Dépénalisation du cannabis : réponse adaptée à la psychologie des ados / PsychoACTIF

Opinions - Dépénalisation du cannabis : réponse adaptée à la psychologie des ados


#1 09 février 2018 à  12:13

ElSabio 
Antifa...narchiste
Jolly Roger
9700
Lieu: En frente de mi monitor
Date d'inscription: 02 Dec 2016
Messages: 1283

Dépénalisation du cannabis : réponse adaptée à la psychologie des ados

Cannabis : « La dépénalisation est la réponse adaptée à la psychologie des adolescents »




Dans le débat sur le cannabis, la protection des adolescents est souvent mise en avant. Tirant les leçons de sa consultation, un psychologue (Jean-Pierre Couteron) explique pourquoi une dépénalisation permettrait de couper l'addiction à la racine.




/forum/uploads/images/1518/1518174658.jpg


© BRITTA PEDERSEN/dpa/AFP




Suivant l’engagement du candidat Macron, la majorité présidentielle semble préparer la mise en place d’une amende forfaitaire, de l’ordre de 150 euros, qui sanctionnerait les consommateurs de cannabis. D’un point de vue de praticien, que pensez-vous du maintien de la pénalisation du cannabis assortie d’un allègement des peines ?

La mesure reste à préciser. S’agira-t-il d’une simple contravention, avec disparition de la notion de délit d’usage de stupéfiant — les récidives n’étant sanctionnées que par une nouvelle amende ? Ou plutôt d’une amende forfaitaire, réduisant la première sanction au paiement de l’amende, mais gardant la notion de délit d’usage et son actuel système de sanction dès la première récidive ? Quoi qu’il en soit, cette évolution ne concernera que les personnes majeures interpellées, soit une minorité des 17 millions d’expérimentateurs et des 1,4 millions d’usagers réguliers. Il s’agit donc d’une tempête dans un verre d’eau. Le vrai changement, concernant le cannabis, serait d’organiser une régulation cohérente avec, primo, un accès au cannabis thérapeutique, secondo, un marché réservé aux adultes et enfin, tertio, un interdit éducatif assorti d’une prévention, pour les jeunes et les mineurs, incluant une vraie politique de réduction des risques.

Dans un pays qui prohibe sa consommation, que représente la drogue pour un adolescent aujourd'hui ?

Les adolescents expérimentent majoritairement à la fin des années collège. Les produits psychoactifs font partie de leur environnement, qu'il soit familial, amical ou culturel. « Tout le monde le fait… », disent-ils. L'accès à l'alcool et au tabac reste encore trop facile, malgré les interdictions de vente aux mineurs. Et la prohibition n'a pas vraiment réduit l'accès au cannabis. Quelle que soit l’origine sociale, que l’on vive à Paris ou en province, la drogue est à portée de main, presque banale.

Quelle est la spécificité du cannabis, pour les adolescents, par rapport à d'autres sources d'addictions autorisées, comme l'alcool, le tabac ou... les écrans ?

Ceux qui poussent la porte d’une Consultation jeunes consommateurs (CJC), généralement au début des années lycée, ont pour la plupart expérimenté les trois principales substances psychoactives, tabac, alcool et cannabis. Ils ont parfois eu des problèmes d’écrans, sous toutes leurs formes. Certains consultent de leur plein gré, mais la plupart répondent à l'injonction des parents, d'un éducateur ou d'amis, suite à la dégradation de leur situation scolaire ou après un « accident ».

Pour chaque produit, la représentation mentale évolue au fil du temps. Ainsi, selon les résultats de la dernière étude de l'OTDT, le tabac est moins attractif en 2017 qu’en 2014 : son expérimentation est en baisse de 9 points en trois ans (59,0 % contre 68,4 %) et le tabagisme quotidien recule aussi (- 7 points, 25,1 % contre 32,4 %). L'alcool, en revanche, reste associé à la convivialité. Qui plus est, les adolescents, sous l'influence des industriels, ont appris à le consommer en jouant de l’association avec des arômes divers ou des jus sucrés. Quant au cannabis, il est apprécié pour sa facilité d'utilisation. Ses risques sont banalisés, tandis que ses effets semblent « garantis ». Il détend, il apaise, il distrait et les dégâts futurs sont relativisés car l’adolescent privilégie les effets présents, ceux qui répondent aux tensions qu'il ressent et aux plaisirs qu'il cherche. Sa tendance est également de surestimer sa capacité à éviter les risques sanitaires. Quant au risque judiciaire, rarement évoqué spontanément par ceux que je reçois, il justifie simplement des « précautions d’usage », pour ne pas se faire prendre.

