Obsessions et Drogues / PsychoACTIF

Obsessions et Drogues

Publié par ,
1699 vues, 12 réponses
#drogues #Fascination #Humain #obsession #Psychologique
Globuleis 
Nouveau membre
000
Inscrit le 13 Nov 2020
21 messages

J’ai remarqué que dans nos vies on parle souvent d’Addiction aux drogues, de Toxicomanie, de Dépendance, mais jamais on en vient à parler de ceux qui consomment sans être accros, de ceux qui entretiennent un rapport peut être plus Psychologique, plus Obsessionnel aux drogues, voire de Fascinatoire.

Ça peut paraitre un peu flou dit comme ça, mais je m’explique : je pense que la majorité d’entre nous ne sont pas des Addicts ou des Toxicomanes à proprement parler (sans aucun jugement pour ceux qui sont dans ces cas très délicats et difficiles), mais plutôt des consommateurs plus ou moins réguliers, ayant soit déjà surmonté une addiction, ayant un rapport plus sain aux drogues, ou simplement une consommation au rythme relativement libre et aux habitudes plus ou moins fortes ; tout ceci sans réelle dépendance physique aux substances.


Et pourtant c’est là qu’il y’a une profonde nuance je pense. Je prends mon cas en exemple pour l’illustrer : j’entretiens depuis l’adolescence un rapport très particulier à la came, j’ai traversé des phases ou j’étais constamment défoncé, pour tout arrêter du jour au lendemain pendant près de 2 ans, avant de revenir à une consommation plus douce, espacée de mois pour les hallucinogènes. Mais aujourd’hui, si je consomme tout au plus quelques joints par mois, et encore, il se passe quelque chose au fond de mon crâne de bien plus viscéral : je pense chaque jours à ma prochaine défonce, sans m’en rendre compte, sans même savoir quand ni comment, j’attend inconsciemment la prochaine fois comme un mirage au loin qui me fascine, comme la carotte au bout du fil qui me pousse à avancer car je sais qu’un jour ce moment « extraordinaire » arrivera. Je suis donc complètement obsédé, absorbé par la simple idée que je reprendrais un de ces jours, et je ne peux pas m’en empêcher. 


Alors, les rares fois où j’ai tenté d’imaginer une vie sans autres consos, je tombe rapidement en déprime, je peux même en pleurer. Impossible pour moi de me mettre à la place de ceux qui n’ont jamais consommé, tant c’est contradictoire et inconcevable dans mon esprit. Je peux rester dans cet état, sobre, des mois voir des années, mais au final toujours guidé par l’idée que quelque part dans mon avenir je consommerais à nouveau, et ça m’est presque vital. Les drogues jouent chez moi, et chez bien d’autres aussi je pense, un rôle non pas physique, mais bien plus psychologique, de maintient de l’équilibre mental, de mon envie de découvrir l’avenir, ; un spectre fascinant qui me berce doucement.



J’aimerais donc discuter de l’importance que peuvent jouer les drogues à plus grandes échelles sur nos consciences, qui bien au-delà de simplement nous permettre pendant un bref moment de nous évader, de plonger dans des expériences fabuleuses, s’assoient sur nos cerveaux et leur permettent d’avancer même dans les moments les plus durs. Je pense sincèrement que les drogues, et tout ce qui altère l’esprit, ont au sein de l’humanité une place plus que centrales, ne serait-ce que par leur présence, l’idée que ces expériences existent, et non pas forcément et seulement par leur consommation. Il suffit d’imaginer l’espace d’un instant, un monde sans aucunes drogues…


Humains et drogues ne peuvent se séparer selon moi, et c’est un amour étrange qui se retrace depuis la nuit des temps.



Qu’en pensez-vous ? Je ressentais le besoin d’en parler, je suis sûr que beaucoup auront des avis différents et singuliers, et c’est justement l’occasion d’en discuter.


Merci !

