Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ? / PsychoACTIF

Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ?

Publié par ,
2086 vues, 22 réponses
glob44 
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 16 Oct 2021
53 messages
Bonjour à tous.

Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ? et si oui pourquoi ?

Hors ligne

 

plotchiplocth 
Modérateur
3300
Inscrit le 13 Mar 2019
2244 messages
Blogs

glob44 a écrit

Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ? et si oui pourquoi ?

pour ma part, je ne crois pas au découpage "drogues dures/molles". ca me semble des catégories employées pour justifier la prohibition
alors je répondrai à ta question en disant que pour moi l'alcool est une substance psychoactive.
pour compléter, je pense que ca dépend bien de chacun, et de son contexte d'usage. parmi les drogues que je consomme je suis perso bcp plus dépendant au cannabis (fumé avec du tabac) qu'aux amphétamines ou à l'alcool.

Hors ligne

 

glob44 
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 16 Oct 2021
53 messages

plotchiplocth a écrit

glob44 a écrit

Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ? et si oui pourquoi ?

pour ma part, je ne crois pas au découpage "drogues dures/molles". ca me semble des catégories employées pour justifier la prohibition
alors je répondrai à ta question en disant que pour moi l'alcool est une substance psychoactive.
pour compléter, je pense que ca dépend bien de chacun, et de son contexte d'usage. parmi les drogues que je consomme je suis perso bcp plus dépendant au cannabis (fumé avec du tabac) qu'aux amphétamines ou à l'alcool.

Je suis plutôt d'accord avec toi, c'est plus la manière dont on consomme un produit qui le rend plus ou moins néfaste et non le produit en lui-même.

Hors ligne

 

Sufenta
Modérateur
600
Inscrit le 11 Apr 2015
6196 messages
Non c’est une drogue molle ^^

Plus sérieusement c’est une drogue causant des dommages aussi élevé, voire plus que certaines drogues considérées plus dangereuses ex coke (crack), héroïne, amphétamines.

Après il faut voir à quel niveau mais que ce soit dans santé, sociétale, ou dépendance elle est bien placée si il y a de l’abus avec des conséquences non négligeables

Dernière modification par Sufenta (01 mars 2022 à  17:41)


SINTES: Analyse de produits :
https://www.psychoactif.org/sintes

Hors ligne

 

Marco 68 
PsychoHead
Italy
2400
Inscrit le 29 Jan 2019
1322 messages
No c'est une drogue liquide..
Reputation de ce post
 
c'est vrai ca

La Fiorentina é una fede

Hors ligne

 

Anonyme6525
Invité

plotchiplocth a écrit

glob44 a écrit

Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ? et si oui pourquoi ?

pour ma part, je ne crois pas au découpage "drogues dures/molles". ca me semble des catégories employées pour justifier la prohibition

Peut-être que la séparation dure/douce est trop noir ou blanc. Mais nier qu'il y a une différence de potentiel de toxicité entre chaque produit / ROA est un non sens.

 

Wolfyy 
Nouveau Psycho
France
1000
Inscrit le 26 Sep 2021
67 messages
Blogs
Jte présente une drogue qui a la capacité de te faire faire des choses que tu n'aurais jamais imaginé faire sans l'emprise de cette substance et que bon nombre de personnes regrettent d'avoir fait le lendemain.

Elle fait partie du petit nombre de drogues dures dont le sevrage sec après une lourde conso et une grosse addiction, peut te tuer.
Si tu en abuses tu peux vomir, t'évanouir, te noyer dans ton vomi, mourir.
Tu peux aussi blackout et meme pas à des doses dangereuses pour ta santé donc tu ne te souviendras meme pas de ce que tu as fait la veille.

Encore tant de choses à dire.
Maintenant pour parler brièvement des effets positifs, c'est une drogue qui désinhibe x1000, tu as un puissant sentiment de bien-être, d'euphorie sociale, etc.

Si je te dis pas que cette drogue s'appelle l'alcool mais le T-MA-XWTY-58 par exemple, est-ce que tu voudrais tjrs en prendre ?

Bon voilà je schématise mais oui dans un cadre de réflexion drogues douces / drogues dures, je place largement l'alcool dans le rayon drogues dures. j'en ai moi même subi des gros dommages.

