Tramadol, effets, risques, témoignages

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Share/Save/Bookmark
Aller à : navigation, rechercher

Le tramadol est un analgésique opioïde synthétique utilisé pour prévenir ou traiter la douleur modérée à sévère. On le classe dans la catégorie des antalgiques de niveau 2, comme la codéine et le dextropropoxyphène. Il peut être utilisé pour la douleur aiguë (par exemple après une intervention chirurgicale) et la douleur chronique (comme dans blessure au dos ou le cancer).

Il agit sur le même type de récepteur que la morphine, c'est un agoniste des récepteurs morphiniques. Il est détourné pour ses effets opiacés et/ou stimulant dus à son action sérotoninergique.

Le tramadol n'est délivré en France que sur ordonnance. Depuis le 31 janvier 2011, le tramadol fait partie de la liste des médicaments à surveiller de l'ANMS.

Histoire brève

La molécule a été développée, lancée et commercialisée sous la marque Tramal par la société pharmaceutique allemande Grünenthal GmbH en 1977.

Qu'est ce que c'est ?

Les formes galéniques

Ampoule de tramadol injectable

Le Tramadol est commercialisé sous forme de cachets (ou gélules) seuls (Zamudol, Monoalgic LP, ). L'unité de dosage le plus connu est le comprimé de 50 mg génériques fabriqués par plusieurs fabricants, mais il existe aussi des cachets de 100mg, 200mg et 300mg sous la forme LP(Libération Prolongées) qui dure 24 heures. Il est aussi communément disponible en combinaison avec le paracétamol sous la forme d'une petite dose de 37,5 mg de tramadol et 325 mg de paracétamol (Ixprim)

Il est également commercialisé en solution buvable (par exemple Topalgic) ou en solution injectable


Les modes de consommation

Gélule de Topalgic 50mg

Les doses récréatives commencent à partir de 200 mg et peuvent aller jusqu'à 4 000 mg par voie orale (très rarement, les doses récréatives dépassant 1g/j sont rares). Mais,attention, la dose maximale selon l'AMM est de 400 mg/j. Dépasser cette dose expose aux effets secondaires du Tramadol, notamment convulsions et syndrome sérotoninergique. Une grande prudence est donc requise, même avec une tolérance au produit.

« La première fois , j'en ai sniffer 100mg en 2 fois (2 cachet que j avais reduit en poudre, je suis plus sure du dosage mais il me semble bien que c'était ca), franchement je déconseille parce que d'une part ca DECHIRE le nez et d'autre part ca DEFONCE la gorge . j'ai cru que mes naseaux ne s'en remettrai jamais. bon alors certes je me suis sentie un peu plus detendu qu'avant d'en prendre mais rien de transcendant.)  »
-(Source, eesona, Psychoactif)

Les effets recherchés

Le métabolite O-desméthyltramadol est responsable des effets morphiniques du Tramadol. Le O-déméthyltramadol est créé à partir du tramadol lors de son passage à travers le foie. Ce processus implique l'enzyme CYP2D6. Parce que le nombre d'enzyme CYP2D6 dans le foie varie d'une personne à l'autre, l'effet morphinique et analgésique du tramadol est également variable.

« Le tramadol est un opioïde bien étrange... Certaines personnes (la majorité) ne sentent pas ses effets (et j'en fait partit: j'ai déjà testé des doses très élevées, sans ressentir d'effet "opiacé") mais pour d'autres le tramadol c'est la meilleure drogue au monde. Sérieux, j'en connais, (et pas des n00bz qui savent pas reconnaitre un effet placebo) qui adorent ça, et qui en prendraient si ils avaient le choix entre du tramadol et de la morph...  »
-(Source, Mamon, Psychoactif)
« Un petit extra avec contramal 600 mg LP (ma tolérance après l'arrêt ne diminue que très lentement). Je commence à frissonner, c'est plutôt anxiogène comme sensation. Je ne ressens ni chaleur, ni bien-être,plénitude etc... que j'associe aux opiacés. Sur les heures qui vont suivre, je ne serai absolument pas high, mais parcourus de frissons et de tremblements. Le contramal abaisse le seuil épileptogène est ça explique ce qui s'est passé. Mais ce que je n'arrive toujours pas à m'expliquer c'est la totale absence d'effet opiacé (même pas un fond de nausées,rien) vu la quantité ingérée c'est très étranger.  »
-(Source, ratus, Psychoactif)

Selon la dose prise, les effets recherchés pour la consommation récréatives sont des effets typiques des opiacés comme l'euphorie,une stimulation, et les hallucinations visuelles et auditives. Les effets sont proches de ceux provoqués par le dextrométhorphane (DXM) et par le PCP.

