4-MEC, effets, risques, témoignages

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Révision datée du 6 novembre 2016 à 18:39 par Pierre (discussion | contributions) (Modes et contextes de consommation)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

La 4-MEC, ou 4-methylethylcathinone (4-methyl-N-ethylcathinone), est une molécule de synthèse de la famille des cathinones, proche de la méphédrone. C'est une drogue psychostimulante et entactogène[1]. Elle est classée sur la liste des stupéfiants depuis 2012.

La 4-MEC est un research chemical (RC). Elle est apparue sur les sites de vente au cours de l'année 2010 pour remplacer la méphédrone[2].


Qu'est ce que c'est ?

poudre de 4-MEC

Aspect

La 4-MEC purifiée se présente sous la forme d'une poudre avec des éclats cristallins (petits ou grands). Ce composé semble se dissoudre très bien dans l'eau. Parfois, certains fournisseurs de RC en vendent sous la forme de préparations commerciales de composition incertaine. La 4-MEC aurait ainsi été identifiée dans certains échantillons dénommés NRG-2[2].

Législation

Comme toute les cathinones, le 4-MEC est inscrit sur la liste des stupéfiants depuis depuis l’Arrêté du 27 juillet[3] 2012

Chimie

Molécule de 4-MEC

Comme la méphédrone, la 4-MEC est dérivée de la cathinone (alcaloïde du khat).

Les modifications par rapport à la cathinone concernent :

  • Le rajout d'un groupement méthyle en position 4 sur le cycle phényl. Cette modification est commune à toutes les 4-méthylcathinones (aussi bien la 4-MEC que la 4-MMC ou méphédrone)
  • La substitution de l'amine par un groupement alkyle, de type éthyle dans le cas de la 4-MEC (et de type méthyle dans le cas de la méphédrone).

La seule différence chimique entre la méphédrone et la 4-MEC réside donc dans la longueur du substituant alkyle au niveau de l'amine : un méthyle (1 carbone) pour la méphédrone, un éthyle (2 carbones) pour la 4-MEC.


Dosages

Ces dosages sont approximatifs. Chacun réagit différemment, et cela peut en plus varier en fonction du contexte.

Par voie orale

  • Selon Erowid :
    • Seuil d'effet : 15 - 50 mg
    • Effet light : 50 - 100 mg
    • Effet commun : 100 - 200 mg
    • Fort effet : 150 - 300+ mg

Par voie nasale

  • Selon Erowid :
    • Seuil d'effet : 5 - 25 mg
    • Effet light : 25 - 40 mg
    • Effet commun : 40 - 100 mg
    • Fort effet : 100 - 200+ mg

Modes et contextes de consommation

4-MEC en cristaux

La 4-MEC peut-être consommée par voie orale, nasale et injectable. Par analogie avec la méphédrone, une consommation par voie fumée devrait être possible (à confirmer).


4-MEC et slam

La 4-MEC peut-être utilisée à des fins stimulantes dans un contexte festif mais aussi dans un contexte sexuel.

Il semblerait que, pour la 4-MEC, cet usage en contexte sexuel soit plutôt fréquent, notamment dans le cadre de la pratique appelée slam[4] (usage de psychostimulants, par voie injectable, dans un contexte sexuel, chez des hommes ayant des pratiques homosexuelles).

Sur 20 usagers de 4-MEC traités à l'hôpital Beaujon, tous étaient des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et 18 s'étaient initiés à ces produits à des fins sexuelles[4].

De plus, le phénomène d'injection de 4-MEC semble relativement important. En effet, cette molécule a été retrouvée dans 25% des 3200 seringues franciliennes analysées par l'association Safe en 2012[5].

« Une fois l'aiguille en place dans la veine (celle qui rejoint le coeur et pas celle qui descend vers la main) je tire un peu sur le piston pour voir si le sang apparait et si j'ai bien planté. Yess !! le sang apparait. Alors je pousse sur 5 mm et alors je dis à mon mec de déclipser le garrot et quand c'est fait j'injecte de plus en plus vite.

Avant même que j'arrive en butée à la fin de la seringue (environ à la moitié), je ressent les premiers effets au niveau de ma gorge comme une compression mais chaude, pas désagréable du tout. Une fois la seringue retiré je place une goutte d'une huile essentielle qu'on ma donné en pharmarcie et qui evite les hématomes (ca marche super bien d'ailleurs) .

