Psilocybine et TOCS de maboule

Publié par ,
1541 vues, 22 réponses
avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
Salut à tous.
Je souffre de tocs depuis + de 13 ans et ils sont revenus en force depuis peu.

La crainte irrationnelle que d'une seconde à l'autre, je disparaisse et que je me mette à souffrir à un degré infini (supposons la douleur de d'une brulure multipliée par infini) et ce à l'infini (indéfiniment).

J'effectue des rituels de pensée magique qui me bouffe totalement, en voici le mécanisme :


/forum/uploads/images/1713/sans-tsfgssfgsgfitre-4.webp


C'est bien entendu infiniment plus complexe que ça à force.

Voilà en gros. Je suis également tombé sur un hasard absoluement dingue au niveau des chiffres il y a peu, renforçant ma croyance.

Donc tout s'articule autour de la pensée magique. À côté de ça, je suis en permanence persuadé d'avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête et persuadé que d'une seconde à l'autre, à partir de mon dos, je vais me casser et finir par souffrir indéfiniment (ce qui me cause d'horribles mots de dos à force de me concentrer dessus).
C'est nouveau ça, avant c'était juste pour après la mort que je faisais ces vérifications mais depuis 3 mois c'est pour tout de suite ce qui a amplifié la chose.

Inutile d'essayer de lutter, cette croyance est ancrée dans mon inconscient et je ne peux pas lui parler. Me demander d'arrêter d'y croire c'est demander à un prisonnier de négocier une remise de peine avec un gardien.
Cette chose est faite sur mesure pour me broyer.


Bref, j'ai suivi un psy toutes ces années, mangé toutes sortes d'AD. En ce moment je tourne à  75mg d'Effexor par jour, et 100 mg par jour de Xeroquel.


Question 1 : est ce que consommer de la psilo ça pourrait m'aider pour les tocs ou au contraire l'amplifier ?
Question 2 puisqu'on y est : Le Xeroquel peut il annuler le bien être de la psilo ?

Merci

Dernière modification par pierre (20 avril 2024 à  21:43)

Hors ligne

 

joel92 homme
Psycho junior
champi vert7champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 05 Mar 2019
324 messages
Blogs
Hey,

Pour la question 2 : oui les antipsychotiques vont bloquer les effets des psychédéliques. Donc une pause est nécessaire, en laissant plusieurs demi-vies passer... Je ne t'incite pas forcément à faire ça.. Si tu sens que tu as besoin de ce traitement au quotidien et qu'un arrêt pourrait te mettre en difficulté alors on oublie.

Après j'ai déja pris des (grosses) doses de LSD alors que j'étais sous abilify (un autre antipsychotique), et j'ai trippé, juste pas très fort.

A savoir : un sevrage brutal d'antipsychotiques peut générer un épisode psychotique chez une personne qui n'en a jamais vécu, donc si tu envisages ça... Bin faut réduire progressivement les doses avant d'arrêter ! :

https://www.cairn.info/revue-l-informat … ge-219.htm   

"quelques jours sous antipsychotiques peuvent suffire pour sensibiliser durablement les récepteurs post-synaptiques, de sorte que leur arrêt entraîne une hyper-dopaminergie fonctionnelle pouvant occasionner des psychoses de sevrage même chez des individus sans antécédents de trouble psychotique."



Concernant la première question.. Je ne suis pas du tout du tout expert en thérapies psychédéliques, mais je pense pas qu'on puisse te donner une réponse.. J'imagine que peut-être ça peut générer une amélioration, ou au contraire aggraver tes symptômes, ou ne rien faire..

As-tu regardé sur google "troubles obsessionnels compulsif + thérapie psychédélique" ?


Si tu veux quand j'aurais un peu le temps je peux regarder aussi.

Bon courage, bonne soirée

jojo

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages

joel92 a écrit

Hey,

Pour la question 2 : oui les antipsychotiques vont bloquer les effets des psychédéliques. Donc une pause est nécessaire, en laissant plusieurs demi-vies passer... Je ne t'incite pas forcément à faire ça.. Si tu sens que tu as besoin de ce traitement au quotidien et qu'un arrêt pourrait te mettre en difficulté alors on oublie.