Et sinon pour aller plus loin, il n'y a pas de drogue douce, pas de drogue dure, que des utilisations douces et des utilisations dures.
Un gamin de 14 ans qui fume 2g de beuh par jour je classe ça en utilisation dure et un adulte de 40 qui fait tous les 3mois une soirée cocaine avec ses potes je classe ça en utilisation douce.

Dernière modification par Wolfyy (01 mars 2022 à  19:58)


La drogue ? C'est pas trop ma trace de ké

Hors ligne

 

AnonLect 
Psycho junior
6300
Inscrit le 26 Jun 2019
423 messages

Anonyme6525 a écrit

Peut-être que la séparation dure/douce est trop noir ou blanc. Mais nier qu'il y a une différence de potentiel de toxicité entre chaque produit / ROA est un non sens.

Plutôt d'accord, mais la dichotomie drogue dure/douce est un peu débile a mon sens, non pas car aucune drogue n'est plus "dure" ou même "crade" qu'une autre ( entendre par la un ratio plus ou moins élevé entre effets recherchés et toxicité intrinsèque potentielle) ... mais car concrètement, à part le cannabis, quelle drogue est classifiée comme "douce"  dans l'acceptation commune ? lol

Le café/le sucre/le gras/le sport/le sex etc. ? C'est, dans 99.99% des cas pas vraiment considérées comme des drogues.

Quelques obscures nootropics ? Le Piracetam et assimilé peut être ? Le phénibut ? La laitue vireuse, inconnue au bataillon ? thinking
Ah si ! Peut être le protoxyd d'azote ? thinking

En gros dans les discours commun :
-drogue douce = cannabis.
-Alcool = pas drogue mais alcool, une catégorie spécifique.
-Tous le reste = drogue dure, à part quelque psychés peut être, et encore, vu l'effet que ça a dans l'imaginaire collectif c'est souvent considéré comme une drogue "dure".

Donc bon parler de "drogue douce" pour désigner le cannabis... autant dire cannabis quoi lol

Sinon pour répondre à la question du topic, l'alcool est bien évidemment une drogue, "dure" si tu veux, car il a tout simplement toutes les caractéristiques communemment admises pour définir une "drogue"

drogue-peace

Hors ligne

 

plotchiplocth 
Modérateur
3300
Inscrit le 13 Mar 2019
2244 messages
Blogs

Anonyme6525 a écrit

Mais nier qu'il y a une différence de potentiel de toxicité entre chaque produit

oui tout a fait d'accord. comme rappelé, l'alcool a en ce sens la particularité pharmacologique de pouvoir entrainer la mort en cas de sevrage sec dans certains cas de dépendance ancrée (et d'autres particularités pharmacochimiques). bien placé pour le savoir, j'ai été alcoolodépendant, et plusieurs de mes proches sont morts dans ces circonstances.

un mot d'hommage à mon frère, décédé il y a un peu plus d'un an, de rupture d'anévrisme pendant une crise de delirium tremens. meme si on se voyait peu, tu me manques terriblement...

je le redis, les termes drogues dures/molles pour moi ne renvoient à rien de plus que à leur instrumentalisation politique et leur prohibition. Rien que le terme drogue d'ailleurs... pour moi juste du BULLSHIT

après, parler du potentiel de toxicité de substances psychoactives c'est autre chose. et surtout, ca ne doit pas masquer les bénéfices potentiels considérables que l'on peut tirer parfois de leur usage. car ce ne sont pas que des substances chimiques dans un organisme vivant, c'est aussi et sans doute avant tout un phénomène social, prenant sens dans notre monde social, pour nous êtres sociaux
dans ce sens, leurs potentiels bénéfiques/néfastes dépend AMHA grandement du sens social qu'elles portent/qu'on leur donne, de l'usage qu'on en a, et aussi (un peu) de leur chimie. et si certaines substances sont plus toxiques que d'autres, cela ne présume en rien de leur balance bénéfice/risque. A trop parler de risques potentiels, je crois qu'on risque de finir par oublier les bénéfices concrets et éprouvés de leur usage
dans ce sens toujours, ca parle finalement plus de la place des risques dans notre société, de ce que notre société fait des risques

