Comment avez vous réussi à arrêter ou baisser la coke ? / PsychoACTIF

Comment avez vous réussi à arrêter ou baisser la coke ?

Publié par pierre, 10 juin 2018 à  12:01
10555 vues, 15 réponses
pierre
Administrateur
9300
Lieu: Paris
Date d'inscription: 15 Sep 2006
Messages: 12901
Blogs

Il y a des plus un plus de discussions qui demandent  des aides pour arrêter ou baisser la coke.

Je propose de regrouper les témoignages ici.

Vous avez pris de la coke pendant plusieurs années (sniff ou base), racontez nous vos tentatives d’arret Et vos succès, même si ils n’ont pas forcément duré.

Surtout qu’elles sont les astuces que vous avez utilisé pour réussir votre arrêt ou votre baisse ?

Pierre

En ligne


Zazou2A 
Psycho anim / RDR dreamer
France
9000
Lieu: Bretagne/corse
Date d'inscription: 15 Oct 2015
Messages: 2043
Blogs

Salut smile

Pour ma part j’ai commencé la cocaine vers 16/17 ans. En sniff à ce moment là

Mes conso était d’abord festive, principalement en soirée, et ce n était pas à chaque soirée.
L’addiction s’est développé de façon assez incidieuse, et bien sûr je me suis rendu compte trop tard qu’il y avait un problème.

Entre mes 20 et 22 ans; je tournais à 30/35g par mois
A l’époque un prod a un peu plus de 70% (testé par un organisme espagnol)

Pour suivre ce rythme il a un moment fallu que j’en vende, sinon quoi mes consos n’auraient vite plus été gerable ...

On l’a vendait coupée presque à 40/50%; mais malgré ça, comme je consommais « pure » c est vite devenu une galère financière

A ce moment, j ai pas mal lâché les études, puisque de jeudi à dimanche je tapais, sans manger ou dormir presque.

J’ai passer parfois plus de 10-12g sur 60/72h
Je passais mes début de semaine à récupérer en descente dans mon lit ...

Je consommais à ce moment principalement tout seul; et à la fin je quittais très vite les soirées pour finir chez moi a taper

J’ai eu la chance de pouvoir en parler à ma famille; qui a été aidante et non jugeante, ça m’a bcp aidé.

J’ai d’abord essayer une cure; à l’epoque Le mucomyst était encore « expérimental » pour le craving.
On me donnait ça et sûrement un ou deux benzo.

Mais l’enfermement, sans tel, ordi ou quoi, quand on a l habitude de sortir non stop ... à 20 ans et quelque, ça le fait pas trop hmm

Je suis sortis contre avis médicale au bout de 3j, c était censé durer entre 12 et 20j

Je savais bien qu’a Ce moment, m’en procurer, m’en faire avancer etc était devenu trop simple, je savais que l’arret Passerais par un changement de quotidien.

Mes parents ont payé les 2/3 milles euros de dettes qu’il me restait encore; et après une soirée qui a durer 2j et où j ai passer bien 10g; je suis partis vers la corse

Ou je bossais déjà l été depuis 3 ans je crois

Les premiers jours; je n ai fais que dormir, en tout cas je n’ai pas bouger de ma chambre.

Ça a été franchement hard psychologiquement .... quand j ai retrouvé un semblant d’energie, je me suis desuite lancer vers l’alcool, et après une bouteille et demi d’en Get 27 et un abus sur les somnifères, je me suis réveillé à l’hôpital, après un beau coup de chance puisque l’on m’a dit Que « ça s’est joué à 2h prêt »

Retour au taff, j avais qu’une envie, me barrer; rentrer chez moi.

La encore j’ai eu énormément de chance; d’avoir un patron, des amis très compréhensif.

Ils ont réussis à me convaincre de rester; et « d’essayer » de bosser un mois au moins d’abord.

Pour ne pas être seul, j’ai été squatter chez un très bon ami; environ 20j

Ne pas être seul m’a aidé aussi; puis 0 plan de le village ou j travail.

Mais ça ressemblait franchement à une dépression ++
J’avais des somnifères pour réussir à gérer les insomnies.

Mais ce qui a vraiment aider une aide précieuse dans mon cas, c est la weed, j’en fumais chaque soir 1g ou 2
Ça me permettait et de mieux dormir, mais aussi de n pas trop avoir de craving.

Sans ça, pas sûr que ça aurait marché.

J’ai du coup passé 6 mois sans rien, avant de rentrer vers chez moi. Mais je n’y restait qu’assez peu, pour éviter trop de tentation, mon pote qui était mon fournisseur avait déménagé j’imagine que ça a aider aussi.

Pendant presque un an et demi encore je n’ai touché à rien; fin pas de coke.

C est à ce moment là que j’ai commencer les opi, qui avant ne me servait qu’en descente.

C est assez fou comme pendant ces 2 ans; j ai pu prendre du recul, et me rendre compte de tout les problèmes que pouvait entraîner ma conso de coke avant l’arrêt
Je les avait totalement occulté lorsque j’étais dedans.

A 24 ans; je m’étais mis aux opi et avait déjà un TSO oxy que j’injectais.
J’ai recommencé la coke; principalement en IV maintenant.
Mais en m’imposant quelques règles

Déjà ne jamais acheter plus d’un gramme ou 2; ne jamais recommander une fois la dose finie.

Éviter les sessions prolongées; et au cas où « fuire » chez mon frère ou autre amis.

Depuis je n’ai plus de problème d’addiction à ce prod, d’ailleurs je préfère, comme pour l’IV (en extra depuis que je suis au suboxone) être capable de consommer de façon raisonnée; sans avoir peur du prod, de la pratique ou de la rechute.

