PsychoACTIF / Rechercher
Recherche dans les commentaires de blogs

Le blog de Cazale » Porto » 18 octobre 2019 à  09:25

[quote=Cazale]Merci en tout cas pour ton récit Lena.[/quote]
Je te renvoie le compliment. J'ai bien aimé ton souvenir. Au plaisir de lire tes futurs billets.

En ce moment, je réalise que c'est super important de faire une relecture de son passé, à l'âge adulte. Cela permet bien souvent de se réconcilier avec celui-ci, de comprendre "qu'est-ce qui s'est passé"; de trouver la force de pardonner les personnes qui vous ont fait volontairement ou involontairement souffrir - si les faits en soi ne sont pas toujours pardonnables. Aucune maltraitance en ce qui me concerne, mais un pesant, très pesant mal être laissé par ma mère en héritage... C'est curieux, depuis que je suis sur ce forum, d'ailleurs, je retrouve plein de noms de médicaments qui me sont familiers ([i]Valium[/i], [i]Tranxène[/i], [i]Xanax[/i], [i]Temesta[/i], [i]Lysanxia[/i], [i]Gardénal[/i], [i]Dépakine[/i], [i]Anafranil[/i], [i]Lithium[/i], [i]Lexomil[/i], je suis à peu près certaine d'avoir vu passer ça dans l'arsenal de pilules qu'avalait quotidiennement ma mère...). Waouh ! Elle était grave accro aux benzos (principaux traitements dans les années 70 et début 80), en fait !! Je me souviens qu'elle était souvent dans le cirage ou planait; il lui fallait un grand bol de café noir, genre un demi litre, pour émerger le matin. …

Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly » 17 octobre 2019 à  23:19

Bravo, [b]Psychotropeur[/b].

L'image d'[b]Abracabrantesque[/b] est poétique; toutefois, ne serait-ce pas plutôt à nous de nous préparer, afin de recevoir notre Belle dans les meilleures conditions ?

Le blog de Thelma » Tous meurs et moi je reste » 17 octobre 2019 à  22:15

[quote=Abracabrantesque]Sincères condoléances!
Ne sois pas trop dure avec toi-même. Tu n'es pas responsable de cette tragédie même si tu te sens coupable, c'est maintenant encore plus le moment de penser à toi et te défaire au maximum de sentiments négatifs.

Je t'envoie plein de bonnes vibes![/quote]
Mes condoléances, [b]Thelma[/b]. Navrée d'apprendre ce qui t'arrive et désolée d'avoir tant de mal à trouver les mots justes pour t'apporter soutien et réconfort; [b]Abracabrantesque[/b] a su, lui, et je ne peux que m'associer à son message, si juste et si fort. Courage à toi.

Le blog de Cazale » Porto » 17 octobre 2019 à  14:46

Dans un énorme lit breton transformé en vaisselier, ma mère avait l'habitude de cacher ce qu'elle devait cacher, à mon frère et à moi, quand nous étions de jeunes enfants pas toujours sages.

On y trouvait des biscuits apéritifs, que nous dévorions quand nous tombions dessus, au désespoir de ma mère qui découvrait la mauvaise surprise lorsqu'elle avait des invités et rien à leur offrir.

On y trouvait également des paquets de cigarettes de marques diverses, vestige de la présence paternelle dans ce foyer où seule ma mère régnait depuis ma naissance.

Enfin, le meuble assombri au brou de noix dissimulait un gros bocal carré, en verre épais et teinté, lourd, fermé par un non moins gros bouchon en liège, et qui contenait un fruit défendu : des cerises à l'eau de vie faites maison ! J'adorais en prélever quelques unes, plus pour la drupe charnue que pour l'alcool, encore que celle-ci en était imprégnée, et la colère de ma mère ne faisait qu'attiser ma curiosité tout en renforçant ce lien causal sans doute erroné qui me suivra toute ma vie : "si c'est interdit, c'est que c'est bon !".

Par la suite (adolescence, âge adulte), je n'ai jamais développé de goût particulier pour l'alcool, sûrement parce que celui-ci me rendait vite malade, mais aussi parce que je présentais que c'était une drogue maudite; j'avais eu le spectacle triste et dissuasif d'un grand-père devenant violent et colérique dès qu'il prenait un pastis de trop, ainsi que celui de ma pauvre mère, allégeant son état dépressif constant avec les drogues qu'elle avait sous la main (gâteaux, bière, vin, gouttes d'alcool de menthe [i]Ricqlès[/i] sur un sucre, anxiolytiques et antidépresseurs nombreux, divers et variés...). …

Le blog de Psychotropeur » Ma descente aux enfers avec la MDMA » 15 octobre 2019 à  14:45

Courage à toi. Tu n'as pas une personne de confiance qui peut garder ton stock loin de toi ? Une collègue de travail (qui m'a avoué avoir été dépendante de l’héroïne dans sa folle jeunesse) a fait ça pour moi, pendant une semaine. La consommation hebdomadaire, j'ai connu, et encore c'était avec une substance bien moins forte; tu flingues tous tes week-ends, tu t'isoles, tu mets ta santé en danger, tu passes la semaine à essayer de récupérer... Mais là, avec la MDMA, ça me paraît hard.

Perso, j'ai enfin admis que si j'avais un RC chez moi, je ne pouvais pas m'empêcher de le consommer (encore tout à l'heure, je tombe sur ce qui ressemble à un petit cristal blanc; hop, je l'écrase et je le sniffe : ridicule, c'était sûrement un bout de mie de pain desséché ! :lol:).

Bon sevrage, écoute ton corps, il te dit que tu n'as pas le choix.


