[ Usage thérapeutique ]
Psilocybine à usage thérapeutique

#1 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
31 octobre 2018 à  14:35
Bonjour à tous !

Ça fait un petit temps que je n'ai plus publié. Mais me revoilà avec une nouvelle question et je ne trouve pas énormément de réponse ici ou sur le net.

Pour remettre dans le contexte : je suis atteint d'algie vasculaire de la face et je me soulage avec de la psilo. Cette maladie se manifeste par des cycles tout au long de l'année et en gros à l'apparition de celui-ci, je prends des champis plusieurs fois sur un certain laps de temps (en gros, la règle est : prise entre 0.5 et 2 gr par prise et attendre minimum 5 jours entre les prises).

J'ai réussi à "casser" mon dernier cycle avec 4 prises de +- 1 grammes. Mais cette fois-ci, après les prises, je me suis senti fort déprimé, ce qui ne m'étais jamais trop arrivé depuis que je suis ce TTT (+- 2 ans). J'ai parlé avec d'autres patients et certains ont le même "soucis".

Ma question est donc la suivante : Pourquoi ce phénomène se manifeste-t-il alors que la psilo est réputée (et même approuvée) dans le cadre de la dépression ? Est-ce une "mauvaise" utilisation ? Est-ce que cela peut-être comparé à un arrêt brutal d'un AD ? Faudrait-il du coup continuer les prises en diminuant le dosage afin de ne pas connaitre ce contre-coup ?

Merci de vos réponses à tous !

Biz

Jeff

Hors ligne

 

#2 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
31 octobre 2018 à  15:07
Salut Jeff,

Je suis moi même croyant et pratiquant du micro-dosing de champis mais je ne le pratique que dans le cadre comportemental, pour casser une psychose amphétaminique ou comme en ce moment pour la dépression saisonnière, donc mes dosages sont vraiment moindres que les tiens, je suis à 0,240 g/ semaine en trois prises pour l'heure d'hiver...

Mais là ton questionnement est très pertinent, mais pour ton cas je crois qu'il faut un certain niveau d'étude pour y répondre et quelques autres retours d'expérience pour prendre du recul.

En gros tu mettrais en évidence un phénomène de manque ou bien je n'ai pas compris?

Ah ça m'intéresse....Je m'abonne à la conversation en espérant des gens plus calés...
Daane-El

Dernière modification par Daane-El (31 octobre 2018 à  22:32)


"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#3 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
31 octobre 2018 à  15:18
Salut Daane-El ! Et merci pour ton retour rapide ;-)

Daane-El a écrit

En gros tu mettrais en évidence un phénomène de manque ou bien je n'ai pas compris?

Exactement, tu as tout compris ! :-) Maintenant je ne suis peut-être pas du tout dans le bon mais dans l'absolu, cela me paraitrait logique (et me rassurerait).
Ce qui me fait douter, c'est je n'en prends pas pendant 6 mois puis arrêter. Mes 4 prises se sont espacées sur l'espace de 20 jours mais c'est peut-être assez pour sentir un contre-coup.

D'ailleurs, vu que ça "n'allait" pas, j'ai repris en microdosing comme tu le stipules. J'ai fait ma 3e prise à 0.2 ce lundi (0.4 la première et 0.3 la deuxième). Et là, je pète la forme ! :-) Je comptais reprendre une dernière fois, peut-être diminuer à 0.1 et voir ce que cela donne ...

J'espère également que des gens plus calés vont venir faire un ptit détour par ici !

Hors ligne

 

#4 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
31 octobre 2018 à  15:26
D'ailleurs, comment effectues-tu exactement ton micro-dosing dans ton cas ?
Après tes 3 doses, tu reviens à flot ?
Tu le fais systématiquement ?

Hors ligne

 

#5 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
31 octobre 2018 à  16:15
Bon,

Personnellement je n'avais jamais entendu parler d'un phénomène de manque sur la psilocine

A cette heure je ne vois que deux options soit c'est une blague de ton esprit qui n'a pas apprécié la rupture du cycle en cours. Soit que tes dosages ont induit une perturbation dans tes neurotransmetteurs........ mais c'est mieux que je me taise car je n'en sais absolument rien...

