Benzo : Dépendance et Effets secondaires? / PsychoACTIF

Benzo : Dépendance et Effets secondaires?


#1 02 septembre 2010 à  23:15

The Turtle
Banni
000
Lieu: idf
Date d'inscription: 09 Dec 2009
Messages: 615

Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Salut à  tous!

Voilà , j'ai posté ici pour demander des avis et vécus perso sur les benzo (ces derniers étant aussi et déjà  un traitement pour le sevrage d'alcool mais pas que).
En fait quelles seraient les conséquences à  long terme (je calcule sur 10 ans) de prise de valium10, sérestat50, équanil400 de 3 fois à  beaucoup plus /jours??

Pas tous mélangés..hmm : ouf, les "medocs" dépendent des périodes..

D'un point de vue médical, je me souviens dans les années 90 jusqu'à  peut être mi 2000, on nous en prescrivait à  tout va: on demandait un déccrochage de l'alcool, aide pour la came, la c &co, une crise d'angoisse.

Et là , 10 ans de conso abusive de ces petites pillules, sans grand résultat puisque restée accro à  presque tout on va dire, et surtout à  ces médocs!

Mais la mode change chez les médecins, alors que la dépendance est bien là .

Dorénavant, il faut plaider moult temps pour avoir le moindre benzo et en petite quantité (tout dépend où on se place).
Théorie actuelle: mémoire de poisson rouge, trous noirs, ...

Et vous?
Après une longue longue période de prise de ces molécules?
- Effets secondaires desastreux?
- Réversible or not après arrêt?
- Temps du sevrage pour un exemple: 5 équanil 400/j (une copine s'en est sortie de beaucoup plus mais temps de réadaption de plus de 1 an)

Sans passer par la case neuroleptiques le sevrage si possible, préfère être stone qu'un "mouton" (ça dépend des doses c'est sûr).
Mais intolérance..

Dernière modification par The Turtle (02 septembre 2010 à  23:24)


"Drôle de chemin, drôles de problèmes". Java

Hors ligne

#2 03 septembre 2010 à  13:26

meĩ
Nouveau Psycho
000
Date d'inscription: 19 May 2010
Messages: 59

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

bonjour à 

pas bcp de etmps mais suis sous lexo depuis une quinzaine d'années.
pas bcp, mais impossible de m'en défaire. par contre, pas d'effet secondaires partculiers....ça sert juste pour mescrises d'angoisses oppressantes.

avant, de 19 à  22, j'ai eu lisanxia (nul), tranxène (mon préféré ), xanax (effet horrible sur moi aujourd'hui, j'ai rééssayé dernièrement, cata), lexomil, ....(et ptètre d'autres oubliés.)
chacun avait son effet particulier sur moi.

comme l'arret a été brutal, (en 95) je ne me souvens plus trop...(sauf come je l'ai déjà  raconté qulque part que j'ai été très malade pdt au moins 1 mois.)

aujourd'hui, je ne cherche plus à  me séparer du lexo tout de suite, y'a déjà  le sub à  gérer.

Hors ligne

#3 03 septembre 2010 à  14:39

lloigor 
Modérateur
France
6600
Lieu: Bx
Date d'inscription: 08 Aug 2008
Messages: 8031
Site web
fb

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Perso je sais qu'une fois mon sevrage a la méthadone terminé , il faudra me sevrer du tranxene que je prend depuis 3 ou 4 ans.

Et qui si je n'en prend pas tout les jours , fait bouillir mon corps de l'intérieur (c'est une sensation très désagréable que seul le tranxene calme).

Du coup j'espère que le sevrage sera moins long et chiant que la méthadone.


乃1-66モ尺 ノら イ什モ G什ロらイ ノ几らノ刀モ イ什モ 刀モ凵ら モㄨ 州凡ㄈ什ノ几凡

Hors ligne

#4 03 septembre 2010 à  15:46

bighorsse 
Adhérent PsychoACTIF
200
Date d'inscription: 19 Mar 2007
Messages: 8487
Blogs

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

turtle
tu as bien décris la façon de psychiatriser les gens dans las années 80 à  90 quand rien n'existait en matiere de sevrage en dehors des cachetons....alors oui la conso de benzo à  outrance je connais aussi, bien que j'ai tenté le plus souvent possible de les éviter ( jamais de benzo quand j'etais sous came)
mais à  force de sevrages, toujours ratés , les benzos ont en gobent!!! au final il me reste tjs les lexo qu'il m'est quasi impossible de stopper; j'ai prend un et demi par jour ; généralement le soir parfois aussi dans la journée quand je me sens "agressive" (on me parle et je réagit mal à  n'importe quelle chose qu'on me dit par ex)
cette conso longue m'a littéralement ravagée la mémoire; il me faut faire de sacré effort par ex pour me rappeler des noms de gens qui pourtant me sont connus depuis longtemps!!! ex : les voisins; les potes de mon conjoint; les mots en fait m'échappe :même des choses usuelles parviennent à  échapper à  ma mémoire!! et ça c'est carrément flippant...
il y a aussi les insomnies rebelles si jamais j'oublie de prendre le lexo

j'ai de gros doutes quant à  la réversibilité des effets secondaires surtout concernant la mémoire!


l angoisse est le vertige de la liberté

Hors ligne

#5 03 septembre 2010 à  17:46

The Turtle
Banni
000
Lieu: idf
Date d'inscription: 09 Dec 2009
Messages: 615

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Salut!

