Mon rapport à la sexualité / PsychoACTIF

Mon rapport à la sexualité

Publié par ,
4987 vues, 35 réponses
Anaya 
Nouveau Psycho
400
Inscrit le 28 Jun 2021
56 messages
Blogs
Je publie ce post car je souhaite que la sexualité des femmes ne soit plus un tabou. Je suis heureuse de pouvoir le faire sous couvert d’anonymat.
Les femmes qui ont une sexualité active voire très active sont souvent considérées comme « débridées », « filles de petite vertu », « s****e », « p********e », « sale, qui ne se respecte pas », bref, préjugés en tous genres. Il est vrai que cela relève de la vie privée, mais bon, pour moi c’est un peu comme les violences conjugales, invisibles tant qu’elles n’étaient pas médiatisées. Alors que la sexualité masculine…

Peut être que d’autres se retrouveront dans mes propos… dans ce cas j’espère que vous partagerez avec moi vos expériences dans ce domaine.

Il y a quelques années, mon comportement sexuel était à la limite de l’addiction. J’étais comme addict à l’orgasme, il me fallait ma dose, au moins 5-6 dans la même session. Après j’étais bien, vraiment apaisée, comme liquéfiée. J’ai vraiment multiplié les partenaires, jusqu’à suivre quelqu’un que j’avais rencontré dans le métro. Pour moi conclure une soirée sans rapport c’était une soirée ratée. Ça me rendait presque triste de ne pas trouver de partenaire. J’allais dormir chez des gars rencontres en boîte, sans m’inquiéter outre mesure pour moi même.

J’avais besoins de sensations de plus en plus fortes, donc je vais pas faire un dessin: j’ai fini par erotiser la douleur physique.

La possibilité d’un acte sexuel était comme une lumière aveuglante, un chant de sirènes. J’ai délaissé mes amis à ce moment là, et je préférai ma dose de plaisir sexuel à un après midi en groupe, que je trouvais ennuyeux.

Je me suis mise dans des situations que je ne citerai pas, mais à la suite desquelles je me sentais honteuse et pleine de regrets.

J’ai repoussé mes limites au point de désirer une certaine forme de douleur. Et j’ai arrêté.
J’ai dû complètement réapprendre à faire l’amour « normalement », la douceur avec le partenaire, l’importance de cet acte dans une relation, la valeur de mon corps, de l’intimité que je considère aujourd’hui comme un cadeau.

Avez-vous vécu des situations similaires ?

« Il faut encore porter en soi un chaos, pour mettre au monde une étoile qui danse »
Nietzsche

« C’est avec les gros egos qu’on fait les petits chefs » fernandelle

Hors ligne

 

LeSatyreIvre 
Nouveau Psycho
France
500
Inscrit le 27 Oct 2021
73 messages
Merci pour ton témoignage intéressant... C
j adore psychoactif pour l absence de jugement...

Après on a tous notre parcours sexuel et on apprend tous les jours... D ailleurs il ne se passe rien chez ceux qui ne font... Rien ( d ailleurs ils doivent s ennuyer les pauvres)

Les pratiques sexuelles diverses, tant qu'elles ne nuise a personne sont pour moi un fondement de notre conscience. Et oui l addiction au sex existe belle est bien mais c est une addiction "naturelle" qui va avec le monde ... Y a pas vraiment à nager a contre courant avec le cul sinon cela devient frustrant.

Bref désolé je me suis égaré ...

Prend soin de toi.

Hors ligne

 

Anonyme93
Invité

Anaya a écrit

Avez-vous vécu des situations similaires ?

A qui le dit tu ! Forcément en tant que mec l'addiction au sexe est quasi normale tellement c'est encré.

Et puis en tant que mec, jeune, bas dans la hiérarchie sociale, et pas forcément hyper beau gosse ( 90% des mecs quoi ), forcément l'accès à la sexualité est très limité. Donc qu'est ce qui nous reste, le porno, ou les prostitués .. Encore deux vecteurs de potentiel comportement addictif ...

 

Anaya 
Nouveau Psycho
400
Inscrit le 28 Jun 2021
56 messages
Blogs
Ce qui m’étonne (a moitié) c’est que tu le banalises, mais ça a à voir je pense avec la manière dont la société considère les hommes: impératifs de performance, dictature des canons de beauté, priorité aux apparences par rapport aux qualités humaines… pour un homme le désir sexuel c’est synonyme de virilité.

Le porno est une magnifique illustration de tout cela, et ça doit être encore plus culpabilisant pour toi, qui n’est pas un pur beau gosse (oui, comme 90% des gens en somme). Quand on connaît la manière dont les actrices sont traitées, ça me coupe clairement l’envie. Peut être existera-t-il bientôt un label de non maltraitance, comme pour les animaux ? (Haha)
Sans doute faut-il préférer le porno féministe mais bon, je ne suis personne pour te faire la morale et te forcer à quoi que ce soit.

Concernant le travail du sexe, pour moi il devrait être reconnu pour que les personnes puissent être protégées par un cadre d’exercice. Je pense aussi aux femmes et hommes en situation de handicap pour qui il est compliqué de sortir, rencontrer du monde… l’assistante sexuelle (comme il en existe ailleurs) pourrait être un bon compris.

Après c’est une question financière et d’éthique à la fois, tu peux pas donner 10 euros même pour une f*******n, la travailleuse propose quand même son corps comme marchandise c’est pas rien. Si on laisse rentrer le corps humain dans le système économique libéral officiel, il faut le louer a une somme juste. De plus c’est pas juste un corps, c’est un savoir faire etc.
Tant que les esprits resteront pudibonds et étriqués, je te conseille de faire gaffe à qui tu embauches… des mineures qui disent être plus âgées, etc.


Il y a partout des femmes ou des hommes qui ne jugent pas et qui veulent se faire plaisir tout en restant prudentes et raisonnables (VIH, ist, etc).

Dernière modification par Anaya (01 mars 2022 à  19:45)


« Il faut encore porter en soi un chaos, pour mettre au monde une étoile qui danse »
Nietzsche

« C’est avec les gros egos qu’on fait les petits chefs » fernandelle

Hors ligne

 

AnonLect 
Psycho junior
7010
Inscrit le 26 Jun 2019
475 messages

Anonyme93 a écrit

Anaya a écrit

Avez-vous vécu des situations similaires ?

A qui le dit tu ! Forcément en tant que mec l'addiction au sexe est quasi normale tellement c'est encré.

Et puis en tant que mec, jeune, bas dans la hiérarchie sociale, et pas forcément hyper beau gosse ( 90% des mecs quoi ), forcément l'accès à la sexualité est très limité. Donc qu'est ce qui nous reste, le porno, ou les prostitués .. Encore deux vecteurs de potentiel comportement addictif ...

Nan mais après on peut pas confondre avoir envie de sexe tout les jours et "addiction au sexe".

Dans l'addiction, ou la dépendance,  en tour cas définie de façon problématisue, il y a une notion de continuer une pratique, une consommation, malgré des aspect délétère sur la santé ou la vie quotidienne.

Il y a une notion de compulsion, de perte de contrôle, de se mettre dans des situations qu'on sait dangereuse, sans pouvoir s'en empécher, ou très difficilement.

A mon sens, il ne faut pas confondre l'envie fréquente de sexe des jeunes hommes (ce que tu évoques) ou femmes, avec une adiction problématique menant à une recherche  continue et impérieuse de partenaires sexuels, avec multiplication des pratiques à risques.

Par exemple si tu te branle 3 fois par jour = ok.

Tu te branle 15 fois par jour sans pouvoir te contrôler, à t'en déchirer la peau de la bite = addiction problématisue avec impact négatif

Tu baise 1-2 fois par jour avec ton/ta partenaire = ok

Tu baises 5 fois par jours, avec 5 partenaires différents et pratiques extrèmes/ dangereuses = addiction problématisue avec impact négatif.

