Que pensez vous du tercian ?

Publié par ,
6261 vues, 19 réponses
avatar
Nils1984 homme
Lévi station
France
champi vert21champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Aug 2018
160 messages
Blogs
Hello tout le monde. Je m'interroge sur le tercian depuis quatre longues années. Les psy et autre infirmières me disent qu'il est impossible d'en tomber accro. Pourtant à chaque fin de mois je suis sur la corde raide, je dépasse les doses prescrites et je ressens des effets indésirables au bout de quatre jours dès que je ne prends plus de doses, dont des effets physiques (du genre blème de garçon, j'épargne les détails)

J'aimerais savoir si d'autres ont ou ont connus ces effets de manque ?

bonne journée à toutes/tous

Dernière modification par pierre (30 janvier 2023 à  15:56)


- Le chemin pour monter est le chemin pour descendre -
(Trois Stèles de Seth)

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert99champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11900 messages
Blogs
Bonjour, ça dépend aussi de la dose.
Pour le site suivant il n'y a pas vraiemnt de sevrage mais reapparition des symptomes.

https://www.psyway.fr/cyamemazine-terci … e-sedatif/

Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

AmyW non binaire
Méta-expert
France
champi vert2champijaune1cxhampi rouge3
Inscrit le 13 Jan 2023
144 messages
Blogs

Nils1984 a écrit

Hello tout le monde. Je m'interroge sur le tercian depuis quatre longues années. Les psy et autre infirmières me disent qu'il est impossible d'en tomber accro. Pourtant à chaque fin de mois je suis sur la corde raide, je dépasse les doses prescrites et je ressens des effets indésirables au bout de quatre jours dès que je ne prends plus de doses, dont des effets physiques (du genre blème de garçon, j'épargne les détails)

J'aimerais savoir si d'autres ont ou ont connus ces effets de manque ?

J’en ai jamais pris mais j’ai une connaissance qui a fait une OD (ie: il est mort) avec une trop forte dose de Tercian. J’en ai connu un aussi qui s’est retrouvé en plein milieu d’une gare dans l’impossibilité de tenir debout…

Sur la faculté d’un produit à t’accrocher j’aurais tendance à dire que n’importe quel produit qui t’apporte un bien-être peut potentiellement te rendre accro. Ça paraît logique : si tu te retrouves privé de ce bien-être et bien ça a tendance à te faire chier. Ceci dit je ne suis pas addictologue donc c’est à prendre avec des pincettes ma théorie. Mais vu que des gens se retrouvent addicts aux jeux (d’argent ou vidéo), ou autre activité, ça me paraît logique que n’importe quelle substance puisse éventuellement te rendre accro. Après certaines le sont plus que d’autres on dirait, et pas toutes de la même manière.

Pas une substance qui me tente perso.


Ce que tu n’aimes pas chez les autres c’est ta propre part d’ombre.

Hors ligne

 

avatar
Nils1984 homme
Lévi station
France
champi vert21champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Aug 2018
160 messages
Blogs
Salut Amy

Perso je n'use pas du tercian à des fins récréatives (surtout pas !) en fait c'est un cercle bien vicelard, le serpent se mord la queue : le sub m'a permis d'en finir avec la métha, le valium m'a aidé à sortir du sub et maintenant c'est le tercian qui me permet de "tenter" de décrocher des benzos (valium)... Je reste impressionné par le nombre de personnes ici sur cette plateforme qui résistent au mal du manque... mmmh.... comment dire... le tercian à pour moi comme une vertu anesthésiante de la douleur. Je dois l'admettre une fois pour toutes, je suis accro au valium et ça devient lourd à la longue. Je ne respecte pas les doses prescrites, car au contraire du tercian le valium je l'utilise pour une plus grande créativité. Cercle vicieux, vraiment...

- Le chemin pour monter est le chemin pour descendre -
(Trois Stèles de Seth)

Hors ligne

 

avatar
Nils1984 homme
Lévi station
France
champi vert21champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Aug 2018
160 messages
Blogs

prescripteur a écrit

Bonjour, ça dépend aussi de la dose.
Pour le site suivant il n'y a pas vraiemnt de sevrage mais reapparition des symptomes.

https://www.psyway.fr/cyamemazine-terci … e-sedatif/

Amicalement

merci pour le lien, je vais regarder ça smile

fraternellement


- Le chemin pour monter est le chemin pour descendre -
(Trois Stèles de Seth)

Hors ligne

 

AmyW non binaire
Méta-expert
France
champi vert2champijaune1cxhampi rouge3
Inscrit le 13 Jan 2023
144 messages
Blogs
ouff

Nils1984 a écrit

Je reste impressionné par le nombre de personnes ici sur cette plateforme qui résistent au mal du manque...

Le « manque », physique, je l’ai ressenti la première fois quand j’ai commencé à prendre de l’héro plus qu’occasionnellement. Et là je dis merci la méthadone. Elle me permet de me faire une petite semaine à fond de came, puis d’arrêter sans souffrir du manque. Je me forçais à m’arrêter régulièrement de la came pour deux raisons : la thune (même si j’ai  les moyens j’ai aucune envie de claquer toute ma thune là dedans), et l’accoutumance (au fil des jours je ressentais  de moins en moins l’effet, c’est con). Donc en gros, je me faisais une semaine came (avec environ 10g) et trois semaine méthadone. Mais… la dernière fois que j’ai ressenti ce manque si particulier des opiacés, c’est quand j’ai dormi chez quelqu’un et que je n’avais de méthadone sur moi… Là ça fait plus de six mois que j’ai pas tapé de came (à part deux traces à l’occasion) mais je sais que je suis accro à la méthadone. Pourtant je suis juste à 20mg (jamais été au dessus de 60mg). Bref, tout ça pour dire que le manque je pourrais à la rigueur lutter contre (pour arrêter la méthadone par exemple), ou pas, selon les conditions. Si je dois bosser c’est inenvisageable. Mais si je peux rester chez moi à gémir au fond de mon lit… ça se tente. Faut prendre sur soi, c’est clair que tout le monde n’est pas égal à ce niveau-là. Et faut pas avoir d’obligations professionnelles ou autres à mon avis.

