TSO Codéine ==> Buprénorphine / PsychoACTIF

TSO Codéine ==> Buprénorphine

Publié par ,
3589 vues, 21 réponses
alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages
Bonjour à tous,

Je me présente rapidement smile

J'ai 26ans, bientôt 27, et depuis 5 ans je consomme de la codéine. Ca a directement commencé par une utilisation "récréative" et non pas suite à un traitement antalgique qui aurait dégénéré.

J'ai commencé par de petites doses, pour finir progressivement au bout des 5ans par manger dans les 600mg par jour de codéine répartis en plusieurs prises tout au long de la journée. Après le passage sur ordo l'été dernier, et bien j'ai fait de fausses ordonnances, je passais des heures et des heures à chercher des pharmacies qui m'en délivreraient sans ordonnances etc ... Une addiction qui commençait à me créer de vrais problèmes juridiques, chronophage et qui par conséquent ne pouvait plus durer.

Après avoir foutu pas mal le bor*** dans ma vie, j'ai décidé d'arrêter cette codéine que je chérissais tant ( et qui je chérie encore malgré moi hmm ). Je me suis rendu dans un CSAPA et ai consulté un médecin addictologue. Après quelques rdv pour établir mon "profil", le médecin m'a suggéré de débuter un TSO à base de buprénorphine.

Cela fait 2 jours que j'ai commencé le traitement, 0.8mg hier, et 1.2mg aujourd'hui et je ne sais pas quoi en penser. Les doses sont susceptibles encore d'augmenter m'a t'on informé.
Je me sens vaseux, un peu nauséeux et avec toujours un petit fond de craving.. mais surtout je m'inquiète de savoir si la buprénorphine n'est pas l'équivalent d'un Tank qui essaierait de tirer sur une cible en carton ?
Est ce que je ne suis pas en train de me mettre encore plus dans la m**** en prenant ce médicament qu'avec la codéine au point de vu dépendance physique/psychique ?
Mon addictologue me dit que non, que le fait d'avoir un médicament qui agit sur 24h va me permettre d'arrêter d'avoir tous les pics d'euphorie que me procurait chaque prise de codéine plusieurs fois dans la journée et par conséquent re-apprendre à mon centre du plaisir à ne pas faire le yoyo ...
J'entends cela tout à fait et le comprends, mais au delà de ça ... j'ai quand même bien peur que la bupré ne m'accroche encore plus que la codéine même si les prises et les émotions sont différentes ..

Qu'en pensez vous ?

Je vous remercie sincèrement de m'avoir lu chacune et chacun smile

Hors ligne

 

neo 
Nouveau Psycho
France
100
Inscrit le 10 Dec 2013
199 messages
Salut. Et bienvenue dans le monde merveilleux de la bupré wink

J ai pris de la cod pendant plus de 20 ans, 2 boites par jours de neo codions et je suis depuis presque un an (le 18 je fete l anniversaire...) a 10mg de bupré/jour ( ce qui est pas mal pour un passif de codeinomane).
Ton ressentie sur le fait d utiliser un tank est bien vue. Je l ai sentie comme ca aussi.
Le truc est d etre bien au clair avec soi meme. Tu veux arreter la codeine, peux tu le faire seul (diminuer petit a petit jusqu au sevrage complet). Si tu penses que Oui, alors en effet la bupré n est peut etre pas  e qu il te faut. Si tu n y arrives pas. Il faut un tso...

Le truc chiant dans cette histoire est que la codeine n est plus en vente libre et que nous nous retrouvons un peu bloqué dans le sens ou "c est ca ou c est rien". Perso entre souffrir et ne rie  ressentir, j ai fait mon choix.

Ton dosage de bupré est vraiment petit. L interet du truc est que tu te sentes "bien". Ne penses pas a l apres. La bupré va t enlever pas mal de galere, surtout avec cette nouvelle prohibition qui nous est tous tombé sur la gueule.

Mon bilan apres un an est que j ai economisé environ 5000 euros. J ai arreté de faire le tour des pharmas et tout le monde me dit que j ai meilleur mine smile mais l envie est toujours là. J y pense quotidiennement et je dirais meme qu il y a une petite depression lié a ce manque.

Et il ne faut pas croire que la codeine accroche peu. Elle accroche dure!!! Et meme si, evidemment c est surement moins douloureux d arreter la codeine que de l iv quotidienne de blanche pure a 70 % , ca reste un opiacé sacrement duraillea s en defaire.

Tu vies pas un moment facile, tu as peut etre besoin d augmenter un peu la dose de bupré pour etre dans "ta zone de confort", mais dis toi que de toute facons l addiction est là. Et que, peut etre, il sera plus simple de la traiter avec de la bupré qu avec de la codeine devenue maintenant persona non gratta chez les pharmaciens et toubibs (qui d ailleurs en.ce moment prescrivent a donf du tramadol, genre c est LE medoc a la mode....).

Bon courage et hesite pas si t as des questions, on est sur le meme bateau (et c est un paquebot vue le nombre de personne dans notre cas smile

Edit: je viens de me relire et je voudrais juste ajouter qu en aucun cas je fais l apologie de la bupré!! C est mon experience, et a vrai dire un pis aller tellement je n ai pas trop eu le choix... mais c est aussi vraie qu elle permet une vie plus """""""""""""""""normale"""""""""""""""""

Dernière modification par neo (10 juillet 2018 à  15:45)


I think it's time to go down!
I scream  you scream, we all scream for ice cream

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages
Tout d'abord un grand merci à toi de m'avoir répondu aussi rapidement ça me fait vraiment plaisir d'avoir une petite audience autre que mon doc smile

Ce qui me dérange le plus dans ce traitement ce sont ces deux points :


-Premier :

L'effet en lui même de la buprénorphine ne me convient pas. J'ai l'impression d'être dans les choux, un peu à coté de la plaque, alors que ma dose est toute petite et qu'elle ne me convient pas puisque  j'ai encore pas mal de craving pour la codéine ! Alors certes je n'ai pas de manque physique, mais toujours envie d'en prendre au long de la journée.
L'addictologue m'a dit que tant que j'avais autant de craving je devais augmenter les doses de bupré ! mais déjà avec un dosage bas je me sens pas bien dans mes baskets alors j'ose meme pas imaginer avec un dosage plus haut !
En fait, il m'est arrivé dans ma vie de codéinomane de substituer la codéine par du Tramadol les jours ou je n'avais pas de codéine. J'ai eu des prescriptions de tramadol pour des douleurs articulaires mais je m'en sers quasiment JAMAIS, je déteste l'effet. Je trouve que le tramadol à un effet entre la MDMA (euphorie sale, beaucoup d'énergie) et la codéine, mais c'est un effet qui ne me plait pas du tout. Cela servait juste à apaiser le manque de codéine quoi. Pour moi le tramadol est un opiacé "sale". Beurk beurk. Et j'ai l'impression que la bupré me fait un peu cet effet là.

