PsychoACTIF / Résultats de la recherche
Recherche » Forums » Auteur : eduardo

Cannabis » Sevrage cannabis grosse anticipation i » 07 septembre 2021 à  09:57

Désolé Drilococo, je suis toujours là !
je vais allé voir ton forum
De mon côté, j'ai commencé par une première étape, à savoir stopper les joints et vaporiser le shitt pour déjà me débarrasser de l'addiction aux longs et gros bédo qui durent !
Bien sûr rien à voir avec l'arrêt, je recule je recule pour mieux sauter j'espère !
Je suis dans une période un peu dure et j'avoue ne pas l'envisager tout de suite.
Mon premier but est de réduire déjà de 1g/jour à 0.5 le tout en vaporisant seulement.

Quand je serai posé (appart, taf, csapa pas trop loin là je bouge sans cesse) j'espère que j'aurais le courage de stopper vraiment.

C'est vrai on est très inégaux face au cannabis, je connais des gens qui arrêtent en un claquement de doigt et d'autres qui en chient grave.

Dur de déterminer la part de psycho et de réelle addiction physique.

merci pour tes encouragements, peace !

Cannabis » Sevrage cannabis grosse anticipation i » 30 août 2021 à  13:09

Salut Cependant et merci
L'option phylothérapie est une bonne idée merci j'ai l'habitude de prendre de la passiflore pour le stress mais c'est clair qu'un bon phylothérapeuthe pourrait sans doute me donner de meilleures pistes

Je me fais sûrement tout un monde de cet arrêt en fait je sais juste que mon corps est ultra dépendant au canna et comme j'ai ces pbs de sommeil et que je ne suis pas en état physique (maladies diverses) d'affronter deux semaines sans dormir je flippe

si tu dis que c la semaine où t'as le mieux dormi de ta vie je suis impressionné !

Oui le transfert d'addiction, c'est classique, c'est justement l'arrêt de l'alcool qui m'a fait retomber dans le bédo alors que j'ai eu de longues périodes où je fumais pas ou peu (mais je tisais comme un trou), c'est évidemment la preuve qu'au delà de l'arrêt d'une substance on a pas réglé le "pourquoi ?" (vaste problématique !)

Perso les opiodes je suis pas passé loin (à cause de pbs dentaires qui m'ont fait prendre de la codéin …

Cannabis » Sevrage cannabis grosse anticipation i » 30 août 2021 à  12:17

Merci à toi, je prends du valium et je monterai pas les doses, t'as raison je vais passer par un CSAPA et voir...
Je retiens le tercian au cas où...

Cannabis » Sevrage cannabis grosse anticipation i » 30 août 2021 à  08:33

Merci de ta réponse
Je veux arrêter le canna pour des raisons qu'on retrouve souvent : apathie manque de motivation repli sur soi etc
Tu as raison faut que je tente au moins une semaine voir si je tiens le coup :)

Cannabis » Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous comment ! » 29 août 2021 à  19:59

eduardo
Replies: 145

Aller au message

Salut
je m'y mets mais je galère un peu !
j'ai vite compris que l'effet du bon gros joint et l'association tabac/shitt me manquait physiquement quand je vaporisais du shitt car comme je suis un gros shitteux je vaporise donc de la résine
du coup je vaporise et je vapote un liquide bien chargé en nicotine en même temps et là j'ai l'impression d'avoir eu mon bédo
point de vue pratique j'ai pas un super bon vaporisateur mais j'aime bien vaporiser autour de 210, enfin de 200 à 220, avec une herbe genre damiana mélangé au shitt pour la vapeur et le hit
voilà ! peace ! :)

Cannabis » Sevrage cannabis grosse anticipation i » 29 août 2021 à  19:51

Hello !
Alors voilà, dans ma désormais vie de près d'un demi-siècle j'ai réussi à me sevrer moult fois de l'alcool (avec donc des rechutes d'où leS sevrageS mais bon on va dire que ça tient), je me suis sevré de quantités importantes de benzos (valium) et ce, je peux le dire, grâce à l'alcool (en gros une murge de 3 semaines et j'ai baissé de 35mg de valium, j'en suis pas fier mais ce sont les faits), je me suis sevré de la coke (plus psychologique ) et là le truc qui me fait le plus peur, c'est le sevrage du... shitt.

