Psychoactif
La pathologie et les médicaments font peur? / PsychoACTIF

[ Couple ]
La pathologie et les médicaments font peur?

#1 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
21 août 2021 à  00:23
Bonsoir,

Ma dernière relation amoureuse date d'il y a un peu plus d'un an.
Mon ex est borderline, et donc ma bipolarité ne la dérangeait pas trop, même si je n'étais pas encore stabilisé.
On a fait 1 an et demi ensemble, c'était superbe.
Bref.
Quand je rencontre quelqu'un sur un truc de rencontre, je retarde le plus possible l'annonce de ma patho.
Mais bon arrivé un moment, je dois expliquer pourquoi à 26 ans je n'ai que le BAC, raconter autre chose pour camoufler mes 11 hospitalisations ( dont 5 en addicto ).
Fin au bout d'un moment je suis bien obligé de parler de ma bipolarité, qui est pourtant très stabilisée maintenant.
Et bien ça fait peur au femmes de par mon expérience...
J'ai arrêté les applis ou sites de rencontre.
Je pense que ça va être mort pour moi pendant un moment...
27 ans arrivent, tout le monde est casé, compliqué...

Pour ceux qui ont une pathologie psychiatrique, comment vous êtes mis en couple? Y'a t-il des personnes dans mon cas?

Je commence à désepérer.

Comment faites-vous pour allier pathologie et couple?

Bonne soirée,

Subohm
vape

Petite citation:


Il est facile de rire de la maladie des autres sans savoir de quoi il s'agit.
Vous riez de moi parce que je suis différent,
Moi je ris de vous car vous êtes tous les mêmes!


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#2 
Psilosophia 
Esthète du Néant France
21 août 2021 à  12:37
De mon côté j'ai pas de diag psy particulier à déplorer, mais c'est vrai que j'ai partage ma vie pendant deux ans avec une fille qui, bien que non diagnostiquée officiellement présentait des troubles qui ont clairement nuit à notre vie de couple.

Depuis c'est clair que je ne me sentirais pas prêt à me lire avec une personne reconnue avec un trouble psy et ça aurait tendance à me faire fuir je pense.. Ça peut paraître un peu violent dit comme ça, mais c'est une réaction épidermique et je suis de toute façon entièrement comblé sentimentalement depuis quelques temps.

La question du rejet que tu soulèves est donc intéressante dans le sens où le trouble psy de manière générale peut mettre certaines personnes face à leur propres peurs et faiblesses dans la recherche sentimentale...

"Vieil océan, aux vagues de cristal ... tu rappelles au souvenir de tes amants, sans qu'on rende toujours compte, les rudes commencements de l'homme, où il fait connaissance avec la douleur, qui ne le

Hors ligne

 

#3 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
21 août 2021 à  12:43
Je comprends bien ton point de vue, une pathologie est souvent destructrice en couple.
De mon côté ça sert à rien de dire que je suis stabilisé, les réactions seront les mêmes...
A la limite je ne dévoile rien, et les médocs: " Ha j'ai eu un traumatisme, c'est pour m'aider à aller mieux".
Ça peut marcher peut-être, mais je n'ai pas envie de masquer ce que j'ai dans le crâne toute ma vie.
Trop stigmatisé, fait ch**

J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#4 
Carambar 
Nouveau Psycho
21 août 2021 à  13:59
Salut Subohm,

C’est peut-être pas exactement ce que tu cherches mais j'ai sous la main un mémoire sur le sexe en psychiatrie (établissement psy).  Il y a d’autres trucs dedans, c’est assez complet.
Ça te fera au moins un peu de lecture pour tromper le temps quand il devient trop long.

le-sexe-en-psychiatrie.pdf

Bonne journée.

Hors ligne

 

#5 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
21 août 2021 à  14:44

Carambar a écrit

Salut Subohm,

C’est peut-être pas exactement ce que tu cherches mais j'ai sous la main un mémoire sur le sexe en psychiatrie (établissement psy).  Il y a d’autres trucs dedans, c’est assez complet.
Ça te fera au moins un peu de lecture pour tromper le temps quand il devient trop long.

le-sexe-en-psychiatrie.pdf

Bonne journée.

Ha c'est intéressant ça!
Je te remercie smile


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#6 
cependant
animatrice sans remède
21 août 2021 à  17:09
Salut,

À mon avis, quand tu rencontrera une personne avec laquelle ça colle vraiment, il n'aura pas besoin de cacher spécialement et elle t'aimera pour ce que tu es, pathologie ou pas...(si ça le fait entre vous bien sur)

Après pour les gens qui connaissent pas - et ne te connaissent pas - (justement comme sur des applis, quand même bien "validistes" et normatives au fond je trouve) parler de pathologie psy ça peut faire peur...et peut-être c'est un bonne idée de dévoiler cet aspect petit à petit, quand tu sens que la confiance s'instaure...

Ça m'est arrivé que des relations que je découvrais n'osaient pas trop me dire par exemple qu'ils avaient l'AHH pour problèmes psy...j'ai fini par le deviner, mais j'avoue ça ne me pose pas de problème.
Ce qui me pose problème par contre c'est la violence (pas que physique, verbale et sentimentale c'est déjà trop) et ça peut y en avoir indépendamment de problèmes psy...

Après c'est sur que gérer des problèmes d'humeur à deux ce n'est pas très facile...moi je n'ai pas de diagnostique mais probablement à cause d'un problème hormonal (à voir encore) j'ai des gros coups d'angoisse, des petages de plombs (sous alcool surtout), de coup de déprimé...et c'est parfois dur d'expliquer que ça dépend pas de l'autre personne, ce n'est pas à cause d'elle et en plus il y a pas grand chose à faire (à part bouffer des cachetons) et personne n'y peut rien moi y compris
Mais avec une bonne communication tout est possible...

C'est quand même on se l'attend je trouve que les meilleurs rencontres se présentent !

Bonne chance

Hors ligne

 

#7 
LLoigor 
Modérateur Russia
21 août 2021 à  20:28

cependant a écrit

quand tu rencontrera une personne avec laquelle ça colle vraiment, il n'aura pas besoin de cacher spécialement et elle t'aimera pour ce que tu es, pathologie ou pas

Tout a fait smile

Subohm a écrit

une pathologie est souvent destructrice en couple

Et tout pareil effectivement ça peut l'etre (j'ai connu ça)


"I finally opened my eyes and what I saw was wonderful, beautiful and unparalleled"

Hors ligne

 

#8 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
21 août 2021 à  22:18
En gros, à part camoufler ma patho, c'est mal barré pour moi mur

J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#9 
Carambar 
Nouveau Psycho
22 août 2021 à  07:38
Salut Subohm,

Je vais te donner mon avis et il n’engage que moi.