C'est quand même pas pareil pour moi

drogue-peace

Reputation de ce post
 
C’est cela! Zztop

Hors ligne

 

krakra 
Psycho junior
France
500
Inscrit le 10 Oct 2016
270 messages
Salut,
tu avais une addiction à l'orgasme et ou c'était un besoin de séduction et ou un besoin de s’avilir ?
tu a réussis à rompre cette addiction grâce à une rencontre ou un autre déclic?
Il est vrai que pour trouver du porno respectueux des femmes il faut bien chercher
Merci pour le témoignage

Hors ligne

 

Anonyme93
Invité

AnonLect a écrit

Avoir envie de quelque chose tout les jours, si c'est pas une addiction, je sais pas se que sait alors.

Selon moi tu décris juste le coté soft et le coté moins cool d'une addiction.


En plus la tu nous dis ==> Se branler 3 fois par jours = ok
Excuse moi, mais je trouve sa aberrant

C'est pas parce qu'une pratique régulière ne mène pas à des problématiques de santé que se n'es pas pour autant une addiction

 

anonyme784532 
Banni
400
Inscrit le 19 Dec 2020
573 messages
Blogs

Anonyme93 a écrit

AnonLect a écrit

Avoir envie de quelque chose tout les jours, si c'est pas une addiction, je sais pas se que sait alors.

Selon moi tu décris juste le coté soft et le coté moins cool d'une addiction.


En plus la tu nous dis ==> Se branler 3 fois par jours = ok
Excuse moi, mais je trouve sa aberrant

C'est pas parce qu'une pratique régulière ne mène pas à des problématiques de santé que se n'es pas pour autant une addiction

Entièrement d'accord avec toi, ce n'est pas parce qu'une habitude sur l'instant T n'est pas dangereuse qu'elle est pour autant saine, c'est deux point à dissocier.

Hors ligne

 

Psilosophia 
Banni
France
2664
Inscrit le 13 Apr 2014
871 messages
Blogs

Anaya a écrit

26 février 2022 à  00:19
Je publie ce post car je souhaite que la sexualité des femmes ne soit plus un tabou

Sur quels éléments concrets tu te bases pour affirmer le fait que la sexualité des femmes serait taboue de manière générale ? On est pas encore aux Emirats il me semble non? Ou en Inde par exemple, dans le Tamil Nadu la c'est la sacrée ambiance. Aborder une telle problématique avec un biais d'analyse centré sur son petit système de représentations, c'est occulter la partie immergée de l'iceberg.

Sans nier le fait que ça a pu être le cas pendant quelques siècles auparavant, il faut quand même avoir une clairvoyance sur les évolutions des mœurs depuis le XVIIIème en Europe.

Qui s'est opposé réellement à ta vision de la sexualité au point que cela t'empêche vivre comme tu le souhaitais, à six orgasmes?

Reputation de ce post
 
Faudrait pas non plus nier l'évidence.Taboo un peu fort.Mais mal vue par bcp oui

"Vieil océan, aux vagues de cristal ... tu rappelles au souvenir de tes amants, sans qu'on rende toujours compte, les rudes commencements de l'homme, où il fait connaissance avec la douleur, qui ne le quitte plus."

Les Chants de Maldoror Isidor Ducasse

Hors ligne

 

AnonLect 
Psycho junior
7010
Inscrit le 26 Jun 2019
475 messages

Anonyme93 a écrit

AnonLect a écrit

Avoir envie de quelque chose tout les jours, si c'est pas une addiction, je sais pas se que sait alors.

Selon moi tu décris juste le coté soft et le coté moins cool d'une addiction.

En plus la tu nous dis ==> Se branler 3 fois par jours = ok
Excuse moi, mais je trouve sa aberrant

C'est pas parce qu'une pratique régulière ne mène pas à des problématiques de santé que se n'es pas pour autant une addiction

Et bien si, c'est bien comme ça que ça se définit une "addiction".

Par exemple, pour l'Assurance Maladie fr c'est :

"Une addiction est une dépendance à une substance ou à une activité, avec des conséquences néfastes sur la santé de la personne affectée""La dépendance se caractérise par un désir souvent puissant, voire compulsif, de consommer ou de pratiquer une activité. Cette consommation ou cette pratique entraînent un désinvestissement progressif vis-à-vis des autres activités.Ainsi, une personne est dépendante lorsqu’elle se retrouve dans l’impossibilité de s’abstenir de consommer ; elle perd le contrôle de l’usage d’une substance ou d’un comportement et ce, malgré la survenue de conséquences négatives sur sa santé et sur sa vie sociale."

Wikipedia nous dit que :

"L'addiction, dépendance, assuétude, est l'envie répétée et irrépressible de faire ou de consommer quelque chose en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire.L'anglicisme addiction est au sens courant souvent synonyme de toxicomanie[1] et désigne tout attachement nocif à une substance ou à une activité. Le terme plus ancien d’assuétude est d'usage courant dans certaines régions de la francophonie, notamment au Québec[2]. Dans d'autres régions, il est vieilli, mais reste parfois utilisé pour qualifier des dépendances faibles comme celle au chocolat.Il peut exister des addictions pour tout ce qui permet de se donner du plaisir : alcool, drogue (en particulier les opiacés), jeux d'argent, jeux vidéo, masturbation, pornographie, nourriture (boulimie), achats (oniomanie), malgré la conscience aiguë qu'a le sujet — le plus souvent — d'abus et de perte de sa liberté d'action, de dégradation de la santé ou de ruine "

Mieux encore, l'Inserm, l'"Institut de la Santé et de la Recherche Médicale" nous donne cette définition :

"L’addiction est une pathologie qui repose sur la consommation répétée d’un produit (tabac, alcool, drogues…) ou la pratique anormalement excessive d’un comportement (jeux, temps sur les réseaux sociaux…) qui conduit à : une perte de contrôle du niveau de consommation/pratiqueune modification de l’équilibre émotionneldes troubles d’ordre médicaldes perturbations de la vie personnelle, professionnelle et sociale."

Plus précisément, et en lien avec le topic, voici comme l'Hôpital Universitaire de Genève défini "l'Addiction Sexuelle" :

"L’addiction sexuelle, ou dépendance sexuelle, se caractérise par la perte de contrôle sur la sexualité et la poursuite du comportement problématique malgré la connaissance et l’expérimentation de conséquences négatives (ex. blessures génitales, prises de risques infectieux). Elle s’accompagne de souffrance, de sentiment de honte, de culpabilité. La sexualité suit un mode opératoire identique, répété de façon compulsive, en solitaire ou avec partenaire"

Et un petit dernier pour la route, un extrait d'un article : "Slam, chemsex et addiction sexuelle". issu de la revue "Psychotrope" : "la revue internationale des toxicomanies et des addictions".

"Il n’est pas aisé de définir l’addiction sexuelle. La sexualité est une activité humaine fondamentale, alors où placer le curseur entre normal et pathologique ? Y a-t-il une sexualité normale ? Et donc une sexualité déviante ?À définir une addiction, on peut craindre une pathologisation de pans entiers de l’existence, avec un retour normatif à la morale et de ses effets aliénants. En effet, selon les cultures, les pays, les communautés et les individus, les repères, us et usages en termes de sexualité peuvent être très différents. Il paraît peu opportun de définir des critères soi-disant objectifs qui, en fait, correspondraient à des dimensions partiales et « autorisées » par un choix dogmatique.Le sentiment subjectif de souffrance du sujet et d’aliénation à ce comportement est le meilleur signe de l’addiction. À ce stade, nos patients nous rapportent dans les entretiens, après l’énoncé de la recherche de plaisir, le sentiment de perte de contrôle, la compulsion de répétition, la fuite de la réalité et un évitement de la souffrance, comme décrits dans les critères de Goodman (Goodman, 1990)."