Même si ça n’est pas tjr simple à expliquer, bcp de gens pensent qu’apres Un arrêt il faut forcément rester abstinent sinon quoi on rechute.

Pour moi ça n’a pas été le cas, et donc depuis plusieurs années mtn, je me permet un kiff, pendant l hiver environ 1,5 g IV toute les 2 semaines, parfois ça peut être un peu plus.

Et l’ete Comme j’ai le boulot (6 mois/an) la c et des extra très rares; 1 par mois environ.

En IV pour les sessions solo, et en sniff si c’est pour les soirées genre boîte ou quoi !

Voilà pour ce qui a été de la « gestion » de mon addiction à la coke, puisque j ai arrêté ma conso « problematique » mais pas de consommer totalement.

Pour en arrivé là il aura fallu 2 ans d’abstinence totale chez moi. Et j’imagine que les opi ont joué aussi un grand rôle dans tout ça !

Le fait qu’il n’existe pas de ttt de substitution, et le côté déprime ultra hard que peut entraîner l’arrêt; malgré qu’il n y ai pas de dépendance physique; font que pour moi, une addiction à la cocaine n’est absolument pas plus simple à gérer que celle aux opi

/forum/uploads/images/1528/1528652760.jpg


drogue-peace

Zazou

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Dans un monde qui va si mal, ce serait de ne rien prendre que d être malade..

Hors ligne


lucyfer 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 11 Jun 2018
Messages: 1

bonjour cela fait 1 an que j ai arreter la cocaine.

Hors ligne


pierre
Administrateur
9300
Lieu: Paris
Date d'inscription: 15 Sep 2006
Messages: 12901
Blogs

Merci Zazou pour ce témoignage qui explique vraiment bien l’addiction à la coke et les moyens d’en sortir.

Lucyfer il faut être un peu plus explicite, ton témoignage ne sert à rien comme cela.

En ligne


babaji
international freak
Nepal
3100
Lieu: Outta Space
Date d'inscription: 21 Feb 2013
Messages: 974
Blogs

Salut
J ai dec ouvert la cc a une vingtaine d années jen Ai pas aime le rapport qualité /prix  j  étais ds le speed et les dinintels et l orthenal je trouvais ça horriblement cher pour ce que c était compare a ce bon speed pharmaceutique ,les prix a l époque était incroyables 150,200€ un gramme )n étant pas rock star ça ne m a pas attire plus que d autres dopes comme les premiers extas et les acides début 90s
Puis je passe presque 20piges sans en reprendre étant plus ds les opis et la ganja le charas
Puis je redécouvre la cc. En shoot suite a un coup dure de la vie ,ma femme s étant suicidée,je suis retombe ds la dope alors que je vivais très loin de tout ça  et pendant presque un an je tournais au speed ball 1gde chaque /jour vu la qualité merdique de l hero ,la cc était bonne par contre ds mon coin on trouve vraiment de la bonne c mais la came est pourrie comme partout en France
Je me barre en voyage et je découvre la méth j ai oublié de suite la cc et surtout malgré son apparente innocuité je sentais bien que la cc est l une des pires dopes psychologiquement
En rentrant en France pas de méth mais aussi un dégoût pour pas mal de dopés, donc si je me fais un extra c est tjrs seul ,le fric pour un demi et basta jamais dd lendemain ,moins d unf fous par mois c est comme la picole c est même qd je shoote j y vais mollo ds le dosage je ne planifie jamais mes prises c est très irrégulier
Df plus autour de moi je vous des anciens potes tomber ds la base ils changent carrément de mentalité aj point que nos existences se sont sépares on n a plus rien en commun
Si j ai une envie simplement un bon pet de ganja  et cs me calme ,aussi je pense a toutes les merdes que je me suis déjà mis ds le corps et c est assez
Et aussi mon côté écologique qui intervient car la production de cc. Est catastrophique pour la faune et flore locale
Tout le monde s en cogne mais moi ça m a motive a prendre de sacrées distances avec cette dope qui paraît pas si dure et qui est vraiment toxique

Amicalement
Babaji


La dope fait mieux passer les moments sans argent que l argent les moments sans dope

Hors ligne


bazukero 
Psycho junior
510
Date d'inscription: 14 Nov 2012
Messages: 206

ma premiere ligne de coke etait en 1985, mais a cette epoque c 'etait asser difficile a trouver surtout ds mon bled de 3500abitants ,mais je preferai l hero, et donc je n'ai pas vraiement repris de coke jusqu en 92, l ouverture des frontieres et les premier voyage a rotter, ou le speed ball a commencé" a etre ma drogue quotidienne...en 2000 je suis parti vivre 6ans a Bogota en colombie, ou là j ai decouvert ce qu etait vraiement l addiction (l hero etait au minimum a 80% (en arrivanr a bogota je fixai 2g /jour d hero française, mon permier plan a bogota , on avait un demi gramme pour 4, que l on a pris en sniff et j ai fait une od direct...(et bien tres vite je me suis retrouvé a taper entre un a deux g d hero en fix par jour et une cinquantzine de pipes de basuko (le crak local)par jour (le crack  etant a l epoque ds mon bario a 2000pesos le g (soit 0.75€ le gramme)au bout de 6 ans ,azpres une 90 tine de kilo et mes dents en moins je me suis sauvé de Bogota, et en arrivant en france vue la qualite de la coupe que l on apel heroine en france, (j ai tapé 5g en 12h pour etre moins defoncé qu avec un quard de colombienne) et vue le prix de la coke qui arrivent a etre de bonne qualité en france mais l hero derriere ne suis malheureusement pas, et donc c 'est en allant taper quelques année de la came de la qualité et au prix que l on trouve ds un pays producteurs, j ai mis 9000km et l ocean atlantique ente mon dealeur et moi, et en retapans la qualité française , autant rester sur la meta (ou si j avoue je ne crache pas sur  un skenan de tps en tps...). mais si je n avais pas quitté" Bogota il y a maintenant 12 ans, j y serai encore 6 pieds sous terre...