Ne te focalise pas sur l’impact de tes soucis en psychiatrie.
Tu es encore jeune, prends soin de toi. Veille bien sur toi si tu veux qu'un autre aussi le fasse.

Fais du sport ou de la muscu, tu sais bien que beaucoup de choses vont s’accorder avec le physique. Rends-toi agréable et amusant avec les autres.
Fais rire les meufs. Fais confiance à tes médecins mais vérifie tout une fois qu'ils auront fini de parler.
C’est la base.

Je pense qu’un certain nombre d’usagers a quelque chose à voir avec la psychiatrie, c’est fortement corrélé. Du moins c’est ce qu'ils disent et j’ai tendance à les croire. Tu n’es pas le seul. En attendant beaucoup sont en couple.

Pour ce qui me concerne, je dois avoir des problèmes aussi, en fait j’en sais toujours rien mais toute ma vie j’ai vu des psychiatres. J’ai consommé beaucoup de drogues.
Ça ne m’a pas empêché d’être marié à une pharmacienne.

La morale c’est que c’est l’ensemble de ta personnalité qui compte, les bons côtés comme les mauvais.
Veille bien sur toi et ça viendra tout seul, ça te tombera dessus le jour où tu t'y attendras pas.
Comme toujours !

Bonne journée l’ami.

Dernière modification par Carambar (22 août 2021 à  07:39)

Hors ligne

 

#10 
Carambar 
Nouveau Psycho
22 août 2021 à  09:09

LLoigor a écrit

cependant a écrit

quand tu rencontrera une personne avec laquelle ça colle vraiment, il n'aura pas besoin de cacher spécialement et elle t'aimera pour ce que tu es, pathologie ou pas

Tout a fait smile

Subohm a écrit

une pathologie est souvent destructrice en couple

Et tout pareil effectivement ça peut l'etre (j'ai connu ça)

Peut-être mais pas toujours. Tout dépend de la pathologie.
Si on part de ce principe on ne fait rien et on n’aura rien.
J’ai beaucoup entendu ce type de phrases, surtout de la part de psychiatres ou d’educateurs, qui certainement parlent d’expérience mais avec empirisme. Je n'y adhère pas car au fond personne ne nous connaît vraiment, encore moins le futur, mais tout le monde se permet chez les soignants de donner des conseils sur la manière de mener son couple.
Et ce sont les mêmes qui ne voudront pas t'expliquer ta pathologie, parcequ’en psychiatrie on ne met pas les gens dans des cases Monsieur, parceque ça peut changer,  parceque sinon le malade va s'identifier à la maladie...bref.
Ça ne les regarde pas, qu'ils nous soignent convenablement pour commencer.

Devrions-nous comprendre que la pathologie (ou la prise de drogues, car on ne sait jamais à quel moment ça se confond) nous condamne à l’isolement ou la solitude ?
Ou bien alors à rester avec des personnes de notre niveau social, de ne jamais chercher à s’extraire ?


Je ne valide absolument pas.
Ça serait tellement décourageant.

Hors ligne

 

#11 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
22 août 2021 à  09:31
Je suis perdu moi.
En psychiatrie j'ai été casé comme tox' à cause de mon TSO. Ça fait 4 ans que je n'ai rien touché...
Par contre ma pathologie m'a bien été expliquée, ça c'est bien.

J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#12 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
22 août 2021 à  09:33

Carambar a écrit

Fais du sport ou de la muscu, tu sais bien que beaucoup de choses vont s’accorder avec le physique. Rends-toi agréable et amusant avec les autres.
Fais rire les meufs. Fais confiance à tes médecins mais vérifie tout une fois qu'ils auront fini de parler.
C’est la base.

Je fais un peu de sport.
Après faire rire des meufs, j'en connais que très peu, je suis seul dans ma vie. A part la famille.

ps: j'ai viré ton doublon


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#13 
LLoigor 
Modérateur Russia
22 août 2021 à  10:13

Carambar a écrit

Peut-être mais pas toujours. Tout dépend de la pathologie

Oui c'est bien pour ça que j'ai ecrit "ça peut".

Ce qui veux dire ce que ca veux dire, ça peux flinguer le couple comme ça peux ne pas le flinguer.

Quelque chose qui peux arriver ca veux pas dire toujours. Je vois même pas ou tu as pu comprendre cela.

Et les discours des psychiatres sur la vie privée des autre perso j'évite d'y prêter trop attention.

Je me fie a mon expérience et celle de mon entourage.

@ Subohm : a ta place moi je dirais rien tant que vous vous etes pas vu (sur les sites de rencontres personnes ne dit tout des le départ).

Tu trouveras un moyen de le dire le jour ou tu le sentira. Et si la personne ne l'accepte pas ben tampis pour elle wink

Dernière modification par LLoigor (22 août 2021 à  10:31)


"I finally opened my eyes and what I saw was wonderful, beautiful and unparalleled"

Hors ligne

 

#14 
Carambar 
Nouveau Psycho
22 août 2021 à  11:00

Subohm a écrit

Je suis perdu moi.
En psychiatrie j'ai été casé comme tox' à cause de mon TSO. Ça fait 4 ans que je n'ai rien touché...

Ben voilà, casé comme tox, ce qui ne veut pas dire grand chose. Déjà c’est stigmatisant, comme d'habitude.
Tox c’est une étiquette, un statut qui colle à la peau. C’est pas terrible comme qualificatif, on ne devrait pas se l’attribuer tant s’est péjoratif dans l’esprit des autres.
On est des usagers et on essaie de se respecter, les gens n’ont pas à nous traiter et nous-mêmes encore moins.

Malheureusement, en psychiatrie on ne voit pas souvent les choses comme cela, si on est usager c’est qu'on est malade. Et puisqu'on est malade on a besoin d'un traitement correcteur. A vie si possible.
C’est sûrement parfois complètement justifié mais aussi souvent guidé par des généralités ou des concepts obscurs.
Je ne voulais pas parler pas de maladies comme la bipolarité, la dépression ou la schizophrénie, ce sont de vraies maladies et il est important de les traiter tant leur impact peut être important en terme de santé ou d’années perdues.

Mais pour les opiacés, si tu as perdu le contrôle une fois et que tu es venu t'en plaindre c’est que tu es malade et tout un système va t'entourer subitement.
Poussé à ce stade, ça va au delà du principe de précaution, c’est de l’hygiénisme et on peut y perdre une forme de liberté.
De plus, on ne sait jamais à quel autre concept ça peut être corrélé.

Par contre, le raisonnement inverse est vrai aussi et la plupart du temps le corps médical cherche simplement à nous protéger de nous-mêmes, avec cependant parfois guère plus de motivation et d'intérêt qu’a le plombier à venir réparer une fuite un 15 août.
Donc c’est (très) subtil, c'est compliqué, ça dépend des cas.