-Deuxième :

Le traitement en lui même me pèse un peu sur le moral. Je ne pensais pas un jours en arriver là, et l'image que je me fais des TSO est assez glauque... Sachant que je bosse dans le milieu médical ( étudiant en ... pharmacie ) je vois vraiment ça sous un angle très particulier, et j'ai l'impression que maintenant je suis véritablement à mes yeux et aux yeux de la société un junkie... et ça, ça me pèse ... Bref


Voilà voilà quoi.

Moi ce que j'aurais aimé c'est soit entamer un sevrage par dose dégressive de codéine, mais je pense ne pas en être capable tant j'ai de l'appétence pour ces petits cachetons, soit peut être tenter autre chose, de la VICODIN LP ?
Vu que c'est en LP, on reste dans la logique de mon addictologue et on supprime la multiplicité des prises tout au long de la journée et l'alternance des pics d'euphorie ?

Qu'en pensez vous ?


Je vous remercie à nouveau de m'avoir lu ....

Hors ligne

 

Luci0le 
Psycho junior
France
000
Inscrit le 24 May 2018
216 messages
Blogs
Salut Alex !

Pour ton dosage je pourrais rien dire par ce que j’y connais rien du tout juste les grandes lignes... donc c’est pas moi qui pourrait t’apporter de l’aide smile

En plus Neo a dit pas mal de choses et il est toujours de bon conseils. wink

Par contre je te comprend tout à fait sur tous les points que tu as cité puisque je pense la même chose à peu près.
J’ai pas vu si tu avais écrit ailleurs à ce sujet mais tu prenais combien de cachets et de quel médicament exactement?

J’ai pris du Tramadol aussi, et je déteste l’effet. En gros : j’ai les mâchoires hyper serrés ect... en plus je prend du Deroxat
Après, moi j’essaie de faire un sevrage dégressif, avec mon addicto. Le problème c’est que comme tu le souligne, c’est hyper dur, pour l’instant j’ai du mal.

Personnellement, pour le TSO je suis comme toi l’idée de bupré pour moi c’est « dur » de m’imaginer en arriver là. Voir pas possible psychologiquement pour moi du tout !
Et comme toi je suis une « junkie » aux yeux de la société ^^

Il y a aussi le Dicodin, moi, c’est ce que mon médecin envisage. Mais que lorsque j’aurai baissé.
C’est sans paracetamol (moi c’est surtout ça mon gros problème mon foie fatigue) et en LP. Du coup ben ça stabilise.

En tout cas, courage à toi wink

Hors ligne

 

neo 
Nouveau Psycho
France
100
Inscrit le 10 Dec 2013
199 messages
Comme l a dit Luciole, il y a aussi le Dicodin (et pas vicodin..wink
Grosso modo c est de la codeine (enfin un ersatz) et c est du LP. Donc pas de montée et pas de manque.

Apres ce que tu ressens (etat un peu zombie/nauséeu/ ni bien ni mal) ce sont les effets secondaires de la bupré...on s y habitue mais comme tu es a un petit dosage il est possible que tu reagis mal a la bupré...mais (et oui ya toujours un mais) il faut aussi que ton corp s habitue a une nouvelle molecule...et ca peux prendre quelques jours pas forcement agreable. Perso j ai eu une sorte de lune de miel avec la bupré mais c est aussi, je pense, car je l ai accepté, je savais que j en avais besoin et que ca servait a rien de lutter.

C est normal que tu ai des craving, tu es je pense sous dosé et l envie doit etre bien presente.

Apres tu peux attendre quelques jours (je sais c est pas marrant) et attendre de voir comment tu reagis une fois stabiliser. Tu peu  aussi decreter directe que tu veux essayer le dicodin, mais si tu suivis par un addicto comme le mien  ca va pas etre evident. Parfois dans les centre c est bupré ou metha et c est tout. Mais il y a forcement des addictos dans ta ville, a toi d essayer jusqu a tu trouves le bon.

Il y a aussi la possibilité de descendre progressivement, a toi là aussi de trouver un toubib qui acceptera de te prescrire de la codeine , mais dans ce cas elle sera sans doute non remboursable car la posologie, au debut, sera vraisemblablement hors AMM.

Et oui tout ça est penible, merci madame buzyn...

Juste pour finir je pense que tu te rends compte que tu es dependant/toxico/addict/junky (a toi de choisir parmis ces sinonymes) et c est je pense un premier pas vers l acceptation du probleme

Mais c est vrai que d etre confronté a la  realité d un csapa et de la bupré c est un peu hardcore...mais bon, dis toi que, comme un diabetique, tu as besoin d un medoc pour vivre normalement. Le reste n est que de la morale..et perso fuck off

Je fais un petit HS mais ma mere est accro au somnifere comme je sais pas combien de millions de personnes dans le monde et je peux te dire qu elle ne se considere pas du tout comme une tox...on pourrait parler aussi du tabac et de l alcool qui tue chaque annee plus que l hero...donc franchement etre vue comme un junkie dans une telle societe hypocrite ca me fait bien marrer. Apres le regard qu on se porte a soi meme c est autre chose, dis toi que tu as une fragilité vis a vis des opiacés... bon bah pas de chance, mais t y es pas pour grand chose. Certains naissent avec des maladies pire que ca et personne ne leur jette la pierre.)..j arrete le HS

Bon courage, hesite pas a changer de cremerie si tu le sens pas, mais essaye au moins une semaine ou deux histoire d etre sur que tel ou tel traitement n est pas pour toi.

Ps: tramadole = opiacé donc c est le meme probleme...(perso jamais essayé mais ca me branche moyen).


Edit: si tu n as pas de manque physique avec ton (petit)  dosage bupré c est quand meme plutot bon.signe! Hesite pas a donner des nouvelles et parle a ton addicto de toutes les autres possibilités. Et si il veut pas comprendre tu as le droit d en changer.!