En effet, en plus de son effet opioïde, le Tramadol a un effet stimulant du fait que ce soit un IRSN-doux, ce qu'il signifie qu'il inhibe la recapture de la noradrénaline et de la sérotonine. Le métabolite du tramadol, le O-desméthyltramadol est un NRI (inhibition de la recapture de la noradrénaline mais pas la sérotonine).


« Je ne peu m’empêcher de penser que ca ressemble à un opi mélanger avec un petit psyché. Certains trouve que c'est plus euphorique que les autres opiacées mineurs, moi pas vraiment. Mais c'est vrais qu'il y a un petit effet qui change.Franchement je préférais le dextro, il avais un coter moins violent.  »
-(Source, IPU, Psychoactif)
« Pour les effets, tu commences à les ressentir au bout d'un gros quart d'heure environ, le pic plasmatique (le moment où la concentration dans le sang est maximale) est entre une demi-heure et une heure, donc c'est là que les effets sont maximaux en théorie! Je dirais que ça commence à être bien à partir d'une demi-heure et que ça dure facilement 7-8h! C'est assez étrange: personnellement, je plane, avec une sensation de chaleur interne et d'apaisement, je rêve éveillé, puis je m'endors... Et je me réveille en pensant avoir dormi toute la nuit, alors qu'une dizaine de minutes à peine s'est écoulée!! Et ça recommence comme ça... C'est vraiment top je trouve! Le sub me fait le même effet, ce mélange d'insomnie, de rêve éveillé et de sommeil...  »
-(Source, Phoenix, Psychoactif)
« Déjà au niveau des effets ça ressemble bien à la codéine ou plutôt à des infus de pavots en moins fort. Le mélange avec l'alcool permet de faire durer quelques peu les effets. Tu es détendu, désinhibé et en même temps ça te fout bien la pêche. Si tu as des 50mg, une dose correct pour avoir de bons effets est d'en prendre 5. Au bout de 5-6h tu sens que ça descend, tu en reprends 2 ou 3 ce qui fait repartir pour 3h, une dernière prise est possible mais vaux mieux s'arrêter car ton corps s'épuise pas mal au bout de 12-13h de défonce. J'ai testé d'en prendre 10 une fois (500mg) et je me suis à piquer du zen comme en redescende de came, donc ça sert à rien de forcer. Pour la descente, c'est tranquille, tu es juste un peu fatigué durant 2 jours.  »
-(Source, givodu, Psychoactif)
« L'idée était de faire des essais avec une prise d'un comprimé en plus à chaque fois. Donc je réessaie 10 jours après avec 4 comprimés, puis 5 quelques jours plus tard. Les effets étaient comparables mais un peu plus importants. En fait je n'irai pas plus loin dans le dosage car cette dernière prise m'a fait un peu peur lors de la phase de "somnolence" : c'était assez désagréable car je craignais de m'endormir, luttais pour rester éveillé.  »
-(Source, voyon, Psychoactif)

Les risques de la consommation

Les effets secondaires

Les réactions indésirables les plus fréquemment rapportées sont celles des opiacés : des nausées, des vomissements, des sueurs, des démangeaisons et la constipation. La somnolence est signalée, même si elle est moins problèmatique que pour d'autres opioïdes

« Si je l'ai bien supporté, ce n'est pas le cas tout le monde: je connais beaucoup de gens qui sont pris de vomissements irrépressibles avec cinquante pauvres milligrammes de cette molécule...  »
-(Source, Phoenix, Psychoactif)

Il peut aussi avoir un effet important sur le sommeil et des doses élevées peuvent provoquer l'insomnie. (Surtout combiné avec de la méthadone)

Crise d'épilepsie et de convulsions

La tramadol abaisse le seuil de la crise d'épilepsie.

