Mescaline, effets, risques, témoignages

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Aller à : navigation, rechercher

La mescaline (3,4,5-triméthoxyphénéthylamine) est un alcaloïde de la classe des phényléthylamines utilisé comme drogue hallucinogène.

L'effet psychodysleptique de cette substance l'inclut dans le vaste domaine des psychédéliques comme dans celui des enthéogènes. La mescaline peut être de provenance naturelle ou synthétique. [1]

Histoire brève

L'usage du peyotl remonte à au moins trois mille ans comme en atteste la découverte de stocks du cactus, vraisemblablement destinés à la consommation rituelle, dans des grottes du Texas habitées il y a 3 000 ans. Au moment de la conquête espagnole, il était utilisé par plusieurs tribus indiennes, les Tarahumaras, les Chichimèques, les Huichols, etc.. Son usage chez les Chichimèques fut décrit pour la première fois par le chroniqueur espagnol Bernardino de Sahagun, qui estimait l'âge de cette pratique à 1 800 ans. En 1620, son usage fut interdit par les autorités coloniales parce qu'il constituait un rite païen mais il persista néanmoins clandestinement jusqu'à notre époque. À la fin du dix-neuvième siècle, l'usage rituel du peyotl gagna d'autres tribus indiennes habitant les USA. Pour obtenir le droit de consommer le cactus, les tribus indiennes des USA rédigèrent une charte définissant une nouvelle église dont la religion constitue une sorte de syncrétisme liant christianisme et peyotl. Cette église, la Native american church of north America (NACNA) enregistrée en 1918, a aujourd'hui le même statut que les autres églises aux USA. Alors qu'elle comptait une dizaine de milliers de membres en 1920, elle en revendique aujourd'hui 250 000. Malgré sa qualification de stupéfiant placé sous contrôle international, l'usage religieux du peyotl dans le cadre de la NACNA est resté toléré jusqu'en 1990, date à laquelle la Cour suprême des États-Unis supprima ce régime spécial.

La première description écrite des effets hallucinogènes du peyotl fut faite en 1896 par S. Weir Mitchell, un médecin de Philadelphie (USA), qui procura également du peyotl au philosophe américain William James et au psychologue anglais Henri Havelock Ellis. Ce dernier, qualifiant le peyotl de nouveau paradis artificiel, publia à son tour une description de ses hallucinations visuelles. C'est Louis Lewin, un des pionniers de la psychopharmacologie, qui est à l'origine de l'identification de la mescaline. Ayant reçu des échantillons de peyotl, il entreprit en 1886 un voyage dans le sud des États-Unis pour rapporter lui-même des échantillons de la plante, appelée à l'époque Anhalonium williamsii. Il en entreprit la culture et l'étude chimique et montra qu'elle contenait des alcaloïdes. Toutefois, c'est seulement en 1897 qu'un autre chercheur allemand, Arthur Heffter, parvint à isoler l'alcaloïde hallucinogène en testant systématiquement sur lui-même les fractions extraites et purifiées. Il lui donna le nom de mezcalin devenu ensuite mescaline. En 1919, sa synthèse fut obtenue par Ernst Späth, connu également pour avoir réalisé la synthèse d'un autre alcaloïde, la nicotine.

Louis Lewin (1850-1929) C'était la première fois qu'un hallucinogène naturel était produit sous forme synthétique. La première étude scientifique des effets de la mescaline sur l'animal et l'homme fut menée en 1920 par le docteur Kurt Beringer, un ami du psychanalyste Carl Jung et de l'écrivain Hermann Hesse, qui la publia en 1927 sous le titre Der Meskalinrausch (L'ivresse mescalinique). La même année un pharmacologue français, Alexandre Rouhier, publia une étude menée sur un groupe d'étudiants auxquels il avait administré un extrait du cactus.