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3300
Inscrit le 04 Aug 2014
8172 messages
Si la drogue te fait souffrir quand tu n'en consommes pas, c'est que quelque part tu entres dans la case "addict ou toxicomane" telle que tu la définis certes sans jugement de valeur.
Quand au LSD, il faut en vouloir pour être accroc et même avec plein de bonne volonté, je n'ai jamais croisé quelqu'un capable de parvenir à un résultat abouti. fume_une_joint
Si vous trouvez, faites moi signe.

Dernière modification par Mister No (09 mai 2022 à  22:35)

Reputation de ce post
 
Merci

Just say no prohibition !

Hors ligne

 

Globuleis 
Nouveau membre
000
Inscrit le 13 Nov 2020
21 messages

Mister No a écrit

Si la drogue te fait souffrir quand tu n'en consommes pas, c'est que quelque part tu entres dans la case "addict ou toxicomane"

Alors la vraie question que je me pose, c'est quand est-ce qu'on franchi la limite ? Quand est-ce qu'on peut se dire qu'on a une forme d'addiction ? Et est-ce que on peut parler de différentes formes d'addictions (Psychologiques/Physiques...) ?


Le fait de ne pas avoir de dépendance physique suffit à ne pas être addict pour moi, mais peut-être que je me trompe. Ca fait des années que je reste obsédé à l'idée de consommer, quand bien même c'est très occasionnel. Ce n’est que psychologique, comme une ombre qui plane sur moi perpétuellement, mais ça ne me fait pas de « mal » au quotidien, ça me pousse juste à toujours entretenir cette envie, cette « idée » que je vais reconsommer.

Mais oui, cette idée me permet de me sentir bien où de continuer d’avancer, car comme je l’ai dis si on me l’enlève je tombe rapidement en déprime, je stagne, et je vois clairement très peu d’intérêt à continuer une vie coincée dans la réalité sans la présence des drogues comme une sorte d’épice magique qui relève tout, même par sa simple existence.



Malheureusement ce que tu me dis est surement très simple pour toi, mais ça me fait bêtement me rendre compte à quel point tout ce que j'ai pu dire au-dessus peut juste découler de mon cerveau qui ne se rend pas compte de certaines choses, et que j’essaye de parler de l’Obsession comme quelque chose de différent et psychologique, mais peut-être que non, peut-être simplement que je refuse de voir que j’entretiens aussi un rapport d’addiction, même inconscient, aux drogues…

Je continue donc de me tourner vers toi, et vous, sur ces questions.
Alors, qui se considère dépendant aux drogues, et de quelle manière si ce n’est pas trop indiscret ?

Encore merci, il n'y a qu'ici pour parler

Hors ligne

 

Cabaretvert 
Banni
North Korea
962
Inscrit le 30 Mar 2022
181 messages
Blogs

Globuleis a écrit

Et est-ce que on peut parler de différentes formes d'addictions (Psychologiques/Physiques...) ?

Salut, personnellement je dirais que c'est quand je connais les conséquences négatives de ma consommation je les ai identifié et je ne veux plus les assumer. Malgré ca, je continue pour le peu de plaisir que çela m'apporte.

En gros ca altère ma capacité à prendre une décision et à privilégier ce que je sais bon pour moi.



EDIT : Déso pour le double post

Dernière modification par Cabaretvert (10 mai 2022 à  06:22)


2 c'est pair, 3 c'est pas pair.
Il rêvait très lentement, car sa vie était lente.

Oublie de signer tout ses champis.

Hors ligne

 

Cabaretvert 
Banni
North Korea
962
Inscrit le 30 Mar 2022
181 messages
Blogs

Mister No a écrit

je n'ai jamais croisé quelqu'un capable de parvenir à un résultat abouti. fume_une_joint
Si vous trouvez, faites moi signe.

il doit bien y avoir des clubs pour s'entrainer dans de bonnes conditions et côtoyer le haut niveau ? Je vais contacter la fédé on va voir ce qu'ils en disent.