« Effectivement, faut faire vraiment gaffe avec le tramadol !Et même sans interaction: une personne de mon entourage épileptique est allée aux urgences avec 400 milligrammes de tramadol environ (prise étalée sur ~ 4 heures).Et il faut savoir que cette molécule reste assez longtemps dans l'organisme (l'hosto lui on filé des anticonvulsivants à prendre pendant 48h après la prise, elle à zappé 1 prise genre 24 heures après et à retapée de nouveau une crise épileptique !).  »
-(Source, jhi-dou, Psychoactif)
« Et une fois j'ai pris 600mg je me suis taper une sorte de crise d'épilepsie, apparemment ils déconseillent de prendre plus de 400mg par jours à cause justement de la survenue de ces crises épileptiques... et je précise que je n'avais jamais fait de crises avant et je n'en ai plus jamais refait après... mais ça fou les boules, passage par la case urgence et tout.  »
-(Source, Psycho Morph, Psychoactif)
« Mais voila, il m'est arrivé un incident il y a 10 jours avec une trop grande prise de tramadol, j'ai finis aux urgences en crises convulsives (8/10 comprimés dans la journée), je suis resté en observation 24h et ils m'ont fait sortir (prise de sang ok, scanner cérébral ok). Mais aucun traitement ne m'est donné, juste me dire de ne prendre que 2 tramadol par jour, mais je n'en prenais plus, psychologiquement, j'ai fait un rejet du produit, avec seulement 1 cp, je me sentais trop mal.  »
-(Source, csbilouze, Psychoactif)

Le syndrome sérotoninergique

Les propriétés de modulation sérotoninergique de tramadol lui donne la possibilité d'interagir avec d'autres agents sérotoninergiques. Il y a un risque accru de toxicité sérotoninergique lorsque le tramadol est pris en association avec les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (par exemple, les antidépresseur ISRS).

Même à doses élevées, le tramadol peut également provoquer seul des syndromes sérotoninergiques avec fièvre, transpiration, nausées, vomissements, convulsions. Des convulsions ont été rapportés dans les humains recevant des doses orales uniques excessifs (700 mg). Pour le traitement des convulsions provoqués par la toxicité du Tramadol, on peut administrer diazepam.

« Depuis quelques jours j'ai une douleur tout juste supportable au dos, donc j'en parle à mon médecin de ville et non à mon addictologue (première erreur), j'avais en tête l'intention de me faire prescrire du tramadol 200 LP, le doc est ce que j'appelle un écrivain (il ne pose aucunes questions il rempli mon ordonnance point). Donc, je me retrouve avec 2 boîtes et mon dos s'en porte bien mieux. Bref, les fêtes passent et je reprend mon travail normalement. Sauf que il m'arrive de prendre 4 cachet d'un coup pour gérer la douleur et tant qu'à y être planer un peu... Je précise que je suis en phase de réduction de méthadone (13mg/j). Et mardi dernier, alors que la veille j'avais déjà bouffé 6 cachets de tramadol 200, voilà que j'enchaîne avec 6 autres vers 9h30... Vers 13h00, alors que tout aller bien, je n'étais même pas stone, je me retrouve d'un seul coup dans un camion des pompiers entrain de chercher à donner la date du jours au pompier qui me pause toutes sorte de questions auxquels je n'ai pas de réponses... je ne sais même pas comment je m'appelle... Pour faire bref, j'apprend que j'ai tapé une crise de convulsion avec arrêt respiratoire etc.  »
-(Source, Laurent290882, Psychoactif)
« Un médecin sachant que je suis sous seroplex et sub m'a prescrit du tramadol. Nous lui avons demandé plusieurs fois si ça ne posait pas de problème et il m'a dit aucun, a part nausée. Je le prend. Et la le drame est arrivé au bout de 10h.

J'ai fais une confusion mentale sévère. Je n'arrivais plus a comprendre une phrase simple. Je n'arrivais plus a parler à organiser ma réflexion. Cela va faire 4 jours maintenant que j'ai pris un seul putain de cachet de tramadol et je ne suis pas encore guéri. Je n'arrive plus a marcher et parler en même temps. J'ai mal a la tête des qu'on me parle trop longtemps. Je dors debout. J'ai vraiment cru que j'allais mourir et ou devenir folle. J'ai supplié tous mes proches de me buter. Car j'avais conscience de mon état.