En ce moment je préviens la dépression saisonnière, tous les ans, depuis une dizaine d'année, au changement d'heure, je fais trois semaines de shroom thérapy. je commence une semaine avant donc là je suis dans la deuxième semaine. Cela est très simple et s'organise ainsi:

Lundi: 0,08 g de golden teacher
Mardi: observation
Mercredi: 0,08 g de golden teacher
Jeudi: observation
Vendredi:0,08 g de golden teacher
Samedi: observation
Gromanche: on ne fais rien comme des gros manches

Et je fais cela trois semaines pour rentrer dans l'hiver peinard (ça ou de la vitamine D, j'ai choisi...).

Pour la psychose amphétaminique c'est sur 10 jours et c'est un tout petit peu plus dosé.

J1: 0,15 g de golden teacher
J2: observation +cannabinoïdes de synthèse
J3: 0,15 g de golden teacher
J4: observation + noïds
J5: 0,15 g de golden teacher
J6: observation + noïds
J7: 0,12 g de golden teacher
J7: observation
J8: 0,1 g de golden teacher
J9: observation
J10: 0,1 g de golden teacher

Voilà moi je me suis fait des "cures" comme ça qui ne correspondent qu'à moi, j'en ai même une qui dure deux semaines pour réguler mon appétit sur trois mois (je suis boulimique)

Par contre je précise bien que ce sont mes champis issus de la même souche depuis des années et ce sont mes dosages; ils sont strictement "thérapeutiques" et à aucun moment je ne subis d'effets psychédéliques car c'est pas le but non plus dans ce cadre précis.

A+ dans l'bus
Daane-El

Dernière modification par Daane-El (31 octobre 2018 à  17:34)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#6 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
31 octobre 2018 à  16:48
Merci pour ton retour.

Je suppose que tu étais déjà tombé sur cette article : https://www.psychoactif.org/forum/viewt … p?id=30755

Ou la personne respecte le protocole mis en place par le Dr. Fadima.

Concernant ta boulimie, quel bienfait la psilo te procure t-elle ? Si j'ai bien compris ce que j'ai déjà lu. Le fait d'avoir un taux de séroto trop faible te pousse à manger (grignoter) plus ? Et du coup, le fait de la stabiliser t'aiderait à ce niveau ?

En 2 ans, j'ai perdu plus de 10 kg. Et sans aucune réelle raison et j'ai lu il y a peu que la séroto jouait sur l'appétit.

a+

Hors ligne

 

#7 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
31 octobre 2018 à  17:22
oui , je connais bien le Dr Fadiman, ou plutôt son travail,je m'en suis largement inspiré.

Pour mon appétit, j'ai fait le même pari que toi et il semble que ça marche, limité dans le temps mais ça marche quand même.

Et le fait d’être plutôt de bonne humeur limite le facteur perturbation= Killing de frigo.

à propos du docteur j'avais publié un truc à lui il y a quelques temps sur ce topic:

https://www.psychoactif.org/forum/viewt … 65#p385765

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#8 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
31 octobre 2018 à  20:01
J'adore l'expression «killing de frigo» :-D

En relisant un peu le post et comme tu le soulignes, il a tjs été dit qu'il n'y avait pas d'addiction avec les tryptamines. Je dirais plus qu'a force de «jouer« avec ca sur le long terme, Ce que ca implique et si les effets de «depression» est normal ? Et le pq du comment ... fin, j'espère que j'arrive a me faire comprendre :-)

Hors ligne

 

#9 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
31 octobre 2018 à  21:16
Ben on en revient à ce que je disais au debut c'est à dire qu'il manque d'études et de cobayes...

Dernière modification par Daane-El (31 octobre 2018 à  21:16)


"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#10 
Sokan homme
Nouveau Psycho France
31 octobre 2018 à  22:02

Daane-El a écrit

mes dosages sont vraiment moindres que les tiens, je suis à 0,240 mg/ semaine en trois prises pour l'heure d'hiver...

désolé si je parais pointilleux mais il doit y avoir confusion entre g et mg , surtout après avoir lu les messages suivant ou tu détaillais jour par jour et parce que doser 0.240mg... c'est chaud qd même^^
si tu peux encore modifier ça évitera la confusion même si dans ce sens là c'est pas très grave. c'est une erreur qui revient souvent, faut quand même faire attention car des fois ça peut être grave de doser 1000 fois trop.