Amicalement.

Le blog de Dextro » Le speed & les nazis » 13 octobre 2019 à  00:33

Bonsoir [b]Dextro[/b], j'ai commencé à parcourir ton blog. C'est toujours si émouvant, ces histoires personnelles qui cachent tant de choses vécues, et en révèlent d'autres comme les pièces éparses d'un puzzle.

La musique, dans des moments forts, qu'ils fussent joyeux, douloureux, ou un mélange des deux, laisse une empreinte profonde en moi, et j'y accorde également une très grande importance, étant sensible aux atmosphères (les parfums, aussi). Note : samedi dernier, c'est les yeux embués de larmes que j'ai ouvert la porte à la factrice qui m'apportait de mystérieuses enveloppes - je venais d'écouter une samba du Brésil qui m'a replongée malgré moi dans la passion amoureuse que j'avais autrefois pour une femme transsexuelle brésilienne, une créature ravissante. Pas étonnant qu'une fois l'employée de [i]La Poste[/i] remerciée, je me sois ensuite précipitée sur un bout de carton pour confectionner une courte paille afin de soigner rapidement ma mélancolie...

Un tas d'exemples me reviennent en mémoire. Avec la 3-mmc, un album a tenu assez vite une place prépondérante, [i]At Play[/i] de [i]Melleefresh vs Deadmau5[/i], et en particulier, le premier morceau, [i]Afterhours[/i], qui signifiait pour moi le lancement de la soirée avec la montée des premiers effets. À noter que ce n'est pas spécialement ce que j'écoute d'habitude, bien que mes goûts soient éclectiques, et que je fréquente encore moins les boîtes de nuit (ça se dit encore, "boîtes de nuit", en 2019 ?); mais la 3-mmc a tout de suite été associée à la sensualité, ou plus clairement au sexe débridé, non sans une certaine vulgarité qui pimentait encore mon excitation croissante !

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=v0v8VNLtNaI[/youtube]

Je ne connaissais pas [i]Die Krupps[/i]. Un peu dans le même style musical, le même genre d'intention artistique, ton morceau m'a fait penser à [i]Laibach[/i]... [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/artists/connie/connie_she-moose.gif[/img]

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Glu9wA4HjE0[/youtube] …

Le blog de akcknopol » Un adieu de plus. » 09 octobre 2019 à  23:03

[quote=psychodi]Pourquoi rentrer en guerre contre les psychotropes...[/quote]
Nous sommes bien d'accord, quand je parle de combat, il s'agit du combat intérieur que je livre contre moi-même, dans les tréfonds de mon inconscient, un tri dans une poubelle qui contient des saloperies dont je ne comprends pas toujours l'origine... Pour continuer dans la métaphore. La drogue, elle, n'y est pour rien, même si on aime la personnifier, en particulier quand elle prend la forme d'une merveilleuse amie qui vous emmène en voyage !

Le blog de akcknopol » Un adieu de plus. » 07 octobre 2019 à  10:46

Merci pour ce beau texte.

Je ne peux pas parler de l'addiction à l'alcool, qui semble assez/très forte, car j'ai la chance de ne pas la connaître. Mais en ce qui concerne ma récente addiction aux stimulants de synthèse, je me fais la réflexion suivante (est-elle valable au sujet de l'alcool, je ne sais pas, il est possible que je me trompe) : la "guérison" ne consiste pas forcément à tout arrêter d'un coup, définitivement, et les "rechutes" ne sont pas à interpréter comme des échecs. D'une part, on fait preuve d'un effort louable pour espacer autant que possible les consommations. Et d'autre part, la prochaine expérience (pour ne pas dire "cuite" ou "défonce") et son lot d'effets négatifs, peut nous permettre de découvrir les armes pour combattre le mal, en comprenant mieux quelles-sont nos failles, nos blessures internes, nos motivations, "pourquoi je fais ça, bordel ?". Personnellement, je vis cela comme une introspection et une confrontation face à face avec des démons que je connais de mieux en mieux : certains sont déjà presque terrassés, ayant perdu leur pouvoir de séduction qui m'apparaît désormais comme une vulgaire tromperie, un michtonnage de pute, comme tu le dis si bien !

Bref, ce que je cherche maladroitement à exprimer, c'est que se remettre à consommer une substance alors qu'on avait décidé d'arrêter - ne jamais promettre ou jurer, c'est un piège dangereux - ce n'est pas nécessairement une "rechute", un frein dans notre progression; cela peut nous faire avancer dans la compréhension des mécanismes qui nous font tomber, nous donner plus de force pour le prochain combat, jusqu'à la victoire finale. …

Le blog de Brekhounov » Crack onirique » 28 septembre 2019 à  15:58

C'est vrai que c'est curieux, cette relation intime qui s'établit entre l'usager et sa drogue, cette dernière étant comme personnifiée et occupant toutes nos pensées...

Assez monomaniaque, moi aussi.

Le blog de Thelma » Obsession » 27 septembre 2019 à  20:53

Sans compter l'"armée des ombres", l'ensemble des personnes silencieuses du forum qui te lisent, [b]Thelma[/b]; qui se retrouvent au moins en partie dans tes difficultés, ton mal-de-vivre; et qui aimeraient t'apporter leur aide d'une manière ou d'une autre, bien qu'elles ne se manifestent pas.

Comment ne pas avoir une pensée pour toi et te porter, lorsque tu témoignes de souffrances que toutes et tous nous avons, à différents degrés (partiellement sans doute) vécu ?

Et ça, c'est une force invisible qui t'est transmise, c'est une réalité, ça n'a rien de surnaturel... Enfin, moi j'y crois à fond !