Bon donc l'"addiction" c'est bien par ça que ça se définit, désolé.

Après en effet, il y a pas vraiment de terme pour désigner "une pratique régulière qui ne pose pas de problème quel qu'il soit", bien qu'une vraie addiction pose, à priori, forcément des problèmes, ne serait-ce que pratico-pratique, comme de logistique pour se procurer l'objet de l'addiction, le temps passé à la satisfaire qui ne peut donc pas être destiné à autre chose etc. Il n'y a pas que des problèmes de santé, très loin de la.

A mon sens la différence c'est qu'une vraie addiction t'es quasi obligé à un moment de renoncer à faire quelque chose qui, normalement, te plait pour satisfaire cette addiction. Ou alors à minima de prendre le temps pour trouver le moyen de satisfaire ton addiction dans diverses situation, ce qui est plus ou moins galère, et il faut pas qu'il y ait de problème imprévu.

Imaginons qu'on t'invite à une soirée par exemple, dans le cadre de notre exemple hypothétique de tout à l'heure. Ca va être compliqué car normalement disons que, durant ce temps que durera la soirée, tu dois te branler au moins 2 fois, sinon t'es pas bien. 

Ben concrètement, si t'es pas réellement addict tu t'en fous, tout simplement. Tu penseras à autre chose pendant la soirée et voila.

Par contre si t'as vraiment une addiction y aurait, en gros, trois options :
- t'y vas pas.
- t'y vas mais il faut que tu trouves un partenaire.
- Si tu trouves pas, soit tu vas être obligé à un moment d'aller voir une prostituée par exemple, soit tu vas devoir te branler vite fais pendant la soirée. 

Donc dans tous les cas c'est galère.

Bon ça paraît un peu tiré par les cheveu, mais c'est un exemple un peu caricatural.

Pareil, même si tu peux être un "heureux accrocs" à une drogue, qui n'a pas d'impacte sur ta Santé, ton morale, ta vie de famille… Va toujours y avoir des galères en tout genre, ne serait-ce que pour voyager par exemple. Ou toujours prévoir une pharmacie, un dealer, ou des réserves, ou que tu sois, le temps que ça prend etc.

Alors qu'un non addict, un simple "afficionados" on pourrait dire, qui prend régulièrement sans être "addicte", ben il s'en fout ! Il va partir 1 mois en voyage, une semaine en vacance en famille ou ce que tu veux sans problème car durant ce laps de temps il pourra tout simplement se passer de consommer sans vrai problème quelconque, ce qui n'est pas possible pour quelqu'un de vraiment addicte à mon sens.

Je sais bien que dans le langage courant on dit des trucs genre "jsuis addicte au coca, au mac do, au sport, au chocolat.... au sexe (smile)", mais pour moi c'est clairement des abus de langage, et 95% de ceux qui disent ça ne sont pas vraiment "addicte" ou "dépendant".

Et enfin pour finir ce court message, j'ai l'impression que ma définition rejoint bien plus ce que veut signifier l'auteure du topic dans son poste, une vraie addiction problématique engendrant une prise de risque et ayant un impacte de manière générale dans le déroulée de sa vie, répondant à un comportement compulsif... En tout cas dans les derniers stades avant arrêt.

Donc désolé, mais ce qui est "aberrant" pour moi, c'est de comparer cette situation à celle, selon toi, "[de tous les mecs]", pour lesquels : "l'addiction au sexe est quasi normale tellement c'est encré. (sic)" thinking

Et tant que j'y suis, "l'accès à la sexualité" n'est pas "limité pour 90% des mecs", WTF ? Enfin à 15 ans peut être, mais jveux dire, "l'accès à la sexualité" est plus compliqué si tu veux, il faut se le provoquer et/ou avoir un peu de chance quoi, oui, d'accord, mais bon… C'est pas si compliqué que ça en vrai, sauf cas particulier. thinking

drogue-peace

Dernière modification par AnonLect (02 mars 2022 à  00:10)

Hors ligne

 

Anaya 
Nouveau Psycho
400
Inscrit le 28 Jun 2021
56 messages
Blogs
Ce serait vivre dans une petite bulle rose bonbons que d’affirmer qu’il n’y en n’a pas. Alors oui, bien sûr, cela dépends du contexte dans lequel tu te positionnes, lequel influence forcément ton système de représentations.

J’ai constaté ce paradoxe entre des images extrêmement sexualisantes dans les médias (si c’est à ça que tu fais référence, on est d’accord sur ce point) et un malaise constant à évoquer le sujet en milieu professionnel. Après c’est pareil, ça dépends quel milieu.

Par exemple des assos sont spécialisées sur ces questions là donc plus ouvertes sur les questions de la sexualité en général,sont des mines d’infos en matière de prévention etc

Il subsiste des attitudes culpabilisantes envers les femmes qui osent montrer leur corps et un amalgame trop vite fait avec les représentations données des femmes dans les médias (ex. La télé, clips etc).

Psilosophia a écrit

Anaya a écrit

26 février 2022 à  00:19
Je publie ce post car je souhaite que la sexualité des femmes ne soit plus un tabou

Sur quels éléments concrets tu te bases pour affirmer le fait que la sexualité des femmes serait taboue de manière générale ? On est pas encore aux Emirats il me semble non? Ou en Inde par exemple, dans le Tamil Nadu la c'est la sacrée ambiance. Aborder une telle problématique avec un biais d'analyse centré sur son petit système de représentations, c'est occulter la partie immergée de l'iceberg.

Sans nier le fait que ça a pu être le cas pendant quelques siècles auparavant, il faut quand même avoir une clairvoyance sur les évolutions des mœurs depuis le XVIIIème en Europe.

Qui s'est opposé réellement à ta vision de la sexualité au point que cela t'empêche vivre comme tu le souhaitais, à six orgasmes?

Dernière modification par Anaya (02 mars 2022 à  00:25)


« Il faut encore porter en soi un chaos, pour mettre au monde une étoile qui danse »
Nietzsche

« C’est avec les gros egos qu’on fait les petits chefs » fernandelle

Hors ligne

 

anonyme784532 
Banni
400
Inscrit le 19 Dec 2020
573 messages
Blogs
Anaya : malgré le fait que je sois un homme j'arrive quelque peu (un tantinet, très modestement) à entrevoir le mal qui vous ronge, je vois pas mal de voix féminine qui s'élèvent contre le harcèlement de rue notamment et si on prends cinq petites minutes pour écouter la voix des femmes (sans vouloir non plus vous généraliser) on constate en tant qu'homme que vous êtes en proie à des problèmes que nous ne connaissons pas ou à bien moindre mesure. Par-exemple, sortir tard seul dans une ville comme Paris par-exemple c'est impensable et même de journée ! il y a des quartiers où il ne fait pas trop bon trainer lorsqu'on est une femme, au risque de se faire siffler et accoster par des hommes louches et qui à dire vrai sont en chaleur, en rude, je ne vois quel autre terme je pourrais utiliser.

Si on ne voit ça que d'un point de vue masculin on ne peut pas s'imaginer ce que vivent encore les femmes aux 21ièm siècles, pour ça il faut parvenir à être empathique et être un tant soit peu dans l'écoute.

Personnellement, ce qui m'aura sensibilisé à ça c'est notamment le fait que j'ai une petite sœur, ça fait drôle lorsqu'on entend certaines anecdotes de proche. C'est là que je me suis dit qu'ouais, on ne vit pas exactement dans le même monde, pas sous le même prisme en tout cas...

Franchement chapeau à vous ! je ne sais pas si je supporterais entre autres choses le harcèlement de rue, les regards lourdingues sur soi, sur son corps et autres joyeusetés si du jour au lendemain grâce à un coup de baguette magique je changeais de sexe et que je devais une femme.

