Jaunes...


#26
Bootspoppers
Adhérent PA; Friend-zonard e
23 mai 2019 à  16:32
Ton doudou?


#27
Hilde
Lose Yourself
25 mai 2019 à  13:16

Bootspoppers a écrit

Ton doudou?

Moui, c'est une métaphore... pour dire que je traîne ma vapoteuse partout avec moi (comme un bébé son doudou...).


J+11: Retour à la Réalité


Je crois bien que ces derniers jours j'étais en surdosage complet, malgré moi, avec un tas d'effets secondaires très désagréables et occultation des bénéfices de l'arrêt du tabac, sauf sur la respiration.

Coupe-appétit, légers maux de têtes, troubles du sommeil avec nuits descendants à 5h/nuit..., éruptions cutanées, vasoconstriction, difficulté de concentration, fatigue et stress, et même bouffée de chaleur puisqu'hier avec à peine plus de 21°C j'avais l'impression de subir une canicule infernale.

L'équivalence correcte pour une cigarette serait d'1mg de nicotine absorbée par cigarette. Aussi une fiole d'e-liquide de 10mL dosée à 12mg/mL correspondrait à 120 cigarettes ou 6 paquets. A 20mg/mL on aurait l'équivalent d'une cartouche... yikes

Je vais donc agir sur les deux leviers disponibles: le temps de vape, et la concentration en nicotine des liquides que je consomme pour réduire les 2 et essayer de retrouver mes excellentes sensations de bien-être, énergie et apaisement, des premiers jours.

Pas simple tout cela ni facile, car si mon corps ne supporte finalement plus vraiment la nicotine, il en redemande... thinking

C'est un gros intérêt de la vape sur la combustion d'isoler les effets aigus de la nicotine de ceux du tabac, et de pouvoir se découvrir sur le tard une intolérance à la nicotine...


#28
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
26 mai 2019 à  02:11

Bootspoppers a écrit

Ton doudou?

Hilde.O a écrit

Moui, c'est une métaphore... pour dire que je traîne ma vapoteuse partout avec moi (comme un bébé son doudou...)

Idem pour moi, depuis que j'ai mon dernier Setup (1 Box mod 80 watts avec un atomiseur et 1 resevoir de 4.5 ml ) comparait à mon précédent kit qui avait 1 GSdrive de 2 ml  le top ! du coup j'ai moins les doigts gras big_smile
et de plus la box est waterproof.
My gosh je le kiffe TROP ce setup ! Donc il me suit partout mais je n'ai pas poussé le vice de le prendre sous la douche ! vape

Hilde.O a écrit

L'équivalence correcte pour une cigarette serait d'1mg de nicotine absorbée par cigarette.
Aussi une fiole d'e-liquide de 10mL dosée à 12mg/mL correspondrait à 120 cigarettes ou 6 paquets.
A 20mg/mL on aurait l'équivalent d'une cartouche...

Tu n'as pas tort ,
après sur les équivalences des e-liquides, qui correspondrait à tant de cigarettes je suis un peux plus dubitatif.
Car je pense que tu devrais prendre en compte d'autres paramètres :

Les récepteurs nicotiniques reçoivent donc bien entre  1 et 3 mg quand tu fumes une cigarette et la nicotine est délivrée sous la forme d'un shoot

Et puis le façon dont chacun fume sa clope,
Exemple simple :
lorsque j'habitais avec une de mes ex-copines, qui n'était pas fumeuse, par respect pour elle ; mais aussi pour ne pas avoir l'odeur du tabac froid le matin, et pour les fringues car on avait un dressing ouvert
Je fumais donc soit au balcon soit à la fenêtre ; au final je tirais sur la clope comme un narvallo surtout l'hiver,
et donc là c'est bien plus que 1 mg de nicotine  délivré  mais  au moins 3mg ...


Tu devrais essayer  sauf si tu vois que ça rentre dans l'ordre  les sels de nicotines (Jus non nicotiné + booster aux sels de nicotine à 20 mg - il en existe à 10mg )
l'avantage c'est que tu aurais eu ta dose  de nicotine ne faisant que 5 ou 6 puufs, et il sont doux contrairement aux E-liquides nicotines où il faut vapoter entre 15 et 20 min pour enfin avoir sa dose de nicotine et j'ai jamais pris du 20 ou 18mg car 11mg c'est déjà assez d'ailleurs je le diluer avec un custard à 6mg
Le matin je vapoter dès le réveil pr saturer les récepteurs, mais seulement les 2 ere semaines
Puïs faut dire que je tournais entre 5 et 10  clopes /jours  et en soirée bcp plus évidemment.

à Bientôt

MM


#29
Hilde
Lose Yourself
26 mai 2019 à  18:32
Coucou Meumeuh salut

a écrit

Idem pour moi, depuis que j'ai mon dernier Setup (1 Box mod 80 watts avec un atomiseur et 1 resevoir de 4.5 ml ) comparait à mon précédent kit qui avait 1 GSdrive de 2 ml  le top ! du coup j'ai moins les doigts gras big_smile
et de plus la box est waterproof.
My gosh je le kiffe TROP ce setup ! Donc il me suit partout mais je n'ai pas poussé le vice de le prendre sous la douche ! vape

Extraordinaire, je comprends tout ce que tu me racontes!!

Je peux même réagir en disant que mon Box mod de 75W avec un atomiseur pour vape indirecte MTL, donc serrée, avec résistance >1 ohm, et son réservoir de 1.8 ou 2mL (effectivement à moindre contenance que le tien, mais je vape serré en 70/30, donc je consomme moins et partant, recharge moins souvent), me va très bien pour l'instant : le reconstructible goutte à goutte en 0,01 ohm c'est pour bien plus tard. lol
La mienne doit pas être waterproof, y'a des petits trous dans le compartiment batterie.

a écrit

Tu n'as pas tort ,
après sur les équivalences des e-liquides, qui correspondrait à tant de cigarettes je suis un peux plus dubitatif.
Car je pense que tu devrais prendre en compte d'autres paramètres :

Les récepteurs nicotiniques reçoivent donc bien entre  1 et 3 mg quand tu fumes une cigarette et la nicotine est délivrée sous la forme d'un shoot

Sur ce que délivre une clope en nicotine biodisponible, j'ai bien lu les chiffres de 1 à 3mg selon clope et tirage, mais plus souvent 1mg, qui me paraît aussi plus proche de ma réalité (je n'ai pas de balcon tongue ).

En revanche effectivement tu fais bien de relever mon erreur de raisonnement : il n'y a aucune raison pour que la nicotine contenue dans les e-liquides soit 100% biodisponible, et là je ne sais pas ce qu'il faut retenir comme pourcentage qui permettrait d'établir une comparaison pertinente. Mon dealer me dit 10% seulement et je n'en crois pas un mot, mais ce n'est certainement pas 100%. Il faut que je fasse des recherches.

a écrit

Tu devrais essayer  sauf si tu vois que ça rentre dans l'ordre  les sels de nicotines (Jus non nicotiné + booster aux sels de nicotine à 20 mg - il en existe à 10mg )
l'avantage c'est que tu aurais eu ta dose  de nicotine ne faisant que 5 ou 6 puufs,

Le truc c'est que je me connais : j'aurai ma dose avec les sels de nicotine mais je vaperai aussi par derrière pendant 1/2h et au final j'aurai double dose et surdose.
Je suis passé en 6mg et 3mg (un clearomiseur pour chaque) et aujourd'hui j'ai vapé une alternance de 6 et 3, avec davantage de 6mg.
Je fais plus attention dans le sens où je ne vape plus au point de me couper l'appétit. J'ai donc l'impression que je commence à arriver à baisser les doses, ce qui n'empêche pas que le besoin est toujours-là (je ne le frustre pas non plus).