À partir de cette date et jusqu'à la découverte de nouveaux hallucinogènes, les candidats au voyage utiliseront la mescaline plutôt que le peyotl. On doit notamment à Aldous Huxley et Henri Michaux une description détaillée des effets de l'alcaloïde. À la suite de la description des rituels du peyotl chez les Indiens du Mexique publiée par l'explorateur Carl Lumholtz à la fin du dix-neuvième siècle, de nombreux témoignages et travaux ethnologiques sur l'usage rituel du peyotl dans diverses tribus indiennes furent publiés jusque dans les années 1960. Antonin Artaud, parti au Mexique en 1936 à la découverte du peyotl et qui espérait en rapporter un remède universel, publia les récits de ses voyages chez les Tarahumaras en 1937 (D'un voyage au pays des Tarahumaras) et en 1943 (Le rite du peyotl chez les Tarahumaras). En 1945, la mescaline fut isolée du cactus Trichocereus pachanoi utilisé par des tribus indiennes des Andes lors de pratiques chamaniques. Elle fut ensuite identifiée dans quelques autres Cactées d'Amérique. En 1925, pour la première fois, la question de l'analogie entre les effets hallucinogènes d'une substance et les hallucinations liées à la schizophrénie fut posée par Mayer Gross à propos de la mescaline. Cette question devait faire à partir des années 50 l'objet d'investigations par un groupe de psychiatres (le Britannique Humphry Osmond et les Canadiens John Smythies et Abram Hoffer) qui publièrent les résultats de leurs travaux en 1952 dans le Journal of Mental Science, une revue scientifique renommée.

Cet article remarqué par Aldous Huxley lui donna envie d'essayer la mescaline. Déjà célèbre à l'époque pour ses romans, Huxley prit du sulfate de mescaline une dizaine de fois et raconta son expérience dans Les Portes de la Perception. Ce petit livre écrit en un mois et publié en 1954 attira l'attention sur les hallucinogènes. Un autre personnage célèbre, le peintre, poète et écrivain d'origine belge Henri Michaux, eut l'occasion d'expérimenter la mescaline. Il rendit compte de ses hallucinations dans plusieurs ouvrages (Misérable Miracle, 1956 ; Connaissance par les Gouffres, 1957 ; L'Infini Turbulent, 1961). Disponible jusque là auprès de l'industrie chimique sous forme de sulfate et de chlorhydrate, la mescaline fut interdite en 1970. [2]

« J ai essayé plusieurs fois le San Pedro au Pérou, une expérience magnifique, une connexion incroyable avec les plantes, l' eau, le feu, les pierres, tout ce qui vit est relié a notre âme et a notre coeur.

Cette plante t amène a te poser plein de questions et souvent t apporte les réponses par la même occasion

»
-(Source, Ayahuasca experiment, Psychoactif)

Qu'est ce que c'est ?

La mescaline est un psychédélique naturel présent dans plusieurs espèces de cactus, et plus particulièrement, le Peyote (Lophophora williamsii) et le San Pedro (Echinopsis pachanoi). Mais plusieurs autres variétés de la famille des Trichocereus peuvent également contenir de la mescaline.

La mescaline appartient à une famille de composés connus sous le nom de phénéthylamines, ce qui les rend tout à fait distinct des autres psychédéliques majeurs qui appartiennent à la famille des indole. Le LSD, la psilocybine, l'harmaline et la DMT sont tous des indoles. Beaucoup de créations psychédéliques synthétiques / énergisantes, comme l'ecstasy (MDMA) et le 2C-B, sont des phénéthylamines, et sont liés à la chimie de la mescaline.

En plus de contenir de la mescaline, les cactus mentionnés ci-dessus contiennent une grande variété de composés psycho-actifs, et offrent des expériences qui sont qualitativement différente de la mescaline pure. L'expérience produite par le Peyote est également très différente de celle produite par les cactus de la famille des Trichocereus.

De nombreuses variétés de la famille des Trichocereus sont psycho-actives. Beaucoup de références indiquent que la variété, Trichocereus peruvianus, est plusieurs fois plus puissante que les autres espèces de Trichocereus. Les variétés psychoactives comprennent : Trichocereus bridgesii, T. cuzcoensis, T. fulvinanus, T. Macrogonus, E. pachanoi, T. peruvianus, T. taquimbalensis, T. tersheckii, T. validus, T. werdermannius. [3]

« Je ne connais la mescaline que de nom même si cette substance me donne envie depuis toujours.

En revanche, il faut savoir qu'il n'y a pas de différence entre mescaline synthétique (fabriquée en laboratoire) et naturelle (celle que tu trouves dans la plante). C'est la même molécule. J'ai déjà vu de la mescaline hcl sur le deepweb mais je suis très sceptique quant au produit réellement vendu car sois le vendeur a extrait lui même la substance de ses cactus et la vend sous forme pure, sois il la fabrique lui même (fort peu probable), sois c'est un RC type 2c-b ... Il faudrait donc se renseigner au max sur le vendeur et sur les avis laissé par les consommateurs avant de lui en commander.

