Psilocybe, effets, risques, témoignages

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Aller à : navigation, rechercher

Les psilocybes sont des champignons appartenant à la division des basidiomycètes, à l’ordre des Agaricales et à la famille des Strophariacées. Ils sont particulièrement connus pour regrouper plusieurs espèces dont certaines sont hallucinogènes de par leur teneur en psilocine et en psilocybine. Certaines variétés de champignons magiques produisent des truffes magiques ou sclérotes ou pierre philosophale qui sont également consommées pour leur psilocine/psilocybine. Les champignons hallucinogènes sont parmi les produits illicites les plus consommés après le cannabis par les moins de 30 ans. 3,8% des jeunes de 17 ans les ont déja testé en, 2014[1] Ils sont classés sur la liste des stupéfiants.



Champignons hallucinogènes VS Psilocybes

Tous les champignons hallucinogènes ne sont pas des psilocybes.

En mycotoxicologie, on distingue[2][3][4]  :

  • le syndrome panthérinien (ou muscarien), qui s’apparente plus à une sorte d’ébriété au cours de laquelle des hallucinations sont possibles.

Ce syndrome est lié à l’ingestion de champignon de type amanite tue-mouche (Amanita muscaria) ou amanite panthère (A. pantherina) qui contiennent de l’acide iboténique et du muscimol.

  • le syndrome narcotinien (ou psilocybien), qui constitue lui une expérience franchement hallucinatoire.

Ce syndrome est lié à l’ingestion de certains champignons du genre Psilocybe, Panaeolus ou Stropharia, qui contiennent de la psilocine et de la psilocybine.


Ainsi, tous les champignons potentiellement hallucinogènes ne sont pas des champignons dits « à psilocybine ». De plus, tous les champignons à psilocybine ne sont pas des psilocybes. Pour s'aider à reconnaitre les psilocybes semilanceata (ceux qui poussent dans nos près en octobre, voir Comment_reconnaitre_le_psilocybe_semilanceata

Historique

Des psilocybes dans nos champs entre les touffes d'herbe

L’usage de champignons hallucinogènes, en particulier les psilocybes, remonterait aux débuts de l’humanité.

Selon Terence McKenna, l’apparition de psilocybes dans le régime alimentaire de certaines tribus d’hominidés leur aurait donné un avantage évolutif en améliorant les performances de leurs chasseurs et cueilleurs, en favorisant la reproduction de leur individus et aurait également joué un rôle dans l’apparition du langage[5].

Les civilisations précolombiennes, notamment les Aztèques, faisaient une utilisation rituelle des psilocybes. Les Aztèques l’appelaient « téonanácatl », ce qui veut dire « chair des dieux ».

Lors de la colonisation espagnole, les missionnaires catholiques s’opposent à ces pratiques mais l’usage des champignons persiste. Les cultes évoluent néanmoins en intégrant des éléments de la religion catholique[6].

En 1955, un mycologue américain, Robert Gordon Wasson, est autorisé à participer à une cérémonie chamanique, organisée par la guérisseuse Maria Sabina, au cours de laquelle il consommera des champignons. Il en collectera quelques échantillons et les identifiera avec l’aide d’un mycologue français, Roger Heim. Ce champignon sera nommé : Psilocybe mexicana. Albert Hofmann (déjà connu pour avoir découvert le LSD) se verra confier l’analyse chimique de ces champignons et en isolera deux substances qu’il nommera psilocine et psilocybine. La structure de ces molécules sera publiée en 1958 et Hofmann en réalisera la synthèse complète. En 1969, il ira au Mexique avec Wasson et rencontrera Maria Sabina. Il lui donnera des pilules de psilocybine en les présentant comme équivalentes au champignon. Maria Sabina, initialement sceptique, conclura finalement que l’effet est le même que celui du champignon[6].

Les écrits de Wasson ont popularisé les champignons hallucinogènes à travers le monde, suscitant l’intérêt de beaucoup de personnes. Leur consommation est devenue un phénomène de mode dans les années 1960 en contribuant au développement du mouvement psychédélique.