Il faut que j'attende de voir sur quelques jours ce que cela donne, comment je vais me stabiliser. De toute façon j'ai autant besoin de nicotine que du geste, i.e., de combler le besoin par le geste de vaper (quand je suis assise) et ça me semble plus aisé de contrôler la concentration de nicotine que le nombre de tirages sur la vapoteuse (grosse difficulté d'inhibition du geste de ma part).

a écrit

Le matin je vapoter dès le réveil pr saturer les récepteurs, mais seulement les 2 ere semaines

Ce matin je ne l'ai pas fait, j'ai laissé monter lentement, et ce n'était pas désagréable de constater que je "gérais" (i.e. = pas de craving de clope)

a écrit

Puïs faut dire que je tournais entre 5 et 10  clopes /jours  et en soirée bcp plus évidemment.

Moi c'était 5 à 10 en matinée plutôt... wink

A bientôt.


#30
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
28 mai 2019 à  02:09

Hilde a écrit

Extraordinaire, je comprends tout ce que tu me racontes!!

Salut Hilde salut
comment vas-tu, Bien ou bien ?

A ben c'est déjà un bonne chose si tu comprends tout ce que je t'ai raconté, bon faut dire que cela fait un moment que je suis sage comme une image  ... donc ça aide  à ne pas écrire des Hiéroglyphes ou des trucs qu'avec le recul tu ne te comprends pas toi même thinking ( ça m'est déjà arriver , pas içi mais sur 1 ou 2 trackers où l'on se partage des concerts Piiiirate ) Où l'on doit écrire en Anglais , mais je glisse vers du Hors Sujet...   punk1

a écrit

La mienne doit pas être waterproof, y'a des petits trous dans le compartiment batterie.

Ah non c'est sûrement des trous de dégazage.
Celles qui sont  Waterproof, sont indiquées par la norme : IP67  ( comme pr tous appareils électroniques smartphone, radio scanners etc ..)


Bon c'est cool !!  tu est sur la bonne voie ,
Pour ma part après un essai avec la Cigalike il y a quelques années , et donc ce fût un échec ...car c'était pas vraiment au point.
J'y suis revenu , il n'y vraiment pas si longtemps que çà ,
mais comme je suis un peu Ch'tarbé avant je me suis bien renseigner sur le net  durant 1 Mois 1/2 !  mais aussi en allant dans un Shop ou je vais d'ailleurs régulièrement maintenant
car j'aime bien  savoir ou je met les pieds avant , et  donc une fois que j'ai acquis le minimum de connaissance ben je suis aller m'acheter un Kit Débutant;
Et au bout de moins d'une semaine , je ne pouvais plus fumer un clope , c'était hallucinant ! d'autant tout bénef que j'ai repris le sport , enfin  le sport juste la course à pied  il y a 4 mois, donc c'est d'autant plus easy maintenant ...
Ah j'allais oublier ça fait donc 1 mois 23 Jours et 18 heures  ( merci au ticker d' Aiduce ) que je n'ai plus allumer 1 tueuse big_smile

A bientôt ,

MM


#31
Hilde
Lose Yourself
28 mai 2019 à  11:36

a écrit

Pour ma part après un essai avec la Cigalike il y a quelques années , et donc ce fût un échec ...car c'était pas vraiment au point.
J'y suis revenu , il n'y vraiment pas si longtemps que çà ,

Pareil pour moi. C'était avec une EVO-D, à l'époque considérée toutefois comme nettement plus efficace (pour le sevrage tabagique), car de deuxième génération, que les dispositifs de 1ère génération...

a écrit

mais comme je suis un peu Ch'tarbé avant je me suis bien renseigner sur le net  durant 1 Mois 1/2 !  mais aussi en allant dans un Shop ou je vais d'ailleurs régulièrement maintenant

Cela faisait bien 18 mois que je ne me renseignais pas comme je l'aurais dû, et que je restais hermétique aux attraits sémantiques et techniques de l'univers de la vape, et évidemment découragée d'avance. Idem pour planifier d'aller dans un shop ou m'y pointer inopinément : fatigue mentale par avance. Je faisais un rejet, une allergie placebo.

a écrit

car j'aime bien  savoir ou je met les pieds avant , et  donc une fois que j'ai acquis le minimum de connaissance ben je suis aller m'acheter un Kit Débutant;
Et au bout de moins d'une semaine , je ne pouvais plus fumer un clope , c'était hallucinant !

Un peu pareil là encore... Oui, hallucinant, mais rétrospectivement je crois comprendre qu'en ce qui me concerne c'était parce que j'étais totalement shootée à la nicotine, une sorte de high ou défonce durable... vape
A un moment je n'étais pas trop sûre car on ne peut pas négliger l'euphorie suscitée par l'abandon du tabac (psychologique) et la réoxygénation (physique), mais c'est clair que j'étais stone en fait.

a écrit

d'autant tout bénef que j'ai repris le sport , enfin  le sport juste la course à pied  il y a 4 mois, donc c'est d'autant plus easy maintenant ...

C'est cool et un bon moyen de consolider l'arrêt du tabac.
Je ne cours pas mais marche beaucoup ou vite, enfin parfois, et là avec l'arrêt du tabac -sachant que l'arrêt de l'alcool avait déjà fait beaucoup de bien à mes muscles et ligaments- je retrouve énormément de puissance dans le bas du corps ce qui me fait ressentir le besoin de reconditionner le haut pour que ça "matche". Quand je peux en faire, le jardinage aide bien... mais à Paris... roll Sinon reprendre le tennis... ? Je vais peut-être attendre de voir si ça se décoince au niveau du sternum où mes bronches me paraissent un peu bridées, ou si je déclenche la bronchite des 3 semaines.

a écrit

Ah j'allais oublier ça fait donc 1 mois 23 Jours et 18 heures  ( merci au ticker d' Aiduce ) que je n'ai plus allumer 1 tueuse big_smile

C'est tout récent toi aussi, lol, même si tu me fais figure d'ancien. J'en suis à 15 jours depuis la dernière... (je ne peux pas écrire tueuse en parlant de mon ancienne maîtresse).

Bravo Meumeuh, et merci de tes efforts de co-motivation consolidationnelle. wink


#32
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
29 mai 2019 à  01:22

Hilde a écrit

(je ne peux pas écrire tueuse en parlant de mon ancienne maîtresse).

Oui je peux comprendre Hilde mais c'est pourtant eux qui ont mis sur les paquets  FUMER TUE fume_une_joint

a écrit

Bravo Meumeuh, et merci de tes efforts de co-motivation consolidationnelle
Bravo toi aussi , on peut se comotiver

Merki  ,j'ai pas vraiment de soutien IRL meme si j'ai un fort mental
c'est toujours bien de pouvoir échanger içi.

MM


#33
Hilde
Lose Yourself
29 mai 2019 à  13:37

a écrit

Oui je peux comprendre Hilde mais c'est pourtant eux qui ont mis sur les paquets  FUMER TUE fume_une_joint

Il doit y avoir une nuance entre fumer tue et la cigarette est une tueuse.
Fumer est un comportement; une cigarette allumée reste un produit, certainement pas inerte, car en pleine combustion, et dont les produits (de combustion justement) sont prêts à se laisser entraîner dans une cascade de réactions biochimiques une fois inhalés. On connaît la suite de l'histoire.

C'est une sorte de rejet de la dissonance cognitive entre le plaisir qu'elle m'a apporté et la disqualification rétrospective que l'insulte implique qui me rend allergique à cet affreux surnom de tueuse. Respect pour les ex, même les plus enfoirés d'entre-eux. A la limite je préfèrerais lui élever un monument. Mortuaire. Commémoratif aussi.


a écrit

Merki  ,j'ai pas vraiment de soutien IRL meme si j'ai un fort mental
c'est toujours bien de pouvoir échanger içi.

Je t'admire de courir. Cela indique que tu as su arrêter à temps. Puisque tu arrives à courir, tu as su dire stop! avant la catastrophe. Respect.

J'aurais voulu arrêter avant 40 ans... Cela n'a pas marché, mais à l'époque je sais qu'au bout de 6 mois de réduction mon maillon faible était la fatigue musculaire et non la dyspnée ou le système cardio-vasculaire ou autre chose. Je doute que cela puisse encore être le cas. J'aimerais bien.

A part ça, sans avoir rien changé, je ne ressens plus trop le hit (?!?), ce n'est pas trop perturbant, donc pas trop grave, mais je me demande si c'est ce qui conduit à terme à la vape directe??