Ça serait je pense une grande libération de me sevrer du shitt mais je flippe grave car je sais que je vais ne tout simplement plus dormir pendant plusieurs jours avec des bons symptômes physiques (transpiration angoisse énervement fatigue), je le sais pour l'avoir essayé 3 jours et j'avais halluciné de la difficulté par rapport à tout ce que j'ai cité plus haut.

Je fume depuis que j'ai 15 ans, en ce moment un petit gramme par jour, le problème est que je fume seulem …

MDMA/Ecstasy » La MDMA peut soigner l'addiction à l'alcool ? » 18 juin 2021 à  13:01

[Il faut tracer (snnnnnnniffff) la différence entre un psychédélique et une drogue euphorique. C'est aussi différent que la lune et le soleil. La MDMA brouille les pistes, comme elle peut être utilisée dans les 2 sens.]

Salut,
Toutes les personnes ayant pris de la MD à dose importante connaissent normalement les effets psychédéliques de la MD, mais je suis d'accord qu'on est entre un stimulant et un psychédélique.

MDMA/Ecstasy » La MDMA peut soigner l'addiction à l'alcool ? » 18 juin 2021 à  12:54

Salut,

(je ne crois pas que la came, contrairement à l'alcool, les benzo, le lyrica, le GHB, etc joue sur les récepteurs GABA.)

Moi j'en suis certain, tous les opioïdes exogènes provoquent une diminution de la quantité de GABA relâché. Et le GABA diminue la quantité de dopamine relâchée dans le noyau accumbens. En inhibant un inhibiteur, les opiacés augmentent donc en bout de ligne la production de dopamine et la sensation de plaisir ressenti.

(Je reste toujours bien sceptique aux solutions "miracles" pour "lutter" contre l'addiction (à l'héro spécialement). Que ce soient à base de LSD ou de câlins fonsdé à l'MD...
L'addiction est bien plus complexe qu'une histoire de molécules à mon avis. Et le sevrage et l'abstinence ne sont pas des buts en soi...)

je n'ai jamais dit que c'était une solution miracle, juste que des recherches existaient, des traitements aussi. Après moi en tant qu'alcoolique abstinent, je te réponds si, pour moi le maintien de l'abstinence est un but en soi. Je n' …

MDMA/Ecstasy » La MDMA peut soigner l'addiction à l'alcool ? » 17 juin 2021 à  09:26

Hello,
Je n'ai pas dit que j'avais des études, j'étais tombé sur des cliniques (serbes je crois) qui proposaient de traiter au LSD la dépendance aux opiacés, l'idée c'était une dose ou deux par an pour consolider l'abstinence.
Par contre des études sur le LSD et ses applications thérapeutiques il y en a beaucoup.
Le LSD a beaucoup été étudié dans le traitement de l'alcoolodépendance (et de la dépression) comme dans celle de l'héroine, l'alcool et l'héroine ayant tous les deux beaucoup à voir avec les récepteurs GABA. Même chose pour les traitements à l'ibogaine, ils concernent alcool et produits opioides.
Tout comme le LSD, le MDMA est un hallucinogène et il se trouve que le MDMA est aussi étudié dans le traitement de l'alcoolisme et de la dépression.

https://www.bfmtv.com/sante/angleterre-des-chercheurs-inventent-un-traitement-a-la-mdma-efficace-pour-reduire-la-dependance-a-l-alcool_AN-201908210047.html

https://www.grea.ch/sites/default/files/dep_52_art7_0.pdf

https://ici.radio-ca …

Benzodiazépines » Dose maximale lexomil » 17 juin 2021 à  09:05

Salut,
En usage dit thérapeuthique/ambulatoire c'est 3 barres de lexo max soit 18 mg et ça peut être plus en hospitalier.
Tout ça est relatif car pour le valium c'est 20mg max/jour en ambulatoire ce qui correspond grosse modo à 12 mg de lexo... mais le valium a une demi-vie beaucoup plus longue.