Le blog de hyrda » impossible de trouver des pamplemousses jaune » 26 septembre 2019 à  22:42

Après avoir lu plusieurs articles scientifiques à propos de cette histoire de pamplemousse (y-compris son influence sur les hormonothérapies de substitution, sur la lactation induite aussi), c'est loin d'être clair, cette affaire. Il semble y avoir des explications et des preuves indéniables d'interaction/de potentialisation, mais également des expériences contradictoires qui tendraient à prouver que l'effet du pamplemousse n'est pas systématiquement là, ni aussi fort qu'on pourrait le prévoir.

Perso, je ne sais pas trop qu'en penser. Si tu as du mal avec le jargon des sciences, [b]Hyrda[/b], tu risques d'avoir du mal à te faire une idée.

Le blog de Zazou2A » Back in da Game » 26 septembre 2019 à  10:41

[quote=Zazou2A]Il doit y avoir plein de nouveaux du coup, j’en serais presque timide ![/quote]
Bonjour [b]Zaz[/b], j'en fais partie (des nouvelles). Bon retour ici ! J'aime beaucoup ce forum. On y partage nos peines, nos chutes, nos souffrances quelles qu'elles soient, mais aussi nos joies, nos espoirs, nos victoires. Chacun à travers une histoire unique. La rencontre particulière entre une personne avec son passé et tout ce qu'elle est, et une/plusieurs substance(s). Sympa, le petit chien, c'est vrai que ça doit beaucoup aider.
[quote=Cusco]Ça fait vraiment trop mal le jour de la séparation.[/quote]
La douleur est grande (j'ai connu cela avec la chienne d'une amie (*); première fois de ma vie que je versais autant de larmes pour un animal). Mais la vie continue et je pense, au contraire, qu'il faut assez rapidement réadopter un animal de compagnie (ce qu'à fait ma copine quelques mois plus tard; la même race, en plus).

(*) cette personne était escorte, et sa chienne se cachait dans un placard où se trouvait un drap - c'était sa niche en quelque sorte - pendant les rendez-vous. Elle était tellement habituée que quand sa maîtresse donnait au client le code de la porte d'entrée de l'immeuble, elle l'entendait, et filait alors se cacher dans le placard, c'était trop drôle ! …

Le blog de hyrda » impossible de trouver des pamplemousses jaune » 25 septembre 2019 à  12:54

Si tu lis l'anglais, cette synthèse est intéressante : [url=https://en.wikipedia.org/wiki/Grapefruit%E2%80%93drug_interactions]https://en.wikipedia.org/wiki/Grapefruit%E2%80%93drug_interactions[/url]...

Le blog de janis » une victoire toute petite » 19 septembre 2019 à  11:05

Il n'y a qu'ici, entre personnes touchées par ces maux à tous degrés de souffrance et d'addiction, que nous pouvons nous comprendre, c'est sûr. J'ai pu m'en rendre compte dernièrement avec la réaction d'amis proches et de la famille (sans parler directement de "problème de drogue") : les gens ne réalisent pas toujours dans quelle détresse nous pouvons nous trouver parfois ou simplement à un instant donné, et aussi à l'urgence d'une main tendue.

J'ai pu également constater que "tolérance" (au sens profane du mot) rimait avec "indifférence" : derrière les mots d'une de mes [demi comme elle dit] sœurs, très ancrée dans le milieu bobo-parisien-communication-publicité, à propos de ma sexualité déviante, le "il faut être tolérant, tout est permis entre personnes consentantes, tu ne fais de mal à personne, etc...", ce discours m'a fait bien plus de mal qu'un jugement sévère et désapprobateur, il signifiait ni plus ni moins "tu peux te foutre en l'air, j'en ai, au fond, rien à foutre".

Note : par provocation, j'en avais rajouté une couche en lui faisant croire que j'allais jouer en Roumanie dans des films pornos BDSM à petit budget ayant pour thème la zoophilie et la scatophilie ! Sans déconner, un(e) ami(e) m'annonce cela, si je l'aime réellement, je vais m'inquiéter pour lui/elle !

Bref, en effet [b]Janis[/b], ce forum reste un espace où nous pouvons libérer plus facilement notre parole, et où nous avons déjà plus de chances de rencontrer la compassion ("je souffre avec toi", cf l’étymologie du mot). …

Le blog de janis » une victoire toute petite » 17 septembre 2019 à  11:28

Bonjour [b]Janis[/b],


Nous ne nous connaissons pas réellement, je veux dire dans la vraie vie, et pourtant nous confions ici des choses très intimes et parfois/souvent douloureuses sur nous-mêmes...

Je te félicite pour cette victoire. Avancer, parvenir à réparer ce passé qui nous a marqué au fer rouge, ça se fête !

Bises.


Helena.

Le blog de Daane-El » Putain!!D'puis l'temps que j'attendais ça!!! » 16 août 2019 à  23:05

Je te remercie pour ces renseignements, Daane-El.

Le citrate de magnésium, ça tombe bien, j'en ai chez moi, j'en prendrai la prochaine fois (actuellement, mon ZMA m'apporte déjà 450 mg de magnésium tous les soirs, mais je sais que les carences sont fréquentes et qu'on peut en prendre plus).

Le pamplemousse, j'en avais entendu parler [url=http://www.mamaneprouvette.com/2013/01/question-de-la-semaine-peut-on-boire-du.html]dans cet article[/url], ça me revient (quand je faisais des recherches sur la lactation induite). J'avais lu aussi [url=https://en.wikipedia.org/wiki/Grapefruit%E2%80%93drug_interactions]cette synthèse en anglais[/url].