Après j'ai déja pris des (grosses) doses de LSD alors que j'étais sous abilify (un autre antipsychotique), et j'ai trippé, juste pas très fort.

A savoir : un sevrage brutal d'antipsychotiques peut générer un épisode psychotique chez une personne qui n'en a jamais vécu, donc si tu envisages ça... Bin faut réduire progressivement les doses avant d'arrêter ! :

https://www.cairn.info/revue-l-informat … ge-219.htm   

"quelques jours sous antipsychotiques peuvent suffire pour sensibiliser durablement les récepteurs post-synaptiques, de sorte que leur arrêt entraîne une hyper-dopaminergie fonctionnelle pouvant occasionner des psychoses de sevrage même chez des individus sans antécédents de trouble psychotique."



Concernant la première question.. Je ne suis pas du tout du tout expert en thérapies psychédéliques, mais je pense pas qu'on puisse te donner une réponse.. J'imagine que peut-être ça peut générer une amélioration, ou au contraire aggraver tes symptômes, ou ne rien faire..

As-tu regardé sur google "troubles obsessionnels compulsif + thérapie psychédélique" ?


Si tu veux quand j'aurais un peu le temps je peux regarder aussi.

Bon courage, bonne soirée

jojo

salut et merci
de base j'envisage le micro dosage
mais je ne comprends pas comment fonctionne le bien être de cette substance, ça ne repose que sur le fait d'apprécier d'avoir des hallucinations pour que le xeroquel soit un soucis ?

et je prends le xeroquel que pour dormir, son effet sédatif pour dormir

Dernière modification par fostilo (18 avril 2024 à  20:45)

Hors ligne

 

avatar
Cub3000 homme
Plantigrade psychonaute
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 06 Feb 2019
927 messages
Blogs

fostilo a écrit

je ne comprends pas comment fonctionne le bien être de cette substance, ça ne repose que sur le fait d'apprécier d'avoir des hallucinations

Pas du tout, mais vraiment pas du tout.
D'ailleurs au sens strict, la psilocybine et les autres psychédéliques courants ne procurent que rarement des hallucinations. On parlera plutôt d'hallucinoses, de déformations ou de distorsions de la réalité. Mais surtout, celles-ci ne constituent pas la part la plus significative d'un trip. Elles en sont plutôt la surface, le décorum. L'essentiel de l'action d'une substance comme la psilocybine consiste surtout à modifier l'état de conscience, la compréhension que le sujet a de lui-même et de son rapport à son environnement.

Par exemple parfois, l'ego, la notion d'être un individu distinct peut disparaître, et on peut alors expérimenter la sensation d'être à la fois tout, et rien. Il arrive de ressentir une sensation d'unité, de communion avec tout ce qui existe, particulièrement avec la nature. Des émotions, des souvenirs profondément enfouis peuvent remonter à la surface. On peut éprouver des sensations de mort et de renaissance. Parfois on atteint une compréhension soudaine de certains de nos schémas mentaux répétitifs, du pourquoi de certains de nos comportements, ce qui peut s'avérer utile pour traiter certains troubles, comme la dépression ou l'addiction...

Ce ne sont que quelques exemples des effets psychiques possibles des psychédéliques. Effets qui peuvent procurer euphorie et bien-être, mais pas nécessairement, l'expérience peut parfois être très pénible voire traumatisante, le plus souvent elle n'est ni totalement agréable ni parfaitement horrible, mais évolue plutôt dans un entre-deux avec des moments très agréables et lumineux et d'autres assez angoissants exigeant de lâcher-prise pour pouvoir être dépassés (ce qui peut également avoir pas mal d'intérêt d'un point de vue thérapeutique). On ne peut en tout cas pas dire que ce sont des substances garantissant une expérience de bien-être. C'est même souvent lorsque le voyage se termine, et que l'on revient à la normale avec le sentiment d'avoir surmonté des obstacles importants et de s'être rencontré soi-même, que l'on ressent un véritable bien-être, un sentiment de sérénité et de gratitude, même (et peut-être surtout) quand l'expérience en elle-même a été un gros challenge.

