[Sondage d'accueil] Pourquoi ce résultat / cette estime de vous? / PsychoACTIF

[Sondage d'accueil] Pourquoi ce résultat / cette estime de vous?

Publié par ,
1390 vues, 22 réponses
Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2411 messages
Blogs
Oyez oyez, braves gen.te.s!

Suite au sondage en page d'accueil il était temps de faire le point.
Pour peu qu'il n'y ai pas de bot faussant les résultats, ceux-cis sont assez alarmants: plus de 50% d'entre vous n'avez pas une bonne opinion de vous mêmes en tant qu'usagers de drogues, contre moins de 15% qui avez une bonne estime de vous!

/forum/uploads/images/1629/resultats-sondage-pa.png


Alors, discutons-en ici, questionnons-nous ~ ^^

Cette mauvaise estime est-elle directement liée à votre usage de drogues?

Pourquoi voyez-vous cette pratique d'un mauvais oeil? Dans l'absolu, en quoi serait-ce plus une honte de tirer un rail de coke que de boire un verre de vin?

Quelle est l'opinion de votre entourage envers les usagers de drogues, et pensez-vous que cela influence votre propre vision de la chose?


Pour les rares ayant une bonne opinion de vous: comment en êtes-vous arrivés là, qu'est ce qui vous a permis de vous sentir mieux vis-à-vis de votre condition d'usagers? (pour aider celleux qui voudraient rehausser leur estime d'eux)


Oui je sais ça fait beaucoup de questions ~(>_>) ~ Encore une dernière en approche! Mais avant ça, explications:

Le fait qu'une population discriminée se sente elle-même mal dans sa peau et aie une mauvaise opinion d'elle même a un nom: la violence symbolique (pour aller plus loin). Le stéréotype est tellement ancré dans les esprits que même celleux y étant victimes l'intègrent, ce qui les fait se sentir mal/coupables/inférieurs/etc.
C'est ainsi que certain.e.s LGBTs, par exemple, se retrouvent à avoir honte de leur condition... surpris Cela vous semble-t-il normal?
...Alors pourquoi le fait d'avoir une mauvaise opinion de vous en tant qu'usager.e.s serait-il plus logique?

Aaaaattention maintenant, voici la question (oui je sais, ça aura fait trois questions au final, mais c'est celle là à laquelle il faut répondre :3 ):
Que faudrait-il faire à votre avis, pour que cette image que les usagers ont d'eux-mêmes change et s'améliore?


J'espère que ce sujet ô combien important vous inspirera.
Messieurs Dames Trans Queers Inters Non-binaires Agenres et Autres, c'est à vous!

Dernière modification par Morning Glory (24 août 2021 à  23:45)


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 

Hemoropioid 
Nouveau membre
France
400
Inscrit le 03 Jun 2021
43 messages
Pour ma part, la consommation n'est pas la raison de mon mal être mais ca en devient un facteur, a la base c'etait plutôt le mal être qui a entraîné la prise quotidienne de "drogues"

Dans mon entourage, les personnes de plus de 25/30 ans ont tous une vision assez rude sur les psychotropes, le cannabis est a peine tolérée et tout le reste si tu en as deja consommé une seule fois tu es considéré comme un "sale junkie" alors qu'eux même se font de gros aperos plusieurs fois par semaine, mais inutile d'essayer de raisonner avec eux.

Ya aussi la question du légal /pas légal
Un addict a l'oxycodone ou autre opis médical sera mieux perçu qu'une personne qui prend de temps en temps de l'hero, pourtant c'est exactement la même famille de produits, mais vu qu'un des deux est légal et utilisé en médecine ca change tout...

Pour moi il n'y a pas de honte a vouloir prendre des psychotropes, sauf si c'est pour se la péter auprés des autres....


Pour changer les esprits faudrait que les gros média arrêtent de noircir le tableau dès que ca parle de drogues, et même pour n'importe quels sujets..
Les associations, media et autres de prévention et de RdR peuvent changer les mentalités d'une certaine manière.
Reputation de ce post
 
YES, merchi o/ MG ~

non, les opioïdes ne guérissent malheureusement pas les hémorroïdes...

Hors ligne

 

Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2411 messages
Blogs
C'est nice que la vision de ton entourage ne dégorge pas sur la tienne. Ca a toujours été comme ça ou tu as eu un déclic? Nice aussi que le fait que les drogues deviennent un facteur de ton mal-être aujourd'hui ne provoque pas de honte chez toi non plus, ce serait un comble, double peine!

Ya aussi la question du légal /pas légal
Un addict a l'oxycodone ou autre opis médical sera mieux perçu qu'une personne qui prend de temps en temps de l'hero, pourtant c'est exactement la même famille de produits, mais vu qu'un des deux est légal et utilisé en médecine ca change tout...

Ouai tu as raison, je pense aussi que la légalité et ce qui est officiellement fait d'un produit doit pas mal jouer sur les représentations. Je serais curieuse de voir ce que pensent les US ou Suisses de l'héroïne, comme je crois qu'elle est là-bas médicalisée.

Il y a aussi je crois dans la tête de beaucoup de monde un classement des pratiques / ROAs, tout comme il y en a un des drogues. Pour schématiser, je pense que ça ferait: boire < fumer en joint ou clope < gober < fumer en pipe (pas sure d'où le mettre celui là, je ne parle pas de pipe à tabac) / sniffer < injecter.
Ainsi j'ai l'impression que celleux qui fument des joints méprisent un peu parfois celleux qui sniffent, qui font pareil avec celleux qui injectent. Y a qu'à voir dans certaines frees (j'en ai pas fait beaucoup) comme l'injection est mal vue...
Donc je vois une sorte de hiérarchie au sein même des groupes sociaux de consommateurs de drogues.

Pour moi il n'y a pas de honte a vouloir prendre des psychotropes, sauf si c'est pour se la péter auprés des autres....

Après je ne vois pas pourquoi on se la péterait auprès des autres sachant qu'on est discriminés. Tu as vu des gens se la péter d'avoir une pratique plus "hard core" que celle des autres?




Bon moi aussi je vais répondre^^

Sur le sondage, je fais partie des 15% de "oui".
Mais ça n'a pas toujours été le cas!
J'ai été éduquée à avoir peur de "la drogue", et biberonnée comme la plupart d'entre nous aux médias anti-drogues et aux stéréotypes véhiculés.

Il aura fallu que je sois au bord du suicide personnellement, pour me mettre aux drogues, "tant qu'à faire au moins avoir connu ça, plus rien à perdre". (Donc comme toi c'est mon mal-être qui m'a menée aux drogues, puis progressivement au fil des années, à une conso quasi quotidienne à petite doses.)
Pendant longtemps au début (plusieurs mois) j'ai cru que les psychédéliques allaient avoir raison de moi lol, alors qu'ils m'ont sauvée en me sortant temporairement de la pire phase dépressive de ma vie. Mais j'ai continué à voir les drogues comme mauvaises. Ca n'a pas aidé mon estime de moi déjà pas super belle, je me sentais mal d'utiliser des produits. J'ai même eu une phase anti médocs! (si jvous jure^^)
Et franchement, ça va faire très bateau je sais mais c'est grâce au net, dont cette plateforme que je me suis mise à réfléchir. (C'est ça qui m'étonne quand je vois les résultats du sondage... Est-ce que la majorité de "non" vient de personnes "casuals", venant peu sur PA? Je compte le découvrir grâce à ce thread.) J'ai compris que les personnes se droguant pouvaient être très intelligentes, que je pouvais l'être aussi (avec d'autres évènements de ma vie), plus avenantes que la plupart que j'avais rencontrées jusque là, et tout à fait "normales", pas des zombies quoi.

