[GUIDE] L'addiction sévère au GHB et dérivés , guide pour les soignants et les usagers. / PsychoACTIF

[GUIDE] L'addiction sévère au GHB et dérivés , guide pour les soignants et les usagers.

Publié par ,
2428 vues, 27 réponses
Rick 
Modérateur
21512
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2935
Blogs
Il est possible de consommer du GHB de manière raisonnée et non problématique sur de très longues périodes. Cependant, ce topic abordera les cas les plus sévères d'addiction au GHB. Vendu comme simple complément alimentaire lors des 90's aux Etats-Unis, la molécule est tour à tour utilisé pour mieux dormir, augmenter le plaisir lors des rapports sexuels, pour faire la fête ou sculpter son corps. En 1996 , cette nation comptabilisera plus de mort avec cette molécule qu'avec la MDMA soit 10 000 personnes minimum et sans aucune couverture médiatique. Depuis des années, par le bouche à oreille, une communauté d'usagers très importante s'était développé dans l'état de Floride et de Californie. Jusqu'au début des 90's ,lors d'une overdose moins de 2% des usagers passaient des examens toxicologiques post mortem permettant de détecter la molécule. En effet, dans la quasi totalité des cas, la mort survenait après une interaction médicamenteuse or les tests s'arrêtaient lors de la découverte de l'alcool, opiacés, cocaïne et n'allaient pas en profondeur pour des raisons de praticité et financières. Une difficulté qui a fasciné le monde de la télévision, créant de toute pièce le mythe de la drogue du viol dans la culture populaire au point que des individus se sont mis à utiliser la molécule pour des soumissions chimiques. Transformant ainsi la fiction en réalité.

Encore utilisé aujourd'hui dans le domaine médical pour des troubles du sommeil chroniques, le grand public connaît surtout son précurseur LA GBL. Parfois à la rubrique fait divers comme c'était le cas à Montpellier il y a 10 ans avec ses adolescents qui en buvaient avec de l'alcool en boîte de nuit, Loana ou encore ce jeune homme qui a bu une gorgée fiole de gbl pure peut être abandonné sur les quais de seine alors qu'il était déjà ivre. Sans mélange, le produit est pourtant étonnement safe. L'O.M.S établit la dose létale 50 à environ 1,7g par kg et la dose létale 100 à 2g par kg , alors que le produit se consomme à hauteur de 1-4g en fonction du poids et de la tolérance. Cependant, avec un peu d'alcool dans le sang, il peut se réveler mortel très rapidement : arrêt cardio respiratoire, la position latérale de sécurité est vitale pour ne pas s'étouffer dans son vomis du moins quand la personne n'est pas entrain d'avoir de violentes convulsions.


Le GHB atteint nos synapses grâce à un solvant pour peinture, la GBL, qui peut être transformé avec une base et un peu de chaleur en GHB. La transformation en ghb peut s'effectuer par notre organisme par l'action d'enzymes et la gbl se révèle encore plus fort que l'original car la "saponification in vivo" se produit à une vitesse fulgurante. Le plasma est soudainement saturé de GHB, encore plus rapidement qu'en avalant le produit pur. Cependant nous ne connaissons pas les risques , ou très mal, de la consommation de la GBL à long terme. Nous ignorons aussi la pureté des solvants vendus sur internet c'est pourquoi il peut être d'un intérêt sanitaire de transformer sa gbl en GHB. Et de faire analyser son produit, via le dispositif psychoactif-sintes en cas d'effets indésirables ou inattendus. (email : modos@psychoactif.org pour plus d'informations).

Le butanediol lui, nécessite "deux passages" enzymatiques et ses effets sont beaucoup moins agréables, "plus sales", c'est pourquoi la GBL reste la substance de choix pour les soirées chemsex. Parfois, même préféré au GHB pour certains usagers. La GVL, elle, est restée très impopulaire, encore plus que le butanediol.

Il est à noté que l'addiction au GHB est ainsi moins sévère qu'avec la GBL vu que le solvant permet d'atteindre des concentrations plasmatiques plus importantes et plus rapidement.

Avec une dose à moins de 10 centimes d'euros et un accès irresistible, prohiber ou non, la GBL fera son bonhomme de chemin au près des européens et deviendra de plus en plus populaire. C'est pourquoi il est nécessaire d'apprendre aux usagers les bases concernant son utilisation SAFE, les risques en cas de consommation sur de longues périodes mais aussi comment prendre en charge ce type d'addiction. Aussi, même si l'addiction au GHB est anecdotique, elle est une triste réalité pour certains malchanceux. Son inventeur, le génie Henri Laborit n'y trouvait presque aucun défaut et certains de ses admirateurs ont vu dans le GHB un produit incroyable. Or, ils consommaient le produit avec un espacement raisonnable et aucun d'entre eux n'a découvert l'addiction au GHB dans sa pleine cruauté et sévérité. Une sorte d'alcool solide ou liquide, engendrant une ivresse intense avec le volume d'une cuillère à café. Des effets courts, très plaisants, un potentiel addictogène intense. Il serait vraiment très imprudent de le sous estimer.

Les autres situations où le GHB tue, beaucoup plus rares, sont dû à un arrêt soudain de la molécule. Un arrêt qui peut être fatal pour les addictions les plus sévères comme ce fut le cas pour Mr. America Mike Scarcella par exemple.

L'arrivée du GHB dans les médias date du 26 juin 1996, quand 4 hommes furent retrouver inconscients dans les rues d'Hollywood, ils avaient consommé de l'alcool en grande quantité et n'avait aucune information sur cette molécule.

C'est pourquoi un espace d'information, dédié aux usagers est primordial :
grâce à l'échanges d'informations entre profanes, nous avons appris quelles molécules sont mortels avec le GHB. Boire de l'alcool avant, prendre des dépresseurs du SNC, de la kétamine ou même de la codéine, DXM, benzodiazépines etc.

La molécule étant proche de l'alcool mais potentiellement plus puissante, même si l'addiction physique met relativement longtemps à venir, le sevrage peut être potentiellement très difficile.

Perte de poids, atteintes des glandes salivaires (impossibilité de s'allonger, on s'étouffe dans sa propre salive). Diarrhée, vomissement. Tremblements d'un corps rigide au point de ne plus pouvoir marcher, insomnie complète qui aggrave l'arrivée d'une psychose systématique, troubles du rythmes cardiaque sévères, pression sanguine très élevée. Troubles neurologiques importants (incapable de suivre un ordre simple, de serrer une main etc.) , état presque végétatif. Douleurs abdominales , transpiration abondante et huileuse y compris sur les mains. Rhabdomyolyse , insuffisance rénale , arrêt cardiorespiratoire.  La liste des risques et des symptômes est longue est sévère. C'est pourquoi les soins intensifs sont à privilégier : anti convulsivants (benzodiazépines) voir propofol , intubation, barbituriques  pentobarbitol / phenobarbitol si les BZD ne suffisent pas , contentions en cas d'agitation, suivi psy & addicto. Une thérapie dédiée aux effets de la rhabdomyolise, qui reste le risque numéro un pour les décès lors des sevrages de GHB. Surveillance des electrolyte, diurèse, tension artérielle et rythme cardique.

Le sevrage met entre 1 - 6 heures à se déclencher, le pique est atteint entre 16 et 24h et la durée de la phase aigue est de 5-15 jours. Généralement 10-14 jours. Les étapes du sevrage sont au nombre de trois.
- Phase 1/3 : généralement le manque apparaît entre 1 et 3h. Sudation excessive, paumes des mains, plantes des pieds, huileuse, cireuse. Sentiment de malêtre, anxiété. La pression sanguine et le rythme cardiaque augmente drastiquement, ce qui peut être mortel en soi pour les personnes vulnérables sur le plan cardiovasculaire. Les symptômes peuvent être traités dans de bonnes conditions et environ après trois jours, l'état se stabilisant, certains patients ont été "relâchés dans la nature" à la fin de cette première étape.
- Phase 1,5 : la personne se stabilise, sur le plan somatique et psychique.
- Phase 2/3 : elle dure entre 8- 12 jours environ et s'enchaîne après l'étape de la stabilisation. Etat de psychose avancé, parfois on retrouve la personne autour de l'hopital, parfois sur la route de chez elle ou à son domicile. Anxiété importante qui empêche de dormir et aggrave les hallucinations. Parfois incapable de reconnaître la famille, les amis, ou être très insultant. Une sorte de démence passagère et aigu.
-Phase 3/3 : La phase aigu du sevrage est passée, plus de psychose , il est possible d'arrêter d'éventuels antipsychotiques. Dépression, léthargie, troubles du sommeil encore, perte de la libido, incapacité à se concentrer , troubles de la mémoire et tremblements plus ou moins durables. Surveiller, accompagner la personne et prévenir les risques de suicide devient alors la priorité.


