Toxicophobie médicale

Publié par ,
1003 vues, 14 réponses
#discrimination #santé #toxicophobie
Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages
Bonjour à tous,
Je suis lecteur du forum depuis plusieurs années maintenant et je me suis enfin créé un compte.
Je suis usager de drogue depuis une dizaine d'année. Je suis professionnel de santé de formation et également chercheur en sciences sociales avec un attrait particulier pour la sociologie de la santé et dans ce cadre là, j'écris sur les discriminations des usagers de drogue en santé.
Je fais ce post pour vous parler d'un article que je viens de publier dans une revue médicale qui s'appelle "Suivi des femmes enceintes usagères de drogue : un exemple de toxicophobie médicale". Il fait suite à une enquête que j'ai menée dans des CSAPA.
Je vous en parle pour vous dire que c'est la première fois que le terme de toxicophobie médicale apparaît en recherche en sciences sociales en français. La littérature anglo-saxonne est plus prolixe sur les questions du "stigma" et de la discrimination, mais en français (à part du côté du canada francophone) il n'y a pas grand chose. C'est pour cette raison que je me suis dit que ça pouvait en intéresser certains d'entre vous.
J'ai par ailleurs créé deux pages sur Wikipédia : Toxicophobie, Discriminations des usagers de drogue. Je vous invite à aller les consulter et à les corriger, c'est comme ça que ça marche sur Wiki !

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonne journée à tous

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert93champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11866 messages
Blogs
Bonjour, un point qui me parait important est que la notion d'addiction-maladie est une des sources de la toxicophobie parce qu'elle donne au corps medical le droit et surtout le "devoir" d'intervenir (après le devoir d'intervenir de la Police et de la Justice que la notion de maladie adouçit un peu). De ce fait ceux qui resistent au traitement ne peuvent être que "l'ennemi".

Mais les buveurs non excessifs d'alcool ou les fumeurs ne sont pas classés comme "malades" alors que les effets secondaires de la consommation pour la personne et pour la société sont, en proportion,  equivalents (en valeur absolue de coût pour la Société ils sont multipliés par 10 et plus par rapport aux drogues illégales).
Souvenons nous aussi du temps pas si anciens oû les homosexuels etaient aussi delinquants et/ou malades.

Je crois donc qu'il est important pour les PUD d'invoquer le droit à l'indifférence sur leurs consommations, à moins qu'eux même ne demandent de l'aide ou ne  nuisent à autrui.
Au même titre que les goûts alimentaires (y compris l'alcool), que les activités normales de la vie quotidienne ou que les religions pratiquées. Elle relèvent du domaine privé tant qu'elles y sont confinées.

Je me souviens d'une reunion au tout debut de mon investissement en addictologie avec des employeurs dont la question etait "que dois je faire si je découvre qu'un de mes employés se drogue ?". Notre (nous etions plusieurs) reponse a été rien. Soit il ne repond pas aux attentes de son emploi et c'est un problème qu'il se drogue ou non, soit il repond à ces attentes et ce n'est pas un problème, qu'il se drogue ou non.
Les emplois à risque constituent une exception prevue et encadrée par la Loi mais concerne tous les facteurs de risque.
Amicalement

Dernière modification par prescripteur (25 avril 2024 à  16:59)

Reputation de ce post
 
+1. Le droit à l'indifférence ! PTX.
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

avatar
requiemforadream femme
Nouveau Psycho
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge1
Inscrit le 30 Mar 2024
65 messages
Blogs

Saucissound a écrit

Bonjour à tous,
Je suis lecteur du forum depuis plusieurs années maintenant et je me suis enfin créé un compte.
Je suis usager de drogue depuis une dizaine d'année. Je suis professionnel de santé de formation et également chercheur en sciences sociales avec un attrait particulier pour la sociologie de la santé et dans ce cadre là, j'écris sur les discriminations des usagers de drogue en santé.
Je fais ce post pour vous parler d'un article que je viens de publier dans une revue médicale qui s'appelle "Suivi des femmes enceintes usagères de drogue : un exemple de toxicophobie médicale". Il fait suite à une enquête que j'ai menée dans des CSAPA.
Je vous en parle pour vous dire que c'est la première fois que le terme de toxicophobie médicale apparaît en recherche en sciences sociales en français. La littérature anglo-saxonne est plus prolixe sur les questions du "stigma" et de la discrimination, mais en français (à part du côté du canada francophone) il n'y a pas grand chose. C'est pour cette raison que je me suis dit que ça pouvait en intéresser certains d'entre vous.
J'ai par ailleurs créé deux pages sur Wikipédia : Toxicophobie, Discriminations des usagers de drogue. Je vous invite à aller les consulter et à les corriger, c'est comme ça que ça marche sur Wiki !