Je vais me préparer des jus de pamplemousse frais à l'avance... [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/artists/viannen/viannen_105.gif[/img]

Le blog de Daane-El » Putain!!D'puis l'temps que j'attendais ça!!! » 16 août 2019 à  15:57

Sortir en forêt dans cet état, j'aurais trop peur de me paumer. Déjà qu'une nuit, j'ai fait trois fois le tour du pâté de maisons avant de retrouver ma rue.

Le pamplemousse blanc, j'en ai déjà entendu parler, mais ça sert à quoi au juste, à prolonger la durée d'action des substances ingérées ? Et est-ce que ça marche vraiment (prouvé scientifiquement) ? On peut l'appliquer à tout, psychédéliques, stimulants ?

Le magnésium, pareil, contre le bruxisme ou les crampes, je crois ? Ou pour quelle autre raison ?

Cool, ce TR, bien que mouvementé.

Le blog de Cusco » De l abstinence (presque) aux idées noires, » 14 août 2019 à  12:00

Bonjour Cusco,


Je compatis, pour avoir déjà connu ça. Il est important de se faire aider, de considérer tout d'abord que l'état intérieur dans lequel on se trouve est anormal, pathologique. Au moins, ça te permet d'éviter de penser que certaines idées noires sont la réalité objective (dans mon cas personnel, c'était des trucs comme "j'ai complètement foiré mes études et ma situation professionnelle d'aujourd'hui est minable..."). Maintenant, en principe, je parviens à me dire "attend, arrête d'entretenir des idées noires, tu n'es pas dans ton état normal et tu te fais du mal toute seule".

Se faire aider, c'est déjà consulter un spécialiste (médecin psychiatre) qui saura te donner des conseils et si besoin te prescrire ou non un antidépresseur avec suivi psychothérapeutique. Les médecins traitants, c'est beaucoup moins bien, ils n'ont pas les connaissances nécessaires sur le sujet.

Les médocs, ça peut être super utile, quand ça fonctionne (j'ai connu les deux cas de figure, du DEROXAT qui m'a fait faire un virage maniaque catastrophique, et du STABLON qui m'a permis de surmonter une grosse dépression suite à cela...).

Après, se forcer à sortir, parler, ici ou dans la vraie vie... Parfois, aussi, certains petits détails changent tout (je sais pas, par exemple ton éclairage chez toi; j'avais une copine, chez elle, on y voyait rien, c'était sombre et triste, pas étonnant qu'elle déprimait, même si ce n'était pas la seule raison).

PS : faire le ménage, se forcer à le faire, ça aide bien. Tu connais l'expression : "faire le ménage dans sa maison, c'est faire le ménage dans sa tête". Cela demande un effort, mais ça fait beaucoup de bien. PS : le ménage, ça me gonfle pareil. Parfois, j'invite quelqu'un chez moi rien que pour me forcer à tout ranger et tout nettoyer !

Bises.


Lena. …

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 13 août 2019 à  14:33

[quote=Vivel]Moi je n'ai qu'une chose à dire: Vive le cul ! (et l'amour aussi)
:peace:[/quote]
Le cul (et l'amour), c'est fédérateur. [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/standart/drinks.gif[/img]

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 12 août 2019 à  22:44

Ouaip, c'est pas faux. D'où ma proposition de peut-être en parler ailleurs. Pour ma part, j'y reviendrai, car c'est un sujet qui me tourmente. PS : chez moi, même les psychédéliques provoquent en moi une euphorie qui devient assez rapidement sensuelle puis orgiaque. C'est sans doute personnel, mais il en est ainsi.

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 12 août 2019 à  20:45

[quote=LLoigor][quote=linec13]Les fantasmes n'ont pas vocation à être réalisés, pour moi en tout cas.[/quote]
J'ai souvent lu/entendu la même chose :)

En gros on aurait détourné y a déjà bien longtemps le sens du fantasme sexuel, avec des phrases genre "whoaw l'actrice du film machin elle me fait fantasmer" etc.

Bref j'ai la flemme de chercher (j'ai check qqes lien et ca va un peu dans ce sens) mais j'ai très souvent lu/entendu que normalement (surtout dans sa définition plus psychologique) il n'est pas vraiment voué à être réalisé. Et au contraire les réaliser (la c'est purement psycho) aurait des effets négatifs sur sa sexualité (c'est ce qui se dit hein et dans le milieu psy)

Après pour une autre raison qu'est le tabou voir l'interdiction, certains sont voué à ne jamais être réalisé.

Bref Linec13 tu es pas clairement pas seul a penser ainsi :)[/quote]
Alors là, grande question que je me pose aussi. On pourrait presque ouvrir un sujet uniquement là-dessus.

Je me pose la question, car, comme j'ai pu déjà en parler (surtout par MP) avec certain(e)s d'entre vous, la 3-mmc m'inspire de nombreux fantasmes bizarres, extrêmes, et fréquemment destructeurs (sadomasochisme). Aujourd'hui, je préfère rester seule, chez moi, et éviter de faire n'importe quoi avec n'importe qui. Toutefois, certains fantasmes continuent à me hanter, ils s'éloignent, reviennent avec plus de force, s’atténuent à nouveau.

Parfois, je pense que réaliser un fantasme permet de constater que ce n'est pas aussi génial que ce qu'on avait imaginé. Le fantasme peut alors disparaître de lui-même.

D'autres fois, je me demande si il ne faut pas simplement observer ces fantasmes comme de doux rêves, en ne cherchant absolument pas à les concrétiser. Ou bien en se contentant des images trouvées sur internet...