2 c'est pair, 3 c'est pas pair.
Il rêvait très lentement, car sa vie était lente.

Oublie de signer tout ses champis.

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11300
Inscrit le 22 Feb 2008
10064 messages
Blogs

Le fait de ne pas avoir de dépendance physique suffit à ne pas être addict pour moi, mais peut-être que je me trompe.

Bonjour, les opiacés entrainent toujours une dépendance physique mais la plupart des personnes traitées pour la douleur arrivent à arrêter la consommation si la douleur disparait. A condition évidemment de faire un sevrage progressif. Idem pour les AD dans la dépression ou pour les BZD.
Je dirais donc que la dépendance physique est presque toujours surmontable.

Inversement certains "dépendances" ne peuvent pas être physiques mais sont bien reelles, jeu, sexe etc..
Mais la plupart des dépendances ont "simplement" un rapport bénéfice/risques positif et nous continuons d'y adhérer parce que cela nous fait du bien. A la famille, aux amis, aux aliments que nous aimons etc.. et aussi aux psychotropes quand ils sont bien gérés.
Le problème de l'addiction survient quand nous continuons de consommer malgré un rapport bénéfice/risque défavorable et c'est presque toujours "psychologique". Et il y a évidemment de nombreux exemples en dehors des "drogues", obésité, violence etc..

Pour ton cas il y a un fort contraste entre une bonne gestion objective et une obsession. Il faudrait travailler la dessus. Un psychologue pourrat t'aider et pourrait etre remboursé ou gratuit dans un CSAPA. Amicalement

Dernière modification par prescripteur (10 mai 2022 à  08:29)

Reputation de ce post
 
Réponse très intéréssante

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Globuleis 
Nouveau membre
000
Inscrit le 13 Nov 2020
21 messages

Cabaretvert a écrit

Salut, personnellement je dirais que c'est quand je connais les conséquences négatives de ma consommation je les ai identifié et je ne veux plus les assumer. Malgré ca, je continue pour le peu de plaisir que çela m'apporte.

Merci à vous deux pour vos réponses très intéressantes,

Ce que vous dites se rejoint en un sens : les addictions sont omniprésentes dans nos vies, même fondamentalement, mais c’est dès lors que le rapport bénéfices/risques s’inverse que l’addiction devient problématique…
Toutefois, tu dis :


prescripteur a écrit

Inversement certains "dépendances" ne peuvent pas être physiques mais sont bien reelles, jeu, sexe etc..
Mais la plupart des dépendances ont "simplement" un rapport bénéfice/risques positif et nous continuons d'y adhérer parce que cela nous fait du bien. A la famille, aux amis, aux aliments que nous aimons etc.. et aussi aux psychotropes quand ils sont bien gérés.

Je pense que l’addiction au sens strict du terme engage toujours un aspect physique : tu parles du jeu et du sexe comme + psychologiques, mais par exemple une étude avait montré (à trouver là : https://www.youtube.com/watch?v=1IDherT … tPapillon) que lorsque le joueur compulsif appuie répétitivement sur un bouton, tire une manette, il stimule significativement une zone du cerveau liée au plaisir. Le fait de gagner ou non n’importe pas, c’est le petit laps de temps entre la mise et le résultat du jeu, dans l’attente, qui produit cet effet chez le joueur. Dans le sexe, c’est un peu la même chose, une stimulation du corps jusqu’à l’orgasme…et c’est pareil pour toutes les autres addictions je pense, nourriture, violence, douleur etc… tout se ramène à quelque chose de physique.


