Recherche » Forums » Auteur : mychkine

Codéine et dihydrocodéine » Codeine vs Morphine pour Céphalées » 14 juillet 2024 à  17:17

[quote=Cephalique]P. S. Si quelqu'un a une idée de molecule (non-opioide) pour alterner : c'est mon rêve à vrai dire...[/quote]
Je sais que les triptans sont utilisés pour les attaques de migraine chronique. Peut-être pas la panacée dans ton cas, mais tu peux en parler à ton médecin...

Benzodiazépines » prazépam / fluoxétine / alcool » 14 juillet 2024 à  17:12

Salut

Pour aller droit au but, oui, il y a de gros risques. Les benzo potentialisent hautement tout le côté dépresseur, relaxant et amnésiant de l'alcool, d'où une forte augentation de la probabilité de black-out, coma, dépression cardio-respiratoire, si tu bois autant qu'avant. D'autant que la fluoxétine peut aussi exacerber les effets de l'alcool (ce qui explique peut-être qu'à ressenti équivalent, les gueules de bois aient été moindres pendant ton premier traitement).

Je te suggère donc de boire peu, prudemment, et de bien attendre que l'alcool ait atteint son "pic" avant de consommer de nouveau. Au moins pour les premières fois où tu devras jauger la façon dont tu réagis au mélange, te limiter à quelques bières légères me paraît raisonnable.

[quote=coldfire]Apres le prazepam est une benzo à action modérée.[/quote]
OK pour le reste, mais "benzo à action modérée", pour moi ça ne veut rien dire... C'est la dose qui va déterminer la puissance, et même si le prazépam n'est pas la + e …

Cocaïne-Crack » Effets et conséquences et explication de la coke » 14 juillet 2024 à  16:45

[quote=meumeuh]C'est pas de la RDR que je vois, l'op vient pour se renseigner sur sa perte d'effet du drip, et sur des effets ( positifs, négatifs ? ) que tous le monde pourrais avoir obligatoirement, mais en aucun cas elle ne demande pas que l'on lui colle devant elle, des risques [b]potentiels[/b] de toxicité liés à une consommation de coke.

Qu'elle peut juste trouver d'elle même sur le Psychowiki, de lui faire ce rappel est juste un infatilisation de L'OP[/quote]
Bah les termes même de sa demande dénotent quand même une certaine méconnaissance du psychowiki et une inexpérience du fonctionnement de la cc en général (pas de jugement négatif, on est tous passés par là). Etant donné qu'aucune conséquence de la drogue n'est jamais "obligatoire sur tout le monde" ([i]stricto sensu[/i], c'est aussi vrai dans la vie en général)... Et qu'elle le saurait si elle avait fait quelques recherches à ce sujet sur le forum.

Donc il ne me paraît pas inapproprié de fournir quelques rappels sur un …

Opiacés et opioïdes » Stabilité Tramadol: du AD à l'irritabilité, raisons ? » 14 juillet 2024 à  16:29

Hello,

De ce que tu racontes dans tes messages précédents, je crois comprendre que tu es dépendante au tramadol depuis une longue durée, initialement pour des raisons médicales. Il me paraît évident que le sevrage doit être dans ton cas le plus progressif possible.

Il semble que le tramadol t'accorde un bénéfice psychique significatif. Comme tu le sais, la qualité de ce type d'assistance chimique a tendance à s'éroder avec le temps, aussi bien pour des raisons neurologiques (tolérance...) que psychologiques (habituation à une certaine forme de gestion émotionnelle, même si ce dernier phénomène est moins systématique).

Et donc, il est clair qu'une baisse des doses même relativement minime risque d'être corrélée à une inversion des effets, d'où l'irritabilité, l'agitation et le malaise que tu décris.

Je pense qu'il est tout à fait possible que les fluctuations de concentration que ton organisme a connues quand tu tentais d'ajuster la posologie aient accru ta tolérance (plus prompte …

Oxycodone (Oxycontin) » Risques sniff silice dans oxycodone générique » 03 mai 2024 à  12:22

Salut,

La silicose est une maladie principalement professionnelle. Les quantités présentes dans un comprimé sont à mon avis des ordres de grandeur trop faibles pour être à l'origine d'un risque significatif.