La science redécouvre progressivement le potentiel thérapeutique de ces substances, on voit actuellement un vrai regain d'intérêt et un certain enthousiasme pour les psychédéliques dans les milieux médicaux (il faut dire que les résultats des études sont plutôt prometteurs). Ça ne signifie pas non plus qu'il s'agit d'un remède miracle à toutes les souffrances psychiques.

J'ai lu que quelques études avaient été menées sur un impact positif de la psilocybine sur les TOC, avec des résultats apparemment assez encourageants, mais les auteurs semblaient regretter un certain manque de recul pour vraiment pouvoir tirer des conclusions sur le long-terme, ainsi qu'une cohorte de sujets assez limitée, ne permettant pas de se faire une idée de l'efficacité à grande échelle de telles thérapies sur les troubles obsessionnels.

Dans tous les cas ces études sont menées dans un cadre très pensé, avec un protocole hyper sécurisé, leurs résultats ne garantissent pas du tout qu'une automédication puisse être efficace et sûre. En automédication, le microdosing ou du moins l'utilisation de doses faibles à moyennes pourrait être pensée comme une stratégie pour expérimenter les possibles effets bénéfiques d'une expérience psychédélique sur les TOC, tout en limitant le risque de faire une expérience traumatisante susceptible d'aggraver la condition psychique.

Ceci-dit, les protocoles thérapeutiques encadrés (malheureusement à ce jour pas accessibles en France) utilisent souvent de gros dosages, plus à même de susciter une expérience vraiment significative, ou un effet de reset psychique.

Dernière modification par Cub3000 (18 avril 2024 à  22:47)

Reputation de ce post
 
Tres bon post, merci ! DopeIsBeautiful
 
merci
 
Encore un excellent post, les psychés sont vraiment bien décrits. PTX.
 
Excellent post ! / SC

...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

Para de papel homme
Nouveau Psycho
France
champi vert6champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 14 Jan 2020
130 messages
Salut, pour la psilocybine ca fonctionne surtout grâce a l'effet de plasticité cérébrale.
Pendant l'expérience, le fonctionnement de ton cerveau est différent.
Notre cerveau avec le temps se crée des routes pour associer les comportements, les idées, les concepts qui sont le plus présent dans notre quotidien, cela permet un gain d'efficacité dans nos routines mais va rigidifier notre cerveau en quelque sorte, ce qui renforce ces mêmes idées et en contrepartie réduit notre capacité a découvrir de nouvelles façons de voir les choses, de penser autrement.

Et donc pendant l'effet de la psilocybine ca fait l'inverse, toutes les parties de ton cerveau communiquent ensemble, ce qui n'est pas très pratique pour la vie de tous les jours, mais permet de désassocier des idées, comportements, concepts et en recréer d'autre. Une fois l'effet dissipé ton cerveau se remet a fonctionner avec le principe des routes mais certaines ont pu se rétrécir et d'autres chemins peuvent être a nouveaux empruntés en fonction de l'expérience que tu aura vécu.

Un article sur les TOC et la psilocybine:

https://institutducerveau-icm.org/fr/ac … s-preuves/
Reputation de ce post
 
bien vu ! - Cub3000
 
merci
 
Et oui ça favorise la plasticité neuronale! C'est prometteur. Nineta
 
Top info ! / SC

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
Merci à tous pour vos précisions

Supposons donc que je supprime le xeroquel pour le zolpidem, je serais donc à 35 mg d'effexor et du zolpidem le soir

Un de ces deux médocs pourrait poser soucis au bon fonctionnement de la psylo ? Merci

Dernière modification par fostilo (20 avril 2024 à  21:33)

Hors ligne

 

Para de papel homme
Nouveau Psycho
France
champi vert6champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 14 Jan 2020
130 messages
Oui ces médicaments vont poser modifier l'effet de la psilo, les neuroleptique et antipsychotiques comme le Zolpidem et le Zeroquel vont diminuer de beaucoup l'effet de la psilo et l'Effexor qui est un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline va au contraire amplifier l'effet. mais savoir dans quels proportions est compliquer..