/forum/uploads/images/1569/sevrage-ghb.jpg








Pourtant, une personne qui appel à l'aide pour une addiction sévère au GHB peut être très mal pris en charge, et ce pour plusieurs raisons.

1) Le délirium tremens , ou dans les cas plus standards, l'état psychotique temporaire mais systématique (ressemblant à une bouffée délirante : hallucinations visuelles, sonores, agitation, euphorie éventuelle) va pousser le système de soin à diriger la personne vers la psychiatrie. Incapable de gérer des troubles somatiques aussi complexes , le patient peut succomber faute de soin adapté en unité psy fermé (rhabdomyolise , troubles cardiaques, troubles ioniques etc.).

2) Lors du sevrage du ghb, il y a une amélioration de l'état général éventuellement, entre t+48 et t+72h avant une rechute notamment sur le plan psychique.  De nombreux addicts aux GHB sont sortis des urgences après quelques heures, pour finalement être retrouvé complètement délirant avec de très importantes hallucinations et à errer dans les rues. S'exposant de facto, à des dangers mortels. La surveillance devra donc toujours être prolongé (2 semaines) et la surveillance du sommeille prise au sérieux.

3) Les suicides, car après un sevrage de GHB, entre les cravings mentaux , l'anxiété et la déprime c'est le temps de la dysphorie. Les risques de suicide atteignent des sommets et devront être une priorité absolue pour tous les sevrages physiques réussis.

4) En cas de rechute , les risques classiques : accidents domestiques/véhicules, overdoses suite à une interaction médicamenteuse, arrêt abrupte sans aide médicale.


Merci aux professeures Deborah L. Zvsosec, Stephen W.Smith et un immense merci à Trinka Porrata , présidente du projet GHB qui m'a autorisée à utiliser les travaux de son association. Si vous souhaitez avoir plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter rick@psychoactif.org ou au près de mon équipe modos@psychoactif.org en cas d'absence.

Dernière modification par Rick (27 septembre 2019 à  22:27)

Reputation de ce post
 
Merci Rick ! Ca peut sauver des vies ! Yog
 
Nice Work ! Post au top, complet ! PerfectRick! Zaz
 
Super j'en apprends ! Terrifiant sevrage !
 
merci rick pour le taf

SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


Vivel 
Adhérent PsychoACTIF
Netherlands
5600
Date d'inscription: 15 Apr 2019
Messages: 1235
Salut,
Merci pour ce super post, c'est vraiment bien détaillé je pensais pas qu'ils pouvaient autant en chier ! Les symptômes sont terrifiants !

drogue-peace

Hors ligne


Cusco 
Bénévole PsychoACTIF
France
4000
Lieu: Ouest
Date d'inscription: 15 Sep 2015
Messages: 2098
Blogs
L année dernière on m'a donné environ 10cl de GBL y avait de quoi faire...
Le temps de trouver ma dose de croisière je suis monté à 1,8ml puis 2ml.
J ai trouvé que c était un bon substitut à l alcool j'avais même fait un post à ce sujet.
Avec le recul je m aperçois que le craving était rapide.
Toutes les 2h environ.
Une fois que je n'en avais plus ça a été mais j'en avais vachement envie.
Je n osé pas imaginer le mélange avec de l alcool. Souvent je m en dormais en musique pendant quelques heures.
Je ne connais pas le ghb ni le buta... Et ça ne me dit plus rien.
Je pense qu'à petite dose ça peut aider dans l alcoolisme mais ça reste risqué.
C était ma courte expérience et je suis bien content de ne plus jamais eu l occasion d'en avoir eu à nouveau.

Bien sur mélangé avec de l eau d où l intérêt de bien se renseigner

Dernière modification par Cusco (28 septembre 2019 à  01:12)


La vie est une période aléatoire entre le néant et le néant (L.B)

Hors ligne


prescripteur 
Modérateur
13000
Date d'inscription: 22 Feb 2008
Messages: 7190
Blogs

L'O.M.S établit la dose létale 50 à environ 1,7g par kg et la dose létale 100 à 2g par kg ,

Oui, chez le rat !
https://www.who.int/medicines/areas/qua … Review.pdf

A noter qu'il s'agit d'une distribution statistique. Certaines personnes plus sensibles peuvent faire une OD à des doses relativement faibles. Les doses médicamenteuses sont fixées pour donner un risque d'OD pratiquement nul.

Ci dessous, un article très documenté (mais en anglais). A noter qu'Il est rare que les articles donnent des doses léthales totales . Il est vrai qu'elles peuvent être relativement faibles en cas d'association à l'alcool.  Le post de Rick est donc particulièrement intéressant, notamment sur ce point.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4462042/

Le GHB est un médicament contre la narcolepsie mais à prescription très encadrée.

xyrem_rcp.pdf

https://www.ansm.sante.fr/Activites/Sur … ance/XYREM

La GVL, elle, est restée très impopulaire, encore plus que le butanediol.

Nb : C'est la gamma valerolactone

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gamma-Val%C3%A9rolactone

https://en.wikipedia.org/wiki/Gamma-Valerolactone

https://www.justice.gov/archive/ndic/pu … /index.htm

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (28 septembre 2019 à  10:41)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne


prescripteur 
Modérateur
13000
Date d'inscription: 22 Feb 2008
Messages: 7190
Blogs
Pour illustrer la différence entre LD50 et dose toxique , je vous propose l'image suivante, tirée de
https://www.chemsafetypro.com/Topics/CR … ptors.html

/forum/uploads/images/1569/ld.png


La NOAEL est la plus petite dose pour laquelle des effets sont constatés (des OD mortelles par exemple).
La LOAEL est la plus petite dose au delà de laquelle les effets s'accroissent significativement.

La plus faible dose d'effet indésirable observé (LOAEL) est la plus faible exposition à laquelle il existe des augmentations biologiquement significatives de la fréquence ou de la gravité des effets indésirables entre la population exposée et son groupe témoin approprié.

On observe donc des OD mortelles rares dès la NOAEL ( si la courbe porte sur les OD mortelles) et des OD de plus en plus fréquentes dès la LOAEL.  C'est pourquoi il est difficile de donner UNE dose toxique.

La LD 50 est la dose pour laquelle la moitié des animaux testés fait une OD mortelle. Evidemment elle n'est jamais testée directement chez l'homme mais parfois évaluée approximativement  à partir des données expérimentales et épidémiologiques.



Amicalement

Dernière modification par prescripteur (28 septembre 2019 à  17:41)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne


J-Fraktal 
Ancien Pape Jean-Paul Douille
France
000
Date d'inscription: 06 Feb 2018
Messages: 19
Salut!

Post très intéressant, merci pour le partage!
J'espère que ce type d'info' parviendra rapidement au corps médical. La substance est encore méconnue (j'ai l'impression?) du corps medical et les problématiques de prise en charge sont bien exposés dans le post.

Une chose me rend curieux : il est mentionné une transpiration huileuse. C'est une transpiration avec beaucoup de sébum ou est ce une substance autre qui est excrétée ?
C'est la première fois que j'entends parler de ce type de transpiration.

A+

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21512
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2935
Blogs

J-Fraktal a écrit

J'espère que ce type d'info' parviendra rapidement au corps médical.

Je n'ai aucun espoir sur le sujet. Même en temps que soignant, il faudrait avoir une expérience de terrain, or les sevrages de ghb sont disséminés partout sur le territoire et relativement rare.

J'espère pouvoir intervenir dans une conférence un jour, avec mon ami

Precripteur a écrit

ce billet je l'ai écrit en quelques heures un soir de la semaine dernière mais je peux faire un truc plus pro.

Sinon en tant qu'usager, vu qu'on ne mélange pas les torchons et les serviettes, je pense que le corps médical s'en fiche un peu.

Ce que je vais proposer de faire, c'est d'animer une conférence comme je l'ai fait à besançon. Mais cette fois sur le ghb. Avec le contexte actuel le produit se repend massivement grâce aux communautés CHEMSEX et à la prohibition des autres molécules. Donc généralement des hommes de 20-60 ans, homosexuels, polyconsommation (souvent les cathinones) etc. Je pense que les cas d'addiction vont se multiplier.