Mei, ta descrpition perso de ce chaque medoc t'apporte... intéressante...On a tous un top 10?! lol. Vais tenter de retrouver le post dont tu parles de ton arrêt.

Lloigor, je suis ton thread sur ta diminution pour arrêt métha, et chaque chose en son temps, tu l'as bien compris.

Big, "(...)mais à  force de sevrages, toujours ratés , les benzos ont en gobent!!!... ", c'est clair gros piège dans lequel suis tombée.
Avec en prime le valium ou l'urbanyl (ce dernier ne me procure plus de bénéfices maintenant...) pour l'épilepsie et éviter un traitement lourd pour légitimer...Nawak!

Pour ce que tu expliques sur la mémoire, on va dire que je connais plutôt bien, et oui c'est flippant! Les prénoms, les mots qui nous échappent, dur dur!
Aussi, on m'a parlé de vieillissement prématuré du cerveau =>flippe totale!

"j'ai de gros doutes quant à  la réversibilité des effets secondaires surtout concernant la mémoire!"
M'en doutais mais bon l'espoir fait vivre.



Et l'agressivité, oh oui je vois.

J'ai pensé à  couper les cachetons pour diminuer et arrêter ( pas de suite déjà  gérer), genre après les demi, des quarts, etc..On verra.

MERCi à  vous! Bon aprem!


"Drôle de chemin, drôles de problèmes". Java

Hors ligne

#6 03 septembre 2010 à  19:02

meĩ
Nouveau Psycho
000
Date d'inscription: 19 May 2010
Messages: 59

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

The Turtle a écrit

Mei, ta descrpition perso de ce chaque medoc t'apporte... intéressante...On a tous un top 10?! lol. Vais tenter de retrouver le post dont tu parles de ton arrêt.

je crois que c'est dans les "avis sur le tercian" que je parle de ça.wink

Hors ligne

#7 03 septembre 2010 à  22:22

Desmundo2
Psycho junior
000
Date d'inscription: 11 Aug 2010
Messages: 315

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

The Turtle a écrit

Salut!

Mei, ta descrpition perso de ce chaque medoc t'apporte... intéressante...On a tous un top 10?! lol. Vais tenter de retrouver le post dont tu parles de ton arrêt.

Lloigor, je suis ton thread sur ta diminution pour arrêt métha, et chaque chose en son temps, tu l'as bien compris.

Big, "(...)mais à  force de sevrages, toujours ratés , les benzos ont en gobent!!!... ", c'est clair gros piège dans lequel suis tombée.
Avec en prime le valium ou l'urbanyl (ce dernier ne me procure plus de bénéfices maintenant...) pour l'épilepsie et éviter un traitement lourd pour légitimer...Nawak!

Pour ce que tu expliques sur la mémoire, on va dire que je connais plutôt bien, et oui c'est flippant! Les prénoms, les mots qui nous échappent, dur dur!
Aussi, on m'a parlé de vieillissement prématuré du cerveau =>flippe totale!

"j'ai de gros doutes quant à  la réversibilité des effets secondaires surtout concernant la mémoire!"
M'en doutais mais bon l'espoir fait vivre.



Et l'agressivité, oh oui je vois.

J'ai pensé à  couper les cachetons pour diminuer et arrêter ( pas de suite déjà  gérer), genre après les demi, des quarts, etc..On verra.

MERCi à  vous! Bon aprem!

Pas vraiment d'accord avec vous.
Je crois qu'on est tous passé par la case benzoche, tout tox en consomme sporadiquement.
Pour moi ca a été les petits bleus surtout (val10) mais le rivo (chaudard celui la!) le temesta, le tranx, et l'incontournable lexoche !

Il mest arrivé dans les sevrages mais pas seulement de déconner sévèrement, pendant des périodes plus ou moins longues.

Je n'ai jamais ressenti de manque physique mais dans le flot de tout ce que je prenais, j'ai peut etre mis certains symptomes sur le compte d'autre chose...

Avec les benzos, je dirais que le principal défaut du sevrage est de ressentir des remontées d'anxiété généralisée pour le valium, des attaques panique légères pour le lexo (qui pousse à  en reprendre un sur le champ) et pour le stilnox/zopi, une grosse difficulté à  s'endormir.