Hors ligne

 

joel92 homme
Psycho junior
champi vert7champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 05 Mar 2019
324 messages
Blogs
Euh non les ISRS et ISRN ça coupe les effets des psychés aussi, j'avais zappé.

Enfin pas sur pour les ISRN mais sur pour les ISRS pour l'avoir vécu

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
si j'arrête les irs je vais me farcir une dépression même en coupant petit à petit c'est du déjà fait

+ pas de zolpidem je dors comment ? lol

Dernière modification par fostilo (22 avril 2024 à  00:36)

Hors ligne

 

avatar
Cub3000 homme
Plantigrade psychonaute
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 06 Feb 2019
927 messages
Blogs

Para de papel a écrit

Oui ces médicaments vont poser modifier l'effet de la psilo, les neuroleptique et antipsychotiques comme le Zolpidem et le Zeroquel vont diminuer de beaucoup l'effet de la psilo et l'Effexor qui est un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline va au contraire amplifier l'effet. mais savoir dans quels proportions est compliquer..

Précision : le Zolpidem n'est pas un neuroleptique, c'est une benzodiazépine avec des propriétés hypnotiques, prescrit pour les troubles du sommeil. Il a une demi-vie assez courte, en fonction de laquelle, par exemple en programmant une prise de psilocybine à mi-journée, il ne devrait pas y avoir d'interaction. La demi-vie de la venlafaxine (effexor) et celle de la quétiapine (Xeroquel) sont nettement plus longues ce qui rend l'interaction beaucoup plus probable (dans le sens d'une réduction voire annulation des effets de la psilocybine), d'autant qu'effectivement l'interruption brutale de ces traitements est déconseillée.

Dernière modification par Cub3000 (22 avril 2024 à  11:26)


...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

avatar
zuzu
Banni
champi vert7champijaune6cxhampi rouge6
Inscrit le 19 Dec 2023
107 messages
Blogs

Cub3000 a écrit

Précision : le Zolpidem n'est pas un neuroleptique, c'est une benzodiazépine avec des propriétés hypnotiques, prescrit pour les troubles du sommeil.

J'ai toujours cru que le Zolpidem n'était pas une benzodiazépine, je la pensais classée parmis les  "non-benzodiazépines"

J'aime bien leur attribuer le doux nom de "Z-drugs":
* Zolpidem
* Zopiclone
* Zaleplon


"Petit, Cucul la praline me piquait ma chocolatine à la récré"

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
y'a quoi en somnifère pour dormir qui pourrait ne pas poser soucis par rapport à la psylo vous pensez svp?

Hors ligne

 

avatar
Cub3000 homme
Plantigrade psychonaute
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 06 Feb 2019
927 messages
Blogs

zuzu a écrit

Cub3000 a écrit

Précision : le Zolpidem n'est pas un neuroleptique, c'est une benzodiazépine avec des propriétés hypnotiques, prescrit pour les troubles du sommeil.

J'ai toujours cru que le Zolpidem n'était pas une benzodiazépine, je la pensais classée parmis les  "non-benzodiazépines"

J'aime bien leur attribuer le doux nom de "Z-drugs":
* Zolpidem
* Zopiclone
* Zaleplon

Selon le Vidal : " Le zolpidem est une imidazopyridine hypnotique apparentée aux benzodiazépines et a une activité pharmacodynamique qualitativement semblable à celle des autres composés de cette classe : myorelaxante, anxiolytique, sédative, hypnotique, anticonvulsivante et amnésiante." wink


...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

avatar
Cub3000 homme
Plantigrade psychonaute
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 06 Feb 2019
927 messages
Blogs

fostilo a écrit

y'a quoi en somnifère pour dormir qui pourrait ne pas poser soucis par rapport à la psylo vous pensez svp?

Pour moi le Zolpidem est un hypnotique à action et demi-vie courte, à moins de le prendre au même moment que la psilocybine je pense pas que l'interaction soit caractérisée. C'est surtout avec le neuroleptique et l'antidépresseur que ça va interagir.