ça me rappelle une fois sur le journal principal de propagande qu'il y avait eu une saisie de 2000 tonnes de shit dans un camion (ça devait être un gros camion, ou alors le journaliste avait un peu trop profité de la saisie fume_une_joint)

Hors ligne

 

#11 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
31 octobre 2018 à  22:34
Merci Sokan, j'ai corrigé

c'est vrai que 0,24 mg ce n'est plus du micro-dosing, ça devient presque de la thérapie quantique à ce niveau. lol

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#12 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
31 octobre 2018 à  23:14

Daane-El a écrit

Ben on en revient à ce que je disais au debut c'est à dire qu'il manque d'études et de cobayes...

En fait oui ...

Dernière modification par Jeff (31 octobre 2018 à  23:15)

Hors ligne

 

#13 
Papyrus844 homme
Nouveau membre France
01 novembre 2018 à  01:27
Je suis moi même atteint de cette maladie. Putain d'algue vasculaire de la face.... Perso je ne c'est pas si sa me fait un manque mais comme une certaine déprime après les prises peut être. Après perso même si pour la maladie c'est conseillé de prendre entre 0'5 et 2 g je n'y arrive pas j'ai trop l'impression de subir du coup je prend entre 0'1 et 0'2 mais les crises sont toujours présentes mais moindre. Devoir subir un trip pour soigner une maladie j'ai beaucoup de mal...

Hors ligne

 

#14 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
01 novembre 2018 à  11:08
Bonjour à vous,

Avant-hier je n'avais aucune idée de ce qu'était l'algie vasculaire de la face donc j'ai bossé un eu pour refaire mon retard et en gros j'en suis là:

L'algie vasculaire de la face est la forme la plus sévère de céphalées. La douleur n'est ressentie qu'à un seul coté de la tête et est très intense.

Définition de l'algie vasculaire de la face:
L'algie vasculaire de la face est la forme la plus sévère le céphalées primaires. Elle apparaît de façon subite, extrêmement intense et douloureuse. Les symptômes peuvent être ressentis la jour et la nuit, pendant plusieurs semaines. Les douleurs intenses sont ressenties, généralement, sur un seul coté de la tête et au niveau de l’œil. La douleur associée est tellement intense qu'elle peut provoquer des nausées.

D'autres signes cliniques peuvent également être associés à l'algie vasculaire de la face : des gonflements, des rougeurs et des larmoiements au niveau des yeux et du nez. Dans certains cas, des agitations nocturnes, des arythmies (irrégularités du rythme cardiaque) ou encore de l'hyper ou de l'hypotension peuvent être ressentis par le patient atteint d'algie vasculaire de la face.

Cette pathologie touche particulièrement les personnes entre 20 ans et 50 ans. Par ailleurs, n'importe quel individu, quel que soit son âge peut se voir impacté par la maladie. Une légère prédominance est constatable chez les hommes, et davantage chez les fumeurs. La fréquence d'apparition des signes cliniques sont, en général, entre 2 et 3 fois par jour.

L'algie vasculaire de la face peut s'étendre sur la vie entière du patient, avec des symptômes apparaissant souvent aux mêmes périodes (généralement au printemps et à l'automne).

Les causes de l'algie vasculaire de la face:
La cause exacte de l'algie vasculaire de la face n'est actuellement pas connue. Néanmoins, certaines activités, et modes de vie, peuvent être à l'origine du développement de la maladie.

Les fumeurs sont davantage exposés au risque de développer une telle atteinte.

La présence de la maladie au sein du cercle familial peut également être un facteur accru du développement de l'algie vasculaire de la face chez une personne. Ce qui suggère l'existence d'un potentiel facteur génétique.

Les symptômes de la maladie peuvent être accrus dans certaines conditions : lors d'une consommation d'alcool, ou encore lors d'une exposition à des odeurs fortes (de peinture, d'essence, de parfum, etc.).