Une chose me rend curieux : il est mentionné une transpiration huileuse. C'est une transpiration avec beaucoup de sébum ou est ce une substance autre qui est excrétée ?

C'est une observation empirique, il n'y a pas eu d'analyse de la transpiration de personnes en sevrage de ghb. Probablement un déréglement métabolique oui, mais lequel?


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


J-Fraktal 
Ancien Pape Jean-Paul Douille
France
000
Date d'inscription: 06 Feb 2018
Messages: 19
Salut!

Merci Rick pour cet éclairage sur la réalité du terrain médical, inconnu pour moi et ta réponse en intégralité.
J'espère que vous menerez à bien ce projet de conférence. Sont elles réservées au corps médical ?

A+

Hors ligne


arkiners 
futur médecin et futur ancien addict'
France
000
Date d'inscription: 28 Mar 2019
Messages: 6
Bonsoir,

De mon expérience personnelle, étant interne médical et ayant pas mal discuté de ce sujet suite à un usage personnel et des tentatives de sevrage seul ou aidé par le corps soignant, il est vrai que le message est très difficile à faire passer auprès des médecins. Un sujet si marginal ne va pas intéresser les foules, et en médecine si on veut, on peut passer sa vie à découvrir de nouveaux sujets. Donc l'idée c'est juste de tomber sur des médecins qui ont de la ressource, et du réseau, pour s'appuyer sur les militants et les différentes associations pour trouver l'info quand ils ont un patient qui présente ce type d'addiction.
Les seuls infirmiers et médecins qui connaissent bien ces produits dans mon entourage, sont effectivement eux-même consommateurs, ou bien ont travaillé quelques mois dans un service dédié.

J'ai failli me lancer dans un sujet de thèse avant de me rendre compte que ce serait plus une tentation pour moi de replonger que de m'informer toujours plus sur les chems, et de rester au plus proche de la population consommatrice.

Mais voilà, un bon médecin, est un médecin qui face à quelque chose qu'il ne connait pas va se former. Donc gardons espoir...

Hors ligne


Daane-El 
Modérateur
France
9600
Lieu: Juste derrière toi !!
Date d'inscription: 26 Feb 2018
Messages: 1597
Blogs
Salut à vous,

J'aurais voulu savoir ce qu'il faut faire si on commence à ressentir les symptômes du sevrage mais légers.

Est ce que l'on peut opérer seul à une réduction de dosages comme pour une chinoise par exemple, ou est ce qu'on est vraiment dans la merde et faut aller consulter?

Bien à vous,
Daane-El

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne


Psychotropeur 
Apprenti chamane
France
1900
Date d'inscription: 01 Dec 2018
Messages: 198
Blogs
Bonjour,

Étant devenu un consommateur régulier de phenibut (B-Phenyl-Y-aminobutyric Acid) , sois un gabpentitoide très proche du GHB moleculairement parlant (Acide Y-hydroxybutyrique), et remarqué des fortes descentes, avec cravings et douleurs musculaires des 3 jours de consos régulieres, ainsi que des effets proche de ceux du GHB, je me demandais si les effets de sevrages étaient globalement les mêmes avec ces deux substances.

De ce je j'ai compris, même si je n'ai pas essayé le GHB, c'est que la différence entre ces deux substances se situe principalement dans les dosages, et dans les temps d'action (le phenibut ayant un temps d'action et une durée de vie très longue, et le GHB, au contraire, très courte).

De plus, le phenibut est aujourd'hui aussi vendu comme complément alimentaire de musculation et nootropique, mais n'a pas été interdit je pense, car connaissant un succès moindre, selon moi a cause de sa duré de vie ainsi que son temps d'action et de démarrage peu pratique pour une utilisation festive.

De plus, de ce que je lis, l'addiction au GHB a l'air vraiment vénere, même les blogs sur l'addiction aux opis ont l'air plus tranquille, la il y a vraiment la total (délire, cravings, douleurs, suicide...)

Ça donne pas envie haha fume_une_joint

Dernière modification par Psychotropeur (05 novembre 2019 à  12:51)


On s'detruit la santé pour se sentir en vie

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21512
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2935
Blogs

Daane-El a écrit

Salut à vous,

J'aurais voulu savoir ce qu'il faut faire si on commence à ressentir les symptômes du sevrage mais légers.

Est ce que l'on peut opérer seul à une réduction de dosages comme pour une chinoise par exemple, ou est ce qu'on est vraiment dans la merde et faut aller consulter?

Bien à vous,
Daane-El

ça a bingé h24 ou pas?


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


prescripteur 
Modérateur
13000
Date d'inscription: 22 Feb 2008
Messages: 7190
Blogs
Sur le phenibut

https://nootropique.fr/page/article/117 … s-sommeil/


Phenibut: moins d’anxiété, plus de sommeil
Qu’est-ce que le Phenibut?

Le Phenibut (Béta-Phényl-GABA) est intimement lié aux récepteurs au GABA, des récepteurs qui relaxent corps et esprit lorsqu’ils sont activés. Beaucoup d’utilisateurs comparent ses effets à ceux de l’alcool, car il vous permet d’avoir l’esprit tranquille, voire d’être euphorique, mais d’une manière beaucoup plus naturelle et avec peu ou pas d’effets secondaires si le dosage est respecté. Ce qui signifie : pas de gueule de bois !

C’est une molécule de GABA liée à un « anneatps://nootropique.fr/page/article/117/phenibut-moins-anxiete-plus-sommeil/


Phenibut: moins d’anxiété, plus de sommeil
Qu’est-ce que le Phenibut?

Le Phenibut (Béta-Phényl-GABA) est intimement lié aux récepteurs au GABA, des récepteurs qui relaxent corps et esprit lorsqu’ils sont activés. Beaucoup d’utilisateurs comparent ses effets à ceux de l’alcool, car il vous permet d’avoir l’esprit tranquille, voire d’être euphorique, mais d’une manière beaucoup plus naturelle et avec peu ou pas d’effets secondaires si le dosage est respecté. Ce qui signifie : pas de gueule de bois !

C’est une molécule de GABA liée à un « anneau phényl » (un groupement chimique). Cet anneau phényl lui permet de passer la barrière hémato-encéphalique (la barrière qui sépare le sang et le système nerveux) jusqu’au cerveau en restant quasiment intact, contrairement au simple GABA qui, lui, est partiellement détruit lorsqu’il passe cette barrière. En clair, le Phenibut est le mieux absorbé des deux. Cela le rend donc plus efficace que le GABA, et pour une moindre dose, ce qui le rend moins cher que le GABA.
Effets du Phenibut

Le Phenibut est communément utilisé en conjonction avec d’autres nootropiques pour diminuer l’état d’énergie et de concentration intense que ceux-ci induisent.

Il est d’une aide incontestable quant il s’agit d’augmenter la qualité de son sommeil (et donc les niveaux d’énergie pendant la journée) et d’améliorer son humeur en étant euphorisé.

Puisqu’il améliore la qualité du sommeil, il a donc indirectement une action positive sur les capacités cognitives, car un sommeil réparateur est nécessaire pour les niveaux d’énergie et d’humeur.

Le Phenibut possède une action anxiolytique similaire à l’alcool, puisque tous deux se lient aux récepteurs au GABA, seulement pas les mêmes, ce qui rend leur action quelque peu différente. Il permet donc une certaine désinhibition, qui augmente proportionnellement au dosage. Certains utilisateurs l’utilisent en tant que substitut pour l’alcool en l’utilisant à haute dose, ce que nous ne conseillons pas car c’est une molécule à potentiel addictif.

Les utilisateurs rapportent se sentir beaucoup moins anxieux, de meilleure humeur, et les personnes à tendance peu sociable deviennent plus ouvertes, plus bavardes et moins stressées en situation sociale.