Je ne veux pas parler de la substitution en elle-même, qui est certainement la meilleure chose à faire, mais de l’esprit inhérent à la psychiatrie hospitalière, d'une sorte d’acharnement parfois difficile à expliquer. C'est du moins de ce que j’en ai vu.

Je ne voulais pas te troubler mais te dire de toujours rester vigilant.

Tu as du temps devant toi, mets le à profit pour préparer ton avenir. C’est maintenant que tu es bien au chaud et décontracté qu'il faut bosser car personne ne le fera pour toi.
Essaie de faire les choses dans l’ordre,  les unes après les autres, du plus simple au plus compliqué et je suis sûr au fond de moi que ça va s'arranger car tu es peut-être perdu mais au moins tu te poses des questions. C’est bon signe.

Bon, je crois que j’ai dérivé...
C’est Dimanche et j’ai un peu fait sujet libre comme sur Reddit, désolé.

Bon courage Subohm, ça va marcher pour toi, tu es bien entouré.

Hors ligne

 

#15 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
22 août 2021 à  11:41

Carambar a écrit

Je ne voulais pas parler pas de maladies comme la bipolarité, la dépression ou la schizophrénie, ce sont de vraies maladies et il est important de les traiter tant leur impact peut être important en terme de santé ou d’années perdues.

Mais pour les opiacés, si tu as perdu le contrôle une fois et que tu es venu t'en plaindre c’est que tu es malade et tout un système va t'entourer subitement.
Poussé à ce stade, ça va au delà du principe de précaution, c’est de l’hygiénisme et on peut y perdre une forme de liberté.
De plus, on ne sait jamais à quel autre concept ça peut être corrélé.

Je ne voulais pas te troubler mais te dire de toujours rester vigilant.

Tu as du temps devant toi, mets le à profit pour préparer ton avenir. C’est maintenant que tu es bien au chaud et décontracté qu'il faut bosser car personne ne le fera pour toi.
Essaie de faire les choses dans l’ordre,  les unes après les autres, du plus simple au plus compliqué et je suis sûr au fond de moi que ça va s'arranger car tu es peut-être perdu mais au moins tu te poses des questions. C’est bon signe.

Alors pour commencer, je suis bipolaire type 2, médication à vie selon mon psychiatre.

Pour ce qui est du TSO, je n'ai pas dérapé niveau opiacés.
J'ai eu un kyste au coccyx, 2 opérations en anesthésie générale, donc morphine et oxycodone pendant presque 1 an.
Sauf que je suis parti bosser à 300km de chez moi un été, et les médecins n'ont pas fait de sevrage dégressif alors que j'avais une dose monstrueuse d'opiacés.

Ne me juge pas trop vite, j'arrive sur mes 27 ans, ok jsuis jeune, mais vu ma situation l'avenir sera: soit les alloc, soit le taf. Avec RQTH donc mi-temps thérapeutique.
Puis bon j'ai pas forcément besoin qu'on me dise quoi faire, surtout que ça n'a rien à voir avec le sujet de la discussion.
Sans vouloir t'offenser.
Tu ne me connais pas, tu ne peut pas me dire comment organiser ma vie, qui est déjà bien organisée.
Je n'ai plus 20 ans.
Mais bon tu prends le temps de me répondre, merci à toi.


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#16 
Carambar 
Nouveau Psycho
22 août 2021 à  12:18

Subohm a écrit

Carambar a écrit

Je ne voulais pas parler pas de maladies comme la bipolarité, la dépression ou la schizophrénie, ce sont de vraies maladies et il est important de les traiter tant leur impact peut être important en terme de santé ou d’années perdues.

Mais pour les opiacés, si tu as perdu le contrôle une fois et que tu es venu t'en plaindre c’est que tu es malade et tout un système va t'entourer subitement.
Poussé à ce stade, ça va au delà du principe de précaution, c’est de l’hygiénisme et on peut y perdre une forme de liberté.
De plus, on ne sait jamais à quel autre concept ça peut être corrélé.

Je ne voulais pas te troubler mais te dire de toujours rester vigilant.

Tu as du temps devant toi, mets le à profit pour préparer ton avenir. C’est maintenant que tu es bien au chaud et décontracté qu'il faut bosser car personne ne le fera pour toi.
Essaie de faire les choses dans l’ordre,  les unes après les autres, du plus simple au plus compliqué et je suis sûr au fond de moi que ça va s'arranger car tu es peut-être perdu mais au moins tu te poses des questions. C’est bon signe.

Alors pour commencer, je suis bipolaire type 2, médication à vie selon mon psychiatre.

Pour ce qui est du TSO, je n'ai pas dérapé niveau opiacés.
J'ai eu un kyste au coccyx, 2 opérations en anesthésie générale, donc morphine et oxycodone pendant presque 1 an.
Sauf que je suis parti bosser à 300km de chez moi un été, et les médecins n'ont pas fait de sevrage dégressif alors que j'avais une dose monstrueuse d'opiacés.

Ne me juge pas trop vite, j'arrive sur mes 27 ans, ok jsuis jeune, mais vu ma situation l'avenir sera: soit les alloc, soit le taf. Avec RQTH donc mi-temps thérapeutique.
Puis bon j'ai pas forcément besoin qu'on me dise quoi faire, surtout que ça n'a rien à voir avec le sujet de la discussion.
Sans vouloir t'offenser.
Tu ne me connais pas, tu ne peut pas me dire comment organiser ma vie, qui est déjà bien organisée.
Je n'ai plus 20 ans.
Mais bon tu prends le temps de me répondre, merci à toi.

Si j’ai été maladroit je m’en excuse.

Hors ligne

 

#17 
Biscuit 
Psycho sénior France
22 août 2021 à  13:44
Pour parler du sujet de cette discussion, je suis moi même malade meme si c'est pas une maladie psy, la place que prend l'entité "maladie" dans la vie reste à peu près la même (bien que les maladies psy soient bien moins vues et acceptées en général).

Avant tout je pense qu'il faut d'abord commencer par se sentir bien dans son corps, d'être en accord avec soi même et pas dans un rejet de sa propre personne, parce que comme dans toute relation c'est important de déjà être bien avec soi pour pouvoir aimer une autre personne. Il faut aussi accepter la maladie, au début je ne l'avais pas accepté, je refusais d'en parler et au final c'est une sitiation qui amène de l'incompréhension vis à vis de certaines choses/comportement qui peuvent arriver.