Je pense donc, pour répondre à une autre de mes propres questions (tin ça fait bizarre^^), que mon entourage ET la culture dans laquelle baigne le monde et surtout la France ont beaucoup orienté mon estime de moi à ce sujet, et la contre culture trouvable sur le net (PA, Psyched Substance...) me donna les prises nécessaires pour m'en tirer.
Si l'addiction et/ou l'usage de certaines substances (oui parce que usage ne veut pas forcément dire addiction, que ce soit pour l'alcool ou tout autre produit. L'addiction est un trop fort usage incontrôlé, pour faire vraiment simple) plus ou moins nocives peuvent effectivement parfois sensiblement altérer notre qualité de vie, ce n'est absolument pas une raison pour en remettre une couche en en faisant un problème d'ordre moral (alors qu'en plus l'addiction est neuropsychologique... paye ta logique).

Aujourd'hui c'est surtout du regard des autres dont j'ai peur. Je ne parle que très peu de mes consos, et surtout je n'utilise pas de drogue devant quelqu'un, à moins qu'on en ai loooonguement parlé au par avant et que je sois certaine de ne pas être jugée. Cela va de pair avec ma phobie sociale je suppose, laquelle n'a à la base rien à voir avec mon usage de produits.


Je pense donc que développer cette contre culture (sans pour autant faire de l'apologie hein ce n'est bien évidemment pas de ça dont il est question), informer les usagers sur la violence symbolique et ses effets pervers et bien sur ouvrir progressivement les yeux de la foule "bien-pensante" (y compris des usagers se dénigrant eux-mêmes) seraient les meilleurs leviers pour changer ces représentations injustes et aliénantes. Et donc oui, les assos ont un gros rôle à jouer smile (go PA, gooo o/)


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 

ethanol 
Psycho junior
France
1200
Inscrit le 03 Apr 2020
423 messages
Blogs
Pour ma part , je fais parti de ceux qui le vive bien .

J'ai été éduqué a détester la drogue , jusqu'à ce qu'on m'en propose ( LSD ^^') j'étais en mode la drogue c'est pas bien , mais finalement pas beaucoup de conviction , une simple question ma fait changer d'avis lol . Du coup ouais nan malgré l'éducation que j'ai eu , manifestement , j'ai pas bien accroché au principe de la drogue c'est mal.

J'ai pas honte de consommé , après je suis un consommateur occasionnelle , excepté la weed où maintenant que j'y pense , je commence à fumé tout les jours bref . Et j'en parle à qui veux bien l'entendre , ainsi mon discours change selon la personne .

A titre perso je trouve que le plus honteux sois qu'on accepte socialement l'alcool , alors que aller au hasard .... Le LSD ( le hasard fait bien les chose ^^')  par exemple , non , quand certains on apprit que j'en consommait on m'a traité de grand malade et en faite c'est la même avec tout ce que je consomme excepté la weed peut être ...

Pour moi aucun ne devrait avoir honte de sa conso , et je pense qu'une partie de ceux qui en on honte viens surtout de fait que ce n'est pas accepté socialement ( je m'avance peut être ^^)
Et pour que c'est personne est peut être un peux moins honte , il faudrait peut être que la société arrête de stigmatiser les UD ...

En ligne

 

Hemoropioid 
Nouveau membre
France
400
Inscrit le 03 Jun 2021
43 messages
J'ai pas vraiment eu de déclic mais a l'adolescence j'ai commencé a m'interesser a beaucoup de choses, les drogues m'ont longtemps fait "peurs" mais pas les usagers, oui ca peut paraîtra bizarre.
Je saurais pas dire ce qui ma fait changer de vision, c'est un tout je pense : debut de traitement a la codéine, la culture (musiques/films) et voir les plus grands en parler etc.

Je précise aussi que quand j'etais plus jeune je me rendais pas compte a quel point mon entourage et surtout ma famille était fermé d'esprit la dessus donc ca n'a peut pas pas joué sur moi.

Et non ma consommation ne provoque pas réellement de honte mais a part aux potes de mon age je n'en parle vraiment pas.


Par rapport aux personnes qui se la pète, c'etait surtout au lycée mais j'en vois encore de temps en temps, des gens qui se vantent de leurs premiers joint ou du fait qu'ils fument et boivent énormément, il y a eu la période ou la codéine ne faisait que parler d'elle, voir des personnes se vanter d'en prendre alors que certains sont pris au piège dans l'addiction de la codé  et vivent l'enfer ca me faisait péter un cable, comme si c'était une prouesse de prendre des psychotropes, m'enfin bon c'est peut etre moi qui ai une vision un peu rigide la dessus.



Et pour en revenir au début de la prise de drogues, ce qui t'es arrivé est assez similaire a moi, j'étais au bord du gouffre et me disais juste qu'il ne pouvait rien m'arriver de pire et que la "drogue" pourrait peut être me soulager.

non, les opioïdes ne guérissent malheureusement pas les hémorroïdes...

Hors ligne

 

Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2411 messages
Blogs

Et pour que c'est personne est peut être un peux moins honte , il faudrait peut être que la société arrête de stigmatiser les UD ...

Oui ça c'est sur^^ C'est le noeud du problème, ce qui est à la source de la violence symbolique. Après comme on semble encore bien loin d'arriver à ça, surtout en France dans les pays occidentaux, casser la représentation négative que beaucoup d'usagers ont d'eux-même peut être un objectif à part entière, qui pourrait justement faire changer, à force, l'opinion du grand public (les UDs s'assumant plus seraient moins invisibilisés). Du coup on peut aussi prendre le problème à l'envers en fait^^ Je sais pas si j'arrive à être claire...