...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages

Cub3000 a écrit

fostilo a écrit

y'a quoi en somnifère pour dormir qui pourrait ne pas poser soucis par rapport à la psylo vous pensez svp?

Pour moi le Zolpidem est un hypnotique à action et demi-vie courte, à moins de le prendre au même moment que la psilocybine je pense pas que l'interaction soit caractérisée. C'est surtout avec le neuroleptique et l'antidépresseur que ça va interagir.

merci à toi
admettons que je m'en sorte avec

reste la question de l'arrêt de l'effexor
même en stoppant petit à petit je finis toujours avec une dépression assez balèze somme toute

Hors ligne

 

avatar
marvin rouge homme
--()--
champi vert34champijaune2cxhampi rouge1
Inscrit le 05 Jun 2012
2731 messages
Pas facile ta situation, je compatis

La thérapie via les psyché (lsd, trypta, ket-s) arrive et avance a grand pas.
Tu t'es rapproché de la société psychédélique française a tt Hazard ? Ça pourrait être intéressant de prendre contact avec eux , jdis ça jdis rien..

Tu serais pote avc Monk toi c'est sur ! Vs resolveriez des tas d'enquêtes (dsl un peu d'humour ne faire mal, c'est même salutaire
Reputation de ce post
 
La SPF c'est ce que j'allais suggérer ;) - Cub3000

Acid orange

Hors ligne

 

avatar
Cub3000 homme
Plantigrade psychonaute
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 06 Feb 2019
927 messages
Blogs
Je rejoins Marvin. Les premiers essais thérapeutiques à la psilocybine en France sont en cours, c'est appelé à se développer (la SPF commence déjà à former des accompagnants en partenariat avec le RESPADD ), peut-être que plutôt que de te lancer dans une automédication hasardeuse et probablement inefficace à cause du traitement que tu suis par ailleurs, commencer à prendre contact maintenant avec des personnes qui pourront t'orienter quand ces thérapies seront accessibles (et ça va peut-être arriver plus tôt que ce que j'aurais pensé au départ) pourrait te faire gagner du temps.

Dernière modification par Cub3000 (23 avril 2024 à  17:39)

Reputation de ce post
 
Les grands esprits se rencontrent. Merde mes godasse vont plus aller. Mred

...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

avatar
marvin rouge homme
--()--
champi vert34champijaune2cxhampi rouge1
Inscrit le 05 Jun 2012
2731 messages
Haha, ont a souvent des réponses croisés cub ça me fait rire.

Ce qui me fait dire que qd tu connais un peu le truc, expérimenté un peu, ou beaucoup (ou à outrance, non ne me regarder pas, je vs vois de tte façon lol)

On orienté souvent les gens vers les même solutions, club de discution, toussa toussa

.ça veut dire que la question est posée, gamberge ds le cerveau de certains membres/population et prends ses marques.

Ça n'engage que du bon pour les années a venir, c'est cool

Les trypta, c'est la vie!
comme bcp d'autre bonne chose tel une bonne baise
Une bonne bouffe
Un bon bouquin

Des plaisirs simples ?

Acid orange

Hors ligne

 

avatar
Pesteux homme
Adhérent Vert-Beuh
champi vert88champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2023
855 messages

Bonjour Fostilo



fostilo a écrit

Je souffre de tocs depuis + de 13 ans et ils sont revenus en force depuis peu.
(...)
Inutile d'essayer de lutter, cette croyance est ancrée dans mon inconscient et je ne peux pas lui parler. Me demander d'arrêter d'y croire c'est demander à un prisonnier de négocier une remise de peine avec un gardien.
Cette chose est faite sur mesure pour me broyer.

13 ans ?! Et toujours pas de progrès ? Waouh, le cauchemar... Ton message me replonge 25 ans en arrière. Compassion : les pensées invasives, c'est vraiment l'enfer ! J'ai eu des TOC pendant des années, au point de vouloir en finir tellement c'était envahissant. Ensuite, les TS sont devenues elles-mêmes des TOC, m'entraînant dans une logique d'automutilation. La pensée compulsive peut devenir une vraie cage, non concrète, mais bel et bien réelle... Je trouve que tes quelques lignes décrivent admirablement bien le vécu obsessionnel. C'est une pépite, je suis impressionné : on pourrait les reprendre pour un manuel de psychopathologie.



fostilo a écrit

Bref, j'ai suivi un psy toutes ces années, mangé toutes sortes d'AD. En ce moment je tourne à 75mg d'Effexor par jour, et 100 mg par jour de Xeroquel.