Ensuite c'est le flash direct, le cerveau qui bourdonne, une sensation de chaleur intense et la je deviens hyper trash, en sexe s'entend . Mais pas d'érection..... Impossible ! jai beau me secouer l'engin, impossible !!

La montée a duré environ 10 mn , avec une sudation très intense de tous mon corps ;

Dégouté de pas avoir d'érection, je gobe direct un cacheton de 200 mg de kamagra (c'est un générique du Viagra) . Il agit en environ 30 mn . Je me coule une seconde douille de weed.

Au bout d'un quart d'heure, jai un petit début d'erection mais du coup je suis plus en montée de 4 mec;

On décide de refaire une injection à 0.2 g à 1h30 après la 1ère injection. Et la je vous raconte pas. TERRIBLE !!! Après avoir retiré la seringue, en plein flash une gaule du tonnerre. J"aurais violé n'importe qui !! lol ! Heureusement que mon mec était la. Il a pris cher. C'est moi qui suit l'actif dans le couple.

La nuit s'est poursuivi on a baisé 8 heures.

Avec en autre un plan en extérieur, malgré le froid que je ressentais pas. On s'était bien habillé pour sortir quand même. Impossible de jouir par contre (avec les drogues c'est très dur) mais je désespère pas

»
-(Source, devil_biker, Psychoactif)

Effets

Les effets de la 4-MEC ont été comparés à la MDA (méthylènedioxyamphétamine). Ses propriétés stimulantes sont accompagnés par des propriétés empathogenes qui sont tout aussi forte, sinon plus forte.


Le site Erowid répertorie les effets suivants[2] :

  • Effets recherchés :
    • stimulation mentale et physique
    • euphorie
    • sensation d'empathie et d'ouverture
    • augmentation de sociabilité
    • rush agréable
    • sensation de détente intermittentes
    • meilleure perception de la musique

Sniff et parachute

« Niveau effets, la 4-MEC est moins "potent" que la 3-MMC. On ressent certes une bonne stimulation mais celle ci est plus subtile. Les premiers effets interviennent après une quinzaine de minutes, la monté (si on peu appeler ça une montée) est légère. Même après plusieurs traces ou paras, les pupilles restent normales et on a pas l'air défoncé. Le craving est également moindre qu'avec le 3-MMC et encore davantage par rapport à la 4-MMC. »
-(Source, L'alchimiste, Psychoactif)
« Personnellement, j'ai commencé par une première trace de 200 mg environ. J'ai eu un flash saisissant. Une grosse montée de chaleur, mes sens développés d'un coup (la musique est devenue plus claire avec un sentiment de symbiose avec elle). Je dirais aussi une perception visuelle modifiée. J'ai du mal à le définir, c'était comme un voile un peu lumineux. Grosse tchatche et hyper empathie avec mon entourage, enveloppé d'une énergie love love quand même. »
-(Source, Yasko, Psychoactif)
« Chez un ami, on est cinq, on a deux teilles de mousseux et une de pastis, de la weed et le MEC. Je commence par un verre de mousseux puis j'enchaine sur une trace "normale". La défonce ressemble à la méphédrone mais il manque quelque chose, le high met 10 minutes à arriver. Il y a cette petite gène qui est relou, une appréhension par rapport aux gens, je sais que j'en ai pour dix minutes après ça va passer, mais c'est pas très agréable. Deuxième trace, ça commence à pousser, la première bouteille de mousseux est finie, tout le monde parle fort et à envie de dire quelque chose, on est bien stimulé quand même

Bon c'est quand même plat comme défonce, au bout de quatre trace je me fais un gros para, je commence à m'enfumer la tête, il n'y a presque plus de mousseux et la teille de pastis a pris une grosse claque. On est bien éclaté, un pote va même super mal finir, il a déglingué trop vite le pastis, la suite est faite de trébuchement et d'un ko.

Le para me réchauffe bien, mais il manque juste le côté euphorisant de la meph', je ne sors pas de moi même, je reste calme mais à donf comme avec la coke. On termine la soirée avec un film, la descente déjà entamé et retardé avec une grosse trace est hard core, plus soft qu'avec la meph' quand même, mais je ressent un bon mal être que j'arrive partiellement à oublier en me concentrant sur le film.