Cool que tu arrives à en parler aux gens, perso c'est trop tabou j'ai du mal à engager ce sujet. Pas en parlant de moi en fait, je peux parler de mon CAARUD mais pas de mes propres consos. Ou par écrit à la rigueur genre sur les applis de rencontre quand je sens la personne en face relativement open. Du coup ça fait plaisir de voir quelqu'un qui ose^^


Deux réponses (exceptée la mienne), deux personnes qui assument leur conso. *note note* Mais en fait y a des variables confondues dans mon ""étude"" lol, si ça se trouve les UDs qui ne s'assument pas vont juste avoir plus de mal à venir en parler tout simplement, c'est pas forcément représentatif du passage sur PA ><


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 

Unposcaille 
Nouveau Psycho
1000
Inscrit le 29 Nov 2020
187 messages
Blogs
Hello MG, j'aime cette idée de retour sur le sondage qui est très intéressante et permet d'en apprendre beaucoup sur le vécu des autres. Je ne répondrai probablement pas à toutes tes questions car je les ai déjà oubliées, mais je fais partie des gens qui on une mauvaise image d'eux comme consommateur. C'est une partie que je commence juste à accepter (j'ai eu un déclic hier soir à 3h du mat, le pire c'est que j'étais sobre) mais je n'en parle que très peu autour de moi. Aucun de mes amis proches, même ceux qui consomment, ne sont au courant de tout ce que je prends et à quelle fréquence. Je le cache aussi à mon copain car c'est quelque-chose dont j'ai honte (je lui ai avoué une partie). Je ne suis pas vraiment addict mais je sais que j'assume beaucoup moins les opis que d'autres substances comme les dissociatifs ou la weed (que je consomme rarement). Je trouve que les drogues un peu festives sont plus faciles à assumer, et mon rapport aux opis est vraiment très intime. Je fume de la weed avec mon père, il sait que j'ai pris des dissos, ma mère sait que j'ai pris du lsa, elle m'a déjà demandé si je pouvais lui trouver un plan coke (lol), mais je préférerai mourir plutôt qu'ils apprennent que je prends de l'oxy occasionnellement. Je me demande si le stigma social joue dessus !

Bref, j'ai fait un long message qui part un peu dans tous les sens, j'espère que tu arriveras à en tirer quelque-chose.

Hors ligne

 

GinGon 
Apprenti Astronaute
Suisse
200
Inscrit le 09 Oct 2018
100 messages
Blogs
Salut à tous,
Alors pour ma part je dirais que ça dépend. Je m'explique déjà dans ma famille la drogue n'a jamais diaboliser, pour mes parents qu'ils m'interdisent ou pas de prendre de la drogue de tout façon en grandissant je ferai mes expériences et en tirerait mes conclusion tout seul. Bon déjà depuis petit en voyant les gens prendre de la drogue dans des films je me disais qu'au moins une fois dans ma vie j'essayerais LA DROGUE. Puis a mes 15ans je suis tomber par curiosité sur le psychowiki que j'ai du quasiment lire en entier en 2-3 semaines et depuis j'ai une certaine "passion" pour les psychotropes que je ne cache pas vraiment. Par exemple pour mon TM (sorte de gros projet de fin de lycée en Suisse) je l'ai fait sur l'histoire et l'utilisation moderne des psychédéliques. Bref tous les gens qui me connaisses un minimum savent que je consomme et j'en parle assez librement si l'on me questionne.
Mais je me retrouve assez souvent lorsque j'ai des usages excessif/addictif de certain produit (alcool,speed,...) à m'en vouloir et à cacher ses consommations même si je sais quelles ne font pas de moi un moins bon humain.
Bref ça dépend plus pour moi de la raison pour la quelle je consomme, si c'est par curiosité/ dans un usage festif ou si je consomme pour combler un mal être/manque, plus que le produit en lui même ou la ROA.


Morning Glory a écrit

Ouai tu as raison, je pense aussi que la légalité et ce qui est officiellement fait d'un produit doit pas mal jouer sur les représentations. Je serais curieuse de voir ce que pensent les US ou Suisses de l'héroïne, comme je crois qu'elle est là-bas médicalisée.

Alors oui en Suisse il y a le diaphin (héroïne médical) qui peut-être prescrit comme TSO. Bon je ne connais pas personnellement quelqu'un qui sois sous TSO mais l'héroïne médical reste très peut prescrite et quasiment inconnue par la population donc à se niveau là je ne pense pas qu'il y ai une différence avec la vision Française de l'héroïne (en tout cas du côté francophone je ne sais pas comment ça se passe de l'autre côté du Röstgraben).

Et personnellement je pense que le stigma autour des UD ne diminuera vraiment qu'avec au minimum la dépénalisation/décriminalisation de l'usage car t'en que la consommation sera un crime au yeux de la loi pour la majorité de la population ça restera une pratique mauvaise et à éliminer.

Bonne soirée à tous,
GinGon


Je ne veux pas avoir la liberté de modifier ma conscience. Je veux avoir le droit de le faire dans de bonne condition.

Hors ligne

 

Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2411 messages
Blogs

Hemoropoïde a écrit

Par rapport aux personnes qui se la pète, c'etait surtout au lycée mais j'en vois encore de temps en temps, des gens qui se vantent de leurs premiers joint ou du fait qu'ils fument et boivent énormément, il y a eu la période ou la codéine ne faisait que parler d'elle, voir des personnes se vanter d'en prendre alors que certains sont pris au piège dans l'addiction de la codé  et vivent l'enfer ca me faisait péter un cable, comme si c'était une prouesse de prendre des psychotropes, m'enfin bon c'est peut etre moi qui ai une vision un peu rigide la dessus.

J'avais pas vu ton message, il a dû se croiser avec le mien.

Je crois que je vois ce que tu veux dire, les gamins qui font "grands" en prenant des trucs plus ou moins dangereux, j'ai bien dû en faire partie à cette époque ouai, avec les psychédéliques. Mais c'est sur que c'est pas forcément malin. Aujourd'hui je dirais que je ne suis ni honteuse ni fière de prendre de la drogue, je suis fière de tenter de contrôler mes consos et d'aider les autres au sujet de la pharmaco etc.


Unposcaille a écrit

Je me demande si le stigma social joue dessus !

Oui c'est très possible, sinon pourquoi cette classe de drogue en particulier? Objectivement si utilisée correctement sans mélange ni overdose, je la trouve limite plus safe que certains stims. Son gros souci c'est l'addiction physique en fait mais l'alcool et les benzos aussi font ça.

Est-ce que tu sais ce que ton entourage pense des opiacés par rapport aux autres drogues? S'ils en ont une mauvaise image, ça doit très certainement jouer.

Je le cache aussi à mon copain car c'est quelque-chose dont j'ai honte (je lui ai avoué une partie).

Tu as une idée de ce qui te fait honte dans ta conso d'opis? Ou c'est purement ressenti et tu ne te l'expliques pas?



GinGon a écrit

Mais je me retrouve assez souvent lorsque j'ai des usages excessif/addictif de certain produit (alcool,speed,...) à m'en vouloir et à cacher ses consommations même si je sais quelles ne font pas de moi un moins bon humain.
Bref ça dépend plus pour moi de la raison pour la quelle je consomme, si c'est par curiosité/ dans un usage festif ou si je consomme pour combler un mal être/manque, plus que le produit en lui même ou la ROA.

Ce qui est sur c'est que consommer pour combler un mal-être ou un manque, c'est une très bonne façon de devenir addict même si ce n'est pas sistématique, j'en sais quelque chose^^"
Mais oui ça rejoint un peu ce que dit Unposcaille avec drogues festives vs moins festives, il y a des règles sociales qui cadrent l'usage de produits, comme l'alcool sera mal vu si on en bois le matin mais ok le midi pour un bière ou le week-end pour faire la teuf.
En gros y a des cadres qui sont socialement admis (fête), et d'autres moins voire pas du tout (seul pour combler un mal-être). Du coup la personne qui consomme hors de ce cadre est facilement étiquettée alcoolique/toxico, peut-être car ça fait moins usage occasionnel thinking Mais c'est comme si la fête était un monde à part où on s'autorise ce qu'on s'interdit autrement. Après ce n'est pas totalement dénué de sens, waow je suis partie loin dans mon truc hahaha sorry
Bref oui c'est plus dangereux de consommer hors de ces cadres très certainement, car il devient possible de consommer n'importe quand et qui plus est pour se sentir moins mal dans les moments difficiles. Cela dit je trouve le stigmat des gens consommant hors cadre pas très logique, si ces gens sont déjà dans le mal inutile d'en rajouter...