Maintenant pour ce qui est des rencontres, mon avis c'est que ce n'est pas nécessaire d'en parler dès le début ! Quand on rencontre quelqu'un et même ensuite quand on débute une relation, on ne sait pas déjà tout sur l'autre et inversement. Il faut d'abord commencer à se découvrir, à voir la compatibilité et au fil du temps quand les choses sont installés et qu'il y a vraiment un quelque chose, une véritable relation alors c'est peut être le moment d'en dire plus sur sa maladie et de s'ouvrir un peu plus de ce côté. Si la personne est vraiment amoureuse, alors ça ne changera rien, parce qu'elle aura eu le temps de découvrir qui tu es véritablement et ne t'aura pas vue depuis le debut uniquement que par le prisme de la maladie mentale !

Ça peut effrayer la maladie, mais quand on a trouver la bonne personne réciproquement, ça ne changera rien maladie ou pas.

Au début de ma relation j'étais très mal, et par dessus c'était le début où mon traitement antalgique à commencé à partir en cacahuète, donc c'était encore plus difficile. J'ai expliqué assez succintement à mon compagnon que je suis malade, que la période est très difficile pour moi et que à la rigueur je n'avais pas envie de lui faire subir tout ça, que ça allait aussi être difficile de gérer notre vie de couple avec la maladie... Il m'a immédiatement stoppé en me disant que peu importe la maladie et la difficulté, il restera là à me soutenir et à attendre que les choses ailles mieux. Ça a pris 1 année très difficile et maintenant ça va faire 4 ans qu'on a une vie de couple très heureuse et épanouie.

C'est juste pour te montrer qu'une fois la bonne personne trouvée, qui t'aimera comme tu es, ça ne posera pas de problème, mais la maladie ne doit pas être une entité qui vient s'intercaler entre vous, et toi ne voir la relation que par la peur se sa répercution. Il faut d'abord te faire connaitre comme tu es réellement, et pas juste au travers de la maladie, sinon on ne voit plus que ça, on passe du temps à chercher les signes, a analyser les faits et gestes...
Reputation de ce post
 
Trés juste, comme souvent
 
Voilà, c’est cela! Zztop

Hors ligne

 

#18 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
22 août 2021 à  13:58

Carambar a écrit

Si j’ai été maladroit je m’en excuse.

Pas de souci wink


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#19 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
22 août 2021 à  14:15

Biscuit a écrit

Pour parler du sujet de cette discussion, je suis moi même malade meme si c'est pas une maladie psy, la place que prend l'entité "maladie" dans la vie reste à peu près la même (bien que les maladies psy soient bien moins vues et acceptées en général).

Avant tout je pense qu'il faut d'abord commencer par se sentir bien dans son corps, d'être en accord avec soi même et pas dans un rejet de sa propre personne, parce que comme dans toute relation c'est important de déjà être bien avec soi pour pouvoir aimer une autre personne. Il faut aussi accepter la maladie, au début je ne l'avais pas accepté, je refusais d'en parler et au final c'est une sitiation qui amène de l'incompréhension vis à vis de certaines choses/comportement qui peuvent arriver.

Maintenant pour ce qui est des rencontres, mon avis c'est que ce n'est pas nécessaire d'en parler dès le début ! Quand on rencontre quelqu'un et même ensuite quand on débute une relation, on ne sait pas déjà tout sur l'autre et inversement. Il faut d'abord commencer à se découvrir, à voir la compatibilité et au fil du temps quand les choses sont installés et qu'il y a vraiment un quelque chose, une véritable relation alors c'est peut être le moment d'en dire plus sur sa maladie et de s'ouvrir un peu plus de ce côté. Si la personne est vraiment amoureuse, alors ça ne changera rien, parce qu'elle aura eu le temps de découvrir qui tu es véritablement et ne t'aura pas vue depuis le debut uniquement que par le prisme de la maladie mentale !

Ça peut effrayer la maladie, mais quand on a trouver la bonne personne réciproquement, ça ne changera rien maladie ou pas.

Au début de ma relation j'étais très mal, et par dessus c'était le début où mon traitement antalgique à commencé à partir en cacahuète, donc c'était encore plus difficile. J'ai expliqué assez succintement à mon compagnon que je suis malade, que la période est très difficile pour moi et que à la rigueur je n'avais pas envie de lui faire subir tout ça, que ça allait aussi être difficile de gérer notre vie de couple avec la maladie... Il m'a immédiatement stoppé en me disant que peu importe la maladie et la difficulté, il restera là à me soutenir et à attendre que les choses ailles mieux. Ça a pris 1 année très difficile et maintenant ça va faire 4 ans qu'on a une vie de couple très heureuse et épanouie.

C'est juste pour te montrer qu'une fois la bonne personne trouvée, qui t'aimera comme tu es, ça ne posera pas de problème, mais la maladie ne doit pas être une entité qui vient s'intercaler entre vous, et toi ne voir la relation que par la peur se sa répercution. Il faut d'abord te faire connaitre comme tu es réellement, et pas juste au travers de la maladie, sinon on ne voit plus que ça, on passe du temps à chercher les signes, a analyser les faits et gestes...

Très bonne réflexion, je vais mettre ma pathologie de côté si j'échange avec une femme.


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

Sinon vous pouvez toujors ecouter soprano lol
Essayer de rester positif les bro courage a vous
https://www.youtube.com/watch?v=1dQz6tQs6io
 

Dernière modification par Acid75 (06 septembre 2021 à  00:11)

Hors ligne

 

#21 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
06 septembre 2021 à  09:18

Acid75 a écrit

Sinon vous pouvez toujors ecouter soprano lol
Essayer de rester positif les bro courage a vous

J'aime pas Soprano.


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

mais de l’esprit inhérent à la psychiatrie hospitalière, d'une sorte d’acharnement parfois difficile à expliquer. C'est du moins de ce que j’en ai vu.

