Cannabis light : la fin des plants sur la comète / PsychoACTIF

Légalisation - Cannabis light : la fin des plants sur la comète


#1 04 août 2018 à  19:14

filousky 
Modérateur
France
9900
Lieu: Là-bas, là-bas dans la forêt
Date d'inscription: 14 Dec 2008
Messages: 8068
Blogs
Site web
fb

Cannabis light : la fin des plants sur la comète

/forum/uploads/images/1533/1145810-portrait-de-thomas-traore-paris.jpg
Thomas Traoré, mercredi à Paris. Photo Cyril Zannettacci


Ex-gérant d’une boutique de produits à base de CBD, une molécule non psychotrope, Thomas Traoré, qui pensait agir dans la légalité, a été mis en examen pour «trafic de stupéfiants». Des procédures contre des magasins comme le sien sont en cours.

Au 39 de la rue de Clignancourt, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, le rideau de fer est baissé et la discrète mention «scellé - ne pas ouvrir» enjoint de ne pas s’aventurer au-delà. Thomas Traoré, ex-gérant de l’éphémère Bestown Shop qui occupait ces murs, admet avoir un pincement au cœur à cette vue. Après trois semaines d’ouverture, sa boutique spécialisée dans les produits à base de cannabidiol (CBD, une molécule non psychotrope du cannabis) a dû fermer ses portes. Visé par une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris, le quadragénaire a été mis en examen le 12 juillet pour «trafic de stupéfiants» et «provocation à l’usage de stupéfiants». «Tout était en règle et puis patatras», résume-t-il.

Le CBD est une molécule du cannabis que certains ont jugé légal, à partir du moment où le taux de THC (tétrahydrocannabinol, psychotrope), une autre molécule, était inférieur à 0,2 %. «C’est le THC qui est le stupéfiant, le CBD n’est pas classé comme tel. Le THC a des effets hallucinogènes alors que le CBD a des effets relaxants», explique l’addictologue Jean-Pierre Couteron. Si posséder, vendre ou consommer du cannabis est illégal en France, le pays reste le plus gros consommateur européen de produits (herbe ou résine) chargés en THC, selon la dernière étude de l’Observatoire européen des drogues et toxicomanies. Plusieurs millions de Français sont ainsi des consommateurs plus ou moins réguliers.
Miel et marmelade

Attablé dans un café au pied de la butte Montmartre, Thomas Traoré égrène les péripéties des derniers mois. Tout a commencé au printemps, lorsqu’un ami de Besançon lui parle de la boutique qu’il a ouverte dans le chef-lieu du Doubs. La spécialité ? Le CBD. Première réaction : «C’est illégal, t’es complètement fou.» Puis petit à petit, face à l’assurance de son ami, le Parisien se renseigne et finit par se dire «pourquoi pas moi ?». Il prend conseil auprès d’avocats qui le rassurent sur la légalité de la chose et décide de se lancer : le 13 juin, une nouvelle échoppe ouvre ses portes. Pas un «coffee shop», insiste Thomas à plusieurs reprises, car selon lui cela porterait à confusion avec les établissements d’Amsterdam.

A défaut de pouvoir faire le tour du propriétaire, on se contentera de photos sur Instagram. Thomas décrit les lieux : un espace de vente d’environ 25 mètres carrés aux murs clairs et à la décoration épurée, qu’on jurerait d’inspiration scandinave. Un peu à l’image des nombreux concept stores de la capitale. Sur une photo, on voit quelques fleurs de CBD exposées sous une cloche en verre. «Quand on passait devant la boutique, c’était difficile de savoir ce qu’on vendait. C’était voulu», poursuit l’ex-gérant. Sur les étals, des petits pots de miel, de marmelade, du chocolat, des huiles et des sachets de tisane. Des produits alimentaires contenant tous du CBD et fabriqués en Suisse.
Cancer et arthrite

«Le jour où j’ai ouvert, raconte Thomas Traoré, j’avais alerté le commissariat du XVIIIe. Le chef de la BAC 18 [brigade anticriminalité, ndlr] est venu me voir le premier jour. En trois semaines d’ouverture, j’ai eu deux contrôles policiers et aucun n’a constaté de trouble à l’ordre public ou trouvé à redire.» Mais quand une dizaine de policiers déboulent le 10 juillet en fin de matinée, ce n’est plus un contrôle de routine. Perquisition de la boutique, mise sous scellé des lieux et des stocks, Thomas Traoré est placé en garde à vue pendant quarante-huit heures. Le 12 juillet, il est déféré devant un juge et mis en examen. «Pendant trois semaines j’ai une boutique légale, et le jour d’après je suis un trafiquant de drogue. Je n’ai rien à me reprocher. Je n’ouvre pas un magasin ayant pignon sur rue en sachant que c’est illégal. Tout était clean !» affirme-t-il avec vigueur.