Hors ligne


babaji
international freak
Nepal
3100
Lieu: Outta Space
Date d'inscription: 21 Feb 2013
Messages: 974
Blogs

Bazukero

J ai un peu le même chemin que toi pour l’hero, j’ai voyagé en Inde, Pakistan, Laos, Cambodge, ou j’etais accro a un demi G par jour et la methamphétamines  très prisée la bas j ai accroché direct.

Je n’ai pu m’arrêter qu’a mon retour si j’etais resté là-bas je serai mort c’est certain.
Un quart de meth quotidien ou 5 pils de yaba tous les jours.

De retour en France j’ai foncé ds un Caspa que je connaissais et j’ai reçu 180mg/jour de méthadone pour etre bien on voit direct ce qu’est de la vraie dope par rapport a l’ersatz que l’on trouve ici j’en ai jamais repris je préfère mon tso depuis.

Amicalement Babaji

Édit modération : fait un petit effort d’ecriture stp j’ai corrigé car c’etait illisible c’est dommage car tu as des posts intéressant Suf


La dope fait mieux passer les moments sans argent que l argent les moments sans dope

Hors ligne


Dounia 
Nouveau Psycho
France
200
Date d'inscription: 13 Apr 2018
Messages: 86

Salut à tous,

J’ai un lourd passif avec la C puisque ça fait une quizaine d'années que j’en prend de temps en temps. J’en consomme exclusivement en sniff.

C’était uniquement festif au début mais après l'arrêt de l’héro, j’ai basculé dans une conso trop souvent en solitaire et un peu glauque.
(Genre se planquer de son mec et de ses gamins pour aller s’en coller encore une dans un nez qui saigne déjà...)

Je ne peux pas dire que je suis abstinente puisque je consomme encore régulièrement (trop d’ailleurs en ce moment).

En revanche, j’ai une idée claire et une certaine expérience de ce qui m'aide à ne pas consommer de C, et de ce qui m’a sans doute permis de ne jamais trop déraper avec ce produit merveilleux mais bien accrocheur... puisque malgré tout, je peux dire que je n’ai jamais complètement basculé, claqué tout mon fric et passer mes journées autour de ça!

Pour moi, ce qui fonctionne c’est les pauses régulières d’au moins 1 à 2 mois plusieurs fois par an.
Même si le craving est parfois intense, j’arrive à me forcer à ne rien acheter et ça marche.

J’essaie maintenant de revenir à un usage exclusivement festif et collectif avec quelques moments en solitaire quand la situation s’y prête.

Ecidemment c’est facile d’écrire devant son écran que la seule solution c’est de se fixer des barrières et de s’y tenir... mais comment faire pour y arriver?

S’il y avait une réponse magique, je serais bien ravie de la partager avec vous.

Ce qui m’aide moi à tenir ces limites c’est mon encadrement au Cspa où je vois médecin, psychiatre et psychologue et où je peux même faire de la sophrologie.
Il y a aussi le sport, les voyages et le sourire de mes enfants, mon mari qui m’aime et me soutient...

Surtout, il y a Psychoactif, dont j'étais une lectrice passionnée bien avant de m’inscrire. Bref, une communauté sans jugement où on trouve du soutien et des gens qui vivent les mêmes expériences.

Pour l’héro, je suis passée par une cure et j’ai coupé avec tout mes contacts dans ce monde là.
J’ai perdu des gens chers, mais j’ai fait un choix.
A mon sens, je suis trop fragile pour me permettre des extras (bon aller, un peu de skenan de temps en temps wink).

Pour la coke, j'espère pouvoir continuer à jongler avec mes limites encore ces 15 prochaines années ?

Quel que soit votre but, je vous souhaite à tous bon courage pour la réussite de vos projets (et arrêtez de dire que la coke c'est de la merde!!! C’est un produit magique... qui peut parfois nous conduire nous en toute responsabilité à faire de la merde, mais ce n’est pas pareil!)
Bises
Dounia

Hors ligne


similana 
Psycho junior
Suisse
1600
Date d'inscription: 08 Sep 2014
Messages: 238

Je consommais de la coke par IV au début des années 90, occasionnellement parce que c'était assez rare, et très cher (350chf/g). J'ai arrêté quand je me suis retrouvé en prison, suivi d'un séjour de 18 mois en détox ( peine suspendue en faveur d'un traitement thérapeutique).

Ensuite j'ai eu deux ans de liberté conditionnelle, avec tests d'urine réguliers. Avec le temps ça m'est sorti de la tête, et je suivais des cours de maîtrise le week-end en plus de mon job en semaine.


En 2002 ou 2003, j'ai recommencé la coke, et j'ai très vite basé (parce que les rails ça va un moment, et que les IV laissent des marques).  Je me suis imposé un cadre que j'ai respecté : drogues le week-end et travail la semaine.

J'occupais un poste à responsabilité, j'avais besoin de toutes mes facultés pour être les assumer. Je fumais de l'herbe parfois en semaine, mais rien d'autre.