Question non résolue. Ou partiellement. …

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 12 août 2019 à  10:38

[quote=Bootspoppers][quote=lenaalarechercheduparadis]On y rencontre une hérésie majeure, et le mot est faible, la théocratie, c'est-à-dire l’ingérence de la religion dans les affaires politiques (pas de séparation entre L’Église et l’État; plus exactement, on notera qu'il s'agit encore de personnes qui se serve[/quote]
Euh.. mp ou commentaire public?
Quelle culture chez lena...
J'adore tes joutes scripturaires...[/quote]
Il est plus sage de parler politique et religion par MP, ces sujets étant trop sensibles.

Je nuancerai juste mes propos en rectifiant ainsi : il s'agit d'un état d'esprit, d'une attitude théocratique, le désir ou la nostalgie d'une société normée par la religion.
[quote=Anonyme 218797]La recherche ne s'intéresse pas équitablement aux homme et aux femmes tout court, de base.
--> Rien que dans les tests humains de médicaments, sont principalement réalisés sur des échantillons mâles...
Ce qui rend plein d'effets secondaires spécifiques aux femmes invisibles ! (Et on corrige les notices ensuite... :merci: c'est trop d'honneur, dis donc. :rolleyes:)

--> Donc en matière de «plaisir» / épanouissement sexuel... :pasdebol: c'est un peu le moyen âge... (la grossesse est un plaisir suffisant, ne soyons pas ingrates non plus... :demon:)

(...)

Bon et je me lance même pas sur la contraception interne / hormonale que l'on réserve SCIEMMENT aux femmes.[/quote]
Je plussoie. Lors de ma transition, je me suis intéressée de près à l'endocrinologie et au rôle des hormones masculines et féminines. Plus tard, j'ai eu la curiosité de faire des recherches sur la lactation érotique induite [spoiler](je suis née garçon, mais je vais vous en apprendre une bonne : un homme peut produire du lait, et pas seulement quelques gouttes; après quelques semaines de cure, j'étais capable d'envoyer des jets de lait, c'était hallucinant...)[/spoiler].

Deux constats. D'une part, on réalise vite que les connaissances en matière d'endocrinologie sont extrêmement vagues (à titre d'exemple, rôle de la progestérone chez la femme, chez l'homme, chez la trans MTF ??), on n'y comprend pas grand chose, en fait, on a juste que des grandes pistes. D'autre part, et ça j'ai pu le vérifier en toute objectivité, l'allaitement des femmes, et bien euh... rien à foutre ! On trouve bien plus d'informations dans la littérature vétérinaire (production laitière des vaches, désolée pour ce parallèle) que dans la littérature médicale concernant les femmes !! Normal, il y a un enjeu financier de taille. La filière laitière, moteur de l'économie française, c'est tout de même autrement plus important que les mamans qui souhaiteraient par choix donner leurs tétines à leurs moutards afin de les nourrir, pratique jugée rétrograde, j'en passe et des meilleurs...

Donc oui, je plussoie, et je serais encore plus indignée si j'étais une femme "biologique" : les nanas, leurs humeurs, le va-et-vient de leurs taux d'hormones, en définitive, on s'en branle pas mal (les choses commencent toutefois à évoluer, mais il serait temps, non ?).
[quote=Pierre Desproges]Femme n. f., du latin femina. Être humain de sexe non masculin.

« La femme est le produit d’un os surnuméraire », disait Bossuet qu’on ne saurait taxer de misogynie eu égard à l’exquise compréhension qu’il afficha toute sa vie à l’endroit de la gent féminine, huguenotes et catins exceptées.

Cette définition toute nimbée de délicatesse semble aujourd’hui quelque peu restrictive. La femme, à y regarder de plus près, est beaucoup plus qu’une excroissance osseuse. La femme est une substance matérielle organique composée de nombreux sels minéraux et autres produits chimiques parés de noms gréco-latins comme l’hydrogène ou le gaz carbonique, qu’on retrouve également chez l’Homme, mais dans des proportions qui forcent le respect.

Diversement amalgamés entre eux en d’étranges réseaux cellulaires dont la palpable réalité nous fait appréhender l’existence de Dieu, ces tissus du corps féminin forment les viscères. Certains sont le siège de l’amour.

La femme est assez proche de l’Homme, comme l’épagneul breton. À ce détail près qu’il ne manque à l’épagneul breton que la parole, alors qu’il ne manque à la femme que de se taire. Par ailleurs, la robe de l’épagneul breton est rouge feu et il lui en suffit d’une.

Dépourvue d’âme, la femme est dans l’incapacité de s’élever vers Dieu. En revanche, elle est en général pourvue d’un escabeau qui lui permet de s’élever vers le plafond pour faire les carreaux. C’est tout ce qu’on lui demande.

La femme ne peut se reproduire seule, elle a besoin du secours de l’Homme, lequel, parfois, n’hésite pas à prendre sur ses heures de sommeil pour la féconder. Des observateurs attentifs affirment que la femme prend un vif plaisir dans cette satisfaction de sa viviparité.

La gestation, chez la femme, dure deux cent soixante-dix jours, au cours desquels elle s’empiffre, s’enlaidit, gémit vaguement, tout en contribuant à faire grimper les courbes de l’absentéisme dans l’entreprise.