«On avait des tables où les gens pouvaient prendre une infusion et un petit carré de chocolat au CBD», poursuit le mis en cause. Dans sa clientèle, il estime que 40 % des acheteurs étaient des malades atteints de cancer, d’arthrite ou de sclérose en plaques. «La plupart achetaient de l’huile de CBD et disaient que ça soulageait leurs douleurs. Je ne conseillais rien, je ne suis pas médecin. Certains venaient et me montraient des messages de leur médecin qui préconisait la dose à prendre.» Toujours selon ses estimations, 40 % étaient des «vieux fumeurs», des gens qui consomment du cannabis depuis dix ou quinze ans et qui «cherchaient l’apaisement et le sommeil sans la défonce». Le reste, 20 % de curieux et de tout-venant. «J’interdisais les mineurs et les femmes enceintes. En l’absence de règles, j’ai posé les miennes. Un jour, des dealers du quartier sont venus. Ils ont compris en trois secondes qu’on ne vendait pas le même produit.» Il estime être victime d’une injustice : «Je ne me considère pas comme un militant de la cause [la légalisation du cannabis]. Je suis un entrepreneur, même si je n’aime pas le terme, j’y ai vu une possibilité.»

Ces derniers mois, le nombre de boutiques commercialisant du CBD en France a culminé à 120, selon les estimations de l’association Norml (National Organization for the Reform of Marijuana Laws France). La législation sur la question n’a pourtant pas été assouplie, mais le ministère de la Justice croit savoir que cette floraison est due à l’arrivée sur le marché de produits (pharmaceutiques ou liquides pour cigarettes électroniques) contenant du CBD. Au départ mutiques, les pouvoirs publics ont sifflé la fin de la récré en juin.

Fibres et graines

Reconnaissant que la législation sur la question était «peut-être un peu floue», la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a estimé le 17 juin sur RTL que ces boutiques auraient fermé d’ici quelques mois. «Ces coffee shops se sont ouverts sur une zone grise du droit», admet la ministre au cours de l’interview. Cette «zone grise», c’est l’arrêté du 22 août 1990, qui édicte plusieurs conditions cumulatives pour que la «culture, l’importation, l’exportation et l’utilisation industrielle et commerciale des variétés de cannabis sativa L» soient autorisées. Pour que ce soit légal, il doit s’agir de l’exploitation des fibres et des graines de la plante seulement, avec une teneur initiale inférieure à 0,2 % de THC :21 variétés de cannabis sativa autorisées sont répertoriées.

0,2 %, le chiffre où le bât blesse. Est-ce le produit fini ou la plante à la base de la préparation qui doit afficher un taux de THC inférieur à 0,2 % ? Vendeurs de CBD et pouvoirs publics font une lecture différente. Le 11 juin, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) s’est fendue d’une note aux airs de rappel à la loi, tranchant les divergences : «La présence de THC dans les produits finis, quel que soit son taux, est interdite.» Le 23 juillet, la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) en remet une couche et adresse une dépêche aux parquets de France, enjoignant de donner des réponses pénales «avec une particulière fermeté». Depuis, les procédures s’accumulent, notamment dans les zones qui relèvent des parquets de Paris, Marseille, Dijon, Chalon-sur-Saône et Evreux.

Selon les tests réalisés par les enquêteurs sur les produits de Bestown Shop, deux dépassaient le seuil de 0,2 % avec respectivement 0,24 % et 0,32 % de THC, relate Thomas Traoré, qui assure ne pas avoir été interpellé à cause de la teneur excessive de certains produits mais en raison des fleurs de CBD proposées à la vente, qui ne sont ni des fibres ni des graines visées par l’arrêté de 1990.