Allez, @+


#34
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
29 mai 2019 à  17:57

a écrit

Il doit y avoir une nuance entre fumer tue et la cigarette est une tueuse.

Oui j'en suis bien conscient , je suis pas provoc mais sur ce coup j'ai employé ce terme exprès vu ton esprit vif  et censé je savais que tu relèverai ...mais pour être honnête je l'ai déjà utilisé mais je suis pas non plus dans une démarche haineuse vis-à-vis De Big Tobacco , j'ai bien fumer depuis l'âge de 16 ou 17 ans  et puis  c'est le ticker d' Aiduce  que j'ai sur le bureau de mon Ordinateur portable, qui m'a soufflé le mot à l'oreille !! lol

/forum/uploads/images/1559/ticker-annotation-2019-05-29-162729.jpg

a écrit

Je t'admire de courir. Cela indique que tu as su arrêter à temps. Puisque tu arrives à courir, tu as su dire stop! avant la catastrophe. Respect.

Gros dossier pour ma part , mais je voulais m'y remettre ... le plus dur c'est au debut après ça va du moment que ça viens de moi un peu de motivation et c'est tout.
J'ai  pratiquer la course à pied à l'armée mais aussi après pendant 15 ans, (de 20à35ans)  tous les soirs en sortant du taf direct j'aller faire mon parcours , même si je fumer à l'époque 20 clopes minimum par jour  et aussi du shit plus les week-end en teufs .

a écrit

J'aurais voulu arrêter avant 40 ans...

J'ai réussi une fois de m'arrêter 1 an justement vers 40ans +ou - , à défaut de réussir j'ai repris mais en fumant beaucoup moins ces 5 dernières années


a écrit

A part ça, sans avoir rien changé, je ne ressens plus trop le hit (?!?), ce n'est pas trop perturbant, donc pas trop grave, mais je me demande si c'est ce qui conduit à terme à la vape directe??

Je ne pourrais pas te dire , tu n'as pas  baisser ton taux?
j'ai remarqué en variant de saveur certains e-liquides sont plus doux au meme taux ,sinon je suis encore sur l'inhalation indirecte ...

a+

MM


J+25: Ça se tasse en partie

Pour commencer : je n'ai pas craqué, i.e., pas reconsommé de tabac depuis ma dernière clope du 13 mai. Cela ne fait pas de mal de le dire, ça pourrait être source de réjouissance et me détourner de la déception de la lenteur d'apparition des effets positifs du sevrage tabagique.

J'ai continué à facilement m'endormir et à me réveiller trop tôt. Toutefois cette nuit j'ai réussi à dormir 7h d'une traite sans me réveiller, puis à presqu'ajouter une heure supplémentaire de sommeil. J'aurais donc dû me lever en pleine forme. Mais non, une fois debout je me sens toujours aussi faible, confuse, étourdie le matin, avec acouphènes ou bourdonnements. Certains jours ça peut durer jusqu'au début d'après-midi. Le progrès c'est que je dissocie cette forme de malaise de l'envie de clope, alors qu'autrefois je pense que c'était très intimement lié.

Je fais des efforts pour petit-déjeuner de plus en plus tôt. Ce matin un carré de chocolat en préparant le café puis 1 banane et 2 yaourts aux fruits (sucrés) AVANT le café-vape. Cela n'a pas marché. Amélioration au bout d'une heure ou deux, sans savoir si c'est le petit-déj, les cafés (un second a suivi), ou la vape nicotinisée qui font effet.

C'est super pénible et je ne sais pas à quoi cela est dû, ça me fait un peu comme un surplus de LCR qui ne serait pas redescendu, enfin c'est comme cela que je me représente les choses. Pendant toutes ces années de fume, je ne savais même pas que la nicotine était hyperglycémiante, ce qui du coup m'intrigue. Pourquoi avais-je systématiquement besoin d'une ou plusieurs clopes après le repas? Et pourquoi ai-je toujours besoin de vaper après les repas aujourd'hui?

A côté de cela, gros épisodes de fatigue inexpliquée qui jouxtent des épisodes de bon niveau d'énergie. Ça va ça vient. Rien de très excitant globalement et c'est seulement lorsque je me mets franchement en mouvement que je peux constater une nette amélioration de mon endurance ou une certaine capacité à faire des efforts brefs plus puissants.

J'ai pris au moins un bon kilogramme. Ma peau est déjà mieux hydratée depuis quelques jours, mes graisses corporelles se redistribuent un peu. Je ne prête plus trop attention à ma respiration mais je respire mieux. Je ne m'alimente pas super bien, je limite les dégâts.

J'aimerais bien savoir si mes symptômes sont liés au sevrage tabagique ou nicotinique. La distinction est rarement faite, et le vécu du sevrage tabagique avec E-cig assez mal documenté pour les nuls. Aussi j'ai essayé de reprendre ces histoires d'équivalence nicotinique entre cigarettes fumées et e-liquide vapé. Les ressources grand public ne font absolument aucun effort pour nous fournir un peu d'information d'intérêt sur le fond du sujet. C'est très frustrant de chercher à l'aveuglette et de ne pas trouver grand chose d'exploitable sur cette thématique, bien compliquée par la diversité des styles de vape. Sans compter que perso, je ne compte pas mes bouffées quotidiennes ni ne mesure leur volume... Une bonne bouffée de vape à taux de nicotine élevé pourrait correspondre aux 2/3 d'une bouffée de clope, et pourrait monter totalement en une vingtaine de minutes seulement. Vingt minutes ce n'est rien à l'échelle d'une matinée, la durée d'une douche tout compris.

Ouais, je ne me sens pas super avancée, mais pas non plus tentée de tester une cigarette, une pastille ou une gomme de nicotine pour évaluer ma tolérance à la nicotine. C'est ch... .... pénible.

Entre temps j'ai appris que c'était d'abord la peur du ridicule de s'exiler à la fenêtre pour fumer lorsqu'elle gardait ses petits-enfants qui avait décidé ma mère à arrêter de fumer, et que ce n'était pas la cigarette du matin qui lui manquait le plus. Elle a arrêté sans substitut et a morflé. Alors, sept ans plus tard, quels sont ces bénéfices physiques ressentis de l'arrêt du tabac? Rien.  Absolument rien. Des insomnies et des kilos en plus. sad surpris

Mon neveu qui est en première était intéressé par mon E-cig. Je l'ai prévenu dès le début: je n'ai qu'un drip, il est tout plein de ma bave, alors je ne partage pas. J'espérais qu'il puisse me confirmer l'enthousiasme de Santé Publique France. Dans sa classe à sa connaissance il n'y a que 2 utilisateurs d'E-Cig, tous deux anciens ou également fumeurs. A sa connaissance encore - il ne les suit pas 24h/24 - dans sa classe il y aurait 40% de fumeurs, la majorité non quotidiens. 40%, mais c'est énorme, à mon époque on ne devait pas être loin des mêmes chiffres. Alors qu'on pouvait fumer partout et tout le temps et qu'un paquet coûtait à peine 10 balles. C'est cela le succès de nos politiques anti-tabac??  roll Lui, me confie-t-il, a fumé 2 paquets de clopes depuis le début de l'année, uniquement en soirée avec des potes. Et il termine en me disant que de toute façon, vu le prix du tabac, il ne risque pas d'en fumer régulièrement, comme si ça le mettait à l'abri d'une éventuelle future dépendance... Ayant en mémoire mes petites sessions euphoriques récentes, je lui ai dit que je trouvais que la vape c'était quand même pas mal efficace pour se faire des shoots de nicotine sans les inconvénients de la clope. Cela m'a presque surprise de parler ainsi: "des shoots de nicotine"... tongue vape

Je navigue toujours entre les e-liquides dosés à 6mg et ceux à 3mg lorsque je sens que la session de vape est franchement superflue ou abusée. J'ai l'impression de moins consommer qu'il y a 15 jours mais je peux me leurrer.