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonne journée à tous

Saucissound a écrit

Bonjour à tous,
Je suis lecteur du forum depuis plusieurs années maintenant et je me suis enfin créé un compte.
Je suis usager de drogue depuis une dizaine d'année. Je suis professionnel de santé de formation et également chercheur en sciences sociales avec un attrait particulier pour la sociologie de la santé et dans ce cadre là, j'écris sur les discriminations des usagers de drogue en santé.
Je fais ce post pour vous parler d'un article que je viens de publier dans une revue médicale qui s'appelle "Suivi des femmes enceintes usagères de drogue : un exemple de toxicophobie médicale". Il fait suite à une enquête que j'ai menée dans des CSAPA.
Je vous en parle pour vous dire que c'est la première fois que le terme de toxicophobie médicale apparaît en recherche en sciences sociales en français. La littérature anglo-saxonne est plus prolixe sur les questions du "stigma" et de la discrimination, mais en français (à part du côté du canada francophone) il n'y a pas grand chose. C'est pour cette raison que je me suis dit que ça pouvait en intéresser certains d'entre vous.
J'ai par ailleurs créé deux pages sur Wikipédia : Toxicophobie, Discriminations des usagers de drogue. Je vous invite à aller les consulter et à les corriger, c'est comme ça que ça marche sur Wiki !

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonne journée à tous

Salut,

Je trouve ça très intéressant justement et super que quelqu’un qui y travaille fasse quelque chose. Donc j’aimerais bien avoir le pdf :)

Bien à vous


drugs are a requiem for a dream

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

prescripteur a écrit

Bonjour, un point qui me parait important est que la notion d'addiction-maladie est une des sources de la toxicophobie parce qu'elle donne au corps medical le droit et surtout le "devoir" d'intervenir (après le devoir d'intervenir de la Police et de la Justice que la notion de maladie adouçit un peu). De ce fait ceux qui résistent au traitement ne peuvent être que "l'ennemi".

Tout à fait et cela répond bien à ce que certains chercheurs appellent la médicalisation de l'usage de drogue. Le fait de médicaliser un comportement permet d'augmenter le contrôle opéré par les professionnels de santé en intervenant non plus sur une conduite mais bien sur une maladie et donc sur un malade. Cette médicalisation est à questionner car en son nom sont réalisés des choses qui personnellement me posent question.

prescripteur a écrit

Mais les buveurs non excessifs d'alcool ou les fumeurs ne sont pas classés comme "malades" alors que les effets secondaires de la consommation pour la personne et pour la société sont, en proportion,  equivalents (en valeur absolue de coût pour la Société ils sont multipliés par 10 et plus par rapport aux drogues illégales).
Souvenons nous aussi du temps pas si anciens oû les homosexuels etaient aussi delinquants et/ou malades.

C'est exact cf les excellents travaux de pierre kopp sur le cout social des drogues.

prescripteur a écrit

Je crois donc qu'il est important pour les PUD d'invoquer le droit à l'indifférence sur leurs consommations, à moins qu'eux même ne demandent de l'aide ou ne  nuisent à autrui.
Au même titre que les goûts alimentaires (y compris l'alcool), que les activités normales de la vie quotidienne ou que les religions pratiquées. Elle relèvent du domaine privé tant qu'elles y sont confinées.

Je me souviens d'une reunion au tout debut de mon investissement en addictologie avec des employeurs dont la question etait "que dois je faire si je découvre qu'un de mes employés se drogue ?". Notre (nous etions plusieurs) reponse a été rien. Soit il ne repond pas aux attentes de son emploi et c'est un problème qu'il se drogue ou non, soit il repond à ces attentes et ce n'est pas un problème, qu'il se drogue ou non.
Les emplois à risque constituent une exception prevue et encadrée par la Loi mais concerne tous les facteurs de risque.
Amicalement

D'ou toute la difficulté face à la question : mais je dois le dire ou pas ? Et franchement, dans certains cas, je suis sur qu'il vaut mieux ne pas le dire. 
Oui et d'ailleurs, au nom de ce soupçon, certains employeurs n'hésitent pas à invoquer des comportements qu'ils associent aux consos (du style il est arrivé quelques fois en retard, il a l'air fatigué) mais que, s'ils étaient associé à je ne sais quelle autre activité nocturne (gaming par exemple), n'inspireraient pas un tel soupçon et une telle volonté d'agir contre.