un lien vers un article qui evoque la constitution politique de ces catégories
https://www.cairn.info/revue-francaise- … tratifs%2C

au fond, à coté de la réduction des risques, il est intéressant de développer la potentialisation des effets bénéfiques, pour que tout ne se résume pas au risque, qui à force devient danger. car il me semble que dans l'expérience de ces substances, le risque finalement n'apparait qu'au second plan, après les bénéfices que l'on en tire
avec la RdR, pensons aussi la RdEB !(reconnaissance des effets bénéfiques)

les drogues que j'ai consommées/que je consomme, parfois hautement neuro/cardiotoxiques, m'ont permis de vivre convenablement. je les en remercie 1000 fois

Dernière modification par plotchiplocth (01 mars 2022 à  21:50)

Hors ligne

 

PetitRancor 
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 19 Mar 2019
67 messages
Hello !

L'alcool est une très petite substance, molécule appelé éthanol qui agit sur le système nerveux central (augmentation de la dopamine, sérotonine, gaba etc.. les récepteurs du biens être en gros) à force de consommer oui ça a clairement les même actions que la drogue comme la mdma ou cocaïne par exemple, juste en moins prononcé, ça reste une "drogue" Même une drogue dure comme on les appelles même si j'aime pas ce terme.. Douce, dure.

Malgré son image festive, on peut vite devenir addict donc fait attention, je suis tombé dedans donc je sais ce que c'est wink

Peace ?

Hors ligne

 

anonyme784532 
Banni
800
Inscrit le 19 Dec 2020
573 messages
Blogs
Je confirme les membres qui disent que c'est très dur d'en sortir de l'alcool et en tant que proche d'un parent alcoolique, en l’occurrence mon père, je vous l'assure que c'est dur à vivre pour la famille.

Si vous le saviez, j'ai vu mon père dans un tout as de situation. Je ne peux pas me mettre à sa place, je ne sais pas ce que sais concrètement à être en proie à cette addiction mais je vous le garantis que les proches en souffrent ! et pas qu'un peu.

Cela a été dur à vivre toutes ces années où mon père buvait à ne plus pouvoir s’arrêter, vu un temps il avait un rythme effréné. sur une semaine il buvait jusqu'à trois à quatre jours d’affiler et pas qu'un peu et puis pause et puis rebelote comme ça jusqu'à ce qu'il tombe malade (maux de tête, vomissement etc)

Il a commencé à boire ados et il n'a jamais pu s'arrêter; ce n'est pas à prendre à la rigolade l'alcool, ça fait sans doute souffrir la personne qui est en proie à son addiction et les proches aussi en pâtissent.

À présent mon père est relativement âgée la soixantaine et il n'a jamais pu totalement cesser mais il a largement diminué son rythme d'alcoolémie. Il boit moins qu'avant, il lui arrive d'être saoul mais de temps en temps.

Je ne lui en veux pas a mon père quant au fait qu'il n'a jamais pu s'arrêter mais je lui en veux d'avoir été fut un temps très toxique psychiquement parlant, en plus de l'alcool.

Depuis peu je suis suivi, je fais une thérapie car j'en ai gardé des séquelles de tout ça, des traumas.

Lorsqu'on à été au premier rend de ce que cela pouvait donner l'alcoolisme ça calme !

Perso je ne bois pratiquement pas d'alcool, voir mon père dans tout ses états ma dégoûter de l'alcool.

Quant à sa santé il est chanceux, on peut dire qu'il touche du bois, il n'a aucun signe de cirrhose ou quoi ce soit d'autre, il y a quelques années cela dit-il a fait un accident ischémique transitoire (EsT) mais je ne saurais pas dire si cet accident à un quelconque lien avec l'alcoolisme, je ne suis pas médecin et il a un niveau de plaquette très faible mais là encore je ne saurais pas dire si cela à un lien avec l'alcoolisme mais ça ne l'empêche pas de vivre une vie normale.

L'alcool à je trouve une place à part entière, à l'égard du reste des substances, à la différence de tout un tas de substance elle est ultra banalisée, au point ou il y a même des vidéos de jeux d'alcool sur YouTube entre vidéastes.

Imaginerez-vous la même chose avec une quelconque autre substance ?