Intéressant pour l'héro merci^^

Et personnellement je pense que le stigma autour des UD ne diminuera vraiment qu'avec au minimum la dépénalisation/décriminalisation de l'usage car t'en que la consommation sera un crime au yeux de la loi pour la majorité de la population ça restera une pratique mauvaise et à éliminer.

C'est tout des trucs sur lesquels on a quasiment pas prise ça ToT Mais oui tu as raison, le fait que la discrimination soit systémique la légitime aux yeux de tou.te.s, y compris des UDs très certainement... Berf -_-'
Le travail qu'il faudrait faire là au niveau des UDs c'est de comprendre que c'est la loi et les normes qui font pression sur nous, et non une morale juste et équilibrée. Le fait d'intégrer ça pourrait je pense nous aider à nous émanciper de cette vision de pratique mauvaise.


Merci à tou.te.s pour ces témoignages! ^_^/


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 

Acid75 
Banni
France
584
Inscrit le 23 Aug 2021
71 messages
Salut moi j'ai honte de prendre de la cocaïne sad  car sa detruit beaucoup de vie surtout  en amerique du sud et des femmes et enfants sont mélée a ce trafic par les cartel  .
et  bien souvent lhistoire se finis tres mal pour les consomateur comme pour les revendeurs pour quelque minute de plaisir egoïste faut pas se mentir a sois même comment assumer tout sa ? (Sans etre un putain degoïste)

Dernière modification par Acid75 (26 août 2021 à  22:21)

Hors ligne

 

Rimso 
Nouveau membre
France
300
Inscrit le 22 Jan 2021
41 messages
Salut, moi c'est beaucoup le côté religieux mais aussi social.

Les amis proches qui ont sû que je consomme régulièrement des drogues ont tout fait pour me dissuader d'en prendre et j'ai pu tout stoppé net du jour au lendemain... pendant 2 mois seulement (des psyché, weed, 2fdck.. dépendance purement psychologique mais qui me déplaît pas forcément)
Et c'est la où j'ai commencé à me sentir mal.

Donc maintenant je consomme dans l'ombre, mes amis les plus proches ne sont pas au courant, et c'est particulièrement ce qui me donne cette mauvaise image de moi, de devoir cacher ma consommation

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
3410
Inscrit le 23 Jul 2016
579 messages
Perso oui ça joue sur mon estime de moi qui n’est déjà pas très haute et ça joue en negatif.
Pourtant ce ne fut pas toujours le cas, au début de mes conso c’était limite le contraire, j’avais l’impression de vivre des choses que le « commun des mortels »ne pourrais jamais envisager.
Je pensais faire cela que pour la curiosité.
Sauf que au fur et à mesure j’ai compris que c’était pas juste pour m’amuser le week-end avec les potes (meme si ça ne m’empêche pas de kiffer avec eux) et que je ne consommais plus juste par curiosité.
J’étais du genre à consommer seul, à ne pas pouvoir me contrôler quand j’avais de la drogue chez moi, quitte à empiéter sur mon taff ou etudes même sur ma relation avec mon ex, forcément j’en parlais pas à ma mère donc je me suis aussi un peu éloigné d’elle.
Puis j’étais jeune quand j’ai commencé (17/18 ans), aujourd’hui j’en ai 24 et j’ai l’impression d’avoir fait du surplace depuis.
L’impression d’avoir gâcher des années importante dans la construction de mon futur.
Le fait d’avoir été sous metha pendant 2 ans, d’avoir arrêter de consommer pendant 1 ans quoi que ce soit de manière récréative, puis d’avoir voulu à tout prix arreter la metha et d’avoir recommencer à consommer ça me fait culpabilisé car autant avant peut être que je n’étais pas lucide sur les répercussions que ont mes consommations, aujourd’hui je ne peux plus me voiler la face là dessus et ça ne m’empêche pas de consommer.
Je vois ça comme une perte de temps aujourd’hui.
Dû coups y a une forte dualités qui c’est installer entre le fais que je consomme et la vision que j’ai de consommation, à la limite ça serait juste le week-end avec les potes je le vivrai mieux mais le plus souvent c’est seul chez moi.
Moi aussi c’est mon mal-être qui a fais que j’ai accrocher comme ça, j’ai personne d’autre dans mon entourage qui consomme pour les mêmes raisons que moi et desfois je me dis pourquoi tu n’arrives pas à consommer raisonnablement.
Pour moi c’est un peu tout ou rien, je suis pas sur que je pourrai un jour consommé de manière ponctuelle, etpuis je ne vois pas mon futur avec la drogue non plus.

J’ai aussi l’impression d’avoir niquer mon système de récompense ainsi que mes capacités d’apprentissage, pas ma mémoire mais ma capacité à apprendre de mes erreurs.
J’ai toujours été flemmard et clairement c’est encore pire car habitué à avoir du bien être de façon externe et non par moi même.
Apres je suis tout de même persuadé que tout ça n’est pas irréversible mais j’ai l’impression d’avoir un boulet au pied.

Dernière modification par fafefifofu (28 août 2021 à  14:31)

Reputation de ce post
 
Je me retrouve aussi un peu dans ton parcours ;( Acid75

Hors ligne

 

Clancy 
Nouveau membre
200
Inscrit le 26 Jul 2020
30 messages
Personnellement je dirais que la perception que j'ai de moi-même lorsque je consomme des drogues dépend clairement du but recherché. Pas plus tard que hier, j'ai pris du 5Meo-Mipt et je me suis vraiment senti comme une grosse merde, pareil lorsque je prend de la MD tout seul chez moi.

En revanche, lorsque je prend des substances dans un but récréatif ou spirituel, comme la démarche à davantage de sens pour moi, ou au moins à un sens plus "sain", je suis beaucoup plus en accord avec elle.

Time is an illusion that helps things make sense
So we are always living in the present tense
It seems unforgiving when a good thing ends
Don't cry because it's over. Smile because it happened

Hors ligne

 

Clepw 
Nouveau Psycho
France
700
Inscrit le 05 May 2020
67 messages

fafefifofu a écrit

.

Courage l’ami rien n’est tracé, même si t’as du mal à gérer t’as conso actuellement il faut continuer d’essayer. À force de faire de la merde et d’essayer d’arrêter, je réussi de moins en moins à rechuter, ( j’ai vécu une superbe année, plein de réussite sans ce qui me posait problème et j’ai rechuté deux mois cet été) et même si je suis comme toi (j’apprends peu de mes erreurs), à force de persévérer j’avance, petit à petit je me connais mieux et j’identifie les mécanismes qui me font défaut.