Mais ces effets sont somme toute passager et assez peu perceptibles, dans le sens où c'est pas évident de savoir si ca vient d'un état de stress externe ou si c'est ça... en  tout cas, à  chaque fois que j'ai arreté ces trucs là , c'était à  la cool, je m'interdisais pas d'en reprendre en cas de besoin. Je pense qu'une période cool comme les vacances est un parfait moment pour s'en détacher sans trop y penser...

Pour moi, c'est 2000% fois moins difficile que les sevrages opiacés. Aucun rapport. Mais c'est ressenti perso. J'ai commencé les benzos en 1993, donc je connais bien le dossier maintenant... aujourdhui je n'en consomme qu'exceptionnellement, gros stress au travail ou alors insomnie persistante.. ou en sevrage comme ma semaine d'aout ou j'en ai pris sans compter.

J'ai souvent eu ces vieux trous de mémoire, par contre moi c'est revenu sans aucune incidence.

Je crois qu'il faut se méfier des "on m'a dit"... il y a des activites anti-chimie qui font des campagnes de terrorisation des usagers pour les amener à  ne plus en prendre. Ce sont les memes qui s'attaquent a la metha, au sub, au prozac, ils passent d'une molécule à  l'autre et diffusent des rumeurs à  la mord moi le zgeg pour faire peur... mais à  part faire du mal à  des gens en souffrance, ca ne sert à  rien, ce qui est dégueulasse car cela stress encore plus les gens qui sont déjà  terriblement sujet à  l'anxiété et qui ne rate pas un sujet pour psychotter. Et le meilleur moyen de se rendre un sevrage infaisable c'est de focaliser,c 'est de se faire peur, de se persuader de s'etre baisé le cerveau...

Je ne remets pas en cause la nocivité certaine d'un usage long et chronique de benzos mais je suis saoulé par tout ça, ce qui il y a la-dessous c'est une vision morale anti-drogue... ils sont souvent aussi contre la contraception, et si on fouille je pense qu'ils sont contre les antibios et pourquoi pas l'electricité...

sérieux !

notre cerveau a des capacités de régulation incroyable et croyez moi, si vous avez réussi à  vous remettre d'années de crack, vous devriez pas trop galérer pour arreter les benzos à  terme... doucement mais surement...

mais svp ne colportez pas les rumeurs véhiculés par les mormonds straight edge de ce monde...

Les benzos nous ont tous soulagé un jour ou l'autre, et quand on consomme des produits, il faut apprendre à  savoir prendre le bon dans une drogue et ne pas focaliser sur le bad-trip.. il y a toujours un prix à  payer quand on déregle ses centres nerveux mais de là  à  dire qu'on en souffrira les 30 prochaines années, il y a plus qu'un pas..

Hors ligne

#8 03 septembre 2010 à  23:22

The Turtle
Banni
000
Lieu: idf
Date d'inscription: 09 Dec 2009
Messages: 615

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Salut Desmundo, je sais pas reprendre des paragraphes donc copié/collé:
"(...)mais à  part faire du mal à  des gens en souffrance, ca ne sert à  rien, ce qui est dégueulasse car cela stress encore plus les gens qui sont déjà  terriblement sujet à  l'anxiété et qui ne rate pas un sujet pour psychotter. Et le meilleur moyen de se rendre un sevrage infaisable c'est de focaliser,c 'est de se faire peur, de se persuader de s'etre baisé le cerveau..."

Ok, clair, c'est sûr.

Mais pourquoi les médecins ne veulent plus en prescrire? Ou de manière sporadique?
On aurait pas des retours à  "longue" échéance?
Donc on fait comment comment quand on est accro?

Puis de même que pour la metha ou même autre, on a tous une structure psychique différente, d'où la manière d'arrêter et d'oublier.

Même après une conso excessive, la tolérance à  la frustration diffère d'une personne à  une autre..
Tu as des personnes qui vont prendre 3 à  5 g de came pendant 6 mois sans passer par un TSO.
D'autres qui vont prendre ou sub ou metha pendant des années.
Différence. D'où les questions.

Après, c'est clair que c'est pendant des vacances que l'on diminue mais on n'en a pas tous tous les ans.
C'est vrai que ça fonctionne les moments de détente loin du quotidien...je me prends à  rêver!

P.S: Juste sauf erreur dans mes conso passées: 
-rivotril est un neuroleptique surtout à  ne pas mélanger car oui c'est du costo
-stilnox: "endormisseur": effet de quelques heures contrairement à  un vrai somnifère

En tout cas ton intervention est rassurante!pour de vrai!


"Drôle de chemin, drôles de problèmes". Java

Hors ligne

#9 04 septembre 2010 à  03:40

Desmundo2
Psycho junior
000
Date d'inscription: 11 Aug 2010
Messages: 315

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

The Turtle a écrit

Salut Desmundo, je sais pas reprendre des paragraphes donc copié/collé:
"(...)mais à  part faire du mal à  des gens en souffrance, ca ne sert à  rien, ce qui est dégueulasse car cela stress encore plus les gens qui sont déjà  terriblement sujet à  l'anxiété et qui ne rate pas un sujet pour psychotter. Et le meilleur moyen de se rendre un sevrage infaisable c'est de focaliser,c 'est de se faire peur, de se persuader de s'etre baisé le cerveau..."