J'ai eu de francs cravings ou moments de désemparement à réaliser qu'il faudrait faire sans clope là où elle était rituelle. Déstabilisations qui ne durent pas, quoique la frustration associée se fasse sentir de façon un peu plus durable que le choc initial... Une ou deux bières ont servi à faire tampon également. wink

Plus d'un mois depuis le passage à la vape et toujours pas de bronchite réactionnelle, je pense donc que je n'en aurai pas. Tant mieux. C'est toujours cela de pris.

J'ai découvert un truc malgré tout: la vie ça fatigue même quand on ne croit pas s'intoxiquer: ni alcool, ni tabac, ni médoc, ni prises alimentaires abusives, juste un peu de pollution atmosphérique. C'est un peu déprimant quand même, si clean et si low. thinking

https://www.youtube.com/watch?v=YAh_6lxIO_U
 


J+31: In Praise of E-Cig

Tous les matins au réveil dans mon lit, avant même d’avoir ouvert les yeux j’ai droit à mon instant craving, autrement dit l’appel du soulagement artificiel, autrefois appel de la cigarette. C’est plus pénible de se lever en sachant que la récompense immédiate à laquelle s’attendre est moindre que souhaité, que l'espérance doit se limiter au café et à la vape, même si dorénavant je sais que cette frustration ne s’éternisera pas. Au moment d’entamer l’expresso matinal, la frustration se ravive lorsque je réalise que plutôt que… – plutôt que quoi d’ailleurs ? - je vais me rabattre sur la vapoteuse qui va un peu m’irriter la gorge avant de monter en température et m’offrir des bouffées plus denses, humides, et satisfaisantes, dont le plein effet se fera néanmoins un peu attendre. S’est installé un nouveau rituel qui consiste à vérifier le niveau de la batterie et à remplir le réservoir de l’e-cig s’il n’est pas plein, en évitant de m’en mettre plein les doigts autant que possible…

Cela fait un petit moment que j’ai rangé les paquets de clope qui traînaient sur la table basse, après avoir surpris un matin ma main gauche qui machinalement avait attrapé un paquet et s’était saisie d’une cigarette sans que je ne lui demande rien. Une autre fois j’ai craint qu’elle n’aille encore plus loin, trop loin, jusqu’à allumer la cigarette avant que je ne m’en rende compte. Alors j’ai tout planqué, avec mon ancienne réserve. Un autre jour, alors que je venais de m’asseoir à mon bureau, j’avais inconsciemment scanné le plan de travail d’un coup d’œil pour vérifier que rien ne manquait avant de m’y mettre, réalisé qu’il y avait un problème et m’étais levée pour aller chercher l’objet manquant, avant de m’arrêter net à ne pas savoir pourquoi j’étais soudain debout, puis de comprendre que non, tous comptes faits, rien du tout ne manquait, rien du tout : les clopes c’était fini… 

Et pourtant il y a plus d’un mois, avant même d’écraser ma dernière cigarette, j’étais sortie dans la rue sans clope, en confiance. À aucun moment je n’avais douté, n’avais pensé qu’il fallait que je prenne mes dispositions au cas où je ne tiendrais pas, ou uniquement avec une e-cig dans la poche. Or auparavant je prenais toujours mes dispositions. Si j’étais en rade et devais m’approvisionner, je m’assurais d’emporter ma CB avant d’aller rendre visite aux copains, les Terminus, Brazza, Balto, Chien qui Fume ou Relay de gare… Oui, tous des potes aimables avec la CB. Un ex-fumeur en devenir ne prend pas le risque de sortir sans son tabac à la légère. Il doit pressentir par avance, avec une certitude proche de 100%, que si une envie de fumer fait surface il saura la gérer sans être en mesure d’y céder. Aussi n’avais-je aucun doute.

En ce qui me concerne, la vape a totalement détourné le problème du comment faire sans. Elle n’apporte pas une réponse universelle à tous les désarrois de l’abstinence tabagique, bien loin de là, mais elle agit telle un anxiolytique totalement atypique. En me gavant de nicotine et de la séquence personnalisable de gestes suivante : saisie (de l’e- cig) - pression (de l’interrupteur) - succion (du drip tip) - aspiration (de l’air dans la cavité buccale) - inspiration (pulmonaire) - expiration (fumée tertiaire), elle disqualifie rapidement la clope par neutralisation de ses principaux effets positifs, apport nicotinique, rituel et contenance.

Autrement dit l’e-cig réussit l’exploit d’arriver à maintenir chez son utilisateur un équilibre soutenable et relativement stable entre les forces opposées, d’un part d’un niveau de fonctionnement suffisamment efficace par perfusion nicotinique et gestuelle, mais aussi d’autre part de décontenancements répétés et d’obnubilation causés par le double sevrage psychologique et physiologique ; ceci tout en disqualifiant la solution antérieure (tabac), et sans pour autant s’imposer comme le coup de foudre du siècle - elle débarque plutôt comme la bonne copine de circonstance, sympa et discrète mais avec laquelle on n’aura pas envie de faire sa vie.

Vue sous cette angle-là, c’est un outil de changement inespéré. Elle est plus rusée qu’un miraculeux traitement de substitution : elle maintient une partie du problème, élimine la solution antérieure, en apporte une nouvelle, mais seulement partielle. Elle impose d’apprendre progressivement à traiter le problème autrement, jusqu’à éventuellement le faire disparaître un jour. Elle autorise une fenêtre temporelle d’adaptation comportementale pendant laquelle sans vigilance particulière, on va pouvoir faire baisser sa tolérance et reprogrammer grâce à la plasticité neuronale les réactions réflexes à certains stimuli.

Ceci dit, ce n’est pas (encore) gagné.


En milieu de semaine, à près d'un mois d'arrêt de la cigarette, j'ai recommencé à faire de très bonnes nuits en même temps que j'ai cessé de me trouver dans cet pénible état vertigineux de confusion et fatigue mentales marquées. C'est peut-être le signe du franchissement d'une étape dans mon sevrage, ou au contraire de d'un renforcement de mon auto-titration nicotinique.

En effet j'ai consommé presque 3 fois plus de nicotine via la vape les 15 premiers jours de vapotage (de J-7 à J+8), que les 15 jours allant de J+13 à J+27 inclus. J'aurais pu passer d'un léger surdosage initial ayant provoqué l'abandon du tabac, à un sevrage partiel engendrant des signes de sevrage nicotinique.

Si ce scenario reflète la réalité, au pire c-à-d au maximum (rendement 100% puis biodisponibilité 100%), je serais tombée à l'équivalent de 10 cigarettes par jour en moyenne sur les 15 jours en question. Il est certain qu'à ce niveau-là je ne ressens aucun effet indésirable de ma consommation de nicotine.

En revanche je me sens toujours aussi peu sevrée sur le plan comportemental, ou disons qu'il reste un certain nombre de situations problématiques.

Déjà il y a le manque au réveil. Quasi pas un réveil sans ressentir un appel ou un manque ou une frustration. Surmontables certes, avec un bon expresso et une bonne vape, mais présents tout de même.

Il y a aussi le besoin de vaper après les repas et chaque prise alimentaire.

Par ailleurs, je ne sais pas gérer sans vaper les situations de transition et les intermèdes. Il faut que je vape avant d'entrer, il faut que je vape frénétiquement à la pause, il faut que je vape à la sortie. Comme si je fumais. Même si en cours de situation où la vape n'est pas possible je ne ressens aucun manque, aucun craving, que rien ne presse, y compris lorsque l'évènement se prolonge plus que prévu. Par ailleurs, la vape se révèle nettement moins décisive que la cigarette pour me motiver à passer d'une tâche à une autre en les enchaînant via une dose de nicotine. En gros je suis plus flemmarde qu'avant.

Enfin, je ne sais pas non plus gérer sans finir par vaper les situations stressantes, déstabilisantes ou tendues, ni profiter des situations franchement agréables et plaisantes sans les accompagner de vape.

Je crois néanmoins que j'ai fait quelques progrès, que j'ai réussi à déconditionner certaines petites situations ou à rendre certaines associations plus lâches. Je ne me représente pas très concrètement ces progrès mais je les sens confusément, ne serait-ce parce que la dépendance reposerait moins sur la nicotine, serait plus psychologique.