Aussi, dans le cactus, la mescaline n'est pas le seul principe actif. Le trip sera sans doute différent si on prend de la mescaline seule ou si on mange le cactus entier.

Enfin, pour le côté MD-like annoncé par le vendeur lors de prise de petites doses, c'est parce que la mescaline a une structure très proche de la MDMA et que ces deux molécules ont un effet sur la sérotonine (effets love et empathogène). Cet effet se manifeste à des doses plus faibles que pour obtenir l'effet psyché.

»
-(Source, Tommy, Psychoactif)

Aspect, à quoi ça ressemble ?

FORMES DE MESCALINE:

Si une extraction à l'acide est effectuée sur du matériel végétal contenant de la mescaline, différentes formes de mescaline sont produites, en fonction de l'acide utilisé. Si l'acide chlorhydrique est utilisé, le résultat est le chlorhydrate de mescaline. Si l'acide sulfurique est utilisé, le résultat est le sulfate de mescaline. Si l'acide citrique est utilisé, le résultat est le citrate de mescaline. Et si l'acide acétique (vinaigre) est utilisé, le résultat est l'acétate de mescaline. Chacune de ces formes a un poids moléculaire différent et, par conséquent, un dosage différent ... ainsi qu'une solubilité différente dans l'eau (plus elle est soluble dans l'eau, plus la mescaline sera extraite de la matière végétale dans une extraction aqueuse) .

Les deux formes synthétiques de mescaline les plus couramment produites sont le chlorhydrate de mescaline et le sulfate de mescaline, dont les dosages sont très similaires. Le sulfate de mescaline est 11% plus lourd que le chlorhydrate de mescaline, ce qui signifie qu'il faut 11% de plus de sulfate de mescaline en poids pour obtenir les mêmes effets qu'une certaine quantité de chlorhydrate de mescaline. Si une extraction acide-base-solvant est effectuée sur le matériel végétal, il en résulte une base libre de mescaline. La mescaline Freebase est 15% plus légère que le chlorhydrate de mescaline (et 25% plus légère que le sulfate de mescaline), nécessitant ainsi 15% de matière _less_ en poids pour la même dose que le chlorhydrate de mescaline. Cependant, la plupart des extractions (sinon toutes) se terminent par la transformation de la base libre en sel. Si la mescaline extraite n'est pas convertie en sel et que le solvant est évaporé, elle peut facilement former un sel avec le dioxyde de carbone dans l'air, formant du carbonate de mescaline.

La mescaline est présente dans de nombreux types de cactus, principalement dans le peyote (lophophora williamsii), le San Pedro (trichocerus pachanoi) et la torche péruvienne (trichocerus peruvianus). La teneur en mescaline des différents cactus contenant de la mescaline varie fortement entre les échantillons individuels ainsi qu'entre les espèces. Voici une estimation de la teneur en mescaline de ces trois espèces. Bien que le mythe selon lequel Trichocerus peruvianus soit "dix fois" plus fort que T. pachanoi existe depuis longtemps, il n’ya pas beaucoup de données à l’appui de ce point de vue. De nombreux rapports indiquent que péruvianus peut être un peu plus fort que pachanoi, mais cela est vivement contesté par les experts en cactus. Voir un aperçu de la teneur en mescaline de T. peruvianus et T. pachanoi. Lophophora williamsii - 300 mg / 27 g matière sèche Trichocerus peruvianus - 300 mg / 15 à 100 grammes de matière sèche (0,3% à 2,0%) Trichocerus pachanoi - 300 mg / 15 à 100 grammes grammes de matière sèche (0,3% à 2,0%)

cactus San-Pedro (mescaline)
cactus peyotl (mescaline)
photo pour le wiki de peyotl
Cristaux de Mescaline
« En fait, pour consommer la mescaline, on peut récupérer la chair du cactus, la mettre en tout petits morceaux (ou poudre), la faire sécher, puis ensuite doser tout ça dans des pilules qu'on avalera telles qu'elles.