Ok, clair, c'est sûr.

Mais pourquoi les médecins ne veulent plus en prescrire? Ou de manière sporadique?
On aurait pas des retours à  "longue" échéance?
Donc on fait comment comment quand on est accro?

Puis de même que pour la metha ou même autre, on a tous une structure psychique différente, d'où la manière d'arrêter et d'oublier.

Même après une conso excessive, la tolérance à  la frustration diffère d'une personne à  une autre..
Tu as des personnes qui vont prendre 3 à  5 g de came pendant 6 mois sans passer par un TSO.
D'autres qui vont prendre ou sub ou metha pendant des années.
Différence. D'où les questions.

Après, c'est clair que c'est pendant des vacances que l'on diminue mais on n'en a pas tous tous les ans.
C'est vrai que ça fonctionne les moments de détente loin du quotidien...je me prends à  rêver!

P.S: Juste sauf erreur dans mes conso passées: 
-rivotril est un neuroleptique surtout à  ne pas mélanger car oui c'est du costo
-stilnox: "endormisseur": effet de quelques heures contrairement à  un vrai somnifère

En tout cas ton intervention est rassurante!pour de vrai!

Un peu mon neveu !
Faut pas badder avec ce qui n'en vaut pas le pactole... 

Bon là , je suis intarrisable sur ce sujet, alors c'est parti pour le pavé de la soirée

pour répondre à  ton post

- pourquoi les médecins prescrivent moins de benzos ?

Parce qu'on est pas droit dans les stats.. on se fait taper sur les doigts au niveau européen... parce que les français ont consommé comme des trous deux à  trois fois plus de benzos que les voisins et qu'il faut rétablir ça.. il fallait réguler... et on ne sait pas faire les choses avec modération... tout ou rien... après 25 ans de laxisme, du jour au lendemain, la mode a changé... Ca démontre surtout l'état de la médecine en france: plutôt que d'approfondir leur travail de consultation pour voir si un benzo pourra apporter de l'aide à  une personne (donc faire un diagnostic et prendre vraiment le temps de faire leur job) ils ont tous lâché l'affaire...

...parce qu'on bascule dans l'hygiénisme forcenée..

...parce que consommer quelque chose pour se soulager psychiquement, c'est mal au fond...

et puis ... avec internet des associations anti-benzo ont fleuri, des pétitions comme ce genre d'absurdités ont vu le jour, exemple comique : http://www.jesigne.fr/contrelasurprescr … rance/list , tu trouves maintenant des centaines de sites du genre... et crois moi, ils savent se faire entendre et utilisent parfaitement bien les stratégies de la persuasion pour influencer les attitudes... Leurs argumentaires, on les connait par coeur. Ils te ressortent le même au mot près pour des catégories de médocs qui n'ont rien à  voir (puisque leurs discours ne varient pas d'un iota et s'adaptent aussi bien aux AD, aux substituts qu'aux benzos...) Ces assos prônent souvent le non-usage de la morphine en cancérologie et soins palliatifs.. et il y a une résonnance, ca crée des peurs, des préjugés, des stereotypes. A force d'insister, ils créent du doute, chez certains ca se transformen en croyance.. et pour ceux qui sont dedans, ca leur fous les jetons un max ! Putain meme mon daron qui picolle comme un trou, je l'ai vu badder y a un mois sur une prescription de myolastan: il a souffert comme une buse et n'a pas osé prendre ses médocs parce qu'il a lu quelque part que ca avait un potentiel addictif..

Quand tu creuses un peu, tu t'aperçois que rien n'est fondé, on baigne dans l'idéologie pure et dure.

Tout est basé sur une extremisation des infos qu'on avait déjà , une mise en avant d'éléments disparates, avec aussi la diffusion de légendes urbaines, le but étant de générer une peur-phobique de la dépendance et des effets secondaires... c'est avant tout un point de vue moral antidrogue qui est en action... ils utilisent généralement une ou deux publications et sortent des éléments de leur contexte avant de sombrer: plus on avance, plus le discours se descientifise pour arriver raz des paquerettes: on te parle alors de zombies, de junks, de détournement, d'impossibilité d'arret, on te parle d'effets ravageus du sevrage tout ça à  grand coup de verbatims genre "j'ai toujours des effets secondaires depuis que j'ai arreté, en 2003"... on te parle d'effets irreversibles, on te parle de neurotoxicité....  oulala dépendance. Oulala c'est mal. Oulala qui dit dépendance dit forcément dangereux. Oulala...