Au bout de ces neuf mois, le petit d’Homme vient au monde. L’accouchement est douloureux. Heureusement, la femme tient la main de l’Homme. Ainsi, il souffre moins.[/quote]
Addendum : au fait, l'homme est un sous-produit de la femme, pas l'inverse ! [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/artists/connie/connie_21.gif[/img]
[img width=708 height=411]/forum/uploads/images/1565/sexe-embryon-differenciation-2-duperrex.jpg[/img] …

Le blog de Brekhounov » Eau écarlate » 11 août 2019 à  18:24

Quelle expérience ! J'ai essayé de me renseigner au sujet de la composition de cette eau écarlate, surtout pas pour la tester en tant que drogue, mais pour en évaluer la nocivité. Pas trouvé grand chose, si ce n'est un mélange de plusieurs solvants hydrocarbures aliphatiques (peut-être de l'[url=http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_113&section=pathologieToxicologie]hexane[/url]), tous plus dangereux les uns que les autres.

La publicité me rappelle une autre fausse pub (un fake) parue dans le [url=https://gonzai.com/lhistoire-fumeuse-de-viper-premier-fanzine-francais-dedie-a-la-defonce/]fanzine VIPER numéro 5 spécial Noël[/url]. Je ne l'ai pas retrouvé : on y voyait une femme de ménage défoncée, allongée par terre, les yeux qui louchent, avec comme slogan "L'eau écarlate efface tout. Vraiment tout !".
[img width=200 height=283]/forum/uploads/images/1565/5.jpg[/img]
Les hallucinations sont bien flippantes. J'ai déjà connu quelque chose qui s'en rapproche. Tout d'abord, le fait de ne pas se reconnaître dans le miroir ou de voir une personne étrange, inquiétante, souvent dans un état malade morbide. Ça m'avait fait ça avec du poppers que je respirais en quantité énorme, sans m'en rendre compte, sous 3-mmc (association dangereuse, car la 3-mmc permet de supporter de longues inhalations de poppers; une fois, sans le faire exprès, toujours sous 3-mmc, du poppers m'est même rentré dans le nez, je suis tombée à terre, presque évanouie, j'ai eu peur; depuis, j'ai fortement limité mon utilisation du poppers dans ce contexte). Je me souviens, dans le miroir, j'étais blanche comme le regretté [i]Klaus Nomi[/i], décharnée par l’anorexie induite par le stimulant : c'est simple, j'ai cru que j'étais morte !

Lors de mes expériences du 1p-lsd et de la 4-ho-met, également, il m'est arrivé de m'observer dans le miroir et de vite détourner mon regard, craignant de faire un bad trip, tant les traits du visage, le corps et la personne que je voyais me paraissaient bizarres, inhabituels, voire, euh, assez défraîchis !
[img width=414 height=311]/forum/uploads/images/1565/woman-in-tub.jpg[/img]
Autre hallucination, la boucle audio, des sons ou des voix qui se répètent à l'infini. Ces phénomènes m’inquiètent, ma crainte est de tomber dans la folie ou bien encore une fois, de virer dans le bad trip. J'avais évoqué sur le forum la "respiration" de mon frigo, entendue sous hallucinogènes, bruit grave véritable de mon gros réfrigérateur amplifié ou déformé par les substances ingérées.

Enfin, mon top 1 dans ton récit cauchemardesque : avoir une longue conversation avec un fantôme ! Brrrrrr... En particulier quand tu réalises le délire après coup !

J'ai beaucoup aimé la précision de ton texte, en tous cas, encore merci. …

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 11 août 2019 à  10:04

[quote=Anonyme 218797]Je sais pas bien d'où ça vient le Nid...
Si ya une filiation religieuse?
Pourquoi défendre l'abolition quitte à empirer les dangers...

Et puis le «social» bénévole, c'est surtt ouvrir la porte à bcp de dérives...[/quote]
En effet, le Mouvement du Nid trouve son origine dans une dérive, justement, de l’Église catholique, celle de l'activisme religieux et de l'Action Catholique (cf [url=https://www.lemonde.fr/archives/article/1992/03/04/mort-du-pere-andre-marie-talvas-fondateur-du-mouvement-du-nid_3883060_1819218.html]Père Andé-Marie Talvas[/url]). Cette association aurait pu aussi bien être protestante, d'ailleurs.
L'Action Catholique, en réalité un mouvement politique radical et intransigeant de gauche, voire plus à gauche encore, est un des maux de l’Église. Très critiqué, ce progressisme chrétien, à l'opposé de toute véritable vie de prière, fut déjà condamné dans les années 50. En effet, le but de l’Église n'est pas de changer le monde, mais de changer le cœur des hommes (afin de les rendre aptes à changer le monde par leur rayonnement spirituel).

On y rencontre une hérésie majeure, et le mot est faible, la théocratie, c'est-à-dire l’ingérence de la religion dans les affaires politiques (pas de séparation entre L’Église et l’État; plus exactement, on notera qu'il s'agit encore de personnes qui se servent de la religion et qui lui font du mal en la discréditant). [url=http://lmsi.net/Le-Parcours-de-sortie-de-la]Le néo-puritanisme de nos dirigeants s'est bien retrouvé dans ce lobby qu'ils subventionnent.[/url]
[quote]Tandis que l’ensemble des travailleurSEs du sexe sont précariséEs par la pénalisation des clients, les associations abolitionnistes profitent en revanche de nouvelles subventions. La ministre des droits des femmes Laurence Rossignol annonce par exemple une augmentation de 60% de leurs financements à partir de janvier 2017 [12]. La dite «abolition de la prostitution» nuit aux uns mais profite bien aux autres. Il y a ceux qui en vivent, et il y a ceuxLLEs qui en meurent.

Thierry Schaffauser.[/quote] …

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 11 août 2019 à  00:15

Je reprends en cours de route cette discussion houleuse.