Bien à toi,

Reputation de ce post
 
Oui! Même en cas de rechute, l'entrainement à l'abstinence acquis demeure MG ~

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
3410
Inscrit le 23 Jul 2016
579 messages

Courage l’ami rien n’est tracé, même si t’as du mal à gérer t’as conso actuellement il faut continuer d’essayer. À force de faire de la merde et d’essayer d’arrêter, je réussi de moins en moins à rechuter, ( j’ai vécu une superbe année, plein de réussite sans ce qui me posait problème et j’ai rechuté deux mois cet été) et même si je suis comme toi (j’apprends peu de mes erreurs), à force de persévérer j’avance, petit à petit je me connais mieux et j’identifie les mécanismes qui me font défaut.

Bien à toi,

Merci pour ton message.
Oui je sais que rien n'est tracé, après là c'est la rentré je vais sois reprendre les études soit je vais devoir aller taffé déjà le fait d'être occupé ça devrait me faire du bien, car moi un des premiers trucs qui me donne envie de conso c'est l'abscence de but dans une journée ou quand je me fais chié (ça fait un petit moment que je n'ai pas d'activitée autre que répété de temps en temps avec mon groupe de musique).

Courage à toi aussi.

Hors ligne

 

Unposcaille 
Nouveau Psycho
1000
Inscrit le 29 Nov 2020
187 messages
Blogs

Morning Glory a écrit

Est-ce que tu sais ce que ton entourage pense des opiacés par rapport aux autres drogues? S'ils en ont une mauvaise image, ça doit très certainement jouer.

Désolée de répondre un peu tard ! En gros c'est déjà par rapport au risque d'addiction, puis même si mon père a été polyconsommateur et consomme toujours des drogues quotidiennement (mais pas d'opis) il m'a toujours parlé des opis assez négativement, même comparé à la coke ou quoi du coup c'est le genre de choses qui restent je pense ! Puis je pense que y'a un peu du fait que j'ai honte de flirter avec des substances qui peuvent provoquer une addiction sévère aussi. On a déjà eu un décès lié à l'alcool dans la famille et vu comment la personne a fini à la fin et les problèmes que ça a fait à tout le monde, voilà quoi ^^'
Du coup le risque de dépendance/d'OD fait que c'est la seule consommation de drogues que je cache à mes proches, je suis plutôt ouverte sur le reste. J'ai lu que des mauvaises histoires avec ces substances sur internet, de gens qui finissent accro/meurent etc. Je veux pas imposer ça a mes proches. Comme je le cache ça alimente le sentiment de honte, parce que forcément je me dit qu'un jour ma famille/mon copain va capter.

Dernière modification par Unposcaille (02 septembre 2021 à  22:16)

Hors ligne

 

Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2411 messages
Blogs

Rimso a écrit

Donc maintenant je consomme dans l'ombre, mes amis les plus proches ne sont pas au courant, et c'est particulièrement ce qui me donne cette mauvaise image de moi, de devoir cacher ma consommation

Coucou,

Pourquoi baser ton estime de toi sur le regard des autres? Pourquoi ne pas te dire et assumer qu'ils se trompent? Je sais c'est plus simple à dire qu'à faire, mais moi aussi je me cache et pour autant, j'ai appris au fil des années que ce n'est pas moi qui avais tord de consommer de temps en temps (ou même régulièrement d'ailleurs). C'est la société et donc mon entourage qui enfoncent cette pratique. Est-ce juste? Base ton estime de toi sur ce que tu sais de plus qu'eux wink


Acif75 a écrit

Salut moi j'ai honte de prendre de la cocaïne sad  car sa detruit beaucoup de vie surtout  en amerique du sud et des femmes et enfants sont mélée a ce trafic par les cartel  .
et  bien souvent lhistoire se finis tres mal pour les consomateur comme pour les revendeurs pour quelque minute de plaisir egoïste faut pas se mentir a sois même comment assumer tout sa ? (Sans etre un putain degoïste)

Quel dommage que ce gars ai été un tel troll sur tant de sujets, certains de ses posts étaient intéressants!
Hé oui c'est une dimension cette fois très concrète et non plus seulement culturelle à laquelle je ne pensais plus en faisant ce thread. J'évite moi-même ce genre de drogues (héro, coke, opium...) pour ces raison (aussi à cause de la basse qualité et du prix). C'est beaucoup plus complexe à répondre, car en effet ces commerces font du mal à de nombreuses populations. Si c'était dépénalisé, il n'y aurait plus ce problème (en principe) mais ce n'est pas le cas aujourd'hui (ça me fait quand même bien rire quand le gouvernement culpabilise les usagers à outrance, ça c'est vraiment extrême, ça sert juste à le dédouaner de ses propres responsabilités. Mais en attendant le seul moyen à notre échelle de combattre ça est de ne pas prendre part à ce commerce malheureusement sad ). Donc oui, tout comme manger de la viande et des produits d'origine animale font énormément de dégats moraux (et environnementaux) à travers le monde, je pense pouvoir dire sans me tromper que consommer ces produits font des dégats aussi à leur échelle.

Pourtant, récemment moi-même (végane à la base) me suis mise à craquer pour certains produits d'origine animale... Dois-je me flageller pour autant? Ha, compte tenu de ma conscience du problème engendré, je ne suis pas fière non. Pas fière du tout. Mais si je veux garder le cap de mes valeurs et idéaux, je ne dois pas me flageller. Plus je m'en veux plus je me sens comme une merde et plus je me réfugie dans ce que j'essaye justement d'éviter! (Une étude que je ne retrouverais je pense malheureusement pas a démontré que plus un alcoolique en rechute se dénigre à cause de cet "échec", plus il a de mal à remonter la pente ensuite. A contrario s'il prend ça comme un bon entrainement et est compréhensif avec lui-même, il va mieux s'en sortir pour retrouver la voie de l'abstinence.)
Si tu te sens mal vis-à-vis de tout ça, ce que je peux comprendre, tu dois être manianime avec toi-même, tout en progressant vers le but de baisser ta consommation de ces produits (ce n'est en aucun cas incompatible, au contraire).


fafefifofu a écrit

Moi aussi c’est mon mal-être qui a fais que j’ai accrocher comme ça, j’ai personne d’autre dans mon entourage qui consomme pour les mêmes raisons que moi et desfois je me dis pourquoi tu n’arrives pas à consommer raisonnablement.

Peut-être justement dans ton cas car tu as des problèmes que eux n'ont pas, et qui t'ont glissés dans ce second problème (ça semble en être un pour toi) qu'est l'addiction (ça se controle pas, certains y sont plus sensibles que d'autre c'est comme ça... Les facteurs psycho-socios, la génétique etc sont en cause. Rien que tu puisses vraiment contrôler) Voilà pourquoi. La réponse est dans ta question, pourquoi te culpabiliser? Pourquoi culpabiliser alors que tu as fait face à des choses qu'eux n'ont peut-être jamais connu, ou qu'ils ont su gérer grace à quelque chose que tu n'avais pas (social, travail épanouissant, vie de couple, passions spécifiques etc etc)?