On peut aussi faire une décoction me semble-t-il, ou consommer ça dans un thé. Mais je saurais pas t'en dire plus, j'en connais pas assez. Cependant, on peut jamais savoir combien de mesca exactement un cactus va contenir, vu que ça dépend de ses conditions d'évolution (sol/terre, soleil, eau, atmosphère dans laquelle il a grandit etc.). Bon, en général ça ne varie pas trop trop, s'il a grandi correctement, c'est qu'il a vécu dans de bonnes conditions, donc on retrouve en général à peu près le même taux de mescaline pour chaque cactus qui a bien grandi. Mais il faut savoir que ce sont quand mêmes des plantes : c'est un peu comme avec les psilos : chaque trip sera différent.

Pour le "MDMA-like" de ton vendeur, je pense franchement qu'il voulait plutôt dire que le trip est si light qu'on ne ressent que les effets "basiques" de la mescaline, c'est-à -dire tout le côté empathogène du trip. Ca veut pas non plus dire que ça revient à prendre de la MD. Un trip light de mescaline est sans aucun doute le meilleur pour commencer. Mais je pense pas que ça revienne à s'envoyer de la MD.

»
-(Source, Nokkloom, Psychoactif)

Les autres noms et surnoms

Mescaline, mesca, cactus, san pe, san Pedro, peyotl, torche Péruvienne, mescalito, mess, wizz, 2c-x comme le 2c-b (attention c’est un analogue synthétique de la mescaline et non de la mescaline comme certains essayent de le vendre).

« Mescaline en goutte est de la 2C-x, ce sont des analogues de la mescaline beaucoup de dealers jouent sur l' "aura" de la mescaline pour mieux faire passer le morceau. »
-(Source, Trip ta mine, Psychoactif)

Le prix

Tout dépend de la forme et/ou du type de cactus ..

Pour un cactus jeune le prix est de 8€, après avec l’âge et l’augmentation en concentration de mescaline c’est plus vers 30€.

La mescaline synthétique (cristaux de chlorhydrate de mescaline) est plus chère, il faut compter environ 100 à 200$ pour un gramme mais c’est extrêmement rare.

Les analogues de la mescaline et non de la mescaline synthétique, RC de type 2c-b sont à environ 10-15€.

Test de dépistage

La mescaline est détectée par les tests type narcocheck mais aussi par les tests routiers que pratique les forces de l’ordre.

Ne conduisez pas sous mescaline c’est un hallucinogène puissant, vous risquez de blesser ou tuer quelqu’un, la perte du permis et des lourdes sanctions ou au mieux une suspension.

Les dosages

Palier ou l’on ressent le produit 100mg.

Début des effets : à partir de 45/60 mins.

Durée du trip : minimum 4 à 8H voir plus, de 10 a 18h selon certaines sources. La moyenne est 10h.

Pick : T+4 H

Dosage pour une prise orale

Effet léger : 100 à 200 mg

Commun : 200 à 300 mg

Fort : 300 à 500 mg

Très fort (attention) : 500 à 700 mg.

Dosages selon erowid [4]

« La demi-vie de la molécule est de l'ordre de six heures. La plus grande partie est éliminée par les urines. Le dosage effectif est 200–500 mg (3,75 mg·kg-1) avec des effets qui durent au moins 12 heures. À des doses plus faibles, entre 50 et 150 milligrammes de Mescaline, les cactus ont un effet stimulant, améliorateur de la performance.

Comme pour les autres phényléthylamines psychédéliques, le rapport entre dose létale et dose active est assez élevé par rapport à d'autres classes d'hallucinogènes (anticholinergiques par exemple).

»
-(Source, fl0wdex83, Psychoactif)

Les modes de consommation

Sniffer

Pas de données fiables sur cette ROA

Injecter

Il est possible d’injecter le liquide obtenu après extraction il faut le faire bouillir et le filtrer . Cependant cette ROA est peu documentée.

Ingérer

C’est le mode de consommation à privilégier et largement documenté.

La difficulté la plus immédiate en consommant de la mescaline est le goût. Les deux plantes sont en réalité toxiques en raison de la mescaline et des alcaloïdes qu’elles contiennent. Un goût extrêmement amer et général décrit par les consommateurs, goût qui entraîne des nausées et vomissements – une réaction naturelle à la toxicité. Les bonnes choses n’arrivent jamais facilement, n’est-ce pas ?