Heureusement que j'avais un somnifère sinon j'aurais bien douillé, pendant la nuit j'ai fais des rêves de fou portant sur la drogue et sur les variations du temps, très réalistes en tout cas. Lever 16h30, en forme, bon le lendemain est effectivement clean comparé à la meph', mais la descente pas glop. Par contre j'ai plus de mâchoire depuis, ça craque, ça coince, ça serre bien...

Avis global : pour commencer dans les stims c'est un bon aperçu, si t'as rien trouvé de mieux pour te défoncer niveau prix c'est très abordable, sinon c'est plat et vide comme stimulation, il en faut beaucoup pour être vraiment défoncé, j'ai aussi trouvé que c'était cool au niveau du snif, et les aliments avaient du goût le lendemain.

»
-(Source, Laura Zerty, psychonaut)

Injection

« J en ai donc commande un peu pour l essayer. Le jour ou elle m est parvenue je savais a peu prés la quantite qu il fallait mettre pour une seringue mais prudemment j en ai mis moins. Premiere impression un debut de rush tres leger et tres rapide, un leger gout mentolé dans la gorge et un petit effet planant de cinq min pas plus mais en aucun cas d effet excitant sexuellement et sensuel comme avec la mephedrone.

Deuxieme essai avec une plus grande quantite que ce que l on m avait conseille (une cuille bombée a moka). Premiere difficulte le produit ne se dissout pas entierement, donc obligation de le chauffer un peu (je n aime pas chauffer un pdt car il se denature) et je m injectela dose. Le rush est plus marque mais tres court (20a 30 sec) avec un gout bcp prononcé de menthol a la gorge et un effet planant la encore tres court et une descente rapide ( 5min au max). je constate comme effets secondaire apres la descente un petit tremblement persistant.

»
-(Source, xbadboy, Psychoactif)

Fumer

« Le 4 mec : en petit cristaux, elle se snif très bien ( ça picotte un peu le nez mais ça le fait) , je me fait des trait de 0,05 à 0,1 la montée est immédiate, sensation de chaleur, de bien être , ça speed un peu mais c est tout a fait gérable en société, bref ça me donne la pêche ( un peu comme la C ).

Du coup j ai tendance a vite remettre le nez dedans. en fume, je me fait des petite roulées avec 0,02 a peu près c est assez sympas aussi en fume dans une canette ou une ampoule ça devient un peu plus dur. c est un peu l effet cailloux, et j y revient toute les 10 min. quand je dis que c est gérable en société je parle d une conso de moins de 0,3 en sniff ou en para,car il n y a pas d effet pupille dilatées, juste une grosse patate. par contre au dela de 1/2G par jour, c est dur de se coucher sans un petit bout de lexo ou un joint.

»
-(Source, noi zette, Psychoactif)

Risque de la consommation

Effets secondaires

  • perte d'appétit
  • mydriase (dilatation de la pupille)
  • trouble de la thermorégulation (température corporelle)
  • transpiration
  • tachycardie et hypertension
  • nystagmus (mouvements saccadés et involontaires de l’œil)
  • trismus (contraction involontaire de la mâchoire) et bruxisme (grincement des dents)
  • tremblements
  • craving avec forte envie de redropper
  • perturbation de la mémoire à court-terme
  • insomnie
  • contractures musculaires
  • vertiges, étourdissement
  • vomissement
  • psychose amphétaminique, paranoia
« je voulais témoigner de ce qui m'est arrivé hier suite à une grosse prise de 4mec. J'ai les jambes et parfois un peu les bras, mais surtout les jambes qui se sont mis comme à convulser, elles bougeaient très vite par à coup, comme des spasmes très violents.Je donnais des coups de pied incontrôlables partout ça a duré plusieurs heures, j'ai pensé à appeller les secours tellement c'était impressionnant et désagréable, heureusement ça a fini par s'arrêter. Mais ça m'a bien fait flipper »
-(Source, Tomboy, Psychoactif)
«

Sniff 200mg :

5min: Légère confusion avec un début de body high

10min: Désorientation, nervosité, vomissement et body high assez marqué

15min: Forte confusion, désorientation, capacités motrices altérées (il est assez difficile de boire une gorgée à la bouteille), body high décrit comme étant le même que celui de la méphédrone

30min: sniff de 100mg supplémentaires

45min: Désorientation, confusion, incapacité de parler (marmonnements incompréhensibles), nystagmus (rapides mouvements oculaires de gauche à droite), trismus (grincement de dents ?)