Je crois que la psychiatrie, et surtout hospitaliere, est imprégnée du paradigme que le "fou" est fou dans toutes les dimensions et qu'il doit donc être reorienté vers un comportement rationnel par tous les moyens par ceux qui ne sont pas fous, c'est à dire les professionnels de la psychiatrie. Et dans ce sens TOUT le discours du fou n'a de pertinence que pour en definir son caractere pathologique. C'est peut être vrai du psychotique mais c'est souvent appliqué à toutes les pathologies, toxicomanie (y compris parfois  simple consommation), depression , nevrose etc..
D'ailleurs ici la definition du fou est celui qui est soigné en psychiatrie, voir "Vol au dessus d'un nid de coucou".

https://www.ehealthme.com/drug-interact … /seroquel/

Spoiler

https://www.cairn.info/revue-hypotheses … ge-215.htm


Partant de l’étymologie grecque du terme de stigmate – le stigma étant la marque physique d’infamie –, le sociologue en propose une définition extensive [10]. Pour Goffman, le stigmate est ce qui, lors d’une interaction, affecte, en le discréditant, l’identité sociale d’un individu [11]
[11]Pour Goffman, tout membre d’une société est doté d’une identité…
. Innées ou acquises, monstruosités du corps, tares de caractère et caractéristiques tribales produiraient alors une frontière entre deux groupes, celui des stigmatisés et celui des normaux, et donneraient lieu, selon la nature du stigmate et le contexte de sa socialisation, à des itinéraires moraux distincts [12]. En observant in situ la production des rapports entre stigmatisés et normaux, il dresse des typologies de présentation de soi [13]

[13]C’est dans la même période que Goffman théorise ses métaphores…
, montrant ainsi que l’existence d’une différence distinctive et discréditante produit des stratégies de signes, de sens et d’actions qui ont des effets sur la position des stigmatisés dans la structure sociale [14]
[14]. Être ou devenir porteur d’un stigmate plus ou moins visible induit dans une société des réactions tantôt de rejet, parfois d’intégration et toujours d’adaptation. En cela, ce marqueur établit un être au monde et, pour cette raison, il est un objet pour le chercheur en sciences sociales.

Le livre Stigmate propose ainsi une vaste réflexion sur la définition de la norme, question éminente dans la société américaine de l’après-guerre dont témoigne la publication concomitante d’Outsiders (1963) de Howard Becker [15]
[15]H. S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance,…
. Ces ouvrages posent les premiers jalons d’une réflexion d’envergure sur le discrédit et la déviance comme qualifications socialement construites, c’est-à-dire des étiquettes dont il faut faire l’histoire pour comprendre les effets



Les politiques de stigmatisation : la production institutionnelle des catégories

Privilégiant une approche strictement interactionniste et postulant que le stigmate ne se dévoile qu’en situation, les politiques de la différence paraissent constituer chez Goffman un angle mort. Pourtant, les mesures législatives, institutionnelles ou administratives, renseignent aussi les mécanismes par lesquels certaines populations se trouvent qualifiées de « déviantes » [26]
[26]
. Si la question de la gestion institutionnelle de la déviance n’est pas directement perceptible dans Stigmate, elle occupait, deux ans plus tôt, lors de la parution d’Asiles, une place centrale dans l’analyse de la prise en charge des malades mentaux. Par ailleurs, pour les historiens, la mise en place de politiques de stigmatisation constitue un terrain d’observation essentiel et, en quelque sorte, le sommet visible de l’iceberg dans la production d’une norme de l’anormalité. Ce qui fait question ici, c’est donc un traitement de la question sociale par la discrimination, particulièrement étudié par toute une histoire de la pauvreté et de la délinquance [27]
[27]Dans le sillage des travaux précurseurs du sociologue Georg…
. C’est alors une histoire institutionnelle du stigmate qui est privilégiée, car les institutions – au sens classique d’organisation productrice de normes et/ou capable de les imposer [28] – laissent des traces et des archives. L’essentiel d’entre elles émanent d’institutions dominantes (justice, police, hôpital, école) et formulent des représentations auxquelles elles donnent une intensité plus ou moins performative [29].

Elles forgent des cadres et des supports matériels, des murs, des registres, des frontières qui contribuent à promouvoir ces normes et à les médiatiser [30], mais aussi à les mettre en scène et du coup à les transformer. Par ailleurs, ces institutions proposent, dans le même temps, des instruments pour mesurer la norme qu’elles définissent, évaluent et réactualisent en permanence. Les articles présentés dans ce dossier se fondent sur de telles archives : les plaintes enregistrées chez le commissaire de police pour dénoncer les prostituées du Palais-Royal, les notices nécrologiques des sœurs de la Charité ou encore les carnets enregistrant les punitions données aux vieux pensionnaires de maisons de retraite sont autant de traces matérielles d’administration de la norme et de la déviance.

Ce premier parti pris méthodologique, proche des analyses d’Howard Becker ou de celles de Norbert Elias dans les Logiques de l’exclusion, veut ainsi souligner que les groupes sociaux dominants créent le stigmate, en instituant des normes dont la transgression constitue le stigmate et en appliquant ces normes à certains individus et en les étiquetant comme déviants [31]

Ainsi l’article d’Arnaud Lestremeau s’attache à énoncer à travers les discours dominants de la société anglo-saxonne – du texte liturgique aux diplômes royaux en passant par les chroniques – les logiques de stéréotypisations négatives des Scandinaves au tournant de l’an mil. Clyde Plumauzille par le biais d’une étude de l’économie de la plainte, interroge les « manières de dire » le scandale de la prostitution par des riverains, véritables « entrepreneurs de morale » de leur quartier.

Par ailleurs, lire Goffman c’est renoncer à appliquer mécaniquement la notion de déviance à des groupes sociaux qui seraient prédisposés à subir les affres de l’ostracisme, de l’exclusion et de la marginalité. Trois pistes s’ouvrent alors pour redonner une dimension chronologique à la définition et à la perception d’un critère disqualifiant de distinction. La première est de s’interroger, à une période donnée, sur les producteurs de normes et de différences, d’ordre et de désordre, de stigmatisés et de normaux. Anne Jusseaume traite dans son article de la façon dont les attributs sociaux et les attentes morales des Filles de la Charité sont en apparence contradictoires, laissant penser qu’« être de condition » serait un handicap. Son analyse montre non seulement qu’il n’en est rien, mais surtout que cette injonction à la pauvreté a des explications institutionnelles. Elle rejoint l’analyse faite par Mathilde Rossigneux-Méheust, selon laquelle stigmatiser est une des stratégies institutionnelles pour asseoir une autorité, qu’elle soit spirituelle ou temporelle. La seconde piste est de voir ce qui contribue à rendre le stigmate visible dans l’espace social, c’est-à-dire matérialisé et reconnu de tous comme tel [32].

Cette étape est particulièrement délicate au regard des limites documentaires de l’historien. Arnaud Lestremau, dans son étude du stigmate ethnique en contexte médiéval, en souligne les apories. Enfin, l’enjeu d’une approche du stigmate par l’institution est de montrer qu’un marqueur discréditant a une histoire, une temporalité propre, dont il convient de révéler les évolutions et souligner les ruptures [33].

L’intérêt de cette démarche est donc de faire émerger des politiques de stigmatisation bornées dans le temps et dans l’espace, avec des groupes de stigmatisés définis par une pratique discursive permettant, par delà la notion de catégorie de la différence, d’analyser ce qui constitue l’écart à la norme, le tout sans plaquer nos catégories contemporaines de discrédit ou toute autre forme de naturalisation.