A contrario, ce qu’on qualifie de psychologique ne rentre pas dans ces cases selon moi. Le fait de voir sa famille, aimer un plat, faire telle ou telle activité relève + de l’envie et du besoin que de ce dont je parle : l’obsession. Lorsque l’on se réveille, se douche, faisons un trajet ou n’importe quoi, on ne passe pas sa journée à avoir au fond de la tête un plat qu’on rêve de manger, et ce sur plusieurs mois, idem pour tout autres plaisir du quotidien. L’obsession dont je parle n’engage rien de physique puisque dans mon cas par exemple, je consomme vraiment très occasionnellement, l’obsession c’est simplement, à presque tous les moments de la journée et de façon presque toujours inconsciente, l’esprit qui se rattache à une idée fixe en permanence. Se dire à pleins de moments dans son quotidien « est-ce que je consomme ? ce serait cool de consommer maintenant » sans jamais le faire, et sans même forcément avoir le matos sur soi. C’est la seule idée qu’il y’a un moment où je me défoncerais dans le futur qui me suffit, le fait que les drogues existent, et pas la consommation en elle-même…


Au-delà de ça, tu me conseilles un psy, mais la vraie question est est-ce qu’on peut se défaire d’une obsession ? En toute honnêteté, j’ai déjà penser à aller en parler, mais le problème c’est que rapidement ça diaboliserait le truc, ça en ferait un « problème » dans ma vie à résoudre ; la vérité c’est que je n’ai pas du tout envie de me détacher des drogues, je ne vois pas ça comme un problème, c’est un des piliers de ma vie, une chose qui me maintient par sa simple présence. Les drogues deviennent alors presque une question de survie, une porte de secours possible dans l’inconscient.



Dans le fond ça ne fait pas de mal, le seul problème c’est que de cette obsession découle un étrange fantasme plutôt malsain avec les prods… mais est-ce qu’on peut y faire quelque chose ? Est-ce qu’on peut changer nos obsessions, même différentes de celles liées aux drogues, c’est ça la vraie question. Je pense encore une fois que l’humanité repose sur de profonds fantasmes, sur des bases qui sont toujours plus où moins malsaines, que l’on se cache ou qu’on assume, et c’est bien ça dans le fond qui nous permet de continuer à vivre, ces intenses envies ingérables, presque complètement détachée de notre pouvoir d’action dessus, et selon moi il y’a à creuser là-dedans ensemble, en discutant.


Essayez de cibler l’espace de quelques instants, ce qui vous obsède le plus…chez la majorité des gens ça peut être l’argent, le sexe, le pouvoir, chez moi ce sont les drogues.



Encore merci pour vos réponses, et de prendre le temps de me lire !

thinking

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3300
Inscrit le 04 Aug 2014
8172 messages
Moi, c'est de prélever une bouture et c'est envahissant surtout en appartement.
A une période de ma vie, plus jeune il y a 30 ou 40 ans de cela, je pense que le search and destroy pouvait révéler une certaine forme d'obsession, à la limite un but à atteindre.
Mais maintenant, c'est différent, entre deux prises d'héro pas de frustration. Juste le bonheur de savoir que je pourrais me programmer un week end en camoureux.
Mais cela n'a pas toujours été le cas.

Est-ce qu’on peut changer nos obsessions, même différentes de celles liées aux drogues, c’est ça la vraie question.

Oh que oui. Avec une thérapie comportementale, tu pourrais transformer ton obsession, ton attente, ton impatience en bonheur dans la routine, entre deux. Perso, cela m'a permis de changer l'eau en vin sans me noyer à la piscine.
Par exemple. La suggestion de Prescripteur paraît plus que pertinente sachant que tu places facilement des mots sur ta situation.
Pour le choix ou estimer le besoin, tourne toi vers une structure.

Dernière modification par Mister No (10 mai 2022 à  21:30)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11300
Inscrit le 22 Feb 2008
10064 messages
Blogs
Bonjour, évidemment les psychologues diffèrent selon les techniques et les opinions, donc je ne peux pas te garantir que tu trouveras tout de suite quelqu'un qui va dans ton sens. Mais le principe, pour moi, est de consommer sans être obsédé. Et un psychologue peut t'aider. C'est comme être amoureux. C'est ce qui peut arriver de mieux sauf si on est obsédé, jaloux etc..
Donc, pour moi, consulter un psychologue ce n'est pas pour te sevrer mais pour consommer de façon plus sereine. Penser aux drogues n'est pas anormal mais en être obsédé est une source de souffrance et c'est ce qui te gêne.
Amicalement

Dernière modification par prescripteur (10 mai 2022 à  21:27)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Elios 
Nouveau membre
000
Inscrit le 23 May 2022
3 messages
Bonjour à tous et à toutes !
Je me décide enfin à écrire et j'espère ne pas effacer mon message cette fois ci.