Les personnes atteintes le sont après des années d'exposition en travaillant dans des mines (comme mon arrière-grand-père), des scieries ou des métiers du bâtiment.

À mon avis, c'est la dernière inquiétude à avoir, bien après la dégradation de la cloison nasale, les infections, les conséquence hormonales des opiacés, les désagréments et dangers de la dépendance en elle-même...

Tu peux réduire certains de ces risques en prenant l'oxy en oral (bénéficiant au passage d'une meilleure biodisponibilité) - et même si la montée sera moins fulgurante, l'effet se prolongera au-delà de sa durée normale en sniff.

Take care

MDMA/Ecstasy » Question sur MD marron » 02 mai 2024 à  21:21

[quote=Sreconnor]Mouais je te rejoins moyen sur ça, elle est peut être couleur champagne sans forcément être coupé

Après sur le prix je te rejoins carrément !! Même en gros ça me parait bien bas comme prix

Le mieux romeonovember c est de La faire tester par psychoactif ! Gratuit et anonyme tiens tu as toutes les infos ici :

https://www.psychoactif.org/forum/t24326-p1-comment-analyser-ses-drogues-France.html[/quote]
Alors j'ai toujours vu et consommé un produit plutôt clair, et les rares fois où j'ai croisé de la champagne elle tirait carrément sur le jaune.

Ceci dit, après une recherche rapide d'images, il s'avère que comme souvent mon expérience anecdotique n'était pas représentative et que l'apparence de la subtance donnée par l'OP cadrerait avec ce que tu mentionnes.

Et ta suggessition de test est carrément pertinente ; en mettant les choses au pire, il aura perdu 10 balles.

Analyse de drogues » analyse de stéroïdes anabolisant » 02 mai 2024 à  13:25

Salut,

Pour ta première question, je sais qu'un site bénévole proposait ses services il y a quelques années, mais son activité a apparemment cessé pour cause de manque de fonds. Aucune idée de si les analyses gratuites à distance proposées par PA couvrent le genre de composés dont tu parles.

Si tu veux des retours, tu as de nombreux forums en ligne qui abordent le sujet.

L'information et la réduction des risques relatives à la consommation de substances bénéficiant spécifiquement aux performances sportives ne rentre pas dans le cadre des attributions, objectifs ou compétences de ce forum - même si elles partagent un certain nombre de points communs avec celles auxquelles un utilisateur de produits dopants devrait, dans l'idéal, avoir accès. Je peux néanmoins te donner quelques éléments de réponse.

En consommation quotidienne dans le cadre d'une thérapie de remplacement de la testosterone (<~200 mg/semaine de T), les effets réellement néfastes sont peu prévalents (mais les bénéfice …

MDMA/Ecstasy » Question sur MD marron » 02 mai 2024 à  13:08

Ça me paraît assez improbable de trouver un g de MDMA à 10 balles en France (soit l'équivalent d'un ecsta moyen au détail). Je ne dis pas qu'une telle offre ne peut absolument pas exister (pour de multiples raisons concevables : volonté de destockage, méconnaissance profonde du marché, opération promotionnelle...) mais ça n'est clairement pas dans l'intervalle de prix habituel.

Première impression corroborée par l'aspect visuel du produit, la MD étant généralement vendue relativement blanche.

Je penche pour une substance ultra-coupée - pour autant qu'elle contienne du principe actif.

Je m'abstiendrais.

Médicaments psychotropes » sniffer trazodone: bonne ou mauvaise idée? » 13 avril 2024 à  09:46

Un sevrage brutal de trazodone être source d'un ensemble de symptômes liés à la chute du taux de sérotonine intersynaptique, ainsi que d'insomnies, surexcitation et angoisses tirant leur origine du retrait de l'antagonisme sélectif histaminique/sérotoninergique/dopaminergique qui provoque la sédation caractéristique. Je ne crois pas que la présence de ce syndrome qualifie l'existence d'une addiction, et plus largement n'ai jamais rencontré de sources en faisant état pour des antidépresseurs ISRS.

