PsychoACTIF / Résultats de la recherche
Recherche » Forums » Auteur : amny

Conseils généraux de réduction des risques » Méthode testée et fiable pour éviter les descentes d'amphétamine » 06 novembre 2019 à  23:56

Amny
Replies: 5

Aller au message

Je pense que ca s'applique à toutes les poudres parfaitement dosable.
Malheureusement je n'ai testé qu'une seule fois pour la MD et la C, donc pas assez de répétition pour pouvoir établir de statistiques personnelles.

Le principe est logique : imposer à son cerveau une rampe progressive d'atterissage pour le "tromper" en évitant de le surprendre ou le tourmenter avec une chute brutale du débit de dopamine.

C'est contraignant en effet, vers 5h du mat, je dois me dire :"bon aller, il est temps d'entamer le replis", à partir de ce moment je visualise bien la taille de ma ligne, je regarde l'heure et je me fixe un rdv pour la prochaine.
Comme je le disais, c'est du approximatif, bien que dernièrement, j'ai senti une efficacité encore accrue en planifiant ca quasiment à 5 minute près et en mesurant mes lignes très précisément, en me servant de repères visuels sur la carte d'immatriculation qui me sert à faire ma ligne.

Pourquoi ne pas simplement réduire les lignes en gardant un interval …

Conseils généraux de réduction des risques » Quel est votre compromis ? » 02 novembre 2019 à  16:18

Amny
Replies: 6

Aller au message

Mon compromis :

1 tramadol de 50 mmg. tous les dimanche. C'est ma petite récompense vicieuse à la fin de la semaine, et juste avant d'entamer la nouvelle.
C'est la clé de voute qui me permet d'accepter assez bien une vie studieuse (ingénieur + une auto entreprise à coté, 55h de travail par semaine les deux), et une vie saine (pas de saloperie, presque que des repas équilibrés, 2 séances de sport par semaine.)

Conseils généraux de réduction des risques » Méthode testée et fiable pour éviter les descentes d'amphétamine » 02 novembre 2019 à  15:44

Amny
Replies: 5

Aller au message

Bonjour,

je me décide à partager ce tour que j'ai mis au point et testé environ 10 fois sur l'amphétamine, et seulement une fois sur la cocaïne... C'est un peu ennuyeux, je suis ingénieur...Ceci explique cela. Mais si certain me prenne au sérieux et si je peux leur éviter des mauvais moments...

Je me suis souvent demandé, POURQUOI alors que l'amphétamine n'est censée affecter que la dopamine, on se prend à chaque fois un hit de sérotonine (angoisse, pessimisme, boule à l'estomac) au moment de la descente, alors que seul le symptôme de carence de dopamine devrait se ressentir (perte totale de motivation et intérêt pour tout).

Voici mon explication personnelle, je ne sais pas si c'est la bonne, mais en attendant ma méthode fonctionne en partant de cette hypothèse :

Le débit de sérotonine peut être modifié si le cerveau décide contre notre volonté que la situation mérite une phase de stress et d'angoisse. Les recherches les plus avancées en neurologie ont du mal encore aujourd'hui à c …

Remonter

Pied de page des forums