60min: Pareil avec de nouveaux vomissements

90min: Pareil mais avec encore de nouveaux vomissements

100min: Endormissement

»
-(Source, nanashiRei, Drugs-forum)


« Je viens m'informer car un de mes amis est devenu addict à la 4-mec en quelques mois. L'effet que je constate à chacune de ses prises, c'est qu'il devient totalement paranoïaque (sentiment d'être persécuté, d'être écouté, qu'un complot se trame contre lui, il voit des coïncidence partout). »
-(Source, pearljam, Psychoactif)

Craving

Le craving serait assez marqué, ce qui ferait de la 4-MEC un composé particulièrement addictogène. De nombreux utilisateurs rapportent avoir eu des difficultés à ne pas redoser après avoir utilisé une forte dose. Dans de nombreux rapport d'expérience, des utilisateurs se retrouvent à consommer un gramme ou plus de 4-MEC par session. C'est encore plus marqué en injection : ainsi, un usager aurait décrit une session de 72 injections en 48h[4]. :

« J'ai pour la première fois testé le 4-mec pas mal speed, sans la sale descente de la mephedrone, j'ai tapé le G [gramme] dans la soirée. Dès que G 1 il faut qu'il y pass »
-(Source, cker79, Psychonaut)
« Je confirme un craving assez prégnant au bout d'une heure. Dans toute la soirée j'ai du me faire 800 mg. Toutes les autres traces m'ont redonné un petit coup de chaud (sauf la quatrième et dernière) et surtout entretenu le plateau. Durée du kiff: 8 heures environ. Pas spécialement de bruxisme centré, ni de gros coup de speed. Par contre, la descente à été un peu pénible. La tachycardie est restée 10 bonnes heures. 100 mg de seresta n'ont pas été suffisant pour me faire dormir correctement et petite humeur dépressive les deux jours suivant. Globalement très bonne première expérience d'un RC. »
-(Source, Yasko, Psychoactif)
« Alors c'est vrai que la 4mec donne envie de retapper direct (perso je ressent un très fort craving environ toute les 30 mn mais ca va j'arrive à gérer ma volonté et me contenter d'une fois toute les 90 mn même si je me fait pas d'illusion qu'avec le temps ce temps se reduira. En une nuit on a consommé environ 1.5 g à 2 g chacun de 4MEC et jai fumé 5 douilles de weed. »
-(Source, devil_biker, Psychoactif)

Descente

« Je suis en descente de 4mec depuis hier. J'ai encore consommé un peu plus de 5 grammes ce we. Et le we d'avant c'était 10 grammes, donc autant dire que je n'ai même pas attendu la fin de ma descente avant de re consommer...C'est pourquoi celle-ci est plus longue...Mal de jambes, tremblements, grande faiblesse, déprime... »
-(Source, Tomboy, Psychoactif)
« Par contre, la descente à été un peu pénible. La tachycardie est restée 10 bonnes heures. 100 mg de seresta n'ont pas été suffisant pour me faire dormir correctement et petite humeur dépressive les deux jours suivant. Globalement très bonne première expérience d'un RC. »
-(Source, Yasko, Psychoactif)
« Quand à la descente de 4 MEC , elle se fait progressivement et en deux étapes pour moi en tout cas.

Les effets premiers (descente pas très agréable forcément mais largement gérable) durent environ 5 heure après la dernière injection MAIS quand tu as tappé 2 g dans une nuit. Sinon avec une seule injection faut compter 1h30;

La deuxième phase est un léger abbatement qui va durer une bonne journée mais si tu arrive à enchainer avec un sommeil (quitte à l'aider un peu avec un somnifère) bah ca passe et tu te reveille potable et apte à aller au taf.

»
-(Source, devil_biker, Psychoactif)


Addiction

La 4-MEC, comme les amphétamines, peut entrainer une addiction.

« J'ai commencé à découvrir les drogues illic et la MDMA au mois d'avril 2015 sur Paris, quand j'ai fais une soirée chez des potes. Ce soir la, je venais juste manger, et au final on ma fait testé la MDMA en parachute, au bout de 30 min, cette sensation en moi..., énorme... ! Du coup toute la soirée on en as consommé, on as pas dormi, le lendemain je bossais, la journée a été dur. sad

2 semaines plus tard, je les invites chez moi un weekend. Dès leurs arrivés, on perd pas de temps, tellement excité je suis à vouloir en reprendre. La on enchaîne MDMA, Ecstasy, je découvre le GBL au passage, je deviens complètement ouff, c'est la défonce dans mon cerveau... et pourtant, le meilleur était à venir... la on me dit, on va te faire un Slam, Kézako ??! surpris Hey oui, l'injection de drogue en intraveineuse, la je dis à mes potes " Nan désolé les gars, la ça va loin, c'est cho quand même..." et puis au final c'est sur d'avance, on se laisse vite convaincre et hop c'est parti pour le slam avec de la MDMA.