Ça m'étonnerait beaucoup que l'on puisse trouve un vrai "high" avec de la trazodone, à moins que tu aimes les neuroleptiques (son profil pharmaco l'en rapproche quelque peu, du moins concernant ses effets les plus immédiats). Et de plus, en surdosant massivement, tu cours le risque (certes faible, on n'est pas sur un agent libérateur de séroto) du syndrome sérotoninergique, avec une probabilité très variable selon les personnes.

J'imagine que tu ne perds rien à tenter de te l'envoyer dans le …

Benzodiazépines » Accroc sans le savoir?!?? » 11 avril 2024 à  13:37

Salut à toi,

Pourquoi ressens-tu ce besoin pressant de reconsommer ? Fait-il écho à des circonstances particulièrement difficiles que tu aimerais surmonter plus efficacement, à un état d'anxiété dépourvu de cause identifiable, à un désir de défonce purement hédonique ?

Difficile de t'orienter sans en savoir plus sur ta situation.

L'addiction est une condition complexe et polymorphe, au point que même des individus sobres depuis des lustres (mois, années) peuvent être considérés comme addicts selon une certaine grille d'interprétation de par la présence récurrente de cravings ou de désirs trop implacables à l'égard d'une substance.

Je n'ai pas l'impression que ce soit ton cas, peut-être ton envie correspond-elle à une nécessité qui ne tire pas son origine de tes prises de Temesta passées, mais c'est justement ce que j'aimerais que tu clarifies.

Ce qui est sûr, c'est que tu n'es plus en sevrage si tu n'en a pas repris depuis. Et le fait de n'avoir pas eu de symptômes de sevrage n'e …

Decro - Sevrages... et après ? » sevrage et haine de soi » 11 avril 2024 à  13:17

[quote=Nils1984]Au fond - et pardon pour cette naïveté littéraire - nous ne sommes qu'un alliage de lumière et de douleur. Et nous pouvons être le capitaine de cette douleur.[/quote]
Tout ton message est superbe.

Tu connais Marina Tsvétaïéva ?

"Je n'ai pas vaincu mes ténèbres, mais je les ai émaillées d'étoiles."

MDMA/Ecstasy » Ma première expérience avec la MDMA » 01 avril 2024 à  19:22

[quote=Shaidesu]Salut ! Merci beaucoup pour ta correction, je pensais que j'avais juste eu beaucoup de chance en évitant une quelconque redescente et les contrecoups liés au manque de sérotonine. Tu fais très bien de le dire !

J'en ai repris un demi il y a environ un mois, la seule différence étant évidemment que cette fois ci, j'ai bien pris les effets secondaires de plein fouet haha.[/quote]
Yes, j'ajouterais aussi que la "règle des 6 semaines minimum entre 2 taz" même si pas gravée dans le marbre (et parfois insuffisante, je suis plutôt partisan des 8-12 mois dans mon cas perso) reste tout de même un pilier assez incontesté de la RdR.

Voilà, j'espère que tu adopteras les pratiques qui te conviennent le mieux :)
Bonne chance pour la suite.

MDMA/Ecstasy » Retour d'expérience + inquiétudes pour la suite » 01 avril 2024 à  19:15

Je ne dirais pas que ta pratique est très choquante présentement, mais elle met en place les conditions d'une pente glissante, d'une habituation psychologique et d'un apprentissage par renforcement, et cela est en soi plutôt préoccupant pour la suite. Et elle fait bien planer un risque possible sur ta santé, dont le choix de le courir ou non t'appartient. Mais clairement le rapport bénéfices/inconvénients ne me parait absolument pas favorable à moyen terme.

Concernant ton observation, le fait que ton pote ne sente pas ses fonctions de régulations de l'humeur défaillir ne dit rien sur l'altération de ses capacités cognitives par exemple. Ni sur les conséquences que, toi, tu subirais si tu imitais ses pratiques, étant donné que chaque organisme est différent. Je sais que je suis assez sensible aux effets secondaires de la MDMA si j'en prends trop souvent, je ne pourrais absolument pas avoir la même consommation que lui sans m'écrouler psychologiquement en quelques semaines.