En quelques mois j'étais arrivé à acheter 10g tous les vendredi. J'en fumais un partie avec un pote qui faisait que le dealer soit ponctuel, ou presque, et je finissais le reste chez moi. Ensuite je dormais et je recommençais une semaine. Ca a duré 2 ou 3 ans,  puis les fréquences ont commencé à s'espacer. J'ai arrêté pratiquement du jour au lendemain, quand mon corps était tellement saturé de coke qu'il s'est défendu par des tremblements/spasmes dès que je passais à l'ammo, au point que je ne pouvais plus tenir ma pipe sans tout renversé.

Là j'ai compris que je devais faire un break, et à chaque fois que je voulais fumer j'étais mal. Mais l'envie revenait très vite, et j'étais dans un espèce de mouvement de balance entre envie et répulsion. Pour m'aider, j'ai acheté de la caféine anhydre, et je m'en faisais de gros rails le vendredi en fin d'après-midi. L'effet est similaire à 5-6 espresso, ou plus, et pour moi caféine en dose massive et cocaïne ne vont pas bien ensemble.

A la même époque je crois, mon toubib m'a prescrit de la ritaline, puis du dexméthylphénidate  (focalin), sans lien avec mes conso de coke. Mais ça pouvait pas mieux tomber, parce que ça atténue énormément l'envie de coke, pour moi en tous cas, puisque j'ai attendu 3-4 ans pour en reprendre.

Et le jour où j'ai connu la meth, et surtout que j'ai eu la recette pour faire des thaï, je n'ai plus d'attrait pour la coke. ( je ne liste pas ce produit dans mes trucs&astuces, parce que ça peut être plus difficile encore à gérer pour la beaucoup de monde )

Premier truc à l'époque, pour m'aider à pas reprendre de la coke, caféine anhydre, deuxième truc, ritaline ou équivalent. En état de gavage à la limite du dégoût qui a facilité le truc, et non en craving.


Les ténèbres n'existent pas. Nous errons dans le noir car aveuglés par trop de lumière !

Hors ligne


azertyuiop98765 
Adhérent PsychoACTIF
France
300
Date d'inscription: 18 Jun 2018
Messages: 55

Le problème avec la C, c’est que t’en qu’il y en a, on en prend... Dès que je met le nez dedans j’ai véritablement du mal à m’arreter et j’attends le week-end suivant pour en reprendre et des fois l’attente est longue...

Voilà je suis addict à la C, c’est dit !! Je vais en prendre une dernière fois au week-end qui arrive, festival oblige (hellfest, si qqun du forum y va on peut tjs se croiser !) et après je vais arrêter, il faut que je trouve un moyen de la substituer à de la weed CBD par exemple...

J’ai été addicte à la mdma quand j’avais 16-17 ans, j’ai fait une surdose ainsi qu’un coma éthylique, ramasser par les pompiers, à l’hopital ils m’ont attaché ce j’étais violent vu que j’étais en manque... ce qui m’en a sauver c’est mes amis qui étaient là pour moi, mes parents a l’epoque m’avait enfermé chez moi avec interdiction de sortir de la maison, heureusement que mes amis sont venus me soutenir dans les moments où je pétais les plombs et que je cassais tout car il me fallait une dose ils me ramenaient de l’alcool de la weed et du tabac pour essayer de compenser, ça marchait la plupart du temps mais il y a eu qqs fois ou j’ai tapé très fort dans les murs et même frappé un de mes amis qui était venu me voir... mes parents en ont fait les frais aussi, ils se sont même séparés car je leur ai mis mon état sur le dos car ils ne s’entendaient plus. Ce qui n’a pas été plus mal finalement !!

À savoir je n’ai touché à rien mis à part une ou deux fois en 10 ans où l’on m’a proposé un peu de c, une fois chez des potes et ma femme était curieuse de voir comment on tapait elle n’avait jamais vu et une fois à un mariage ou j’ai fini dans un sale état avec l’alcool la c et la weed...

Là, ça fait environ un an que je reprends de la c car un de mes plus proches pote en prend et je suis retombé dedans comme un con... ma femme n’est pas au courant que j’en prends sinon elle me tuerait !! C’est la seule chose sur laquelle je lui mens, j’en ai honte ?

Du coup j’ai décidé de tout arrêter après ce week-end mais je vais en prendre plus que de raison, et probablement tester une fois l’injection pour voir les effets... le plug a été testé cette nuit c’est plutôt top mais pas la descente qui est plus violente qu’en snifant et tue le bide, surtout après 3 prises, environ 1.5g de pris comme ça... Bon désolé de raconter ma vie comme ça, mais j’en ai besoin je pense de vider mon sac avant l’arrêt de cette drogue qui rend addicte assez rapidement... Même en la snifant...

Je n’ai pas réussi à en baser avec du bicarbonate par contre, j’ai pourtant jeté un œil à 2 vidéos qui sont très bien faite. Du coup je la base avec de l’ammoniaque mais c’est assez terrible en goût et ça fait des ravages au niveau des poumons... Il faut que j’arrive à le faire au bicarbonate pour ce week-end que l’on ne se tue pas les poumons !!

Merci de m’avoir lu, n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de mon arrêt après une dernière fois qui sera je pense magistral !!


Une bonne défonce c’est avec des amis et seulement en teuf ! Il faut que ça reste festif !