On me pique, et un de mes potes me dit " Attention tu va voir ça va envoyé !" Qu'est ce qu'il avait pas dit la... Le produit entre dans mes veines, et la en 10secondes chrono > Une SENSATION énormissimme, un TRUC DE OUFF, ça implose, explose de neurotransmetteurs dans mon cerveau, un bien être ABSOLU, 100x mieux que le parachute. big_smiletonguesuperdemon1

Par la suite, on se refait des soirées sur Panam, chez moi, on va toujours plus loin, et puis commençant à être en manque, un pote me passe un lien sur site de commande de cathinones, c'est quoi ça donc les Cathinones ?! Ha oui des espèces de génériques des Amphétamines, je commande,je reçois, je test cette nouvelle molécule en slam bien sur, quel plaisir encore ! Elle envoie du lourd celle la aussi. J'en recommande, 1x, 2x, j'en prend les weekend chez moi, ensuite commence en semaine, j'augmente les doses, 0,10, 0,20, 0,30 0,40. Mon corps devient un peu dépendant et "résistant" à cette molécule.

Ya 2 semaines je recommande, et la plus d'envoi, en attente, je commence à pété un câble. Aujourd'hui, je suis super mal, ma commande n'arrive pas, toujours "en cours de traitement", je sentais avant une dépendance psychique, aujourd'hui, j'ai l'impression qu'elle devient physique, je dors plus, fait des cauchemards, je pense beaucoup à ça dans la journée, je sais pas quoi faire

»
-(Source, https://www.psychoactif.org/forum/t15524-p1-Coktails-4-MEC-Slam.html[jolinar , Psychoactif])

Réduction des risques

En l'absence de données spécifiques, on suppose que les précautions à prendre sont comparables à celles concernant la méphédrone.

  • La 4-MEC est une drogue illégale. Même quand on l’achète sur internet, on ne peut pas savoir ce qu'il y a dedans. Il faut toujours commencer par tester une petite dose (1mg), et attendre au moins une heure (en ingestion) ou 30 minutes (en sniff) pour voir quel effet elle a.
  • En matière de RC, avoir une balance précise est souhaitable. Un test chimique d’identification de substance est aussi un plus afin de s’assurer que la substance commandée est bien ce que le site prétend.
  • La 4-MEC entraîne une descente pénible et un état dépressif les jours suivant la prise. Il est conseillé de ne pas reconsommer pendant ces jours, et de se reposer, de manger des produits vitaminés.
  • IL faut éviter d'avoir l'estomac plein ou vide au moment de la prise un ingestion (nausée, vomissement,..)
  • Éviter toute activité exigeant de la concentration (travail sur des machines, conduite automobile, …) pendant l'effet et la descente : excitation, euphorie, nervosité, voire agressivité peuvent entraîner des conduites inadaptées ou une prise de risque inconsidérée.
  • Il faut espacer les prises de 4-MEC. Une pause de 1 mois minimum devrait être observée entre chaque prise, d'autant plus qu'on ne connaît pas les effets de la 4-MEC à long terme.
  • Toutes les drogues, dont la 4-MEC, entraînent une baisse de vigilance qui peut être à l'origine de relations sexuelles non-protégées et, parfois, non-désirées. Avoir toujours des préservatifs à portée de main. Lorsque vous sortez avec un groupe d'amis, veillez les uns sur les autres.
  • Il vaut mieux consommer, surtout la première fois, avec des personnes expérimentées, qui sauront vous guider et vous conseiller.


Références

  1. Wikipedia : 4-MEC (en anglais)
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Erowid : 4-MEC (en anglais)
  3. Arrêté du 27 juillet 2012 modifiant les arrêtés du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Batel P. Drogues de synthèse : la préoccupante «mode». Novembre 2012. Vih.org
  5. Safe. Étude longitudinale des résidus de drogues dans les seringues usagées : apport à la connaissance des pratiques des usagers. 2013 (en cours de publication). Quelques résultats dans cet article du Monde


Liens