Dernière modification par neo (10 juillet 2018 à  21:25)

Reputation de ce post
 
Trop top Neo/ luciole

I think it's time to go down!
I scream  you scream, we all scream for ice cream

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages

Luci0le a écrit

Salut Alex !

Pour ton dosage je pourrais rien dire par ce que j’y connais rien du tout juste les grandes lignes... donc c’est pas moi qui pourrait t’apporter de l’aide smile

En plus Neo a dit pas mal de choses et il est toujours de bon conseils. wink

Par contre je te comprend tout à fait sur tous les points que tu as cité puisque je pense la même chose à peu près.
J’ai pas vu si tu avais écrit ailleurs à ce sujet mais tu prenais combien de cachets et de quel médicament exactement?

J’ai pris du Tramadol aussi, et je déteste l’effet. En gros : j’ai les mâchoires hyper serrés ect... en plus je prend du Deroxat
Après, moi j’essaie de faire un sevrage dégressif, avec mon addicto. Le problème c’est que comme tu le souligne, c’est hyper dur, pour l’instant j’ai du mal.

Personnellement, pour le TSO je suis comme toi l’idée de bupré pour moi c’est « dur » de m’imaginer en arriver là. Voir pas possible psychologiquement pour moi du tout !
Et comme toi je suis une « junkie » aux yeux de la société ^^

Il y a aussi le Dicodin, moi, c’est ce que mon médecin envisage. Mais que lorsque j’aurai baissé.
C’est sans paracetamol (moi c’est surtout ça mon gros problème mon foie fatigue) et en LP. Du coup ben ça stabilise.

En tout cas, courage à toi wink

Re-bonjour et encore merci pour vos réponses !

Du coup toi Luciole tu n'as pas encore commencé de TSO si je comprends bien ?

Moi là je prends actuellement 1,6mg de bupré et je dois avouer que ça fonctionne niveau envie de codéine. Ca a quasiment disparu mais j'ai toujours cette "faim" de l'effet opiacé... et je dois avouer que la buprénorphine me rend clairement euphorique !
Est ce que c'est normal ? Comme je disais précédemment je suis un peu dans les choux ... et maintenant en plus je ressens clairement du bien être, comme avec une montée de codéine, mais qui dure et dure presque toute la journée !
Ca m'inquiète un peu parce que c'est pas vraiment ce que je recherche, bien que ça soit plaisant ..

Hors ligne

 

Luci0le 
Psycho junior
France
000
Inscrit le 24 May 2018
216 messages
Blogs
Salut Alex il n’y a pas de quoi smile

Non je ne suis pas un TSO pour l’instant , j’essaie de diminuer (mais c’est dur, très dur psychologiquement) et ensuite normalement je passerai au Dicodin.

Du coup globalement ça va mieux ?

Pour la bupré par contre je ne pourrais pas t’aider mais je suis sure que d’autres pourront rapporter des personnes ici pour te répondre wink

salut

Hors ligne

 

Dextro 
Psychocitoyen
France
1100
Inscrit le 25 Jun 2018
370 messages
Blogs

alex92200 a écrit

Je ne pensais pas un jours en arriver là, et l'image que je me fais des TSO est assez glauque... Sachant que je bosse dans le milieu médical ( étudiant en ... pharmacie ) je vois vraiment ça sous un angle très particulier, et j'ai l'impression que maintenant je suis véritablement à mes yeux et aux yeux de la société un junkie...

T'as beau être toi-même dépendant, tu vois les TSO comme "sales" et tu as cette image du "junkie"! Tu es étudiant en pharmacie? Et bah on peut dire que t'es une belle illustration de la mentalité de beaucoup de pharmaciens!

Je te souhaite bien du courage pour résister quand tu auras des dizaines de boîtes d'antalgiques divers et variés à ta portée


"Les pommes, les poires, certes... mais... les scoubidou-bidou-wap."

Hors ligne

 

Dextro 
Psychocitoyen
France
1100
Inscrit le 25 Jun 2018
370 messages
Blogs
Désolé de m'être un peu emporté. Je sais qu'Alex n'est certainement pas concerné par le HS que je vais faire :
Spoiler

Dernière modification par Dextro (13 juillet 2018 à  17:52)


"Les pommes, les poires, certes... mais... les scoubidou-bidou-wap."

Hors ligne

 

C18H21NO3 
Nouveau membre
000
Inscrit le 05 Jul 2018
2 messages
Bonjour.

Contrairement à ce qui a été dis plus haut, tu peux avoir un traitement dégressif codé en CSAPA, et il peut t'être remboursé, même si tu explose la dose AMM.
A terme tu signera surement "un protocole de soin" avec la sécu, procédure appliqué dans ce genre de cas: Je te renvois à mon histoire dans le lien ci-dessous, et reste à ta disposition pour des questions.
https://www.psychoactif.org/forum/viewt … =1#p370298

La difficulté c'est de trouver d'une part un CSAPA qui accepte ça, d'après ce que j'ai lu un peu partout c'est loin d'être gagné, et d'autre part je pense que les sécu (et surtout les médecins conseil auquel tu a à faire) agissent TRES différemment selon où tu es.

Sinon ayant une grande expérience "codé", je peux te dire que 2 boîtes/jour de néo est une dose certaine, mais pas incroyable non plus. Ceci dit peut-être que ta dose de sub à 1.2 est juste, moi je m'étais dit que si je passait à la bupré je prendrais 2. Après tout cela varie énormément d'un individu à l'autre, un truc de fou!

Autre chose aussi: En ce qui me concerne, avant la décret Buyzin, quand je jonglais entre le sub, la came et la codé, à prendre du sub même parfois le lendemain d'une prise de codé je me tapais un chien indescriptible. Et ça, si ça peut être fréquent, ça varie aussi d'une personne à l'autre. Même d'un moment à l'autre sur une même personne.
Je suis quand même pas surpris que ce soit un peu compliqué pour toi là.

Bon courage et je répond si besoin à tes questions.