Azertyuiop98765

Hors ligne


rootdjack 
Nouveau membre
France
000
Lieu: Nice
Date d'inscription: 12 Aug 2017
Messages: 32

Perso je suis tombé dans la cc après avoir stopper la blanche,comme beaucoup (un des effets de la substitution).Je suis vite passé de l'injection a la galette......je ne m envoyais plus a coté,je pouvais taper autant que je le pouvais/voulais sans me trouer 100 fois a poil du sang plein le corps....j'ai mis 1000 bornes entre la rue Mira et moi pour continuer de plus belle à baser à Nice....jusqu'à ce que mon plan disparaisse et que je ne trouve plus que de la soupe (basable mais avec ce gout de plastoc a gerber)....ça m a gavé et comme je n ai pas cherché ni trouvé d'autres plans,je me suis rabattu sur la ritaline......bref je continue de butiner cette fleur nommée dépendance!!!


Support , don't punish.....

Hors ligne


Donzathoustra 
Psycho junior
France
1700
Date d'inscription: 27 May 2017
Messages: 303
Blogs

Mon histoire de la coke :

Au départ c'était une à deux fois par mois avec un pote en particulier. Généralement des petites dose comme un gramme de super coupé à deux.

Vint ensuite une routine, soit de s'appeler n'importe quand, comme nous étions dans paname en deux stations on se retrouvrait.

C'était vraiment jouissif comme délire, car toujours à deux et dans des bars.

J'étais par contres très déçu de la qualité, j'en avais tapé sur Barcelone pour la première fois et elle était puissante, là c'était de la parisienne soit hyper coupé.

Nous avions donc installer cette routine à toutes les semaines, puis quasi deux fois par semaine.s Sauf Que maintenant les derler avait changé sa came, bien meilleurs et on s'en prenait 3 à deux, puis deux.

Et ce pendant des mois... parfois défoncé jusque 4h00 dans paname moribond avec l’énorme poids sur la conscience


Il n'y avait plus  avec mon pote un moment sans coke.

Au bout de 4 ans à disons 10 à 12 g mensuel.

Est arrivé un deuil (qui ne m'a pas touché j'insiste mais important) et j'ai profité pour vouloir arrêter la coke car je ne supportais plus d'être aussi dominé par un simple appel pour une soirée.

Puis j'en avais assez des descentes... trop dures et de cette dépendance psychique très intense.

J'ai pris rendez-vous chez un médecin, qui m'a orienté vers une psychothérapeute, école de TCC, et avec elle on a entamé un processus basé sur le gestion des émotions, les pensées automatiques etc puis comment et radicalement mettre fin à la coke.

J'ai ai discuté mon pote de défonce mais lui ne voulait rien savoir, il adorait ça et l'idée du sevrage lui était inenvisageable.

Chose importante, c’était toujours lui ramenait la dope via son dealer. Jamais mois en 5 ans !!!


Il m'a saoulé parce que moi je souhaitais arrêter et lui non, donc encore une fois... un appel "tu fais quoi ce soir" et je retrouvais le pif gavé de blanche.

Donc j'ai rompu avec lui. Lui disant faut que j'’arrête, je dois me protéger. 18 mois de coupures du monde la teuf, soirée, ou alors avec des amis qui ne prenaient pas de coke.

Donc plus de dealer.

toujours des séances de psy et aussi de méditation, celle-ci m'a énormément aidée. EN méditant je me remémorai les moments de souffrances avec la coke, grosse angoisse, puis toujours en méditant elles disparaissaient. J'ai comme purifier plein de flash back qui me me crée des angoisses très forte.


J'ai revu mon pote 18 mois plus tard et j'étais heureux de lui filer de la super coke du DM. rien à voir
Là j'ai dû taper trois ou quatre fois mais j'ai ensuite définitivement arrêté, car le sevrage avait marché. Et étonnamment le coke, ses effets ne me plaisaient plus.


Mes plus mauvais souvenir : être déchiré dans un Paris les lundi ou mardi, ville morte-musée Paris, et glauque vers les 4H00. Là je n'arrivais même plus à sniffer  car trop de dope dans les narines, sinon plus autnt d'effet de relance : et le sentiment d'assumer le retour chez moi, la descente.

Cela dit et j'insiste avec des superbes coke, peu de descente brutale. Par contre t'es hyper alerte.


Quand je pense à mes trip mdma, psilo, je le dis vraiement que la coke te rends con. Avec cette confiance en soi ridicule

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

La drogue je la choisi soit comme une expérience (surtout les psyche) soit comme une extension de ce que j'aime chez moi, forcément la mdma y a une place dominante, écrasante.

Hors ligne


LLoigor 
Modérateur
France
6100
Lieu: Bx
Date d'inscription: 08 Aug 2008
Messages: 8502

J'ai coupé net toutes envie de crack d'une manière peu commune : la methadone.

En 2003 j'étais addict a l'hero et au crack.
Je prenais du sub en sniff les jours de "pas de came" et je flinguais mes quelques économies et demandé des croum a toute ma ville pour baser.

A mon rdv addicto (très rapide au passage: un coup de fil et une discussion de 10min, rdv le surlendemain, au centre 15min avec un infirmier, 20min avec un psy et 1h avec l'addicto, puis redescente a l'infirmerie un pipi et ma metha).

L'addicto j'ai joué franc jeu sur tout, dit que le subu ne me calmé pas mes envie, que j'avais déjà pris de la methadone acheter au black.
Et que mon craving du crack etait le moins gérable.

L'addicto m'a dit qu'il pensais qu'en me mettant a un haut dosage cela pourrait fonctionner.

Je suis passé a 120mg directement (j'ai augmenté un peu et redescendu a 120mg assez rapidement).

Bilan : grosse lune de miel qui m'a fait oublier toute envie de came et de base pendant 3 mois.