MANGER DU CACTUS CRU

La peau du cactus est l’endroit où est stockée la majorité de la mescaline. C’est pourquoi raser la plante (pour éliminer les petits poils) et retirer les grosses épines ou aiguilles sont des étapes essentielles à la préparation. Après quoi les choses sont aussi simples que manger la peau crue. Cependant, comme pour la plupart des substances psychédéliques naturelles, faire sécher la matière végétale d’abord entraîne de meilleurs résultats. Le processus de séchage demande un peu de préparation pour obtenir des résultats optimaux. Le cactus séché contient significativement plus de mescaline, ce qui rend les efforts valables. Couper le cactus juste au-dessus de la base, là où il plonge dans le sol, est le meilleur point de départ. Ensuite, vous devez augmenter la quantité d’air pouvant atteindre la surface de votre cactus Peyotl ou San Pedro. Couper la plante en fines tranches permet d’y arriver. Le séchage de la plante peut se faire de multiples façons. Vous pouvez la sécher au soleil, la sécher au four ou, et c’est l’option préférée, utiliser un déshydrateur à aliments pour garantir une température et un contenu en humidité constants.

D’AUTRES FAÇONS SIMPLES D’INGÉRER UN CACTUS À MESCALINE

Consommer la peau de cactus telle quelle est une option parfaitement viable. Il existe un certain nombre d’autres méthodes de consommation qui peuvent être utilisées pour rendre le goût extrêmement amer un peu plus supportable. Deux méthodes très courantes sont de transformer la mescaline séchée en poudre, ou d’en faire un liquide buvable. La poudre peut être consommée en remplissant une capsule et en l’avalant comme une pilule. Mais ne vous y trompez pas ! Ceci ne préviendra ni la nausée, ni les vomissements ! Par défaut, c’est une partie du voyage quand on part en trip sous mescaline. La dernière option de préparation, sous forme liquide, est probablement la plus courante pour les consommateurs débutants. Cependant, les deux étapes nécessitent encore plus de préparations, en plus du processus de séchage présenté ci-dessus.

PRÉPARER UNE POUDRE DE CACTUS

Préparer Une Poudre De Cactus Commençons par la préparation du cactus pour une consommation sous forme de poudre :

1) Retirez soigneusement les épines et rasez l’extérieur du cactus pour éliminer les petits poils. Attention à ne pas éliminer trop de peau, car c’est là où se trouve une grande quantité de mescaline.

2) Ajoutez de l’eau aux matières végétales, laissez mijoter dans une casserole pendant 1-2 heures à feu moyen. L’eau doit arriver à la moitié de la casserole et vous pouvez en rajouter pendant qu’elle mijote pour éviter de brûler le cactus. Le cactus sera prêt quand la couleur commence à virer au gris plutôt que d’être vert vif.

3) Ensuite, séparez la chair du cactus de la peau. Vous pouvez le faire en grattant la chair maintenant molle avec un couteau. Placez le cactus avec la peau contre la surface de travail et, avec le couteau, grattez dans la direction opposée à vous. La pulpe ainsi obtenue peut être collectée.

4) Cette pulpe nouvellement collectée doit maintenant être mixée sous forme liquide. En plaçant la pulpe dans un récipient de taille raisonnable, vous pouvez utiliser un mixeur manuel. Assurez-vous que le mélange soit bien mixé pour éviter d’avoir des morceaux. Laissez mijoter à feu doux dans une casserole qui n’attache pas pendant 2-3 heures.

5) Cette étape peut être réalisée de nombreuses façons, mais le but ultime est de s’assurer d’obtenir une pâte aussi sèche que possible. Vous pouvez la laisser sécher naturellement, mais cela vous prendrait probablement quelques jours. D’autres méthodes incluent de placer la casserole avec la pâte de cactus devant un chauffage ventilé pendant la nuit, ou du moins jusqu’à ce que le mélange soit bien sec et friable au toucher.

6) Enfin, la pâte séchée de cactus doit être finement broyée. Vous pouvez le faire en utilisant n’importe quel moulin de cuisine. Assurez-vous simplement qu’il soit bien propre. Ensuite, votre poudre de mescaline est prête à être consommée.