Nils1984 a écrit

je suis accro au valium et ça devient lourd à la longue

Le Vaium j’ai un peu testé mais ça me filait systématiquement un trou noir (même sans alcool à côté), par contre je prends régulièrement des Seresta, je préfère. Avant un peu à but récréatif, maintenant seulement avant de dormir, pour me faciliter l’endormissement  Mais c’est typiquement ce que tu décris dans ton message. Si j’arrête la méthadone et que ça me met dans le mal (ce qui est plus que probable) je vais avoir envie de bouffer plus de Seresta, et paf, addiction au Seresta.

Nils1984 a écrit

Cercle vicieux, vraiment...

J’en arrive à penser que la clé c’est la volonté, le gigantesque effort de volonté que tu dois faire pour passer le cap. Pour sortir du cercle…

J’ai réussi à être abstient trois ans de l’alcool, et j’ai repris il y a presque deux ans mais dans des proportions moindre. Là j’ai arrêté came et shit (le shit c’était pour récupérer mon permis mais j’ai eu aucune envie de reprendre ensuite), mais aujourd’hui et depuis un peu moins d’un an j’ai découvert cette addiction totalement différente qu’est le crack. On se refait pas smileLà-dessus je sens déjà que je vais en chier pour réussir à m’arrêter ne serait-ce qu’un mois entier. Je savais à quoi m’en tenir mais ça paraît toujours insurmontable à un moment.

Le manque et l’addiction c’est la face obscure de la drogue. Impossible de profiter des plaisirs que les drogues offrent sans affronter ces deux démons.

Bon voilà j’arrête de raconter ma vie mais après tout je suis venu sur ce forum pour parler de ça. On me virera à coups de pompes si je fais chier tout le monde :)

Prends soin de toi.

Dernière modification par AmyW (27 janvier 2023 à  22:10)


Ce que tu n’aimes pas chez les autres c’est ta propre part d’ombre.

Hors ligne

 

avatar
Nineta femme
MiOz
France
champi vert57champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2018
455 messages
Blogs

Nils1984 a écrit

Salut Amy

Perso je n'use pas du tercian à des fins récréatives (surtout pas !) en fait c'est un cercle bien vicelard, le serpent se mord la queue : le sub m'a permis d'en finir avec la métha, le valium m'a aidé à sortir du sub et maintenant c'est le tercian qui me permet de "tenter" de décrocher des benzos (valium)... Je reste impressionné par le nombre de personnes ici sur cette plateforme qui résistent au mal du manque... mmmh.... comment dire... le tercian à pour moi comme une vertu anesthésiante de la douleur. Je dois l'admettre une fois pour toutes, je suis accro au valium et ça devient lourd à la longue. Je ne respecte pas les doses prescrites, car au contraire du tercian le valium je l'utilise pour une plus grande créativité. Cercle vicieux, vraiment...

Salut!
J'ai été sous methadone et j'ai arrêté en partie avec du tercian pendant 3 semaines mais je n'ai pas poussé l'expérience car l'effet ne me réussit pas vraiment. Mon sevrage a eu lieu il ya 7 mois et je suis en pleine dépression donc AD depuis 2 mois et Je suis sous abilify en plus donc bon... pour ce qui est du valium j'ai un gros passé avec ce benzo et à chaque fois j'ai réussi à arrêter sans grande difficulté grâce aux antidépresseurs !!! Alors c'est ma technique et perso j'ai eu 2 fois recours à cette stratégie et je n'ai pas replongé depuis. J'ai toujours respecté le protocole que je m'étais imposé ne pas dépasser les 6 mois d'AD pour éviter d'être complètement dedans. J'espère réussir à en faire de même pour cette fois ci sans avoir de nouveau besoin de reconsommer des opiacés. Bref c'est une idée peut-être pas la meilleure.. c'est la première fois que je prends des AD sans avoir besoin de me sevrer des anxyolitiques mais je suis en plein PAWS donc j'ai l'impression que ça se rejoint un peu. Les médecins ne veulent plus me prescrire de valium ou autre c'est pour ça que j'ai de l'abilify. Cest la première fois que j'ai un neuroleptique en traitement long et je ne sais pas à quoi m'attendre en terme de sevrage. Je me demande si je vais pouvoir vivre un jour sans béquille thérapeutique, je me dis que je verrai bien et qu'il faut surtout pas que je me mette de pression. Et toi tu en es où par rapport à ça ?

Hors ligne

 

avatar
Nineta femme
MiOz
France
champi vert57champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2018
455 messages
Blogs

AmyW a écrit

ouff

Nils1984 a écrit

Je reste impressionné par le nombre de personnes ici sur cette plateforme qui résistent au mal du manque...

Le « manque », physique, je l’ai ressenti la première fois quand j’ai commencé à prendre de l’héro plus qu’occasionnellement. Et là je dis merci la méthadone. Elle me permet de me faire une petite semaine à fond de came, puis d’arrêter sans souffrir du manque. Je me forçais à m’arrêter régulièrement de la came pour deux raisons : la thune (même si j’ai  les moyens j’ai aucune envie de claquer toute ma thune là dedans), et l’accoutumance (au fil des jours je ressentais  de moins en moins l’effet, c’est con). Donc en gros, je me faisais une semaine came (avec environ 10g) et trois semaine méthadone. Mais… la dernière fois que j’ai ressenti ce manque si particulier des opiacés, c’est quand j’ai dormi chez quelqu’un et que je n’avais de méthadone sur moi… Là ça fait plus de six mois que j’ai pas tapé de came (à part deux traces à l’occasion) mais je sais que je suis accro à la méthadone. Pourtant je suis juste à 20mg (jamais été au dessus de 60mg). Bref, tout ça pour dire que le manque je pourrais à la rigueur lutter contre (pour arrêter la méthadone par exemple), ou pas, selon les conditions. Si je dois bosser c’est inenvisageable. Mais si je peux rester chez moi à gémir au fond de mon lit… ça se tente. Faut prendre sur soi, c’est clair que tout le monde n’est pas égal à ce niveau-là. Et faut pas avoir d’obligations professionnelles ou autres à mon avis.