Car je suis allez a un teknival j'ai la aussi etait franc expliquant que d'une part je voudrai avoir 3 jours de tt.
Et qu'il y ai une chance que je reconsomme.

Durant le week-end j'ai tapé une trace de came uniquement après ce qui me faisait le plus envie : une session crack.

Après cet ecart en 3 mois, ma prochaine conso de came je m'en souviens même plus (ca m'interressai plus) et du crack 3 a 5 fois par an sur 3 années.

Bref c'était fini. Du coup la methadone a relativement haute dose aura eu un excellent résultat sur le craving.

D'autres personne qui tapais du crack on testé cette methode via leur centre et on eu de bon résultat.

Bon après j'aurai etait addict qu'au crack je ne sais pas si je me serai lancé dans la methadone.

Mais au point ou j'en etait quand j'ai passé la porte su centre avec la rabla et le crack, j'avais tout a gagner avec la methadone.

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Analyse de produits psychoactifs aux effets indésirables ou inhabituels et de manière anonyme, gratuite et par courrier.  Contacter l'équipe: modos@psychoactif.org
https://www.psychoactif.org/sintes

Hors ligne


Roses des diables 
Nouveau membre
France
000
Date d'inscription: 24 Jul 2015
Messages: 31

a la fumette c'est la drogue qui à été la plus dure à arrêter

j' ai commencer assez jeune les drogues 14 ans premier joint de shit mais je n'est jamais été une grande fan et pour tout dire mon dernier joint je les fumer il y a au moin 4 ans

les problèmes sont venu avec la coke ver mes 26 ans . Au début j'avais une consommation festive mais même à cette époque , ca a pas mal foutu la merde dans ma vie . Trop de sortit , trop de dépense d'argent , impossible de garder un emploi stable .LA VIDA LOCA quoi , je n'en garde pas un si mauvais souvenir mais j'y est perdu un poste de fonctionnaire , fait beaucoup de connerie et  mes économie ont littéralement fondu

ver mes 28 ans j'ai commencer la morphine en IV  et trés vite j'ai totalement perdu le contrôle    nouvelle perte de mon emploi . Parents à qui j'avoue tout et qui veule me faire arrêter mais imposible de décrocher

deux ans d'horreur à devoir retourner chez mes parents n'ayant plus les moyens d'assumer  un appart .Obliger de me piquer en cachette . Et dans mes virée sur gare du nord je rencontre Mr crack

Coup de foudre instantanée , j'y ajoute trés vite les IV de coke

j'ai tout fait ,cure , CSAPA , psychiatre ,psychologue , antidépresseur , on ma même diagnostiquée une bipôlaritée et mis sus thymorégulateur   , TSO la total

Mais impossible de mettre un frein à mes conso dés que j'avais du frique illico je replongeais ; Aujourd'hui je me demande si je le voulais vraiment

à mes 30 ans je decide de  me prendre en main je  sui mon traitement psy à la lettre et stoppe la morphine et les IV de coke

Mais bon comme beaucoup j'ai fait un énorme transfert et me suis mis à fumer du crack quotidiennement ;

j'en pouvais plus j'avais l'impression de ne jamais m'en sortir de détruire ma famille de n'être qu'un poids pour ceux que j'aime

j'ai fait une TS mes parent mon retrouver baignant dans mon sang , complètement dans les vape

Pompier , dé choque , et quand j'ai repris conscience les médecins et ma famille on décider de m’interner . Moi bien sur j'était contre . J'ai donc été hospitalisée sous contrainte

Attachée à un lit pendant 24 H ( je devais même utilisé un bassin pour pissée )et transfert en unité psy fermée   
pyjama , bourrée de médoc à plus pouvoir parler , ni appel ni sorti ni visite

Ca a été un choque , je sais pas pourquoi mais quand je me suis retrouver la première fois dans ma chambre d'hôpital j'ai dessidée de tout stopper

il m'on garder  1 mois quand je suis enfin sortie j'ai tout jetter . Médoc , pipe , reste de gallette

et depuis je n'ai plus rien toucher pas même un atarax (ca fait un an)

Je ne dis pas que l'abstinence total est une fin en soi mais pour moi c'est se qui ma sauvée . Aujourd'hui je revie

Il faut jamais désespérer quelque soi le nombre de rechute et croire en soi

Hors ligne


Donzathoustra 
Psycho junior
France
1700
Date d'inscription: 27 May 2017
Messages: 303
Blogs

J'avais un reste, plus de 2 grammes quand même est de la très forte, donc vraiment des petites traces et tu pars. 5 mois qu'elle était-là, je la conservais, pas défi et pour un "pourquoi pas".

Puis je rentre de vacances, 4 semaines où j'ai dû voire 5 bières et quatre verres de vins pas plus...

Mais voilà sur le trajet du retour mon salopard de cerveau ne pense qu'à ça. Mince alors moi qui me croyais sevré !

J'attends le soir et je commence. Comme d'habitude les premières sont les meilleurs, ensuite tu ressens rapidement la supercherie, soit tu es entrée dans le cercle vicieux. Ton esprit en redemande, ton autre esprit sait que plus tu vas en prendre plus tu vas morfler, mais voilà, quand tu en prends ça relance, moins que les précédentes. Arrive la petite descente... alors on relance ?

J'ai eu le courage de dire stop, pourtant au bout d'un moment ça réclamait fort... je me suis levé, j'ai tout balancé dans l'évier. Puis j'ai géré une descente assez facile finalement (avec de la mauvaise qualité tu souffres beaucoup plus).

J'étais super heureux d'avoir dégagé le produit.