En plus de ça je trouve que c'est un argument fallacieux que de dire " oui mais vous savez il y a pire ailleurs ". Dans ce cas on pourrait tout autant dire que la vie est rose en France car ailleurs il y a la guerre, dixit l’Ukraine'' " alors que ce n'est pas fondamentalement pas le cas, ce n'est pas parce qu'il y a " pire ailleurs " que cela occulte les dysfonctionnements que nous rencontrons en France par-exemple.

Dernière modification par anonyme784532 (02 mars 2022 à  00:46)

Hors ligne

 

Anaya 
Nouveau Psycho
400
Inscrit le 28 Jun 2021
56 messages
Blogs

krakra a écrit

Salut,
tu avais une addiction à l'orgasme et ou c'était un besoin de séduction et ou un besoin de s’avilir ?
tu a réussis à rompre cette addiction grâce à une rencontre ou un autre déclic?
Il est vrai que pour trouver du porno respectueux des femmes il faut bien chercher
Merci pour le témoignage

Coucou,

Oui j’avais une addiction à l’orgasme. En fait c’était toujours au moins 5-6 par rapport et parfois plusieurs partenaires et rapports dans la même journée. Mon compagnon actuel au début de notre relation était complètement épuisé par ce mode de fonctionnement. C’était des réveils la nuit, des demandes avec insistance pendant la journée avec très peu d’autres sujets de conversation que le sexe.
A l’époque je voulais que ce soit brutal, après on reprends, encore, encore, jamais fatiguée, mais ensuite plus d’énergie pour rien.

Alors oui, j’attends les remarques sarcastiques du style « oh non le pauvre quelle victime, il est avec une folle de cul !!»; eh bien je vous assure que c’était envahissant, il en avait marre.

J’ai appris à me canaliser d’abord avec un seul partenaire. Au début je me voyais vraiment pas baiser juste 2-3 fois par semaine c’était inconcevable. Ma vie se résumait à ça.

Quand je travaillais sur mon ordi, j’avais des pulsions qui me coupaient complètement et j’étais obligée de m’arrêter. Pareil en contexte pro réel, le mental qui part ailleurs et des flash que j’essayais de contrôler.

Aujourd’hui je supporte plus de baiser à la chaîne j’ai le sentiment d’être une machine. Pareil pour la douleur, je me suis déshabituée, il refusait de me faire mal de toute façon.

La douleur me procurait un apaisement, un bien être, une sorte de transe. Pour le coup c’était vraiment le fait d’avoir mal. Mais j’étais prête à ne pas aller en cours ou perdre une journée de travail pour aller jusqu’au bout de ma pulsion. Je préférais sortir et prendre diverses drogues puis finir avec des partenaires multiples que de manger avec ma famille ou aller au cinéma. Cette addiction a fini par m’isoler de tout, jusqu’à ce que je devienne une hermite blottie dans son appart en bordel.

On ne peut pas faire la confusion avec un simple choix de vie. A l’époque c’était une compulsion.

Dans ce contexte je souffrais plus de la solitude et de l’enfermement lié a l’addiction, la perte de mes amis, leurs reproches, jugements et le rejet. Ils ont essaye de me réveiller à leur manière et ont fini par jeter l’éponge.

Je pense qu’il faudrait développer la RDR sur l’addiction sexuelle, aller même plus loin que la prévention des maladies, comment on retrouve une capacité de choix, le faire de manière safe au sens large.


Par contre le but du propos n’est pas de rentrer dans les détails des pratiques, pour ça il y a les sites spécialisés !


« Il faut encore porter en soi un chaos, pour mettre au monde une étoile qui danse »
Nietzsche

« C’est avec les gros egos qu’on fait les petits chefs » fernandelle

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Super comme témoignage, merci.  Et super l’idée de developer la rdr du sexe.

Désolé de dévier du post original, mais pour les mecs ci-dessus, je peux vous décrire une vraie addiction sexuelle conjuguée au masculin. Évidement ça peut ressembler à autre chose aussi, mais voici un exemple de qqn de réellement accro:

Mon oncle a 75 ans et il vit tout seul, de l’argent qui provient des appartements dont il est propriétaire. Il est accro au sexe à un tel point qu’une grande partie des quelques milliers d’euros mensuels qu’il reçoit s’envole par la fenêtre, et par des sites de camgirl, et par des arnaques sur internet (souvent des personnes sur internet qui le convainquent qu’elles sont des femmes à proximité qui veulent baiser, moyennant de l’argent envoyé à l’avance), et par des réelles femmes qui entrent dans sa vie en guise d’amante, le temps de le voler (c’est arriver plusieurs fois). Donc il a besoin d’autres pour gérer ses finances comme résultat, pour pas qu’il se retrouve à la rue, et à la fin il n’a toujours pas de copine.  Ses enfants sont dégoûtés de voir leurs héritage disparaître ainsi.

Après je donne moi même comme exemple d’un homme plus typique, qui est certes obsédé par le sexe, mais sans en être accro. Moi je peux me branler jusque 5 fois par jour, si pas d’autres obligation.  Je suis parti de plusieurs relations stable dans ma vie par envie de voir ailleurs (ça je ne ferais plus). Je pense tout le temps au sexe, malgré mes tentatives régulière de « desexualiser » mon cerveau.  Je peux regarder jusqu’une heure de porno, certains jours.  Je peux baiser avec ma femme pendant 2+ heures de suite, sans envie d’arrêter à la fin. Malgré tout ça je ne suis pas accro au sexe.  Pas comme le décrit @anaya ni comme le présente @anonlect (Merci!).  Je n’ai pas de pulsion sexuelle qui me crée des problèmes sociaux, médicaux, ou financiers dans ma vie, et je reste dans le consentement avec les autres.  J’ai un rapport très sain au sexe, finalement, car ça me fait beaucoup de bien sans faire de mal ni à moi ni aux autres, même si c’est omniprésent dans ma vie.

Dernière modification par zizitaupe_meilleure_bande (02 mars 2022 à  10:08)

Hors ligne

 

Cub3000 
Adhérent PsychoACTIF
2100
Inscrit le 06 Feb 2019
550 messages
Blogs

Anonyme93 a écrit

En plus la tu nous dis ==> Se branler 3 fois par jours = ok
Excuse moi, mais je trouve sa aberrant

Soit je ne comprends pas ce que tu veux dire dans ce contexte, soit j'ai soudain l'impression de ne plus être sur Psychoactif mais sur un site de l'église catholique romaine.

En quoi ça peut poser un problème de se branler 3 fois (ou plus) par jour du moment que ça se passe dans le cadre de l'intimité ou entre personnes consentantes ?


...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

Anonyme93
Invité

Cub3000 a écrit

Attention tu te méprends Cube

Chacun à la droit de faire se qu'il veut de son corps . Je suis pas dans un jugement de valeurs morale.

Maintenant .. Il me semble, que lorsque l'on est plus un adolescent, se masturbé 3 fois par jours devant des pornos, n'es pas forcément très sains et productif. Tan sur le plan psychologique, physique et spirituelle.

Pour moi se masturbé autant traduit une insatisfaction non réalisé dans la vrai vie.
Quelque part sa pousse à l'inaction, dans la séduction, et dans un spectre beaucoup plus globale dans ta vie tout court. Après une branlette ta rarement envie de faire plein de choses.. L'expression "être un branleur" ne sort pas de nulle part.

Tu es beaucoup plus satisafait après avoir séduit une nana qu'après avoir trempé tes draps tout seul.

Et attention encore une fois je ne suis pas dans le jugement. Je suis le 1er à consommer du porno régulièrement et à pratiquer les plaisirs solitaire, et c'est bien parce que j'en subit les inconvénients et que j'ai lu et vu des dizaines de témoignage que je me permet de dire tout cela.