Pour en rev …

MDMA/Ecstasy » Retour d'expérience + inquiétudes pour la suite » 01 avril 2024 à  12:30

Salut,

En théorie oui, bien sûr que prendre 1/2 taz par semaine est moins neurotoxique que d'en prendre 2. Le premier problème avec ce raisonnement si j'ose dire, c'est que les mécanismes de la neurotoxicité de la MDMA ne sont que peu étudiés, et il est probable que la déplétion des stocks de sérotonine ne soit pas seule en cause. Notamment, la dégradation de certaines connexions ou neurones (au niveau par exemple du noyau raphé) pourrait expliquer les déséquilibres persistants (cognitifs et thymiques) auxquels certains utilisateurs font façe même après cessation de leurs pratiques psychotropes.

Si tu ne vois pas de recommandation quant à la quantité, c'est parce que généralement les consommation ne se font pas à des doses à moitié efficaces. En particulier avec la MDMA et son fameux effet de "seuil" au-delà duquel les effets se déploient d'un seul coup.

Le second souci comme tu le soulignes réside principalement dans ton attitude vis-à-vis de la molécule. Que tu n'envisages pas de …

Médicaments psychotropes » Gros Trip Benzo » 01 avril 2024 à  12:02

Me semble pas qu'on ait le droit de conseiller des dosages. Si jamais tu veux tester, essaie d'abord une seule molécule à posologie thérapeutique (et pour une première évite l'alcool et autres combinaisons bien sûr).

Attends 30 minutes pour l'alpra et une bonne heure pour le broma avant d'aviser pour la suite.

En vrai, un "trip" aux benzo n'est pas le mot que j'utiliserais... Si tu n'es pas anxieux ou déprimé (auquel cas les bzd ont un effet régulateur et agréable par la normalisation de l'humeur), il est probable que tu te sentes juste vide et sédaté pendant quelques heures. Pas un très grand potentiel récréatif amha.

MDMA/Ecstasy » Ma première expérience avec la MDMA » 01 avril 2024 à  11:56

Merci de ce retour, ça se voit que tu as apprécié !

Et bienvenue sur le forum.

J'ai lu tout ton récit et j'ai bien aimé ta façon de retranscrire les événements.

Je veux juste rebondir là-dessus :

[quote=Shaidesu]A peine arrivé, je m'écroule dans mon lit et je dors pendant littéralement 12H, j'ai donc évité la redescente.[/quote]
La redescente en soi (depuis le plateau de MDMA jusqu'à ton état de base) n'est pas forcément désagréable, t'as encore de la molécule dans le sang, donc tu vas forcément continuer de ressentir les effets, quoique de moins en moins puissamment : c'est juste que sa concentration diminue progressivement et te laisse éprouver de façon croissante toute la fatigue accumulée, ainsi que vers la toute fin les premiers feux du contrecoup.

J'entends par là le vrai "comedown", qui se prolonge dans les jours qui suivent la prise.

Tu n'as pas "évité" la redescente, je pense que tu te l'es prise de plein fouet (ce qui fait justement que tu as pu dormir).

Par contre, s …

Benzodiazépines » Zopiclone + benzo + weed ? » 01 avril 2024 à  11:30

Le zopi agit très vite et retombe tout aussi rapidement, on conseille généralement de le prendre juste avant de se coucher. Donc je dirais de l'avaler à ce moment-là, après avoir fumé si c'est ce que tu veux faire.

J'imagine que l'effet total dépendra de la souche de ta weed...

Méthylphénidate (Ritaline) » MPH + Fluoxetine, thérapeutique, aide/avis/conseils svp ? » 01 avril 2024 à  11:20

Salut,

Pas facile comme situation.

À chaud et sans connaître plus avant ton histoire, je pense qu'il ne faut pas te limiter à une explication (et à des solutions) purement pharmacologiques, qui ne sont souvent qu'un des nombreux aspects des circonstances pouvant agir sur la stabilité psychique.