Lorsqu'un manque se présente, de plus en plus souvent je me pose la question de ce dont je manque, si je manque véritablement de quelque chose de matériel ou chimique, ou si c'est simplement, l'abandon d'un certain confort mental, la situation à venir ou la transition, qui est anxiogène, ou à l'inverse je me demande si l'exigence d'un certain niveau de performance, active ou passive, qu'il s'agisse d'être acteur efficace ou spectateur patient et attentif, puisse à terme perdre tout caractère stressant et ne plus susciter ce besoin d'une assistance extérieure, i.e., d'une récompense pour le surmonter, le supporter ou simplement m'insuffler la motivation indispensable. Il se passe un commencement de quelque chose.


#38
Bootspoppers
Adhérent PA; Friend-zonard e
15 juin 2019 à  19:26
Si clean et si low... un peu faux déjà?


#39
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
15 juin 2019 à  20:37
Salut Hilde ,

Bon y a du positifs néanmoins dans tous ça ..
Je peux me tromper mais je pense que c'est peut être dû que tu  étais grosse fumeuse , et puis  31 jours c'est rien ...

tu vape à combien  en Watts ?  ton e-liquide c'est du 50/50 (en PG/VG) ?

Je te rassure moi aussi le 1er mois j'ai eu aussi de la fatigue ( j'avais même stopper mon sport  et le matin à peine l'oeil ouvert je vaper sur mon kit iStick à 11mg ...
Et je vaper aussi avant de rentrer dans un centre commercial ou après un repas .. Mais c'est  moins systématique maintenant que j'en suis à 2 mois et 1/2 ( tjrs sans tabac  et avec 1 nouveau Setup du coup je suis à 6mg de nicotine  et non plus à 11mg  qui m'aurait était trop irritant vu que je vape entre 20 et 30Watts - soit à  entre 30 et 50watts .... suivant le Clearo que je met )
Et à 6mg j'ai l'impression que j'ai pas changer mon taux de nicotine ...

tu est aller voir sur des forums de vapoteur? Ou sur le web  ? Je suis inscris sur le plus connus mais je n'y vais pas vraiment ( moins de 10 fois depuis 2mois 1/2 ) car bon la fatigue c'est bien connu que c'est du au sevrage du Tabac ... mais j'ai pas tous les éléments pour répondre à tous tes questionnements....

MM


Bootspoppers a écrit

Si clean et si low... un peu faux déjà?

Coucou Boots,

Ce qui me déstabilisait et me déprimait c'était surtout d'être dans le brouillard et les gros coups de fatigue qui accompagnaient cette situation que je considérais comme inattendue et surtout malvenue; donc je dirais oui, de ce point de vue un peu faux déjà, même si j'ai d'autres soucis, mais non-causés par le sevrage tabagique.

a écrit

tu vape à combien  en Watts ?  ton e-liquide c'est du 50/50 (en PG/VG) ?

Coucou Meumeuh,

Je vape aux alentours de 13.5W avec une résistance à 1,5 ohms, un liquide dont je n'ai pas la composition exacte mais qui doit plutôt être en 70/30. Depuis plus de 3 semaines je ne vape plus de 12mg, essentiellement du 6mg et parfois du 3mg (par exemple en soirée).

a écrit

Je te rassure moi aussi le 1er mois j'ai eu aussi de la fatigue ( j'avais même stopper mon sport  et le matin à peine l'oeil ouvert je vaper sur mon kit iStick à 11mg ...
Et je vaper aussi avant de rentrer dans un centre commercial ou après un repas .. Mais c'est  moins systématique maintenant que j'en suis à 2 mois et 1/2 ( tjrs sans tabac  et avec 1 nouveau Setup du coup je suis à 6mg de nicotine  et non plus à 11mg  qui m'aurait était trop irritant vu que je vape entre 20 et 30Watts - soit à  entre 30 et 50watts .... suivant le Clearo que je met )
Et à 6mg j'ai l'impression que j'ai pas changer mon taux de nicotine ...

Pour vaper à une puissance aussi élevée il te faut des clearomiseurs avec faible résistance. Du coup tu as rapidement évolué vers la vape à gros volume, plus éloignée de la fume de tabac. C'est venu spontanément?

En fait je crois qu'on s'adapte un peu inconsciemment en fonction de nos besoins, et qu'au final l'intensité de la vape se traduit i) dans la consommation d'e-liquide en volume, ii) la durée de vie de la batterie utilisée.
Au début, après une dizaine de jours, lorsque mon revendeur m'avait demandé ce que je pensais de la batterie, je lui avais répondu qu'au début elle me durait presque 2 jours mais qu'elle avait rapidement "baissé" car elle ne me durait dorénavant à peine plus d'une journée. En fait ce n'était pas la batterie qui avait vieilli mais ma vape qui s'était intensifiée... Ce qui était corroboré par l'augmentation de ma consommation d'e-liquide... Mais après je suis passée naturellement à 6mg parce que je me sentais surdosée à 12mg.

Du coup je pense que c'est normal que tu n'aies pas l'impression d'avoir changé ton taux de nicotine, moi non plus en fait pour le ressenti au moment de la vape (mais lorsque je vape en 3mg je sens bien que c'est un peu en deçà).

A partir de quel moment n'as-tu plus senti la fatigue? Pour ma part je ne la ressens plus ces derniers jours, mais déjà je dors mieux et plus longtemps, ensuite je pense que je m'y suis un peu habituée, et enfin, comme dit plus haut, je ne sais pas si c'est parce que j'ai accru ma conso de nicotine ou parce qu'au contraire je me suis enfin partiellement sevrée (d'un équivalent d'une quinzaine de cigarettes). Le sevrage nicotinique complet prendrait 4 à 8 semaines - d'après ce que j'ai lu-, aussi en ce qui me concerne je suis encore loin du compte (des 8 semaines), alors que toi tu aurais dépassé cette étape.

a écrit

tu est aller voir sur des forums de vapoteur? Ou sur le web  ? Je suis inscris sur le plus connus mais je n'y vais pas vraiment ( moins de 10 fois depuis 2mois 1/2 ) car bon la fatigue c'est bien connu que c'est du au sevrage du Tabac ... mais j'ai pas tous les éléments pour répondre à tous tes questionnements....

Oui je suis allée voir au début, mais je ne m'y suis pas inscrite. Il y a des fils intéressants et sympas mais aussi beaucoup de discussions encore trop techniques, et de mon point de vue exotiques, sur la vape.

Et toi, tu vis les choses comment du coup? Te sens-tu sens déjà libéré et éloigné du tabac et confiant en l'avenir?

Je reste optimiste bien entendu, mais la dépendance tabagique est un tel boulet, traîné si longtemps, que plus vite j'arriverai à me libérer de tout ce qui peut s'y rapporter même de loin, mieux je me porterai. wink


#41
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
17 juin 2019 à  23:39
Salut Hilde !!

Désoler suis mort ce soir , et j'ai pas eu trop eu envie de faire des Quotes donc je te réponds comme çà vape


Ah oui je pourrais plus vaper à moins de 25Watts sauf si je n'ai pas le choix  ou plus bcp de liquide comme j'ai garder mon Kit iStick De débutant mais qui prend la poussière ...

j'ai acheté  avec mon dernier set-up  2 atomiseurs : Melo 4
Un pour ma vape de tous les jours ( avec mon jus al-day) ou j'ai une résistance de 0.5 ohms  donc je vape entre 20 et 30 watts.
Le 2ème dont je me sers, c'est juste pour le soir avec un autre e-liquide qui je trouve est bien meilleur avec une vape au-dessus de 30 watts ou j'ai mis une résistance de 0.3 ohms ...