Dû coups y a une forte dualités qui c’est installer entre le fais que je consomme et la vision que j’ai de consommation, à la limite ça serait juste le week-end avec les potes je le vivrai mieux mais le plus souvent c’est seul chez moi.

J'ai l'impression que de nombreux utilisateurs se retrouvent là dedans. Pas moi. J'ai presque toujours consommer seule. Du coup j'ai un peu de mal à comprendre et répondre à ça, je suppose que c'est comme l'image de l'alcoolique qui boit dès le matin ouai... Perso ça me pose pas de problème sur mon estime de moi, même si je sais que c'est dangereux pour ma santé. Je vois pas en quoi ça me ferait avoir moins de valeur que d'autres?


J’ai aussi l’impression d’avoir niquer mon système de récompense ainsi que mes capacités d’apprentissage, pas ma mémoire mais ma capacité à apprendre de mes erreurs.
J’ai toujours été flemmard et clairement c’est encore pire car habitué à avoir du bien être de façon externe et non par moi même.
Apres je suis tout de même persuadé que tout ça n’est pas irréversible mais j’ai l’impression d’avoir un boulet au pied.

Ca c'est tout à fait possible je le ressens aussi, mais un dépressif va avoir le même genre de symptomes. Doit-il se flageler pour cela? Non. Ce n'est pas de sa faute, et ce n'est pas parce que tu consommes (trop?) que c'est entièrement la tienne non plus. Tu as de bonnes raisons derrière, je dis pas qu'il faut continuer comme ça car pour ta santé c'est pas forcément ouf, mais tu n'as aucune honte à en rtirer selon toute logique. Plus tu en auras honte moins tu iras bien et plus tu consommeras...

Unposcaille a écrit

Désolée de répondre un peu tard ! En gros c'est déjà par rapport au risque d'addiction, puis même si mon père a été polyconsommateur et consomme toujours des drogues quotidiennement (mais pas d'opis) il m'a toujours parlé des opis assez négativement, même comparé à la coke ou quoi du coup c'est le genre de choses qui restent je pense ! Puis je pense que y'a un peu du fait que j'ai honte de flirter avec des substances qui peuvent provoquer une addiction sévère aussi. On a déjà eu un décès lié à l'alcool dans la famille et vu comment la personne a fini à la fin et les problèmes que ça a fait à tout le monde, voilà quoi ^^'

Yo, moi aussi je suis tardive sorry.

Tu sais les opis sauf produits de coupe, mélanges ou surdose ce n'est pas du touuuut aussi nocif que l'alcool. Et la coke avec laquelle tu disais être ok, elle ne provoque pas d'addiction sévère elle? wink Pas physique mais et alors, il n'y a même pas ttt de substitution tu imagines? Et elle aussi peut tuer par OD (quoi que moins systématiquement c'est vrai). Pourtant tu la vois moins mal^^

Et ouai après c'est un travail sur soi à faire contre ce qu'on t'a appris au sujet des opiacés je suppose. Je dis pas qu'il faut en prendre hein, je dis juste qu'objectivement ils sont moins nocifs que les stims, à condition de les utiliser correctement et de grade pharma.

Je te conseille d'avoir de la naloxone sur toi quand tu consommes, et si possible ne consommes pas seule même si c'est pas simple je sais dans ton cas. Au moins aller chercher du prenoxad en caarud ou à safe, c'est gratuit, et l'avoir sur toi quand tu consommes, bien en évidence au cas où quelqu'un te retrouve en OD. Voilà HS par rapport au thread mais RdR wink

Dernière modification par Morning Glory (16 septembre 2021 à  15:50)


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
3410
Inscrit le 23 Jul 2016
579 messages

Peut-être justement dans ton cas car tu as des problèmes que eux n'ont pas, et qui t'ont glissés dans ce second problème (ça semble en être un pour toi) qu'est l'addiction... Voilà pourquoi, la réponse est dans ta question, pourquoi te culpabiliser alors que tu as fait face à des choses qu'eux n'ont peut-être jamais connu, ou qu'ils ont su gérer grace à quelque chose que tu n'avais pas (social, travail épanouissant, vie de couple, passions etc etc)?

Ça c'est sur, même si on en à tous à différent degrés et avec des manières différentes de les gérer.
En realité ce n'est pas forcément par rapport au regard des autres le problèmes même si dire que ça ne joue pas serait mentir.
Mais c'est que de ne pas pouvoir me retenir quand j'ai un prod sous la main, ne pas réussir à me retenir quand j'ai quelque chose d'important à faire le lendemain.
Regretter amairement en descente et le lendemain faire comme si de rien n'était et avoir que une seule envie reconsommé, avoir des cravings tout les jours bah je me sens faible et forcément ça joue sur mon estime de moi.
Et c'est pas comme si mes consommation n'avaient jamais eu de conséquences sur moi ou les autres, et c'est pas comme si j'étais pas lucide sur tout ça.
De base je prône plutôt une vie saine, dans le futur je ne me vois pas consommé j'ai juste l’impression de perdre du temps ...
Plus petit j'étais complétement anti-drogue (mais je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas si ?)
Il y a aussi par rapport à ma mère qui m'a vu dans des états en manque de méthadone, je lui ai tout raconté, et elle voit que je reconsomme je le vis pas bien non plus, il y a ça aussi, et d'autres membres de mon entourage ou famille qui étaient fiere de moi et je recommence à consommé ...
La situation est un peu particulière je trouve.
Mais après tu as raison c'est ma façon de me voir à moi même, je ne culpabiliserai jamais quelqu'un qui a des pb de consommation, car je comprend très bien, après on est toujours plus indulgent avec les autres que avec soi même.
Après comme j'ai dit c'est une sorte de dualitée je ne suis pas entrain de culpabilisé h24, il y a une partie de moi qui accepte, ça m'a donné beaucoup d'éxperience, j'ai vécu beaucoup de choses qui je sais me rende ou me rendront plus fort, mais c'est comme si quand je consomme pas j'avance dans une direction et quand je consomme dans une autre opposé, c'est fatiguant ...


Ca c'est tout à fait possible je le ressens aussi, mais un dépressif va avoir le même genre de symptomes

Je pense que c'est liée, je pense être en dépréssion depuis longtemps et les consos n'arragent rien voir amplifient ça.
Notemment depuis que j'ai arreté la méthadone, j'ai l'impréssion que ça a décuplé l'état dépréssif, (qui était déjà present) c'est comme si j'étais trop conscient des choses pour pouvoir faire l'autruche, du coups je me sens mal quand je vais pas dans le sens d'amélioré ça.
Et non il ne faut pas se flagelé mais d'un autre cotés c'est moi qui décide de consommé encore et encore (même si c'est pas si simple que ça on est d'accord).

C'est juste que j'ai l’impression que ça me dépasse et je me sens relativement faible, mais ça ne m'empeche pas d'avoir de l'espoir pour le futur, car je sais faire preuve de grande volonté quand il le faut, mais souvent il faut que je me prenne un mur dans la gueule avant, et je m'en suis déjà pris plusieurs, ça fais jamais du bien ... j'aimerai bien réagir avant.