PRÉPARER UNE INFUSION À BOIRE Préparer le cactus pour le boire, que ce soit mélangé avec du thé ou comme « shooter » de mescaline, demande de suivre des étapes similaires à celles de la poudre. Ce sont les étapes ultérieures qui différent. Pour cette raison, nous commencerons à partir de l’étape 4 :

4) Avec votre pulpe mixée, vous devez éviter de brûler la matière végétale durant le mijotage. Ajoutez simplement de l’eau pour y arriver, en rallongeant un peu le délai ciblé de 2-3 heures. Jusqu’à 4 heures peuvent être nécessaires pour obtenir une consistance comme de la morve ou de la colle.

5) Une fois à cette étape, vous devez égoutter le liquide semblable à de la morve. En utilisant un chiffon microfibre ou une gaze très fine, le but est de filtrer la pâte pour que le liquide s’écoule dans un récipient et que les matières végétales ne passent pas à travers votre filtre.

6) Travaillez la pâte (une fois refroidie) à travers le filtre. Vous devriez maintenant avoir collecté dans le récipient un liquide vert pale. C’est votre shooter de mescaline. La pulpe épaisse peut être jetée et la boisson dépend alors totalement de vos envies. Mélanger à un thé peut aider à atténuer La nausée provoquée par la consommation de mescaline. [5]

Fumer

Il est possible de fumer la mescaline mais cette pratique reste anecdotique et peu documentée.

Plugger

Pas de données fiables sur cette ROA

Les effets recherchés

Une fois le trip démarré, votre rythme cardiaque va augmenter, votre température corporelle va grimper et vos pupilles vont se dilater. Ce sont les effets physiques ou externes ressentis par les consommateurs, mais ce qui se passe à l’intérieur est la raison pour laquelle les gens consomment de la mescaline. Le consommateur est dans un état d’euphorie et il expérimente de forts changements dans la perception du temps, de l’espace, des couleurs, etc.

Ces états d’esprits ouvrent la voie à une toute nouvelle conscience de soi et une sensation d’interconnexion, et des consommateurs rapportent de profondes visions spirituelles et des expériences d’extase complète.

Tout ceci s’accompagne par des visuels d’une magnifique complexité, les yeux ouverts et fermés. Le processus de pensée est altéré et vous ressentez le monde extérieur d’une façon différente, ce qui entraîne des phénomènes tels que la synesthésie. [6]

« Sortie de la bibliothèque donc, je suis allé m'asseoir dans la voiture de mon ami avant qu'on aille en soirée. On a fumé un joint et on s'est mis en route pour aller chez mon pote (il avait un truc à aller chercher) fume_une_joint. Ça faisait presque 2h30 et j'ai commencé à sentir les effets de la montée : chaleur, euphorie, sensation de légèreté, etc... On s'est ensuite baladé un peu, et là j'ai commencé à sentir des effets : quelques hallucinations, déformations des lois de la physique. eek

Lorsqu'il allait plutôt vite, j'ai eu des impressions de déformation de l'espace. Comme pour les effets spéciaux des séries. C'était comme si on rentrait dans un vortex. Et quand il a freiné, j'ai eu la sensation de me prendre 10G dans la gueule. J'ai basculé en avant, la ceinture m'a retenu mais j'étais comme paralysé par la force qui me projetait en avant. Je crois bien que je suis resté bloqué comme ça pendant 15 bonnes secondes. lol

Ensuite on est allé à la soirée après qu'il ai récupéré ses affaires. Je dirai qu'il était alors 21h30/22h00. On est rentré dans le bar, abondant de gens. Pas de sensations bizarres vis a vis des gens. Ça se voyait juste que j'étais défoncé. Pour les non-initiés, ils avaient l'impression que j'étais saoul et que j'avais fumé pleins de pétards. on est s'est assis dans un canapé et on a commandé à boire (de l'eau pour moi... RDR super). Au bout d'un moment j'ai eu une hallucination auditive combiné à une faible synesthésie. Je m'explique.

Comme dans tous bar, il y avait de la musique, une musique chill à ce moment précis. Je commençais un peu à vriller dans ma tête (tout me faisait rigoler) et un passage précis de la musique y avait un synthé qui a fait un joli passage. Je me suis laissé emporter et j'ai revécu ce même passage d'environ 2-3 secondes pendant presque 5 bonnes minutes. Comme une boucle temporelle. J'avais aussi les yeux fermés et parfois pendant ce moment précis, je voyais du morphing de couleur. Elles passaient de l'orange au violet, puis le bleu, le rouge, etc... Tout ça en se distordant soit tendrement, soit très brutalement.