Hors ligne

 

neo 
Nouveau Psycho
France
100
Inscrit le 10 Dec 2013
199 messages
Et oui cela varie enormement d une personne a l autre, on est bien d accord. Si tu te sens bien avec ta dose, c est parfait. Tu dois vivre la "lune de miel"...mais qui ne dure malheureusement pas.
Mais c est pas grave, l important est d etre bien.
Sinon en effet certains centre propose une diminution...mais perso pour en avoir essayer 2 on m a rie au nez a chaque fois. Mais cela vient peut etre aussi de mon parcours etc...

Bref c est normal que la codeine te manque...quoique. """normalement"""" si tu es bien dosé l envie doit disparaitre...mais elle revient! Là ca fait 1 an jour pour jour et j ai vraiment envie de m exploser une boite de neocodiion.

Quand au dosage de la bupré...certains seront a 2, d autres a 10 ou 12. L important est, je le repete, d etre bien. La souffrance est inutile.

Take care

I think it's time to go down!
I scream  you scream, we all scream for ice cream

Hors ligne

 

Nouveau0001 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 03 Jan 2019
9 messages
Bonjour à tous,

J'ai déjà créé une discussion avec ce message mais je souhaiterais avoir aussi l'avis de certains participants de celle-ci.

Je suis consommatrice de codéine depuis environ 10 ans avec des périodes d'arrêts parfois de quelques mois ou quelques jours ou semaines. Après 3 semaines d'arrêts (dont certaines avec l'aide de la trimébutine) j'ai finalement recraqué et me suis de nouveau fait prescrire de la codéine (Dafalgan et prontalgine) et prends en moyenne 180mg/jour (en sachant que mon corps devient évidemment de plus en plus tolérant mais avec une prise de 60mg le matin à jeun je sens déjà un effet, mais qui dure peu). Parfois plus, parfois moins
, mais j'essaie de ne plus en abuser car je ne fais pas toujours d'extraction à froid, le paracétamol agissant aussi sur mes migraines, ou par manque de temps. Et mon foie subit déjà 10 années d'alcool en plus... hormis durant ma grossesse, je n'ai jamais pu ne rien consommer, j'ai toujours eu besoin d'un pilier, même si les effets euphorisants de la codéine sont parfaits pour moi, j'ai aussi eu quotidiennement: alcool et/ou codeine et/ou cannabis, parfois cocaine et en ce moment je cumule tout en plus de xanax 0,5 et de temps en temps tercian depuis peu à faible dosage. J'ai aussi deja eu AD etc que j'ai abandonné.
Malheureusement les effets secondaires sont maintenant bien plus présents que les effets récréatifs pour toutes ces substances. Et la codéine est sur ordonnance... Je suis suivie dans un centre d'addictologie et on vient de me prescrire 2mg de subutex/j.

Sachant que je ressens surtout un manque psychologique et peut être pas physique car je ne prends pas de dose très élevée (à moins que ce manque soit masqué par les autres substances ou anxiolytiques car il y a 10 ans, avec seulement la consommation de codéine (340mg/j max), je me rappelle d'un matin au lycée où je n'en avais plus et je ressentais un malaise et quelques symptômes physiques dont angoisse, chaleur, sudation, pas possible de rester au lycée),
est ce que ça vaut le coup de me lancer dans le subutex qui est très addictogene ?

J'aimerais y trouver un effet euphorisant mais je doute après lecture sur certains forums que ce soit le cas. Ce dosage est-il adapté ? (je ne veux pas passer ma journée à vomir, ou être au fond du trou moralement, ce qui m'est arrivé durablement récemment, sans raison, ou par manque de codéine...??). Et surtout si je n'ai pas de véritable manque physique, cela va-t-il tout de même agir sur mon envie psychique de prendre de la codéine? Celle-ci me motive et m'aide à faire les choses, même les plus banales, ou selon mon humeur, peut me donner envie d'en faire un peu plus, y compris voir mes amis.

Enfin, je dois commencer le sub demain matin, ma dernière prise de codéine étant de 80mg à 17h aujourd'hui, et ça fait 1 semaine environ que j'ai repris, pensez-vous que ce sera bon ?
Au bout de combien de jours notre corps devient dépendant au sub ?

Merci pour vos réponses et désolée pour ce pavé ^^

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages
Bonjour à tous,

Je reviens 2 ans plus tard pour donner des nouvelles et puis peut-être qu'un petit UP après tout ce temps passé pourra en aider certains qui se posaient les mêmes questions que moi.

J'aborderais mon message sous deux formes : personnelle et le TSO en lui même.

Au niveau personnel : J'ai fini mes études de Pharmacien, j'ai choisi la voie industrielle pour ne pas être confronté aux médicaments en libre service toute la journée smile
Grosso Modo : Je m'occupe de la QUALITÉ des médicaments, de la matière première etc dans un gros Labo dont je ne citerais pas le nom.
Ne vous inquiétez pas, c'est un gentil labo qui fabrique des médicaments pour des maladies orphelines dont la majeure partie de l'industrie Pharma se fout : car pas rentable.
Mais ce Labo : si. Il bosse avec des startup qui innovent c'est super. Je suis heureux d'aider les gens malades dont tout le monde se fout dans la production pharmaceutique.


Au niveau du TSO : j'étais à l'époque très très réticent à le prendre car pour moi c'était une sigmatisation de moi même : je devenais officiellement un toxicomane.

=> ET BIEN OUI, j'ai accepté ça. Je suis un toxicomane dont le cerveau à besoin d'un opiacé pour fonctionner. Je l'ai accepté.

J'emmerde les préjugés. J'emmerde les Pharmaciens qui considèrent qu'un TSO est destiné aux cas sociaux.

NON et NON. Il y a de tout. J'ai rencontré des médecins urgentistes accro à la morphine, des gens qui vivaient dans la rue accro à l'héroïne, de tout les profils : et notre point en commun : l'addiction.

Donc rien à voir avec notre catégorie sociaux professionnelle : un cerveau accro est un cerveau accro.

Au travail, seul mon médecin du travail le sait car quand j'ai embauché, j'étais encore en délivrance quotidienne dans une pharmacie de ville non loin de mon lieu d'activité, et parfois j'arrivais en retard.

Alors aujourd'hui ?

=> Je suis sous ... 22mg de Buprénorphine ! Imaginez la dose qu'il a fallu atteindre pour me soulager du craving !
Alors que ce n'était que de la codéine ! Certes à hauteur de 32 comprimés de Codolip**** par jour, mais de la codéine quoi !
Jamais je n'aurais pensé devoir atteindre un telle dose pour être "bien".