La prohibition permet-elle toutefois à certains adolescents de prendre conscience du danger ?

La prohibition consiste à interdire l’ensemble des opérations qui concernent une substance : sa fabrication, son commerce et son usage. Intuitivement, cette mesure évoque un danger particulièrement important. Partant, les réactions des adolescents sont diverses : beaucoup de ceux que je rencontre jugent qu’il s’agit d’une exagération de leur faire peur. Elle suscite un mécanisme de mise à distance, à un âge où on se revendique « autonome ». En outre, les ados se rassurent en rappelant que, si tant est qu’ils soient interpellés par la police, la justice répugnera à les sanctionner. Cela étant, pour certains adolescents, l’interdit (plus que la prohibition) produit un effet incontestable. Reste à savoir si c’est la menace d’une sanction pénale qui pèse ou plutôt le fait qu’il soit posé par un adulte qu’ils respectent.

Que dire aux parents qui pensent que la recherche d'une transgression inciterait les adolescents à consommer d'autres produits plus dangereux ? Ou faciliterait le passage à d'autres produits plus dangereux ?

Ce que je constate, consultation après consultation, c’est que la consommation relève aujourd'hui moins d'une transgression d'un interdit que d'un besoin de conformité sociale. Les substances psychoactives sont un des éléments de la sociabilité, telle qu’elle se construit dans cette période de transition entre l'enfance et l'âge adulte. Être comme les autres, faire la fête avec les autres, reste l'attente dominante, et le cannabis sert d’abord à cette intégration.

De même, la théorie de l'escalade « pharmacologique » d'un produit à l'autre a été critiquée au profit du mécanisme « d'opportunité en chaîne ». En clair, si consommer une substance augmente la probabilité d'en prendre une autre, c’est en raison du contexte, des relations, des habitudes de vie qui sont prises.

Une dépénalisation viserait les majeurs, voire les adultes de plus de 21 ans comme dans de nombreux États qui ont franchi le pas. Qu'est-ce qui changerait pour la première expérience, qui concerne souvent les collégiens et les lycéens ?

L’adolescent aime jouer avec les idées, les concepts : le débat légal/illégal lui en offre l’occasion ! Quand il consulte, il évoque rarement la pénalisation, et s’il y fait référence, c’est pour en dénoncer l’injustice ou l’incohérence. Néanmoins, il reste sensible à l’interdit éducatif posé par ses parents : en consommant, il s’est mis en conflit avec eux, il les a inquiétés, mis en colère, etc. Il est loin d’y être indifférent, ne serait-ce que pour des raisons pragmatiques, à savoir les sanctions éducatives, les privations et les conflits affectifs qui en résultent, dont parfois une « obligation de consultation » !

Cet interdit éducatif est le plus évident et le plus efficace, pour contenir les usages. Il implique la famille comme les différents milieux éducatifs. Par exemple, le règlement intérieur de n’importe quel établissement scolaire interdit tout autant de boire de l’alcool, de fumer du tabac que de consommer du cannabis. A l’inverse, la prohibition pénale du cannabis a pour effet, en comparaison, de banaliser l’accès à l’alcool et au tabac. Cette incohérence donne à l’adolescent bien des prétextes à discuter. Dès lors, dans nos consultations, nous travaillons surtout sur l’interdit éducatif, notamment en aidant les parents à en préserver la cohérence, avec pour seul objectif de protéger l’adolescent tout en l’aidant dans sa prise d’autonomie.

Au vu de l’expérience des cannabis social club en Catalogne, par exemple, quelle politique de prévention serait plus efficace que la pénalisation, même avec une contravention forfaitaire ? Avec quelle limite et quels effets positifs ?