Bcp de médecins des hopitaux publiques refusent systématiquement et sans réflechir l'usage des opiacés pour la meme raison: la crainte irraisonnée d'une dépendance... par contre, quand t'es client d'une clinique privée, bizarrement là , tu as tout ce qu'il te faut, marrant ??? non pas drole. J'ai du me battre pour que ma grand mere puisse avoir un peu plus de morphine pour sa mort. Je précise qu'elle était en phase d'agonie ultime. Accrochez vous bien, elle avait le droit à  20 mg/jour. En gueulant ils sont montés à  60mg... ça fait pas rever.

ils nous ont fait la même à  la fin des années 90 contre le mdma, pour nous faire croire que le taz avait des effets totalement irreversibles sur le SNC en détruisant les axones des neurotransmetteurs genre le truc de fou, en prétendant qu'a LT les usagers finiraient en fauteuil roulant... Effectivement, l'experimentation avait eu lui sur des rats à  des doses 4000 fois supérieures, ce qui engendraient des problèmes de motricité..

en attendant, les molécules ont pas changé...

On aurait pas des retours à  "longue" échéance?

On les avait déjà  depuis 30 ans à  l'aube des années 90... Rien de nouveau sous le soleil en faveur ou contre les benzos. Le valium est mis en vente au début des années 60 et il y a eu des centaines d'études longitudinales dans les années 70/80, toutes favorables à  l'usage de la benzo, réelle miracle dans l'univers du soin de la souffrance mentale... Faut pas oublier que nos ainés tournaient aux barbituriques pour soulager leurs angoisses, et là  le sevrage est costaud, plus difficile qu'un arret brutal d'heroin.

Donc on fait comment comment quand on est accro?

On fait comme d'habitude, comme avec n'importe quelle dépendance physique d'un psychotrope. Physiquement, diminution d'abord pour revenir à  la dose thérapeutique, maintien, pallier, passage à  une molécule à  demi vie plus lente, espacement des prises, puis arret. Le but c'est d'écouter son corps sans en faire une obsession. Tu vas t'apercevoir qu'apres une période à  basse dose, il se passe rien du tout.

Même après une conso excessive, la tolérance à  la frustration diffère d'une personne à  une autre..
Tu as des personnes qui vont prendre 3 à  5 g de came pendant 6 mois sans passer par un TSO.
D'autres qui vont prendre ou sub ou metha pendant des années.
Différence. D'où les questions.


Pour la frustration, j'ai pas eu le probleme avec les benzos. Par contre, rebond d'angoisse ça oui et c'est pas marrant !!! si la privation de benzos te génère ce type de ressenti (manque de plaisir,frustration), c'est que tu es accro dans ta tête, t'as construis une intimité qui t'appartient avec le produit et pour déconstruire ça, il n y a pas d'autres moyens que de traverser ces phases, en ne perdant pas de vue que c'est une altération liée à  la dépendance et qu'avec le temps, une fois à  0, ca s'estompe très vite.. et la mémoire revient bien.

Tu as des personnes qui vont prendre 3 à  5 g de came pendant 6 mois sans passer par un TSO.

Je connais effectivement des gens qui ont réussi à  arreter durablement la came sans TSO après une conso de moins d'un an, mais il était pas à  5g, loin de la... et ceux qui plafonnaient déjà  à  3/5 g dans les premiers mois, j'en connais peu, mais ceux la sont sans exception tous sous des doses gargantuesques de meth 10 ans apres! J'en connais un seul qui a fait un truc du genre, et il a réussi à  etre clean sans TSO mais il était en prison... quand il est sorti de taule, un an apres,  il s'est raccroché dès le premier mois..... donc...


Pour t'aider à  bien faire ton sevrage, l'ideal est de diminuer pendant le travail et de marquer l'arret pendant les vacances. Toute la subtilité est là . Si tu fais un bon travail de diminution, l'arret sera fastoche. Le probleme c'est que parfois on a tendance à  bacler la fin du sevrage et à  accélèrer les choses... le fait de taffer permet de pas faire "d'exces de sevrage" et d'etre occupé pour pas y penser. Puis l'arret, psychologiquement c'est chiant donc le cadre non stressant s y prete a mort...

Pour terminer (faut que je pionce) je te confirme bien le rivo, c benzo, c du clonazepam !

Courage

Hors ligne

#10 04 septembre 2010 à  08:54

filousky 
Modérateur
France
11000
Lieu: Là-bas, là-bas dans la forêt
Date d'inscription: 14 Dec 2008
Messages: 7821
Blogs
Site web
fb

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Desmundo2 a écrit

Je crois qu'il faut se méfier des "on m'a dit"... il y a des activites anti-chimie qui font des campagnes de terrorisation des usagers pour les amener à  ne plus en prendre. Ce sont les memes qui s'attaquent a la metha, au sub, au prozac, ils passent d'une molécule à  l'autre et diffusent des rumeurs à  la mord moi le zgeg pour faire peur... mais à  part faire du mal à  des gens en souffrance, ca ne sert à  rien, ce qui est dégueulasse car cela stress encore plus les gens qui sont déjà  terriblement sujet à  l'anxiété et qui ne rate pas un sujet pour psychotter. Et le meilleur moyen de se rendre un sevrage infaisable c'est de focaliser,c 'est de se faire peur, de se persuader de s'etre baisé le cerveau...