Perso, je vois les drogues psychiatriques comme les antidouleurs : c'est très utile pour atténuer la souffrance, mais ça ne change rien à sa cause (le truc dont tu parles en disant "cette chose est faite sur mesure pour me broyer"). C'est une aide précieuse, mais ça ne règle pas le fond du problème. J'imagine que, comme de nombreuses personnes perdues dans le labyrinthe de la souffrance psychique, tu as essayé de nombreux ADs, anxiolytiques et somnifères depuis tout ce temps, et que tu vois très bien de quoi je parle.

Pour moi, si la logique de l'aide que tu reçois depuis 13 ans (c'est énorme !) repose uniquement sur la prescription de drogues, fussent-elles psychiatriques et durement estampillées "médicaments", je doute que changer une drogue par une autre soit un facteur déterminant dans ton parcours. C'est pourtant la même logique que tu sembles suivre en espérant que "consommer de la psilo" pourrait t'aider pour tes TOC, et en recherchant "le bien être de la psilo". Pour moi, les psychédéliques ne seront jamais des médicaments psy, ni en mieux ni en moins bien. C'est juste complètement autre chose...

Mon message ne cherche pas du tout à te décourager de consommer, mais à te dissuader d'en attendre trop, ou plutôt, d'espérer quelque chose qui est complètement à côté de ce que la psilocybine peut t'apporter. J'abonde 1000x dans le sens de l'excellent message de Cub3000 : les psychédéliques ne fonctionnent pas du tout comme ça, leur effet ne peut pas du tout être résumé à un "bien-être " ni aux "hallucinations", qui ne sont d'ailleurs pas toujours présentes. Et j'ajouterais qu'ils peuvent encore moins être assimilés à la conception habituelle qu'on se fait d'un "médicament", au sens d'un truc qu'on prend pour soigner une maladie. (je développe longuement en 2eme partie de ce message).

Ta situation m'amène à interroger ton suivi psy. Y a-t-il une dimension "psychothérapeutique" à ton suivi, ou bien est-ce que ça consiste uniquement à te prescrire des médicaments contre la douleur d'exister ? Est-ce qu'il ou elle s'intéresse vraiment à ce que tu lui racontes ? Est-ce qu'il te prend au sérieux ? Est-ce qu'il te suppose un savoir ? Ou bien se contente-t-il de rationaliser ton vécu, en tentant de te rassurer/consoler avec ses propres explications ? Est-ce que tu t'ennuies pendant les séances, ou bien est-ce que c'est enthousiasmant ? T'aidera-t-il à travailler sur les impressions que tu as eues pendant l'expérience de la Psilo ? Qu'est-ce qui te retient vers ce praticien si tu n'enregistres aucun progrès depuis 13 ans ? En as-tu essayé d'autres qui s'y prenaient différemment ? A mon avis, ce sont là les questions centrales à te poser dans ta situation.

J'ai envie de te dire : si ça ne marche pas, essaye autre chose ! Ce qui ne t'empêche pas du tout de te lancer dans l'aventure psychédélique. Bien au contraire, un vrai travail sur toi te permettrait d'en tirer le meilleur profit. Mais à attendre des psychédéliques la même chose que ce que tu attends des médicaments psy, tu risques d'obtenir le même genre de résultat qu'avec les médicaments psy : pas grand chose de neuf pour ton principal problème...



fostilo a écrit

j'arrête les irs je vais me farcir une dépression même en coupant petit à petit c'est du déjà fait + pas de zolpidem je dors comment ? lol

D'accord avec Zuzu pour la précision : en effet, le Zolpidem est une Z-Drug, pas une Benzo. Mais c'est très proche, dans ce contexte ça ne change pas grand-chose, je rejoins la conclusion de Cub3000 : sa demi-vie est si courte que si tu en as pris la veille, je doute fort que ça gêne ton trip en quoi que ce soit. On ne peut pas dire la même chose de l'Effexor et du Xeroquel, malheureusement.