Ensuite on s'est déplacé jusqu'à chez mon ami. A ce moment là, il devait être 1h du mat'. Eux ont pris des truffes (Walhalla). Puis, on s'est posé dans une chambre et on a regardé des clips psyché en racontant de la merde ^^'. Ensuite je me suis couché vers 5h pour me réveiller vers 9h.

»
-(Source, fl0wdex83, Psychoactif)

Effets et conséquences

Les effets physiques peuvent inclure :

Les effets psychiques et d'altération de la perception peuvent inclure :

À forte dose, la mescaline peut provoquer :

Dans le cas d'un Modèle:Lang, les effets seront plutôt négatifs, l'euphorie et l'extase pouvant laisser place à l'angoisse et la peur.

[7]

Les risques de la consommation

La mescaline ne semble pas provoquer de dépendance physique ni psychique. Aucun cas de décès directement lié à la mescaline n'a jamais été recensé en France. Utilisée dans un contexte traditionnel (chamanique) ou dans le cadre d'un groupe religieux comme l'église des Indiens Natifs aux États-Unis (NAC), elle possède des propriétés anti-addictives, permettant de lutter contre l'alcoolisation de ces populations

En revanche, comme toute substance hallucinogène, elle peut causer des accidents psychiatriques graves et durables, parfois dès la première prise. On parle alors de « syndrome post-hallucinatoire persistant », à savoir angoisses, phobies, état confusionnel, dépression voire pseudo-hallucinations, critiquées et reconnues comme telles, pouvant persister plusieurs années. Ces incidents ne semblent pas survenir chez les Navajos qui l'utilisent dans leurs rituels

« Il y a quelque temps, je me suis rendue aux US pour participer à une cérémonie de l'église du peyotl. Il s'agissait d'une cérémonie de "Healing" durant la quelle j'ai consommé une quantité très importante de peyotl (thé, cactus entier, purée et poudre). Ces cérémonies durent toute une nuit et sont très éprouvantes, d'autant plus lorsque que comme moi on est malade (dépression chronique).

J'ai eu de nombreuses hallucinations, et le lendemain, lors des rites de fin de cérémonie j'ai commencé à faire une sorte de crise de paranoïa qui a duré plusieurs semaines. J'ai encore aujourd'hui des hallucinations et de moment très difficiles.

»
-(Source, Godel, Psychoactif)

Dangerosité et dommages du produit selon différents classements

Extrait du tableau rapport Pelltier 1978.

  • Substance : Mescaline
  • Dépendance psychique : 1/4
  • Dépendance physique : 0/4
  • Tolérance : 0/4


Les effets secondaires

Les effets secondaires sont ceux des psychédéliques, il faut être prudent si l’on est dans une mauvaise période (deuil, dépression) ou que l’on souffre de trouble psychiatrique (psychose) car la mescaline peut provoquer un bad puissant si l’on est mal préparé ou prédisposé à celui ci.


L’intoxication aiguë peut entraîner l’anxiété, une dépersonnalisation, une sensation de perte de la maîtrise de soi et de son environnement et un état de panique. Cette réaction, connue sous le nom de mauvais voyage (bad trip), s’accompagne de conduites susceptibles d’être dangereuses. L’intoxication chronique provoque, entre autres, un syndrome d’amotivation, des troubles de l’humeur et des réminiscences d’hallucinations

Dans la phase initiale du «trip», l’effet pharmacologique de la mescaline ainsi que son goût amer provoquent souvent des nausées et parfois des vomissements. Une dose élevée de mescaline (dès env. 2 g) est toxique et peut provoquer des dommages au foie et des troubles respiratoires.

D’autres effets secondaires peuvent être observés, entre autres: augmentation de la pulsation cardiaque et de la pression sanguine; dans un premier temps dessèchement de la bouche, suivi d’une augmentation de la salivation; dilatation des pupilles; augmentation de la température corporelle et diminution du sentiment de faim pendant la durée de l’effet.