Je ne remets pas en cause la nocivité certaine d'un usage long et chronique de benzos mais je suis saoulé par tout ça, ce qui il y a la-dessous c'est une vision morale anti-drogue... ils sont souvent aussi contre la contraception, et si on fouille je pense qu'ils sont contre les antibios et pourquoi pas l'electricité...

sérieux !

notre cerveau a des capacités de régulation incroyable et croyez moi, si vous avez réussi à  vous remettre d'années de crack, vous devriez pas trop galérer pour arreter les benzos à  terme... doucement mais surement...

mais svp ne colportez pas les rumeurs véhiculés par les mormonds straight edge de ce monde...

Les benzos nous ont tous soulagé un jour ou l'autre, et quand on consomme des produits, il faut apprendre à  savoir prendre le bon dans une drogue et ne pas focaliser sur le bad-trip.. il y a toujours un prix à  payer quand on déregle ses centres nerveux mais de là  à  dire qu'on en souffrira les 30 prochaines années, il y a plus qu'un pas..

Heureux de lire tes mots. Comme toi, je suis surpris par cette défiance excessive pour les benzodiazépines. Depuis que j'ai repris contact en 2000 avec un CSST après une longue période totalement clean, j'ai été abasourdi par le changement de discours : accès facile à  la méthadone et réticence très forte de mon psy à  me prescrire plus de 1 xanax par jour.
J'ai connu mes premiers sevrages dans les années 80. A cette époque, les ordonnances de benzo et de speed (survector) pleuvaient au point que je me suis retrouvé vers la fin des 80 avec une consommation de tranxène de 300 mg/jour + 6 Survector (amineptine) pour accompagner mes néo codions. Le sevrage total a été très hard mais je suis incapable de dire si c'est la codéine, les benzo ou les Survector qui ont provoqué un telle crise (plusieurs mois en chien malade).
Depuis, malgré les craintes répétées des toubibs français, je me sers du Xanax le soir pour dormir et très rarement dans la journée et en 10 ans, pas de tolérance...............
Nous vivons donc une campagne anti benzo comme il y a eu une campagne anti IRS (inhibiteur de la recapture de la sérotonine). Cela fait vendre du papier, augmente les taux d'écoute à  la télévision, va dans le sens de l'économiquement correct du moment, mais en aucun cas cela ne rend service à  ceux qui peuvent en avoir un besoin vital. 
...parce qu'on bascule dans l'hygiénisme forcenée... +1
Pas facile de trouver son équilibre dans ce monde rempli d'informations contradictoires baignant dans une morale béni oui oui.

A toi Turtle, après une longue période de consommation de ces produits :
Effets secondaires : gros troubles de la mémoire
Sevrage hyper raide
Retour à  la normale dans les 12 mois
Pas de séquelles (vu de chez moi)
Pour l'équanil, je ne sais pas..............


Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

En ligne

#11 04 septembre 2010 à  16:25

The Turtle
Banni
000
Lieu: idf
Date d'inscription: 09 Dec 2009
Messages: 615

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Nul doute, on est ok je pense Desmundo pas sur tout sinon ce serait pas marrant lol!


« Parce qu'on est pas droit dans les stats.. on se fait taper sur les doigts au niveau européen... parce que les français ont consommé comme des trous deux à  trois fois plus de benzos que les voisins et qu'il faut rétablir ça.. il fallait réguler... et on ne sait pas faire les choses avec modération... tout ou rien... après 25 ans de laxisme, du jour au lendemain, la mode a changé... Ca démontre surtout l'état de la médecine en france: plutôt que d'approfondir leur travail de consultation pour voir si un benzo pourra apporter de l'aide à  une personne (donc faire un diagnostic et prendre vraiment le temps de faire leur job) ils ont tous lâché l'affaire... »
Oui!C'est pas nouveau tout ça!clair!

Mais concrètement?
Si « débat »...il y avait; pour ceux qui voudraient pas arrêter...on suit comme des c** la « politique » du moment?

« Quand tu creuses un peu, tu t'aperçois que rien n'est fondé, on baigne dans l'idéologie pure et dure »

Pas d'accord sur tout, y a des effets secondaires  réels que je répèterai pas.
Même si il y a aussi détracteurs, et gens qui ont des peurs basées sur oui de vraies conneries, comme tu dis légendes urbaines.
Sans croire à  tout ce qu'on me raconte...les exemples donnés malheureusement ou heureusement ne sont pas fictifs, du vécu simplement par des personnes proches où l'endroit où on vivait ne laissait pas place aux mensonges dans ce cas, impossible!