Spécialiste du droit des drogues et maître de conférences à l’université Paul-Valéry de Montpellier, Yann Bisiou estime que le débat n’a aucun sens : «La législation n’a pas changé, mais la question revient tous les dix ans.» Pour le juriste, l’arrêté de 1990 n’est pas applicable aux boutiques précitées mais concerne seulement les produits pharmaceutiques, que ne prétendent pas vendre les magasins de CBD. «Ce qui me choque, c’est que c’est une application extensive de la loi, qui porte atteinte au principe de légalité : on ne peut pas vous accuser de faits qui ne sont pas expressément prévus par la loi pénale.»

Yann Bisiou souligne aussi le fait que le cannabidiol ne fait plus partie de la liste de produits interdits par la Convention internationale contre le dopage dans le sport depuis janvier 2018. «Un footballeur pourrait en prendre, mais pas une mamie pour une tisane ?» s’insurge-t-il, jugeant que cette répression ne devrait «pas être une priorité, alors que la France est le premier pays européen en termes de consommation de cannabis».

Contacté par Libération, l’avocat de Thomas Traoré évoque une affaire qui «dépasse complètement» son client. «Il n’a aucun casier, il pensait sincèrement que c’était légal», défend Me Michaël Bendavid, qui souligne, dans une allusion aux propos d’Agnès Buzyn, que «le droit pénal ne s’accommode pas des zones grises. Cela doit bénéficier au mis en cause». Thomas Traoré encourt une peine de dix ans d’emprisonnement et 7,5 millions d’euros d’amende.

Clarisse Martin

Source : libération


Analyse de drogues anonyme et gratuite
Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne

#2 04 août 2018 à  19:36

janis 
Adhérent PsychoACTIF
France
3100
Date d'inscription: 07 May 2018
Messages: 276
Blogs

Re: Cannabis light : la fin des plants sur la comète

C est édifiant....on le laisse tenir boutique pendant 3 semaines pour finir par l inculper.

J espère qu au moins il ne sera pas condamné.

Et si j'ai bien compris toutes les boutiques qui vendent du cbd thc à moins de 0,2 pour cent vont fermer.

Il sert d exemple en fait, limite de bouc émissaire ! Je trouve ça terrible !


J'ai pour me guérir du jugement des autres, toute la distance qui me sépare de moi-même

A. Artaud

Hors ligne

#3 04 août 2018 à  22:09

Sangdencre 
Nouveau membre
Germany
400
Lieu: France (75 ; 68; 67
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 23

Re: Cannabis light : la fin des plants sur la comète

Pourquoi se laisser faire ?? C'est aux utilisateurs de bloquer l'accès à ces shops.
Ma mère avait son relaxant, et là, c'est de nouveau moi qui lui procure son THC (faute de CBD).
Se rendre aux urnes de temps à autre est insuffisant. Il faut se faire entendre avec l'appui de ceux qui savent de quoi ils parlent. La France est, une fois de plus, loin derrière !
Je ne veux pas soulever une révolution !
J'ai été très impliquée durant mes jeunes années, en Allemagne, mais eux sont très motivés pour se faire entendre.

Mais le temps d'interdire les interdits est peut-être à notre porte !

Hors ligne

#4 06 août 2018 à  19:47

Mister No 
Pussy time
4700
Date d'inscription: 04 Aug 2014
Messages: 4237

Re: Cannabis light : la fin des plants sur la comète

Et si j'ai bien compris toutes les boutiques qui vendent du cbd thc à moins de 0,2 pour cent vont fermer.

Je vais essayer de faire court. boulet
En fait, ce qui pose souci d'un point de vue légal, c'est la présence de THC, ce qui bannit d'office les têtes, haschs et autres extraits tant que ceux-ci contiennent du THC y compris sous forme de traces.
D'un point de vue technique, la vente de graines ou de lubrifiants aux cannabinoides, des isolats ou tout autre produit n'étant pas du cannabis ni ne contenant du THC est légal.
En plus de la nature des produits, il faut dans la communication de vente éviter certaines erreurs répréhensibles :
Pas d'incitation à la conso du cannabis.
aucun conseil d'ordre médical ou pharma.

C'est un peu comme le vendeur dans un grow shop dont l'activité est légale qui n'a pas le droit de prétendre, publier que ces produits sont top pour la culture indoor de cannabis.
Il n'y a pas de zone grise, juste un grosse hypocrisie véhiculée par une loi obsolète.

Il sert d exemple en fait, limite de bouc émissaire ! Je trouve ça terrible !