Lendemain gênant pour la fatigue un peu tenace. A ce propos, tu sais que tu décroches sur ce genre de drogue quand tu ne supportes plus de bousiller tes humeurs, ton énergie le lendemain. Bu beaucoup d'eau, pas mal manger. Et grosse nuit.

Surlendemain niquel. J'ai repris mes truc de méditation pour me replonger dans la prise (Je démarre, je me mets en situation en gros au bout d'un certains temps, une toute petite angoisse arrive et elle se dilue).

J'espère ne plus jamais reprendre cette dope.

Autant dans quelques semaines se présentera une petite soirée md (j'en prendrai 100 à 120mg pas plus) et je sais que les lendemains, sans trop boire seront supers. Idem pour une soirée psilo, là c'est du facile. Mais la coke ? Pffff Une sacrée pute par excellence.

Dernière modification par Donzathoustra (27 août 2018 à  22:53)


La drogue je la choisi soit comme une expérience (surtout les psyche) soit comme une extension de ce que j'aime chez moi, forcément la mdma y a une place dominante, écrasante.

Hors ligne


sweetheart 
Nouveau membre
Czech Republic
000
Date d'inscription: 29 Nov 2016
Messages: 27

Coucou tout le monde <3

Je vais essayer de contribuer avec mon témoignage. Je suis une femme dans la vingtaine, pour 1,75m je fais entre 50-54kg.

J'ai grandi dans un environement où l'alcool et  la clope étaient courants, la beuh rien d'étonnant, les benzo non plus (quand j'étais petite, je pensais que ce sont des cachets anti-stress, et je ne connaissais pas une maman qui ne les prend pas). La coke était assez présente aussi, mais ça j'ai compris des années plus tard (quand je l'ai essayé moi aussi).

La première fois je l'ai essayé quand j'avais 17 ans, et c'étais seulement conso unique.
Les 3 ans suivantes j'avais pas vraiment occasion à réessayer, mais vers 21ans j'ai rencontré à travers de mon boulot des gens qui en prenaient, sans le cacher. Entre 21-22ans je consommais mais uniquement dans le cadre festif, et toujours invitée.
Après je suis partie faire mes études dans une petite ville, où il n'y avait pas de la cc, et surtout pas de potes à la prendre avec moi, donc aucune motivation.
Après une année et demi je suis revenue dans la grande ville et c'est là où tout a "vraiment" commencé.

Faisant partie d'équipe de communication, j'étais obligée de rester réveillée souvent la nuit entière 3-4 fois dans la semaine, et en plus aller au bureau environ 3 fois par semaine. En plus, après des nuits blanches passées au travail, souvent au lever du jour on a décidé de se faire une petite "after" rien que à nous, hors le boulot, histoire un peu se détendre et un peu faire la fête, nous aussi.

Dans mon boulot c'était même apprécié (même si personne ne le disait en voix haute) de se booster, car je ne connais pas une seule personne qui arrivait suivre ce rythme fou "au naturel". Et ceux qui ne sont pas performants sont vite remplacés, c'est ainsi.
C'est là où j'ai commencé consommer hors cadre festif.

À la fin de 2016 j'ai été déplacé dans la filiale en Suisse, et là le rythme de travail était super fou, je me souviens de passer des nombreuses heures au boulot, mes responsabilités ont augmenté aussi, et la coke était partout, littéralement partout.
Pour tenir le coup et aussi pour être plus à la hauteur, je prenais entre 1-1,5g par jour, en sniff, ce qui a fini au bout de 2 mois par une OD avec un arrêt cardiaque.

Après, effrayé, j'ai fait une pause de 3,5 mois, puis c'était reparti.

Là, depuis début 2018 j'ai consommé 3 fois uniquement, j'ai fait une longue pause, et voilà ce qui m'a aidé:
- chirurgie esthétique avec le temps de convalescence imposé
- partir à l'autre bout du monde (pas des destinations très branchouille) et changer de lieu souvent, comme ça j'ai connaissais personne de qui acheter
- m'éloigner de toute personne qui m'incitait à la conso
- arrêter de faire la fête
- créer un fichier "craving" où j'ai essayé de décrire le plus précisement dans quelles situations les cravings arrivaient, et ensuite essayer de les éviter
- arrêter de boire de l'alcool pendant 3 mois
- commencer faire du sport

Le pire pour moi était de m'éloigner de certaines personnes qui jusqu'au là étaient mon seul monde, que j'ai grandi avec, y compris de certaines personnes qui font partie de ma propre famille, de me trouver des nouveaux amis, de ne pas les (et le monde sans cocaïne) trouver fade et chiant.
J'ai beaucoup souffert de ne plus faire la fête, surtout que j'ai eu beaucoup de super souvenirs, des fous rires, des trucs que je ne pense pas pouvoir vivre ailleurs. Les premiers semaines j'étais déprimée, chiante, énervée, triste, j'avais impression que je suis en fin de vie.

D'ailleurs, comme c'était pas ma première tentative d'arrêter/ralentir, je savais que vraiment pour un temps assez longue je ne peux pas me permettre faire des exceptions niveau fête, car toujours quand j'ai voulu faire une exception, je me suis barrée pour 3 jours de consommation hors-limite.

Je dois avouer aussi que malgré le temps passé des cravings parfois frappent sans raison, super intensifs, même en essayant d'éviter tous les triggers.

J'ai même arrêté de bosser pour un certain temps, histoire de vraiment m'éloigner de ce environement toxique au max.