Au début, je devais aller au CSAPA tous les jours me faire délivrer le traitement car sinon je bouffais la boîte dans la journée : MON CERVEAU N'AVAIT PAS COMPRIS qu'un TSO n'est pas un outil de défonce mais de liberté.

De toutes façons avec la bupré, il y a un effet "palier" au delà duquel, on peut rajouter de la dose, on ne sent rien. Ça n'est pas comme la méthadone je crois (jamais testé) qui elle garde un véritable effet opiacé puissant.

Maintenant, je suis en délivrance mensuelle sur 28 jours : quelle liberté ... ! Je n'ai plus à courir les pharmacies, mentir à mes confrères etc.

Je suis passé en jugement en 2019 pour les fausses ordonnances que j'avais faites et ai eu la grâce du juge et de mon conseil de l'ordre : qui ont bien eu la bienveillance de voir que je me soignais : ouf, j'aurais pu perdre mon boulot, la chose que j'aime le plus au monde.

Aujourd'hui, la Buprénorphine ne me fait "plus rien" émotionnellement.
Pas de somnolence, pas de plaisir, rien. Juste un soulagement du manque physique.
Ce pour quoi elle est destinée finalement.

Je peux rester un jour sans en prendre quand j'oublie parfois, sans rien sentir.

Je prends ce médicament comme un diabétique prendrait son insuline le matin.

J'ai intégré que ce traitement c'est mon traitement. Que je dois prendre tous les jours.
Sans me punir, sans me juger. Je le prends et je vis normalement.

Je précise que n'ayant jamais été un "injecteur" ou un "sniffeur" j'ai pu accéder tout récemment à une version de buprénorphine sous forme de lyophilisât.

=> quel bonheur : ça fond en 10sec et on doit retenir sa salive uniquement 1 ou 2min contre 10min voire plus avec la version sublinguale (qui à en plus en goût beurk beurk).


Pour toutes les personnes qui se posent la question "éthique" d'un TSO :

Premièrement, fichez vous du regard des autres, acceptez que vous êtes malades. Parlez-en - si possible bien sûr - à vos proches. A votre famille.

Faites des séance avec le Médecin addicto et votre famille : qu'ils comprennent que ce n'est pas UNE DROGUE mais un médicament.

Mon père a mis du temps à admettre que je ne me défonçais pas à la bupré. Pour lui j'avais remplacé une défonce pour une autre ! Mais non !

C'EST UN MÉDICAMENT ! et ce même médicament a sauvé ma vie sociale et professionnelle.

N'hésitez pas à expliquer à vos proche. Ne restez pas prostrés comme j'ai pu l'être au début en culpabilisant de prendre un TSO.

C'est une nouvelle vie qui commence, et c'est une meilleure vie.

Un jour j'envisagerai la réduction puis l'arrêt. Mais pas de suite. Chaque chose en son temps smile

Merci de m'avoir lu, merci de m'avoir soutenu à l'époque.

J'espère que mon témoignage pourra aider des gens en plein questionnement et en détresse morale.


Alex smile

Dernière modification par alex92200 (12 septembre 2020 à  11:44)

Reputation de ce post
 
Super compréhension de ce qu'est un TSO ! Fil
 
Ton témoignage donne de l'espoir. Merci
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (Zazou2A)
 
Post de qualité
 
Merci pour ce retour qui en aidera plus d'un. Stylez

Hors ligne

 

Biscuit 
Nouveau Psycho
France
1010
Inscrit le 22 Jun 2020
196 messages
Salut !

Je n'étais pas encore là quand ton histoire à commencé mais je suis content de voir que aujourd'hui tu acceptes parfaitement ton traitement et surtout qu'il a amélioré de façon significative ta qualité de vie, et après tout c'est ça le plus important !

Dans ce que tu racontes aujourd'hui je me retrouve un peu, dans le cheminement de l'acceptation d'abord de l'addiction puis ensuite de l'idée de prendre un substitut pour enfin véritablement accepter son traitement, que c'est finalement pas pire qu'un diabétique qui prend son insuline pour pouvoir vivre correctement, normalement.

L'addiction est une maladie, et à ce titre elle ne touche pas que les marginaux, les consommateurs d'héroïne, ect... Comme c'est ancré dans la population générale. La preuve c'est que pour toi c'est parce que tu as pris de la codeine dans un but récréatif, moi c'est parce que j'ai dû prendre des morphiniques pour la douleur. Quelque soit la raison la finalité est en général la même pour tout le monde quelque soit sa catégorie socio-professionnelle, l'addiction aux opiacés.

Et avec cette croyance qui est, de ce que je vois que les TSO c'est pour "les gros tox, qui se piquent à l'hero" je trouve que c'est difficile dans ces conditions d'accepter qu'on a besoin de prendre ce tso, qu'il va nous aider. Parce que ça renvoie une image vraiment difficile à vivre et à accepter je trouve.
Ça ete le cas pour moi, je me souviens le jour ou je disais à ma pharmacienne ne plus en pouvoir de l'argumentation sans cesse des doses, astronomiques, et qu'elle m'a dit que la methadone pourrait m'aider même sur la douleur, qu'elle a un patient dans min cas et ça a changé sa vie... j'étais limite pétrifié en étendant "méthadone" parce que même sans préjugé, j'avais cette image de la methadone que la société renvoie "les toxicomane, l'heroine, ect..." 

Ça été une chemin difficile après que mon médecin de la douleur m'a recommandé de voir un addicto pour trouver une stabilité, à cause de cette image justement !

Seulement après un certain temps j'ai eu mon rdv, un addicto chef de service qui m'a rassuré, proposé un protocole particulier pour la douleur avec la metha... Et après initiation j'ai trouvé une qualité de vie incomparable avec ce TSO qui a mauvaise presse encore ! Je vie à nouveau tout simplement.

Et ça me fait plaisir de voir que après avoir traversé une histoire un peu similaire, tu as trouvé une bien meilleure qualité de vie grâce à ton tso, que tu l'acceptes parfaitement comme un médicament qui traite ta maladie, ton addiction tout simplement.

J'ai un peu dévié en racontant mon histoire en même temps, mais je voulais apporter mon temoignage au tiens pour montrer la similitude de nos histoire et le bénéfice important des TSO

Bonne chance à toi pour la suite ! smile

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages

Biscuit a écrit

Salut !