Sans les arrêter, tu peux prendre ton traitement à distance du trip. Perso, quand j'étais sous Effexor + Tranxène + Zolpidem + Tercian + Chloral, je pouvais sauter 24H de traitement sans ressentir de manque. A l'époque, je faisais ça pour pouvoir boire sans modération le week-end. Ca n'est pas forcément généralisable à toutes les drogues psy, ni à toutes les personnes. Mais je t'invite à explorer les limites de ton manque, sans te faire mal bien sûr. Savoir combien de temps tu peux tenir avant d'être dans le mal t'aiderait à limiter l'impact de ton traitement sur tes trips.

Par exemple, tu pourrais prévoir un trip le soir, en te passant de Xeroquel et d'Effexor la journée du trip. Tu pourrais les prendre avant de te coucher, une fois ton voyage terminé. Ca ne supprimera pas complètement leur effet inhibiteur sur ton trip, mais ça devrait le diminuer significativement.

De nombreux témoignages sur le forum rapportent qu'il est possible de tripper même sous traitement, à condition d'augmenter un peu (beaucoup ?) les doses. Au bout du compte, la démarche de rechercher la dose de champis qui te permet de décoller malgré le traitement n'est pas très différente de la recherche de la dose de confort quand on ne prend pas de traitement.

Plusieurs essais à doses croissantes sont nécessaires si on veut éviter que ça soit trop déstabilisant, afin de limiter le risque d'expérience traumatisante. Cette progressivité permet également de se familiariser petit à petit avec l'effet, et de tâtonner pour déterminer le meilleur "set and settings" pour toi. C'est une précaution précieuse pour les personnes qui se sentent fragiles psychiquement. Il ne suffit pas d'avoir lu et compris que le "set and settings" était primordial, encore faut-il savoir ce qui te conviendra à TOI pour tripper confortablement. Même si tu peux avoir de bonnes intuitions, tu ne peux pas vraiment le savoir avant d'avoir fait l'expérience. Il ne suffit pas de bien te connaître, il faut bien te connaître "quand tu as pris des champis", ce qui peut être très différent.

Perso, ayant un passé psychiatrique assez lourd, j'ai été prudent, et j'ai mis un an en augmentant la quantité régulièrement avant d'atteindre des doses qui me permettent de sortir de mon corps et de parler à la musique wink  C'était long, mais ça valait le coût !



fostilo a écrit

est ce que consommer de la psilo ça pourrait m'aider pour les tocs ou au contraire l'amplifier ?

Pour moi, le risque numéro 1, c'est que ça ne change rien à moyen-long terme. C'est une tâche ardue que de déloger une logique psychique profondément ancrée comme celle que tu décris. Certaines personnes rapportent des modifications de leur vie vraiment durables suite à une expérience particulièrement intense, mais ce genre témoignage reste exceptionnel. Le plus souvent, le changement se limite au court terme, quand il y en a un.

D'un côté, c'est tant mieux, sinon l'enjeu de chaque trip serait trop grand pour permettre une utilisation récréative et sans conséquence durable sur nos vies. Mais d'un autre côté, si c'est un changement profond de la vie psychique qui est désiré, ben ça le rend plus difficile à obtenir.

Que tu vives une expérience merveilleuse ou un bad trip, dans la plupart des cas, t'auras beau bousculer ton esprit aussi durement que tu pourras, la logique du symptôme finira par se remettre en place, en à peine quelques heures/semaines après l'expérience, comme un culbuto qui retombe toujours sur sa base, même si tu lui mets la tête à l'envers. Hélas, le symptôme se répète toujours : c'est même à ça qu'on le reconnaît.