Rien de tout ça n'es très sains ( et pour la 3eme fois je ne fais pas de moral ). Et aujourd'hui il y a les études pour l'appuyer, ce n'es pas nouveau.




Après ceux qui le vivent normalement .. grand bien leur fasses j'ai envie de dire !
Mais à mon avis se sujet relève bien plus d'un problème de société que se vous ne laisser faire entendre.

Reputation de ce post
 
Prejugés...parle en JE..dire que se branler c'est être un branleur :(
 
N'importe quoi....
 

Cub3000 
Adhérent PsychoACTIF
2100
Inscrit le 06 Feb 2019
550 messages
Blogs
/forum/uploads/images/1646/20719348lpw-20719477-article-benoit-xvi-religi.jpg

...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

plotchiplocth 
Modérateur
3400
Inscrit le 13 Mar 2019
2304 messages
Blogs

Anonyme93 a écrit

L'expression "être un branleur" ne sort pas de nulle part.

effectivement.
elle prend racine dans la condamnation religieuse de l'onanisme et du plaisir de manière plus générale, au profit d'une mise en valeur de plaisirs qui viendraient après la vie et qui seraient mérités en récompense du labeur, des souffrances et d'une forme d'abnégation attachés à la "vie terrestre" comme rédemption des péchés.

L'expression "être un branleur" dans sa dimension péjorative, invalidante et de condamnation morale vient de là. (comme l'essentiel des condamnations morales en cours dans notre société, dont celle de l'usage de substances en raison de leur lien au plaisir, un héritage de la "tradition chrétienne" et de son "traitement moral" du plaisir)

(en tout cas il me semble que c'est ce qu'en dit M. Foucault de facon très résumée dans l'histoire de la sexualité)

Dernière modification par plotchiplocth (05 mars 2022 à  11:43)

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs

Anonyme93 a écrit

Cub3000 a écrit

Maintenant .. Il me semble, que lorsque l'on est plus un adolescent, se masturbé 3 fois par jours devant des pornos, n'es pas forcément très sains et productif. Tan sur le plan psychologique, physique et spirituelle.

Pour moi se masturbé autant traduit une insatisfaction non réalisé dans la vrai vie.
Quelque part sa pousse à l'inaction, dans la séduction, et dans un spectre beaucoup plus globale dans ta vie tout court. Après une branlette ta rarement envie de faire plein de choses.. L'expression "être un branleur" ne sort pas de nulle part.

Tu es beaucoup plus satisafait après avoir séduit une nana qu'après avoir trempé tes draps tout seul.

Parles seulement pour toi même s’il te plaît, comme ailleurs sur le forum. Chacun peux décider ce qui lui convient dans la vie.  Moi même je trouve que se branler plusieurs fois par jour ça me convient.  Je trouve ça très sain pour moi, et je suis très satisfait dans ma vie (et si j’étais pas satisfait il y aurait aucun lien pour moi). Je trouve que “séduire une nana” me fait pas du bien. Si je suivait ton logique et au lieu de me branler je sortais "séduire des nanas" je ne serais rien que malheureux, ayant entrainer des nanas dans ma vie seulement pour avoir un sens d'accomplissement. Et les nanas seraient egalement malheureuses vu que jaurais besoin daller en trouver de nouvelles a seduire toutes les huit heures (3x par jour, non?)… bref sans blague, chacun fais ce qu'iel veut avec sa chaglinette et son zob et on oublie le jugement, stp.

Dernière modification par zizitaupe_meilleure_bande (05 mars 2022 à  17:22)

Hors ligne

 

Anonyme93
Invité

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Chacun peux décider ce qui lui convient dans la vie.   chacun fais ce qu'iel veut avec sa chaglinette et son zob et on oublie le jugement, stp.

Oui tout à fait je parle en mon nom. Regarde, j'utilise les termes tel que "il me semble" , "pour moi", ce qui prouve que je parle en mon nom. Et tu remarqueras aussi qu'au moins trois fois j'ai bien précisé que je n'était pas dans le jugement de valeur.

Va falloir faire un effort et relire un peu mieux la prochaines fois.

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Tant mieux si tu le dit, mais relis toi même, tu écris « tu » es « on » …

« Tu es beaucoup plus satisafait après avoir séduit une nana qu'après avoir trempé tes draps tout seul. »

« que lorsque l'on est plus un adolescent, se masturbé 3 fois par jours devant des pornos, n'es pas forcément très sains et productif. »

Hors ligne

 

Échec Scolaire 
Nouveau membre
400
Inscrit le 13 Feb 2022
38 messages
B

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Tant mieux si tu le dit, mais relis toi même, tu écris « tu » es « on » …

« Tu es beaucoup plus satisafait après avoir séduit une nana qu'après avoir trempé tes draps tout seul. »

« que lorsque l'on est plus un adolescent, se masturbé 3 fois par jours devant des pornos, n'es pas forcément très sains et productif. »

Bonjour,

Je crois que ce qu'il veut dire c'est que l’excès en tout est un défaut.
Je pense aussi qu'il veut signifier que TROP  se masturber peut nous détourner des rapports  traditionnels que l'on entretien de coutume avec l'autre sexe, par là nuire à nos relations  sociales et à notre développement personnel, ainsi qu’au désir que l'on peut avoir de créer un couple.

En outre, il me semble que des conditions psychologiques structurantes et favorables à l'individu  se rencontreront plus souvent dans un couple que pour une personne affectivement isolée se masturbant x fois par jour.

C'est pas complètement déconnant et ça a déjà été théorisé (voir les besoins fondamentaux chez Maslow et sa pyramide, ou même Freud dans un autre genre, il y en a d'autres)

Bonne journée.

PS: regular psyche s'exprime globalement en ”je” depuis le début, son ton est mesuré, est-ce utile de le reprendre sur 2 phrases qu'il est trop facile de mettre en exergue simplement par vexation ou opposition systématique ?
En tout cas, ça n'a rien d'une contre-argumentation, ça ne sert à rien. Faut-il à ce point surveiller sa propre graphie, à la chasse du moindre ”on” dans le but de bannir ce dernier ?
Je comprends le travail sur la généralisation, les clichés, les stéréotypes et toussa, c'est honorable, digne et utile, mais l'excès en tout est un défaut comme je le disais au début. Ça devient souvent un argument (et pourtant ce n'en est pas un) pour simplement et définitivement discréditer la rhétorique de ” l'adversaire”. Trop facile d'utiliser un argument qui se suffit à lui-même.
J'ai même vu des posts dans lesquels l’OP met le ”JE ” en majuscules,  je comprends pas bien ce qu'il redoute avec des minuscules à moins d'être déjà traumatisé, enfin c'est pour dire que ça va loin.

Dernière modification par Échec Scolaire (06 mars 2022 à  11:17)

Reputation de ce post
 
+1 GuyG
 
Très juste !

Hors ligne

 

Échec Scolaire 
Nouveau membre
400
Inscrit le 13 Feb 2022
38 messages

Échec Scolaire a écrit

B

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Tant mieux si tu le dit, mais relis toi même, tu écris « tu » es « on » …

« Tu es beaucoup plus satisafait après avoir séduit une nana qu'après avoir trempé tes draps tout seul. »

« que lorsque l'on est plus un adolescent, se masturbé 3 fois par jours devant des pornos, n'es pas forcément très sains et productif. »

.

désolé d'avoir merdé le message,  je ne suis plus habitué aux balises depuis au moins 15 ans, je n'ai pas trouvé comment supprimer

Dernière modification par Échec Scolaire (06 mars 2022 à  09:31)

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Peut être j’ai trop ciblé le langage, désolé, mais le propos de base je trouve tellement absurde.  Même si c’était prouvé que la masturbation fréquente soit nuisante à la santé— ce qui n’est pas le cas d’après ce que je sais (désolé mais Maslow et Freud ne me servent pas comme base de référence sur le sujet, mais si t’as des études, je suis friand)—qu’est-ce que ça change?  Si ça rends un individu heureux, qui est on pour juger, trouver ça trop? C’est à chaque personne d’apprendre par lui même ce qui est trop de masturbation.  Ce qui m’a gêné depuis le début c’est que psyché ne dit pas « 3x par jour c’est trop pour moi, je préfère aller séduire, ça me rends plus heureux. »

Échec Scolaire a écrit

B

Je crois que ce qu'il veut dire c'est que l’excès en tout est un défaut.
Je pense aussi qu'il veut signifier que TROP  se masturber peut nous détourner des rapports  traditionnels que l'on entretien de coutume avec l'autre sexe, par là nuire à nos relations  sociales et à notre développement personnel, ainsi qu’au désir que l'on peut avoir de créer un couple.