Je n'étais pas encore là quand ton histoire à commencé mais je suis content de voir que aujourd'hui tu acceptes parfaitement ton traitement et surtout qu'il a amélioré de façon significative ta qualité de vie, et après tout c'est ça le plus important !

Dans ce que tu racontes aujourd'hui je me retrouve un peu, dans le cheminement de l'acceptation d'abord de l'addiction puis ensuite de l'idée de prendre un substitut pour enfin véritablement accepter son traitement, que c'est finalement pas pire qu'un diabétique qui prend son insuline pour pouvoir vivre correctement, normalement.

L'addiction est une maladie, et à ce titre elle ne touche pas que les marginaux, les consommateurs d'héroïne, ect... Comme c'est ancré dans la population générale. La preuve c'est que pour toi c'est parce que tu as pris de la codeine dans un but récréatif, moi c'est parce que j'ai dû prendre des morphiniques pour la douleur. Quelque soit la raison la finalité est en général la même pour tout le monde quelque soit sa catégorie socio-professionnelle, l'addiction aux opiacés.

Et avec cette croyance qui est, de ce que je vois que les TSO c'est pour "les gros tox, qui se piquent à l'hero" je trouve que c'est difficile dans ces conditions d'accepter qu'on a besoin de prendre ce tso, qu'il va nous aider. Parce que ça renvoie une image vraiment difficile à vivre et à accepter je trouve.
Ça ete le cas pour moi, je me souviens le jour ou je disais à ma pharmacienne ne plus en pouvoir de l'argumentation sans cesse des doses, astronomiques, et qu'elle m'a dit que la methadone pourrait m'aider même sur la douleur, qu'elle a un patient dans min cas et ça a changé sa vie... j'étais limite pétrifié en étendant "méthadone" parce que même sans préjugé, j'avais cette image de la methadone que la société renvoie "les toxicomane, l'heroine, ect..." 

Ça été une chemin difficile après que mon médecin de la douleur m'a recommandé de voir un addicto pour trouver une stabilité, à cause de cette image justement !

Seulement après un certain temps j'ai eu mon rdv, un addicto chef de service qui m'a rassuré, proposé un protocole particulier pour la douleur avec la metha... Et après initiation j'ai trouvé une qualité de vie incomparable avec ce TSO qui a mauvaise presse encore ! Je vie à nouveau tout simplement.

Et ça me fait plaisir de voir que après avoir traversé une histoire un peu similaire, tu as trouvé une bien meilleure qualité de vie grâce à ton tso, que tu l'acceptes parfaitement comme un médicament qui traite ta maladie, ton addiction tout simplement.

J'ai un peu dévié en racontant mon histoire en même temps, mais je voulais apporter mon temoignage au tiens pour montrer la similitude de nos histoire et le bénéfice important des TSO

Bonne chance à toi pour la suite ! smile

C'est génial ce que tu dis parce que tu as parfaitement raison ... Notre société marginalise les gens qui se droguent aux opiacés, mais quand ils décident de se soigner elle continue de les marginaliser.

Pour te donner du concret : dans mes cours de Pharma on avait ce genre d'exemple :

je vulgarise un peu ..

"Denis, 35ans, SDF consomme de l'héroïne tous les jours, il a besoin d'un TSO pour l'aider à se sortir de ça ..."

Alors oui, il existe des pauvres gens sans domicile fixe qui se shootent pour oublier leur misère, mais il existe aussi des gens socialement intégrés, qui sont dépendant aux antidouleur opiacé : aux USA c'est une PANDEMIE ! ça tue largement plus que le Covid19 ...

Et peut importe le milieu social, le TSO est un médicament : un point c'est tout.

On ne va pas dire à un mec qui est insomniaque : vous êtes un toxicamane monsieur, la prise de benzodiazépine ( prazepam, bromazepam ...) est une pratique toxicomaniaque sur le long terme.

Non ! Alors que si, c'est pareil. Une dépendance forte s'installe.

Les mentalités doivent changer. Moi en tant que pharmacien, tout mes amis proches de fac : médecin, dentiste, pharmacien, le savent !!!

Et ils redoublement de vigilance après avoir entendu mon histoire sur les ordonnances à trop long terme de codéine, de tramadol etc ...

J'ai une chance inouïe car j'ai été bien entouré. Mais il a fallu 5ans aux gens autour de moi pour qu'ils se rendent compte de mon problème ...

Arrêt des cours, arrêt de tout. J'ai perdu ma compagne car même en vacances je cherchais des pharmacies ...

Nous sommes allés en Croatie ... là-bas il n'existait qu'une version avec 6mg de codéine et 500mg de paracétamol : autant dire que c'est un médicament meurtrier pour le foie si je voulais avoir ma dose de 600mg de codéine par jour.

Toute, toute ma vie en a subi les conséquences.

Maintenant, je revis grâce à ça.

Malheureusement, tout le monde n'a pas la chance d'être bien entouré, d'être aiguillé vers des CSAPA qui sont des centres géniaux.

Donc pour ceux qui sont malades : alcool, héroïne, codéine, tramadol, benzo et j'en passe : franchissez le pas.

Votre vie, la vraie vie, et derrière ce pas que vous oserez franchir.

Ca prendra un peu de temps, mais ça sera bénéfique.

Comme on dit : "la chance, sourit aux audacieux".

Moi, ma chance on l'a provoquée, mes parents, mon entourage etc ... mais pour ceux qui n'ont pas cette chance, allez-y ... ALLEZ-Y !

Dernière modification par alex92200 (12 septembre 2020 à  12:54)

Hors ligne

 

filousky 
Modérateur
France
10800
Inscrit le 14 Dec 2008
9944 messages
Blogs

alex92200 a écrit

Malheureusement, tout le monde n'a pas la chance d'être bien entouré, d'être aiguillé vers des CSAPA qui sont des centres géniaux.

Donc pour ceux qui sont malades : alcool, héroïne, codéine, tramadol, benzo et j'en passe : franchissez le pas.

Votre vie, la vraie vie, et derrière ce pas que vous oserez franchir.

Ca prendra un peu de temps, mais ça sera bénéfique.

Comme on dit : "la chance, sourit aux audacieux".

Merci pour votre échange, il est convainquant et il est urgent de changer de braquet dans nos pensées vis à vis des drogues quelles qu'elles soient. 