Qui est touché par l'algie vasculaire de la face ?
Chaque individu peut se sentir concerné par le développement de l'algie vasculaire de la face. Cependant, les personnes ayant entre 20 ans et 50 ans présentent un risque accru.

Les fumeurs sont également plus à risque de développement la maladie. Enfin, la présence de la maladie au sein du cercle familial peut également être un facteur prédominant.

Les symptômes de la cervicalgie
Les symptômes de l'algie vasculaire de la face se déclenchent rapidement et de façon intense. Il s'agit principalement d'une douleur aiguë (très intense) au niveau d'un coté de la tête, et généralement autour d'un œil. Les patients décrivent souvent l'intensité de cette douleur comme étant vive, ardente (avec une sensation de brûlures) et perçante.

Les patients atteints de l'algie vasculaire de la face se sentent souvent agités et nerveux durant les pics symptomatiques, et ce à cause de l'intensité de la douleur.

D'autres signes cliniques peuvent s’additionner à cette douleur :

une rougeur et un larmoiement au niveau de l’œil
des gonflements au niveau de la paupière
un rétrécissement de la pupille
une transpiration intense au niveau du visage
le nez qui a tendance à couler.
Les pics symptomatiques s'étendent, en général, entre 15 minutes et 3 heures.

Comment traiter l'algie vasculaire de la face ?
Aucun traitement curatif de l'algie vasculaire de la face n'existe actuellement, et pourtant la douleur intense peut perturber de façon significative la qualité de vie du patient.

La prise en charge de la maladie sera alors ciblée sur une diminution des symptômes. La prescription d'anti-douleur, tels que du paracétamol, peut être associée à la maladie. Par ailleurs, ces médicaments sont souvent inadéquats face à l'intensité de la douleur. De ce fait, les traitements médicamenteux capables d'atténuer les douleurs sont :

les injections de sumatriptan
l'utilisation de sprays nasaux de sumatriptan ou encore de zolmitriptan
l'oxygéno-thérapie.

Bon tout cela ne fait pas de moi un spécialiste bien entendu et la preuve je viens avec un questionnement: quel est le postulat de base quand on en vient à prendre du champi pour cette maladie? Sur quoi ça agit pour rendre les crises vivables?

Bises à vous
Daane-El

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#15 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
01 novembre 2018 à  18:50
Je n'ai pas beaucoup de temps ce weekend, je passe juste en coup de vent.

Mais pour résumer, les tryptamines (lsd, dmt, lsa egalement) font tt simplement disparaître les crises. Fin cela n'a pas un taux de réussite de 100% mais bien au dela de tout ce qui est légal...

Il y a une assoc qui defend tout ca : clusterbusters.org

La première etude a démarré au USA en 2016. Je t'enverrais les liens

Sinon, voici la partie sur la psilo : https://clusterbusters.org/treatment-op … -mushroom/

++

Hors ligne

 

#16 
avatar
Daane-El homme
Ad astra per aspera France
01 novembre 2018 à  19:20
Cool,

Merci pour le lien je l'avais pas trouvé celui-là.

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne

 

#17 
Papyrus844 homme
Nouveau membre France
02 novembre 2018 à  00:00
En fait comme as dit Jeff cela coupe ou baisse de façon considerable l'intensité des crise. Mais avoir un traitement qui est dur à géré comme sa c très compliqué pour moi. Mais toujours moins que le cycle infernal avec les médoc traditionnels.

Hors ligne

 

#18 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
04 novembre 2018 à  01:05
Merci pour ces retours.

Pour répondre à Daane-El :

Ce qui m'a tenté dans les tryptamines par rapport à la médecine traditionnelle, c'est le fait de ne pas devoir prendre des médocs tous les jours. L'AVF est une pathologie rare et méconnue, du coup, aucun traitement n'est réellement efficace. Nous jouons sur les effets secondaires des médicaments en espérant que cela fonctionne. Il y a certe des protocoles que les neurologues doivent respecter (verapamil, lithium, antiépileptiques, neurostimulation) mais très vite, la douleur prend le dessus sur les traitements et les neurologues sont totalement perdu face à ça. Et c'est là que je trouve que la médecine traditionnelle devient dangereuse car il ne cherche qu'une chose, c'est de soulager la douleur au moment présent sans se soucier de tout le reste. Et à partir de ce moment, tu peux avoir accès à tous les tiroirs de la pharmacie, la quantité ne sera que facultative.