Et puisque je suis clairement qqn qui fait une fixette sur les mots (ici au moins, car le sujet me passionne), c’est quoi cette phrase: « rapports  traditionnels que l'on entretien de coutume avec l'autre sexe, par là nuire à nos relations  sociales et à notre développement personnel, ainsi qu’au désir que l'on peut avoir de créer un couple».  On est de nouveau en étude de bible ici?  On est au 21e siècle, nom de vingt dieux d’ours!  Pourquoi on parle de « rapports traditionnels » et de « l’autre sexe »?  Puis, pour certains, developper sa sexualité ou simplement se perdre dans l’hédonisme pur de l’onanisme, ça tombe dans la catégorie de « développement personnel ». Et pourquoi doit on créer un couple? Il y a plein de gens très bien qui s’en foutent d’être en couple, qui ont abandonné l’idée.  Certes il y a des études qui montrent qu’on vit plus longtemps en couple, qu’il y a tels ou tels avantages de la vie en couple. Mais ça ne change rien pour un individu qui n’a pas envie d’être en couple, car pour cette personne en particulier, la vie de couple la rends malheureuse.

Si j’insiste la dessus, c’est car je crois que beaucoup de problèmes sexuels arrivent du fait que la société associe certaines aspects de la sexualité avec le « mal ». Si on dit on gens que se branler trop souvent c’est mauvais pour la santé mentale, les gens auront honte de « trop » se branler.  L’église a bien fait des dégâts déjà pendant longtemps, et ça continue de nos jours.  Encore une fois je ne dis pas que se branler beaucoup c’est forcément bien, juste que c’est à chacun de découvrir de soi même ce qui leurs convient, sans le jugement des autres.

Hors ligne

 

Échec Scolaire 
Nouveau membre
400
Inscrit le 13 Feb 2022
38 messages

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Peut être j’ai trop ciblé le langage, désolé, mais le propos de base je trouve tellement absurde.  Même si c’était prouvé que la masturbation fréquente soit nuisante à la santé— ce qui n’est pas le cas d’après ce que je sais (désolé mais Maslow et Freud ne me servent pas comme base de référence sur le sujet, mais si t’as des études, je suis friand)—qu’est-ce que ça change?  Si ça rends un individu heureux, qui est on pour juger, trouver ça trop? C’est à chaque personne d’apprendre par lui même ce qui est trop de masturbation.  Ce qui m’a gêné depuis le début c’est que psyché ne dit pas « 3x par jour c’est trop pour moi, je préfère aller séduire, ça me rends plus heureux. »

Échec Scolaire a écrit

B

Je crois que ce qu'il veut dire c'est que l’excès en tout est un défaut.
Je pense aussi qu'il veut signifier que TROP  se masturber peut nous détourner des rapports  traditionnels que l'on entretien de coutume avec l'autre sexe, par là nuire à nos relations  sociales et à notre développement personnel, ainsi qu’au désir que l'on peut avoir de créer un couple.

Et puisque je suis clairement qqn qui fait une fixette sur les mots (ici au moins, car le sujet me passionne), c’est quoi cette phrase: « rapports  traditionnels que l'on entretien de coutume avec l'autre sexe, par là nuire à nos relations  sociales et à notre développement personnel, ainsi qu’au désir que l'on peut avoir de créer un couple».  On est de nouveau en étude de bible ici?  On est au 21e siècle, nom de vingt dieux d’ours!  Pourquoi on parle de « rapports traditionnels » et de « l’autre sexe »?  Puis, pour certains, developper sa sexualité ou simplement se perdre dans l’hédonisme pur de l’onanisme, ça tombe dans la catégorie de « développement personnel ». Et pourquoi doit on créer un couple? Il y a plein de gens très bien qui s’en foutent d’être en couple, qui ont abandonné l’idée.  Certes il y a des études qui montrent qu’on vit plus longtemps en couple, qu’il y a tels ou tels avantages de la vie en couple. Mais ça ne change rien pour un individu qui n’a pas envie d’être en couple, car pour cette personne en particulier, la vie de couple la rends malheureuse.

Si j’insiste la dessus, c’est car je crois que beaucoup de problèmes sexuels arrivent du fait que la société associe certaines aspects de la sexualité avec le « mal ». Si on dit on gens que se branler trop souvent c’est mauvais pour la santé mentale, les gens auront honte de « trop » se branler.  L’église a bien fait des dégâts déjà pendant longtemps, et ça continue de nos jours.  Encore une fois je ne dis pas que se branler beaucoup c’est forcément bien, juste que c’est à chacun de découvrir de soi même ce qui leurs convient, sans le jugement des autres.

D'accord pour les rapports traditionnels et l'autre sexe, c'est maladroit de ma part, et je me suis aperçu trop tard que ce sont des expressions qui peuvent apparaître comme douteuses ici.

Je n'ai pas de lien sur des "études" et je suis pas là pour en chercher, je parle en JE comme qui dirait, c'est mon avis et il ne vaut peut-être pas plus que ce qu'il coûte. Par contre, je t'ai cité un grand psychologue ( Maslow ), il y en a d'autres, libre à toi de t'informer, je peux pas le faire à ta place. Pour simplifier, il dit qu'il y a des besoins fondamentaux, le sexe entre partenaires en fait partie, mais aussi la famille et d'autres comme le sentiment de sécurité  ou d’amour/appartenance. Si ces besoins ne sont pas satisfaits, d'autres besoins plus évolués, plus  haut dans la pyramide, ne pourront pas émerger. J'ai résumé vite fait.

Je ne dis pas que la masturbation c'est mauvais pour la santé mentale, personne de sensé ne dit ça.
C'est une pratique aussi répandue que normale.
Par contre, quand  c'est trop, à mon avis ça peut détourner des relations avec d'autres partenaires qui sont la norme chez les humains, et aussi plus satisfaisantes.

Ce que je pense simplement, en dehors de tout jugement ou idéologie, encore moins religieuse, c'est que TROP se masturber c'est le signe de problèmes psychologiques voire psychiatriques (ou même peut-être neurobiogiques, ça j'en sais rien).
Si ça prend une dimension compulsive, ce n'est pas normal.

Je sais bien aussi qu'on peut se trouver heureux et accompli seul, cependant je continue de croire que le couple revêt une dimension de stabilité que le célibat n'a pas, ne serait-ce que par son écrasante majorité représentative, mais je peux me tromper. D'ailleurs c'est aussi mon expérience, je trouve la vie en couple plus enrichissante, pour diverses raisons. Jamais je ne reviendrai au célibat, surtout à mon âge.

Sois assuré que je n’ai aucun jugement moral sur la masturbation, moi aussi ça m'arrive et même souvent, mais perso je m' inquieterais si ça prenait trop d'importance dans ma vie, comme pour d'autres choses.

C'est gentil d'être revenu argumenter, bonne fin de journée !

Dernière modification par Échec Scolaire (06 mars 2022 à  17:52)

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs

Échec Scolaire a écrit

D'accord pour les rapports traditionnels et l'autre sexe, c'est maladroit de ma part, et je me suis aperçu trop tard que ce sont des expressions qui peuvent apparaître comme douteuses ici.