Ils seront interdits dans plusieurs pays mais un usage marginal persistera.

Lorsque les champignons ont été interdits en 2008 en Hollande, la loi a été ajustée de sorte que les truffes magiques ne relèvent pas de cette nouvelle loi. En raison de l'interdiction des champignons, les smartshops en Hollande ont commence la vente de truffes magiques. Pour cette raison, les truffes magiques ont vu une augmentation de leurs vente et sont plus populaires que jamais.

Qu'est ce que c'est

Botanique

Psilocybe semilanceata

Il existerait dans le monde plus de 100 espèces du genre Psilocybe dont environ 80 seraient hallucinogènes[6]. Les plus connues sont : Psilocybe mexicana, P. semilanceata, P. cyanescens et P. cubensis [7].


Parmi la douzaine d’espèces hallucinogènes présentes dans les contrées européennes, la plus courante et plus recherchée est le psilocybe lancéolé (Psilocybe semilanceata)[6]. Il possède les caractéristiques suivantes[8][9][10][6] :

  • Chapeau : 1 à 3cm, brun à gris olive, conique ou en cloche, avec un mamelon très pointu, recouvert d’une pellicule visqueuse, marge plissée et finement striée.
  • Lames : Lames adnées larges, de couleur noire ou violet foncé (spores) et avec des arrêtes claires.
  • Stipe (pied) : long (jusqu’à 12 cm), fin, sinueux, lisse, de la même couleur que le chapeau, pouvant présenter des nuances bleutées à la base.
  • Habitat : en groupe, sur terrain acide, dans les prairies, les pâturages, fin de l’été et automne.


Truffes magique ou pierre philosophale

Truffes magique de Psilocybe tampanensis
Truffes magique

A l'endroit où se développent les champignons il y a tout un réseau de mycélium. Ce mycélium est une moisissure avec un fond blanc et de la structure fibreuse. Dans de bonnes conditions le mycélium fera que les champignons poussent. Les champignons sont donc le fruit du mycélium. Certaines variétés de champignons magiques produisent des truffes magiques ou sclérotes dans ce mycélium. Ces truffes magiques sont une masse compacte de mycélium durci où la nourriture et l'eau sont stockée et peuvent être utilisé lorsque les conditions ne sont pas optimales.

Ces sclérotes sont très denses par rapport aux champignons et contiennent 30% de matière sèche mais aussi de la psilocybine et de la psilocine.

Sur notre terre il y a environ 200 différentes sortes de champignons qui ont été identifiés contenant de la psilocybine et de la psilocine. Seule une poignée de ces champignons sont capables de produire des truffes magique. Les plus connues sont les suivantes : Psilocybe tampanensis , Psilocybe mexicana et Psilocybe atlantis.

Il peut y avoir un peu de moisissure blanche sur les truffes. Ce n'est pas une contamination, mais simplement le mycélium qui continue de croître.

« Pour ma part, la derniere fois que j'ai pris des truffes mexicaines (j'ai avalé ca en debut de soirée), zero hallu, zero distortions, zero changements de couleurs, etc..... hmm

par contre, grosse ouverture d'esprit et bon delire genre decryptage de sens cachés devant Alice au pays des merveilles (je trouvais des symboliques de partout dans ce film) !! et le lendemain matin, j'ai attrapé mon pinceau, et j'ai repeint ma bibli et mon meuble télé !!

»
-(Source, snoppy, Psychoactif)

Obtention

Growkit de psilocybes
Growkit de P. cubensis McKennaii
Growkit de psilocybes equatoriens
Growkit Golden Teacher


Les psilocybes peuvent être directement obtenus auprès d’un tiers ou ramassés dans la nature mais aussi cultivés par le consommateur. Pour cette dernière option, certains smartshops proposent le matériel nécessaire (substrats de culture, seringues ou empreintes de spores, voire même growkits prêts à l’usage).

« la température idéale est de 24°, mais entre 22° et 27° ca va. Le tout c'est de ne pas y toucher, de les ouvrir quelques minutes par jour. De les arroser avec un pulvérisateur (2/3 pshitt) tous les 2 jours.