Hors ligne

 

Zarathoustra 
Psycho junior
France
100
Inscrit le 27 May 2017
441 messages
Blogs
L'enrobage de l’éthanol dans de la culture ou simplement des saveurs appréciées permet de detourner les regards sur son identité de drogue.

Du gbl dans du pamplemousse basilic reste du gbl. De l’éthanol avec de la menthe etc ça sera un cocktail avec un nom fleuri.

Dans un grand Bourgogne,  de la culture.

En terme de toxicité l'alcool reste dans le haut du panier. Les addictions sont très difficiles à guerrir. Bien plus que la weed, la coke, la mdma etc... le crack et les opiacés étant eux très compliqués.

La notion de dur n'a aucun sens. Sinon séparer le consommateur d'alcool, qui a un statut légal, des drocues illicites.

On pourrait classifier, et  c'est le cas, les drogues selon leur identité puis élaborer des schémas.

Dans ce cas l'alcool sera pas loin du crack, de l'héroïne, de la meth.

Bien que tu trouveras de la vodka immonde dans n'importe quelle épicerie... à 8 euros le litre.

Une petite weed pas forte dans un jardin et tu seras un délinquant. Car considéré comme "dure"

Plus en mesure de modérer. J'aime les excès et déteste encore plus ses conséquences. C'est trop ou rien

Hors ligne

 

Vinzz35 
Nouveau Psycho
000
Inscrit le 07 Dec 2018
179 messages
Coucou,

Sans rentre dans le débat dur douce qui est un non sens, l'alcool est la drogue qui m'a posé le plus de soucis.

Obligé de me faire soigner pour décrocher, j'avais galère pour la c seul mais ça l'a fait, pas le cas pour l'alcool...

Sur la fin je buvais une bouteille de scotch par jour, sous lysanxia et deroxat...

Après on est tous différents... Je reste persuadé que la génétique joue aussi !!

À plus

Hors ligne

 

Unposcaille 
Psycho junior
900
Inscrit le 29 Nov 2020
355 messages
Blogs
Je ne crois pas en la séparation drogue dure/drogue douce, par contre j'ai vu les effets ravageurs de l'alcool sur mon oncle qui en est mort, et est passé par plein d'étapes horribles avant sans qu'on ne puisse rien y faire. Aussi il était à sec tous les mois alors il a volé mon grand père (1000e) et demandé à la personne qui faisait le ménage chez lui et s'occupait de sa paperasse qu'il ne pouvait pas faire car soûl h24 de dire que le gardien l'avait violée pour gagner de l'argent. Il ne bougeait plus de son canapé et faisait ses besoins dans un seau. On a essayé de l'amener en desintox mais il n'y avait plus de place, et l'hôpital n'a pas voulu le garder. Il hurlait sur les passants, si bien qu' une fois il a fini au poste où il a tellement gonflé les policiers qu'ils l'ont relâché. Les voisins ne l'aimaient pas pour ces mêmes raisons. Vraiment on ne le reconnaissait plus. Quand ma mère a compris qu'il n'aurait jamais de place en desintox et allait finir par se tuer elle a proposé de le prendre chez nous malgré son comportement exécrable pour qu'il n' en meure pas. Mais il ne voulait rien entendre. Il a tenu six mois comme ça.

En clinique psychiatrique et en clinique psychiatrique de jour j'ai aussi eu beaucoup de témoignages de personnes en galère avec cette substance et qui avaient du mal à s'en sortir malgré la volonté. Pour moi la seule raison pour laquelle l'alcool est normalisé c'est que les lobbys du vin et de l'alcool en général sont très puissants, plus le côté culturel de la chose. Chez moi on boit tous les jours sans voir le problème (ma mère est plus lucide que mon père la dessus). J'ai même une amie jeune qui m'a dit que boire du vin tous les jours et a plus de deux verres c'était culturel et pas de l'alcoolisme. Pour conclure, je ne pense tout simplement que l'alcool est une drogue à part entière, une drogue dangereuse dont on sous estime l'aspect négatif parce que sa consommation est socialement acceptée voire encouragée. Y' a qu'à voire comment on m'a forcé à prendre "juste un verre" quand j'étais sous traitement lourd ou comment on incite ma sœur qui ne boit pas à boire.