Merci beaucoup de votre retour en tout cas.
Amicalement

Reputation de ce post
 
Des choses qui posent question sont réalisées au nom de la médicalisation. PTX.

Hors ligne

 

avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert77champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17338 messages
Blogs

Saucissound a écrit

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonjour,

je veux bien avoir le pdf aussi. Merci.

Pierre

Hors ligne

 

avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert77champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17338 messages
Blogs

Saucissound a écrit

Tout à fait et cela répond bien à ce que certains chercheurs appellent la médicalisation de l'usage de drogue. Le fait de médicaliser un comportement permet d'augmenter le contrôle opéré par les professionnels de santé en intervenant non plus sur une conduite mais bien sur une maladie et donc sur un malade. Cette médicalisation est à questionner car en son nom sont réalisés des choses qui personnellement me posent question.

OUI !

A ce propos, je conseille vivement la lecture de cet article de Amnon Jacob Suissa "Addictions et pathologisation de l'existence : aspects psychosociaux". Je l'ai trouvé extrêmement éclairant sur le concept de maladie dans le domaine de la dépendance....

https://www.cairn.info/revue-psychotrop … age-61.htm


Bien que le concept de maladie ait été plus associé à l’alcoolisme au plan historique, le discours dominant dans le champ des dépendances s’appuie fondamentalement sur les quatre arguments classiques de Jellinek (1960) qui forment la pierre angulaire du discours associant dépendance à maladie, soit les caractéristiques de prédisposition, l’aspect progressif de la maladie, la perte de contrôle et enfin l’abstinence.

Quant à l’hypothèse voulant que l’addiction constitue un processus en progression à travers des étapes bien identifiables, la démonstration est loin d’être convaincante, et ce, pour les raisons suivantes. La plupart des personnes souffrant de ces dépendances ont utilisé cette substance ou cette activité d’une manière réactive, soit comme une stratégie d’équilibre devant un événement stressant de la vie (Peele, 2004 ; Valleur & Matysiak, 2003 ; Castellani, 2000). Ainsi compris, on peut se demander si la notion de processus progressif et inexorable ne relève pas d’une vision déterministe qui efface le potentiel des êtres humains à changer ou à adopter tel ou tel comportement.

Pour ce qui est de la notion de perte de contrôle, elle est fort controversée car elle fonde l’idée que, si un dépendant abstinent reprend ses psychotropes ou ses activités, il ne pourra alors s’arrêter. Au plan scientifique, les résultats montrent, au contraire, que les personnes peuvent exercer un certain contrôle sur leurs consommations ou réduire la fréquence et l’intensité de leurs activités addictives (Peele, 2004 ; Sobell, 2002a ; Hodgins et al., 2002).

En ce concerne l’abstinence, et bien qu’elle soit désirable quand on intervient auprès des personnes dépendantes, elle peut constituer un véritable obstacle quand elle est imposée comme une condition préalable au traitement. Soutenir que la rechute potentielle est le résultat direct d’un problème d’abstinence permet d’évacuer l’intentionnalité et les choix multiples des personnes dans le processus de décision alors qu’ils représentent justement la pierre angulaire du changement personnel et social.

Dans le meme article, lire aussi son avis sur les "mouvements nephalistes d'entraide anonyme", qui étiquette à vie comme malade, et qui est le contraire de l'émancipation.

Dernière modification par pierre (27 avril 2024 à  19:55)

Hors ligne

 

avatar
Pesteux homme
Adhérent Vert-Beuh
champi vert88champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2023
855 messages
Bonjour Saucissound. Pareil que Pierre, ça m'intéresse ton pdf !

Amicalement.

Analysez vos drogues à distance via PsychoACTIF

     ~~~~~~~~~~ Confidentiel Anonyme Gratuit ~~~~~~~~~~~~
     ~~~~~ Pour toute demande : analyse@psychoactif.org ~~~~~

Hors ligne

 

avatar
Frontkickkk homme
Nouveau membre
champi vert3champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2023
36 messages
Salut,
Je suis complètement intéressé pour recevoir ton pdf a ce sujet, pour diverses raisons, et en tant qu'usager depuis une dizaine d'années , et en tant que professionnel du social et de la rdr depuis quelques annees, et en tant que bientôt jeune parent ayant plus ou moins connu cette toxicophobie dans ce processus de parentalité.
Merci a toi de t'intéresser à cette thématique générale et à cet aspect précis en tout cas!

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert93champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11866 messages
Blogs
Bonjour je suis aussi preneur du pdf si c'est possible. Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

requiemforadream a écrit

Saucissound a écrit

Bonjour à tous,
Je suis lecteur du forum depuis plusieurs années maintenant et je me suis enfin créé un compte.
Je suis usager de drogue depuis une dizaine d'année. Je suis professionnel de santé de formation et également chercheur en sciences sociales avec un attrait particulier pour la sociologie de la santé et dans ce cadre là, j'écris sur les discriminations des usagers de drogue en santé.
Je fais ce post pour vous parler d'un article que je viens de publier dans une revue médicale qui s'appelle "Suivi des femmes enceintes usagères de drogue : un exemple de toxicophobie médicale". Il fait suite à une enquête que j'ai menée dans des CSAPA.
Je vous en parle pour vous dire que c'est la première fois que le terme de toxicophobie médicale apparaît en recherche en sciences sociales en français. La littérature anglo-saxonne est plus prolixe sur les questions du "stigma" et de la discrimination, mais en français (à part du côté du canada francophone) il n'y a pas grand chose. C'est pour cette raison que je me suis dit que ça pouvait en intéresser certains d'entre vous.
J'ai par ailleurs créé deux pages sur Wikipédia : Toxicophobie, Discriminations des usagers de drogue. Je vous invite à aller les consulter et à les corriger, c'est comme ça que ça marche sur Wiki !

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonne journée à tous

Saucissound a écrit

Bonjour à tous,
Je suis lecteur du forum depuis plusieurs années maintenant et je me suis enfin créé un compte.
Je suis usager de drogue depuis une dizaine d'année. Je suis professionnel de santé de formation et également chercheur en sciences sociales avec un attrait particulier pour la sociologie de la santé et dans ce cadre là, j'écris sur les discriminations des usagers de drogue en santé.
Je fais ce post pour vous parler d'un article que je viens de publier dans une revue médicale qui s'appelle "Suivi des femmes enceintes usagères de drogue : un exemple de toxicophobie médicale". Il fait suite à une enquête que j'ai menée dans des CSAPA.
Je vous en parle pour vous dire que c'est la première fois que le terme de toxicophobie médicale apparaît en recherche en sciences sociales en français. La littérature anglo-saxonne est plus prolixe sur les questions du "stigma" et de la discrimination, mais en français (à part du côté du canada francophone) il n'y a pas grand chose. C'est pour cette raison que je me suis dit que ça pouvait en intéresser certains d'entre vous.
J'ai par ailleurs créé deux pages sur Wikipédia : Toxicophobie, Discriminations des usagers de drogue. Je vous invite à aller les consulter et à les corriger, c'est comme ça que ça marche sur Wiki !

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonne journée à tous

Salut,

Je trouve ça très intéressant justement et super que quelqu’un qui y travaille fasse quelque chose. Donc j’aimerais bien avoir le pdf :)

Bien à vous

Bonjour, pour le PDF, il suffit de m'envoyer un mail à : temoignagespatients at gmail.com

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

prescripteur a écrit

Bonjour, pour le PDF, il suffit de m'envoyer un mail à : temoignagespatients at gmail.com

Pesteux a écrit

Bonjour Saucissound. Pareil que Pierre, ça m'intéresse ton pdf !

Amicalement.

Bonjour, pour le PDF, il suffit de m'envoyer un mail à : temoignagespatients at gmail.com

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

prescripteur a écrit

Bonjour je suis aussi preneur du pdf si c'est possible. Amicalement

Bonjour, pour le PDF, il suffit de m'envoyer un mail à : temoignagespatients at gmail.com

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

pierre a écrit

Saucissound a écrit

Tout à fait et cela répond bien à ce que certains chercheurs appellent la médicalisation de l'usage de drogue. Le fait de médicaliser un comportement permet d'augmenter le contrôle opéré par les professionnels de santé en intervenant non plus sur une conduite mais bien sur une maladie et donc sur un malade. Cette médicalisation est à questionner car en son nom sont réalisés des choses qui personnellement me posent question.

OUI !

A ce propos, je conseille vivement la lecture de cet article de Amnon Jacob Suissa "Addictions et pathologisation de l'existence : aspects psychosociaux". Je l'ai trouvé extrêmement éclairant sur le concept de maladie dans le domaine de la dépendance....

https://www.cairn.info/revue-psychotrop … age-61.htm

Excellente recommandation que cet article que je mobilise actuellement dans un nouveau travail de recherche.
À lire aussi son article de 2012 ou l'exemple des AA est pris et rejoint ce que vous dites un peu plus bas : étiquetage à vie comme malade, vision dichotomique de la dépendance, espace social de médicalisation des dépendances.
https://www.cairn.info/revue-psychotrop … wt.src=pdf

Bien que le concept de maladie ait été plus associé à l’alcoolisme au plan historique, le discours dominant dans le champ des dépendances s’appuie fondamentalement sur les quatre arguments classiques de Jellinek (1960) qui forment la pierre angulaire du discours associant dépendance à maladie, soit les caractéristiques de prédisposition, l’aspect progressif de la maladie, la perte de contrôle et enfin l’abstinence.

Quant à l’hypothèse voulant que l’addiction constitue un processus en progression à travers des étapes bien identifiables, la démonstration est loin d’être convaincante, et ce, pour les raisons suivantes. La plupart des personnes souffrant de ces dépendances ont utilisé cette substance ou cette activité d’une manière réactive, soit comme une stratégie d’équilibre devant un événement stressant de la vie (Peele, 2004 ; Valleur & Matysiak, 2003 ; Castellani, 2000). Ainsi compris, on peut se demander si la notion de processus progressif et inexorable ne relève pas d’une vision déterministe qui efface le potentiel des êtres humains à changer ou à adopter tel ou tel comportement.

Pour ce qui est de la notion de perte de contrôle, elle est fort controversée car elle fonde l’idée que, si un dépendant abstinent reprend ses psychotropes ou ses activités, il ne pourra alors s’arrêter. Au plan scientifique, les résultats montrent, au contraire, que les personnes peuvent exercer un certain contrôle sur leurs consommations ou réduire la fréquence et l’intensité de leurs activités addictives (Peele, 2004 ; Sobell, 2002a ; Hodgins et al., 2002).

En ce concerne l’abstinence, et bien qu’elle soit désirable quand on intervient auprès des personnes dépendantes, elle peut constituer un véritable obstacle quand elle est imposée comme une condition préalable au traitement. Soutenir que la rechute potentielle est le résultat direct d’un problème d’abstinence permet d’évacuer l’intentionnalité et les choix multiples des personnes dans le processus de décision alors qu’ils représentent justement la pierre angulaire du changement personnel et social.

Dans le meme article, lire aussi son avis sur les "mouvements nephalistes d'entraide anonyme", qui étiquette à vie comme malade, et qui est le contraire de l'émancipation.

Merci beaucoup pour toutes vos recommandations, j'adhère totalement à votre analyse qui relativise beaucoup d'idées préconçues (sur la notion de processus progressif d'addiction, de perte de contrôle, d'abstinence) couramment usité dans les milieux de l'addictologie et qui sont monnaie courante dans les verbatims que j'ai à analyser

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

Frontkickkk a écrit

Salut,
Je suis complètement intéressé pour recevoir ton pdf a ce sujet, pour diverses raisons, et en tant qu'usager depuis une dizaine d'années , et en tant que professionnel du social et de la rdr depuis quelques annees, et en tant que bientôt jeune parent ayant plus ou moins connu cette toxicophobie dans ce processus de parentalité.
Merci a toi de t'intéresser à cette thématique générale et à cet aspect précis en tout cas!

Bonjour il suffit de m'envoyer un mail à : temoignagespatients at gmail.com et je vous l'envoie ! Bien à vous

Hors ligne

 

Saucissound homme
Nouveau membre
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Apr 2024
9 messages

pierre a écrit

Saucissound a écrit

Je suis très enclin à envoyer le pdf par mail à tous les intéressés car il n'est pas en accès libre sur le net et à en discuter ici ou ailleurs, donc n'hésitez pas à me demander

Bonjour,

je veux bien avoir le pdf aussi. Merci.

Pierre

Pour le PDF, envoyez moi un mail à temoignagespatients at gmail.com et je vous l'envoie ! bonne journée

Hors ligne

 

Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Pied de page des forums