Enfin moi c'est ce que je fais avec les miens et j'ai la meme sorte que toi. Tout va bien, je suis meme repartie pour un 2èmè flush !!! Mais pour moi ca a ete rapide ! Plantés le 20/01 et ramassé le 31/01. La 2ème a repris vite le 3/02. Mais voilà je suis comme toi pour la récolte je ne sais pas trop comment faire ? Est-ce qu'il faut ne ramasser que les gros ou tout ramasser en meme temps ?

»
-(Source, ShibAu17, Psychoactif)

Statut légal

En France, les champignons hallucinogènes du genre psilocybe sont inscrit sur la liste des stupéfiants[11]. Sont donc interdites toutes les activités les impliquant (consommation, détention, production, distribution…), y compris la cueillette dans la nature.

Prévalence

Les champignons hallucinogènes sont parmi les produits illicites les plus consommés après le cannabis par les moins de 30 ans. En 2010, seules 3,2% des personnes agées de 18-64 ans en ont déja consommé au moins une fois au cours de leur vie (4,9% chez les hommes, 1,6% chez les femmes). La consommation au cours de l'année ne concerne quant à elle pas plus de 0,2% des 18-64ans. Elle est maximale entre 18 et 25 ans.[12]

Chimie

psilocybine et psilocine

La principale substance active des psilocybes, et plus généralement des champignons dits « à psilocybine », est la psilocybine. Ils contiennent également de la psilocine mais à l’état de traces[13]. La psilocybine est l’ester phosphorique de la psilocine.

Hofmann a aussi isolé à partir de psilocybes 2 autres composés, la baeocystine et la norbaeocystine[6].


Toutes les espèces n’ont pas la même concentration en principes actifs. Ainsi, P. mexicana serait modérément puissante alors que P. semilanceata contiendrait très peu de psilocine mais des quantités importantes de psilocybine (environ 1% du poids sec). P. cubensis contiendrait une quantité moyenne des 2 molécules (psilocine + psilocybine : de 0,1 à 0,8% du poids sec). Quant à P. cyanescens, les quantités seraient plus élevées (psilocine + psilocybine : 1% du poids sec)[14].

D’autre part, pour une même espèce, ces concentrations peuvent varier d’une souche à l’autre ou selon l’origine du champignon (les champignons cultivés présentant des concentrations supérieures à celles des champignons récoltés dans la nature)[14].


Pharmacologie

La psilocybine est hydrolysée in vivo en psilocine par déphosphorylation. Cette transformation a lieu au niveau hépatique par effet de premier passage. La psilocine serait donc le composé psychotrope principal, et la psilocybine serait minoritaire voire même une prodrogue[15].


La psilocine agit comme agoniste sur plusieurs récepteurs sérotoninergiques parmi lesquels les 5-HT1A, les 5-HT1D, les 5-HT2A et les 5-HT2C[15][16]. L’affinité pour les récepteurs 5-HT2 est forte et se retrouve pour de nombreux autres hallucinogènes, suggérant que ces récepteur 5-HT2 participent grandement aux effets de ces substances[16]. Néanmoins, des différences existent. Par exemple, la psilocine n’a pas affinité pour les récepteurs dopaminergiques D2, contrairement au LSD[15].


Doses

Psilocybes Cubensis secs
Psilocybes semilanceata secs

Les concentrations en principes actifs variant d’une espèce/souche à l’autre, il n’est pas possible ici de donner des dosages précis. Nous invitons donc chaque usager à se renseigner sur la puissance de l’espèce/souche en sa possession et à garder à l’esprit que les champignons cultivés sont généralement plus forts que ceux ramassés.


D’une manière générale, on peut on peut quand même donner les indications suivantes :

  • Il y a un facteur 10 entre les doses de champignons secs et celles de champignons frais[16]. Ainsi, 1 g de champignons secs correspond à 10 g de champignons frais.
  • En fonction des espèces/souches et de leur puissance, la dose usuelle se situe entre 1 et 5g de champignons secs.