Nils1984 a écrit

je suis accro au valium et ça devient lourd à la longue

Le Vaium j’ai un peu testé mais ça me filait systématiquement un trou noir (même sans alcool à côté), par contre je prends régulièrement des Seresta, je préfère. Avant un peu à but récréatif, maintenant seulement avant de dormir, pour me faciliter l’endormissement  Mais c’est typiquement ce que tu décris dans ton message. Si j’arrête la méthadone et que ça me met dans le mal (ce qui est plus que probable) je vais avoir envie de bouffer plus de Seresta, et paf, addiction au Seresta.

Nils1984 a écrit

Cercle vicieux, vraiment...

J’en arrive à penser que la clé c’est la volonté, le gigantesque effort de volonté que tu dois faire pour passer le cap. Pour sortir du cercle…

J’ai réussi à être abstient trois ans de l’alcool, et j’ai repris il y a presque deux ans mais dans des proportions moindre. Là j’ai arrêté came et shit (le shit c’était pour récupérer mon permis mais j’ai eu aucune envie de reprendre ensuite), mais aujourd’hui et depuis un peu moins d’un an j’ai découvert cette addiction totalement différente qu’est le crack. On se refait pas smileLà-dessus je sens déjà que je vais en chier pour réussir à m’arrêter ne serait-ce qu’un mois entier. Je savais à quoi m’en tenir mais ça paraît toujours insurmontable à un moment.

Le manque et l’addiction c’est la face obscure de la drogue. Impossible de profiter des plaisirs que les drogues offrent sans affronter ces deux démons.

Bon voilà j’arrête de raconter ma vie mais après tout je suis venu sur ce forum pour parler de ça. On me virera à coups de pompes si je fais chier tout le monde :)

Prends soin de toi.

Tu ne fais chier personne wink on est là pour échanger avec bienveillance ! Ta vision est intéressante

Reputation de ce post
 
Evidemment que tu ne fais chier personne, au contraire... nils

Hors ligne

 

avatar
kokie301 homme
Psycho sénior
France
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 04 Jun 2017
729 messages
Perso j’utilise le tercian pour dormir, c’est un tres bon medicament qui permet de manger normalement, il calme et apaise et aide à dormir

Du coup je ne sais pas si c’est une dépendance mais tercian je ne dors pas, même avev du zopiclone

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert38champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3727 messages
Blogs
Salut,

j'ai l'impression que comme disait Prescripteur, l'arrêt du tercian peut tout simplement faire ressortir les symptômes pour lequel est utile...

Pourquoi vouloir à tout prix vivre sans médocs si ceux-ci sont nécessaires à notre fonctionnement ?

J'ai une pathologie pour laquelle il me faut un traitement quotidien à vie (non, je ne parle pas de dépendance opiacée boulet ), aucun médecin ne m'a parlé de sevrage ou qu'il faudrait que j'arrête...

Certes, je vois comme tu dis que s'il y avait une catastrophe nucléaire et il n'y aurait plus de médocs je serais dans la merde...mais bon, je ne vais pas m'infliger d'être mal en prévision de quelque chose qui pourrait arriver. Si le cas se présente, bah, on verra. En attendant, mon but c'est d'être le mieux possible.
Sevrage pour sevrage, comme but dans la vie, non ça ne m'intéresse pas.

J'ai bien vu bien trop de potes souffrir, s'isoler, déprimer, plonger dans des PAWS horribles...je me suis toujours demandé ce qui apportait le fait d'être "clean" ? Á part la reconnaissance sociale d'être "propre" dans une société bien trop sale à mes yeux (c'est pas nous qui sommes "crados" pour moi !!).

Après, oui, parfois il y a des traitements avec des effets secondaires chiants, des mécanismes qui influent négativement sur nos vies. Et je comprends tout à fait d'essayer de mettre en place des choses pour s'en défaire, trouver des solutions...
Et si on continue parfois c'est aussi parce qu'on en a des bénéfices. Il faut quand même se le dire...
Car sinon effectivement, c'est juste déplacer le problème (ou changer de molécule).
Après comprendre les causes profondes de certains êtats parfois ça peut aider à changer les choses en mieux, mais ça prend du temps et en attendant je me médicamente pour aller au mieux.

Mais bon, perso je ne peut qu'apprecier les effets qui 'apportent les opiacés au quotidien, mais bref, ça s'éloigne de la question wink

fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 

avatar
Unposcaille femme
Laying down with golden brown
France
champi vert8champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 29 Nov 2020
604 messages
Blogs
Hello,
Mon psy m'a prescrit du tercian pour les angoisses qui n'étaient pas calmées avec les benzos (potentiellement dangereuses) et pour un temps la nuit. Comme avec tous les neuroleptiques, je n'ai pas senti de manque en arrêtant la conso journalière mais si t'as tendance à abuser les doses le retour à la normale est assez violent (j'imagine que ton état normal doit pas être ouf). Quels sont les effets physiques ? Perso je sommatise beaucoup mes troubles donc à l'arrêt brutal même de choses sans dépendance ça pouvait être violent.

Après sur le fait qu'il est impossible de tomber accro... Je n'ai pas vécu de manque physique mais je sais qu'il m'arrivait (et m'arrive encore) de dépasser les doses ou de prendre un neuroleptique puissant qui ne m'est plus prescrit juste pour l'effet cocon et vide, parfois j'avais même un ptit high, du coup si t'es réceptif je pense qu'il est très possible que tu ressentes des effets d'addiction psychologique car je les ai vécus. Même si j'en prends tjrs de temps en temps cela s'est grandement amélioré avec la stabilisation de mon état mental général.

Enfin juste au cas où, je ne sais pas de combien tu dépasses les doses, car j'ai un ami qui faisait ça pendant une période de mal-être et il avait pas l'intention d'en finir, mais si une amie n'avait pas appelé le samu à temps il aurait eu de graves séquelles cérébrales voire physiques. Je ne sais pas combien il avait pris et mon but n'est pas de t'effrayer pour rien, juste un appel à la vigilance de ta part.

Nineta a écrit

Les médecins ne veulent plus me prescrire de valium ou autre c'est pour ça que j'ai de l'abilify. Cest la première fois que j'ai un neuroleptique en traitement long et je ne sais pas à quoi m'attendre en terme de sevrage. Je me demande si je vais pouvoir vivre un jour sans béquille thérapeutique, je me dis que je verrai bien et qu'il faut surtout pas que je me mette de pression. Et toi tu en es où par rapport à ça ?

Perso après 3 ans de traitement continu et de prescription ponctuelles et d'automedication je me demande la même chose, après j'ai passé de 2 ans et 7 mois sous neuroleptiques continus, l'arrêt était une volonté de ma part suite à une prise de poids importante et une incidence trop importante sur ma faculté à être moi, mais je ne l'ai fait que quand j'ai su que c'était safe avec accord du médecin (j'ai toujours du si besoin en neuroleptique). Je pense que c'est propre à chacun, des fois je me dis que ce n'est pas très différent de mon père qui prend des médicaments pour le coeur tous les jours, parfois je me sens faible de ne pouvoir affronter la vie sans substances, d'autres fois je me dis que ce n'est pas important. Mon psychiatre m'a dit que certains cas nécessitaient un traitement à vie, mais il m'a aussi dit que c'était pas parce que ça faisait des années que j'étais sous traitement que je le serais toujours. Comme ton psy a dit, faut pas te mettre la pression ! :)

Hors ligne

 

AmyW non binaire
Méta-expert
France
champi vert2champijaune1cxhampi rouge3
Inscrit le 13 Jan 2023
144 messages
Blogs

cependant a écrit

Pourquoi vouloir à tout prix vivre sans médocs si ceux-ci sont nécessaires à notre fonctionnement ?

C’est une question que je me pose parfois. Pour la Méthadone par exemple. Je me dis que même si ce n’était plus remboursé ça ne m’ennuierais pas de me les payer. C’est moins cher que les clopes au final (une boîte, dosage max 40mg, 7 gélules, c’est environ 7 €).
Pour l’héroïne je suis aussi arrivé à la conclusion que je pourrais vivre en en prenant quotidiennement si j’avais la trésorerie nécessaire. Par contre, l’alcool a fini par me nuire, à tel point que même si j’ai repris aujourd’hui je me force à passer certains jours sans (et limiter ma dose journalière aussi) et je sais qu’il y a de grave conséquences sur le cerveau à prendre de la cocaïne quotidiennement.

En y réfléchissant un instant, s’il y a une drogue dont je devrais essayer de me passer en priorité, quitte à prendre un benzo quotidiennement à la place, c’est en premier lieu le tabac


Ce que tu n’aimes pas chez les autres c’est ta propre part d’ombre.

Hors ligne

 

avatar
Nils1984 homme
Lévi station
France
champi vert21champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Aug 2018
160 messages
Blogs
Hello tout le monde

J'ai lu attentivement tous vos posts, et au fond ce qui me réconforte c'est qu'on est belle et bien sur le même bateau - ou canot de sauvetage -
Les personnes que je croise tout le temps sur Lyon 03 ont l'air si étrangères à ce que je vis tous les jours qu'il m'arrive (forcément) de me demander ce qui tourne pas rond chez moi... mais plus j'y réfléchie et plus je me dis que les apparences sont ce qu'il y a de plus trompeur. C'est sur PA que j'avais lu et aimé cette réplique : le problème avec les apparences, c'est qu'elles sont superposées.
J'ai le souci de l'autre et le "tu t'en fous de ce que pense les gens" ne fonctionne pas super bien chez moi. Je me plains pas, ça ira pour moi. Demain je me réveillerais et j'aurais 50 ans, et je pense pas que j'aurais progressé dans le bon sens, j'ai vu trop de déchéance autour de moi, ça donne pas super envie de zigzaguer comme un malade toute sa vie. Là j'arrive à mes 40 ans et je n'imagine pas possible de m'appuyer sur les benzos pour continuer ma route, d'où l'aide du tercian. C'est vrai que ce truc aide à dormir, parfois ça met une claque d'enfer, ça me cartonne à fond quand les nuits blanches s'accumulent (comme cette nuit) Pour le coté psy, on m'a également prescrit non pas de l'abilify ni d'A.D mais de la quétiapine. Le psy dit sans cesse que ce médoc soigne "le fond de l'iceberg" et que les benzos ne font que "gommer" les angoisses de sa surface. Pour le coté doomer, j'avoue avoir décroché des opïos par crainte d'un blocage total du système, genre crise sanitaire mais en mille fois plus amplifié. A chaque fois que je prenais mon 60mg de métha (qui avait la fonction d'un apaisement soudain et d'un anxiolytique) je me disais : et le jour où tout sera bloqué, où les chaines d’approvisionnements seront cassées, je vais me retrouver en chien sans l'avoir voulu etc. etc. (comme la peur horrible de me retrouver en taule et de devoir faire un sevrage entre quatre murs) Peur débile au fond... reste que le confinement a été un sacré bordel. Le tercian à la fois m'assomme et à la fois efface/étouffe ce type de souffrance que je porte en moi depuis mes 14 ans, ce type de souffrance impossible à exprimer (sinon par l'écriture)... affaire à suivre... big_smilevape

- Le chemin pour monter est le chemin pour descendre -
(Trois Stèles de Seth)

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert99champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11900 messages
Blogs
Bonjour, j'ai oublié de dire que les neuroleptiques potentialisent l'action des BZD.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6306165/

En principe l'association est "déconseillée" (mais largement pratiquée dans les faits) mais personnellement je crois qu'elle peut être utile. Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

avatar
L'Apoticaire homme
Comme un pharmacien, mais en moins bien
France
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2016
3165 messages
Blogs
A une époque, pendant ma lune de miel methadone (le 2-3ème mois à 100mg, dosage TRES recreatifs pour ma faible conso passée, chaque matin c'était 4h minimum d'euphorie voir quasi systématiquement de prélassement intense voir jouissance littérale dans mon lit en me disant "ooooh ouaaaais mon pote !! Qu'eeeeest-ce quueeee j'me sens biiiieeeeeen avec mes 100 de metha sirop!!!" (sirop ça rush + fort et + vite que gél)

J'me disais ça en boooouuucle pendant des heures juste en kiffant perpétuellement me sentir magnifiquement bien pendant le moment séparant l'ingestion du pic plasmatique, le moment où ça atteint les effets les + qualis/forts.

Bref, et j'ai esssayé de mélanger entre 100 et 300mg de tercian (à cette époque là j'en prenais pas du tout régulièrement, j'en avais pris juste quelques x 100mg les semaines précédentes, et avant ça pas de tercian pendant des mois, neuros non plus, donc pas d'accoutummance.

(Et par le passé j'ai consommé TRES PEU de substances style tercian, théralène, artane, antihistaminiques et anticholinergiques, j'ai fais des trips déliros entre 2016 et 2018-19, environ quelques peeetites dizaines, et j'ai pris quelques mois des neuroleptiques à dosages légers et en prenant qu'une fraction du traitement et pas tous les jours, donc j'ai pas de tolérance particulière à ça en tout cas pas du tout comme ceux qui ont des années de ttmt derrière eux

(J'les tolère souvent mal d'ailleurs :
-Etat de déprime, deperso/dérea, anxiété
-Tremblements
-Idées noires, perte de motivation, fatigue
-Perte de l'envie de faire des blagues/rigoler/s'amuser/discuter, comme si j'avais momentanément "perdu mon âme", genre mon corps reste, l'esprit en partie aussi, et j'ai bien dis "EN PARTIE" (pour résumer j'me sens gogol quoi...)

-Et il "manque un truc" à mon "moi même" à ma personnalité, j'deviens chiant, pas agréable, saoulé + vite que par tt et n'importe quoi sans raisons
-Du coup -> j'préfère végeter devant des vidéos voir même juste phaser sur des trucs en attendaaaaaant :
-Les puissants effets orexigènes, me donnent la fringale du siècle, ainsi qu'accessoirement la motivation de lever mon maigre cul de cramé qui se nourrit à base d'anorexigènes mais qui paraît peser le triple de son poids car les neuros donnent l'impression d'être lourd et que nos mouvements sont fastidieux

-Au moins ça donne bon goût à la bouffe, mais du coup ça donne aussi fatalement envie de manger bien + que de raisons, car avec le tercian on a faim, la bouffe  a meilleur goût, et on stocke tout dès qu'on avale la bouffe, donc même si on mange plein de calories on aura pas forcément d'énergie car tout se stocke, et puis va essayer de faire du sport pour éliminer quand n°1 t'as pas d'énergie car tu stockes tout direct, et n°2 car tes médocs ils te zombifient = pompent ton énergie + pertes équilibre/coordination/concentration/acuité visuelle...

-Cerise sur le gateau, ça a beau avoir un effet aphrosisiaque parfois appréciable / des effets d'amélioration des ressentis de l'orgasme chez certains même si ça casse pas des briques comme pour d'autres anticho aphro comme la DPH/mercalm, bah ça a un effet chelou c'est qu'on jouit mais qu'on éjacule pas, c'est frustrant pour les mecs, même si bon, on s'en fout un peu voir totalement voir faudrait étudier ça comme moyen de contraception masculine big_smile (blague, second degré, merci de ne pas imploser)

BREEEEEEF vous l'aurez compris à travers ces NOMBREUX MOTS : j'aime paaaaas troooop troooop les neuros, que ça soit tercian ou autre (loxapac je supporte pas, ça me tord les muscles et sédatif trop trop, haldol ça va, et encore tercian et théralène ça va même si j'apprécie moyen, atarax c'est une P.E.P.I.T.E de défonce : en combo avec des opis, du DXM, voir de la cocaïne ou des bzd, en oral déjà c'est nickel, mais IV le potentiel récréatif est ouf, même seul, mais ça défonce surtout avec un opi mixé dans l'IV, mais c'est toxique pour les globules bancs + aussi les veines car corrosit/asséchant faut pas l'IV...)

Mais, à cette éppque de lune de miel metha, il m'arrivait de rajouter 1 ou 2 tercian avec ma metha 100 + mes 2-3 cafés cul sec + ma nicotine sel 24 à 48mg/ml (une fois j'en ai mis 3 j'me suis endormi direct j'tenais plus debout, 2 ça suffit large, la tolérance semble paaaas trop se faire)
Ca me faisait un effet assez proche du lean du coup, mais en version grave + fort :
-Au lieu du sirop à la codé on a su sirop à la méthadone, un autre opi
-Au lieu de la promethazine on a la cyamémazine du tercian qui a des effets similaires genre antivomitifs et anti-grattements puissants + sédation zombifiante délirogène, même si apparemment ça serait - récréatif que la prometh car cette dernière aurait un léger effet NMDA, ce qui expliquerait son coté planant et sa synergie avec la codéine + que les autres AH classiques.
MAIS, la methadone possède un effet NMDA significatif, et large + présent que avec la prometh, donc - ce niveau ça semblerait être encore mieux (et au passage la qtt symbolique d'alcool des fioles de metha sirop a aussi une action NMDA, qtt minuscule certes mais synergie avec un très fort opi+NMDA+tercian+caféine donc y a moyen que ça apporte un léger truc car l'alcool synergise bien bien avec tt ça.

Alors déjà le coté "lean' c'est cool parce que :

-La metha, au même titre que la codé dans le lean, avec son effet anti douleur et anxiolytique, va permettre de profiter des effets recherchés du tercian en récréatif (sensation d'ivresse, sédation, bodyhigh/sensations tactiles, impression de planer, reflexion modifiée/ralentie, impression d'entendre la musique autrement, parfois même des effets proches de ceux recherchés avec des dosages moyens de kéta se manifestent ; impression de "dissociation" de s"'éloigner du monde qui nous entoure"... et encore d'autres...)

Tout en limitant les effets chiants cités + hauts (j'ais pas tt répeter mais douleurs physiques, anxiété, tachychardie ultra relou, bouche sèche, mal être psy/physique, perte de motivation, déprime, etc...)

Et l'effet histaminique de la methadone (qui n'est pas si petit) va aussi contrebalancer les effets antihistaminiques du tercian et donc ses effets dysphoriques, confusants mentalement, ennuyeux, etc...)

EEEET : CERISE SUR LE GATEAU : LE CAFE LES AMIS !! (ou caféine en poudre/cachets c'est mieux car moins vomitif, ça fait moins pisser/chier, moins de tension musculaire/tension psy, de craving souvent aussi, et quasi zero voir zero aigreurs d'estomac comparé au café, pour d'euphoriser à la caféine la poudre/cachets c'est mieux)

Pour plusieurs raisons :

-Déjà café + metha ça synergise carrément, ça augmente littéralement l'activité opioïde d'ajouter de la caféine à son opi (c'est pas pour rien qu'il existe des formulations codé + paracétamol + caféine comme prontalgine, ou le lamaline : opium + para + caféine, et aussi que l'héroïne de rue est bourrée SYSTEMATIQUEMENT de caféine dès la production (bon ok pour l'héro brune ça sert à la fumer, mais on en re-rajoute encore à TOUTES les étapes d'après alors que juste quelques %/dizaines de % suffit amplement à ce qu'lle coule comme il faut qd on la fume)

Donc déjà on arrive à des effets que je qualifierais d'environ 15-25% plus euphorisants/stimulants/relaxants/antalgiques que mes 100mg de metha pris à jeun de base sans y ajouter 2-3 gros cafés culs sec, c'est pas rien, et ça vient fatalement renforcer l'action bien-être physique et mental qui va permettre de mieux tirer des bons effets du tercian

-Et aussi, la caféine est un cholinergique, le tercian un anticholinergique, et pas mal d'effets desagréables du tercian viennent de l'effet anticho : couleurs, anxieté, bouche sèche comme jamais, hallus, confusion mentale absolue, perte de mémoire courte horriblement handicapantes et autres joyeusetés, bah l'action cholinergique du café va contrer tout ça (l'action antalgique opi, ainsi que la très significative action sur la dopamine de la metha va aussi compenser l'effet anyidopaminergique très puissant voir dominant chez le tercian, parce que putain ANTIDOPAMINE quoi !!!?? Genre c'est la molécule du plaisir par excellence (oui ok les psychéheads diront séroto mais pour faciliter les choses on a qu'à dire que j'ai raison^^)

Et le tercian vient tout faire pour que notre cerveau en solllicite le - possible, donc avec ts les effets qu'on ressent quand on est en dèche de dopamine, les même effets que les descentes de coke/methamphétamine/speed : irritabilité, tremblements, tachychardie, parano, anxiété, hallus des 5 sens, souvent horrifiques ou du moins pas fun sauf pour les gens qui aiment délirer et voir des trucs chelous, déprime voir crises de pleurs inexpliqués, envies suicidaires, etc...

Et la nicotine aussi, la nicotine va faire plusieurs mix :

-un mix nicotine sel + méthadone, c'est connu, la nicotine sous opis c'est souvent délectable (certains diront que pour ça faut une vraie clope, mais moi les ciharettes ça m'dégoute et l'effet de la nicotine sel me plaît grave mieux) et à 24 ou 48mg/ml de nicotine sel j'peux vous dire que ça euphorise et pas qu'un peu surtout quand c'est ma 1ere prise de nicotine d'la journée et qu'elle est là pour sublimer une montée métha+caféine bien dosée (je rappelle que la sel ça monte + vite au cerveau, perso ça me procure un effet largement + "défonce" que la nicotine base, ppour du récréatif c'est large + adapté AMHA)

-Et un mix nicotine + caféine, j'vous fais pas l'affront de vous décrire l'effet d'un café/clope vous savez autant que moi que ça donne un effet tout à fait décent, baj ça va évidemment nous aider à améliorer notre tercian

Donc avec la metha, boostée bien au café, et aussi à la nicotine, bah on obtient un tout que je trouve + sympa et qui apporte + de défonce que metha/caféine/nicotine sel sans tercian, on a quasi plus les effets chiants, on peut profiter des effets type ivresse, anxiolyse mais sans la putain d'anxiété qui vien la contrecarrer, ce qui vient presque donner l'impression que c'est euphorique, sédation agréable genre on est calé ultra confort dans son lit, on a la tête calme, on a même parfois des effets qu'on a avec l'alcool genre interêt pour certaines choses + que quand sobre, bodyhigh similaire, sensations à la tête pas desagréables similaires,

J'ai essayé de rajouter du liquide noid de synthèse+CBD+nicotine sel, ça synergisait paaaas de ouf, le mélange anticholinergiques + cannabis est assez nul, ça annule quasiment les effets du canna, on a beau fumer des grammes àa fait littéralement moins d'effets que fumer du tabac (je déconne même pas : le tabac lui au moins on le sent toujours, bon j'exagère le canna on le "sent" mais à peine 30 secondes après avoir fumé on é "oublié" qu'on a fumé, et retour à la "case départ" c'est à dire l'état ds lequel t'étais avant de fumer, puisque ton cerveau s'auto-convainc que t'as pas fumé, et il y croit donc t'es pas def (oui sous déliros on peut croire qu'on est pas def, et vu qu'on est tellement délirant bah paradoxalement ça marche, on agit comme quelque un de pas ou du moins presque pas def car on croit qu'on l'est pas)

Apparemment à la réunion ils utilisent des neuros comme notamment l'artane et le parkinane (trihexyphenydyle) mais aussi le tercian qui est courant, et théralène, lepticur, autres neuros souvent des antiparkinsoniens, souvent à petits dosages genre des fractions de cp à peine dilués dans un verre de boisson, certains parlent d'effets style extasy voir même beaucoup appellent l'artane "l'extasy du pauvre", alors autant si on mixe avec du rhum et qu'on tombe sur la chance sur 158 d'avoir un trip proche d'un empatho avec de l'artane/tercian, bah là pl pour l'appelation, mais sachant que dans quasi tous les autres cas ça s'passe pas siper bah ça donne pas envie

A la limite quelques fois genre 6 ou 7 ça m'est arrivé, tard le soir, de m'injecter 100mg de tercian, bah ça faiaait une montée nette et rapide même si pas euphorisante hein mais au moins on sent clairement un truc et pour dormir très vite et se sentant comme sur un petit nuage genre preeeeeeeeeeeeeeesque cpmme si on était soulagé après avoir pris un benzo mais en - chaleureux et fun évidemment mais au moins j'm'endors dans un confort nickel, et je dors longtemps, et quand j'me réveille j'ai largement moins de mal à me lever de mon lit que quand j'prends 100 en oral, en oral les effets durent + longtemps et forcément les after effects aussi.

2-3 Fois j'ai fumé une fraction de tercian 100 en bang avec du tabac (c'est un de mes trucs favoris de mettre tout et n'importe quoi de psychoactif avec du tabac et de l'taper en bang, ou au moins avec du tabac en joint pour les trucs les + chauds/douloureux à taper en douilles.

C'était as dénué d'interêt, la synergie avec le tabac est bizarrement pas inintéressante, le style particulier du mélange a un charme; même si le goût du cp fumé pique pas mal (même en virant le bleu autour, il contient pas de substance active) on a envie d'aspirer pour avoir cette montée tercian+tabac en bang

Après c'est pas fou, si ça l'était ça serait environ populaire ou du moins y a des chances vu à quel point le tercian est treeees largement prescrit, et même aux jeunes, et même à ceux ayant beaucoup de pb d'addictions, donc si ça avait du potentiel autre que de pouvoir dépanner vite fait ou calmer le manque d'autres trucs ça se saurait assez vite, mais ça n'empêche pas qu'il y a plein de témoignages sur le web et que j'ai entendu IRL de gens qui ressentent un soulagement agréable, du bien être, de l'anxiolyse salvatrice, voir même des formes + ou - fortes d'euphorie, sûrement + auprès des personnes ressentant de l'anxieté  lors d'états de stimulation intellectuelle et cherchant donc parfois à se "ralentir", se "ramollir" grâce à l'effet anti-stim du tercian.

Dernière modification par L'Apoticaire (29 janvier 2023 à  05:00)


J'adore c'que j'fais.

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert99champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11900 messages
Blogs
Bonjour, l'Artane, Parkinane, Lepticur ne sont pas des neuroleptiques mais des correcteurs de leurs effets secondaires. Ils sont plutot proches des antiparkinsoniens et de la datura. pour l'effet dit recréatif. (plus souvent des cauchemars).

https://www.vidal.fr/medicaments/gammes/artane-665.html

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (29 janvier 2023 à  09:53)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

avatar
L'Apoticaire homme
Comme un pharmacien, mais en moins bien
France
champi vert57champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2016
3165 messages
Blogs

prescripteur a écrit

Bonjour, l'Artane, Parkinane, Lepticur ne sont pas des neuroleptiques mais des correcteurs de leurs effets secondaires. Ils sont plutot proches des antiparkinsoniens et de la datura. pour l'effet dit recréatif. (plus souvent des cauchemars).

Attention à pas confondre plusieurs pratiques bien distinctes faites par plusieurs types de gens aux intentions différentes :

Les effets que recherchent les gens (généralement près de la Réunion, les DOM TOM quoi, ailleurs ça se fait pas trop ces prods là comme drogue voir pas, Afrique à la imite si mais pas trop ailleurs) en prenant de l'artane ou du parkinane ou du tercian, ils en prennent un seul comprimé de 5mg , 2 à la limite ou pas bien +  voir une fraction de comprimé.

Généralement avec un peu de rhum ou du coca, à ces dosages là ce ne sont ABSOLUMENT PAS DU TOUT DES EFFETS NI HALLUCINOGENES VISUELS NI ANXIOGENES VOIR MEME CARREMENT + ANXIOLYTIQUES QU'AUTRE CHOSE QUI SE PRODUISENT, ça donnera des effets similaires à une dose normale de tercian quoi, artane et tercian étant certes différents mais c'est pas non plus le jour et la nuit entre les 2, les usagers de tercian récréatif reportent des effets aaaaapparement enpathogènes et beaucoup de comparaisons avec l'extasy sont faites ??? Après je ne fais que reporter c'que j'ai lu sur des sites locaux,

Parce que pour avoir des hallus avec l'artane ainsi que des effets trippants cauchemardesques typiques des déliros c'est plutôt avec des doses autour de 5-6-7-8-9 cachets d'artane 5mg, et il a beau présenter le coté cauchemardesque des délirants, cet aspect est largement moins présent que chez par exemple le mercalm/nautamine, la promethazine (oh bordel comme c'est glauque la promethazine même à à peine 3cp... On délire largement + avec un verre voir un demi verre de lean codéine+phenergan ou juste un plateau 1 peu dosé de DXM qu'avec une dose récréative d'artane comme ils en prennent à la réunion, à partir de là ça devrait le faire niveau riques d'effets délirants, on rappelle aussi que ENORMEMENT DE GENS ne sentent pas ou peu les effets de leur/leurs premières prises de délirants à dosages délirants voir même bien + elvés que mes dosages pour tripper aux délirants, mais ont pourtant aucune hallu ou presque voir même pas la bouche èche avec 2 boîtes complètes de mercalm ou DPH/nautamine (30 et 40 comprimés!!!)

Et ce alors même qu'elle cherchaient à délirer volontairement, donc à dosage tout ce qu'il y a de + thérapeutique aucun risques d'effets délirants voir même c'est le contraire plutôt (et voir même c'est moins fort qu'un dosage thérapeutique de neuros/correcteurs du coup, et oui je sais que parki et lepti c'est de correcteurs, mais "j'englobe" dans la catégorie "neuros" pour simplifier, d'autant que c'qui m'intéressait c'était la pharmaco et pas tant l'AMM, niveau pharmaco ou du moins au niveau des effets ressentis, tercian et artane c'est paaaas hyper loin, et déjà que j'm'étends beaucoup trop sur trop de détails j'vais pas approfondir tout sinon on s'en sort plus niveau quantité de mots x))

(Le lepticur ça je sais pas trop mais même personnellement j'ai ressenti un certain soulagement avec du lepticur, bon ooook certes c'était pour calmer des effets extrapyramydaux, mais j'ai vu que d'autres se sentaient soulagés au lepticur même sans que l'usag comme correcteur soir nécessaire, donc pq pas lepticur aussi ?)

Et pour les termes "récréatifs" ou "pas récréatifs", les drogues délirantes à dosages délirants ce n'est PAS récréatif, c'est anxiogène, douloureux, handicapant, toxique, destructeur, on peut avoir des effets concrètement "récréatifs" avec des déliros, mais ça tient + du hasard que d'un effet qu'on attend fréquemment.... (et encore avec l'exérience des déliros on arrive à avoir des effets de + en + euphoriques, perso pdt mes trips aux délirants j'avais le sourire limite jusqu'aux oreilles tellement j'étais émerveillé par les hallucinations réalistes en pagaille qui se déroulaient sous mes yeux, donc à partir de là ça peut se considerer comme récréatif, ou alors si avoir les sourire jusqu'aux oreilles pendant des heures avec un prod + avoir des hallus de malades + tripper d'une manière qui nous fascine ne suffit pas pour vous à qualifier un prod qui fait ces effets de "récréatifs" bah c'est que puuuutain il vous en faut beaucoup pour vous satisfaire x)

(Après c'est bourré d'eff secondaires etc etc... Mais l'alcool aussi c'est pas pour autant que c'est pas extrêmement récréatif et euphorisant pour beaucoup.

Mais là je parlais d'usage à des dosages thérapeutiques voir sub-thérapetiques, donc les risques de délires sont même réduits, donc là non seulement des effets agréables sont possible (relaxation, ivresse agréable, anxiolyse, sensations corporelles...) MAIS en + y a zéro ou presque risques de délire/anxiété et même potentiellement moins qu'avant la prise c'est vous dire !

Dernière modification par L'Apoticaire (29 janvier 2023 à  11:37)


J'adore c'que j'fais.

Hors ligne

 

BaranDrake homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Sep 2016
41 messages
Bonjour à tous,

J’ai eu l’occasion de tester le tercian à 400 mg par soir. Au début du traitement c’était 25mg… donc dire qu’il n’y a pas d’accoutumance je ne suis pas d’accord. Je n’ai pas eu d’effet secondaire sauf en plein été au soleil : ça me grattait partout sur les zones du corps exposées. Donc j’ai arrêté le tercian, c’était plutôt facile, effectivement il n’y a pas de symptôme du manque.

Des années plus tard je reprends un neuroleptique pour réussir a dormir mais le loxapac, très sédatif au début (100 mg me faisait dormir sans problème), je suis arrivé quelques années plus tard à 600 mg.

Et je l’ai arrêté il y a quelques temps parce que même en prenant quinze comprimés de 100 mg, ça ne faisait plus effet.

Et… j’ai découvert les effets du métabolite du loxapac, à savoir l’amoxapine, qui inhibe la recapture de la noradrénaline. Je ne savais pas ce que faisait cet effet sur la noradrénaline, et je n’ai découvert dans la souffrance. Deux jours après l’arrêt du loxapac je me suis senti ULTRA MAL. Attaque de panique, serres intense, tremblements… et je n’ai pas réussi à me sentir bien pendant plusieurs heures, jusqu’à appeler un toubib de mon cabinet médical. Je lui explique le problème, et hop il m’a fait une ordonnance de Lexomil. Donc je prends un comprimé entier de benzodiazépine, et vingt minutes plus tard je me sentais déjà mieux

Évidemment mon psy m’a prescrit de la quetiapine pour dormir. Et quand je me suis renseigné sur la molécule j’ai découvert que le métabolite principal inhibe la recapture de la noradrénaline, comme le loxapac. Je n’ai aucune envie de revivre ça... mais je ne sais pas à quel saint me vouer : soit j’accepte mon insomnie, à savoir passer minimum trois/quatre nuits blanches et ne dormir que quatre heures, soit je fais confiance à la chimie pour dormir la nuit, en prenant le risque d’avoir beaucoup trop de noradrénaline en liberté dans le cerveau et avoir à revivre LA PIRE forme de sevrage aux neuroleptiques.


Méfiez vous des métabolites des neuroleptiques.

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert99champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11900 messages
Blogs
Bonjour, tes infos sont intéressantes, d'autant que les labos ne s'en vantent pas trop. C'est pourquoi je dois mettre ci dessous des articles en anglais.
D'après eux l'amoxapine est le quatrieme metabolite du Loxapax en quantite. (mais ça suffit au labo pour revendiquer un effet "anti-depresseur". Et pour la quetiapine ils parlent de metabolites inactifs.
Mais, clairement, le syndrome de sevrage existe pour les deux. Il me semble que ton sevrage du Loxapac etait à beaucoup plus fortes doses.
Amicalement

https://www.psycom.net/loxapine

Can symptoms occur if loxapine is discontinued?

It’s important not to discontinue use of the drug if you feel better. Maintain contact with your doctor and seek medical attention if necessary when discontinuing the drug. Withdrawal symptoms of loxapine can include upset stomach, dizziness, shakiness, and diarrhea, as well as psychotic symptoms including delusions and hallucinations.

quetiapine

https://www.psychiatrist.com/pcc/neurol … uetiapine/

https://www.verywellmind.com/seroquel-w … al-5114540

https://psychopharmacologyinstitute.com … etics-2111


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

GuiDuBled homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 11 Jan 2024
10 messages
Hello.

Je trouve très intéressant tout ce que je viens de lire. Pour ma part le tercian potentialise mon traitement de valium. Je ne peu pas parler de dépendance lais clairement ça me manque quand je n'en ai plus. Et oui comme bien d'autres je pousse un peu la prescription car l'effet coton me met vraiment bien. J'ai passer 30 ans de ma vie à prendre tout ce qui pouvais se présenter devant moi. Le bedo m'a accompagné 32 ans de ma vie. Les autres conso sont arrivés progressivement mais sûrement. Bref je ne dit pas que le tercian rende addict mais le combo valium tercian theralene, lamictal ne me quitte plus. J'angoisse à chaque consultation chez le psychiatre et qu'il me dise qu'il faut que je me passe d'un de ces produits. Je me sent bien et en phase avec le monde et avec moi même. J'ai ma bulle lorsque les enfants sont couché et ça me va comme ça. Bien sûr ça ne peu pas marcher toutes une vie mais pour l'instant ça me convient parfaitement.  En somme oui je suis addict au tercian psychologiquement. Au moins je ne boit plus. Car ce qui fait le plus de mal à toi et à tout ton entourage c'est bien ce bon vieux breuvage. Je préfère donc cette addiction au médoc plutôt qu'à l'enfer de l'alcool et toutes les autres drogues que j'ai pu rencontrer.

Amicalement

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Pensez vous que c'est pisté ?
par HypnOoz, dernier post 08 avril 2016 par franck.pharma
  11
logo Psychoactif
[ Forum ] Vous pensez quoi du guronsan?
par Psychotropeur, dernier post 08 mai 2019 par Psychotropeur
  3
logo Psychoactif
[ Forum ] Vous pensez quoi du guronsan?
par Psychotropeur, dernier post 19 juin 2019 par Ocram
  3

Pied de page des forums