MDMA/Ecstasy » La MDMA peut soigner l'addiction à l'alcool ? » 29 mai 2021 à  18:28

Dans certains pays/programmes de sevrage ils donnent un peu de LSD chaque année pour consolider le sevrage aux opiacés, ça semble fonctionner, il y a des études là dessus, je ne sais pas s'il peut y avoir un rapport.

Cannabis » vaporisation résine + plantes » 29 mai 2021 à  15:29

Carrément d'accord pour le rapport prix/santé...
Le volcano je l'ai testé chez une copine et c'est vrai que c'est top, et à chaque fois il me semble qu'on en revient à lui :)
après je bouge tout le temps de logements/villes et les petits modèles sont plus simples à trimballer mais je pense que je vais me le prendre
eh oui ! je pensais en attendant à ce petit vapcap M qui a de bons retours et qui monte potentiellement à 230
merci pour toutes ces infos

Cannabis » vaporisation résine + plantes » 29 mai 2021 à  14:03

oui mais quand je regarde beaucoup des bons vapos ne dépassent pas les 210 voire les 200 degrés, du coup pas idéal pour la résine et je ne sais pas vers quoi m'orienter.
Bon malgré tout, avec la Vital, l'effet est là quand même et elle a le mérite de monter à 230
merci pour ces infos

Cannabis » vaporisation résine + plantes » 29 mai 2021 à  13:53

Ok merci, j'ai donc ma principale info, pas de combustion !
Par contre ça m'étonne quand tu parles de vapeur épaisse, moi c très léger (le plus de vapeur avec damiana malgré tout effectivement) mais c'est sans doute dû au matériel, ma vital x max est dans les premiers prix des vapos...
merci pour ton lien, je vais lire ça de ce pas
edit : j'ai lu, très intéressant en effet, mais je constate ce que j'avais déjà constaté : beaucoup des bons vapos ne dépassent pas les 210 voire les 200 degrés, du coup pas idéal pour la résine.

Cannabis » vaporisation résine + plantes » 29 mai 2021 à  13:09

Salut merci de ta réponse,
En fait c'est en trainant sur des forums que j'ai constaté que pas mal de gens vaporisaient le shitt avec une herbe, leurs arguments que j'ai pu vérifier est une sensation de hit un peu plus forte, un peu plus de vapeur, bref le sentiment d'une meilleure vaporisation. Quand je vapote sans herbe (je parle toujours pas de beuh mais des herbes que j'ai citées), j'ai l'impression d'aspirer comme un boeuf pour pas grand chose. Et oui comme tu le dis il y a aussi la saveur de la plante.
Après j'ai un espèce de mini entonnoir en métal percé spécialement conçue pour vaporiser le shitt (pour la vital x max) donc ce n'est pas un pb de support.

Je ne sais pas à quoi correspond la cellulose mais si je te comprends bien ça signifierait que quelles que soient la plante, il n'y a pas de combustion avant 230 ? J'ai pourtant lu que la résine de cannabis commençait sa combustion autour de 220/230 (en même temps je vaporise autour de 215 donc pas de pbs de ce côté)

Pourtant j …

Cannabis » vaporisation résine + plantes » 29 mai 2021 à  09:31

[quote=anonyme 710]Salut,
En revanche, il existe du THC en e-liquide, avec plusieurs taux de concentrations possibles. J'avais essayé une fois de vapoter à 15% de THC, et j'avais été surpris par la puissance. Quelques taffes, et c'était vraiment sympa.[/quote]
Salut merci oui j'ai déjà essayé ça fonctionne clairement mais d'après ce que j'ai compris c'est beaucoup plus addictif sinon dangereux que le shitt donc je vais m'en tenir à cette bonne vieille résine !

Cannabis » Plus de vrai shit depuis le coronavirus ? » 29 mai 2021 à  08:52

Perso, j'ai pas constaté de baisse de qualité sur Marseille, à Paris c'est dur à dire car c'est toujours plus variable et il me semble toujours moins "frais" qu'à Marseille. Niveau prix, on est revenu aux prix d'avant le premier confinement, pour mes plans à Marseille en tout cas...