Par exemple, pour P. cubensis, Erowid[17] propose les dosages suivants (exprimés en champignons secs) :

  • Seuil d’effet : 0.25 g
  • Effet léger : 0.25 – 1 g
  • Effet moyen : 1 – 2.5 g
  • Effet fort : 2.5 – 5 g
  • Effet très fort : > 5 g
« Par exemple si je veux un petit trip tranquille axé sur le récréatif et juste passer un bon moment je prend 1 ou 2g de champi sec. Si je veux un trip qui commence un peu à me bousculer et à faire ce que j'appelle un "vrai" trip je vais prendre 3g ou un peu plus. Et parfois j'ai juste envie de côtoyer les dieux et l'hyper espace et je prend 5g à mes risques et périls. Après tout le monde ne réagit pas pareil selon les doses donc c'est vraiment à toi de voir ce que tu cherches, mais évites de tomber dans la logique "bon 3g c'était chaud mais c'est passé, je peux donc monter à 4g juste pour voir", ça fini souvent mal big_smile Trouve ta dose de confort. »
-(Source, Cobe, Psychoactif)

Truffes

Pour les truffes, prendre 5 à 9 grammes pour un voyage normal et de 10 à 15 grammes pour un voyage plus intense.

« Je trouve que les truffes sont plutôt bonnes au goût, je ne vois pas bien l'intérêt de les prendre en infusion.

Et puis du coup tu peux redoser facilement. Tu peux donc commencer par 5g si c'est ce que tu sens, et peser une deuxième dose de 3g à 5g que tu peux prendre si la première ne monte pas. Mais attention au piège, chez certains, la truffe peut mettre jusqu'à 2h pour monter, donc si tu redoses trop vite, tu risque de te prendre une bonne grosse claque.

Récapitulatif : 1ère dose à 5g, bien mâchée en prenant tout son temps et si l'effet n'est pas satisfaisant au bout de 2h, prendre la seconde dose.

»
-(Source, Syllicone, Psychoactif)
« Pour info, au niveau des truffes, la puissance peut varier énormément d'une récolte à l'autre.

Au même dosage et à la même espèce, soit 8 grammes de frais, il y a des fois ou ça faisait pas grand chose, et des fois ou j'étais tellement défoncé que j'avais l'impression de me balader dans un tableau en aquarelle. Magnifique souvenirs, c'était vraiment très beau de se balader dans la forêt d’Alice au pays des merveilles ! J'ai même eu de vraies hallus, racines qui se transforment en serpents, ou alors des genres de cafards qui sortaient des arbres, tournaient la "tête", me regardaient l'air étonné genre il foutent quoi là eux, et replongeaient dans le bois.

»
-(Source, Chambermont, Psychoactif)
Comparaison des puissances des différents psilocybes[18]
Espèce psilocybine psilocine baeocystine
P. semilanceata 0,98% 0,02% 0,36%
P. cyanescens 0,85% 0,36% 0,03%
P. tampanensis 0,68% 0,32% n/a
P. cubensis 0,63% 0,60% 0,025%

Mode de consommation

Les psilocybes ne sont pas bons à manger. Ils ont un gout de terre. Pour dépasser ce gout, les champignons secs sont souvent émietter et mélanger à de la nourriture comme des yaourts, des plats de pâtes.... Il existe aussi plusieurs recettes comme les psilocybes au miel, qui permet en outre de les conserver plus longtemps/

« Vers 23h, on décide de se faire nos champis séchés sur leur lit de lasagnes. Maxime pèse mes petits mexicains et me tend mes 1,4g accompagnés d'un sourire complice et d'un "bon appetito". Et comme je suis polie, je décide d'attendre que tout le monde soit servis, c'est à dire 1,7g d'un mélange entre cambodgiens et mexicains pour les autres (qui ont déja de l'éxpérience avec les champis). Bon, voila, je sais que c'est le moment. Pour goûter le vrai goût des champignons, je décide de manger une partie de ce que j'avais tel qu'elle.. Ben c'était vraiment pas bon..je les fais passer avec de l'eau puis décide d'émietter le reste sur une partie de ma platrée de lasagnes »
-(Source, boum_shiva, Psychoactif)

Truffes magiques

Les truffes peuvent simplement être mangés car elles ont meilleure goût que les autres champignons magiques. Le goût de la truffe magique est souvent décrit comme étant proche de la noix.