-Premièrement, comment es-tu certain.e que la combinaison MPH+fluoxétine est bien ce qui cause l'inconstance de ton humeur ? Il serait dommage d'abandonner un traitement qui fonctionne à cause d'une interprétation erronée de ce qu'il provoque. Si il te convenait au départ, quelle durée a été nécessaire à l'apparition des symptômes que tu décris ? Et le "déséquilibre" naturel de ton fonctionnement cérébral ne pourrait-il pas engendrer seul ces difficultés thymiques ?

Les AD et autres ne sont pas en eux-mêmes des molécules miracle pour les troubles de l'humeur, mais seulement une aide à un travail psychologique personnel et/ou professionnel. Es-tu suivi.e par un/e psychologue ? As-tu résolu …

Interactions drogues et antidepresseurs » Association sertraline et trazodone » 01 avril 2024 à  11:00

[quote=SaintOfKillers]Merci de ta réponse. Tu les as donc pas pris en même temps ? Tu as testé une fois l'un, une fois l'autre c'est ça ?

Je suis de Suisse, ici le trazodone est souvent prescrit comme antidépresseur de premier intention[/quote]
Oui, c'est bien ça. À priori il n'y a pas d'interaction très notable, la trazodone augmente juste (pas beaucoup à 50 mg) l'effet de recapture de la séroto déjà présenté par la sertraline.

Interactions drogues et antidepresseurs » Association sertraline et trazodone » 28 mars 2024 à  10:49

[quote=SaintOfKillers]Bonjour,
Je suis actuellement sous sertraline 150mg pour contrer un épisode anxiodépressif. C'est plutôt efficace sur l'humeur, le moral va bien. En revanche, mon anxiété est toujours beaucoup trop forte, ma psy ma donc prescrit du trazodone 50mg à prendre le soir.

Du coup, je voulais avoir vos retours si vous avez aussi tester le mélange sertraline + trazodone car ça m'a un peu surpris de prescrire 2 antidépresseurs en même temps.[/quote]
J'ai déjà pris les deux séparément à des périodes différentes.

La trazodone a une action très sédative et anxiolytique chez moi (probablement due à ses antagonismes histaminique, adrénergique et 5HT2A). Ce sont ces propriétés qui la rendent intéressante, plus que l'inhibtion de recapture de la sérotonine, propriété principale de la sertraline.

Tu es en France ? Perso mes psy ne connaissaient pas cette molécule, elle m'avait été initialement prescrite par une psychiatre polonaise...

C'est chouette que tu ailles mieux. J'espèr …

Benzodiazépines » Effet sur la mémoire : cannabis vs xanax » 28 mars 2024 à  10:38

Le cannabis et les benzodiazépines affectent le fonctionnement du cerveau selon des mécanismes distincts.

Si les 2 ont la capacité de provoquer une amnésie rétrograde pouvant couvrir la durée des effets, le cannabis est connu pour impacter préférentiellement la mémoire de travail (quantité d'éléments que tu peux avoir à l'esprit en même temps) et la vitesse de traitement des informations, qui sont fortement impliquées (surtout la première) dans la résolution de problèmes et l'apprentissage. Ce qui est bien moins le cas du xanax (qui peut même améliorer les performances si l'anxiété représente habituellement un handicap chez toi).

Donc rien à voir en termes d'effets et de conséquences fonctionnelles. Perso je trouve que la mémoire épisodique à long terme (e.g. souvenirs d'une soirée) est plus intensément altérée par le xanax, mais j'ai assez peu d'expérience avec le THC, que je n'aime pas et consomme donc très rarement.

Pour rebondir sur tes questionnements, neurotoxicité et perte de …

Interactions drogues et antidepresseurs » Prise d'extasy avec Venflaxine, quétiapine et lamotrigine » 27 mars 2024 à  14:50

Bah l'ecsta est connu pour ses descentes et lendemains difficiles, conséquence de son action violente sur le système sérotoninergique, donc si tu prends toutes ces molécules pour contrecarrer une dépression il y a des chances que ce retentissement se manifeste particulièrement intensément sur toi au vu de tes prédispositions.