Mon obsession pour la drogue à commencé même avant d'y avoir touché à 14 ans,
j'ai tout fait pour me rapprocher des punks,
des squats,
insister lourdement pour la première IV et ensuite j'ai continué jusqu'à n'avoir plus de veines.

Mon premier médecin a failli me tuer en ne voulant me presricre que du sub alors que je convulsais dans mon lit et que mon cerveau allait explosé, j'ai enfin trouvé THE médecin qui pendant
15 ans a été comme un père pour moi,
on s'aime énormément et nous sommes très proches, d'abord au sken le temps que j'arrête l'IV et ensuite protocole metha depuis mes 17-18 ans


Mon gros problème vient du fait qu'il vient de partir en retraite et le toubib que j'ai trouvé est un enfoiré condescendant,
froid comme un robot dépressif qui me voit que en visio,
donc aucune empathie ni côté humain il vit dans le noir dans son cabinet.

, j'ai cru arriver au bout de ce combat à 34 ans en réussissant à baisser à 3 mg de methadone,
les addictos me disent de réaugmenter à 5 ou 10 mg,
car tout mes demons reviennent quand j'étais à 20 mg, je ne pensais plus à la drogue,

Je suis en combat perpétuel contre moi même,
Les suivis Csappa ect à part me dire de remonter la metha ne savent rien, je trouve leur suivi déplorable,

Ensuite il y a bien les réunions des narcotiques anonymes mais qui glorifie et prônent l'abstinence totale en demandant devant tout le monde :
Depuis combien de temps,
ils n'ont pas consommés,
se félicitent entre eux,
ça me met un brin mal à l'aise ce côté religion NA
Malgré que je sois croyante.

Bon voilà,
tout ça est un peu décousu et
vu la vie que j'avais choisi au départ,
je men sort pas trop mal physiquement.

j'ai réussi à lâcher la ,
car je trouve qu'elle marque trop mon visage comme un zombie,
mais c'est la coca qui occupe mes pensées,

alors que j'y touchais plus depuis des années,
L'hero traverse mes pensées parfois,
mais j'y toucherais plus grâce au peu de mg de metha que je prend,

Enfin sachez que vous n'êtes pas tout seuls, chaque jour, chaque heure est un combat perpétuel qui nous suivra peut être encore longtemps.

Ps :j'ai prévu un déménagement,
afin de couper court avec mon esprit,
j'espère que cela suffira même si je sais que si je cherche,
je trouve ou que je sois..

Voilà je pense qu'il faut se déculpabiliser
aussi de cette société,
qui est dans le jugement par rapport aux consommations et à l'auto flagellation
que nous nous infligons à cause du regard miroir avec les autres,
les gens sains sans problèmes qui n'ont pas besoin de béquilles.

Je n'attend pas de réponses en particulier,
j'ai essayé d'être concise,
j'espère que ce sera lisible.

Bonne chance à tous,
on n'a tous une part de grandeur magnifique en nous ❤️

Hors ligne

 

Elios 
Nouveau membre
000
Inscrit le 23 May 2022
3 messages
Purée,
j'essaie de modifier,
pour corriger des fautes,
Mais je n'arrive pas à modifier le texte,
Tant pis !