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (06 septembre 2021 à  13:27)

Reputation de ce post
 
tout à fait d'accord / Jerimadeth
 
Merci beaucoup! Très complet et intéressant :)
 
j'adore lire goffman

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Coucou !

Merci Subohm de lancer ce sujet (qui me concerne & me préoccupe aussi) !

Mon avis, ce n'est que mon avis (assez proche de celui de prescripteur, not. sur la psychiatrie); je suis ouvert aux opinions différentes/critiques. Et je ne suis pas expert en psychiatrie non plus mais UD et concerné par la bipolarité (donc je parle en je, même si parfois tournure généralisante; pour rappel) :

Le diagnostic enferme énormément l'individu qui le reçoit d'une autorité (le psychiatre en l'occurrence, aidé du bon vieux DSM et d'une expertise clinique parfois hasardeuse). Ce diagnostic, dont l'établissement constitue une rupture majeure dans la vie d'un sujet, peut rétrécir la perception qu'on a de soi à la pathologie et ses conséquences. Avoir 17, 19 ou même 25 ans et recevoir un diagnostic de bipolarité, de schizophrénie etc. imprime à l'existence un changement irrémédiable de trajectoire.

C'est paradoxal, le diagnostic soulage mais enferme. Il libère (on est fixé sur son comportement, en tout cas on y voit un peu plus clair + horizon d'un traitement) mais catégorise : on devient neuro-atypique, "malade", patient, médicamenté, différent etc. Ce qui revient à marquer au fer rouge un individu dans une société validiste et normative.

Bien sûr, le diagnostic vient entériner un état de fait : une bipolarité manifeste, avec des symptômes, des répercussions dans la vie etc. Tout cela, tu ne peux pas en faire l'impasse dans ton couple, et avec ta partenaire potentielle.

Néanmoins, cela reste un diagnostic : c'est une particularité propre à toi & à ton fonctionnement (qui t'appartient d'une certaine manière) mais qui émane de quelqu'un d'autre : tu es ce qu'on a dit que tu étais, c'est à dire bipolaire. C'est un peu comme si je me présentais : "Bonjour Jerimadeth (bon c'est pas mon vrai prénom t'as capté haha!), j'ai 28 ans et je suis toxicomane". Oui, je reconnais un problème de dépendance mais je suis aussi tellement autre chose, je suis un sujet libre, qui aime, qui partage, qui évolue. Plaisir de donner, joie de recevoir, comme dirait l'autre !! Tu es bipolaire d'abord et surtout dans la nosographie psychiatrique.   

Et ne te dévalorise pas !!!!
Et alors tu n'as que le Bac ? y'a besoin de diplômes pour "se réaliser", pour "aimer" ? Y'a pas de cursus honorum plus haut que l'autre, y'a pas de parcours idéal, y'a pas d'individus qui valent mieux que d'autres. Y'a pas de raté, tout simplement parce que la vie n'est pas une succession de points formant une ligne droite : L'être humain avale de travers, pisse à côté, se trompe de chemin, fume/boit/se drogue, tombe des escaliers, retourne son slip quand il est sale, roule dans des boites en métal pourvues de quatre ou deux roues, et s'éclaire au nucléaire...
Et alors tes hospitalisations ? un moment de ta vie (important, marquant bien sûr, mais un moment), des passages, du provisoire comme une béquille.
Les applis et les sites ? je comprends qu'on les utilise mais hyper normatif (point de vue perso mais : l'enfer de Tinder etc.); à la limite va sur OkCupid, c'est peut être plus ouvert.
Les gens pas ouverts, qui ont peur etc. Oui compréhensible à la limite, mais à 28 ans (âge potentiel d'une nana/mec au hasard) on est responsable de sa peur et de sa connerie. à cet âge-là on choisit de ne pas avoir peur (quand on peut) : on s'informe, on se met à la page, on s'éduque. Bref, on n'en reste pas à la première impression, on ne s'accroche pas à son ignorance (quand on admet pouvoir l'être sur tel ou tel sujet). à 28 ans, on ne fuit pas devant l'inconnu.
Désolé je suis cash, mais ça me rend tjs triste et en colère de voir que quand on est différent, c'est dur de vivre à un point qu'est inhumain, ça me fout en rogne.

Bipolaire, ok. Mais t'as de l'amour, du désir à partager, non ? Si pas réceptif en face, pour telle ou telle raison, pas la faute de la bipolarité, mais juste signe que ça marche pas. Tu penses que la bipolarité est un vrai frein dans ta vie amoureuse ? (question naïve vraiment !)

Et puis franchement, on sous estime la connerie des gens, l'étroitesse d'esprit, les préjugés (on en a tous !). Qqun qui à 28 ans n'est pas capable de t'écouter sur ta bipolarité sans émettre un jugement hâtif (souvent fantasmé à cause des discours pathologisants de la psychiatrie !), sans s'informer après coup, sans tendre l'oreille avec le moins d'a priori possible, c'est qu'il est con et qu'il raisonne comme ça pour à peu près tous les sujets (avec des opinions reçues et jamais questionnées). + énorme lacune de culture générale psychiatrique chez bcp de personnes ! Ce sont des sujets encore tabous et pas du tout évoqués en classe par ex. (la santé psychique, l'angle mort de l'enseignement !!). Moi même, je continue de m'informer là-dessus car c'était qqch dont j'étais totalement ignorant il y a encore qqs années.

Il se trouve que moi aussi je suis concerné par la bipolarité (j'évite de dire : je suis bipolaire car ça manque de nuances, je ne suis pas à l'aise avec le verbe être...); tout comme la plupart des membres de ma famille (pour lesquels c'est là un drame presque impossible à dire encore aujourd'hui). Connaissant cela, je suis capable (enfin j'essaie !) d'anticiper certains comportements dans mes relations et ainsi atténuer les répercussions au niveau de mes relations (ça ne marche pas toujours, c'est un art de funambule !).

Je ne suis pas adepte des discours angéliques ("faire de ses faiblesses des forces etc."; dans le cas d'une pathologie qu'on subit, c'est fort plus compliqué) : la bipolarité peut être invalidante; ça fait peur ; ça singularise et ça donne l'impression qu'on n'arrivera jamais à vivre une vie ""normale/conventionnelle"" (x1000 guillemets). Sans parler des hauts & des bas etc. C'est pas facile et ça sert à rien de masquer ça derrière je ne sais quoi. Y'a des jours c'est quand même la tempête !

Et pourtant, toutes et tous, on aime et on est aimé à un moment de notre vie. Et notre bonheur ne ressemble pas à celui des autres.