Et arrêter plus longtemps, pourquoi pas, mais attends-toi à vivre un syndrome de sevrage aux ISRS, ce qui est assez peu agréable, ainsi qu'un rebond des problèmes pour lesquels le traitement a initialement été mis en place...

+la lamotrigine est un anti-épileptique, avec l'abaissement du seuil consécutif à la prise de MDMA tu multiplies les risques posés par son interruption.

Donc pour répondre à tes questions, oui, et il y a amha pas mal plus de raisons que ça se passe mal pour toi que pour une personne vierge de toute prescription médicamenteuse psychotrope à l'instant de la conso.

Je ne connais pas non plus tes doses ni tes pathologies, et d'autres que moi …

Kétamine et PCP » 3 semaines entre un t et la k c'est good ? » 27 mars 2024 à  14:35

Yo,

Je ne pense pas qu'il y a interaction entre MDMA et kétamine à 3 semaines d'écart. Les 2 agissent sur des systèmes très distincts. Selon moi tu peux y aller sans problème.

Je consomme rarement de la K mais en général j'attends 20 minutes après chaque trace, du moins quand je ne connais pas le produit, ce qui me permet d'évaluer sa puissance (et comme c'est votre première fois, vous pouvez même augmenter l'intervalle pour apprendre à maîtriser le profil de la courbe d'effets).

Après, si au bout de 10 minutes vous ne sentez strictement rien, je ne vois pas le problème d'en refaire une.

Répression - Victimes de la guerre à  la drogue » Cannabis au volant - Article pour Monsieur Darmanin » 27 mars 2024 à  14:21

Merci pour ce partage.

Ayant lu l'article, je précise juste que les éléments de conduite évalués par les scientifiques étaient au nombre de 2 : nommément, la capacité des sujets à rester au centre de la voie et leur aptitude à suivre une autre voiture. Les autres paramètres (certains importants comme le temps de réaction, la pertinence et rapidité des décisions prises...) n'ont pas été examinés dans cette étude (mais ont fait l'objet de plusieurs investigations dont certaines concluent à une dégradation marquée, voir notamment les références 1 et 4).

En revanche, il est vrai que les tests empiriques effectués par les agents ont conduit à un nombre exagérément élevé de faux positifs (qui ont pu être corrigés a posteriori grâce à des mesures biologiques du niveau de THC). Je ne trouve pas très surprenant que des tentatives approximatives et empiriques se montrent aussi peu fiables...

Bref, même si le consensus actuel n'est pas univoque en ce qui concerne l'influence de certains effets …

Zolpidem (Stilnox) et zopiclone » Zopiclone, Lormetazepam, Zolpidem ... » 18 mars 2024 à  13:43

[quote=Orpha]De toutes façons, je pense qu'il n'y a pas de "bonnes solutions", il y a des solutions au cas par cas.

En parallèle quand je verrai un prescripteur je lui parlerai du Tercian.

Récemment mon psychiatre m'a dit qu'on était dans une errance thérapeutique car j'ai déjà essayer beaucoup de molécules et on tournes vite en rond.

D'autant que ayant des troubles anorexique, j'ai une tolérance très moyenne à certaines augmentation de molécules. Par exemple la Sertraline, à 50mg je la supporte bien, monter à 75mg m'a créer deux TS compulsive.
On est donc repassés à 50mg.

Mon psychiatre pense que mon poids reste un problème car on arrives vite à des seuils de mauvaises tolérances avec des surdosage alors que c'est des doses légères pour "le commun des mortels"

De manière très paradoxal, les benzos et l'oxycodone j'ai pas de soucis de tolérance malgré les augmentation de dosages (?)

C'est aussi pour ça que aujourd'hui mes prescripteurs restent sur le switch de benzos. Puisque …

Zolpidem (Stilnox) et zopiclone » Zopiclone, Lormetazepam, Zolpidem ... » 15 mars 2024 à  18:27

Salut,

Si je comprends bien, tu prends toutes ces molécules (benzo + z-drugs) pour t'endormir.

Perso, la seule solution que j'ai trouvée pour faire baisser ma tolérance, c'est l'arrêt total des GABAergiques...