Hors ligne

 

TrippyD 
Nouveau Psycho
France
100
Inscrit le 08 Mar 2019
65 messages
Perso j'ai eu ce sentiment d'obssession pour l'ecstasy , Md Après ma première pillule
J'y pensais tout le temps et n'importe où
Même si grace à ce forum j'ai gardé une consommation plus ou moins safe, je dit plus ou moin car il m'arrive de deborder sur ma conso de temps en temps, genre une fois au lycée quelque mois après ma première fois j'ai consommé de la md 3 jours d'affillé (extrêmement  dangereux j'ai perdu plusieurs kilo le mois qui a suivi), puis dernièrement j'ai fait un mélange keta ecsta connaissans bien les riques. Aujourd'hui je ne ressent plus cette obsession pour la Md mais je rejoint ton idée quand tu dit que inconcsiement il y a cette petite idée de reconsommer dans le future, qu'il soit proche ou lointain. Après reflection je n'ai pas reussi a trouver ce qui m'obcède. Je connais le sentiment d'obscession, je l'ai deja ressenti pour la drogue, pour une meuf et surment d'autres choses mais en ce moment je ne le ressent pas. Il y a bien une idée à laquelle je pense tous les jours mais elle ne m'obscède pas.
Je ne pense pas être addict a une drogue en particulier mais plutôt a la défonce en général alcools, médocs, plantes, drogues ect... et effectivement un peu comme toi j'ai du mal a m'imaginer ne pas consommé au moins une de ces substances, cependant si on m'enlevais le pouvoir de me défoncé sa ne me ferait ni chaud ni froid, ok je trouverai sa chiant, ça sera difficile au debut car j'y suis tout de même attaché, mais ça ne me seras pas fatale car justement ce n'ai pas une obscéssion, et c'est la que je trouve ton cas très dangereux car si un jour on te découvre une pathologie t'empêchant de consommé quoi que ce soit, tu serais malheureux, car tu accordes Beaucoup trop d'importance à la drogue. C'est comme une voiture a laquelle on enlève ses roues  ou son moteur, elle ne peut plus avancer.
Tu dit ne pas être addict et vue comment tu le dit je te crois vue que tu es capable de te mettre des limites dans ta consommation , mais je pense que tu a quand même une DÉPENDANCE, car tu dit en avoir besoin pour etre heureux, donc à mon avis c'est la que le problème se pose.
Ce genre d'obscession peuvent etres très néfaste
Dans l'avenir, et pas uniquement pour la drogue,
Pour l'argent ou pour le sexe aussi par exemple.
Prenon le cas de quelqun obscédé par le sexe
On vas dire que cette personne dois baiser tous les jours sinon elle se sent mal dans sa tête.
Et toute sa vie sa n'a été que ça tout le temps puis là y'a la vieillesse qui frappe, popol ne bande plus
Ou bien mamie n'attire plus autant les hommes, donc plus de sexe pour cette personne qui est obscédé par cette idée. La mon gars c'est la déprime assurée.
Pareil pour un obscédé de l'argent, il ne voit que ça, ne pense qu' a ça et toute sa vie n'est que dirigé par cette pensé, puis là il perd tous il est a la rue eccetera (jsp comment ça s'écrit?)déprime assurée. Et la je pense qu'on devrait redéfinir ta question en "Comment ne pas etre obscédé?" Plutôt que Comment changer une obscession?". Ça ne serais que reporter le problème ailleurs.

Hors ligne

 

TrippyD 
Nouveau Psycho
France
100
Inscrit le 08 Mar 2019
65 messages
Je voudrais ajouter que les obscession nous empêches de nous epanouirs dans no vies.
Elle nous empêche de voir autres chose que cette idée, Après tous depents du niveau d'obscession bien sûr. A mon avis on ne devrait pas trop s'attacher au choses ni aux  gens ni a rien en fait.
Je dit bien "pas trop" car chez la plupart des gens on s'attache tous plus ou moins au choses,mais il est important d'apprendre à s'en détacher pour pouvoir vivre la vie a son plein potentiel.