 »
-(Source, stella, Psychoactif)

Dépendance, Sevrage, Traitement de substitution opiacés (TSO)

Le tramadol peut entraîner une dépendance. La plupart des gens qui ne prennent qu'une dose prescrite, pour une courte période, ne deviennent pas dépendants et sont capables d'arrêter de le prendre sans difficulté.

L'utilisation à long terme de doses élevées de tramadol peut induire une dépendance physique et un syndrome de sevrage. Le sevrage du Tramadol entraine non seulement un syndrome « classique » de sevrage opioide mais aussi un syndrome apparenté au sevrage des anti-depresseurs serotoninergiques liés à sa parenté avec l'antidépresseur Venlafaxine. Ce dernier syndrome survient dans 1/8 des cas de sevrage difficile[1] mais pourrait etre bien plus fréquent en cas d'usage chronique à doses excessives (> 400 mg/j).

Les symptômes peuvent inclure ceux de syndrome de sevrage des ISRS, comme l'anxiété, la dépression, l'angoisse, les sautes d'humeur, l'agressivité, le "brain zap"[2][3][4]des décharges électriques, des sueurs, des palpitations, le syndrome des jambes sans repos, les éternuements, l'insomnie, les rêves vifs ou des cauchemars, des tremblements, des maux de tête, entre autres.

« Il y a de ça trois ans, on m'avait prescrit des doses de cheval de tramadol pure, pour des douleurs dentaire. j'en ai chié quelque chose de pas croyable pour arrêter car en plus de l'effet dinde froide, dû à l'arrêt d'un opiacé, tu te tapes des 'brain zap' comme quand t'arrête un ISRS car le tramadol inhibe la recapture de la sérotonine donc tout ça pour dire que quand t'en as plus tu souffres doublement par rapport à l'arrêt du di-antavic.  »
-(Source, neutritude, Psychoactif)


Dans la plupart des cas, le sevrage du tramadol apparaît entre 12 à 20 heures après la dernière prise, mais cela peut varier. Le sevrage du tramadol dure plus longtemps que celle d'autres opioïdes : sept jours ou plus de symptômes aigus de sevrage peuvent se produire, par opposition à généralement trois ou quatre jours pour les autres analogues comme la codéine.

La meilleure prévention de ce syndrome est une baisse très progressive du Tramadol. Si les symptômes sont sévères la reprise du Tramadol, suivie d'un sevrage progressif, peut être proposée. Certains témoignages font aussi mention d'un effet positif de la Venlafaxine dans cette indication, ce qui est assez logique vu sa proximité avec le Tramadol.

Tramadol et TSO

Lors d'une dépendance au tramadol (qui peut être sévère), il n'est pas inutile de se poser la question du passage à un traitement de substitution opiacés (buprénorphine ou méthadone). Cela dépend de l'ancienneté de la dépendance, et si vous avez fait déjà échoué avec plusieurs sevrages. Cela vous permettra de vous stabiliser, d’arrêter de chercher des médecins et pharmacies, d'engloutir des dizaines de cachets par jours, de risquer une convulsion ou syndrome sérotoninérgique.

« Hier j'ai rencontre mon addictologue avec ma copine... Nous calmant donc direct sur la cure il a fait un constat sévère mais vrai à ma copine sur ma situation,je suis accroc depuis maintenant 6 ou 7ANS, les échecs des cures, et il a surtout commencé à doucement faire passer l'idée à ma copine que vivre longtemps ou toute une vie sous méthadone est possible et meme obligatoire parfois...... Ma femme s'est mise à pleurer la pauvre...elle et sensible et pour une fille saine et qui m'aime tant comme elle, ce fut dur à entendre et je trouve ça d'ailleurs compréhensible évidemment... Mais par la suite il a bien explique en quoi c'était mieux que le tramadol...tous les avantages que j'aurais à passer à la metha... Le trama je le prends toute la journée comme des tics tacs... j'en ai toujours plein sur moi et d'une certaine manière quand j'en prend parfois 4 ou 6 de suite c un peu comme des montées ou si je faisais des petits shoots dans la tête.... Bref je fais un peu les montagnes russes... Or avec la méthadone ça va me stabiliser au moins... Une dose une seule fois par jour et c tout... Bref on s'est mis d'accord après une longue discussion de me mettre définitivement (façon de parler) a la metha... J'ai pris 25mg tout à l'heure et je pense que c le taux qu'il me faut... 30 ayant été trop high pour moi... Je suis conscient donc que je suis parti pour de long mois voir quelques années sous metha... Plus de trama c au moins finit les plaquettes de tramadol qui trainent partout, les fausses ordonnances etc...  »
-(Source, expatzurich, Psychoactif)