EDIT : ces histoires de viol ou de fantasme de viol ("rape", "forced sex" en anglais), dans les contenus pornographiques, me choquent aussi. Tout comme les termes de recherche autorisés sur le thème des filles [très] jeunes (je comprends à peine que "teen", adolescente, ou "young" soient permis). Je referme la parenthèse et change de sujet...

Concernant la position abolitionniste de la France, tout ce que l'on peut constater, c'est qu'au lieu de protéger les travailleurs/travailleuses du sexe, elle les met dans la précarité, et favorise la clandestinité et le proxénétisme, en touchant les personnes les plus vulnérables, les migrant(e)s entre autres. Interdire, encore interdire. Prohiber. Mêmes conneries et absurdités que la législation autour des drogues, même idéologie bien-pensante, avec en plus une hypocrisie nauséabonde.

Le STRASS, Syndicat du travail sexuel, mène un combat difficile. Voici son credo :
[quote]Le STRASS se bat contre la criminalisation du travail sexuel et pour l’application du droit commun aux travailleurSEs du sexe. Il reste cependant tout à fait conscient que ces changements législatifs ne suffiront pas en eux-mêmes à combattre l’exploitation et les violences dont sont victimes les travailleurSEs du sexe, mais constituent une étape, nécessaire, à l’engagement d’une véritable lutte syndicale, fondée sur l’auto-organisation des travailleurSEs du sexe face à leurs exploiteurs. La criminalisation du travail sexuel constitue une entrave à la possibilité pour les travailleurSEs du sexe de défendre leurs droits. Parmi les violences dont sont victimes les travailleurSEs du sexe, nombreuses sont celles qui pourraient être évitées si elles exerçaient dans un contexte de décriminalisation.[/quote]
[url=http://strass-syndicat.org/le-strass/nos-revendications/ni-abo-ni-reglo-syndicalistes/]Lire l'article complet ici.[/url]

Triste époque... Le quartier de Pigalle est devenu aseptisé. J'ai failli chialer, en repassant dans le coin 20 ans plus tard. La rue Véron, bien glauque, et ses travelos, sans oublier le p'tit disquaire metal TERMINAL RECORDS (plus fin des années 80)... Quand on a connu ce que c'était. [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/other/fie.gif[/img]

Je n'ai pas trouvé le passage du film [i]Les Ripoux[/i] lorsqu'ils remontent en voiture la rue Saint-Denis, 1984 (pourtant, c'était déjà mort par rapport à encore avant), mais vous regarderez le film... Juste tombée sur ça, pour terminer sur une note un peu plus gaie :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=py3mDXMzRts[/youtube]

Note : je sais, mon argumentation à coups de "c'était mieux avant" est un peu moisie, mais bordel, c'est vrai, non ? Il est où, le temps où il fallait sortir dans la rue pour aller acheter - honteusement - un magazine de cul en baissant les yeux ? :lol: …

Le blog de hardskin74 » 3mmc , mode parachute » 10 août 2019 à  12:32

[quote=Bootspoppers][quote=lenaalarechercheduparadis]j'achète les pilules, les comprimés plutôt, déjà prêts (1 comprimé = 100 mg de 3-mmc + 300 mg d'agents de charge; mais je parle toujours en quantité pure de 3-mmc, pas en poids de comprimé).[/quote]
Pourquoi tu prends des pilules avec excipient pour sniffer et pas de la 3mmc pure?[/quote]
Je prends ce que j'ai sous la main. Et puis... Cette cathinone a tendance à me faire blondir !

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 08 août 2019 à  22:37

[quote=Bootspoppers][quote=lenaalarechercheduparadis]du chemsex (3-mmc, toujours et encore, pour ne pas la nommer) ont cette particularité de me faire fantasmer sur des thèmes curieux, déviants, décadents, qui ne correspondent pas [forcément] à mes goûts habituels[/quote]
Je confirme l extraordinaire ouverture d esprit qu octroie la 3mmc...
:pompom:[/quote]
Sans vouloir te contredire, il ne s'agit pas tout à fait d'ouverture d'esprit, mais plutôt d'une réceptivité inhabituelle à certaines perversions; et je n'emploie pas le terme péjoratif de "perversion" pour rien. L'ouverture d'esprit, expression à connotation franchement positive, serait, en ce qui me concerne, de m'intéresser à des sentiments plus subtiles, plus proches d'un érotisme délicat que de la pornographie la plus vulgaire qui soit (mes bas instincts, comme je le dis ci-dessus). Débridée, je veux bien, mais toute expérience sexuelle n'est pas forcément bonne à vivre. Et si celle-ci m'apporte du plaisir, j'aime aussi qu'elle me rende un peu heureuse (ça suppose ni dégout ni honte le lendemain)...

Compliqué, tout ça. Et simple à la fois. …

Le blog de hardskin74 » 3mmc , mode parachute » 08 août 2019 à  22:16

[quote=hardskin74]merci lena , 100mg de poudre de 3m mis par toi meme en pilule? okok ,
tu as marqué maximun 500mg c'est lors d'une prise ? un para et un snif tout de suite apres ? comme tu as marqué avant en conversation ?[/quote]
Non, j'achète les pilules, les comprimés plutôt, déjà prêts (1 comprimé = 100 mg de 3-mmc + 300 mg d'agents de charge; [u]mais je parle toujours en quantité pure de 3-mmc, pas en poids de comprimé[/u]).

500 mg, c'est une consommation qui s'étale sur les 10-12 heures.