C’est donc un excellent supplément pour les personnes souffrant d’anxiété sociale, ou celles ayant besoin de passer une présentation orale ou un entretien, mais qui se trouvent trop anxieuses pour parler confortablement en public. En utilisant du Phenibut, vous pouvez éradiquer toute cette anxiété et mettre toutes les chances de votre côté !
Dosage du Phenibut

Le dosage recommandé est de 500mg à 2g à jeûn les jours où vous souhaitez l’utiliser, pour un maximum de 2 fois par semaine. Attendez ensuite au moins 1h avant de manger pour assurer l’absorption du Phenibut, car le pH de l’estomac est important pour qu’il soit absorbé, alors que manger un repas modifie le pH de l’estomac.
L’effet se fait ressentir pleinement au bout de 4 à 6h, donc si vous ne ressentez pas l’effet au bout de quelques heures, c’est normal. Ne redosez pas le Phenibut avant d’avoir attendu 6h après l’avoir pris, ou vous risquez d’en prendre trop!

Il est recommandé de cycler son utilisation en ne l’utilisant qu’une fois ou deux par semaine car c’est une substance à potentiel addictif (cela reste pourtant très peu fréquent en utilisation normale), et afin que son utilisation reste toujours aussi puissante qu’à la première dose. Cela permet aussi de ne pas avoir à augmenter la dose pour obtenir le même effet qu’à la première utilisation.
Mise en garde

Le Phenibut est un dépresseur du système nerveux central (SNC). Il ne faut donc pas le consommer avec de l’alcool ou des benzodiazépines, qui sont eux aussi des dépresseurs du SNC. Cette combinaison est dangereuse pour votre santé.

Le Phenibut possède un potentiel addictif, il est recommandé de rester dans la fourchette de dosage suggérée pour éviter des symptômes de sevrage lorsque vous arrêtez de l’utiliser.
Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver des utilisateurs qui l’utilisent de manière récréative, en augmentant la dose. Cette utilisation, peu responsable, possède évidemment un plus fort potentiel addictif.
Phenibut en résumé

    Diminue le stress et l’anxiété
    Arme redoutable contre l’anxiété sociale
    Euphorisant similaire à l’alcool
    Augmente la qualité du sommeil
    Ne pas en prendre trop souvent pour éviter l’addiction

Où acheter du Phenibut?

https://en.wikipedia.org/wiki/Phenibut

Amicalement


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne


Daane-El 
Modérateur
France
9600
Lieu: Juste derrière toi !!
Date d'inscription: 26 Feb 2018
Messages: 1597
Blogs

Rick a écrit

ça a bingé h24 ou pas?

coeur Salut Rick, avant tout, ch't'embrasse, ça faisait un bail tu vas bien?coeur



    Sérieusement, pour te répondre, moitié du temps depuis 1 mois. ça commence à 15 H ça re-drop vers 20 H puis à 23 H ça plus mon 5F-ADB bien tassé tout l'après-midi et toute la soirée. Ensuite dodo, quand ça arrive, je le sais que quand je me réveille trois heures plus tard, j'éteins tout et j'me recouche (non sans avoir tirer deux lattes sur mon e-clope chargé) pour me lever à 5 H du mat' pour aller bosser. A ce moment là, je grille une clope*, j'bois un café pis j'regarde des conneries sur BFM et sur C-NEWS. Je vais au taf avec du e-liquide simplement nicotiné à 4 mg. A 6 H, j'arrive en cuisine (je sors et hop une clope*) là, bon le taf se passe et en cuisine ben on cuisine.......

   J'arrive chez moi 14 H 30 une douche, un café, il est 15H11 je viens de prendre un deuxième ml de GBL et d'ici la demi un troisième, en fait j'ai mis un litre d'eau pour un centilitre de caramel de betterave, et 3,5 ml de tu sais quoi. Pis je me tise ça tranquille en 25-30 minutes. Pour le dernier drop j'applique une méthode que j'ai vu sur le forum, ça consiste à compter un millilitre par tranche de 10 minutes écoulées après l'avant dernier et puisque ce sera le dernier car il faut aussi que je pionce, je rajoute 1 ml. En général le dernier drop (23 H) devrait être de 1,8 ml mais avec le mien ça fait 2,8 et que j'aime bien les comptes ronds donc ça fera 3 ml.

   Pouaaahhhh putain!!!! c'que ça s'marrie mal la GBL et l'caramel!! J'ai l'impression de boire de la lessive, demain j'vais racheter des carottes, des pamplemousses et des oranges sanguines, mercredi jour des courses avec mon fils.

   Et là je viens de confectionner un c-liquide (5F-ADB, 0,1 mg/ml) à la verveine du Jura...Pousses toi d'devant le gout est simplement merveilleux. Déjà en temps normal, la verveine, c'est super bon à vaper mais alors sous G c'est encore mieux pis ça débouche bien les sinus, par ces temps humides, ça a son avantage.

   Voilà, donc je re-drop à 20 H, 3,5 ml puis à 23 H, 3 ml. et je vais m'endormir j'dirais entre 00 H et 00H45 pour me réveiller à 3 H/3 H 45. M'rendormir et me lever à 5H, clope*, 6H, vestaire,clope*,bosse.......

   Pendant les vacances, c'étais drop de 18 H à 6 H du mat avec ma copine donc toujours 12 H. Ce rythme depuis mi septembre. Au départ, je n'utilisait la G que dans le cadre de la gaudriole et j'ai fait sa connaissance fin juin 2019. Pourquoi je me suis mis à en prendre tous les jours, parce que je trouve ça super bon et que je me suis aperçu que je contrôlais mieux ma boulimie de bouffe avec elle.

   Ma "symptomatique" commence à 5 H 30 quand je me lève, une sorte de psychose amphétaminique, comme un gros abus de stimulants sur une longue période. Des crampes, J'ai mal dans tous les muscles, des nausées et à l'approche de la bouffe c'est pire(pour un cuisinier, c'est commode! Pis c'matin, j'ai cuit 140 Kg de basse cote de boeuf **...........) une transpiration très intense pour quasi tout le corp et faible mais inhabituelle des mains et des pieds. Une perception du monde qui m'entoure bizarre où tout semble irréel...enfin bizarre quoi.

   J'ai pensé au manque de noïd mais là ça me fout une barre au milieu du ventre que je n'ai pas, donc c'est pas ça. J'ai pensé au manque de sommeil ça c'est possible aussi, je dors pas des masses ces derniers temps. J'ai pensé à l'abus de 3-MMC mais non là j'ai été plutôt raisonnable ces derniers temps. Ou alors une synergie entre un peu toutes mes conso et le manque de sommeil, je ne sais pas...

   Enfin voilà là j'me dis qu'un bon reset aux psilos va être le bienvenu et ensuite une petite pause jusqu'à Noël.

La bise,
Daane-El

* cette histoire de mois anti tabac m’insupporte
** Egalim aussi

Dernière modification par Daane-El (05 novembre 2019 à  16:48)

Reputation de ce post
 
Le chemin de l'excès mène au palais de la Sagesse - W.Blake Fil

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21512
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2935
Blogs

Daane-El a écrit

Rick a écrit

ça a bingé h24 ou pas?

coeur Salut Rick, avant tout, ch't'embrasse, ça faisait un bail tu vas bien?coeur



    Sérieusement, pour te répondre, moitié du temps depuis 1 mois. ça commence à 15 H ça re-drop vers 20 H puis à 23 H ça plus mon 5F-ADB bien tassé tout l'après-midi et toute la soirée. Ensuite dodo, quand ça arrive, je le sais que quand je me réveille trois heures plus tard, j'éteins tout et j'me recouche (non sans avoir tirer deux lattes sur mon e-clope chargé) pour me lever à 5 H du mat' pour aller bosser. A ce moment là, je grille une clope*, j'bois un café pis j'regarde des conneries sur BFM et sur C-NEWS. Je vais au taf avec du e-liquide simplement nicotiné à 4 mg. A 6 H, j'arrive en cuisine (je sors et hop une clope*) là, bon le taf se passe et en cuisine ben on cuisine.......

   J'arrive chez moi 14 H 30 une douche, un café, il est 15H11 je viens de prendre un deuxième ml de GBL et d'ici la demi un troisième, en fait j'ai mis un litre d'eau pour un centilitre de caramel de betterave, et 3,5 ml de tu sais quoi. Pis je me tise ça tranquille en 25-30 minutes. Pour le dernier drop j'applique une méthode que j'ai vu sur le forum, ça consiste à compter un millilitre par tranche de 10 minutes écoulées après l'avant dernier et puisque ce sera le dernier car il faut aussi que je pionce, je rajoute 1 ml. En général le dernier drop (23 H) devrait être de 1,8 ml mais avec le mien ça fait 2,8 et que j'aime bien les comptes ronds donc ça fera 3 ml.