Là, j'ai repris le boulot lentement et j'avoue que c'est pas facile, que la tentation est vraiment à chaque coin et que les souvenirs on les efface pas, donc souvent ça me traverse l'esprit que si j'avais un peu de la cc, je pourrais être plus performante, terminer plus rapidement et avoir encore d'énergie pour avoir une vie sociale comme avant... je dois toujours me rappeller que déjà plusieurs fois ça a pas bien fini, que vite je suis tourné à un cercle des conso quasi illimités.

J'espère que mon témoignage peut aider un peu, et que c'est au moins un peu cohérent.

Merci pour la patience de me lire, bisous à touTEs <3 <3 <3

Hors ligne



Écrire une réponse Remonter


Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Comment avez-vous réussi à  arrêter la coke?
par Ortesse, dernier post 02 janvier 2010 à  03:55 par supersego
  62
[ Forum ] Dépistage - J'ai réussi à  tromper un test salivaire (coke) !
par ideout, dernier post 22 août 2018 à  10:05 par Donzathoustra
  26
[ Forum ] Addiction - Arrêter la cocaïne
par Initiativedharman, dernier post 18 décembre 2016 à  05:12 par Snoop'
  79
    [ PsychoWIKI ] Arrêter la méthadone
    [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
    [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
36538 personnes ont déja passé ce quizzz !
    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    '
    En ce moment sur PsychoACTIF  flux RSS de Psychoactif
     Psychoactif 
    Global Drug Survey 2019
    Il y a 1jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
     Psychoactif 
    Réduction des risques à distance, stop aux inégalité de santé
    06 novembre 2018Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Rassemblement de témoignages,conseils et guides sur le SET AND SETTING
    Il y a 1jCommentaire de technogonzo (6 réponses)
     Appel à témoignage 
    Quel est votre budget drogue mensuel?
    Il y a 2jCommentaire de SickWilliamBoy (163 réponses)
     Forum 
    Champignon magique ou non
    Il y a moins d'1mnNouvelle discussion de tita dans [Psilocybe - Champigno...](0 réponse)
     Forum 
    Champignon magique ou non
    Il y a moins d'1mnNouvelle discussion de tita dans [Psilocybe - Champigno...](0 réponse)
     Forum 
    Champignon magique ou non
    Il y a moins d'1mnNouvelle discussion de tita dans [Psilocybe - Champigno...](0 réponse)
     Forum 
    Culture - Golden teacher : rien au 7eme jour
    Il y a 26mn
    1
    Commentaire de Abbri dans [Psilocybe - Champigno...](38 réponses)
     Forum 
    Expériences - Quel est le meilleur pour la santé?
    Il y a 34mnCommentaire de Skenman dans [Cannabis...](11 réponses)
     Forum 
    Méthode d'extraction de tramadol de l'ixprim
    Il y a 39mnNouvelle discussion de fostilo dans [Tramadol...](0 réponse)
     Forum 
    Actualité - GHB / GBL : augmentation des intoxications et banalisation de la c...
    Il y a 50mn
    3
    Commentaire de Rick dans [GBL, GHB, 1.4-BD...](29 réponses)
     Forum 
    HELP Test urinaire THC Elimination complète
    Il y a 1hNouvelle discussion de Tita95 dans [Cannabis...](0 réponse)
     Blog 
    Comment bien dormir (sans drogue)....
    Il y a 3h
    1
    Commentaire de technogonzo dans le blog de Deltaa (12 commentaires)
     Blog 
    De quoi es-tu si sûr ?
    Il y a 4hCommentaire de Nils1984 dans le blog de Nils1984 (6 commentaires)
     Blog 
    Perdue
    Il y a 8hCommentaire de MIAOU44 dans le blog de MIAOU44 (21 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 21:20
     PsychoWIKI 
    Kétamine, effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Commencer sur Psychoactif
     Nouveaux membres 
    EvilAngel57 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    SONDAGE
    Quelles sont vos drogues préférées ?
     

    Résultats | Archives
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     L’Espace de Consommation Sécurisé (ECS) de Lausanne
    par Hypnos-bleu, le 17 Nov 2018
    Hello cher psycho et UD suisse, je sais Pas si tu sais mais à Lausanne il est enfin ouvert depuis un peu plus d’un mois un Espace de Consommation Sécurisé (ou ECS pour les intimes) c’est un local de shoot, sniff, et de fumée (coke, hero, crake et j’en oublie peut être) cela ce passe à la...[Lire la suite]
     Feuilles de coca
    par PSYCHOCRACK, le 15 Nov 2018
    des chifres qui me semble completement pas logique..... c'est pas exactement ça, ta sauté des etapes. d'abord on les met dans la bouche une par une apres les avoir enervuré (pour pas blesser la bouche avec la nervure principal) on en met entre 8 à 10 gr environ comme tu à dit avec un prod...[Lire la suite]
     Sa vous fais quoi une iv ?
    par L'Apoticaire, le 16 Nov 2018
    Les autres morceaux choisis
    Les dernières notations

    Ce post souligne l'importance des sitteurs, positif tant dansla RDR / Récréatifs dans [forum] GHB / GBL : augmentation des intoxications et banalisation de la conso
    (Il y a 44mn)
    Exact mdrr suf dans [forum] Mauvaise extraction paracétamol 2.4g aide
    (Il y a 2h)
    Je me reconnais tellement dans ce que tu dis ici dans [forum] Manque? envies subites de consommer pendant la journée
    (Il y a 3h)
    Synthétique et efficace dans [forum] rêves étranges après du lsd
    (Il y a 7h)

    Pied de page des forums

    Propulsé par FluxBB
    Traduction par FluxBB.fr


    Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.



    Licence Creative CommonsDroit d'auteur : Les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0