Oralement, je prends 100 mg en une seule fois, pas plus. Mais il peut m'arriver de redroper à 100 mg seulement une heure plus tard (en général, les 200 mg ingérés commencent alors à me rendre bien perchée). Puis disons 100 mg deux à trois heures plus tard. En gros, j'étale ma consommation sur plusieurs heures (cf mon graphique).

Le snif de 25 à 50 mg tout de suite après (ou une demi-heure plus tard), ça peut m'arriver. Sinon, je resniffe de façon compulsive, pas mal sur la fin...

D'une manière générale, plus on consomme de grosses quantités, avec des prises très rapprochées, et plus on augmente la tolérance (en plus des risques d'effets secondaires dont certains qu'on ne connait pas).

Je donne mon exemple personnel de 500 mg, mais c'est déjà beaucoup. Avec 2 X 100 mg en drop et 4 X 25 mg en sniff, il y a déjà de quoi faire ! Sans oublier la perte d'érection, et des fantasmes qui peuvent amener à faire des conneries regrettées au réveil... …

Le blog de hardskin74 » 3mmc , mode parachute » 08 août 2019 à  20:24

[quote=Bootspoppers]Je me sens tout petit avec mes doses actuelles...
Je rappelle aussi la statistique très intéressante de Lena. Sans IV non plus.[/quote]
[url=https://www.psychoactif.org/forum/2019/07/26/3-mmc-grosse-synthese-sessions-analysees-sur-an_45866_1.html]C'est ici ![/url]

Désormais, je m'efforce de privilégier des doses plus raisonnables (maximum 500 mg, dont 300-400 mg oralement et 100-200 mg en sniff) et des sessions de plus courtes durées (10-12 heures de suite, c'est déjà largement suffisant). Ceci afin de limiter les phénomènes de tolérance et les effets secondaires.

Ce qui ne m'a pas empêché de redéconner à bloc il y a quelques jours. Hier, grosse déprime, mais vraiment très grosse, avec idées suicidaires et tout et tout. Je recompte mes pilules de 3-mmc : évidemment, 23 avalées en moins d'une semaine (2,3 grammes), plus deux expériences sous DOC. Non, aujourd'hui, je me dis qu'il faut faire attention, être bien plus raisonnable et patiente. J'espace les prises au minimum de 15 jours, et si possible plutôt 3 semaines voire 1 mois.

PS : je saute sans parachute, je préfère les dites pilules dosées à 100 mg... …

Le blog de Anonyme 218797 » Le Porn : designer des codes et normes de notre sexualité moderne. » 08 août 2019 à  20:05

Bonsoir,


Consommatrice assez assidue de pornographie, je reconnais cependant les méfaits de celle-ci sur notre perception/conception de la sexualité, du côté masculin surtout mais aussi du côté féminin.

Il y aurait beaucoup de choses à en dire... Personnellement, en tant que femme transsexuelle, j'ai eu la chance d'avoir été hormonée pendant suffisamment longtemps pour avoir un aperçu de ce à quoi pouvait ressembler la sexualité féminine (partiel, donc; je n'ai pas et je n'aurai jamais la prétention de connaître le ressenti intime d'une femme "biologique"). Et je me souviens m'être faite la réflexion suivante : "bon ,OK, entre filles et garçons, c'est juste pas la peine d'essayer de se comprendre, nous vivons sur deux planètes différentes !". J'ai découvert avec étonnement le nombre de points faramineux où l'incompréhension nous séparait, hommes et femmes. L'éducation sexuelle reste à faire, car en effet, de nombreuses idées fausses circulent à ce sujet, et il faut bien admettre que la pornographie y contribue très largement (un [u]exemple d'idée vraie[/u], le savoir être d'un mec est souvent bien plus grisant que la taille de sa bite; et réciproquement, un mec très bien membré mais au comportement exécrable - orgueil, connerie, indélicatesse - peut vite devenir fortement anaphrodisiaque).

Je n'en dirai pas plus.

Toutefois, et pour revenir à un autre monde doux et violent, celui des substances psychotropes, je dois préciser à nouveau que la/les drogue(s) consommées dans le cadre du chemsex (3-mmc, toujours et encore, pour ne pas la nommer) ont cette particularité de me faire fantasmer sur des thèmes curieux, déviants, décadents, qui ne correspondent pas [forcément] à mes goûts habituels. Fluides corporels (salive, sperme, urine, et à la limite scatophilie alors que ce n'est vraiment pas quelque chose qui m'attire quand je suis dans mon état normal), exagérations voire déformations corporelles (seins gigantesques, larges fessiers, "bimbofication" au silicone), trucs bien tordus de la pornographie japonaise, zoophilie etc etc... [i]Aletta Ocean[/i], citée plus haut, fait partie de ces caricatures de femmes, véritables objets sexuels ultra-stéréotypés, qui ont le don de réveiller en moi les instincts les plus bas, pulsions animales, bestiales, engendrées avant tout par la drogue et ses effets. Et quand je retrouve mes esprits, le lendemain, plus rien, je redeviens humaine, sage, modérée. Mon regard sur la sexualité est tout autre.

Il m'est arrivée récemment la mésaventure suivante : j'ai eu le malheur, sous 3-mmc, de dialoguer avec une ancienne collègue de travail. Mes propos étaient tellement salaces et hardcores (je vous passe les détails) que je me suis empressée de lui présenter mes excuses, toute honteuse, en lui expliquant la vérité, difficile ou non à croire : que je testais à ce moment-là un hallucinogène qui m'avait fait un peu délirer !!

Tout cela m'inspire, je vais écrire un petit quelque chose sur mon blog.


Merci encore pour le partage de tes réflexions, Marla. …

Remonter

Pied de page des forums