As-tu pensé à utiliser la quétiapine (antipsychotique) à faible dose (50 mg ou moins) ? Elle est souvent prescrite "off-label" pour aider à lutter contre l'insomnie, et la tolérance semble grimper plus lentement que celle des hypnotiques GABA. Alterner les deux types de sédation pourrait représenter une alternative, même si je ne suis pas certain qu'elle soit pérenne.

Tu as toujours des solutions non médicamenteuses à essayer, bien que je doute qu'elles produisent des effets aussi drastiques. Mais elles peuvent sans doute accompagner ceux des drogues et limiter en partie la vitesse d'accroissement des doses.

Bises et bon courage.

Médicaments psychotropes » Trip killer » 15 mars 2024 à  18:17

La quétiapine a effectivement une meilleure efficacité pour interrompre les effets du trip. Ceci dit, d'expérience, les benzo en quantité suffisante peuvent fortement réduire la quantité d'hallucinations et d'altérations de la pensée observables sous psychédéliques.

Par contre, je ne trouve pas que la quet soit très rapide à agir, même en écrasant le comprimé. Je compterais bien 15-30 minutes pour la sentir (et elle risque de te sédater). Donc ça dépend de la raison pour laquelle tu agis sur ton voyage : sortir d'un bad trip peut très bien se faire à l'aide des benzo à court délai d'action. Par contre si tu veux tout couper et revenir à la normale pour des raisons logistiques (ou autres), là je pense que la quétiapine peut faire l'affaire.

Opiacés et opioïdes » La trt ou les stéroïdes peuvent aider dans le cas d’une dépendance au opi ? » 08 mars 2024 à  11:28

[quote=Cookiecostaud]Mais je suis demandeur des différentes études sur la réduction de la testo et à quel dosage[/quote]
Celles auxquelles j'ai accès pointent surtout vers une diminution de la testostérone chez les personnes addict et/ou sous traitement chronique (>3 mois). Je n'ai pas vu d'études s'attachant aux effets d'une dose unique, à part après anesthésie et opération, donc quantité assez importante (1mg/kg) + trauma physique + autres substances (curarines, oxyde nitreux...).

https://www.bjanaesthesia.org/article/S0007-0912(17)45345-1/pdf

L'action aurait lieu au niveau de l'hypothalamus, en inhibant la sécrétion de GnRH. Une potentialisation du feedback négatif naturel de la testostérone en constituerait le mécanisme, même si j'ai l'impression qu'il n'existe aucune certitude à ce stade. Les niveaux de DHT périphérique seraient, eux, haussés par les opioïdes (du moins dans un premier temps, avant que la testostérone totale diminue), via une activatoin de la 5-alpha-réductase 1. …

Opiacés et opioïdes » La trt ou les stéroïdes peuvent aider dans le cas d’une dépendance au opi ? » 07 mars 2024 à  09:35

Possiblement oui. Mais tu n'échapperais pas aux problèmes matériels d'approvisionnement, à l'augmentation graduelle de ta tolérance, fonction de ta fréquence de conso, ni aux symptômes cardinaux du manque si (quand) il pointera le bout de son nez.

D'autant que la TRT risque de flinguer pour de bon ton axe HPT, te rendant dépendant à vie aux injections de testostérone exogène. À la limite la HCG serait moins problématique à ce niveau (mais un peu tout de même).

Je ne recommanderais par l'utilisation des autres stéroides anabo/andro, soit en raison de leur activité trop faible en tant qu'androgènes (nandrolone...), soit de leur incapacité à s'aromatiser en indispensables oestrogènes (turinabol, oxandrolone, methenolone, trenbolone...), et plus généralement de leur profil d'action qui s'écarte d'un équilibre physiologique normal, d'où pas mal d'effets secondaires potentiels. Plus leur propriété suppressive de la testostérone naturelle évidemment. …

Fentanyl et dérivés » Fentanyl illimité et gratuit, sevrage dur » 06 mars 2024 à  18:53

Merci pour ce témoignage.

J'ai lu assez peu de retours positifs sur le fentanyl, ton expérience confirme donc mes connaissances à ce sujet.

Bonne chance pour ton sevrage.

Remonter

Pied de page des forums