Mon père refuse de boire autre chose que du vin. Cet été, il se plaignait de nouveaux effets secondaires de ses médicaments liés à la chaleur, et on a du s'y mettre à deux avec ma belle mère pour lui faire comprendre que c'étaient des symptômes de déshydratation et qu'il devait boire plus d'eau. Il a juste ajouté de l'eau dans son vin.... Ça commence à m'inquiéter. Il n'est pas ivre quand il n'y a pas d'invités (je l'ai déjà vu minable plusieurs fois avec weed+alcool) mais il est irritable tout le temps et je sens en lui une tristesse profonde que je le vois noyer dans l'alcool et la consommation excessive de weed (a ne plus pouvoir marcher). Après c'était prêt à faire quatre heures de route (aller) pour me gronder quand il a trouvé des benzos et des opioides dans mes affaires.... Je ne nie pas les dangers de ces substances, je veux juste dire qu'il a toujours glorifié son usage de substances jeunes (ma mère et mon parrain aussi) et que j'ai baigné la dedans, c'était mon choix mais il vaut mieux se regarder dans la glace d'abord. Juste que pour lui c'était mauvais parce que c'était "de la chimie" tandis qu'à côté il boit et fume a ne plus pouvoir marcher... Au nouvel an, une fois il s'est fait dessus tellement il était minable et une année à Noël il a fait tomber le sapin... Je sais qu'il a ses propres problèmes, qu'il est résistant à tous les traitements et tout, mais j'aimerais tellement qu'il se prenne en charge avant que ce soit trop tard...

Dernière modification par Unposcaille (20 septembre 2022 à  13:46)

Hors ligne

 

Bruno67 
Nouveau membre
100
Inscrit le 17 Jul 2022
43 messages
Bonjour ,

Une drogue dure en vente libre , et qui fait tourner le système .



Bruno
Reputation de ce post
 
Exact bonne drogue qui endors l esprit des que esclaves modernes!

Hors ligne

 

Fastofle 
Nouveau Psycho
France
100
Inscrit le 02 Apr 2019
70 messages
Blogs
Bonjour à tous,

je ne vais pas revenir sur la notion de drogue dure et douce qui n'a aucun sens, ça a déjà était bien expliqué ci-dessus.

Personnellement je considère que c'est le produit qui me met le pus en difficulté. Je consomme de la 3mmc dans un contexte sexuel, de la cocaïne de façon épisodique, j'ai arrêté la clope et je fume mon pétard tous les soirs. Mais l'alcool je galère plus à le gérer.

Que ce soit seul ou en soirée j'ai du mal à dire stop quand je commence à consommer. Si bien je peux rester stoïque devant une trace de CC ou ne pas redroper de façon compulsive de la 3m je me la colle dés que je bois.
Du coup pour moi c'est abstinence depuis quelques jours car je sais que je ne gère plus cette molécule.

Voila c'était ma petite pierre à l'édifice.

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
2900
Inscrit le 04 Aug 2014
8114 messages
Drogue dure, drogue douce, tout dépend de l'usage qui en est fait.
L'alcool, dans mon histoire perso a été un drogue dure avec des conséquences néfastes et c'est devenu une douce drogue.
Je place des limites en terme de quantité et d'occasions.
Enfin je ne donne plus de limites, c'est un truc frustrant, j'ai appris à créer un bon set and setting tout simplement ou du moins un set and setting qui me convient.

Just say no prohibition !

Hors ligne

 

joel92 
Psycho junior
400
Inscrit le 05 Mar 2019
209 messages
Blogs
Je suis clairement pour la position qui ne fait pas la différence entre drogue dure et drogue douce, et qui parle d'usages.

SAUF pour l'alcool. Sincèrement.