« 22h45 : Je décide de préparer les truffes pour Piouf et moi. K et M enchainent quelques verres et un shooter de la fameuse absinthe à 80degré que j'ai ramené de Barcelone cet été.

Un peu de psytrance pour se mettre dans l'ambiance (nous allions ensuite à une soirée trance en intérieur avec des décors superbes et magiques à chaque fois).

23h : On mâche avec application nos truffes. Pour m'être renseigné sur tout ça, on m'avait prévenu que le gout ne serait pas terrible et que des maux de ventre et nausées pourraient être là. Effectivement, bon gout de bois dans la bouche, mais on supporte.

»
-(Source, Paz, Psychoactif)

Conditionnement

Les truffes fraîches contiennent environ 70% d'eau. Elles peuvent être stockées au frais dans le réfrigérateur jusqu'à 3 semaines. Le séchage est facile. Il vous suffit de répartir les truffes sur quelques morceaux de papier dans une pièce chaude. Accélérer le processus avec un ventilateur. Rangez les champignons secs dans un sac à fermeture zip ou tout autre récipient hermétique, dans un endroit frais, sec et sombre. Après 6 mois, l'intensité des effets diminues.

Les effets recherchés

En moyenne, les premiers effets commencent à se faire sentir environ 30 minutes après l'ingestion, mais il peut arriver qu'ils mettent plus d'une heure et demie à survenir. Le « palier » commence en moyenne 30 minutes après, et dure de 2 à 3 heures. Les derniers effets peuvent se faire sentir jusqu'à 6 ou 7 heures après l'ingestion voire 24 heures. Les effets des truffes magiques sont les mêmes que les champignons.

La plupart des usagers comparent les effets des champignons hallucinogènes à ceux du LSD. Les champignons hallucinogènes peuvent procurer des sensations de l'ordre du développement personnel comme une meilleure compréhension de soi-même, un aiguisement des sens, une sensation de liberté et d'harmonie voire des révélations mystiques. Ils peuvent procurer également introspection, désinhibition, euphorie, fou-rire, réémergence des souvenirs oubliés (pour le meilleur ou pour le pire), hallucinations visuelles et sonores.

« Renaissance, respect, expérience de vie-mort, acceptation de la mort, renaissance, jouissance, renouveau. Tellement de choses physiques, psychiques, une alchimie sonore et un paroxisme des sens. Je n ai jamais atteins un degré de plénitude totale, tellement perché que je n'voulais jamais en descendre (quitte à rester kéblo, c'est grave), mon corps a été une véritable bombe de sens.

Mon psy dissocié, ma brachycardie atteignait limite le 0 pulsation, j’me sentais plus respirer, je mourais dans une forme de plénitude et acceptation totale. J'avais l'impression de vivre tout ce que je n'avais pas pu en une vie, cette mort presque physique ne m'a jamais semblée aussi "plaisante, enivrante" à vivre et à accepter. Je n'aurai jamais pu me sentir aussi bien, délivré, un nirvana presque macabre. Les échos de la musique m'ont réveillé intérieurement. En ouvrant les yeux , les couleurs flashaient de mille feux et tout semblait crystal. Mais mes yeux fermés, je ressentais de + en + cette fusion, cette renaissance, cette forme d’orgasme continue. Quand mon souffle revint, j’le sentais nouveau, différent, chaque respiration lente m'enivrait de plaisir. Je ne voulais pas que çà s'arrête, jamais. J'étais même prêt a rester percher à vie tellement le trip était intense. Au fond de moi, j'avais cette peur mais j'acceptais tout ce qui était en train d'm'arriver.