Tramadol et paracetamol

Boite d'Ixprim avec des cachets contenant du tramadol et du paracetamol

Les préparations qui combinent le paracétamol et le tramadol (ex Ixprim) sont de l'ordre de 1 pour 10. (1mg de tramadol pour 10mg de paracétmol). Le paracétamol au delà de 4g par jour est très nocif pour le foie. Si vous prenez du tramadol tous les jours, ou une grosse dose d'un coup, il faut absolument éviter les préparations qui mélangent tramadol et paracétamol et se rabattre sur des médicaments qui ne contiennent que du tramadol (contramal par exemple)

Tramadol et grossesse[5]

Le tramadol passe le placenta. Les concentrations néonatales et maternelles sont équivalentes. En cas de traitement prolongé jusqu’à l’accouchement, le tramadol peut entraîner un syndrome de sevrage néonatal aux morphiniques survenant dans les jours qui suivent la naissance (irritabilité, trémulations, cri aigu et hypertonie).

Les données publiées chez des femmes exposées au 1er trimestre de grossesse sont peu nombreuses, mais aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour. Le tramadol n’est pas tératogène chez l’animal.

On préférera utiliser, quel que soit le terme de la grossesse, de la codéine (Codoliprane®), antalgique de palier 2 mieux connu chez la femme enceinte. En cas d’inefficacité de ces options, on pourra avoir recours au tramadol quel que soit le terme de la grossesse.

Allaitement

La quantité de tramadol et de son métabolite actif ingérée via le lait est faible : l’enfant reçoit environ 3% de la dose maternelle (en mg/kg). Aucun événement particulier n’a été observé chez les enfants allaités. Au vu de ces données, l’utilisation du tramadol par voie orale est possible dans les 2 à 4 jours qui suivent l’accouchement. Au-delà de cette période, on préfèrera utiliser un autre antalgique.

Tramadol et mélanges de drogues ou de médicaments

Antidépresseur ISRS et tramadol

Le tramadol est fortement déconseillé en cas de prise d'antidépresseurs (particulièrement ISRS- Prozac, Zoloft, etc.) et de triptans (de par leur activité sur le 5HT) car le risque de syndrome sérotoninergique s'en trouve fortement augmenté.

« Le tramadol m'a joué un joli tour aussi: comme l'a dit prescripteur, il se marie mal aux ISRS/IMAO (les deuxièmes de façon encore plus probante que les premiers, d'ailleurs); l'association de mes 10mg d'Escitalopram (Séroplex) quotidiens avec 200mg de tramadol m'a valu un syndrome sérotoninergique qui a failli me mettre sur le carreau à cause de la passivité du corps médical face à moi: ils ont pris ça pour une crise de spasmophilie alors que j'avais très bien précisé ce que j'avais consommé, dans quelles quantités, et le fait que je ne sois absolument pas sujet à la spasmophilie (et que mon cadre de vie, à ce moment là, était proche de l'idéal)  »
-(Source, Phenix, Psychoactif)
Buprénorphine et tramadol

Si vous êtes dépendant à la buprénorphine, vous risquez de na pas sentir la prise de tramadol (risque de réduction de l'effet antalgique par blocage des récepteurs.) Si vous êtes dépendant au tramadol, il faut attendre au moins 24h avant la dernière prise pour prendre de la buprénorphine. Il y a un risque de syndrome de sevrage !

Alcool et tramadol

L'administration concomitante avec d'autres dépresseurs centraux (opiacés agonistes, benzodiazépines, neuroleptiques) y compris l'alcool déclenche un risque de potentialisation des effets sur le système nerveux central.

Comment réduire les risques

Liens

Références

  1. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12633909
  2. http://www.choosehelp.com/topics/depression/dealing-with-the-brain-zaps-during-ssri-snri-or-tramadol-withdrawal
  3. http://www.crazymeds.us/CrazyTalk/index.php/topic/6903-serotonin-withdrawal-and-tramadol/
  4. https://www.psychoactif.org/forum/t10215-p1-brain-zaps.html
  5. Centre de Référence sur les agents tératogènes- Tramadol