C'est tellement banalisé que j'ai aucun problème à dire que c'est une drogue dure si le contexte m'y amène. Genre quelqu'un qui me juge sur ma consommation de drogues alors qu'il/elle a un verre d'alcool à la main, je vais pas avoir de mal à lui dire de faire la part des choses et que si il/elle considère que je prends des drogues dures, alors je considère que c'est pareil pour lui/elle.
Reputation de ce post
 
idem

Hors ligne

 

Marco 68 
PsychoHead
Italy
2400
Inscrit le 29 Jan 2019
1322 messages
Oui  tout a fait

La Fiorentina é una fede

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
2900
Inscrit le 04 Aug 2014
8114 messages
Parfois le non stupéfaits, ceux qui ne consomment que de l'alcool sont totalement solidaires et ne comprennent pas la prohibition.
D'autres, dans le déni, ne consomment pas un stupéfiant, considérent qu'ils ne se droguent pas.
J'en ai connu un, un champion.
Pas stigmatisant, je l'invite à l'apéro avec sa femme, 80 balais tous les deux.
Je claque un joint, on voit un blanc bien frais et on parle drogues.
Lui me dit qu'il ne s'est jamais drogué.
Je ne dis rien, mais il tempéré, avoue un problème de vocabulaire et admet que l'alcool est une drogue sans que j'ai besoin de lui faire une démonstration.
A ce moment là, sa femme lui dit qu'il a la mémoire courte.pasdebol
Grosse école d'ingé dans les années 60, sa femme lui rappelle les nuits difficiles dues au maxiton qui rythmait ses révisions.
Nous avons tous trinqué à sa consommation d'amphétamines, qu'il avait déclassée du rayon drogues, car à cette époque, les amphés étaient ĺégalement prescrites.
Envie de perdre du poids, tenir la cadence ?
Une consultation suffisait.
Je n'ai pas connu le maxiton, mais fringanor et dinitel.
Toute une génération a consommé des amphétamines légales en France et un peu partout dans le monde.
Les amphé pharma sont devenues politiquement incorrectes bien après la moi de 70.
L'industrie pharma dicte parfois ce qui est stup ou ne l'est pas.
Des amphés sans gros rush et la morale est sauve.bleu-trompette

Just say no prohibition !

Hors ligne

 

Cub3000 
Adhérent PsychoACTIF
2000
Inscrit le 06 Feb 2019
539 messages
Blogs
Comme la plupart des collègues : je considère la distinction drogue dure / drogue douce pas très pertinente.
En revanche l'alcool est bien, d'après mon expérience, une drogue dangereuse, difficile à maîtriser, ayant un lourd impact potentiel sur la santé, sur la vie sociale, professionnelle etc...La dépendance est pernicieuse, s'installe lentement, pouvant laisser longtemps l'illusion d'une consommation raisonnée, non-problématique.
Je consomme pas mal de substances mais objectivement l'alcool est vraiment la seule à me poser problème...

...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

Figuration 
Nouveau Psycho
600
Inscrit le 14 Feb 2020
166 messages
Pareil que tout le monde, je ne classifie pas, seulement selon le rapport avec le produit. (d'ailleurs la drogue dite douce qu'est le cannabis a contribué au developpement de mon anxiete chronique)

Par contre l'alcool, aucun souci pour le dire : C'est une drogue dure, sans doute la pire. J'ai la chance de pouvoir l'ecrire.

Dernière modification par Figuration (24 septembre 2022 à  02:17)

Hors ligne

 

Psychonogeek 
Nouveau Psycho
France
110
Inscrit le 28 Mar 2022
119 messages
moi je dis drogue dure parceque kan tu es accro le sevrage c des tremblements convulsions délire mort . en plus c criminogène violence viol etc ... perte de dignité on peut se pisser dessus accidentogene tombé sur la tête ou sur la route se faire écraser ou tué les autres c une plaie de consommer de l éthanol kan on c que c du carburant pour véhicules a moteur du désinfectant solvant faut le voir comme un puissant biocide cytotoxique gerbe

En ligne

 

  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Alcool
  •  » Considérez vous l'alcool comme une drogue dure ?

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Addiction - Considérez-vous l’alcool comme une drogue ?
par Escape, dernier post 27 octobre 2021 à  22:28 par Douvid
  55
[ Forum ] Cocaine ou Crack comme alternative à l'alcool ?
par Wannalive, dernier post 23 avril 2021 à  19:00 par anonyme 710
  13
[ Forum ] Addiction - MOn histoire avec la drogue et l'alcool
par champi man, dernier post 17 octobre 2016 à  01:06 par NeoX
  4
  [ PsychoWIKI ] Baclofène dans le traitement de la dépendance à l'alcool
  [ QuizzZ ] Auto-évaluer votre consommation d'alcool
14678 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
10168 personnes ont déja passé ce quizzz !