»
-(Source, Onicks, Psychoactif)


« Ce premier trip fût pour moi une réelle expérience. Jusque là quand on me parlait de trip mental, je ne voyais pas trop de ce à quoi ça renvoyait.

Je me suis rendu compte que les drogues comme la md que j'ai pas mal consommé avant de toucher aux champis étaient en quelques sortes "passives" : on prend son para, et puis boum, la serotonine déboule, on est bien, on aime tout, on s'ouvre à tout le monde... Là avec les champis, j'ai eu l'impression d'avoir une perche "active", ça travaillait dans le cerveau, j'ai appris des choses, j'ai eu des prises de consciences... Bref, rien à voir, chacun ayant leurs avantages et inconvénient! A titre d'inconvénient, je rajouterais aussi que le mal de ventre m'a tenu toute la soirée, surtout après le trip, dès que je commençais à y penser. De plus, je m'attendais à un assez gros aspect visuel du trip, qui fût je trouve au final à 90% mental et 10% visuel.

»
-(Source, Paz, Psychoactif)
« J'ai envie de parler, de rire, d'observer, je marche énormément dans la maison, je veux tout voir, parler à tout le monde. Il y avait énormément de tentures et de posters assez psychés dans la maison, je tape une grosse phase sur une tenture qui me paraissait géante, avec des cercles, des triangles. C'était comme les engrenages d'une énorme machine, ça tournait et ça s'encliquetais. Je lache un "wow..putain" quand je vois apparaître devant mes yeux des formes psychés et plus ou moins géométriques ressemblant à des rosaces constitués de couleurs assez flashys devant mes yeux, je me disais waw..c'est créé par mon cerveau tout ça.. Ce genre d'hallus seront présentes tout au long de mon trip, surtout dans l'obscurité. »
-(Source, Paz, Psychoactif)


« Je vois au ralenti, mon esprit ne pense plus, impossible de formuler la moindre pensée cohérente, la fenêtre bouge toujours. Je lève la tête au plafond : les petites écailles dans la peinture sont devenues un désert de sable qui se meut au gré du vent. Je suis en extase devant ce spectacle qui se déroule au dessus de ma tête : ce sera le "Sahara du plafond". C'est juste absolument magnifique, je suis complètement obnubilée par ce putain de désert mouvant.

Ma chambre est comme teintée d'un halo tantôt rougeâtre, tantôt verdâtre, j'ai l'impression d'être sous micro acide. J'entends le documentaire sur la mafia russe en arrière plan, les voix sont en échos, comme dans une cathédrale... Les images sont saccadées, comme s'il manquait 50 images par seconde, ça "grésille" par moment, impossible de lire les sous-titres...


Mon esprit est complètement bloqué : le seul mot qui me vient est "zombie". Impossible de bouger, je suis comme prisonnière de mon corps dont tous les sens sont hallucinés : je perçois le moindre bruit à l'extérieur comme décuplé, mes yeux hallucinent sur "le Sahara du plafond".

»
-(Source, Bicicle, Psychoactif)

Risques de la consommation

Les effets secondaires

Les effets secondaires physiques comprennent :

  • nausées, vomissements ;
  • ralentissement du rythme cardiaque ;
  • hypotension artérielle ;
  • hyperthermie : sudation excessive1 ;
  • dilatation des pupilles (mydriase)1 ;
  • tremblements ;
  • éruption cutanée ;
  • dépersonnalisation, déréalisation ;
  • peur, angoisse, tristesse, voire paranoïa ;
  • état confusionnel ;
  • bouffées délirantes aiguës ;
« La pièce en elle même n'a plus du tout la forme de pièce, tout devient hyper confus, je ne distingue plus les mur les uns des autres, je me sent comme dans une espèce de boule perdu dans l'univers qui me protège de l'extérieur, les hallus devinent encore plus intense et prononcéss, il n'y a pas la moindre chose que je perçoit normalement, le studio prend des dimensions pas croyable et le moindre déplacement demande un effort intense mais je reste très actif et je me déplace pas mal en exploration dans le studio, je parle également beaucoup tout seul pour des dires des choses en boucle comme "t'es là ? ah bah non t'es pas là ... t'es là ? ah bah non t'es pas là...." tout le contraire de L. qui est toujours assise contre son armoire le sourire bloqué en plein trip nature/relfexion.