Je n'ai pas de lien sur des "études" et je suis pas là pour en chercher, je parle en JE comme qui dirait, c'est mon avis et il ne vaut peut-être pas plus que ce qu'il coûte. Par contre, je t'ai cité un grand psychologue ( Maslow ), il y en a d'autres, libre à toi de t'informer, je peux pas le faire à ta place. Pour simplifier, il dit qu'il y a des besoins fondamentaux, le sexe entre partenaires en fait partie, mais aussi la famille et d'autres comme le sentiment de sécurité  ou d’amour/appartenance. Si ces besoins ne sont pas satisfaits, d'autres besoins plus évolués, plus  haut dans la pyramide, ne pourront pas émerger. J'ai résumé vite fait.

Je ne dis pas que la masturbation c'est mauvais pour la santé mentale, personne de sensé ne dit ça.
C'est une pratique aussi répandue que normale.
Par contre, quand  c'est trop, à mon avis ça peut détourner des relations avec d'autres partenaires qui sont la norme chez les humains, et aussi plus satisfaisantes.

Ce que je pense simplement, en dehors de tout jugement ou idéologie, encore moins religieuse, c'est que TROP se masturber c'est le signe de problèmes psychologiques voire psychiatriques (ou même peut-être neurobiogiques, ça j'en sais rien).
Si ça prend une dimension compulsive, ce n'est pas normal.

Je sais bien aussi qu'on peut se trouver heureux et accompli seul, cependant je continue de croire que le couple revêt une dimension de stabilité que le célibat n'a pas, ne serait-ce que par son écrasante majorité représentative, mais je peux me tromper. D'ailleurs c'est aussi mon expérience, je trouve la vie en couple plus enrichissante, pour diverses raisons. Jamais je ne reviendrai au célibat, surtout à mon âge.

Sois assuré que je n’ai aucun jugement moral sur la masturbation, moi aussi ça m'arrive et même souvent, mais perso je m' inquieterais si ça prenait trop d'importance dans ma vie, comme pour d'autres choses.

C'est gentil d'être revenu argumenter, bonne fin de journée !

Ca m’amuse beaucoup d’argumenter la dessus! N’est-ce pas une sorte de… branlette mental?  En tout cas ta phrase sur les relations traditionnelles avec l’autre sexe, c’était du pain béni (bain pénis?) pour moi, ça m’a fait rigolé.

Sans étude clair pour la souligner (comme j’ai dit j’ai du mal avec Maslow, car j’ai du mal avec la psychologie peu empirique), je ne peux pas adherer a cette idée qu’une certaine quantité de masturbation par jour et trop, et je tiens à ce que je dis depuis le début, que seulement trop c’est trop, pas plus ni moins. Pour certains 3x par jour c’est trop. pour moi 3x c’est pas trop, car quand j’ai le temps ça ne nuit pas à ma vie par ailleurs, ni à mes relations affectueuses/sexuelles.

Eke n’ai rien contre l’idée qu’une majorité des gens dans notre société ont besoin d’une relation, mais ça ne change rien au fait que plein de gens ne veulent pas de relation. Je peux penser à 4 personnes dans ma vie, dont 2 proches, qui pour telle ou telle raison n’ont pas envie de partenaire, et ils sont plus heureux ainsi.  d’ailleurs on est nombreux a être ou à avoir été dans une relation pourrie car on a peur d’être seul, ou pour des raisons financières, ou que sais je, mais finalement une relation pourrie est bien plus néfaste que la solitude.  Bref c’est beaucoup plus nuancé que la manière que tu le présente, le rôle que la relation a dans nos vies.

Reputation de ce post
 
+1, l'excès, ou addiction, répond à des critère subjectif globaux de souffrance

Hors ligne

 

Anonyme93
Invité
C'est quand même dingue d'associer la retenue et le contrôle à la chrétienté systématiquement. Vous faites de l'anti catholicisme tellement primaire et vide de sens que s'en est gênant. Après c'est en effet pas très étonnant vu qu'on est sur PA

A aucun moment il n'était question de religion dans mes propos.. Ou plutôt au tabou du Christianisme sur le sexe au quels  vous avez décidez de nous affiliez. Alors que je suis complètement a des années lumières de sa.

Moi je me rapproche plus du point de vue Hindouiste. Religion ou le sexe n'es pas du tout un tabou. Et ou il est question de parler d'énergie. Energie qu'on décide ou non de gaspiller. Y a aussi le courant Taoiste par exemple, qui vise à terme, à ne quasiment plus éjaculer. Car le sperme, selon se courant, serait une source d'énergie énorme qu'il ne faudrait pas gaspiller, pour s'accomplir plus facilement dans sa vie de tout les jours, et aussi pour éviter des soucis de santé.

Masturbation = Perte d'énergie = faiblesse du système immunitaire = maladie .
Y à même des écrits qui parle de l'aspect du sperme et qui l'associe à des états de santé.


Tu demandes des études .. Tu demandes des études...  On fait des études poussé pour savoir si le soleille est jaune ? Nan sa tombe sous le sens. Et bah la perte d'énergies après s'être masturbé beaucoup trop de fois c'est pareille. C'est un constat que n'importe qui à déjà pu faire.
Et puis franchement entre nous j'aimerais bien savoir a quoi ressemble la vie d'un gars qui se tire sur le haricot  3 fois par jours 7/7.. A mon avis celui qui s'adonne à sa doit pas avoir une vie des plus remplie.. Et encore une fois... putin sa devient chiant de se justifier, libre à celui qui s y adonne, jmen branle moi. Mais maintenant en faire l'apologie... c'est pas forcément très malin..

Donc oui oui on peut parler d'abstinence, de chasteté, on peut ne pas conspué les gens qui se masturbe de trop, et ne pas être une grenouille de bénitier qui fait l'apologie du catholicismes.  Voila, j'appelle juste à plus de retenue, vous n'en trouverez que des bénéfices. Comme pour les drogues que l'on consomme. C'es bien d'en avoir gouter, sa ouvre l'esprit, mais maintenant faut que ça reste occasionnelle, il ne faut pas s y perdre, c'est le mieux, pour notre corps et pour notre esprit. C'est tout se que je dis, ni plus ni moins
 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
D’abord je suis désolé que le sujet s’éloigne tellement du OP, et désolé que dans le forum “paroles aux femmes” nous les mecs sont en train d’argumenter sur la masturbation.  C’est en grande partie de ma faute.  J’attends presque qu’un.e moderateurice ferme la discussion.  Mais en attendant, et tant qu’on y est…

Je ne parlais pas de genre en parlant de la masturbation. Pourtant si on parle spécifiquement de la masturbation des hommes, qui dit qu’on ejacule forcément quand on se branle? L’orgasme masculin n’est pas forcément lié à l’ejaculation. Et qui dit que les états orgasmiques sont liés au penis tout court (ou tout long).  On peut se branler ainsi toute la journée sans perdre une goutte de « énergie. »  j’expérimente avec toute sorte de chose (je suis obsédé, mais je le vit très bien moi), pourtant je n’y crois pas a ce que les daoistes disent sur la sperme et sa relation à l’énergie. D’ailleurs je ne crois pas en grande chose de la religion…

Dernière modification par zizitaupe_meilleure_bande (08 mars 2022 à  00:38)

Hors ligne

 

Cub3000 
Adhérent PsychoACTIF
2100
Inscrit le 06 Feb 2019
550 messages
Blogs

Anonyme93 a écrit

Masturbation = Perte d'énergie = faiblesse du système immunitaire = maladie .

HAHAHAHAHAHAHA lol


...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

AnonLect 
Psycho junior
7010
Inscrit le 26 Jun 2019
475 messages

Anonyme93 a écrit

A aucun moment il n'était question de religion dans mes propos.. Ou plutôt au tabou du Christianisme sur le sexe au quels  vous avez décidez de nous affiliez. Alors que je suis complètement a des années lumières de sa.