Les tryptamines, tu prends ce TTT quand ça ne va pas, tu fais quelques prises et tu laisses ton corps respirer par la suite. Aucun traitement de fond ne fonctionne de cette manière. Cela fait plus de 10 ans que j'ai cette maladie, j'ai toujours été chronique, parfois jusqu'à 150 crises par mois, depuis 2 ans (et les champis), j'ai des rémissions de 6 mois et les cycles sont bcp moins agressif que par le passé.
Le pourquoi du comment, je n'en ai pas la moindre idée. Ce serait une dysfonctionnement de l’hypothalamus et où la sérotonine jouerait un rôle important également.

Pour en revenir sur certains points : les triptans fonctionnent très bien en injection ms c'est un TTT de crise et non de fond. De plus, est très nocif et addictif si abus. Ce qui arrive très vite dans notre pathologie. Et bien entendu, sans soulever le fait qu'une piquouze coute 25 balles. Sinon, ce ne serait pas drole.

Le paracetamol n'a aucun effet, tout comme les opiacés.

Voici le lien de l'étude promis : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02981173

@bijord

Ce post est juste très intéressant.
Par rapport au point 1 : du coup, on pourrait dire que dans un sens, il pourrait y avoir une dépendance psychique ? Et que d'effectuer un  "sevrage" pourrait diminuer cet effet ?

Par rapport au point 2 (et qui m'intéresse bcp plus), et de ce côté, je pense que j'ai un énorme travail a faire sur moi même. On parle assez souvent de "reset" du cerveau lors de prise de tryptamines, ce que tu expliques aussi si je comprends bien ? Sauf qu'il ne se ferait pas d'un coup ? Et que si je reprend ta métaphore, tant que le barrage n'est pas détruit, à chaque fois, il se reconstruit ?

Chaque prise est véritable supplice pour ma part (Sur ce point, papyrus, je te rejoins) je galère tout au long du trip et je n'arrive pas à me lâcher complètement. Je suis quelqu'un de très enfermé à la base et je pense que cela n'aide pas. Je ne prends aucun plaisir à faire ça à proprement parlé même si la plupart du temps, je me sens bien après. Pendant, c'est une autre histoire.

Quand au fait que ce soit une maladie psychosomatique, encore une fois, la médecine n'en a aucune idée. Certain disent que oui, d'autres que non. Dans mon cas, je n'ai aucun avis. Mais pourquoi pas, je pourrais envisager toutes les possibilités si cela peut m'aider. Et je suis un bon sujet. :-)

@papyrus :

Cela fait 2 ans que j'utilise cette voie et 2 ans que je galère à chaque prise. J'augmente petit à petit. 1 gr est bcp pour moi (des confrères montent jusqu'à 3gr, 3,5gr par prise... je pense être dans ceux qui prennent le moins.), je n'hallucine pas et je suis encore là mais je lutte énormément et je dois me retrouver avec moi même. Je passe mon "trip" dans mon lit et dès que j'émerge, je manger 2 kg d'orange :-). Ou dernièrement devant un bon film, c'est passé niquel.... Et je suis certain que c'est pcq mon esprit était concentré sur totalement autre chose ... Je pense que tout comme moi, tu es qq d'anxieux et que tu dois arriver à te lâcher. C'est un long travail à faire mais il ne serait être que positif !

Dernière modification par Jeff (04 novembre 2018 à  01:33)

Reputation de ce post
 
100% d'accord avec toi papyrus

Hors ligne

 

#19 
cocobongo homme
Nouveau Psycho
05 novembre 2018 à  16:16
Et concernant l'utilisation à long terme des champis, n'y a t'il pas un risque pour l'estomac, le foie ou les reins ?

Hors ligne

 

#20 
Marcodu84 homme
Nouveau membre France
05 novembre 2018 à  23:57
Salut les psykos ^^

Je viens participer à la discussion également en tant que malade d'avf, ou de céphalées suicidaires, voire encore migraine du suicide selon les époques.