Je m'assois devant l'ordi, le live in pompei des pink floyd passe toujours en boucle, je le voit d'une manière comme je l'ai jamais vu, tout prend une dimension géante, chaque note est si profonde... Je commence à avoir envie de danser, que "ça bouge", j'essaye d'aller sur youtube pour mettre un mix de Psy Trance avec visu, c'est d'une galère incroyable, toute les fenêtres de l'ordi se confondent, l'écran est de toute les couleurs, et en plus de ça, le bureau n'arrête pas de se déplacer donc j'ai a chaque foi l'impression que l'écran "s'en va" sur les cotés et je tend ma main pour essayer de le faire "revenir" j'arrive quand même à lancer la trance, je me lève de la chaise et commence à danser tout seul comme je n'ai jamais dansé. C'est seulement après 10 minutes en retournant sur l'ordi que je remarque que en démarrant la vidéo trance je n'ai pas arrêté Pink Floyd et que pendant 10 minutes les 2 musiques tournaient en même temps, je met une autre vidéo sur youtube, mais je ne comprend plus rien à rien, il y a je sais pas combien de sons en même temps, je n'arrive plus à contrôler quoi que se soit sue l'ordi "Wah mais je comprends rien ! je comprend vraiment rien du tout !! y a rien que je comprends dans tout ce bordel !"

»
-(Source, clem, Lucid-state)

Le bad trip

Le bad trip est une mauvaise expérience due à la consommation de champignon qui peut se produire au début comme au milieu du trip. Il peut se produire avec tous les hallucinogènes. Il peut être léger et de courte durée, comme extrêmement puissant avec des crises d'angoisses, des révélations effroyables, des hallucinations terrifiantes.... En général le bad trip cesse avec l’arrêt de la substance, mais il peut engendre un vrai traumatisme avec des angoisses incontrôlables, des phobies, un état confusionnel, des bouffées délirantes, qui peuvent être irréversibles. On parle alors de « syndrome post-hallucinatoire persistant ». Les benzodiazépines permettent d'écourter le trip si cela se passe mal.

« J'ai déja fait un bad trip avec des champignons (2,5g de mexicains,ce n'était pas ma première) et j'ai passé toute ma nuit à me poser des questions,des questions qu'il ne fallait surtout pas que je me pose.

Je peux te dire que la semaine qui à suivi,je ne savais plus qui j'étais,le mois qui a suivi encore j'avais l'impression de ne plus être moi même,je me sentais mal et j'avais des pensées très négative...

Mais avec le temps,j'ai rationalisé mes pensées et me suis rendu compte que j'étais juste partit trop loin. Petit à petit mon esprit est redevenu clair,ma joie de vivre a refait surface et je suis aujourd'hui en pleine forme dans ma tête,mais il m'a bien fallu deux mois au total pour que tout se remette en place.

»
-(Source, EZCool, Psychoactif)

La descente

« La mauvaise descente n'est pas automatique, sinon ca ferait des années que je ne toucherai plus à ça. Sinon un léger benzo peut aider pour la descente. Mais si à chaque redescente tu es en bad au point d'en avoir des mauvais souvenirs, change de produit. Enfin, avis perso »
-(Source, mikykeupon, Psychoactif)
« Mais le reel probleme est quand je suis rentré ! Jetais fatigué , je me suis dis que jallais dormir bien et beaucoup , un peu decu de lexperience tout de meme , je decide de me coucher. Mais la impossible de fermer les yeux , je ne suis pas a l'aise dans mon lit , je ne sais pas quoi regarder sur netflix ou youtube tout ca. Rien ne minteressait. Puis je me suis dis que cest encore leffet des mushroom.

Mais la! ce matin ! Je me reveil apres seulement 5h de someil et encore plus mal a l'aise que hier..