Mais je ne pense pas non plus etre (Encore) dans la grosse vape ... je veux  dire dans le reconstructible avec les drippers , Coils voire le coiling , cotons etc ...
mais j'y viendrais je le sais , juste je fréfère y aller step by step et oui je pense aussi que chacun s'adapte à sa vape qui lui convient le mieux,
et qui peut et même doit évoluer avec le temps mais c'est juste mon avis

Pour la fatigue je dirais que ça était juste les 15 premiers Jours..
après j'ai sur ce coup-là j'ai la chance d'être chômeur ! Bah je pensais pas un jour sortir une telle phrase ! donc même au chômedu je me lève toujours le matin ( sauf en ce moment mais je suis en cours de recalage ! )
enfin ce n'est pas un choix c'est comme ça ... donc quand c'était dur le matin ben je me faisais un thé et je rester au plumard ...

Pour le Forum j'ai essayé de chercher mais oui effectivement ça parle plus de technique...
Sinon ,  pour ma part oh que oui je me sens plus que confiant , je peux dire qu'il  n'y auras pas de retour en arrière , meme si j'avoue  la 1ere clope avec le Café était appréciable , sauf que dans la vape j'y ai vraiment trouver du vrai plaisir à tester de nouvelles saveurs ...et  puis à 25Watts je kiffe encore plus  de vaper ... mais y a tellement encore de saveurs que je n'ai pas tester comme les fruitées par ex donc que du positif !!

Donc pour toi Hilde je pense que c'est juste un question de temps , n'hesite pas a essayer de changer un peu ta vape , surtout de ne pas rester dans des habitudes qui pourraient  avec le temps devenir une lassitude  et donc d'un risque d'un retour au Tabac.



MM


Coucou Meumeuh,

Merci de tes explications.

Meumeuh a écrit

Mais je ne pense pas non plus etre (Encore) dans la grosse vape ... je veux  dire dans le reconstructible avec les drippers , Coils voire le coiling , cotons etc ...
mais j'y viendrais je le sais

C'est amusant que tu le saches déjà, si tôt dans la transition. Je peine encore à comprendre ce qu'il peut y avoir d'attrayant dans ce type de vape. smile

a écrit

Pour la fatigue je dirais que ça était juste les 15 premiers Jours..

Oui, il me semble que c'est assez variable selon les usagers. D'une part ça ne commence pas forcément dès le premier jour et puis quinze jours (seulement) ce n'est pas énorme.
Les 15 premiers jours j'avais plutôt du mal à ne pas me réveiller trop tôt malgré le brouillard, et passés les premiers jours avec une pêche d'enfer, de la fatigue en journée...

a écrit

enfin ce n'est pas un choix c'est comme ça ... donc quand c'était dur le matin ben je me faisais un thé et je rester au plumard ...

Peut-être que ça raccourcit un peu la durée de la période de fatigue de s'y adapter... Ce qui est clair c'est qu'il faut voir les choses sous leur angle positif comme tu l'as fait wink

a écrit

Sinon ,  pour ma part oh que oui je me sens plus que confiant , je peux dire qu'il  n'y auras pas de retour en arrière , meme si j'avoue  la 1ere clope avec le Café était appréciable

C'est vraiment cool d'être confiant à ce point et de le ressentir avec autant de certitude.

Moi je fais comme si j'étais confiante, mais en fait je refuse d'examiner la question, parce que je n'en sais absolument rien! C'est-à-dire que je ne sais absolument pas comment je réagirais si j'étais privée de vape! Je dis cela en raison des statistiques déplorables de tenue de l'abstinence après arrêt - cela fait froid dans le dos.
Factuellement je sais que je me suis éloignée de la clope, mais ne m'en sens pas plus pas moins dégoûtée qu'aux premiers jours d'abstinence.
Je me contente d'habiter avec chaque jour davantage d'expérience - et peut-être de conviction - mes habits de vapoteuse, comme s'il n'y aura jamais de retour en arrière, en espérant tout de même que je n'aurai pas à être confrontée au manque, i.e., privation de vape : "Ne me soumettez pas à la tentation".

Je me refuse aussi à me souvenir des bons moments et habitudes avec la clope, un peu comme si moins j'y pense ou ressasse, plus leur empreinte s'affaiblira.

C'est aussi parce que je fais comme si de rien n'était que je me trouve dans le flou total. Le truc le plus clair dans ma tête est que je veux tous les bénéfices que l'arrêt apporte, que j'y tiens énormément et ne vais pas les lâcher sur un coup de tête.

a écrit

sauf que dans la vape j'y ai vraiment trouver du vrai plaisir à tester de nouvelles saveurs ...et  puis à 25Watts je kiffe encore plus  de vaper ... mais y a tellement encore de saveurs que je n'ai pas tester comme les fruitées par ex donc que du positif !!

C'est un bon report cet investissement dans le plaisir procuré par la vape, et des millions d'usagers ont réagi comme toi. Cela me fascine. Je reste encore écœurée par toutes les saveurs sauf le goût tabac que je consomme. Mais quand je suis en boutique ça m'amuse de discuter avec des usagers qui témoignent de leur plaisir à vaper tel ou tel truc, de telle ou telle façon.

a écrit

Donc pour toi Hilde je pense que c'est juste un question de temps , n'hesite pas a essayer de changer un peu ta vape , surtout de ne pas rester dans des habitudes qui pourraient  avec le temps devenir une lassitude  et donc d'un risque d'un retour au Tabac.

Oui, laissons le temps au temps.
Pas trop de lassitude pour l'instant (sauf du fil à la patte de la dépendance), mais pas de l'usage, donc je ne touche à rien. Si elle pointe j'aurai en tête que la première chose à envisager sera de modifier mon style de vape.

Bises.


J+46: Cette nuit j'ai fini par un cauchemar... et autres considérations en temps de canicule

Depuis plusieurs jours, peut-être une semaine, lorsque je prolonge mes nuits elles se terminent par des rêves dont je réussis à me souvenir plusieurs heures voire plusieurs jours plus tard. Je trouve très plaisant de pouvoir naviguer après coup dans son rêve, voire en réemprunter les différentes étapes, sous la douche matinale par exemple.

Ce matin, je me suis réveillée brutalement alors que je venais d'écraser un mégot le plus discrètement possible quelque part dans un recoin de couloir d'hôpital où je venais de fumer, apparemment sans me faire remarquer. J'étais très gênée de la situation, devoir gérer l'extinction de cette clope en l'absence de cendrier, mais cette gêne n'a pas duré car je me suis vite rendu compte que je venais de rompre mon abstinence tabagique, alors que je n'avais aucune bonne raison de m'en griller une à ce moment-là, qu'il s'agissait d'une indulgence gratuite, et ma déception a été énorme... jusqu'à ce que je réalise que ce n'était qu'un rêve... Ouf, l'amour-propre était sauf!!

Depuis une semaine également, je n'ai plus de craving le matin au réveil. Je n'ai plus de craving, sinon de rendormissement. Voilà, en échange de cette petite victoire je n'ai plus envie de me lever le matin, j'ai envie de continuer de dormir au moins encore un peu pour ménager mon cerveau douloureux, signe que je dois me réveiller dans un cycle de sommeil peu propice au lever, ou encore en pleine épuration nocturne. Cela m'a décidée à acheter quelques compléments vitaminiques, B1, B2, B6 et magnésium, au cas où, en plus de la vitamine C que je continue de prendre régulièrement.

Avec la disparition des cravings de réveil, j'ai faim au lever et je commence donc par un petit-déjeuner. J'ai conservé la banane mais viré les yaourts aux fruits pour les remplacer par un ou deux yaourts nature et ça va beaucoup mieux, je n'ai plus de sensation d'hypoglycémie en matinée. Le café-vape suit. Par suite j'ai aussi décidé d'essayer de virer le maximum de sources de sucre possible, hors fruits frais.

Je maintiens un niveau d'énergie normale, ni élevé ni bas, il y a de moins en moins de variations selon les jours ou heures de la journée, je me stabilise. J'ai l'impression que mon organisme reste en période de réparation, qu'elle induit une fatigue et un besoin de sommeil complémentaires, mais en même temps mon ressenti d'effort fourni au repos est moindre, tandis que je suis devenue clairement plus résistante, et possiblement plus endurante.