   Pouaaahhhh putain!!!! c'que ça s'marrie mal la GBL et l'caramel!! J'ai l'impression de boire de la lessive, demain j'vais racheter des carottes, des pamplemousses et des oranges sanguines, mercredi jour des courses avec mon fils.

   Et là je viens de confectionner un c-liquide (5F-ADB, 0,1 mg/ml) à la verveine du Jura...Pousses toi d'devant le gout est simplement merveilleux. Déjà en temps normal, la verveine, c'est super bon à vaper mais alors sous G c'est encore mieux pis ça débouche bien les sinus, par ces temps humides, ça a son avantage.

   Voilà, donc je re-drop à 20 H, 3,5 ml puis à 23 H, 3 ml. et je vais m'endormir j'dirais entre 00 H et 00H45 pour me réveiller à 3 H/3 H 45. M'rendormir et me lever à 5H, clope*, 6H, vestaire,clope*,bosse.......

   Pendant les vacances, c'étais drop de 18 H à 6 H du mat avec ma copine donc toujours 12 H. Ce rythme depuis mi septembre. Au départ, je n'utilisait la G que dans le cadre de la gaudriole et j'ai fait sa connaissance fin juin 2019. Pourquoi je me suis mis à en prendre tous les jours, parce que je trouve ça super bon et que je me suis aperçu que je contrôlais mieux ma boulimie de bouffe avec elle.

   Ma "symptomatique" commence à 5 H 30 quand je me lève, une sorte de psychose amphétaminique, comme un gros abus de stimulants sur une longue période. Des crampes, J'ai mal dans tous les muscles, des nausées et à l'approche de la bouffe c'est pire(pour un cuisinier, c'est commode! Pis c'matin, j'ai cuit 140 Kg de basse cote de boeuf **...........) une transpiration très intense pour quasi tout le corp et faible mais inhabituelle des mains et des pieds. Une perception du monde qui m'entoure bizarre où tout semble irréel...enfin bizarre quoi.

   J'ai pensé au manque de noïd mais là ça me fout une barre au milieu du ventre que je n'ai pas, donc c'est pas ça. J'ai pensé au manque de sommeil ça c'est possible aussi, je dors pas des masses ces derniers temps. J'ai pensé à l'abus de 3-MMC mais non là j'ai été plutôt raisonnable ces derniers temps. Ou alors une synergie entre un peu toutes mes conso et le manque de sommeil, je ne sais pas...

   Enfin voilà là j'me dis qu'un bon reset aux psilos va être le bienvenu et ensuite une petite pause jusqu'à Noël.

La bise,
Daane-El

* cette histoire de mois anti tabac m’insupporte
** Egalim aussi

1 mois ce n'est pas assez si tu n'as pas bingé H24 , tu peux arrêter dès que possible. Surtout si tu as commencé à vraiment trop consommer 2 semaines par ex. Ton sevrage se fera en quelques heures, quelques jours et ce ne sera pas hardcore.



Tu peux prendre des micro dose si tu epprouves des symptomes mais je pense honnêtement que si tu fais traîner les choses, le moment de l'arrêt sera de plus en plus compliqué donc commence par espacer, arrêter les prises récréatives etc.



Tu as des BZD?

Dernière modification par Rick (05 novembre 2019 à  17:16)


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


Daane-El 
Modérateur
France
9600
Lieu: Juste derrière toi !!
Date d'inscription: 26 Feb 2018
Messages: 1597
Blogs
Oui, des lexomil et des prazepam

Bon ok donc au pire j'en ai pour la semaine et au mieux la journée et c'est bon?

Ben merci votre honneur, je ferais plus attention c'est promis

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21512
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2935
Blogs

Daane-El a écrit

Oui, des lexomil et des prazepam

Bon ok donc au pire j'en ai pour la semaine et au mieux la journée et c'est bon?

Ben merci votre honneur, je ferais plus attention c'est promis

de rien ma couille

et non tu n'en auras pas pour une semaine, je table plutôt sur un léger inconfort de 24 48h.  Ma dernière binge, je prenais des 0,2ml et après j'ai arrêté, ça allait franchement.

Tu comprends que entre binger 40 doses de 2ml par jour, pendant 2 mois n'aura pas les mêmes conséquences que 2/3doses par jour pendant une semaine ou deux.

Dernière modification par Rick (05 novembre 2019 à  17:35)


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


guygeorges 
Psycho junior
1100
Date d'inscription: 12 Mar 2015
Messages: 372
De mon "expérience" sur le sujet, là ou ça part en couille c'est quand tu dois utiliser du GBL pour dormir. Tu peux rester longtemps à quelques doses par jour, mais quand tu peux plus dormir et que tu es dans les 2-3 G-hole par nuit, là ça part très vite en couille, ta tolérance éclate et tu tend au 24/24 très vite après.

Je garde une certaine nostalgie de mes anciennes périodes d'abus. On se réveillais chaque soir au même moment de la nuit avec ma copine. On se reprenais une grosse dose pour redormir 3h, et là on avais 20min a nous entre deux mondes, à attendre que ça monte. Je trouvais un plaisir exquis dans la consommation de ce composé. C'est comme si plus l'addiction se plaçait, plus la dose devenait "soulageante" et donc appréciable.

Ça c’était pour la nostalgie. Après j'en ai gardé un état de sensibilité au stress, une émotivité qui m'as duré bien plus que les 2 semaines de sevrage sus-indiquées. Des problèmes de mémoire aussi, et l'architecture de mon sommeil est encore perturbée à ce jour. Ça m'as appris à fuir les problèmes, il a fallu que je me reconstruise peu à peu.

A noter que j'ai vraiment bien réussi à diminuer grâce à la mémantine à un moment ou je frisais le h24. C'est chiant à mettre en place, je savais pas trop ce que je faisait avec cette automédication plus qu'expérimentale, mais ouais. Tu retombe très rapidement a ta dose initiale (passé de 3.2mL/prise à 1.5!!!), le craving est beaucoup moins présent et le côté euphorique reviens. Le côté dépendance physique est nivelé, reste le côté mental...

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21512
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2935
Blogs

guygeorges a écrit

De mon "expérience" sur le sujet, là ou ça part en couille c'est quand tu dois utiliser du GBL pour dormir. Tu peux rester longtemps à quelques doses par jour, mais quand tu peux plus dormir et que tu es dans les 2-3 G-hole par nuit, là ça part très vite en couille, ta tolérance éclate et tu tend au 24/24 très vite après.

Je garde une certaine nostalgie de mes anciennes périodes d'abus. On se réveillais chaque soir au même moment de la nuit avec ma copine. On se reprenais une grosse dose pour redormir 3h, et là on avais 20min a nous entre deux mondes, à attendre que ça monte. Je trouvais un plaisir exquis dans la consommation de ce composé. C'est comme si plus l'addiction se plaçait, plus la dose devenait "soulageante" et donc appréciable.

Ça c’était pour la nostalgie. Après j'en ai gardé un état de sensibilité au stress, une émotivité qui m'as duré bien plus que les 2 semaines de sevrage sus-indiquées. Des problèmes de mémoire aussi, et l'architecture de mon sommeil est encore perturbée à ce jour. Ça m'as appris à fuir les problèmes, il a fallu que je me reconstruise peu à peu.

A noter que j'ai vraiment bien réussi à diminuer grâce à la mémantine à un moment ou je frisais le h24. C'est chiant à mettre en place, je savais pas trop ce que je faisait avec cette automédication plus qu'expérimentale, mais ouais. Tu retombe très rapidement a ta dose initiale (passé de 3.2mL/prise à 1.5!!!), le craving est beaucoup moins présent et le côté euphorique reviens. Le côté dépendance physique est nivelé, reste le côté mental...

Salut !
Tu tombes bien, tu pense que cela se passera comment pour lui avec les fréquences de consommation qu'il a indiqué? En cas d'arrêt à sec, demain par ex.

J'ai l'impression que ça a à peine commencé à déraper, j'ai un peu du mal à évaluer.

Dernière modification par Rick (05 novembre 2019 à  23:13)


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


Daane-El 
Modérateur
France
9600
Lieu: Juste derrière toi !!
Date d'inscription: 26 Feb 2018
Messages: 1597
Blogs
Yop,

Hier 15H dernier drop 3,5 ml de GBL et  le soir à 21 H, 30 mg de prazépam

J'ai dormi en filigrane, je me lève, la "psychose" a baissée la sudation s'est calmée. Un peu de douleur dans les jambes mais tranquille j'ai pu bosser normalement, la sudation se modère. un peu de nausées mais rien d'alarmant, plus du tout de tremblements. Le stress est à néant mais c'est normal, moi, ya pas grand chose qui m'inquiète.

Du coup vu que ça a l'air de passer crème j'en profite pour baisser mon taux de noïd dans le e-clope et je me met en pause 6-7 semaines. Et ce soir, s'il y a besoin, je reprendrais du prazépam.

Voilà donc il semble que ce soit un simple avertissement que je me dois de prendre en compte parce que je compte bien me reprendre des cuites à la GBL et taquiner le G-hole ultérieurement.

A+ dans l'bus,
Daane-El

"Seuls les poissons morts suivent le courant" , proverbe autrichien.

Hors ligne


guygeorges 
Psycho junior
1100
Date d'inscription: 12 Mar 2015
Messages: 372
Franchement aucune idée surtout qu'il y a mélange avec des benzos ou des noïds. Les premiers signes de la dépendance physique c'est le stress quand ça redescend. Les tremblements et l'angoisse du matin les 1ères heures de cours, la sueur. Si tu tape une dose le soir et que tu t'endort et que t'arrive pas a te rendormir jusqu'au lendemain matin sans une autre dose, ça veut dire que tu a déjà (beaucoup trop) commencé a te sensibiliser au produit. Quand j'ai arrêté a sec pendant une bonne grosse période d'abus, doses toutes les deux heures dés que j'étais pas à la fac (ce qui encore très différent du réel 24/24), j'ai eu une période de 48h sans sommeil sans rien prendre. Curieusement je crois que j'étais dans une espèce de phase maniaque, j'étais très euphorique et j'avais un délire chelou ou je pensais avoir trouvé un truc capital sur l'encodage de la mémoire réalité/dessin animé et que ça allais me permettre de tout apprendre en changeant la façon dont j’enregistrai les données. Ca devait être un syle de délirium trémens.

Sinon j'ai eu une période ou j'étais encore plus dans l'abus, coma à la fac le midi en cours, j'ai dormi 1h30 la tête sur un clavier à la BU une fois haha. Et dormi 1h30 en amphi alors que le prof a essayé de me réveiller pendant le cours devant tout le monde sans que je réagisse (raconté par une de mes pauvres collègues de TP de l'époque^^). Là j'aurai du en chier pas mal, je me rappelle pas les périodes précisément l'époque reste brumeuse pour moi, mais je devais être lancé depuis 1 mois ou plus. Et la mémantine a stopé tout ça en me permettant de réduire tout d'un coup très dratiquement, et surtout de brusquement pouvoir REDORMIR après la "première dose dodo" sans redoser. Ducoup mon expérience de la dépendance physique au Gé s'arrête là, à la porte d'entrée, heureusement.

Putain c'est fou comme l'esprit humain est foutu. J'ai eu beaucoup d'effets secondaires, beaucoup le problèmes de mémoire et j'avais des notes pitoyables en cours tout juste suffisante. Je pourrai pas me permettre de me relancer là dedans maintenant que j'ai des projets de vie, ma pratique méditative en bonne marche et ma carrière qui va se lancer et je charbonne carrément. Mais putain ces périodes d'abus ou tu soulageait TOUT en 5min et un cul sec... La vie était plus simple. Ce thread me donne des craving je crois ^^

Dernière modification par guygeorges (09 novembre 2019 à  14:43)

Hors ligne


Lucskd2 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 16 Jul 2019
Messages: 29
Salut a tous,

Super le post smile

Dernièrement j'ai fait une pause sur le gbl a cause de légers symptômes de sevrage, j'ai fait 1 prise/2 semaine pendant 1 mois pour réduire ma tolérance, dans la continuité j'en ai pris 1 fois une semaine plus tard le samedi,

Et la semaine qui suit (soit cette semaine) j'ai pris 1 dose lundi ou mardi je sais plus, une dose jeudi et hier j'ai pris une dose vers 22h, 1h du matin j'ai surdosé de 0.1ml ça m'a fait dormir jusque 4h, j'ai voulu redrop pour redormir vers 4h40(et bien évidement j'ai pas dormi) une autre prise a 8h et dernière prise a 11h.
J'ai eu de légers symptômes de sevrage dès la fin des effets de la 4ème prise, qui se sont amplifiés après la fin des effet de la prise de 11h. sa s'amplifier au fur et a mesure jusque 20h, ça devenait assez hard (enfin je relativise ceux qui ont pris ça h24 pendant plusieurs mois doivent bien douiller^^)  j'ai pris 0.3ml a 20h40 mais ça n'a pas vraiment améliorer mon état (paresthésie, sensation étrange dans les yeux, nausée, légère psychose, pas de crampe par contre).

La ça se calme, j'ai juste bien mal au crane ^^ mais je sent la nuit blanche venir. Dommage que j'ai plus d'alprazolam ça avait plutôt bien marcher la dernière fois.

Mais quand j'avais une tolérance de 3,5ml j'avais quand même des symptômes de sevrage, les même que maintenant, fin en moins hard ! Et ce même après une seule prise sans en prendre de la semaine.
Du coup je sais pas si le mot sevrage est approprié pour mon cas, c'est pas plutôt un effet rebond ? 3.5ml c'était quand même énorme ça équivaut a un peu plus de 5g de ghb.

Ah et j'ai aussi bouffer 0.3g de champis a 14h40 j'ai "l'impression" que ça a calmer légèrement le truc, mais au final j'en suis pas sûr. Par contre après un vapo l'effet a empiré donc je conseille pas, ni les champis d'ailleurs c'est assez expérimental big_smile

Hors ligne


guygeorges 
Psycho junior
1100
Date d'inscription: 12 Mar 2015
Messages: 372

Lucskd2 a écrit

Du coup je sais pas si le mot sevrage est approprié pour mon cas, c'est pas plutôt un effet rebond ? 3.5ml c'était quand même énorme ça équivaut a un peu plus de 5g de ghb.

J'ai un cher ami qui, ce putain de shlag (il me pardonnera si il lit ces lignes <3) il a besoin de doses de 3 à 3.5mL de GBL pour avoir des effets normaux (et ceci dés le départ). Je crois que sa sensibilité à l'alcool est normale, ducoup il y a bien des gens très différents niveau sensibilité au produit, différences qui doivent surement s'expliquer par des variations au niveau des gènes qui produisent les récepteurs ou les enzymes en question qui sont impliquées dans la dégradation du Gé, mais je n'en sais pas plus.

3.5mL c'est énorme si ta dose de départ était à 1.5mL. Si tu a commencé à 3.5mL pour ressentir quelque chose quand tu as commencé le produit, c'est gros comme dose mais ça dénote pas une dépendance/tolérance.

Après le GBL/GHB a une tolérance croisée avec l'éthanol et tous les GABAergiques. Une tolérance croisée qui n'es pas totale et qui doit être très difficile à prédire, étant donné que le GBL tape sur un certain sous type de récepteur GABAergique (GABAb, comme ghB pour le moyen mnémotechnique) contrairement aux benzodiazépines et à l'alcool qui tapent sur les récepteurs GABAa (pour Alcool) [juste pour que vous pouviez faire vos malin en société haha]. 

Pour les problèmes de sommeil ou de stress, je vous recommande d'essayer l'herbe au CBD oral (extraction d'herbe dans de l'huile de coco avec tous les terpènes et autres CBN etc..., pas juste du CBD pur), de jour, de nuit, chez moi ça manage le stress quotidien de façon efficace et sans effets secondaires. Je trouve même que chez moi, l'anxiolise est plus efficace et naturelle qu'un valium dans le cas du stress social d'une présentation orale). Des études sortent au niveau du CBD pour le traitement de l'alcoolisme (un type d'ici en a posé une récemment qui était toute fraiche, de 2018/2019). Cette molécule m'as l'air vraiment clef pour aider les UD dans la phase post sevrage ou il faut revivre sans substance.

Le stress provoque souvent difficulté à s'endormir et mauvaise qualité de sommeil. Une personne qui était dépendante avant et qui vois l'action de ses aires cérébrales du contrôle et de l'impulsivité réduites par le manque de sommeil, a une plus grande chance de rechute. Le CBD agit a tous les niveaux : Augmentation de la qualité du sommeil, diminution du stress, meilleur encrage et concentration dans le présent. C'est plus facile de faire les choses comme elles viennent, jour après jour. Vraiment très très bénéfique, pour aucune dépendance physique ou psychique, aucun trouble du fonctionnement moteur ou émotionnel, effet légèrement antidépresseur.

Pour moi c'est CLAIR niveau rapport bénéfice/risque(inexistant par voie orale/vaporisation): L'herbe de CBD devrait être prescrite à haute dose d'emblée dans tous les CSAPA chez toutes les personnes ayant eu des problèmes d'addiction de près ou de loin. Y'a surement de la hype et du commercial dans tout ça, les crèmes au chanvre ou autres conneries, mais pas au niveau d'une personne qui veut réduire sa conso ou gérer son stress, si ça peut ne serai-ce que réduire un peu les doses de vrais anxiolithiques utilisés.

Dernière modification par guygeorges (10 novembre 2019 à  14:35)

Hors ligne


Lucskd2 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 16 Jul 2019
Messages: 29

guygeorges a écrit

J'ai un cher ami qui, ce putain de shlag (il me pardonnera si il lit ces lignes <3) il a besoin de doses de 3 à 3.5mL de GBL pour avoir des effets normaux (et ceci dés le départ). Je crois que sa sensibilité à l'alcool est normale, ducoup il y a bien des gens très différents niveau sensibilité au produit, différences qui doivent surement s'expliquer par des variations au niveau des gènes qui produisent les récepteurs ou les enzymes en question qui sont impliquées dans la dégradation du Gé, mais je n'en sais pas plus.

3.5mL c'est énorme si ta dose de départ était à 1.5mL. Si tu a commencé à 3.5mL pour ressentir quelque chose quand tu as commencé le produit, c'est gros comme dose mais ça dénote pas une dépendance/tolérance.

Ma toute première dose c'était 1.5ml et j'ai ressenti un effet assez cool, le lendemain ma deuxième prise c'était pas assez, j'ai stagné un (petit) moment a 1.8ml avant d'arriver a 3.5 suite a un gros abus, avec effet rebond après chaque prise. (bien plus léger certes)

guygeorges a écrit

Après le GBL/GHB a une tolérance croisée avec l'éthanol et tous les GABAergiques. Une tolérance croisée qui n'es pas totale et qui doit être très difficile à prédire, étant donné que le GBL tape sur un certain sous type de récepteur GABAergique (GABAb, comme ghB pour le moyen mnémotechnique) contrairement aux benzodiazépines et à l'alcool qui tapent sur les récepteurs GABAa (pour Alcool) [juste pour que vous pouviez faire vos malin en société haha].

Je savais déjà tout ça du coup j'en profite pour faire le malin ici ^^ d'après wikipedia le ghb tape aussi bien sur GABA A, B et les récepteurs GHB (logique mais pas dans le tableau). Cf la page du phenibut, a droite en descendant un peu

Du coup petite mise a jour de mes symptômes : plus de paresthésie; mais sensation de chaleur désagréable, sueur pas excessive mais présente avec une odeur désagréable très prononcée, tremblements, coeur qui bat vite ou fort, j'ai eu peur quand j'ai commencé a voir des gros flash blanc dans les yeux aveuglant et sensation de déréalisation (première fois que ça m'arrive tient, heureusement c'est pas cool)j'ai fait plusieurs redrop du coup, respectivement :
0.3ml a 1h, puis a 2h30,
0.25ml a 5h42, puis a 6h56,
0.2ml a 12h45, puis 0.3ml a 13h15, et j'en ai peut etre oublié un j'ai aussi eu de gros problèmes de mémoire imédiate, confondre des mot, et j'en passe

La ça va faire 4h depuis le dernier 0.3ml pour l'instant ça va c'est calme (pour le moment) j'ai peur que je n'ai fait que retarder le truc ? En tout cas j'ai l'impression que ça permet aussi de réduire l'effet de manque de plus en plus a chaque fois, et le retarder de plus en plus. Heureusement quelqu'un devrais pas tarder pour me filer quelques valium coeur
Demain c'est férié donc pas de cbd pour moi mais j'aurai bien voulu tester dommage une prochaine fois

Sinon est-ce que je serai op clean pour mardi matin ?

Dernière modification par Lucskd2 (10 novembre 2019 à  17:10)

Hors ligne


guygeorges 
Psycho junior
1100
Date d'inscription: 12 Mar 2015
Messages: 372
Aucune idée si tu sera d'attaque mardi, mais effectivement réduire les doses comme ça sans taper sur du dosage récréatif c'est très très bien ! Ça va réduire (éliminer?) drastiquement la neurotoxicité (exitotoxicité) qui pourrai se placer lors de ton sevrage. Attention au valium, le danger étant de finir de mélanger plusieurs GABAergiques, ou alors de te retrouver à sec de GBL avec une conso 24/24.

Hors ligne


Lucskd2 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 16 Jul 2019
Messages: 29
Tu pourrai en dire plus sur la neurotoxicité stp ? C'est réversible ?

Lors de mes 2 précédents sevrages il me suffisait en général de prendre un voir deux xanax 0.5 pour stopper complètement les symptômes, et si j'arrivais a m'endormir le lendemain au réveil plus aucun effet de sevrage, la demie vie est plus longue pour le valium en plus d’être un peu plus sédatif donc logiquement ça devrait le faire, bien sur ça sera que sur une très courte période sans aucun autre GABAergique et surtout pas de gbl big_smile

Hors ligne


krash
Sous-Membre
761
Lieu: Géo-loque
Date d'inscription: 18 Mar 2016
Messages: 456
Blogs
Excusez moi du ton acerbe, mais a vous lire, on dirait que vous en avez des entrepôts entiers de gel.
C'est si difficile de finir la bouteille, puis de passer à autre chose? La jeter ça marche aussi, mais ça  fait mal au coeur...

Et s'il s'agit de la façon la plus simple de fuir quelque chose, inutile de presenter ce quelque chose comme la conséquence du produit.

Au-delà du seuil ou ce produit ne vous transforme plus qu'en danger pour vous-même, qu'est-ce que vous trouvez à persévérer ?

Dernière modification par krash (11 novembre 2019 à  06:40)


Produit de la société: "Qui n'a jamais mangé de champignons hallucinogènes la veille de la rentrée des classes ? ..." Spoiler
La connerie, c'est contagieux.

Hors ligne


guygeorges 
Psycho junior
1100
Date d'inscription: 12 Mar 2015
Messages: 372

Tu pourrai en dire plus sur la neurotoxicité stp ? C'est réversible ?

Lors de mes 2 précédents sevrages il me suffisait en général de prendre un voir deux xanax 0.5 pour stopper complètement les symptômes, et si j'arrivais a m'endormir le lendemain au réveil plus aucun effet de sevrage, la demie vie est plus longue pour le valium en plus d’être un peu plus sédatif donc logiquement ça devrait le faire, bien sur ça sera que sur une très courte période sans aucun autre GABAergique et surtout pas de gbl

Je ne prétend pas connaître parfaitement les mécanismes de la toxicité au GHB/GBL, mais je vais te partager ce que je me rappelle de mes lectures sur le sujet, sans prétendre que ma compréhension soit parfaite.

Y'a déjà y'a un truc contre intuitif à prendre en compte, activer le récepteur GHB est neurotoxique. Cependant le GHB active aussi les récepteurs GABAergiques comme dit précédemment, et ça préviens la toxicité de l'activation du récepteur GHB. Concrètement, ça donne que les faibles doses récréatives (qui activent le récepteur GHB ++ et le GABA +) sont potentiellement plus toxiques que les fortes doses qui te plongent dans le "coma" (activation du récepteur GHB +++ et GABA +++). Ca c'est la première chose, et c'est pour le GHB. Est-ce que la même mécanique se produit avec le changement de dynamique lorsque l'on consomme du GBL ? Je ne sais pas.

La deuxième chose, c'est quand tu deviens tolérant au côté GABAergique du GHB. C'est général a tous les GABAergiques utilisés de façon chronique jusqu'à avoir une tolérance physique. Le cerveau atteint un nouveau niveau d'homéostasie, d'équilibre avec l'action du GABAergique. Quand tu l'enlève brusquement, le cerveau retrouve alors peu à peu son équilibre pré-GABAergique, mais dans la manoeuvre tu passe par des symptômes de manque. Tes neurones sont hyperexités jusqu'à un point ou ils peuvent mourir d'une trop forte stimulation (exitotoxicité). C'est à cause de ça qu'il est primordial de réduire le plus doucement possible les doses. On peut même mourir de cette sur-stimulation réflexe lors d'un sevrage de GABAergique.

Sinon, de base, la consommation de GHB/GBL semble augmenter le stress oxydatif dans l'hippocampe (et peut être d'autres aires du cerveau que je me rappelle pas). Est-ce que ce stress oxydatif est relié aux mécanismes d'exitotoxcitié dont j'ai parlé précédemment ? Je ne sais pas. Ce stress oxydatif est aussi produit par la consommation de MDMA, et le mélange MDMA/GHB potentialise le stress oxydatif des 2 composés. C'est donc un mélange très agréable niveau ressenti, mais c'est carrément pas top pour ton hippocampe (centre de la mémoire, si on simplifie).

Donc pour résumer, on a un produit extrêmement clean au niveau métabolique, qui ne se dégrade en rien de méchant pour l'organisme comparé à l'alcool par exemple. Par contre, de par son effet très clean et naturel, l'addiction psychologique est très forte et plus rapide (chez moi et certaines personnes) que pour l'alcool. Et lorsqu'une addiction se développe, des risques neurologiques sont à craindre, dégâts au niveau de la mémoire voir des déséquilibres peut être ailleurs.

De mes abus, ce que je constate c'est que ces troubles ont été réversibles au moins dans une certaine mesure (heureusement l'hippocampe est une des zones du cerveau qui peut créer de nouveaux neurones), mais j'ai mis a un moment plus d'un an avant de ressentir un retour de mes capacités de mémorisation. J'avais extrêmement de mal à me souvenir de ce que j'avais foutu dans la semaine, ou le jour d'avant. C'est toujours un peu le cas en ce moment (surtout après mon récent abus de MDMA, qui doit bien niquer l'hippocampe aussi).


Mais faites gaffe, ça crâme le cerveau, "souvent les souvenirs s'dissolvent dans du solvant" !

Excusez moi du ton acerbe, mais a vous lire, on dirait que vous en avez des entrepôts entiers de gel.
C'est si difficile de finir la bouteille, puis de passer à autre chose? La jeter ça marche aussi, mais ça  fait mal au coeur...

Et s'il s'agit de la façon la plus simple de fuir quelque chose, inutile de presenter ce quelque chose comme la conséquence du produit.

Au-delà du seuil ou ce produit ne vous transforme plus qu'en danger pour vous-même, qu'est-ce que vous trouvez à persévérer ?

Je suis pas poète loin de là, mais pour te répondre j'vais faire comme si l'espace d'un instant, que tu capte bien le fond de ma pensée :

Mon seul goal, c'est le -Hole.
Evanliser la planète,
J'tape dans l'point comme un proxénète.
Mahometh n'as qu'a bien se fournir,
L'after avec sus, seule façon d'en finir.
Ou p'tètre à l'hospice en riatrie,
J'men branle, t'façon jchui nul en ographie.
La sobriété j'ai testé, quand j'y r'pense j'en ai honte,
Direction rusalem, pélerinage d'la défonce.
Rien a foutre des suites, j'suis témoin d'ova,
PD du sale jte supporte, mais c'est grâce au GABA.
Votre demie vie sans elle m’écœure, elle est courte,
Passe la fiole et la flotte, pas que ça a foutre.

Haha^^

Dernière modification par guygeorges (11 novembre 2019 à  15:53)

Reputation de ce post
 
Merci :)

Hors ligne


  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » GBL, GHB, 1.4-BD
  •  » [GUIDE] L'addiction sévère au GHB et dérivés , guide pour les soignants et les usagers.

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Drogue info - Addiction au GHB
par Anonyme13, dernier post 17 novembre 2018 à  11:18 par Rick
  2
[ Forum ] Drogue info - GHB : "la drogue du viol" [FAQ] pour les non usagers
par groovie, dernier post 06 février 2019 à  16:35 par similana
  23
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Sevrage du Ghb
par JCXYZ, dernier post 26 mars 2015 à  19:07 par Richard Horpe
  5
  [ PsychoWIKI ] GHB (gamma-hydroxybutyrate), effets, risques, témoignages
  [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
48977 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    Passage des flacons aux gélules de méthadone
    Il y a 12hCommentaire de Cusco (1 réponse)
     Appel à témoignage 
    La déréalisation et la dépersonnalisation
    Il y a 2jCommentaire de calou (28 réponses)
     Forum UP ! 
    Cannabidiol (CBD) en Inde?
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Faux/mauvais speed
    Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Cannabis VS skenan ?
    Il y a moins d'1mnCommentaire de ca_ira_mieux dans [Morphine (Skenan, Mos...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Bang sans grille
    Il y a 13mnCommentaire de cact88 dans [Cannabis...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Alerte - 3mmc droit de vie ou de mort
    Il y a 52mnCommentaire de FabienC dans [Chemsex, Slam, Sexe e...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Cannabidiol - Fabriquer hash au cbd
    Il y a 3hCommentaire de Mister No dans [Cannabis...]
    (15 réponses)
     Forum 
    MMB-CHMINACA - MMB chiminica (Dosage)
    Il y a 5hCommentaire de anaclitique dans [Cannabinoïdes de synt...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Pourquoi les drogues son diaboliser selon vous ?
    Il y a 5h
    1
    Commentaire de Rick dans [Au coin du comptoir.....]
    (10 réponses)
     Forum 
    Interaction & Mélange - Mon CSAPA vient de me prescrire SELINCRO or je suis sous metha 40mg
    Il y a 6hCommentaire de hikikomori89 dans [Méthadone...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Addiction - Parlez-vous de vos consommations à vos proches ?
    Il y a 7hCommentaire de Marijane dans [Familles, amoureux(eu...]
    (4 réponses)
     Blog 
    Trou noir
    Il y a 2hCommentaire de Meumeuh dans le blog de Isoretemple
    (7 commentaires)
     Blog 
    Plus rien ne tient.
    Il y a 4hNouveau blog de Nils1984 dans [Tranche de vie]
     Blog 
    Mon Love complexe de junky
    Il y a 4h
    14
    Commentaire de Rick dans le blog de Rick
    (39 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Tester vos connaissances sur la vape
    Dernier quizzZ à 08:21
     PsychoWIKI 
    2C-B, effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    ddfourrelaoujterefais, hulk63, Stefane_59, Milkyberry, Ledissident, Capriche nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     TR : voyage au DMT, ou la conscience diluée dans l'univers
    par Timide Jovial, le 10 Dec 2019
    Set, setting et matos. Ça me trottait dans la tête depuis l'aprem : tiens, et si je me faisais une petite incursion au royaume de Dimitri ce soir ? Ben ouais, bonne idée ! Mais pourquoi donc attendre le soir ? Ça me semble plus adapté si l'on ne veut pas être dérangé à l'improviste par une...[Lire la suite]
     Injection sous-cutanée
    par Maldoror, le 14 Jan 2019
    Bonjour à tous, Je suis nouvelle sur le forum et c’est la première fois que je publie. Donc pardonnez-moi par avance si je suis un peu maladroite dans mes formulations. Je suis consommatrice quotidienne d’opioïdes depuis un peu plus de deux ans : j’ai commencé avec l’oxycodone de m...[Lire la suite]
     Neuf mois pour ce TR : QUELLE CLAQUE
    par Sociophrenic, le 11 Dec 2019
    Salut à vous tous amis du psychédélisme, Nous sommes le 11 décembre, et le trip que je m'apprête à vous conter remonte au 21 février dernier. J'avais seulement griffonné à chaud un tas de phrases clés incompréhensibles. Allez savoir pourquoi, je n'ai jamais trouvé la détermination d'en...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    +1 ... mais je ni'ai pas lu ce billet..Yet - MM dans [commentaire de blog] Mon Love complexe de junky
    (Il y a 5h)
    coool :) nils dans [commentaire de blog] #Pariscopage
    (Il y a 5h)
    Rooh c'est meugnon :) MM dans [forum] Trombinoscope
    (Il y a 10h)
    Wahou ! Intéressant mais ça n'a pas l'air évident en SC. Cusco dans [forum] Injection sous-cutanée
    (Il y a 11h)
    Merci pour cette illustration. Cusco dans [forum] entre 1g de cocaine et 1g d'Adderall
    (Il y a 12h)

    Pied de page des forums