Cannabis » vaporisation résine + plantes » 29 mai 2021 à  08:42

Hello,
J'ai besoin de l'avis de spécialistes ! Je dois cesser toute combustion de tabac suite à de gros soins dentaires (et c'est tant mieux ça fait 5 ans que j'y pense !). Question clopes, ça fait déjà 5 ans que je vapote mais vu que je consomme 5/7 joints par jour en plus avec tabac à rouler, on ne peut pas dire que je suis un ex-fumeur...
Bref, hier soir fut ma première soirée et nuit (je fume un bédo pour me rendormir la nuit...) sans joints et seulement avec vapo X-MAX pour le shitt et vapote pour la nicotine.
Voilà mon petit souci. Je suis un fumeur de shitt, j'aime pas trop la beuh, donc je vaporise du shitt, or j'ai constaté que c'est plus sympa en rajoutant une herbe genre damiana ou bouillon blanc ou camomille.
Or pour vaporiser la résine je dois monter à 210/215 degrés quand le point de vaporisation des herbes citées est à 180 à peu près (j'ai choisi celles avec la température la plus haute). On est donc d'accord qu'en vaporisant ce mélange à 210, je suis ok pour la résine …

Heroïne » Pharmaciens et comportements face à l'envie de se soigner » 28 mai 2021 à  14:33

salut,
ça me rappelle quand j'étais sous baclofène pour l'arrêt de l'alcool et que je montais à 220mg avec ordonnance hors AMM, certains pharmaciens me jetaient comme un pestiféré quand d'autres, qui connaissaient ce protocole, me soutenaient...

Idem pour la codéine, récemment grosse rage de dents un dimanche, 15 pharmacies me jettent comme une merde (genre "mais comment osez-vous demander ça"), une accepte sans discuter de me refiler une boite en me souhaitant "bon courage"...

J'espère que tu finiras pas trouver un bon pharmacien, ça existe quand même (je ne sais pas où tu es)

GBL, GHB, 1.4-BD » Ma vie avec le GBL et la cocaine. Suis-je en danger ? ou est-ce que ça va ? » 28 mai 2021 à  10:21

[quote=colorlife69]Et le comble je suis en belgique... et j ai sonné a 3 addictologue (psy) personne connaît le GBL/GHB.
Il vont me faire des prescription et suivi de merde.[/quote]
J'avoue que c'est assez incroyable qu'un addicto ne connaisse pas ce produit, d'autant plus en Belgique où ça tourne beaucoup... Je sais pas si tu as l'équivalent de nos CSAPA en Belgique (des centres d'addicto) en tout cas à mon avis oublie ces addictos et trouves en un qui sait de quoi il parle !

GBL, GHB, 1.4-BD » Ma vie avec le GBL et la cocaine. Suis-je en danger ? ou est-ce que ça va ? » 26 mai 2021 à  17:33

Salut,
Déjà au niveau réduction des risques, tu devrais prendre du GHB plutôt que du GBL, c'est dévastateur le GBL, c'est du solvant.
Pour tes problèmes de sommeil, ne prends surtout pas de tranquilisants (benzodiazepines ou somnifères) si tu prends du GBL et fais super attention avec l'alcool, pour moi ce qui te met le plus en danger dans ce que je lis à court terme c'est l'association alcool/GBL, on peut vraiment rester sur le carreau.
Y a pas de réponses à ta question car le GBL perturbe beaucoup le sommeil et tant que tu consommeras il en sera ainsi (à la base on donne le GHB pour des problèmes de narcolepsie !)
Après je comprends que tu kiffes sous GBL, mais crois-moi à long terme tu ne te diriges pas vers quelque chose de cool, réfléchis quand même à l'éventualité d'un arrêt, ou prends au moins un RDV avec un addictologue pour en discuter, tu n'as rien à y perdre
bon courage !