Peut-être un retour d'otite, juste exprès pour m'embêter, car j'ai les oreilles qui se bouchent et des acouphènes. J'ai d'ailleurs rêvé, ou plutôt cauchemardé, d'une situation sociale assez bruyante, où je discutais avec différentes personnes successivement, mais entendais mal voire pas du tout, ne comprenais rien à ce qu'on me racontait sans oser le signaler, et ma surdité semblait me condamner à ne plus pouvoir communiquer avec mes congénères, ceci sans espoir de résolution...

Si je fais le bilan de l'absence de changements ou perturbations vraiment notables que je constate dorénavant, j'ai l'impression d'être totalement sevrée du tabac, sinon de la nicotine, exception faite de mon transit qui n'a toujours pas trouvé de nouveau fonctionnement de croisière, ce qui s'avère franchement pénible. Je suis entrée en zone de relative constipation, or je déteste la constipation, surtout le fardeau qu'elle me confie et qu'il faut se trimballer partout, ceci sans espoir d'allègement.

A côté de ce surstockage j'ai continué de prendre du poids, enfin de la graisse, ce qui est d'autant plus ennuyeux que la dernière fois que j'avais acheté des vêtements de canicule c'était après une perte de poids.  Adieu 36, retour 38 voire davantage, et surtout direction les soldes, parce que je n'ai rien à me mettre. Cela m'a saoulée, je n'ai rien trouvé qui me plaisait, et je ne supporte plus le made in Bangladesh au prix du made in Italy (loyers parisiens inside); tant pis, il me reste des guenilles dans le placard que je peux ressortir.

J'espère que ça ne va pas durer, parce que je ne peux pas m'amuser à prendre 1/3kg par jour, d'autant que j'ai un petit retour de douleurs lombaires, peut-être aggravé par une chute de transat dont le tissu élimé avait cédé au moment où je me suis assise dessus, et par une contraction musculaire récente, mais si c'était tout simplement la graisse qui m'alourdissait?

Il y a une semaine encore, je me suis fait un peu surprendre par une résistance en fin de vie. Il m'a fallu une bonne journée pour réaliser qu'elle était trop usée, qu'elle pourrissait ma vape, que je devais la changer, et qu'en conséquence j'avais pris des risques sanitaires. Moyennant quoi je l'ai remplacée dès que je me suis rendu compte de son état, et j'ai immédiatement retrouvé une vape non-irritante.

Je n'ai pas investi dans du nouveau matériel de vape. Je continue de vaper, à peu près de la même façon qu'il y a 15 jours, essentiellement en 6mg/mL et un peu en 3mg/mL, et il semble que je consomme toujours environ 10mg de nicotine par jour en moyenne. Stabilisation de ce côté-là aussi également.

Enfin la grosse victoire de la semaine a été la gestion de la canicule. Il est absolument évident que sans alcool et sans tabac j'ai géré la canicule quasi les doigts dans le nez. C'était une énorme récompense.

Bien entendu, je suis à Paris, pas à Montpellier, mais j'ai le sentiment que ne plus être intoxiquée ni par l'alcool ni par le tabac change tout (valable à partir d'un certain âge ou niveau cumulé d'intoxication évidemment) et me permet de supporter des températures durablement plus élevées que je n'en étais capable ces dernières années - y compris l'été dernièr où je ne consommais plus d'alcool ce qui avait déjà nettement amélioré les choses. Je transpire beaucoup moins, et j'ai beaucoup moins besoin de boire  - à moins de m'exposer longtemps en plein soleil, et encore. En revanche cette année la canicule m'a donné faim, trop faim, quoique depuis 2 jours cela s'atténue.

Quand on se sent vieillir dans un monde où les perspectives de chamboulement climatique futur dû au réchauffement planétaire apparaissent de plus en plus effrayantes, il est rassurant de constater qu'on peut récupérer une certaine capacité à supporter des températures extrêmes...  On n'a pas forcément envie de faire partie de la vague de décès de la canicule d'un des étés à venir. Oui, littéralement je n'ai pas franchement envie de crever de chaud - pas plus que de froid d'ailleurs.

Dire qu'on parlait l'autre jour de stratégie de consolidation d'abstinence tabagique... surpris


#44
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
04 juillet 2019 à  09:19
Hello, Felicititations Hilde
C'est Bien si tu n'as plus de cravings ! pour la fatigue oui c'est toujours embêtant mais je pense que ça rentrera dans l'ordre... Pour le goût  et l'odorât certains m'ont dit tu verras dans 15 jours ... mais non ça a mis plus longtemps : 1 mois  ( j'imagine que c'est différent pour tout le monde  là où je suis j'ai des voisins qui fument et pas que des clopes c'est fou comme mtn je sens la moindre  clope ou bedo ... Bon ça me derange pas plus que ça non plus mais avant je sentais rien ! )
et le goût c'était à 1 mois 1/2 approx... 

Oh tu fait de drôles de rêves... lol

On est le 04 ( bon mis à par un soir au j'avais tiré sur un petard)  je viens de réaliser je suis à 3 mois pile de vape


MM


Oui, le temps passe vite finalement. Tu en es à 3 mois de vape - un quart d'année quand même! -,  quant à moi bientôt 2 mois et déjà 50 jours d'arrêt du tabac...

Pour le goût et l'odorat j'ai du mal à me rendre compte des progrès. Il y a des goûts que je ressens beaucoup plus fortement, comme le goût des carottes crues (lol), du café et d'autres aliments, mais en ce qui concerne les odeurs je n'ai pas de certitudes : je n'ai pas vraiment l'impression de mieux sentir les odeurs qu'auparavant.

Le seul truc certain c'est que je ne sens plus l'odeur de l'appart donc je pense qu'il a bien ventilé depuis 2 mois, sans pour autant être totalement débarrassé de l'odeur de tabac, enfin des goudrons, mais c'est un gros progrès que de ne pas sentir d'odeur désagréable quand je rentre.

Plus de cravings au réveil, mais parfois dans la journée, des pics de cravings puissants mais facilement surmontables, donc brefs.

Si je comprends bien ce que tu dis, tu ne ressens aucune fatigue particulière, et si tu en as ressenti une, elle n'a pas duré longtemps, c'est cela?

En ce qui me concerne, et vu comment cela n'évolue pas de ce point de vue, je pense être partie pour ressentir la fatigue encore un bon petit moment. Fatigue physique et psy, plus transit intestinal complètement chaotique. Hier soir j'ai eu des douleurs atroces, j'ai rêvé de codéine avant de finalement réussir à trouver une position pas trop douloureuse et le sommeil, et j'ai vomi de la bile, même pas acide...

Bon, ce n'est pas dramatique, si on me l'avait annoncé à l'avance j'aurais quand même signé de toute façon. wink


#46
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
05 juillet 2019 à  03:39

Hilde a écrit

Si je comprends bien ce que tu dis, tu ne ressens aucune fatigue particulière, et si tu en as ressenti une, elle n'a pas duré longtemps, c'est cela?

Oui environ 2 ou 3 semaines dans mes souvenirs ....

bon je vais essayer de me rendormir lol

MM


J+52 : Pression artérielle et colopathie

a écrit

Oui environ 2 ou 3 semaines dans mes souvenirs ....

Merci.. Hum hum.. J'ai presqu'envie de marmonner Heumeum... Ooops...
Je crois que nous ne sommes pas tous égaux devant le sevrage tabagique. lol

J'avais hier l'occasion de revoir mon médecin auquel j'ai mentionné ma fatigue ainsi que mes troubles et douleurs intestinaux. En fin de visite, à ma demande, il me prend ma tension artérielle.
Verdict: "10/7". S'ensuit un quiproquo où il croit que je comprends "17" alors que je suis stupéfaite du "10/7". Il grimace légèrement et me dit que c'est peu.

Au départ cela me fait super plaisir parce qu'il y a encore 2-3 semaines dans son cabinet j'avais 13/8, comme depuis une vingtaine de mois et l'arrêt de l'alcool. Or, quand mes ennuis ont vraiment commencé, en 2013, j'avais 15/9 et c'est resté environ 4 ans à ce niveau. Auparavant et depuis mes 25 ans, j'avais des 11/7 ou 12/8.