Je te souhaite de parvenir à te libérer du tien. C'est possible, je l'ai vécu, et j'ai vu d'autres personnes en sortir. Mais je t'invite à ne pas trop de focaliser sur ça lors de tes expériences avec la Psilocybine. La déception pourrait être à la hauteur attentes que tu y places. Pour moi, c'est ça le risque principal. Je te suggère de voir ça comme une conso récréative, ou comme un travail de très long terme.



Ton message m'a inspiré un long développement sur l'apport des psychédéliques en psychothérapies. Tout en partageant l'enthousiasme pour leur usage, je me sens en décalage par rapport aux conceptions défendues ici et là. Et j'y vois certains risques individuels et macro sociaux qui sont trop rarement évoqués à mon goût.
Spoiler


Amicalement.

Reputation de ce post
 
Complètement d'accord avec ton spoiler. Nineta

Analysez vos drogues à distance via PsychoACTIF

     ~~~~~~~~~~ Confidentiel Anonyme Gratuit ~~~~~~~~~~~~
     ~~~~~ Pour toute demande : analyse@psychoactif.org ~~~~~

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
Merci à tous mes VDD et à toi aussi. J'ai scrupuleusement lu ton message. Je reviendrai dessus, point par point quand j'irai mieux, un peu plus tard (tu le mérites).

Mais pour l'instant, je suis totalement brisé par les TOC. Après 13 ans de lutte, mes TOC ont pris une ampleur que j'estime atroce à vivre. CA te paralyse.

Tout se passe comme décrit dans le petit texte que j'ai mentionné plus haut, mais cette fois, pour avoir accès au chiffre que je dois vérifier, je dois effectuer une action grave, par exemple effectuer une recherche sur Google de contenu illégal et répréhensible. Une fois que c'est fait, je regarderai alors les chiffres dans le lien.

Je n'ai jamais autant souffert de ces TOC, sauf peut-être en 2012, quand mes TOC me poussaient à jouer avec une lame de couteau près de mes yeux. Après avoir joué avec la lame près de mes yeux, je devais vérifier un chiffre.


Je prends rendez vous demain chez  généraliste au pif pour tenter d'avoir des ixprim et voir comment je réagi menu de ce ixprim.

Dernière modification par fostilo (11 juin 2024 à  22:54)

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
j'ai eu mes truffes magiques, le micro dosage
j'en ai pris une et ça m'a rien fait, et une seconde ensuite rien non plus

je précise que j'ai pris du xeroquel 20h avant la prise et que j'ai pris de la venlafaxine un peu avant

Dernière modification par fostilo (26 juin 2024 à  16:17)

Hors ligne

 

avatar
SillyCone homme
Ex-penseur de conscience
Belgique
champi vert23champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Jun 2018
1736 messages
Blogs
Je pense qu’en effet tes traitements ne te permettront pas de ressentir un microdosing.
Mais c’est pas pour autant que le microdosing n’aura pas un effet positif sur ta plasticité cérébrale…
Ce qui m’est venu en lisant ton histoire, c’est peut-être de tester le stack de Paul Stamets : microdosing de psilos + lion’s mane (un champignon comestible/medicinal non hallucinogène aux propriétés neurotropiques prometteuses) + vitamine B3…
Tu trouveras un fil épinglé à ce sujet où l’on parle de tout cela.

Je ne réponds pas aux demandes d'information par MP.
Faites les en public que tout le monde puisse y répondre.
Gratitude

Hors ligne

 

avatar
fostilo homme
Psycho junior
United States
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Sep 2017
300 messages
je mets ça de côté merci

j'ai retenté en prenant 2 truffes ce matin, je n'avais pas consommé d'effexor depuis 24h, et je n'avais pas consommé de xeroquel depuis 48h00


et rien, rien de rien, même pas un petit quelque chose pour que j'ai une idée de ce que ça fait

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Info psilocybine
par Nicoco, dernier post 11 décembre 2017 par hegoka
  13
logo Psychoactif
[ Forum ] Synthéthiser de la psilocybine
par Justeunquebecois, dernier post 11 novembre 2018 par ramtha
  4
logo Psychoactif
[ Forum ] Psilocybine dans l'air AIDEZ MOI !
par Billx, dernier post 29 avril 2018 par Billx
  4

Pied de page des forums