Moi ça a été déclenché par le vaccin hépatite B Pasteur en 1994, j'ai fais une sorte de choc à la 2ème injection, 2 jours de fièvre à 40° et +, bras épaule bloquée 6 jours, et puis les premières crises...
Ça a progressé jusqu'en 2004 ou je devenu chronique. Diagnostic en 2006.

Comme tous, j'ai eu beaucoup beaucoup de médoc pour plein d'autres pathologies que la mienne et je n'ai rien eu d'efficace.

En 2009, j'ai découvert l'histoire de Bob Word et je m'y suis mis.

D'abord des psylos vietnamiens qui n'ont pas été efficaces, puis enfin j'ai eu les bons, des Cubensis.

D'abord une rémission de 20 jours, puis une de 40 jours, et c'est allé de mieux en mieux.

Après 4 ans de semi-rémission, je ne supportais plus les prises de psilo (1 à 4 fois par mois selon les périodes de l'année ) et je les repoussaient de plus en plus, jusqu'à ce que la maladie se réinstalle.

J'ai alors tenté le lsd car j'ai eu de la chance de "trouver" une fiole de qualité.

Ma première prise sur un sucre, une grosse goutte, m'a perché pour une bonne 12aine d'heure, et le trip a été très bon. Dès lors, j'ai été en rémission immédiatement. (alors qu'avec la psilo, jamais avant le 3ème jour) ... et pour 6 mois, ma plus longue rémission à ce jour.

De nature généreuse, j'ai aidé d'autre avf comme moi, jusqu'aux USA, chaque fois avec le même succès. La fiole s'est vidée plus vite que prévue, et bien sûr, je n'en ai pas retrouvé.

J'ai alors fonctionné pendant un an avec de la 5MEO Dalt mais je ne supportais pas très bien les effets et ça a perdu de son efficacité avec le temps, environ 9-10 mois. Peut-être que j'en ai trop pris régulièrement ? (15mg /5jours, non stop, y compris en rémission)
C'est depuis que je stoppe les tryptamine dès que je suis en rémission.

Ensuite j'ai acheté quelques buvard de 1P-LSD légal en Hollande, mais c'est moins efficace que le vrai LSD, je suis soulagé au bout 4 ou 5 jours mais pas aussi nettement. (le trip est long, très très progressif, moins intense et coloré, pensées moins profondes mais bon, ça marche bien quand même sur les crises d'avf ^^ )

J'ai terminé mon stock de 1P-LSD, et il va falloir que je passe à autre chose, on m'a parlé du dark net mais je n'ai pas encore sauté le pas. (contrainte financière, d'abord acheter du bois, réparer la voiture, etc...)

Pour en venir au sujet sur l'aspect psychologique de la maladie, je vous explique de mémoire l'expérience faite en 2008 ou 2010 avec une tryptamine non hallucinogène, le BOL 148.

Depuis le début des années 2000 le groupe Clusterbuster (le groupe américaine de malades AVF qui utilisent des tryptamines pour se soigner...) tergiversait sur la nécessité ou pas d'avoir un dosage au moins égale à un trip pour que ça fonctionne, et d'autre qui soutenait que l'arrêt des crises n'avaient rien à voir avec le déroulement du trip.

5 patient ont donc bénéficié de 3 doses légères à 5 jours d'intervalle de BOL 148 et 4 sur 5 ont été en rémission pour plusieurs mois (jusqu'à 2 ans !)

Preuve en est que le fait de tripper ou pas ne conditionne pas la rémission.

Donc des dosage sub-hallucinogènes seraient efficaces (pour ceux qui ne supportent pas les effets) mais les expériences de tout un chacun prouvent que l'obtention de la rémission sera d'autant plus longue à atteindre que les prise de tryptamine seront faibles. (et vice versa bien sûr)

Sur le principe, les Clusterbusters (CB) exposent le principe du RESET (pour remise à zéro) du système hormonal.

Longtemps les neurologues localisaient l'origine de nos maux dans l’hypophyse car nous avons un ou deux lobes de cette hypophyse hypertrophié.
Cette hypertrophise contiendrait un trop grand nombre de neurones, mais cela ne nous rend pas plus intelligent, au contraire même, car le réseau de connexion n'existe pas pour ce surnombre de neurones.