Alcool » Réduire le risque de devenir réellement alcoolique ? » 06 février 2021 à  17:21

Oui on appelle ça le binge drinking maintenant, mais Prescripteur, quand tu indiques que cette forme d'alcoolisme évolue souvent vers une conso quotidienne, Bitachu indique déjà que ça lui arrive de passer qq jours seul à boire de la bière.
Pour parler franchement Bitachu, si tu as encore la chance de ne pas éprouver de manque physique, que tu peux t'en passer des semaines, pense peut être à une aide extérieure pour consolider ton choix et t'éloigner de cette substance qui, crois-moi, ne t'apportera que des emmerdes les années passant, si je pouvais revenir 15 ans en arrière et refaire un choix autre que celui qui m'a fait perdre 15 ans, je le ferai !
(mais parfois en matière d'addiction, c'est un peu con de parler de choix, c'est un peu le "si on veut on peut" qui m'a toujours bien énervé)
Peace !

Benzodiazépines » Mélange somnifère alcool (pas comme les autres) » 06 février 2021 à  16:54

En fait c'est simple, il n'y a que deux sevrage qui puissent être mortels si on y a va à l'arrache, celui de l'alcool en premier lieu puis celui des benzos...
Pour revenir sur les derniers posts et juste en parlant de mon expérience, le sevrage de l'alcool est assez simple et facile pour certains (comme moi mais de ce que j'ai pu observer pour pas mal de personnes aussi et des gens qui buvaient beaucoup - pour d'autres c très dur je ne le nie pas) avec un protocole benzo sur 10 jours mais c'est après que le plus dur commence, tenir, devenir abstinent sur la durée, c'est un putain de challenge ! Le vrai sevrage de l'alcool, c'est... après le sevrage.
Pour les benzos c'est un peu l'inverse me concernant, le sevrage est infernal, long, avec des tas de symptômes horribles par contre une fois qu'il est passé, j'ai pas de craving de benzo, d'envie d'aller braquer le pharmacien, c'est juste passé et je suis content.

Again, juste mon expérience perso …

Crystal meth (méthamphetamine) » Sevrage crystal » 06 février 2021 à  16:38

Salut,
Je n'ai pris de la meth que de façon occasionnelle en Asie il y a qq années, et ce qui m'a sauvé est que j'ai pris une dose de cheval sans le savoir (yaba + meth fumé) et que je suis tellement parti en sucettes pendant 5 jours que ça m'a calmé je crois à tout jamais. Enfin bref j'ai vu le potentiel démoniaque de ce truc et beaucoup beaucoup de gens tombés dedans avec un pronostic sur 2 à 5 ans assez sombre : folie, maladies diverses, perte de poids de dingue, violences... tout ça pour dire, c'est con je sais, que tu fais le bon choix, un choix difficile, et je te souhaite beaucoup de courage.
Il y a peu de substituts pour la coke/crack/meth contrairement aux opiacés, pas d'équivalent méthadone ou autres... Je sais qu'il y a une molécule la mirtazapine (un genre d'AD je crois) qui selon des études réduit l'appétence et aide au sevrage, tu trouveras ça sur le net mais bon c pas miraculeux non plus.
Moi à ta place, j'envisagerai de voir un doc (intelligent et compréhensif) ou un a …

Alcool » Réduire le risque de devenir réellement alcoolique ? » 06 février 2021 à  14:57

Bonjour,
Etant moi-même alcoolique, voilà ce que peux dire. Il n'y pas un seul type d'alcoolisme, à savoir le gars ou la nana qui boit tous les jours du matin au soir. Ton cas de figure, se prendre des énormes bitures de façon régulière avec blackout ET avec des périodes sans boisson, est un type d'alcoolisme, que d'ailleurs au passage les addictos et alcoologues connaissent bien.
L'alcoolisme pour moi ne se définit pas par les symptômes de manque mais par l'incapacité à gérer sa consommation et la perte de contrôle face au produit.
Bien entendu des symptômes de manque signent un alcoolisme à 100% mais l'absence de symptômes forts ne signe pas pour autant un non-alcoolisme...
En effet nous sommes tous très inégaux face à la dépendance physique. J'ai bu de 4 à 8 litres de bière par jour pendant plus de 25 ans (et là je parle des jours normaux pas ceux où je sortais) de façon quotidienne, pourtant à chaque fois que je fais un sevrage j'ai très peu de symptômes de manque comparé à d'autre …

Remonter

Pied de page des forums