Je n’ai jamais été aussi inactif de ma vie sur mes passion (musique surtout).
Je préfère rêver de ce que je pourrai faire en écoutant de la musique perchée que de faire réellement.
Et ça ça me fais chier ...
Ça n’a pas tjrs été comme ça.

Dernière modification par fafefifofu (16 septembre 2021 à  15:59)

Hors ligne

 

Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2411 messages
Blogs
Hé oui, là nous parlons en effet d'addiction et pas de simple usage. Et l'addiction peut en effet être une affection qui casse l'estime de soi (au même titre que plein d'autres).

faffifofu a écrit

En realité ce n'est pas forcément par rapport au regard des autres le problèmes même si dire que ça ne joue pas serait mentir.

Tacler ma phobie sociale (peur maladive du regard d'autrui) m'a appris que les autres, pour beaucoup ils sont nuls. Leur jugement ne compte pas.Ils ne savent rien de toi ou pas suffisament, ou sont trop cons pour comprendre. Un courant sociologique admet que ce qui arrive aux individus n'arrive jamais par hasard. Tu en es arrivé là pour des raisons. C'est ça qui compte pour ton estime de toi, pas le qu'en dira-t-on. Je me suis faite jeter plusieurs fois sur des sites de rencontre après avoir dit que je bossais avec des usagers de drogues, laissant entendre que j'en consommais aussi. Ca fait chier, c'est rageant et injuste, mais c'est pas ma faute, c'est la leur et celle de la société et des politiques qui leur foutent ça dans le crâne.

Mais c'est que de ne pas pouvoir me retenir quand j'ai un prod sous la main, ne pas réussir à me retenir quand j'ai quelque chose d'important à faire le lendemain.
Regretter amairement en descente et le lendemain faire comme si de rien n'était et avoir que une seule envie reconsommé, avoir des cravings tout les jours bah je me sens faible et forcément ça joue sur mon estime de moi.
Et c'est pas comme si mes consommation n'avaient jamais eu de conséquences sur moi ou les autres, et c'est pas comme si j'étais pas lucide sur tout ça.
De base je prône plutôt une vie saine, dans le futur je ne me vois pas consommé j'ai juste l’impression de perdre du temps ...

Ba tu vois la dépression et la phobie sociale ça fait grosso modo la même chose. La peur de ma famille que je me suicide à tout moment, mes cris raisonnant parfois dans toute la maison, leur impuissance à m'aider, bon dieu que ça leur a fait du mal!!!! Et pendant longtemps je m'en suis voulu, accentuant encore un peu plus ma dépression au passage. Mais c'est pas moi la responsable. Je fais tout ce que je peux pour les préserver des mes pathologies, leur éviter du stress ou de la déprime, et pour m'en sortir (le tout sans obligation de réussite, on est pas tout puissants!), ça j'estime en être responsable. Mais les problèmes initiaux, ce sont elles qui les ont amenés, pas moi, elles: ces fichues pathologies que je n'ai jamais JAMAIS demandées. C'est dur à encaisser que mes proches aient mal à travers moi, mais tant que je fais ce que je peux pour limiter la casse, ce n'est pas ma faute.

Regretter amairement en descente et le lendemain faire comme si de rien n'était et avoir que une seule envie reconsommé, avoir des cravings tout les jours bah je me sens faible et forcément ça joue sur mon estime de moi.

Ouai il parait que c'est assez typique sad Mais là encore, d'autres pathologies provoquent un dysfonctionnement socio-professionnel et une souffrance cliniquement significative. C'est même carrément une part essentielle et centrale dans la définition de maladie psychique au sens large. L'addiction (à ne pas confondre avec le simple usage encore une fois, qui lui n'est pas une maladie) que tu vis ne fais pas exception hmm  ...est-ce ta faute?


fafefifofu a écrit

Et non il ne faut pas se flagelé mais d'un autre cotés c'est moi qui décide de consommé encore et encore (même si c'est pas si simple que ça on est d'accord).

Oui et non. Hey, déjà de base la croyance qu'on est maitres de nous-mêmes est erronnée. Ta conscience c'est quoi? 10% de ton cerveau? Tout le reste, tu le contrôles pas. Tes pulsions et tes mouvements non plus (sauf en faisant un travail sur toi de plus ou moins longue haleine). "On ne bouge pas par volonté, mais pas instinct" disait Scilabius dans sa vidéo qui a massivement été ditribuée sur le forum récemment.
Tu ne contrôles pas plus ton addiction que ta dépression, il faut des thérapies, éventuellement médicaments, etc... (sans parler du PAWS que tu dois te chopper actuellement avec l'arrêt de la metha, et qui ne durera pas toute ta vie loin de là wink ).

Après vu ton état, il vaudrait mieux tenter de te battre pour t'en sortir si tu le souhaites, avec les professionnels qui vont bien si tu en trouves. C'est un parcours difficile, ponctué de rechutes (qui ne signifient pas un retour totalement en arrière, la guérison n'est pas linéaire, on progresse, on rechute, on reprogresse un peu plus, etc) de longue haleine mais qui a des chances de payer. Comme pour toute maladie psy chronique en fait hmm
Attends peut-être que le PAWS de méthadone soit passé cela dit si possible, histoire de ne pas en rajouter, tu vis déjà un moment de sevrage difficile là.


C'est juste que j'ai l’impression que ça me dépasse et je me sens relativement faible, mais ça ne m'empeche pas d'avoir de l'espoir pour le futur, car je sais faire preuve de grande volonté quand il le faut, mais souvent il faut que je me prenne un mur dans la gueule avant, et je m'en suis déjà pris plusieurs, ça fais jamais du bien ... j'aimerai bien réagir avant.

Jsuis un peu pareille ^^"

Dernière modification par Morning Glory (16 septembre 2021 à  16:32)


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
3410
Inscrit le 23 Jul 2016
579 messages
Désolé je réponds 3 ans après ... ^^

Ba tu vois la dépression et la phobie sociale ça fait grosso modo la même chose.

Je pense personnellement que c'est lié.
J'ai remarqué que e étant en état dépressif, j'ai tendance à faire de moins en moins de chose, ce qui fait que j'ai l’impression de n'avoir rien à raconté ou à apporté aux gens et que de toute façon ce que je fais c'est de la merde, et pourtant je sais bien que c'est faux, suffit juste d'être confronté à la situation et si on est avec des personnes avec qui le courant passe un minimum ça se passe bien.
Souvent avant de sortir (et surtout quand c'est des nouvelles rencontres), j'ai vraiment pas envie d'y aller je veux rester tranquille au chaud chez moi mais je regrette rarement de faire l'effort.
Après j'avoue que l'alcool aide beaucoup aussi ... je m'étonne des fois ...
Après le truc c'est de surtout réussir à cassé ces cercles vicieux, même par des petites choses mais c'est pas facile.

Après vu ton état, il vaudrait mieux tenter de te battre pour t'en sortir si tu le souhaites, avec les professionnels qui vont bien si tu en trouves. C'est un parcours difficile, ponctué de rechutes (qui ne signifient pas un retour totalement en arrière, la guérison n'est pas linéaire, on progresse, on rechute, on reprogresse un peu plus, etc) de longue haleine mais qui a des chances de payer. Comme pour toute maladie psy chronique en fait hmm
Attends peut-être que le PAWS de méthadone soit passé cela dit si possible, histoire de ne pas en rajouter, tu vis déjà un moment de sevrage difficile là.