Amicalement

Fil


Analyse de drogues anonyme et gratuite
Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne

 

Dounia 
Nouveau Psycho
France
500
Inscrit le 13 Apr 2018
158 messages
Franchement, je t’admire et te félicite d’avoir osé, assumé et tenu bon!

De mon côté, un beau couple, un mariage, des enfants supers, de bons jobs, un bel appart dont on était propriétaires...

Et pourtant, une vie qui n’était pas la notre en fait, qui ne nous rendait pas heureux... Pressions sociales, familiales bref, on s’est bien fait piéger.

Ce malaise permanent m’a conduite  à  salement me crasher la gueule droit dans le mur avec l’héro.

Personne n’a rien vu, je les respecte tout autant, mais bon, j’avais pas le profil de punk à chien des idées préconçues des étudiants en pharmacie auquel tu faisais référence.... et pourtant!

Clairement, à un moment pousser la porte du CSAPA et le TSO m’ont sauvé la vie alors que j’étais au bord de me foutre en l’air.


Le traitement m’a permis de reprendre ma vie en main (ça a fait un bon tri entre mes vrais amis et les autre d’ailleurs). À mon sens, l’arrêt n’est d’ailleurs pas un

Ca nous a donné la force de tout remettre à plat et en famille et de repartir sur un projet de vie qui nous plaît!

A mon sens, but en soit ne doit pas être diminution et arrêt pour tous!
Trop de médecins mettent encore peut-être trop la pression dans ce sens ?
Comme précédemment évoqué, le diabète, on s’en soigne parce qu’à c’est vital et c’est tout.

En revanche, pour ce qui me concerne, je confesse que j’ai pas su arrêter totalement l’héro malgré le sub et que j’en suis arrivée à un tout ou rien...

J’ai eu l’immense chance de faire un sevrage sec à 8-10mg (3 semaines d’hosto + une année  recup derrière).
Ça fait 4 ans et jusqu’à là, je semble être  passée entre les mailles du filet de la rechute.
J’ai repris un peu de codé, skenan ou tramadol ds temps en temps, mais j’y suis carrément devenue intolérante (vomi direct même à toutes petites doses???).

Clairement, je n’invite personne à tenter ça et j’ai l’impression que les annonces de tentatives sauvage sur le forum se multiplient

Si ce post est encore une occasion de redire aux gens de PA faire ça n’importe comment, sur un coup de tête et sans accompagnement, il est d’autant plus précieux à mon sens smile

Bises

Hors ligne

 

ziggy 
Michel HAmBurger avec nous
Aruba
600
Inscrit le 21 Jul 2008
1920 messages
Blogs
C’’est un témoignage remarquable !

Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages

ziggy a écrit

C’’est un témoignage remarquable !

Je vous remercie smile

J'espère que ce post pourra aider des gens malades à s'en sortir.

Je n'ai pas la prétention de prêcher la bonne parole, mais simplement envie de partager un peu tout ça.

Hors ligne

 

ziggy 
Michel HAmBurger avec nous
Aruba
600
Inscrit le 21 Jul 2008
1920 messages
Blogs

alex92200 a écrit

ziggy a écrit

C’’est un témoignage remarquable !

Je vous remercie smile

J'espère que ce post pourra aider des gens malades à s'en sortir.

Je n'ai pas la prétention de prêcher la bonne parole, mais simplement envie de partager un peu tout ça.

Quand cest bien, positif et fonctionnel, ca, vault le coup detre souligné


Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages

ziggy a écrit

alex92200 a écrit


Je vous remercie smile

J'espère que ce post pourra aider des gens malades à s'en sortir.

Je n'ai pas la prétention de prêcher la bonne parole, mais simplement envie de partager un peu tout ça.

Quand cest bien, positif et fonctionnel, ca, vault le coup detre souligné

Merci beaucoup.

Mon expérience et mon témoignage veut aussi démontrer qu’il n’y a pas besoin d’avoir une addiction à un opiacé que l’on pourrait qualifier de « puissant » dans la pharmacopée Européenne pour être accro comme un héroïnomane ou comme Edith Piaf avec la morphine.

Certes les cachetons ont meilleur presse que les piqûres ou que le sniff, parce qu’après tout ... c’est un médicament !
Les proches sont facilement bernés. « J’ai des migraines »

Et puis finalement la codéine « n’est qu’un palier 2. »

Alors que la morphine, l’oxycodone et j’en passe des vertes et des pas mûres (yes je voulais la placer celle là) sont classées pallier 3 : douleur rebelles à cancéreuses et sont vraiment différenciées par les prescripteurs.

Ordo : filigranées etc

Ils n’ont pas tord.

Néanmoins, la codéine, que je considère de part mon métier comme une molécule indispensable dans la gestion MAÎTRISÉE de la douleur, ne doit pas être négligée de part sa personnalité addictive.

J’ai envie de dire :

Peu importe le palier. Un opiacé psychoactif c’est un opiacé dont il faut se méfier sur le long terme.

Trop de dentistes, trop de médecins, prescrivent des opiacés tels que la codéine ou le tramadol sur de trop longues durées sans prendre en compte en amont l’histoire du patient à qui ils les prescrivent.

Normalement ceci devrait être régulé avec le Dossier Médical Partagé (DMP), mais bien de dépendants rusent en ne donnant pas leur carte vitale, en faisant preuve d’ingéniosité pour ne pas se faire repérer par les officines.
Ou n’ont simplement pas de DMP.

(J’en ai eu ma part moi aussi bon sang... jusqu’à faire 90km parfois pour trouver une officine qui me délivrerait le médicament sans ordo... ultra chronophage)

A l’époque, encore il existait une molécule, le dextropropoxyphene associée au Paracetamol.

De mon point de vue c’était un excellent médicaments ?, qui lors de sa suspension d’autorisation de mise sur le marché (AMM) n’a pas laissé de comparable à la prescription.

On parlait là d’une molécule presque semblable à la méthadone MAIS sans AUCUN effet récréatif, et une dépendance physique quasi inexistante de par ce manque d’effet récréatif susmentionné.

De plus, elle démontrait un pouvoir substitutif relativement intéressant à d’autres opiacés.

Malheureusement trop de gens ont OD ( que ce soit par dépression respiratoire due au dextropropoxyphene  que par hépatite aiguë du au paracetamol)par envie de suicide ??? avec cette combinaison, et il a été retiré du marché.