Une politique de prévention efficace peut se dégager des recommandations de l’expertise INSERM 2014 et des expériences menées à l’étranger, au Portugal, en Islande ou en Suède par exemple. Elles montrent que le cadre pénal est moins important que la cohérence de quatre niveaux. En premier lieu, une information sur les dangers et risques, qui ne saurait se résumer à une « menace pour faire peur », mais ferait le lien entre les deux grandes expériences qui accompagnent la sortie de l'enfance, construire son autonomie (« faire seul(e) », sans les parents mais avec « les autres » ) et gérer les modifications de soi (devenir un « autre », échapper à ses problèmes de stress, de timidité, d'agitation en quelques minutes, notamment grâce à des produits comme l'alcool et le cannabis). En deuxième lieu, une régulation de l'accès, par des interdits de protection (interdit de vente aux mineurs, limitation du marketing, prix minimum, etc.). Ensuite, un renforcement des capacités à résister aux influences, à diversifier ses expériences de plaisir, à résoudre les problèmes, à exprimer ses émotions, par des programmes d’éducation préventive. Enfin, une accessibilité facilitée à l'aide éducative ou thérapeutique et à la Réduction des Risques (RDR), parce qu’il est essentiel d’intervenir au plus tôt et au plus proche des univers de vie des personnes, à l'exemple de ce qui se fait avec certaines Consultations Jeunes Consommateurs (CJC). Pour certains, cela permet d’éviter que l’usage ne devienne une habitude et pour d’autres, d’être mieux orientés vers le traitement psychiatrique justifié par la pathologie que cache leur usage.

Propos recueillis par Daniel Bernard


------------------------------------------
Source : Le nouveau magazine littéraire
------------------------------------------


El sabio no dice lo que sabe,
El necio no sabe lo que dice.

Hors ligne

#2 12 février 2018 à  18:35

prescripteur 
Modérateur
9700
Date d'inscription: 22 Feb 2008
Messages: 5834

Re: Dépénalisation du cannabis : réponse adaptée à la psychologie des ados

Je signale

Le vrai changement, concernant le cannabis, serait d’organiser une régulation cohérente avec, primo, un accès au cannabis thérapeutique, secondo, un marché réservé aux adultes et enfin, tertio, un interdit éducatif assorti d’une prévention, pour les jeunes et les mineurs, incluant une vraie politique de réduction des risques.

qui renvoie à un blog de PA sur la contraventionnalisation du cannabis
Amicalement


Quand on voit ce qu'on voit et qu'on sait ce qu'on sait, on a bien raison de penser ce qu'on pense. Pierre Dac

Hors ligne

#3 12 février 2018 à  19:20

Mister No 
Pussy time
4700
Date d'inscription: 04 Aug 2014
Messages: 4237

Re: Dépénalisation du cannabis : réponse adaptée à la psychologie des ados

Les politiques ont remué le bâton du cannabis... ils sont détendus du gland pour quelques années encore pendant que les mouches (moi) aboient.
En prime, on ne pourra pas vraiment leur reprocher de ne pas avoir fait changer les choses depuis tout ce temps. super
Excellent article de JP Couteron.


Just say no prohibition !