En cas de vomissements, il y a des risques que les consommateurs s’étranglent avec leur vomi (risques d’étouffement !) [8]

«

La mescaline a des effets secondaires (maux de ventre, vomissements nausées très souvent en montée) alors je ne sais pas si c'est dû à la substance en soi (moi je pense que oui) ou à des reliquats toxique lors de l'extraction.

c'est une très belle expérience cependant je te conseil d'avoir un sitter car dans de rares cas on peut avoir des petits soucis (crises etc) , donc soit dans un bon état physique , mental..bref Set and setting.. au top smile savoure bien ton trip dans de bonnes conditions

»
-(Source, Groovie, Psychoactif)

Tolérance, accoutumance, Dépendance

La mescaline ne provoque pas de dépendance physique, si le produit est consommé plusieurs jours d’affilés il pert de son efficacité et les effets deviennent inexistant donc sans interêt, cette tolérance retombe rapidement. La mescaline peut en revanche provoquer une dépendance psychologique selon la sensibilité de chacun.

Mescaline et grossesse

Il n’y a pas de données pertinente à ce jour sur la prise de mescaline durant la grossesse.

Même s’il n’y pas de preuve d’un effet nocif direct pendant la grossesse, il y a suffisamment de raisons pour inciter à la prudence. Le conseil reste de s’abstenir de consommer ces drogues alors que vous êtes enceinte.

En l’absence de données sur les risques de l’usage des hallucinogènes durant la grossesse, il est fortement déconseillé d’en consommer pendant cette période.

Mescaline et mélanges de drogues ou de médicaments

Mescaline et cannabis Le cannabis potentialise les effets des psychés en général et la mescaline n’y fait pas exception, prudence.

Mescaline et autres psyché Risque majoré de badtrip, attention.

Comment réduire les risques

  • La mescaline n’est pas une drogue récréative à consommer lors de soirées festives et devrait être consommée uniquement par des consommateurs expérimentés.
  • Ne consomme de la mescaline que si tu es bien préparé, dans un environnement dans lequel tu te sens à l’aise et avec des amis expérimentés (un bon «setting») ou avec un «trip sitter» (personne sobre).
  • Ne prends de la mescaline que lorsque tu te sens bien psychiquement et physiquement (bon «set»).
  • Tu ne devrais pas avoir peur de l’action de la mescaline, mais suffisamment de respect pour elle.
  • La mescaline devrait être consommée à jeun. Un jeûne avant la consommation peut aider à diminuer la probabilité d’apparition de nausées et de vomissements.
  • Si tu consommes la mescaline par petites doses, les vomissements peuvent être réduits.
  • L’apparition de l’effet peut prendre du temps (plus de 1,5 h), ne re-consomme pas trop rapidement, même si l’effet ne se fait pas sentir.
  • Laisse-toi aller lors du «trip», n’essaie pas de lutter contre l’effet de la mescaline, un «trip sitter» pourrait éventuellement t’aider à cela.
  • Le sucre de raisin peut aider en cas de troubles cardio-vasculaires.
  • Évite les routes et autres endroits «dangereux», ton sens de l’orientation peut être troublé.
  • Bois assez d’eau lors du «trip».
  • Tu devrais à tout prix éviter de mélanger cette puissante substance avec d’autres produits, car l’effet ne sera alors plus prévisible.
  • Planifie assez de temps de repos après le «trip» (min. 1 jour!).

Un «trip» à la mescaline devrait rester une expérience unique et en aucun cas être vécue plus d’une fois par mois.

  • En cas d’attaques de panique ou de «Badtrip»:

- rassurer la personne et la conduire dans un endroit calme (chillout)

- au besoin prendre une benzodiazépine pour diminuer le trip (Xanax, Lexomil, Temesta, ...)

  • Les personnes souffrant de troubles psychiques, les personnes qui consomment des neuroleptiques• ainsi que les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires devraient s’abstenir de consommer de la mescaline.

•Les neuroleptiques sont des médicaments utilisés dans le traitement des troubles psychiques, quelques marques connues sont par ex.: Haldol, Leponex ou Zyprexa. [9]

xxx et test chimique d’identification de substances

Mescaline

Les différents tests colorimétrique de la mescaline

[10]

Liens

Forum Psychoactif, plantes Enthéogènes https://www.psychoactif.org/forum/viewforum.php?id=16

Références