« (...)Bcp de médecins des hopitaux publiques refusent systématiquement et sans réflechir l'usage des opiacés pour la meme raison: la crainte irraisonnée d'une dépendance... par contre, quand t'es client d'une clinique privée, bizarrement là , tu as tout ce qu'il te faut, marrant ??? non pas drole. J'ai du me battre pour que ma grand mere puisse avoir un peu plus de morphine pour sa mort. Je précise qu'elle était en phase d'agonie ultime. Accrochez vous bien, elle avait le droit à  20 mg/jour. En gueulant ils sont montés à  60mg... ça fait pas rever. »

Ignoble, les soins palliatifs sont donc si différents en fonction de l'endroit?

J'ai vu une fumeuse qui mourrait d'un cancer généralisé qui avait le droit de fumer, c'était du public..
et niveau morphine, RAS pour elle.

« Pour la frustration, j'ai pas eu le probleme avec les benzos. Par contre, rebond d'angoisse ça oui et c'est pas marrant !!! si la privation de benzos te génère ce type de ressenti (manque de plaisir,frustration), c'est que tu es accro dans ta tête, t'as construis une intimité qui t'appartient avec le produit et pour déconstruire ça, il n y a pas d'autres moyens que de traverser ces phases, en ne perdant pas de vue que c'est une altération liée à  la dépendance et qu'avec le temps, une fois à  0, ca s'estompe très vite.. et la mémoire revient bien. »

I hope so!

Sympa, la discussion! Bien intéressant  A +
Merci aussi Filousky!

(P.S: actualité: dans le sud de Panam, il faut une voiture maintenant pour manifester! Pas ou très peu de transports, normal: grève!)

Dernière modification par The Turtle (04 septembre 2010 à  16:28)


"Drôle de chemin, drôles de problèmes". Java

Hors ligne

#12 06 septembre 2010 à  15:22

Desmundo2
Psycho junior
000
Date d'inscription: 11 Aug 2010
Messages: 315

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Salut ici,

Bonjour Turtle

Salut Filousky....

fume_une_joint

Hors ligne

#13 07 septembre 2010 à  01:18

mikykeupon 
Modérateur sur le retour
France
7200
Lieu: Région parisienne
Date d'inscription: 10 Mar 2009
Messages: 9211
Blogs
Site web
fb  twt 

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Je connais un certains nombre de personnes qui ont consommer à  l'extreme des IV d'hero durant des années, enchainé OD sur OD, et aujourd'hui ne prennent aucuns cachets, certainEs travail, certainEs boivent mais en restent là , et la plupart ne consomment rien, boss et on fonder une famille.


analyse de vos produits suspects gratuitement
Je vie mieux depuis que j'ai admis mon besoin de drogues pour supporter ce monde

Hors ligne

#14 07 septembre 2010 à  17:55

bighorsse 
Adhérent PsychoACTIF
200
Date d'inscription: 19 Mar 2007
Messages: 8487
Blogs

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

rien n'est impossible et surtout pas avec les benzos ! il est sur que les sevrages opiacés sont plus dures à  faire que ceux des benzos!! ceux là  passent d'ailleurs souvent inaperçus parce qu'on les effets à  longs terme des opiacés masquent pas mal de choses

mais il faut quand même bien reconnaitre que l'usage à  long terme des benzos ravage plus l'esprit que la came elle même; la mémoire est la 1ere touchée; après tout dépend des besoins qu'on a à  ce niveau; de même on peut "réeduquer" la mémoire et donc récupérer en partie cette faculté; mais ce n'est pas chose facile

il n'y a pas à  etre pour ou contre l'usage des benzos ! ils sont utiles , necessaires même à  certains moments de la vie mais ce qui pose probleme ce sont les effets "dissimulés" de ceux ci ; de même les neuroleptiques sont utiles mais d'un usage fort douteux quand on les donne pour un sevrage opiacé...
et qui ne connait pas la fameuse camisole chimique? elle est bien loin d'être une chimère ;elle est une arme utilisée en prison, en psychiatrie, et dans certains pays elle est une arme anti contestataire....


l angoisse est le vertige de la liberté

Hors ligne

#15 16 avril 2018 à  14:10

iseut 
Nouveau membre
France
000
Date d'inscription: 15 Apr 2018
Messages: 9

Re: Benzo : Dépendance et Effets secondaires?

Je suis d'accord avec tout le discours , sans compter que certains médecins ou pharmaciens vous regardent comme coupables d'une addiction . Idem pour l'usage des sismochocs (autre nom des electrochocs) : c'est bien ce qui a permis à un très proche d'éviter de rester de l'autre côté .
On ne fait pas l'apologie des médocs , mais le bon sens manque quelque fois avec l'hygiènisme forcé