Moi je pense que peut-être les tryptamines nous aident à recréer les connections entre ces neurones qui tournaient en rond...

Autre fait très intéressant, on sait que notre cerveau est capable de produire des substances très proches de nos tryptamines chéries... et cela se passe dans la glande pinéale, autrement appelée le 3ème oeil par de nombreuses civilisations passées, et comme par hasard les chercheurs ont découvert que la glande pinéale donnerait des informations à ... l'hypophyse ! Notamment pour la régulations des hormones, telle que la sérotonine... Et aussi que c'est grâce à elle que nous avons des rêves !
Et voilà, la boucle est bouclée !En tout cas, à moi ça me parle !

Perso, j'ai donc un avant et un après 2010, même si j'ai encore des crises, parfois 2 ou 3 par jour, parfois rien pendant plusieurs jours, mais douleurs sont sans commune mesure avec avant :
une douleur entre 2 et 4, voire 5 les mauvais jours sur une échelle de 10, pour une durée comprise entre 20 minutes et une heure alors que j'ai passé des mois et des années à plus de 5 crises par jour ET nuit à un niveau de douleur entre 7 et 9,9 sur 10  sur de durée minimum d'1h - 1h30, et parfois jusqu'à 3H00 ! (ma pire crise a duré 5h30)

Comme beaucoup, je me suis cassés des os pendant les crises (pieds, mains, arcade), par colère ou pour tenter de détourner la douleur ailleurs, j'ai tenté de me retirer l'oeil gauche pour enlever la bête qu'il y avait derrière (oui la douleur peut rendre fou !) et forcément, après de telle souffrances, autant de temps, on pense au suicide chaque jour, souvent après la crise quand on réalise qu'il va y en avoir une autre 2H00 plus tard, et qu'on en peux plus de ne plus dormir et de ne (sur-)vivre qu'entre 2 crises.

Depuis que j'ai démarrer les tryptamines (fin 2009), toute idée suicidaire a disparu et je suis devenu "autre".
Je pense que les trips que j'ai eu (subi parfois ^^) m'ont fait changer, m'accepter, accepter aussi la bête qui me grignote la tête, et finalement prendre la distance (nécessaire) avec la société de mes contemporains.

J'ai encore une vraie addiction à stopper, le tabac au shit, mais j'y arriverai.

Je n'ai aucune inquiétude sur la dangerosité de la psilo ou du lsd, ce que j'ai pris quand j'était dans le girons des neurologues et de leur science à plein tarif était tellement plus dangereux !

Peu à peu je reprends ma vie en main, après 10 de galère suivis d'encore 6 ans de douleurs atroces chaque jour et nuit, et puis cela fait 8 ans que je revis.

J'attends comme beaucoup qu'arrive une tryptamine sur le marché légal du médicament.

Au plaisir de vous lire.

Hors ligne

 

#21 
Jeff homme
Nouveau Psycho Belgique
06 novembre 2018 à  23:44
Petite question vite fait, je répondrais plus longuement a la semaine.

Je me suis pris une grosse claque une fois avec 12 gr de truffes ou j'ai vécu lors du trip des décharges électriques «assez fortes». Phénomène qui s'est reproduit lors de mes prises suivantes ms pas en dessous de 1gr.

Je n'ai pas bcp trouver d'elements la dessus. Je suis tombé sur le phénomènes des «brain zap». Correct ? Est ce bien ca ? Il se passe quoi exactement dans notre tête a ce moment la ?

D'ailleurs, je pense que cocobongo les a vecu egalement ;-)

Hors ligne

 

Remonter
Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

15
[ Usage thérapeutique ]
Psilocybine à usage thérapeutique pour algie vasculaire de la face 
[Dernier message : 18 janvier 2018 par Chaman]

2
[ Usage thérapeutique ]
Retour d'expérience sur l'usage de la psilocybine contre trouble dépressif résistant 
[Dernier message : 28 septembre 2023 par Philoudeludres]

23
[ Usage thérapeutique ]
Joindre l'utile à l'agréable ! Usage thérapeutique 
[Dernier message : 18 mai 2018 par cocobongo]

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - flux rss Flux RSS