J'ai donc l'impression que le sevrage tabagique paye puisqu'il fait chuter ma tension artérielle à un niveau normal, après une première chute suite au sevrage alcoolique. En rentrant je découvre les liens entre TA faible ou affaiblie et fatigue, ainsi que l'inquiétante notion de tension pincée. Mince alors. Voilà, pour en avoir le cœur net, de quoi me faire surmonter ma phobie du tensiomètre électronique que je me décide à sortir du tiroir. Cela valait le coup de faire fi de mon appréhension: 127/76. Rebelote ce matin en fin de matinée: 117/73. Donc effectivement cela se normalise. Pas de quoi justifier une fatigue anormale toutefois, je ne fais pas d'hypotension. Mais de mon point de vue c'est franchement cool ou gratifiant d'être revenue à des niveaux normaux.
Avis aux amateurs de sevrage en tout genre, tabagique et/ou alcoolique!

A l'examen mon ventre est plein d'air paraît-il. Il sonne creux. Le médecin me dit que je dois avoir une colopathie, me demande si je m'alimente correctement et m'hydrate suffisamment. Je crois, mais reconnaissons que je bois moins d'eau puisque j'ai nettement moins soif. Je vais donc faire un effort sur l'eau. En ce qui concerne ma flore intestinale je ne peux pas faire de miracles.
J'ai récupéré une ordonnance de Debridat 200mg mais, suspicieuse comme je suis, comme je ne savais pas ce que c'était, je ne l'ai pas pris hier à la pharmacie (le médecin m'avait pourtant affirmé que ça marchait très bien)... Maintenant que, grâce à PA entre autres wink, j'ai compris que la trimébutine pouvait peut-être me faire découvrir les effets opiacés, même à dose thérapeutique, et vu qu'à cette même dose les effets indésirables semblent limités tandis que par moments mon ovaire droit semble écrabouillé et franchement douloureux, je vais tester ce médoc. Héhé.

Quant à mes troubles auditifs, apparemment c'est normal: pas d'otite mais un énorme bouchon. A la limite le médecin était surpris que j'entende encore de cette oreille...

Voilà donc presque 2 mois de sevrage tabagique et je ne suis pas sortie d'affaire. Qu'au moins mon effort de documentation quasi méticuleux et certainement très ennuyeux à lire pour les lecteurs, refroidisse un peu l'optimisme mensonger de ceux qui prétendent qu'en deux semaines c'est presque terminé, et circulez, il n'y a rien à voir!  censored

************************************

A propos de circulation, en me promenant dans les rayons de la FNAC rue de Rennes, je suis tombée sur une magnifique présentation d'une sélection d'ouvrages dans la thématique chère à PA:

FNAC_PA

Je ne sais pas ce que cela vous inspire?


J+54: bradycardie?

Côté vape, pas de grand changement.

Depuis 2-3 jours je tousse un peu parfois lorsque je vape et je produis de nouveau un peu de mucus. Je ne sais pas si c'est une étape supplémentaire de revitalisation de mes bronches ou une irritation de la gorge due à la vape. Mon clearo me semble propre, ma résistance est récente et je n'ai pas changé de produit...

Globalement sur le plan respiratoire, sachant que je n'ai toujours pas consulté de spécialiste pour vérifier où j'en étais, je ne ressens aucune gêne particulière et ce n'est pas la difficulté à respirer qui limite mes efforts. Peut-être que ça continue de s'améliorer, mais alors si doucement que je ne m'en rends pas compte.

Je n'ai pas encore testé la trimébutine; d'abord sur le plan du transit ça va mieux, je me suis un peu délestée et dégazée, et curieusement ces deux derniers jours j'ai ressenti les douleurs à l'effort, à la marche, bien plus qu'au repos. Il y a peut-être donc une dimension musculaire. Il est vrai qu'elles étaient apparues après des efforts conséquents et prolongés sur des vélibs frustrants et tout pourris, aux frottements invraisemblables ou aux pneus dégonflés, avec vent en pleine face, en plein soleil, en milieu de journée... et reconnaissons que sur le coup mes cuisses avaient un peu souffert ^^

Et puis je me suis prise au jeu du tensiomètre maison, et depuis hier mes mesures sont à peu près du même ordre que les précédentes à la maison donc normales ... sauf la fréquence cardiaque au repos qui s'est effondrée passant de 76 et 79 vendredi et samedi à 54, 60, 56 et 57 hier et aujourd'hui.

Je ne me sens pas "mal" mais je me sens faible. Cela pourrait expliquer que ces derniers 10 jours j'ai eu l'impression que j'avais trop forcé après des petits sprints très courts mais intenses pour traverser la rue au rouge par exemple (sensation de cœur dépassé, qui a pris un coup, d'être allé trop loin), ou que je n'arrive pas à marcher vite, même lorsqu'il ne fait pas chaud comme hier, alors qu'il y a quelques semaines encore je pouvais tenir 1/2h à 7km/h ou 1h à 6km/h. Là, je ne suis même pas sûre de pouvoir réussir à faire du 5km/h...

Oui, ce n'est plus du tout le même genre de fatigue qu'en début de sevrage en fait.

Tout cela n'a peut-être qu'un rapport lointain avec le sevrage tabagique... mais du coup ce n'est pas le moment de tester la trimébutine, plutôt celui de prendre RDV chez les cardiologue. wink

https://www.youtube.com/watch?v=Zc-vx5E2Unk
 


#49
Meumeuh
Adhérent PA - MMuSiC Addicted
08 juillet 2019 à  21:39

Hilde a écrit

Merci.. Hum hum.. J'ai presqu'envie de marmonner Heumeum... Ooops...
Je crois que nous ne sommes pas tous égaux devant le sevrage tabagique.

Oui effectivement... de surcroît je ne fumer pas autant que toi ( même ça pouvait m'arriver de rester 2 jours sans fumer un clope ("easy'' ... je compensé sur la Bouffe ) mais arriver au 3ème jour je sentais le manque de la nicotine arriver doucement mais sûrement. surpris


Hilde a écrit

Je ne me sens pas "mal" mais je me sens faible.

+ 54 J. Hey ce n'est pas rien !! félicitations
Moi je suis mou du genoux en ce moment , du moins depuis que la canicule est passée mais il fait Tjrs aussi chaud la journée hier 36  ... aujourd'hui 34°
Du coup pas envie d'aller courir ... donc je fais le lézard lol

MM


a écrit

Moi je suis mou du genoux en ce moment , du moins depuis que la canicule est passée mais il fait Tjrs aussi chaud la journée hier 36  ... aujourd'hui 34°
Du coup pas envie d'aller courir ... donc je fais le lézard lol

Oui, nous avons de la chance, il fait frais aujourd'hui et hier était agréable également.
Dans le sud je n'imagine même pas, et avec l'âge m'enfiler des journées au-dessus de 35°C les unes à la suite des autres ne m'attire plus du tout. 27°C c'est mon sweet spot, mais moins c'est bien aussi ^^.

Clairement 36°C ce n'est pas un temps à aller courir! Ce serait même dangereux, lézarder à l'ombre est recommandé. Courage!! salut

Oui, plus de 2 mois de vape et bientôt 2 mois de sevrage tabagique, et... je me sens de plus en plus détachée de la clope, sinon totalement : cela ne me fait absolument rien de voir des gens fumer devant moi, à côté de moi - en dehors de m'indisposer lorsque je dois supporter la fumée secondaire, ou de me donner envie de vaper - mais absolument aucune aucune envie de fumer.

J'ai aussi l'impression que cela fait plusieurs jours que je n'ai pas eu de craving.

Je n'aurais pas parié que je puisse attendre un tel détachement en moins de deux mois.

Le revers de la médaille c'est que je suis bien accrochée à la vape maintenant, et dépendante... ce qui impose une certaine vigilance pour s'assurer de ne souffrir d'absolument aucune rupture de service.

Viser l'assurance qualité de service à 100% c'est assumer le fardeau de la charge mentale associée: stock de flacons, batteries rechargées, résistances de rechange, reste du matos en double pour contrer à la défaillance et au besoin procéder à l'échange à chaud, en sédentarité ou en mobilité... lol.

Vive la vapevape

Remonter

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS