3-MMC, effets, risques, témoignages

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Aller à : navigation, rechercher

La 3-MMC, ou 3-methylmethcathinone, est une molécule de synthèse de la famille des cathinones, proche de la méphédrone et de la 4-MEC. C’est une drogue psychostimulante et entactogène. La 3-MMC est un research chemical (RC) qui a fait son apparition en 2011. Les sites internet de RC qui en faisaient le promotion la présentaient (et le font encore) comme « LE » substitut de la méphédrone (4-MMC), molécule interdite en 2010.


Qu'est ce que c'est ? (aspect, odeur, goût, prix)

La molécule de 3-MMC
Cristaux de 3-MMC
Taille d'un cristal de 3-MMC

Aspect

La 3-MMC peut se présenter sous 3 formes différentes :

  • une poudre fine, compacte et blanche
  • une poudre blanche cristalline (luisante et qui semble humide)
  • en petit cristaux de couleur blanche.

Le site de RC distributeur « officiel » de 3-MMC parait être le seul à en proposer. Jamais nous n’avons-nous vu un site conserver aussi jalousement et aussi longtemps une molécule, même à l’époque du Benzo Fury (6-APB). Il est aussi tout à fait probable que la 3-MMC puisse être identifier dans des comprimés ou dans des sachets de poudres d’appellations commerciales diverses et souvent racoleuses comme « NRG », « legal blow » et tant d’autres…

Odeur

A l’instar de la méphédrone, de la 4-MEC et de bon nombre d’autres dérivés de la cathinone, la 3-MMC possède une odeur et un goût caractéristique dont il est difficile de s’y faire et de se défaire. Cette odeur peut faire penser à celle de la réglisse.

« J'ouvre le pocheton et tous ceux qui connaissent l'odeur âcre et si particulière de la meph la reconnaîtront (dans une moindre mesure certes). »
-(Source, L'alchimiste, Psychoactif)

Prix

Entre 5 et 18 euros le gramme, dépendant de la quantité commandée.

Autres noms

mophedrone

Légalité

La 3-MMC est classée substance interdite en France depuis l’Arrêté du 27 juillet 2012 . Cet arrêté étend l’interdiction à « toute molécule dérivée de la cathinone, ses sels et ses stéréoisomères»

Cela signifie que la quasi-totalité des cathinones synthétiques sont de facto interdites à la vente, à la détention et à l’usage sur le territoire national français. Ce type de législation a également été adopté aux Royaume-Unis, quelques mois après l’interdiction de la seule méphédrone (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle aucun site de RC basé au U.K. ne vend de cathinones synthétique depuis 2010) ainsi que par la Belgique en avril 2013.

Chimie

Comme la méphédrone (4-MMC), la 3-MMC est dérivée de la cathinone (un alcaloïde du Khat, plante poussant principalement dans la corne de l’Afrique).

La structure moléculaire de la 3-MMC est très proche de celle de la méphédrone, mais suffisamment différente pour avoir pu passer outre l’interdiction de la 4-MMC. Pendant un temps du moins, car les autorités compétentes de plusieurs pays annoncent désormais l’interdiction non plus seulement de la molécule, mais aussi de l’ensemble de ses sels et stéréoisomères dont la 3-MMC fait partie.


Modes et contextes de consommation

Comme toutes les cathinones de synthèse, la 3-MMC est une drogue festive. Elle peut être prisée (sniff), « droppée » (parachutes, etc.) et injectée. Des cas de « plugging » (administration par voie rectale à l’aide d’une pipette) ont également été rapportés sur des forums de consommateurs au Royaume-Uni. Cette pratique se démocratise d’ailleurs pour nombre de drogues du même acabit (MDMA, MDA, autres cathinones synthétiques, etc.).

Le dosage

  • Par voie nasale, commencez (après le test allergique) par des lignes de 20 à 30 mg.
  • En parachute, pesez entre 100 et 150mg.
  • En injection : pas de donnée fiable.
  • En plugging : pas de donnée fiable, mais on peut dire à peu près les mêmes doses que le sniff

Effets recherchés

Les effets de la 3-MMC sont moins puissants que ceux de sa grande sœur, la méphédrone (2 à 5 fois moins forts selon les usagers). Pour vulgariser un peu, on pourrait les comparer à ceux de la MDMA et des amphétamines, mais avec une intensité moindre.

Cette molécule est stimulante (au niveau physique et psychique), euphorisante et empathogène. A la différence de la méphédrone et de la MDMA, elle ne marque pas trop le corps : pas de pupilles de soucoupes volantes, pas de mâchoires qui serrent, etc. Naturellement, plus elle est consommée, plus elle marque l’usager.

Lorsqu’elle est sniffée, les premiers effets se font ressentir au bout d’une dizaine de minutes (contre 2 à 4 minutes pour la méphédrone). Les usagers indiquent que le première ligne est très douloureuse (nez qui brûle et qui coule, sensation très désagréable dans la gorge). Par voie nasale, les effets durent moins longtemps que lors d’une administration par voie orale. Les effets se dissipent après 2 heures pour une à deux lignes et naturellement davantage après le prise de plusieurs lignes.

En parachute, les effets apparaissent entre un quart d’heure et une heure après le « drop » et peuvent se faire ressentir jusqu’à 4 à 6 heures après la prise.

Le consommateur rapporte alors ressentir une douce sensation d’énergie et de concentration accrue, ainsi qu’un sentiment de bien-être, d’euphorie et de libido débridée. L’effet serait constant et « clean » (sans à-coup), loin des sensations de montagnes russes que peuvent procurer la cocaïne, la MDPV ou l’éthylphénidate. Néanmoins, après quelques prises, le « craving » (= l’envie compulsive de « redoser ») se fait jour et selon les tempéraments et antécédents de chacun, il est plus ou moins dur d’y résister.

La 3-mmc, comme certaines cathinones, aurait des propriétés aphrodisiaques.

« La 3-MMC est infiniment aphrodisiaque. L’intensité du désir sexuel qu’elle procure dépend selon les personnes, mais pour ma part, je deviens littéralement incontrôlable. Après 3 traits, je me sens le roi du monde, fort comme un roc, sûr de mon charme. Je pourrais déplacer des montagnes, mais mon cerveau perfide ne s’échine qu’à vouloir assouvir ses fantasmes. Cette envie tonitruante de baiser à tout va implique que je sois prêt à sortir tous les soirs, à aller jusqu’au bout de la séduction alors que sans elle, je me serais contenter d’un regard univoque. Sous 3-MMC, tu peux te retrouver à refaire ton répertoire ) à 5h du mat un mardi pour y dénicher le contact de meuf pour laquelle tu n’as pas donné suite. Ca a l’air cool comme ça, mais le lendemain tu te dis what’s the fuck, qu’est-ce que j’ai fait ? »
-(Source, L'alchimiste, Psychoactif)
« je voudrai savoir,pourquoi,le 3mmc(et la pente),donnent cette envie particuliere de sexe? y a des explications sur wiki,ou ils parlent cc et hormones...Mais la c ,ne m a jamais fait les effets du 3mmc, ce rc,met vraiment une bite ds la tete,et pousse mes fantasmes, la cc a pas le meme trip.. »
-(Source, ex bakounine, Psychoactif)


En parachute

« je me suis fait une aprèm 3MMC par voie orale (265mg) accompagné d'une seule petite ligne de 30mg et je dois dire que même si sa va sembler être étrange désormais le mode IV que j'adore je l'utiliserai beaucoup moins car la voie orale est la meilleure déjà parce-que en 25 minutes je me suis retrouvé dans un état que je savoure encore en tapant ce post bon il faut que je dise que c'est le meilleur moment que je passe depuis que j'ai fait la connaissance de ce produit que j'aime tant et désormais j'attacherai 90% du produit que j'aurais par ce ROA, c'est incroyable mais j'ai pris le parachute a 16H30 suivi du sniff de 30mg quand j'ai sentis que les 265mg me faisais effet et avec la ligne en plus je vous dis franchement un Péruvien serai venu me voir pour m échanger de la super coke contre ce que j'ai de 3MMC je vous promet que tellement le kif est bon j'aurais refuser de but en blanc et je n'exagère pas du-tout. voilou en plus c'est le ROA le moins dangereux, qui tiens le plus longtemps et pas d'envie de redrop une seule fois... »
-(Source, gofix, Psychoactif)

En sniff

« Je fais mes petits tests d'allergie comme d'habitude, 1h plus tard, c'est good, je me fais une ligne de 40mg suivie d'une seconde 15 min plus tard. Ca dégomme le nez comme jamais (surtout en powder, je conseil cristal bien écasé).

Ca monte en 10-15 min, mais c'est très subtil. On ne prend pas de claque, la montée est douce, mais sans avoir le temps de comprendre, on se retrouve néanmoins perché.

Cette perche est très clean. C'est un effet constant, c'est à dire qu'après les 3 premières lignes, tout trait supplémentaire ne changera pas  fondamentalement la donne (ne pas dépasser un demi gramme quand même). Les sensations de « down » sont rares et même lorsqu'elles arrivent, elles sont facilement gérables (rien à voir avec la coke, le MDPV, l'éthylphénidate ou la meph).



On se sent boosté, énergique, talkative. C'est également et pour notre plus grand plaisir un excellent aphrodisiaque (du moins au début), car là où le bas blesse, c'est qu'en fin de soirée, après avoir fantasmé à fond si par "malheur" tu as la chance de ramener une fille chez toi, et bah... elle sera déçu et toi honteux, car il est IMPOSSIBLE de lever la nouille

»
-(Source, L'Alchimiste, Psychoactif)

En injection

« Je suis d'accord avec le fait que la 3MMC est très addictive, quand j'ai le malheur d'en commander 10 grammes, c'est très difficile de pas consommer plus d'1 g par session. Personnellement, et je le conseille à personne, je la prends en IV et ça doit grave augmenter l'envie d'en reprendre. Les premières prises : flash super. Et quand je suis en bonne compagnie, j'ai envie de parler et je m'arrête plus! Avec un pote on dirait un vrai match de tennis, chacun raconte sa life et d'ailleurs le bad trip est jamais très loin car c'est à ce moment là qu'on a envie de se livrer et de raconter des trucs persos qui nous touchent....Au delà d'un demi-gramme ça me donne aussi des hallus et au delà d'un gramme ça me brûle les yeux et ça me les fait pleurer. Je sais, je dépasse sûrement les doses mais c'est tellement bon qu'on a du mal à s'arrêter!! Tout ça pour vous dire attention, il est très important de faire des pauses entre chaque prise: 1 fois par mois c'est largement suffisant car + et les effets secondaires sont pas top.

Je suis aussi d'accord avec toi l'Alchimiste, je préfère la 3MMC à la 4MEC, qui pour moi est bien plus proche de notre fameuse méphédrone.

»
-(Source, Niglo, Psychoactif)

En fumant

« le 3MMC: en para, je prend des 0,1 toutes les 3h30 environ, sans dépasser les 0,3 / jour max si je travaille ou si j ai des obligations.ça reste gérable mais c est un peu speed, du coup j évite en journée.

en fume ( j opte pour l ampoule) c est carrément puissant c est plus fort que le 4 Mec. ç est vraiment semblable à l effet cailloux ( pour ce que je m en rappel ), avec une envie de reviens-y très prononcé. les effet sont similaire au 4mec, pas de pupille dilaté, pas de sensation de fatigue, ça rend sur de soi.

»
-(Source, noi zette, Psychoactif)
« je me suis envoyer une douille avec environ 20mg mais j'ai eu un mal de chien a la couler car la fumée est extrèmement agressive et on voit tout de suite que sa défonce c'est clair mais les poumons et la gorge aussi. »
-(Source, gofix, Psychoactif)
« Il m'arrive d'en fumer à l'aide d'une pipe en verre et oui, effectivement, c'est bien dégueulasse comme goût, et comme les dosages sont assez élevés forcément l'effet est moindre par rapport à l'insufflation. Sans pour autant être inexistant. Il y a bien un effet psychoactif, main il ne faut pas s'attendre à quelque chose d'extraordinaire non plus. En plus au bout d'un moment, ça te déchire la gorge jusqu'à plus pouvoir tirer dessus. C'est sûr, la 3-MMC a moins de prédisposition à la vaporisation que certaines pyrovalérones genre feu a-PHP et -PVP. Quant à l'aluminium j'évite c'est trop galère, la pipe c'est grave plus pratique. »
-(Source, ff4life, Psychoactif)

En plug

« La 3 MMC le mieux c'est le plug Babibel... enfin pour moi... grosse montee: Un demi gr de poudre dans une petite boulette de cire... Ca prend une heure a fondre, la montee est planente, et l'effet dure a peu pres 2 heures, un must ! Quand mon pote m'avait dis sa la premiere fois j'm etais foutu de sa geule... et depuis je le remercie de cette decouverte. »
-(Source, Gripsouleclown, Psychoactif)

Risques de la consommation

Effets secondaires

« Pour moi avec la 3-MMC (je trouve moins d'interêt a la 4-Mec de part sa plus courte durée d'action et son impact sur le cardio plus méchant) ce sont les poignets et les chevilles qui se mette a "spasmer" passer une certaine dose.

Sans parler de la machoire et des pectoraux...

»
-(Source, Pinkman, Psychoactif)


« Pour ceux que ça intéresse, voilà ce que j’ai ressentis après plusieurs jours consécutifs de conso de 3-MMC :
  • fort craving (de + en + fort)
  • Perte d’appétit bien qu’il soit encore possible de se forcer. A titre de comparaison, je ne peux absolument rien manger à balle de c ou de d.
  • Petites douleurs dans la tuyauterie au moment d’uriner.
  • Envie de se gratter certaines parties du corps.
  • Impuissance totale + perte de désir (ce qui détonne avec les premiers effets)
»
-(Source, L'Alchimiste, Psychoactif)


Pris à une certaine dose, le 3-MMC peut également provoquer des altérations de la vision de près.

Acné

Plusieurs témoignages font état de l'apparition d'acné, ou de problèmes cutanés apparentés, sous 3-MMC. Ces problèmes étaient déjà connus avec les amphétamines qui sont assez proches des cathinones.

« Mon expérience aidant, je suis resté très "sage" dans mes consommations très contrôlées sans répétitions quotidiennes.

Malgré mes précautions de sioux, j'ai par les trois fois où j'en ai eu une réaction cutanée dans les semaines suivantes avec éruption de boutons type acnée, disparraissant avec le traitement antibio/anti-inflamtoire de l'acnée.

»
-(Source, Filousky, Psychoactif)
« Je viens de faire une grosse session 3mmc a peu près 3g consommé en para sur 2 jours.

J'ai chopé de l'acné autour de la bouche et un petit kyste derrière l'oreille, mais le plus inquiétant c'est l'état de ma langue. Une grosse crevasse est apparue au milieu de ma langue, sa fait un mal de chien.

»
-(Source, Glagla, Psychoactif)


Et comme les amphétamines, elle peut déclencher un herpès (bouton de fièvre) chez ceux qui ont déja le virus.

« Suite à des sessions de 3MMC, j'ai eu plusieurs fois des boutons d'herpes à la levre. J'ai de l'herpes à la lévre normalement quand je suis trop fatigué ou une trop longue exposition au soleil. Mais ca me le fait aussi avec des week end de 3mmc. »
-(Source, Pierre, Psychoactif)


« Ma conso compulsive m'amène à en prendre : le matin au réveil, le soir enfin bref, je n'arrive pas à m'arrêter. Niveau financier je n'ai aucune difficulté à m'en procurer.

Un soir après mon énième shoot, j'ai commencé à sentir les symptômes suivant :

- Tachycardie 150/160bpm - Trouble de la vision - Sensation de sueurs froides dans les bras - Acouphènes - Extrémités froide (orteils et les doigts) - Les mains moites (comme si j'avais un liquide froid sur mes mains) - Maux de têtes - Douleur au niveau de la Glande Thyroide ce qui entraîne une difficulté à avaler - Arythmie cardiaque mon coeur passait de 150bpm à 100 puis à 50 (j'ai un stéthoscope à la maison ce qui me permet d'écouter mon activité cardiaque plus aisément) - Ballonnements avec une putain d'envie de roter sans y parvenir - Flash dans les yeux (des flashs verts)

»
-(Source, Daenerys, Psychoactif)

Hallucinations

A forte dose, la 3MMC peut déclencher des hallucinations

« J'ai jamais dépassé 5 grammes par session, mais ça m'a suffit à moi aussi pour avoir des hallus assez troublantes, je voyais des gens chez moi et je leur parlais alors que j'étais seul...Idem, le moindre bruit me faisait faire des bons! Même chose quand j'osais pointé mon nez dehors (pour les mêmes raisons:aller chercher mon TSO), je flippais dès qu'il y avait quelqu'un derrière moi. Moi aussi j'ai envoyé des SMS hallucinants à mon entourage car dans cet état là, on a grave besoin de parler, à n'importe qui, il faut s'exprimer, ça devient un besoin. »
-(Source, Niglo, Psychoactif)
« -qui eu des hallucination a cause du 3mmc du genre voir des grand mec en noir et des genre de petites bestiol ? rassurer moi je suis pas le seul a qui c'est arriver ? (d'ailleurs la je suis en plein bade )...j'ai du prendre deux gramme en l'espace d'une heure »
-(Source, inconnue, Psychoactif)

Syndrome serotoninergique

La 3-mmc agit sur la sérotonine, elle peut donc déclencher seule ou en association avec d'autres drogues/medicaments un syndrome serotoninergique.

« Voilà, lundi soir je rentre du travail, très contente de trouver dans ma boîte aux lettres ma dernière commande de 3 mmc (je consomme ce produit régulièrement depuis 1 an), 5 grammes. Malgré mes bonnes résolutions d'y aller mollo, de faire attention...etc. Je commence par m'envoyer direct un bon o,3 en IV, cool, tout va bien, je sens le produit monter, douce sensation, je l'attendais depuis un moment, tout va bien. Le reste de la soirée se déroule bien, j'ai réussi à pas tout taper avant d'aller me coucher. Jusqu'ici tout va bien.

Le lendemain idem je me fais mon taquet en me levant histoire de me mettre bien pour la journée de boulot. C cool je commence qu'à 16, j'ai le temps pour redescendre un peu et gérer au taf. Les 2 premières heures de boulot se passent à peu près bien. Puis je commence à avoir du mal à respirer, la tête qui tourne, du mal à tenir debout...Je m'assois, j'essaye d'attendre que ça passe. Je me relève et 2 min après : 1er vomissement!censored j'ai repeins mon bureau, c'est cool, c'est super discret! On me fait rentrer chez moi plus tôt. Re-belote en arrivant chez moi, 2ème vomissement! ça sera pas le dernier, car ça a duré toute la nuit + le lendemain. Vomissements toutes les 10 min, une horreur, surtout avec l'estomac vide! Vous allez me trouver maso mais j'ai quand même essayé de me refaire un shoot le lendemain. Ben c'est que je commençais à être en descente...en + j'avais vomi ma méthadone, la totale! J'ai même pas eu le temps de finir l'injection que j'ai revomi direct...Cette fois, c'est sûr, ce qui m'arrive a un rapport direct avec la 3mmc, comme si j'avais été intoxiquée par ce produit

»
-(Source, Niglo, Psychoactif)

Craving

Le craving est plus fort lorsque la 3-MMC est sniffée, injectée ou fumée. Après quelques prises, il devient difficile de se contrôler et compte tenu de la relative « douceur » du produit et du plateau vite atteint (après 300mg), l’usager peut se laisser aller à une surconsommation qu’il pourrait regretter plus tard. Il convient donc de lui préférer un mode d’administration orale dans le mesure ou les « drops », logiquement plus espacés dans le temps, permettent de savoir grosso-modo ce que l’on a réellement consommé et de ne pas faire d’excès.

Tolérance

Le 3-MMC peut créer une forte tolérance surtout en injection.

« Ce qu'il faut voire c'est d'une part que le craving est très fort, (j'en parle dans mes posts), et d'autre part que la tolérance est énorme! J'en ai déjà parlé mais il y à deux formes de tolérance :
  • L'immédiate : Celle qui fait que mis à part le flash on finit par ne plus sentir les effets du produit.

Ce qui rajoute du craving au craving.

  • Celle à long terme : Qui fait que même après un voire deux mois d'arrêt complet me fait partir plus haut pour mon dosage de référence.
»
-(Source, Abuseur modéré, Psychoactif)

La descente

Comme pour toutes les drogues la sensation désagréable de descente est inversement proportionnelle au plaisir ressentis lors de la « montée ». Dans le cas de la 3-MMC et étant donné que la montée est décrite comme plutôt « soft » - du moins par rapport à celle de la méphédrone ou de la MDMA- la descente ne semble pas poser beaucoup de problème.

« Comme on a pas de réelle montée, on a pas de descente non plus. Même après 1/2g sur une nuit, je dors pénard. Et le lendemain, tranquille. Pas de déprime, pas de banqueroute de sérotonine qui te fasse broyer du noir au J+1 et J+2. »
-(Source, L'Alchimiste, Psychoactif)


Il faut ici préciser que nous ne sommes pas tous égaux face aux drogues et que ce qui vaut pour les uns ne vaut pas forcément pour les autres. Selon d’autres sources, il n’est pas possible de s’endormir après 200mg consommés et certainement pas avant 2 à 3 heures après la dernière prise.

Addiction

« Voilà où j’en suis maintenant : je me défonse le week-end du vendredi au dimanche, je suis malo le lundi (surtout car je culpabilise), le mardi j’essaie de reprendre pied en maudissant la 3-MMC et jurant de ne pas en reprendre avant un bail, je tiens bon le mercredi, jeudi et vendredi en me focalisant sur mon travail, ma course à pied et mon petit pétard/film du soir et rebelote quand arrive la première sortie du week-end. »
-(Source, L'alchimiste, Psychoactif)
« Moi pour ma part cela fait 5 mois que je consomme de la 3MMC, mon arrêt le plus long entre 2 sessions a été de 72h et je consomme 1 à 2 grammes par jour environ en prise intra-veineuse.

Lorsque j'ai dû arrêter 48h (colis égaré...), je peux vous dire que j'ai jonglé ! Envie de rien, complètement pommé, vertiges, maux de ventre, déprime... Pour ma part je ne vois aucune possibilité d'arrêt, même mes médecins sont totalement largués au sujet des RC.

»
-(Source, bioventis, Psychoactif)
« Pour ma part je pense être un niveau au dessus dans la dépendance, et je pense même que j'ai dépassé le point de non retour (je sais que mon corps lâche)...

Le manque est réellement physique chez moi.

A partir de 6 à 8 heures après la dernière prise de 3MMC, je suis pris de douleurs atroces au niveau des reins. Ça se produit donc forcément la nuit car je shoote toute la journée. Et ben mes amis je peux vous dire que c'est la pire douleur que je n'ai jamais ressentie de ma vie, je ne saurai même pas vous la décrire. C'est un peu comme si j'avais deux grosses pierres à la place des reins, qui se frottent, qui se choquent, qui donnent des coups de poings, et aucune position ne permet d'atténuer cette douleur....

Seul 250mg de 3MMC permettent de me soulager

»
-(Source, bioventis, Psychoactif)


Mélange de drogues et médicament

3MMC et cannabis

« Juste concernant la Weed pendant une prise de 3-MMC, ça avait tendance à taper un peu au niveau cardio-vasculaire (chutes de tension quand passage de la position assis à debout, battements légèrement irréguliers, coeur qui semble taper dans la poitrine). Mais bon, rien qui est allé jusqu'à me faire penser que j'étais dans la zone rouge non plus, ça avait tendance à plutôt bien se melanger d'ailleurs, contentes toi d'eviter l'effort physique et ça devrait pas poser de problème »
-(Source, Canonyme, Psychoactif)

Réduction des risques

  • Lors de la première prise, pensez au test de réaction allergique. C’est simple et rapide et ça peut sauver des vies. Prenez quelques milligrammes (5mg tout au plus) et attendez 20 minutes (si prise par sniff) et 40 minutes (si prise par ingestion). Si vous ne ressentez rien de spéciale, alors vous pouvez continuer.
  • En matière de RC, avoir une balance précise est souhaitable. Un test chimique d’identification de substance est aussi un plus afin de s’assurer que la substance commandée est bien ce que le site prétend.
  • Avec la 3-MMC, ne pas en consommer plus d’un gramme sur une journée ou plus d’½ gramme dans la soirée.
  • S’abstenir d’en consommer plusieurs jours d’affilé ou vous allez au devant de complications (ex : insomnies, nez qui saigne, « brainzaps », dépendance, etc.)
  • Avec la 3-MMC, la dépendance est insidieuse mais bien présente. Compte tenu de son accessibilité et de son prix, ne prenez pas de risque : ne commandez jamais plus de 5 grammes à la fois et espacez un maximum vos prises (une semaine au minimum).
  • Ne jamais croire que vous êtes meilleur sous 3-MMC (sexuellement parlant ou en société), car c’est là le piège avec cette drogue. Cette conception des choses vous rendra accro.
  • Comme toujours, évitez les mélanges et surtout avec les substances qui agissent sur la libération ou la recapture de sérotonine (comme la MDMA).
  • Fumer du cannabis peut certes aider à faciliter la descente, mais trop de joints peuvent entrainer des « brainzaps » (comme des secousses électriques dans le cerveau) les jours suivants, notamment au moment de s’endormir.

3-MMC et dépistage dans les urines, la salive, les cheveux et le sang

Ce n’est pas parce qu’une drogue est nouvelle et légale (ou qu’elle l’était encore il y a peu), qu’il est impossible de la dépister ou qu’un résultat positif n’aura pas de conséquences fâcheuses. S’il n’existe pas à ce jour d’anticorps spécifique aux cathinones de synthèse permettant son dépistage via des tests rapides immuno-chromatographiques (réaction colorée d’un antigène au contact de son anticorps) urinaire ou salivaire (le développement d’anticorps étant très onéreux), un bon nombre de ces substances sont néanmoins détectables par ces tests en raison de réactions croisées potentielles avec les amphétamines et/ou la methamphétamine.

Test rapide urinaire

Il est pratiqué par les entreprises, médecine du travail et parfois la police.

La 3-MMC peut donner un résultat positif pour les amphétamines et/ou la methamphétamine. On parle de réaction croisée.

En ce qui concerne le temps de détection dans les urines, comme aucune étude scientifique n’a été menée sur ce sujet, le plus logique serait de se référer à celui des amphétamines (ex : Speed), à savoir 1 à 2 jours après la prise, ou de celui de la methamphétamine, soit 1,5 à 3 jours.

Après 3 jours, il ne devrait donc plus rester de traces dans l’organisme.

Test rapide salivaire

Il est pratiqué par la police sur les routes et par certaines entreprises.

Pour les même raisons que pour le test urinaire, la 3-MMC peut donner un résultat positif pour les amphétamines et/ou la methamphétamine.

Temps de détection : 24 heures maximum.

Tout résultat positif donne lieu une analyse de confirmation à l’hôpital ou en laboratoire qui pourra mettre en évidence la présence de methcathinones.

Remarque : Même si la methamphétamine n’est pas (ou très peu) consommée en France, la plupart des tests salivaires et multi-tests urinaires comportent ce paramètre. La raison ? Ces tests sont aussi destinés à l’Amérique du Nord où le cristal meth est très répandu.

Test capillaire

Il est pratiqué pour la restitution de permis de conduire.

Cette analyse de plus en plus utilisée permet de détecter les cathinones de synthèse, du moins dans les laboratoires à la pointe. Quand une mèche de cheveux leurs parvient, ils l’analysent pour un panel prédéterminée de substances, généralement les 5 plus répandues (pour des question de coûts), à savoir le THC, la cocaïne, les opiacés, la MDMA et les amphétamines. Avec l’explosion de l’usage de RC, les laboratoires sont poussés à s’adapter à ces nouvelles pratiques de consommation et sont tentés d’élargir leurs panels de base en y incluant les cathinones de synthèse. C’est le cas du laboratoire Chem’Tox et de Narcocheck. Temps de détection : sachant 1 cm de cheveux équivaut à un mois de pousse, cette analyse permet de dépister jusqu’à plusieurs mois.

Analyse de confirmation en laboratoire

Il est pratiqué après un positif au test urinaire ou salivaire, restitution de permis de conduire, etc.

Que l’échantillon soit de la salive, du sang ou des urines, les laboratoires utilisent tous la même méthode analytique de référence, à savoir la GC/MS. En plus d’un résultat qualitatif (positif/négatif), la GC/MS permet d’établir un dosage exact des traces de stupéfiants. Selon que le laboratoire soit à la pointe ou pas, il peut dépister un très grand nombre de substances dont les methcathinones. C’est par exemple le cas des laboratoires SERBA, Narcocheck et Biomnis chez qui différentes cathinones de synthèse figurent parmi la liste des substances détectables.

N.B : selon les laboratoires ou les hôpitaux, les analyses de confirmation peuvent aussi être pratiquées grâce à des tests ELISA®. Tout aussi fiable qu’une analyse en GC/MS, les tests ELISA sont depuis peu à mêmes de détecter les différentes cathinones de synthèse, notamment grâce au laboratoire américain RANDOX Toxicology qui vend sa nouvelle technologie à ses confrères européens.

3-MMC et test chimique d’identification de substances

ID-Test sur les cathinones, avec le 3-MMC

Passée dans l’ID-Test « Synthetic Cathinones », la présence de 3-MMC est avérée par une prise de couleur orange foncé/rougeâtre. En comparaison, la méphédrone (4-MMC) est avérée par une couleur jaunâtre.


Voir les réactions du 3-MMC au test de marquis et au test de lieberman

Liens