»
-(Source, XtaZyY, Psychoactif)

Le flash-back

Le flash-back, connu surtout pour le LSD mais également possible avec les champignons, est une réapparition des effets du produit, plusieurs jours ou plusieurs mois après sa consommation.


La tolérance et la dépendance

« La tolérance aux champi est assez spéciale, si t'en prend toutes les semaines voir toutes les 2 semaines sur de longues périodes ta tolérance va forcement augmenter avec le temps et les trips s'en verront un peu changés. 1 fois par mois c'est l'idéal si on veut en consommer régulièrement, ça permet de bien digérer ses trips et tu n'auras aucun problème de tolérance, même dans 20 ans. J'ai déjà trippé sans problème toute les semaines sur plusieurs mois mais les trips étaient beaucoup moins profonds et mystiques que quand tu trips 1 fois par mois.

Et l'avantage des champignon c'est que tu ne peux pas y être accro, tu peux toujours essayer d'en bouffer plusieurs fois par semaines, tu vas vite te rendre compte que ça n'a aucun intérêt

»
-(Source, Cobe, Psychoactif)

Psilocybes et mélange de drogues/médicaments

Psilocybe + cannabis

Le cannabis est bien connu des utilisateurs de psilocybe pour relancer ou amplifier un trip. Il peut par ailleurs déclencher un flash-back... et des bad trips.

« il y a un peu moins d'un mois ( le 30 août ) j'ai consommé une peu plus environ 2.3g ( répartie en 2 fois à 2h d'intervalles).

Tout allait bien, soirée entre 4 potes posés dans une maison, jusqu'au moment où après 5h de trip, j'ai consommé une douille de chit et là mon cerveau à complètement vrillé, j'ai cru que j'allais rester bloqué ( c'est peut-être le cas ?! ). Donc suite à cela, j'ai finis par appeler les pompiers car je badais trop et mes potes n'arrivait pas à me calmer. Ils m'ont dit que cela allait passer. Le lendemain, sensation bizarre au niveau du cerveau, grosse fatigue normal. Semaine qui suit bizarre et j'ai fait l'erreur de prendre 2 petits para de md le week suivant, s'en suit une grosse crise d’angoisse le dimanche soir. Depuis cette soirée aux champignons magiques, mon cerveau est comme en légère " chauffe ", et au niveau physique j'ai un peu mal au coup et j'ai les mains moites de temps en temps. Je n'ai pas d'hallus hormis desfois un petits point de couleur quand je change mon regard d'un objet.

»
-(Source, Woody13, Psychoactif)

Conseils de réduction des risques

une récolte de Psilocybes en France
  • Avant le trip :
    • Le risque de confusion en cas de ramassage n’est pas à négliger. Demander confirmation auprès de connaisseurs. Ne pas consommer en cas de doute sur l’identification.
    • Ne pas consommer de champignons moisis.
    • Se renseigner sur les doses (toutes les espèces ou les souches ne sont pas aussi puissantes).
    • Attention, les doses varient selon qu’elles sont exprimées en champignons secs ou frais !
  • Lors du trip :
    • Accidents : la présence d’un « gardien » sobre est une précaution souhaitable.
    • Conduite : la nature des effets contre-indique la conduite automobile.
    • Bad trip, crise d’angoisse : possible avec tous les hallucinogènes. La présence d’un « gardien » peut-être favorable. Les benzodiazépines peuvent calmer les choses, sans mettre un terme aux effets. Ne pas hésiter à se rendre aux urgences si cela devient ingérable (appeler les secours si besoin, ne pas s’y rendre en véhicule).
    • Autre troubles psychiatriques : dépersonnalisation, troubles psychotiques, état paranoïde… Nécessite une prise en charge médicale.
    • Troubles somatiques : nausées, vomissements, diarrhées, tachycardie, hypertension…
    • Auraient été décrits des troubles cardiaques et des cas d’insuffisance rénale[19].
  • Après le trip :
    • Risque de flashback ou de syndrome post-hallucinatoire persistant : nécessite une prise en charge médicale.


Liens

Sur Psychoactif :



Références