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 3jCommentaire de Faust08 (12 réponses)
 Appel à témoignage 
Avez vous deja subi une "obligation de soin" pour les drogues ?
Il y a 10jCommentaire de VickNarobi (22 réponses)
 Forum UP ! 
Adb butinaca
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Première fois - Acheter ecstasy car j'ai fait un rêve
Il y a 11mnNouvelle discussion de bogosse93113 dans [MDMA/Ecstasy...]
 Forum 
Sniffer - Envie de tester la coke
Il y a 18mn
1
Commentaire de LeCorbeau_G dans [Cocaïne-Crack...]
(23 réponses)
 Forum 
La Mdma Peut crée de l’ Épilepsie ?
Il y a 25mnCommentaire de Para de papel dans [MDMA/Ecstasy...]
(1 réponse)
 Forum 
Consommer champignons frais
Il y a 33mnCommentaire de Para de papel dans [Psilocybe - Champigno...]
(3 réponses)
 Forum 
Peganum Harmala Ou rue de Syrie
Il y a 54mnCommentaire de Para de papel dans [Enthéogènes...]
(1 réponse)
 Forum 
Expériences - Je souhaite acheter de la MDMA (ou bien un dérivé synthétique proc...
Il y a 1hCommentaire de Hazema dans [MDMA/Ecstasy...]
(1 réponse)
 Forum 
Calmer les effets de la meth
Il y a 2hCommentaire de Garsduso dans [Crystal meth (méthamp...]
(1 réponse)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Peur de ne plus être "comme avant"
Il y a 5hCommentaire de Bhjfgeop dans [Codéine et dihydrocod...]
(1 réponse)
 Blog 
La libertad
Il y a 7hCommentaire de Kanekilife dans le blog de Kanekilife
(1 commentaires)
 Blog 
PhotoACTIF
Il y a 7h
9
Commentaire de Kanekilife dans le blog de meumeuh
(127 commentaires)
 Blog 
Est ce que vous recevez ça a la pharmacie ?
Il y a 7hCommentaire de Kanekilife dans le blog de hyrda
(6 commentaires)
 
  QuizzZ 
Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
Dernier quizzZ à 03:24
 PsychoWIKI 
Comment pratiquer le plug à moindre risque
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
MilleSalades, Pachtoul, Unmecnormaldebanlieue, ZepekMany nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par Faust08, le 29 Sep 2022
Coucou, Témoignage venant tout droit de Belgique (env 40 min de la frontière). Je suis à la recherche de TSO (typique ou atypique) depuis fin 2019 et cherche vraiment à stabiliser ma conso depuis debut 2021. En Belgique les CSAPA n'existent pas, ce sont les hôpitaux ,les ASBL et bien plus sou...[Lire la suite]
 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par cependant, le 28 Sep 2022
Salut, moi par contre je peux témoigner de quelques difficultés (difficulté accès, refus de prescription et refus de soin)...même si pour l'instant ça se passe plutôt bien ! Ça vient peut-être du fait que j'étais partie sur un TSO non officiel aussi, mais ça se révèle être un avantage...[Lire la suite]
 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par Fastofle, le 22 Sep 2022
Salut Pierre, je bosse dans une structure alliant un CSAPA et un CAARUD. Nous sommes dans les Hauts de France. Nous rencontrons ces derniers temps des difficulté d'orientation vers les généralistes du secteur pour la délivrance de traitement de substitution. Il y a plusieurs facteurs. - Dépa...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Très juste ! dans [forum] Mon rapport à la sexualité
(Il y a 8h)
Ca me rend parano... dans [forum] Envie de tester la coke
(Il y a 11h)
Hors sujet du forum dans [forum] Variole du singe
(Il y a 14h)
Merci pour l’article, qui rajoute des molécules suspectes à la fin! Zztop dans [forum] Dysfonctionnement sexuel lié aux anti dépresseurs et aux autres molécules
(Il y a 16h)
Good news ! Bon courage pr la suite ! G-rusalem dans [forum] Juste 2 mois de gbl 24/7 mais ultra dépendant physique
(Il y a 17h)

Pied de page des forums