Hors ligne

Écrire une réponse Remonter


Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

Réponses Discussion Vues Dernier message
0 2916 30 août 2012 à  08:34
par filousky
1 3708 20 janvier 2016 à  21:43
par Shaolin
0 505 19 avril 2018 à  11:59
par filousky
    [ PsychoWIKI ] Les vaporisateurs de cannabis
    [ PsychoWIKI ] Comment réduire les problèmes respiratoires liés au cannabis
    [ QuizzZ ] Evaluer votre dépendance au cannabis 23289 personnes ont déja passé ce quizzz !
    [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction 32625 personnes ont déja passé ce quizzz !
Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
'
En ce moment sur PsychoACTIF  flux RSS de Psychoactif
[ Psychoactif ]
Quand les usagers inventent leur substitution injectable
14 juillet 2018Annonce de Equipe de PsychoACTIF
[ Appel à témoignage ]
Quel aiguille(s) utilisez vous, et pourquoi ?
Il y a 2jCommentaire de Bootspoppers (37 réponses)
[ Appel à témoignage ]
Votre avis sur les centres de soins (CSAPA) que vous fréquentez
Il y a 3jCommentaire de Ghayb1984 (242 réponses)
[ Forum ]
Gérer sa consommation - Et vous combien +/- de temps/quantité entre chaque pipo (latte)
Il y a moins d'1mnCommentaire de LLoigor dans [Cocaïne-Crack...](30 réponses)
[ Forum ]
2 fois Iboga sans effet
Il y a 1mnCommentaire de LLoigor dans [Iboga...](3 réponses)
[ Forum ]
Témoignage suite a un retour d'affection acquis
Il y a 14mnNouvelle discussion de Belia744 dans [Paroles de femmes...](0 réponse)
[ Forum ]
Effets - Effet Taz plus court avec compléments alimentaires
Il y a 1hCommentaire de Kéké le doc dans [MDMA/Ecstasy...](2 réponses)
[ Forum ]
Auto chamanisme
Il y a 1hCommentaire de ponds dans [DMT et Ayahuasca...](21 réponses)
[ Forum ]
Culture - Besoin d'un tout petit "conseil" (Golden Teacher)
Il y a 2hCommentaire de ponds dans [Psilocybe - Champigno...](3 réponses)
[ Forum ]
Opinions - Dépucelage de disso une histoire de loup
Il y a 2hNouvelle discussion de leodric dans [Au coin du comptoir.....](0 réponse)
[ Forum ]
Fumer - Conseil pour base au bica
Il y a 3hCommentaire de Counthiero dans [Cocaïne-Crack...](6 réponses)
[ Blog ]
A propos du Racisme Ordinaire
Il y a 2hCommentaire de FunkyHunk dans le blog de Marla Singer (26 commentaires)
[ Blog ]
Au revoir
Il y a 6hCommentaire de Ratounette dans le blog de Alambic (4 commentaires)
[ Blog ]
Loupé le Pouème, mais pas grave
Il y a 6hCommentaire de Ratounette dans le blog de Ratounette (8 commentaires)
 
 [ QuizzZ ]
Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
Dernier quizzZ à 03:26
  [ PsychoWIKI ]
Pentedrone, effets, risques, témoignages
  [ Topic epinglé ]
Teneur du THC dans la résine et l'herbe en 2017
[ Nouveaux membres ]
Fromage Divin, NotreDame420, jeanjan, franck32, Poseidon2Sun, AvecPlaisir, GingerBreathe, Oenara, DarkSide nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
SONDAGE
Connaissez vous le terme de "réduction des risques" liés à l'usage de drogues ?
 

Résultats | Archives
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 5F-ADB : Utilisation "SAFE" et Mise en garde
par leFlex, le 13 Aug 2018
Bonjour les amis, Je n'ai aucunement la prétention d'apprendre ou de conseiller à qui que ce soit comment consommer ce Noid. Je tiens uniquement à vous partager mon expérience et mettre en garde les noobs ou nouveaux qui veulent remplacer la fumette par du c-liquid à vapoter. Je ne vais pas...[Lire la suite]
 Avez vous expérimenté la GBL (ou GHB) ?
par Koushtek59, le 31 Jul 2018
Hello tout le monde, Justement je suis (j'étais?) consommateur pendant environ 3 ans. Je vous écris ce message pour vous dire de réellement faire attention. Au début tout est cool, vous en prenez que le week end lors de vos soirées, 4 fois par semaine etc.. Là où tout peut partir dans le ca...[Lire la suite]
 Microdosage du LSD contre la dépression
par mamajiF, le 02 Aug 2018
Les autres morceaux choisis
Les dernières notations

Dans le 1000 !! impressionnant pour un non usager =) Harfonte dans [forum] Je veut tester la came !
(Il y a 6h)
Merci du partage suf dans [forum] Partages - La culture et l’art du tattoo
(Il y a 7h)
Je confirme l'insomnie, j'en est fait les frais. Mirror dans [forum] 5F-ADB : Utilisation "SAFE" et Mise en garde
(Il y a 8h)
Une vision sans colère : merci dans [commentaire de blog] A propos du Racisme Ordinaire
(Il y a 8h)
Comme ça c'est fait, et sympa /Na dans [commentaire de blog] A propos du Racisme Ordinaire
(Il y a 12h)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr


Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.



Licence Creative CommonsDroit d'auteur : Les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0