De mon point de vue c’est un peu dommage.

Je vois encore trop de posts sur ce forum de jeunes qui veulent essayer de se défoncer avec les opiacés

Alors la RDR c’est bien, mais pensez au long terme....

Essayez, vous qui vous en êtes sortis de ne pas les encourager...

Les opiacés c’est un doux rêve qui devient rapidement un cauchemar. Et le pire.

Dans la vie on peut avoir envie d’essayer.
Moi même j’ai essayé pas mal de produits.
Je ne dirais pas lesquels parce qu’on s’en fou dans ce post.
Mais ceux qui m’ont pourri la vie jusqu’à la moelle c’est les opiacés.

Après chacun son caractère. Besoin de downer, besoin de upper, chacun son cerveau.

Il faut savoir prendre du recul et se dire que tout ça, toutes ces drogues, c’est pas la vie au quotidien.

On ne naît pas avec une ligne de cocaine, un cp de codéine, un para de mdma, une bière dans la main.

Même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il prétend, dont l’homéopathie (mais c’est un autre débat, quoique l’effet placebo peut être merveilleux cela dit), Paracelse a dit : « tout est poison, rien n’est poison, seule la dose fait le poison ».

Personnellement je rajouterais sans aucun ego mal placé smile  : « seule la dose et la durée de prise de la dose sont poisons»

Bonne nuit à tous les psychoactif !

Hors ligne

 

alex92200 
Nouveau membre
500
Inscrit le 10 Jul 2018
10 messages
Re-bonjour à tous,

si certain d'entre-vous se sentent perdus avec leur consommation de codéine, n'hésitez pas à m'écrire en MP je me ferais une joie de vous répondre.

NON-codéinement votre wink ,

Alex.

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    Etude Psychoactif/Psychonaut/Université de Paris sur l'expérience...
    Il y a 13hCommentaire de Yotna (8 réponses)
     Appel à témoignage 
    Appel à témoignages : amende forfaitaire
    Il y a 6jCommentaire de La tielle (7 réponses)
     Forum UP ! 
    Ethan Russo, défenseur de l’effet d’entourage
    Il y a 16hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Aspect douteux 3-HO-PCP ?
    Il y a 15hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Interaction & Mélange - Perte de contrôle
    Il y a 20mnCommentaire de Akaion dans [Tramadol...]
    (7 réponses)
     Forum 
    Quelle rc benzo choisir ?
    Il y a 50mnCommentaire de rigalan2 dans [Research Chemicals (R...]
    (10 réponses)
     Forum 
    Interaction & Mélange - Problème anpaa refus de prise en charge et prescription baclofène...
    Il y a 1h
    1
    Commentaire de Lycergik dans [Méthadone...]
    (10 réponses)
     Forum 
    Usage oral/Gobber - Quelle est la dose à ne pas dépasser avec un patch de fentanyl
    Il y a 1hCommentaire de rigalan2 dans [Fentanyl et dérivés...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Comment avez vous choisi vos pseudos ?
    Il y a 2h
    9
    Commentaire de rigalan2 dans [Utilisation du site P...]
    (272 réponses)
     Forum 
    Expériences - TR d'une psychose amphetaminique..
    Il y a 2hNouvelle discussion de ectatrip dans [Speed-Amphétamines...]
     Forum 
    Interaction & Mélange - Effets décevant, envie d'essayer avec de l'alcool
    Il y a 3hCommentaire de D9-D9 dans [Oxycodone (Oxycontin)...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Culture - Question(pas redondante) a propos de la culture de champote
    Il y a 4hCommentaire de PanoraMixx dans [Psilocybe - Champigno...]
    (4 réponses)
     Blog 
    6 mois après l'arrêt d'une conso journalière de MDMA- états des lieux
    Il y a 14hCommentaire de Indica dans le blog de Psycho-trip
    (3 commentaires)
     Blog 
    Je suis.... Noir ce soir
    Il y a 1j
    1
    Commentaire de Alwaysondrugs dans le blog de kris68
    (3 commentaires)
     Blog 
    Mon piège, quelle histoire.
    Il y a 1jCommentaire de Akaion dans le blog de Akaion
    (8 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Tester vos connaissances sur la vape
    Dernier quizzZ à 00:28
     PsychoWIKI 
    PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    rigalan2, Jérimadeth, Superdupontfanclub, mikelive77 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Problème anpaa refus de prise en charge et prescription baclofène métha
    par Lycergik, le 28 Oct 2020
    Bonjour j'écris ici car je cherche des témoignages, j'étais à toulouse avant et j'ai eu des médecins addictologues, psychiatres en ANPAA et je suis passé en gélules deux fois 80 mg avant mais à chaque baisse de 10 mg la psychiatre me le donnait en deux fois 35 mg + 35g pcq je me sentais mieu...[Lire la suite]
     Shit dur
    par filousky, le 20 Oct 2020
    Biscotte42, c'est pas la première fois que tu écris des choses sur la coupe du shit. As-tu, une fois dans ta vie, essayé de décompacter une plaquette déjà dure de shit de cité moyen ? Si oui et que tu as réussi à obtenir un tas de trichomes en poudre pouvant être mélangée avec un produ...[Lire la suite]
     TR: Grosse claque avec du butane
    par psyloshit_, le 17 Oct 2020
    Hello ! Je vous fais ce petit Tr a chaud car je viens de tester le butane a grosse pour la première fois il y a de ca a peine 2h. Alors déjà faut savoir que j'ai déjà consommer une dizaine de fois du butane mais jamais comme ca, c'est a dire que j'avais des effets leger tel que, bien être ,...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Pas de demande de plans ! Inadmissible ! Zaz dans [forum] Quelle est la dose à ne pas dépasser avec un patch de fentanyl
    (Il y a 3mn)
    Les coprins d'abord ! dans [forum] Psilo nouveau
    (Il y a 7h)
    Merci pour l'info. Akaion dans [forum] mal au dos mais sous subutex , comment faire pour calmer ma douleurs
    (Il y a 7h)
    Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre) dans [forum] Problème anpaa refus de prise en charge et prescription baclofène métha
    (Il y a 8h)
    Bonne entrée en matière dans [forum] stocker Beuh / Shit dans un bocal hermetique a la place des pochons ?
    (Il y a 9h)

    Pied de page des forums