C'est vrai.
Maintenant, il ne faut pas être naïf, cette situation est aussi provoquée par des multinationales qui veulent faire bouger les lignes ici et être les premières à vendre le moment venu.
Il se peut même que certaines décisions de justice permettent de faire avancer... le commerce.
En attendant, le syndrome de Caliméro est légitime, les attaques sont violentes et infondées, mais j'imagique que ceux qui ont commencé à vendre des tétouzes dans des bocaux savaient à l'avance que ça allait tourner vinaigre. roll
Pire, je l'espère, il s'y sont préparés et ont même déclenché le truc. trompette
Si on trouve une bonne sœur dans une partouze, ce n'est certainement pas la compassion qui a guidé ses pas pour trouver l'adresse. respect-2


Dans certains coins, c'est au bout d'une enquête préliminaire que la justice demande au proprio de se mettre en conformité, sans condamnation. (comme dit plus haut, moultes produits restent légaux si sans THC et pas vendus avec conseils médicaux)
Quoiqu'il sorte de ces procès, la bataille est déjà gagnée, cela donne un grosse visibilité pour des produits clairement légaux :

http://www.courrier-picard.fr/127558/ar … -abbeville

Les Suisses ont connu ce type de "dérive" où la weed servait à remplir des oreillers et ainsi aider au sommeil. Une vraie forme de distanciation pour pouvoir dire ou faire sans être censuré par le Roi.
Ils avaient une sorte de joker "not for human", ou "juste pour l'oreiller". fume_une_joint
La bise aux Suisses et en particulier au grand singe mais là, je m'égare clairement du sujet.

Attendons surtout ce qui ressort de ces procès.
Dans le nombre, il est possible que nous constations des disparités de jugement, la possibilité de créer une jurisprudence par exemple pour la vente de têtes ou extraits qui respectent les normes CEE en matière de semences.
Awar ce qui va eusse passer.

Dernière modification par Mister No (06 août 2018 à  20:05)


Just say no prohibition !

Hors ligne

#5 13 août 2018 à  20:56

Mister No 
Pussy time
4700
Date d'inscription: 04 Aug 2014
Messages: 4237

Re: Cannabis light : la fin des plants sur la comète

Je relance d'une case.
A mon avis les condamnations pour stup vont faire pshitt.
Il s'ouvre tous les jours de nouvelles boutiques, qui doivent attendre le résultat des courses avant de proposer les produits interdits de boutique.

https://actu.fr/occitanie/revel_31451/a … 98772.html

Par contre, ils communiquent également sur la santé, là encore, c'est un cheval de Troie exploitable par la justice... qui est prise à son propre piège.
Mme Buzin a sonné la charge en lançant un boomerang. fume_une_joint
Imaginez le cout en justice de cette mascarade. mur

Dernière modification par Mister No (13 août 2018 à  21:13)


Just say no prohibition !