Moi je me rapproche plus du point de vue Hindouiste. Religion ou le sexe n'es pas du tout un tabou. Et ou il est question de parler d'énergie. Energie qu'on décide ou non de gaspiller. Y a aussi le courant Taoiste par exemple, qui vise à terme, à ne quasiment plus éjaculer. Car le sperme, selon se courant, serait une source d'énergie énorme qu'il ne faudrait pas gaspiller, pour s'accomplir plus facilement dans sa vie de tout les jours, et aussi pour éviter des soucis de santé.

Masturbation = Perte d'énergie = faiblesse du système immunitaire = maladie .
Y à même des écrits qui parle de l'aspect du sperme et qui l'associe à des états de santé.


Tu demandes des études .. Tu demandes des études...  On fait des études poussé pour savoir si le soleille est jaune ? Nan sa tombe sous le sens. Et bah la perte d'énergies après s'être masturbé beaucoup trop de fois c'est pareille. C'est un constat que n'importe qui à déjà pu faire.
Et puis franchement entre nous j'aimerais bien savoir a quoi ressemble la vie d'un gars qui se tire sur le haricot  3 fois par jours 7/7.. A mon avis celui qui s'adonne à sa doit pas avoir une vie des plus remplie.. Et encore une fois... putin sa devient chiant de se justifier, libre à celui qui s y adonne, jmen branle moi. Mais maintenant en faire l'apologie... c'est pas forcément très malin..

Oui donc c'est pas une histoire de religion... Mais finalement si, car ce que tu sors la c'est de la pure croyance religieuse, étayée par absolument rien... le sperme serait ton energie vitale maintenant ? Ejaculer la viderait ? thinking

Tu te rends compte quand même que c'est peu crédible et 100% de la croyance religieuse quand même ? lol

Ça n'a rien à voir avec un fait observable de prime abord comme : "le soleil est jaune" ... thinking

Désolé mais ce que tu dis la, je peux te dire que je n'ai jamais expérimenté ou entendu un propos qui pourrait ne serait-ce que se rapprocher de ce que tu affirmes tranquillement comme une évidence lol

Alors oui, quand tu ejacules tu as une "perte d'energie" de quoi ..  30 seconde ? 1 minute ? Moi je te dirai au contraire que ça redonne de l'energie, de la "clartée mentale". Après cette minute de "fatigue"

Et se branler 3 fois/jour encore c'est que dalle, c'est vite fais lol

Quel putain de rapport avec une vie remplie ou pas ? Ça prend combien de temps ? 5-10 min ? Un peu plus selon les circonstance et la "méthode" ?
Tu crois que ça vide ton energie au point de ne plus pouvoir rien faire ?
Wtf ? thinking

Et ça diminuerait ton envie de séduire des gens ?
Wtf ? thinking

Et je passe sur le coup du système immunitaire ! Je suis jamais malade perso, znfin pas depuis l'age ou je me branle en tout cas. Je pourrais donc affirmer l'inverse de ton propos comme une evidence ?  J'affirme donc que ça renforce le système immunitaire ! (Spoiler : non) lol

Désolé, mais ce qui pour toi, apparemment, sont des "evidences" ne le sont absolument pas, bien au contraire...  thinking . C'est bien la première fois que j'entend ça.

drogue-peace

Dernière modification par AnonLect (12 mars 2022 à  21:08)

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Sexualité - Sexualité et endométriose
par Mauddamier, dernier post 17 juillet 2020 à  23:56 par Fluche
  8
[ Forum ] Sexualité - Sexualité chaotique
par melanie&frederic, dernier post 08 février 2012 à  12:11 par LeKlodd
  26
[ Forum ] Sexualité - Ma sexualité en temps que jeune adulte.
par kurtcobain1994, dernier post 07 octobre 2022 à  22:18 par MilleSalades
  8

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
14 octobre 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 1jCommentaire de Littleboy (34 réponses)
 Forum UP ! 
Interaction & Mélange - Interaction tramadol
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum UP ! 
Effets secondaires - Comment consommer ses truffes magiques pures sans vomir ou avoir d...
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Conseils pour le sniff - Quelle sensation la première fois?
Il y a moins d'1mn
7
Commentaire de prescripteur dans [Sniff et réduction de...]
(43 réponses)
 Forum 
Première fois - Première fois/test
Il y a 7mnCommentaire de DarkStone1213 dans [MDMA/Ecstasy...]
(5 réponses)
 Forum 
Sniffer - Demande conseil coke odeur bizarre
Il y a 15mnCommentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(4 réponses)
 Forum 
Cocaine rose
Il y a 29mn
1
Commentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(16 réponses)
 Forum 
Lisdeksamfetamindimesilat pour IV ?
Il y a 32mnCommentaire de L'Apoticaire dans [Méthylphénidate (Rita...]
(1 réponse)
 Forum 
Culture - Question température pour supa gro kit
Il y a 45mnNouvelle discussion de Spiralboi dans [Psilocybe - Champigno...]
 Forum 
Identification - Pas de psilos ?
Il y a 3hCommentaire de Psychonogeek dans [Psilocybe - Champigno...]
(36 réponses)
 Forum 
Besoin de beaucoup plus de morphine après conso de coke
Il y a 3hCommentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(1 réponse)
 Blog 
Périples d'un polytoxicame - Zefy l'heureux déçu
Il y a 1hCommentaire de Mishca dans le blog de Zefy
(1 commentaires)
 Blog 
La MDMA ou le retour à la vie normale
Il y a 8hCommentaire de C.S. dans le blog de Bootspoppers
(8 commentaires)
 Blog 
La chienne et le puma
Il y a 9h
1
Commentaire de Bootspoppers dans le blog de zizitaupe_meilleure_bande
(2 commentaires)
 
  QuizzZ 
Testez vos connaissances sur l'histoire de la réduction des risques
Dernier quizzZ à 04:38
 PsychoWIKI 
Methadone, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
AspieGirl, L'être psychédélique nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Ton incitatif sur l'héroine ?
par filousky, le 30 Nov 2022
Salut L-Olliverstone, J'ai lu ton histoire et je pourrai écrire la même, sauf que j'ai déjà 68 ans. Vécu similaire mais quand je lis ton histoire, il n'y a que du malheur et une belle diabolisation de 'héroïne. Alors, c'est vrai que l'héroïne peut faire des dégâts mais tu ne parles à au...[Lire la suite]
 Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
par Cub3000, le 22 Nov 2022
Hello...Je pourrais lister tout un tas d'effets positifs sur ma vie de certaines substances que je consomme, mais je vais me limiter au plus notable : Les lysergamides m'ont complètement sorti d'une sorte de rumination d'angoisses existentielles/métaphysiques qui me bouffait littéralement la vi...[Lire la suite]
 Question pour arrêt du Shit
par PrincessCarolyn, le 23 Nov 2022
Coucou ! Je suis à peu près dans la même situation que toi par rapport au shit et en suis à ma 2eme semaine d'arrêt.. Ce qui m'a paru important dans un premier temps c'est de se fixer des objectifs réalistes, et de se laisser le droit de diminuer sa conso petit à petit. Tu peux par exemple t...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Merci pour ton retour... Je t'ai déplacé le topic dans celui-ci ;-) MM dans [forum] Quelle sensation la première fois?
(Il y a 2h)
Même ressenti. dans [forum] craving cocaine
(Il y a 20h)
La salade a l'air stupéfiante. On peut avoir la recette ? Captaincrox' dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
(Il y a 1j)
Très très vrai...comme tout les opioïdes la méthadone est récréatives dans [forum] Méthadone récréatives, effets ?
(Il y a 2j)

Pied de page des forums