Et avant la vie à deux en couple, avec ses tracas (pour ne pas dire ses emmerdes !!), ses aléas, ses contingences, ses compromissions, on tombe amoureux d'une personne (pas d'une relation projetée). Le reste, on le construit car on le veut bien (on signe en connaissance de cause, sur le bail, le pacs, etc. quand on en est là déjà !!). Donc avant le couple officiel, l'attirance, les RDV, les nuits, etc. (bon la bipolarité n'aide pas dans tout ça non plus mais les premiers instants d'une relation échappent assez facilement au quotidien; dans ce discontinu des premiers temps de la relation, on peut s'inventer, s'autoriser à, éloigné un peu cette étiquette et ce quotidien "bipolaire", en plus stabilisé chez toi). Facile à dire, je sais... épuisant, compliqué en pratique... Cendrillon pendant le temps du bal porte robe & pantoufle de vair alors qu'au quotidien elle est malheureuse & en blouse. Et bien j'imagine parfois qu'on est un peu comme elle. On a nous aussi nos "temps du bal". 

Alors comment je fais dans tout ça (au lieu d'écrire un grand discours lol !) ?? Je suis clair dès le début : je n'amène pas ça en premier bien sûr, mais quand ça arrive assez rapidement dans la discussion ou quand ça surgit dans le quotidien, je suis clair. Mais sans pathos, pas besoin de commisération ou de s'étaler. Je ramène la pathologie (ce qui singularise) à qqch d'ordinaire, à du quotidien, je le ramène à l'échelle d'un fait au jour le jour. Sans cacher les difficultés que ça entraîne bien sûr mais en laissant dans mon discours de la place à l'amour (sous toutes ses formes) : non la vie n'est pas déjà écrite ! La bipolarité n'est pas une condamnation ! Le reste, je considère que ce sont des aménagements au quotidien, des efforts, des pare feux, des petites routines aussi etc.

Autre chose, je relationne avec des personnes qui m'ont déjà montré (ou j'ai deviné/aperçu) une ouverture d'esprit ou une absence de jugement sur ces questions : en gros, (mais comme tout le monde !), je fais une petite sélection, c'est à dire que, dans le cas d'une relation (ou même d'un coup d'un soir) je ne vais pas me focaliser sur qqun qui me ressemble trait pr trait mais plutôt sur qqun avec qui j'ai en commun une attitude devant la vie en gros : suspension du jugement, ouverture d'esprit, pas de toxiphobie, pas de répulsion pour la différence etc. etc. En gros pas un mec droitard et réac ! Qqun de cool, pas un stressé de la vie qui a des phrases toutes prêtes comme les pages roses du dictionnaire ! Et j'oublie aussi : de la tolérance : on en attend de l'autre, il faut en être soi-même capable (après tout, il est peut être normal d'avoir peur de la bipolarité quand on n'en a jamais entendu parler; le tout c'est de pas en rester là).

Enfin la notion de couple à revoir/adapter : en tant que bipolaire, je veille à conserver une liberté et à préserver celle de l'autre : se laisser souffler, vivre moins ensemble, construire son quotidien de manière modulable (important avec les hauts et les bas); c'est à dire ne pas s'enfermer dans un couple rigide, entre quatre murs inamovibles. Protéger l'autre en lui laissant un espace plus grand, en faisant des projets plus petits mais plus facilement réalisables, construire un rythme à deux (ou plusieurs pour les polyamoureux !) différent. Se méfier de soi-même (les hauts et les bas), se laisser des marges de manœuvres, des plans B etc.

Le reste, la bipolarité l'a laissé intact : notre charme et nos petites particularités, nos passions, notre façon d'être au monde, notre regard et notre timbre de voix, nos défauts aussi !! etc. (et à chaque pot, son couvercle, la bipolarité n'y change rien !).

Ce qui fait que je tombe amoureux : celui qui me rappelle que je suis libre et que je peux changer et qu'il m'aime parce que précisément je suis libre et que je peux changer. Et qui me fait entrevoir cette liberté là dans des petits trucs ici ou là au quotidien. Celui qui est pour moi une ligne de mire et pas un horizon. Aimer comme ça, ça m'est arrivé deux trois fois : à chaque fois, il fallait tout réinventer dans la relation, qui avait un côté "hors norme" (un mec en squat et nomade; un autre polyamoureux etc.) . Quel que soit l'état de nos relations aujourd'hui, ils ont été et resteront les "hommes de ma vie"... Le couple, je m'en fiche pas mal à vrai dire. Je sais que c'est contraignant, en tout cas subordonné à des paramètres très excluants qui finissent pas être des tue l'amour quand on est différent/neuro atypique.

Je n'aurai jamais un pavillon, deux gosses, un Renault espace et un caniche, tant pis pour le rêve très Trente Glorieuses. Je suis différent, je dois me construire un monde différent, je ne peux pas prendre celui tout fait de mes parents. Ca donne le vertige. Et oui, j'ai une dépendance aux substances. Oui je suis PD. Oui je suis concerné par la bipolarité. C'est comme ça j'y peux rien, ça ne se voit pas sur ma tronche (et quand bien même !). Et il faudrait que je ne connaisse pas l'amour !!  Pour moi, c'est pourtant la chose la plus importante (quelle que soient sa forme et son expression). On apprend aux enfants à passer le bac, à passer en classe supérieure, à "maîtriser" telle ou telle chose, à avoir tel diplôme, telle profession. Et pourtant, dès l'enfance et tout au long de la vie, peut-être la seule question qui vaille, c'est : qu'est-ce que tu désires ? vers qui, vers quoi ton désir t'a-t-il porté(e) aujourd'hui ?

Je termine symboliquement sur ces deux petites questions talisman/boussole et je te souhaite du bonheur en amour/relation malgré les obstacles !
Désolé pour le pavé, mais c'est un sujet qui me tient à coeur ! Et désolé pour les envolées lyriques sur l'amour, mais ça fait du bien de rêver et de l'écrire ! smiley-gen013
Si opinions divergentes ou critiques, n'hésitez pas, mon avis mérite sûrement d'être nuancé ou complété. drogue-peace

Dernière modification par Jérimadeth (09 octobre 2021 à  07:15)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (prescripteur)
 
Très bien résumé, merci ~ Subohm
 
Du bon sens et de l'espoir c validé
 
Il soulage mais enferme, je n'aurai pas dit mieux - Johan

"Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j'erre ?"

Proud UD & PD !