Oui c'est ce que je comptais faire, je suis entrain de chercher du taff, et je vais passé un entretien pour une formation d'ici le mois de septembre je compte au moins attendre de voir comment ça passe car je pense que ça me fera déjà beaucoup de bien, ça me remettra dans le mouvement, et ça m'occuperas et me changeras de contexte.
Le seul truc qui me fait un peu peur c'est ça fait longtemps que j'ai pas taffé ou que j'ai pas repris les études, et lors de mes anciens taffs ou études, je consommais quand même et ça à quand même pas mal empiété même si j'ai limité la casse ....

Dernière modification par fafefifofu (20 septembre 2021 à  12:10)

Hors ligne

 

Zion_420 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 06 Nov 2020
25 messages
personnellement c'est plus la drogue est une échappatoire,
si j'ai besoin de m'echapper, je suis faible, ensuite si je fuit constamment
bah je suis encore plus faible, et quand je sais plus m'arreter j'ai l'impression d'etre "sans valeur" trop fragile pour le monde, alors j'ai honte
(je precise quand meme que bien qu'ayant essayer beaucoup de chose, j'ai la chance de n'avoir réellement accrocher qu'au produit "bien vue"(psyche/cannabis/alcool)

Dernière modification par Zion_420 (20 septembre 2021 à  12:20)

Hors ligne

 

Rick
modo zombie al qaïda drinking babyblood
5801
Inscrit le 18 Sep 2018
4511 messages
Blogs
parfois j'ai l'impression que les usagers se jugent plus durement que le reste des citoyens.

dans le sens où certains vont s'en vouloir énormement pour une addiction dont tout le monde se moque

je pense que cette autoviolence n'apporte rien de bons aux usagers et qu'elle alimente un cercle vicieux.

Contacter ou analyser un échantillon de drogue (gratuitement et anonymement)? envoyez un mail à l'équipe : modos@pscychoactif.org
https://www.psychoactif.org/sintes

En ligne

 

joel92 
Nouveau Psycho
100
Inscrit le 05 Mar 2019
158 messages
Blogs
J'ai pas lu les réponses mais je me permet de répondre.

Avant j'avais une très faible estime de moi en tant qu'usager parce que je me laissais complètement dépasser par ma consommation, jusqu'au printemps dernier a peu près.

Cannabis a outrance et incapable d'arrêter ou de faire des pauses pendant plusieurs années, (arreté il y a 7 ans), j'avais pas un rond et tous mes sous passaient la dedans.

Alcool : incapable de m'arrêter une fois que j'avais commencé, black outs, conduites à risques etc...

Puis j'ai consulté en addicto cet hiver et j'ai un peu avancé.

Je ne m'autorise plus que la kéta, le lsd, et l'alcool a dose modérées (que des bières qui ne sont pas trop fortes pour éviter tout débordements), et j'arrive à me tenir.

Du coup j'ai une bien meilleure estime de moi !

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
    Il y a 8jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des...
    Il y a 1jCommentaire de babaji (10 réponses)
     Appel à témoignage 
    Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
    Il y a 8jCommentaire de Caïn (38 réponses)
     Appel à témoignage 
    Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    Il y a 3jCommentaire de La Tite Zaza (33 réponses)
     Forum UP ! 
    Market - Problème C******n Authentification à deux facteurs
    Il y a 20hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Drogue info - Gbl bleu à la lavande
    Il y a moins d'1mn
    1
    Commentaire de Rick dans [GBL, GHB, 1.4-BD...]
    (12 réponses)
     Forum 
    Effets - Le poppers
    Il y a 2mnNouvelle discussion de juba013 dans [Poppers, solvants et...]
     Forum 
    Gérer sa consommation - Gestion de l'alcoolo-dépendance
    Il y a 4mn
    11
    Commentaire de juba013 dans [Alcool...]
    (237 réponses)
     Forum 
    Recherche la galaxie des phénotypes
    Il y a 6mnCommentaire de Rick dans [Cannabis...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Blacklistée dans toutes les pharmacies de ma ville
    Il y a 8mnCommentaire de artag dans [Codéine et dihydrocod...]
    (7 réponses)
     Forum 
    Expériences - Retour d'expérience fabrication et conso Dmt, changa
    Il y a 11mn
    5
    Commentaire de Komoto122 dans [DMT, changa et ayahua...]
    (6 réponses)
     Forum 
    [TR] 2CB FLY, probable syndrome sérotoninergique
    Il y a 15mnCommentaire de zizitaupe_meille... dans [RC Psychédéliques...]
    (5 réponses)
     Forum 
    J hésiter entre 2 molécule loxapac ou tercian ici donnez moi votre...
    Il y a 17mnCommentaire de Annnnnonyme dans [Médicaments psychotro...]
    (17 réponses)
     Blog 
    Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
    Il y a 4h
    2
    Commentaire de 3MMCBro dans le blog de Equipe de PsychoACTIF
    (7 commentaires)
     Blog 
    La chienne et le puma
    Il y a 2j
    1
    Commentaire de joel92 dans le blog de zizitaupe_meilleure_bande
    (1 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 17:10
     PsychoWIKI 
    Kanna (Sceletium tortuosum), effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    smoule, Magi nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Premier trip sous truffes
    par Xaxaxahehehe, le 07 Sep 2021
    Coucou Je vais vous raconter mon trip aux truffes hallucinogènes plutôt étonnant que j’ai vécu récemment. Pour information je suis un homme de 20 ans, 1,74m, 60kg, débutant dans la drogue dite dure. C’était ma première expérience avec la psilocybine. J’ai acheté il y a un mois en...[Lire la suite]
     Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    par L'Apoticaire, le 15 Jul 2021
    Les stéribox sont pour moi (et beaucoup d'autres usagers qui sont passés à du matos plus adapté à l'IV de drogues que les stéri) carrément obsolète, certes c'est évidemment infiniement mieux que d'utiliser une cuillère à soupe sale avec de l'eau du robinet, de filtrer sa solution avec un...[Lire la suite]
     1 ère expérience 1cp-LSD
    par Cartooner, le 12 Jul 2021
    1 ère fois au 1cp lsd : 220 mcg en 2 drop Je suis chez ma copine il est 16h, je m’envoie 110mcg et elle 75 Les effets commencent à se faire ressentir rapidement pour moi, nous sommes en intérieur pour le moment. Soudainement une envie folle de manger du chocolat kinder x) J’en mange, je ne s...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Au top comme d'habitude dans [forum] Ingerer Dmt + IMAO
    (Il y a 31mn)
    Edifiant... Flippant :( MG ~ dans [forum] Perquisitionné par la douane pour 500g de kratom
    (Il y a 5h)
    Il faut peut être avoir toucher les côtés de merde pour se résonner. J-Cat dans [forum] Est-ce que certains ont réussi à avoir une consommation occasionnel long terme ?
    (Il y a 7h)

    Pied de page des forums