Hors ligne

Écrire une réponse Remonter


Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

Réponses Discussion Vues Dernier message
0
[ Forum ] Opinions - Cannabis light : la France a des vapeurs par ElSabio
1367 25 janvier 2018 à  16:54
par ElSabio
0 2719 10 juillet 2014 à  18:46
par filousky
1
[ Forum ] Cannabis Social Club - Le Cannabis social club au cœur de la Marche mondiale du cannabis 2013 par filousky
4447 04 mai 2013 à  22:06
par Alain Will
    [ PsychoWIKI ] Les vaporisateurs de cannabis
    [ PsychoWIKI ] Comment réduire les problèmes respiratoires liés au cannabis
    [ QuizzZ ] Evaluer votre dépendance au cannabis 23367 personnes ont déja passé ce quizzz !
    [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction 32738 personnes ont déja passé ce quizzz !
Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
'
En ce moment sur PsychoACTIF  flux RSS de Psychoactif
[ Psychoactif ]
Questionniare : votre consommation de GHB/GBL/1.4BD
Il y a 11hAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
[ Psychoactif ]
Quand les usagers inventent leur substitution injectable
14 juillet 2018Annonce de Equipe de PsychoACTIF
[ Appel à témoignage ]
Quel aiguille(s) utilisez vous, et pourquoi ?
Il y a 5jCommentaire de Bootspoppers (37 réponses)
[ Appel à témoignage ]
Votre avis sur les centres de soins (CSAPA) que vous fréquentez
Il y a 21hCommentaire de blzbth (245 réponses)
[ Forum UP ! ]
Gérer sa consommation - Perte de Tolérance
Il y a 16hDiscussion sans réponse depuis 12h
[ Forum UP ! ]
Drogue info - Achat qualité/prix vous feriez quoi vous ?
Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
[ Forum ]
Bang - Besoin d'aide bangs quantité
Il y a moins d'1mnNouvelle discussion de Keepcool dans [Cannabis...](0 réponse)
[ Forum ]
MLB Authentic Kansas City Royals Jersey Milwaukee
Il y a 9mnNouvelle discussion de Mitchellha dans [Conseils généraux de...](0 réponse)
[ Forum ]
MLB Authentic Kansas City Royals Jersey Miami Mar
Il y a 12mnNouvelle discussion de Mitchellha dans [Conseils généraux de...](0 réponse)
[ Forum ]
MLB Authentic Kansas City Royals Jersey Los Angel
Il y a 13mnNouvelle discussion de Mitchellha dans [Conseils généraux de...](0 réponse)
[ Forum ]
Culture - Culture monotub
Il y a 25mn
2
Commentaire de luca13 dans [Psilocybe - Champigno...](111 réponses)
[ Forum ]
Effets secondaires - Mes yeux me piquent avec conso de coke!???!!!
Il y a 56mnCommentaire de Malavita dans [Cocaïne-Crack...](5 réponses)
[ Forum ]
Fumer - Rotte et crache de la mousse
Il y a 1hCommentaire de Takita dans [Cocaïne-Crack...](5 réponses)
[ Forum ]
Légalité - Truffes magiques légales en france ?
Il y a 2hCommentaire de NotreDame420 dans [Psilocybe - Champigno...](10 réponses)
[ Blog ]
L'Alchimiste nous a quitté...
Il y a 2hCommentaire de leodric dans le blog de Equipe de PsychoACTIF (63 commentaires)
[ Blog ]
Cocaine trafiquée
Il y a 5hCommentaire de sud 2 france dans le blog de Artiste de Reve (6 commentaires)
[ Blog ]
5 semaines sans c. Et maintenant ?
Il y a 5hCommentaire de Tête de crêpe dans le blog de Tête de crêpe (18 commentaires)
 
 [ QuizzZ ]
Evaluer votre dépendance au cannabis
Dernier quizzZ à 04:53
  [ PsychoWIKI ]
Le syndrome sérotoninergique
  [ Topic epinglé ]
Teneur du THC dans la résine et l'herbe en 2017
[ Nouveaux membres ]
serval, Marcoco, Ivyprod, Paco Rabanne, localhost, Som Pay, Night-Bird nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
SONDAGE
Connaissez vous le terme de "réduction des risques" liés à l'usage de drogues ?
 

Résultats | Archives
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Que vous inspire la question suivante ?
par pierre, le 17 Aug 2018
Très bonne question ! Nous nous sommes rendu compte que cela manquait ! Pour le moment il n’y a que publiquement l’explication de la rdr : https/www.psychoactif.org/forum/reduction-des-risques-et-drogues.html Avec les messages du type « je fais un sevrage brutal » nous sommes en train d...[Lire la suite]
 Taz et neuroleptiques
par Fluche, le 24 Jul 2018
Ça dépend quel neuroleptique, mais par exemple : Abilify : L'aripiprazole a montré une grande affinité in vitro pour les récepteurs dopaminergiques D2 et D3, sérotoninergiques 5-HT1a et 5-HT2a, et une affinité modérée pour les récepteurs dopaminergiques D4, sérotoninergiques 5-HT2c et 5-...[Lire la suite]
Les autres morceaux choisis
Les dernières notations

Cool le TR ! Ralalaaaa ca me rappelle y a 17 piges Menestrelle :) dans [forum] Trip report : Ma première fois à la D
(Il y a 2h)
Effort sur L'orthographe ... ! FunH. dans [forum] Le gaz du briquet ca joue sur la taffe
(Il y a 4h)
Témoignage interessant sur l'usage chronique d'etizolam / L'Apoticaire dans [forum] Etizolam VS Xanax : we got a winner !?
(Il y a 12h)
Franchement tu gères Pierre au top et à 100% d’accord suf dans [forum] Que vous inspire la question suivante ?
(Il y a 13h)
tout est dit, MERCI !!!! dans [forum] Que vous inspire la question suivante ?
(Il y a 14h)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr


Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.



Licence Creative CommonsDroit d'auteur : Les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0