Hors ligne

 

#24 
krakra 
Psycho junior France
09 octobre 2021 à  07:14
Bonjour, l'intelligence ne se résume pas à un diplôme
il y à plein de bac +5 au chômage ou chez mc do
Et plein  de CAP qui gagne très bien leur vie
et une intelligence manuelle permet souvent de mieux vivre
un plombier dans ma région peut facilement se faire 2500€
alors qu’un cbercheur aura de grande chance de se trouver au chômage
et je connais des gens sans diplôme avec une culture générale énorme et qui n’en font pas étalage
c’est les valeurs de la société qui ramène tous au diplôme et on voit ce que sa donne :
chômage des bac +5 et pénurie de travailleur manuel
et l’empathie d’une aide soignante pour ses malades c’est une forme d'intelligence mais qui n’est pas valorisé par la société.....
ne te dévalorise pas trouve un métier qui te plais et fuck les valeurs de la société
une personne qui aura apris à te connaître et t'aimera acceptera ta pathologie mais il ne faut pas la mettre en avant sur un profil de site de rencontres

Hors ligne

 

J’ai une maladie physique depuis 20 ans, et pour trouver l’amour, je fait en sorte que cette maladie ne me définit pas. Ça ne veut pas dire que je la cache, mais je me définit par d’autres choses que mon corps défaillant: mes passions et mes hobbys, ma capacité d’écoute, mes blagues douteuses, la tendresse.  Il m’est arrivé qu’au dévoilement de ma maladie (car je ne l’affiche pas sur mon front non plus), une personne fuit, mais c’est plutôt rare car si je m’entends bien avec une personne, il n’y a pas raison que ça leurs repousse.  Et si une personne fuit, tant mieux, elle n’est pas assez mûre pour voir au delà de mes défauts, ou tout simplement on n’est pas fait l’un pour l’autre.

L’amour est une forme d’amitié.  Donc il faut travailler l’empathie, l’écoute, l’ouverture émotionnelle, toutes ces choses que la société a tendance à supprimer dans nous les garçons dès notre plus jeune âge.  À côté de ces choses la, les qualités superficielles telles le niveau d’études, la santé et l’argent, sont insignifiantes. 

Comme dit @biscuit ci dessus, il faut travailler sur soi même, aimer soi même, mais il faut aussi apprendre à aimer les autres, peu importe leur genre ou âge, et pas dans le but de tomber amoureux. Si on arrive à être un bon ami, on a plus de chances à être un bon amoureux.

Ca aide pour les mecs cis hetero d’apprendre sur le féminisme aussi. Ça aide énormément à travailler sur soi même pour être à pied égal avec les femmes, à avoir plus d’empathie, et une fois dans une relation amoureuse, de la maintenir sainement.

D’expérience, quand on va pas bien, quand on est désespéré, les autres le sentent.  Je trouve qu’il ne sert à rien de chercher à ces moments la, car on risque plus d’être rejeter, et d’entrer dans un cycle vicieux. Il vaut mieux rediriger cette énergie vers toi même, te former, apprendre des choses, faire ce qui te rends plus heureux. Après les rencontres viennent plus naturellement.

Et tout le monde te paraît casé à 27 ans, mais finalement c’est pas si gai que ça. La majorité de ces relations ne durent pas longtemps et beaucoup sont remplies de déception, de tristesse, même d’abus mental et physique. Donc ça sert à rien de comparer, vu qu’on ne connaît pas ce qui est caché derrière la façade d’un couple.  Mieux vaut il encore une fois diriger cette énergie vers soi même, pour être sûr que quand tu rencontre quelqu’un de chouette, elle voit au delà de tes défauts (ou ce que tu perçoit comme défauts), et que tu sois capable d’assurer que la relation dure sainement.

Bon courage!

Hors ligne

 

#26 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
12 octobre 2021 à  14:37
Merci pour vos apport d'info super
Je vais arrêter de me définir en tant que malade de base.
Sujet que je mettrais de côté un temps si besoin

J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

#27 
Biscuit 
Psycho sénior France
12 octobre 2021 à  19:13
Exactement tu es une personne et non pas une maladie !

Hors ligne

 

#28 
Subohm
Animateur ~ DXM Rider
12 octobre 2021 à  20:33

Biscuit a écrit

Exactement tu es une personne et non pas une maladie !

Effectivement smile C'est bien d'avoir un avis extérieur!


J'emmerde les normatifs et les ultracrépidarianistes.

Hors ligne

 

Remonter
Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

En ce moment sur PsychoACTIF

Appel à témoignages
11
Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des...
Il y a 6j - plotchiplocth
38
Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
20 septembre 2021 - Caïn
43
Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
Il y a 6j - Snakeee
Forums
Supeudol 20mg
UP ! Discussion sans réponse depuis 12h
Questions teste allergie et teste de drogues
UP ! Discussion sans réponse depuis 12h
Aide pour RC non identifié
Il y a moins d'1mn - Keumart dans [Research Chemicals (R...]
Zopiclone + alprazolam
16
[ Addiction ]
De l’amour à la drogue, descente aux enfers
 5, Il y a 1h - 3MMCBro dans [Familles, amoureux(eu...]
16
[ Effets secondaires ]
Hallucinations 4f-mph
Il y a 2h - Spirit dans [Cathinones et RC stim...]
11
[ Dosage ]
Cachet de Paracétamol codéine fonctionnel pour la lean ?
11
[ Market ]
Est-ce un site (darknet) sécurisé et fiable ?
 1, Il y a 3h - Meumeuh dans [Anonymat et sécurité...]
O-pce
10
[ Bad trip ]
Benzos ou neuroleptiques pour stopper un trip ?
 1, Il y a 4h - Trippouw dans [LSD 25...]
Blogs
0
Trip Report
IV J'ai testé pour vous le cathéter (la perf quoi)
Il y a 38mn - Nouveau blog de Willy Nourson
4
Actualités
Caarud' Party
Il y a 1h - Commentaire de Meumeuh dans le blog de AidesCaarud37
3
Tranche de vie
Furieuse envie de grosse conso..
Il y a 2h - Commentaire de Willy Nourson dans le blog de Reibox Steremption
Sondage
Le topic épinglé de la semaine
Neurchi de Psychoactif
Il y a 2j - Jérimadeth dans Au coin du comptoir....
Les derniers champis
2 Demandes de plan en meme pas 2 jours, t'as rien compris a ce site
dans [forum] Possible de se faire prescrire de la morphine par de l'acting? , Il y a 3h
J allais le dire, mais déjà fait ;)
dans [forum] Une nouvelle vie qui commence , Il y a 5h
Tu te fouterai pas un peu de nous entre ta demande de morphine et de codéine !!!
dans [forum] Quel médicament codéiné se faire prescrire et quel motif donné? , Il y a 9h
Tu prod de temps en temps, donc le "monde des prodés" tu es dedans ~ Sub'
dans [forum] De l’amour à la drogue, descente aux enfers , Il y a 10h
Condescendant. Ca donne pas envie de t'aider ! - Yotna
dans [forum] Blotter art pour deco, Il y a 10h
Nouveaux membres
Willy Nourson, Jonsnow46 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS