Jour 16 de sevrage sec de fentanyl

Publié par ,
10299 vues, 1 réponses
delleur
Nouveau membre
Inscrit le 28 Feb 2015
7 messages
Bien chers,

Voici des années que je fréquente Psychoactif, en tant que membre invité, car j'ai plusieurs fois fait des sevrages d'alcool dans le passé, puis de tabac, puis à  plusieurs reprises de différents morphiniques et de benzodiazépines, et bien franchement le site m'a chaque fois aidé, encouragé, je ne suis pas seul, merci à  tous !

Cette fois, c'est le fentanyl (durogesic) que je sèvre, j'en suis au 16eme jour, un sevrage sec, cold turkey, vraiment, et de loin, le plus long et le plus dur de tous mes sevrages

Je me patchais au Fentalyl 50, 75 ou 100 depuis 3 ans (un patch renouvelé tous les 3 jours), mais je passais aussi mes journées ... à  mâcher des patches supplémentaires, au moins un par jour, parfois 2.

Tout d'abord, mâcher des patches, cela donne de beaux effets flash d'invincibilité, mais ce n'est pas à  faire, car cela même surtout la première année à  des overdoses terribles avec dépression respiratoire mortelle
J'en ai fait plusieurs et cela m'a même amené à  me procurer l'antidote, à  savoir de la Naloxone avec laquelle je me piquais immédiatement lorsque je sentais arriver la dépression respiratoire.

Autre chose : les patches de Durogesic officiellement ne se coupent pas, ils ne sont pas matriciels, et des overdoses mortelles peuvent survenir car quand on coupe le patch car tout le liquide contenu survient dans un des morceaux, j'ai connu ça quelques fois

Autre chose : quand on a très chaud (sortie du bain par exemple) il ne faut pas être patché ni se patcher et attendre plusieurs heures car dans ce cas le patch se vide illico à  cause de la chaleur, et c'est l'overdose inattendue ... une dizaine d'heures après !

Au départ, je prenais ces patches pour des raisons médicales, car j'ai 60 piges et je suis criblé d'arthrose. Le hic, c'est que ce type de produit ne fonctionne pas sur des douleurs à  long terme, et que finalement il aiguise les douleurs ... et c'est la fonction "récréative" qui reste la seule motivante ...

Alors, le sevrage ?
La première semaine, je m'étais fait hospitaliser, car je croyais que cela serait plus facile, la suite, je l'ai faite chez moi, et c'était moins dur à  la maison, car je peux y trouver des activités qui diminuent l'angoisse, je peux me promener dans la maison lorsque les nuits sont sans repos, etc, ce qui est impossible dans un contexte d'hôpital

Pourquoi sec ?
En fait logiquement, surtout en hôpital, ce type de sevrage se fait sous benzodiazépines (Temesta, Valium, etc), dont je suis totalement abstinent depuis 4 ans, donc pas question pour moi,
ou alors sous neuroleptiques (Lyrica, Dominal, Gabapentine, etc) desquels je suis profondément allergiques, ces médocs me dissocient le cerveau complètement je les ai bien sûr essayés dans le passé
Donc, il me reste seulement à  le faire sans aide médicamenteuse ... mais bien informé et suivi par médecin et psychiatre

Pourquoi pas avoir diminué progressivement ?
Cela, mes bien chers, j'en suis incapable. Quand je suis en possession du produit, je le consomme, je suis addictif, je suis incapable de ce type de diminution programmée, etc.

Comment ça s'est passé ?
Les 3 premiers jours (jours 1 à  3), j'ai dormi, jour et nuit, c'était plutôt facile
Les 3 suivants (jour 4 à  7), un dégoût des goûts et des odeurs, de la photophobie, de l'hyperacousie, des angoisses flottantes, une sorte de dissociation spaciale, certaines nuits blanches, pas toutes, mais un état encore supportable
Les 6 suivants (jours 7 à  13), le pire du pire, et malheureusement je ne m'y attendais pas : la tête dans une essoreuse ou une machine à  laver, en permanence, des 24h sans jours, ni nuits, rien qu'à  essayer de supporter des tensions et décharges musculaires inouïes dans le corps, en permanence, jambes et bras sans repos, impossibilité de passer plus de 10 secondes sans se contortionner, avec parfois une énergie nulle où le moindre mouvement demande un effort inimaginable, deux jours avec impossibilité de marcher cause tension artérielle trop basse, une sensation d'état d'angoisse permanente, un état, pas des ressentis corporels, plus d'émotions, pas de rêves, l'enfer seconde après seconde, j'ai dû aller chercher des lieux de volonté au fond de moi, que je ne me connaissais pas, pour ne pas descendre à  la pharmacie pour me repatcher.
Heureusement, je compte utiliser cette éducation de ma volonté pour ne pas rechuter. Finalement je le vis comme très important, cet aspect là  !
Le jour 13 j'eus quelques heures de répit, une sortie de cet état d'angoisse, enfin
Le jour 14 j'eus aussi quelques heures de repos psychique et quelques frissons dans le dos en écoutant de la musique, c'est le retour de la dopamie dans le cerveau paraît-il
Le jour 15 (hier) j'eus 2 périodes de 3 heures avec mon corps et ma tête plus ou moins normaux, une sorte de détente électrique, enfin enfin ...
Depuis le jour 13 j'ai des transpirations nocturnes qui me font me lever après 4h de sommeil, et j'ai également un retour des douleurs, du ressenti du corps, quelques émotions par moments
Aujourd'hui matin, jour 16, je suis capable de concentration, j'ai fait des opérations bancaires, je vous écris en ce moment ...

C'est un sevrage sec, émotionnellement, etc, dans le sens que je me suis senti 100% du premier jour à  aujourd'hui dans un état de conscience total, pas diminué, très calme intérieurement et extérieurement, mais dans un état physique et psychique d'enfer indescriptible

Je ne le souhaite à  personne, mais IL EST FAISABLE et n'est paraît-il (et je confirme) pas médicalement dangereux (pas de delirium, pas de crises d'épilepsie, pas de colères, pas de cauchemars ni d'hallucinations comme avec certains produits), mais j'aurais eu besoin d'en connaître la longueur et la difficulté, car IL EST TRES DUR ET TRES LONG (il dure un mois au total, infos médicales prises, le recouvrement du corps et de l'esprit est très très lent après de telles doses de ce fameux produit 400 fois plus fort que la morphine ...)

Si ce mail peut aider, encourager quiconque, il a sa signification
A défaut, je me réjouis de vous lire

Delleur

Hors ligne

 

delleur
Nouveau membre
Inscrit le 28 Feb 2015
7 messages
Bien chers,

JOUR 27 DE MON SEVRAGE SEC DE FENTANYL

Je ne me suis pas rendu compte assez vite que Psychoactif est un site d'échange de trucs et astuces "pour consommateurs qui aiment les substances psychoactives" (c'est d'ailleurs dans le titre)
Si je l'avais compris plus tôt, je ne me serais JAMAIS fait membre de PSYCHOACTIF. Cela ne correspond NI à  ma personnalité, NI à  ma philosophie, NI à  ma manière de vivre.

J'ai demandé par messages privés à  un administrateur et à  un modérateur et par un message public dans un message qu'on supprime mon identité et mes messages, car je considère qu'ils n'ont pas leur place dans un tel lieu.
Personne ne me répond, et je découvre qu'en fait il semble impossible d'effacer quoi que ce soit dans ce site.
Donc, je vais vous partager des choses personnelles qui resteront indélébiles, et ce sera très bien ainsi :

La première chose, c'est que vais très bien. J'en suis à  mon 27eme jour de sevrage sec de Fentanyl, j'ai quitté de manière abrupte il y a 27 jours une dose quotidienne correspondant à  400 mg de morphine orale par jour, j'ai traversé un tunnel très exigeant dont je suis à  la sortie 27 jours plus tard.

La deuxième chose, c'est que j'e suis allé en réunion NARCOTIQUES ANONYMES hier soir, et que j'ai rencontré à  nouveau, et pour mon plus grand bonheur, un groupe de gens en pleine abstinence heureuse, souriants, patients, humbles, volontaires, courageux, desquels je me suis senti très proche.
Tous considèrent, comme moi d'ailleurs, qu'un vrai sevrage c'est un sevrage TOTAL, une abstinence de tout produit psychoactif
entendons par là  :

ABSTINENCE = arrêt total de TOUT PRODUIT : ni substitutif, ni somnifère, ni benzodiazépine, ni neuroleptique, ni amphétamine, ni alcool, ni codéine, ni herbe, ni champignon, ni tabac et café même si possible, RIEN

MAIS
Pour réussir de tels sevrages, ainsi que pour subsister HEUREUX dans une REELLE ABSTINENCE, il faut avoir développé certaines caractéristiques de personnalité, j'en nomme quelques-unes : la PATIENCE, l'HUMILITE, la VOLONTE, le DETACHEMENT, le COURAGE, la LOYAUTE, l'OBEISSANCE (fût-ce aux lois naturelles), le RESPECT (de soi déjà ), la FRANCHISE (et l’absence de peurs), et le PARDON (eh oui, même à  soi-même !)

Dans la vision NARCOTIQUES ANONYMES que je trouve essentielle, tout cela s'exerce, s'apprend, se communique, au départ d'un groupe réel chaleureux et solidaire.

C'est pas du tout dans l'air du temps, où la société de consommation encourage à  consommer, fût-ce un substitutif, et où de nombreux individus sont totalement démunis face à  la souffrance, qu'ils n’ont pas appris à  traverser doublement : PENDANT le sevrage, puis à  la SORTIE du tunnel, quand on se trouve face à  la REALITE

Contrairement à  la manière dont le forum Psychoactif se définit, MOI, JE NE DESIRE PAS ETRE CONSOMMATEUR et je N'AIME PAS LES SUBSTANCES PSYCHOACTIVES

Je désire TOUT mettre en place pour être LIBRE, sorti de l'asservissement de l'addiction, revivre à  nouveau HEUREUX dans une véritable abstinence, et je sais le faire, j'en ai plein, dans ma vie, plusieurs décades, de super belles années sans addiction !

Puisses-tu, lecteur, si tu es fort assez pour entamer ou continuer un sevrage, trouver tout mon encouragement pour le faire, mais FUIS LES LIEUX ET LES GENS qui promulguent leur image dans de fourbes encouragements à  changer de comptoir, à  t'installer dans l'addiction, à  fuir l’inconfort, à  fuir le moindre symptome, finalement … à  fuir la souffrance en s’installant dans une plus grande encore : l’ADDICTION !

Je dirai donc encore ceci :
Le sevrage, c'est une chose à  réussir, et il faut tout d'abord qu'il soit total et réel !
La rechute, c'est autre autre chose, et elle survient lorsqu'on n'a pas su établir une abstinence heureuse, d'où la nécessité d'un apprentissage du bonheur tel qu'il est, d'un changement de vie parfois radical, etc.
Croyez-moi, je sais de quoi je parle, j'ai plusieurs décades d'abstinence totale HEUREUSE sans aucune consommation, dans ma longue vie.

A bon entendeur, salut, et j'ai une pensée pour ceux qui aiment les substances et que l'addiction rend comme des serpents qui se bouffent la queue.

Je ne posterai plus rien ici, je continue ma route vers d’autres lieux.
Courage en tous cas à  ceux qui sont honnêtes et qui lisent ceci, je leur envoie tout l’amour que je peux.

Delleur
Stockholm, le 10 mars 2015

Dernière modification par delleur (11 mars 2015 à  06:40)

Reputation de ce post
 
Très très joliment dit!
 
Merci

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Je suis au 17eme jour sevrage fentanyl cold turkey -> petite situation
par delleur, dernier post 11 mai 2021 par SUALK
  18
logo Psychoactif
[ Forum ] Fentanyl comme TSO - Sevrage de fentanyl
par Evi, dernier post 10 octobre 2023 par plotchiplocth
  2
logo Psychoactif
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Sevrage fentanyl
par stupido, dernier post 03 septembre 2018 par MicHAZE
  7
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Fentanyl, effets, risques, témoignages
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage

Pied de page des forums