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Documentaire - Etudes sur l'effet des drogues psycoactive sur le cerveau humain
par Google, dernier post 24 août 2022 à  14:45 par Google
  4
  6
[ Forum ] Drogues et QI
par RealitySuck, dernier post 21 février 2021 à  13:34 par Portos75
  15

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
14 octobre 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 9hCommentaire de Mars super (33 réponses)
 Forum 
Dosage - Vos habitudes de drop Tramadol LP
Il y a moins d'1mnCommentaire de AugustusHill dans [Tramadol...]
(17 réponses)
 Forum 
Effets secondaires - La metha me rend malade?? HELP
Il y a 5mn
4
Commentaire de marvin rouge dans [Méthadone...]
(61 réponses)
 Forum 
Besoin d'aide pour commencer le sevrage
Il y a 7mnNouvelle discussion de Venussette2 dans [Tramadol...]
 Forum 
Addiction - Je test Je test...
Il y a 11mnCommentaire de AugustusHill dans [Tramadol...]
(1 réponse)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Trouver de l'aide
Il y a 15mnCommentaire de AugustusHill dans [Tramadol...]
(2 réponses)
 Forum 
Gérer sa consommation - Mauvaise gestion de mon alcooldépendance, musique et polytoxicomanie
Il y a 20mnCommentaire de lilmydriase dans [Conseils généraux de...]
(4 réponses)
 Forum 
Tramadol trip très long
Il y a 24mnCommentaire de AugustusHill dans [Tramadol...]
(6 réponses)
 Forum 
Drogue info - Question que je me suis toujours posé
Il y a 42mnCommentaire de AugustusHill dans [Tramadol...]
(2 réponses)
 Blog 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
Il y a 1j
9
Commentaire de Nineta dans le blog de Equipe de PsychoACTIF
(19 commentaires)
 Blog 
Bulletin IACM du 30 novembre 2022
Il y a 1jNouveau blog de filousky dans [Actualités]
 Blog 
Le labyrinthe d'Akck
Il y a 2jNouveau blog de akcknopol dans [En passant]
 
  QuizzZ 
Etes-vous dépendant aux benzodiazépines ?
Dernier quizzZ à 23:52
 PsychoWIKI 
Methadone, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Dunn07, edithw, halalvegan, Leica, Rocketman, Vonzy nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Ton incitatif sur l'héroine ?
par filousky, le 30 Nov 2022
Salut L-Olliverstone, J'ai lu ton histoire et je pourrai écrire la même, sauf que j'ai déjà 68 ans. Vécu similaire mais quand je lis ton histoire, il n'y a que du malheur et une belle diabolisation de 'héroïne. Alors, c'est vrai que l'héroïne peut faire des dégâts mais tu ne parles à au...[Lire la suite]
 Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
par Cub3000, le 22 Nov 2022
Hello...Je pourrais lister tout un tas d'effets positifs sur ma vie de certaines substances que je consomme, mais je vais me limiter au plus notable : Les lysergamides m'ont complètement sorti d'une sorte de rumination d'angoisses existentielles/métaphysiques qui me bouffait littéralement la vi...[Lire la suite]
 Question pour arrêt du Shit
par PrincessCarolyn, le 23 Nov 2022
Coucou ! Je suis à peu près dans la même situation que toi par rapport au shit et en suis à ma 2eme semaine d'arrêt.. Ce qui m'a paru important dans un premier temps c'est de se fixer des objectifs réalistes, et de se laisser le droit de diminuer sa conso petit à petit. Tu peux par exemple t...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

La coke trop forte à cause de fentanyl WTF !!?? dans [forum] craving cocaine
(Il y a 8h)
la diabolisation cree une attraction irresistible. Personne ne t'oblige a en pre dans [forum] Ton incitatif sur l'héroine ?
(Il y a 9h)
Très bien dit - MM dans [forum] craving cocaine
(Il y a 9h)
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (meumeuh) dans [forum] Ton incitatif sur l'héroine ?
(Il y a 1j)
Fred a été une sorte de Père symbolique pour moi. A bientôt sur le 2nd A ;) dans [blog] Le cancer de ma mère.
(Il y a 1j)

Pied de page des forums