Hors ligne

Écrire une réponse Remonter


Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

Réponses Discussion Vues Dernier message
3 276 17 avril 2018 à  14:23
par iseut
5
[ Forum ] Addiction - Dependance au benzo xanax en prise 2 fois par semaine ? par ALPRAZOLAMAN
7395 18 septembre 2015 à  11:13
par ALPRAZOLAMAN
1
[ Forum ] Expériences - Mon expérience avec Lysanxia et ses effets secondaires par Mrs_quinn
11179 21 juin 2017 à  01:09
par Recklinghausen
    [ PsychoWIKI ] Benzodiazépines, effets, risques, témoignages
    [ QuizzZ ] Etes-vous dépendant aux benzodiazépines ? 6556 personnes ont déja passé ce quizzz !
Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
'
En ce moment sur PsychoACTIF  flux RSS de Psychoactif
[ Appel à témoignage ]
Psychoactif pour les nuls
Il y a 1jCommentaire de sud 2 france (108 réponses)
[ Appel à témoignage ]
Pourquoi voulez-vous / avez-vous arrêter le cannabis ?
Il y a 1jCommentaire de kameo (49 réponses)
[ Forum UP ! ]
Methadone : fin de traitement au soleil..
Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
[ Forum ]
Pureté - Hash coupé? (Blanc sur mon hash)
Il y a moins d'1mnCommentaire de filousky dans [Cannabis...](5 réponses)
[ Forum ]
Sevrage - Hachich (début==>sevrage)..
Il y a 11mn
1
Commentaire de L'angoissé dans [Cannabis...](19 réponses)
[ Forum ]
Interaction - IXPRIM & Amphet's
Il y a 33mnNouvelle discussion de jip dans [MDMA/Ecstasy...](0 réponse)
[ Forum ]
J aime ma Soeur, j ai très peur pour elle
Il y a 45mn
1
Commentaire de Miaimaounes dans [Familles, amoureux(eu...](14 réponses)
[ Forum ]
Ma relation avec l alcool
Il y a 46mnCommentaire de Xtc420 dans [Alcool...](4 réponses)
[ Forum ]
Mise sous Seroplex : j'ai des questions
Il y a 52mnCommentaire de geosadak dans [Antidepresseurs...](5 réponses)
[ Forum ]
“Sofie va mourir sans huile de cannabis"
Il y a 57mnCommentaire de Sufenta dans [Cannabis thérapeutiqu...](2 réponses)
[ Forum ]
Expériences - Retour de conso l'Isopropylphenidate
Il y a 1hCommentaire de ff4life dans [Cathinones et stimula...](4 réponses)
[ Blog ]
La vie dans un mètre carré
Il y a 9hCommentaire de babaji dans le blog de babaji (24 commentaires)
[ Blog ]
Je suis perdu besoin de conseil
Il y a 9hCommentaire de funkyhunk dans le blog de Minn-y (1 commentaires)
[ Blog ]
Vers la rédemption
Il y a 14hCommentaire de Bret Waits dans le blog de Bret Waits (2 commentaires)
 
 [ QuizzZ ]
Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
Dernier quizzZ à 11:16
  [ PsychoWIKI ]
6-APB (Benzo Fury), effets, risques, témoignages
  [ Topic epinglé ]
Tutoriel Tor : Comment utiliser le routage en oignon correctement.
[ Nouveaux membres ]
rds06, Jupor11, NiCo_O, Le..voyageur, Billx nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
SONDAGE
Avez vous déjà analysé une drogue ?
 

Résultats | Archives
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 6-APB : La grosse discussion
par ff4life, le 19 Apr 2018
Testé au Nouvel An, sous forme orale (capsule préparée par mes soins), à hauteur de 140 mg, dans un petit bar/club de Paris avec des potes. Si l'étiquette de mon produit est correcte, j'ai la forme chlorhydrate, soi-disant une des plus puissantes sur le marché. Le produit a été commandé il...[Lire la suite]
 GHB / GBL : augmentation des intoxications et banalisation de la conso
par ff4life, le 19 Apr 2018
C'est évident. Ils avaient forcément déjà bu de l'alcool avant, sinon ils se seraient contenté de s'endormir sur place, sans qu'il y ait forcément de conséquences fâcheuses du type dépression respiratoire, surtout quand on sait que le GHB est administré à une dose pouvant aller jusqu'à 9...[Lire la suite]
 Tolérance psylocibine
par babaji, le 18 Apr 2018
Les autres morceaux choisis
Les dernières notations

Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre) dans [forum] GHB / GBL : augmentation des intoxications et banalisation de la conso
(Il y a 2h)
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre) dans [forum] 6-APB : La grosse discussion
(Il y a 2h)
Un très bon témoignage sur l'utilisation du CBD en sevrage (Lecoq) dans [forum] CBD, la grosse discussion
(Il y a 4h)
rapide et efficace. /kokie dans [forum] plug: j'y comprends que dalle (ARCHI debutant)
(Il y a 11h)
Tout à fait d'accord. C17 dans [forum] Recherche un parrain ou une marraine d’abstinence
(Il y a 11h)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB - Traduction par FluxBB.fr
Copyright : Psychoactif 2006-2018
Flux RSS de Psychoactif
Affichage Mobile - Contact


Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


Licence Creative CommonsPsychoactif de https://www.psychoactif.org est sous licence CC by NC SA 3.0