RSO (Rick Simpson Oil), l’huile de cannabis

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Aller à : navigation, rechercher

Préambule : cette information veut rester neutre. Si jamais, vous envisagez de suivre cette méthode, nous vous conseillons vivement d'en parler avec votre oncologue et de ne surtout pas remplacer votre thérapie par celle-ci. Lorsqu'elle est compatible, cette méthode est souvent bien accueillie en sus des chimiothérapies ou radiothérapies, mais est incompatible avec d'autres. Nous ne sommes pas médecins et leur avis nous paraît indispensable.

Histoire

Le RSO, l’huile de cannabis de Rick Simpson est utilisée principalement pour les cancers mais aussi d'autres maladies.


Rick Simpson est un citoyen canadien âgé de 78 ans qui a découvert les vertus de l’huile de cannabis qu’il avait confectionné en 1997 suites aux douleurs et bourdonnements qu’une lésion cérébrale due à un traumatisme crânien lui faisait subir.

Les médecins lui avaient prescrit les différents traitements légaux sans succès et le dernier ne voulait pas lui prescrire de cannabis médical. Rick cultive alors son cannabis et fait son huile qui va le guérir de ce tracas. En 2003, Rick Simpson souffre d’un cancer de la peau. Les traitements normaux ne le guérissent pas. Il décide donc d’appliquer de l’huile de cannabis sur son corps. Son cancer, situé au niveau du visage, guérit en quelques jours.

Il commence alors à distribuer son huile sous le nom de « Larmes de Phoenix ». Rick partage en effet gratuitement son huile de cannabis. Il est devenu célèbre pour le succès de ses soins et aussi par le partage de la simple technique de fabrication de cette huile sur son site, dans des vidéos telles que Run From the Cure.

Rick Simpson s’est néanmoins attiré les foudres de la justice canadienne. Il a été arrêté et jugé au Canada pour trafic de drogues, alors même qu’il proposait son huile gratuitement. Il s’est désormais expatrié en Europe où il travaille sur son huile miraculeuse. (newsweed)

Posologie

D’après lui, un traitement de 60g d’huile, étalé sur 90 jours, serait suffisant pour faire disparaître les cellules cancéreuses. Le traitement peut être augmenté à 120 ou 180g pour les cas les plus délicats. Sur 5000 patients, 70% sont parvenus à vaincre leurs cancers. Les 30% d’échec concernaient la plupart du temps des cancéreux à des stades avancés. Et même si leurs souffrances se trouvaient allégées avec l’huile de Rick, la maladie a été la plus forte. (newsweed)

La posologie à appliquer est simple : atteindre 1gramme par jour au bout de 35 jours en doublant la quantité de départ tous les 4 jours après une première semaine dosée à 1/2 grain de riz par prise.

Le procédé

Les quantités données sont pour un traitement complet anticancéreux d’après Rick Simpson, soit environ 60 grammes :

  • 500 grammes de fleurs de cannabis (le THC est bienvenu)
  • 10 litres d’alcool éthylique non dénaturé (le plus fort possible). Ici 96° vinique (Éthanol préférable à l’alcool isopropylique car non toxique pour l’homme)
  • Deux grands récipients plastiques ou aluminium
  • Un Rice Cooker
  • Des filtres à café
  • Des passoires (plusieurs) et égouttoirs à pâtes
  • 2 spatules en bois
  • un four
  • une sonde thermique (thermomètre de cuisine) pour réglage pile à 120°C.

1° étape : réduire les fleurs en petits bouts

Réduire les 500 g de fleurs en petits bouts (les fleurs se délitent dans l’alcool) RSO1.jpg

2° étape : couvrir avec l'alcool et mélanger

Couvrir avec la moitié de l’alcool jusqu’à ce que toute la masse végétale soit recouverte et mélanger pendants trois minutes avec les spatules en bois.

RSO2.jpg RSO3.jpg RSO4.jpg

3° étape : passer le mélange dans un chinois

Passer le mélange dans un chinois ou plusieurs passoires et garder la masse végétale pour la recouvrir à nouveau avec les 5 litres restant. Répétition de l’étape 2.


RSO5.jpg RSO6.jpg RSO7.jpg


Après avoir touillé 3 minutes le deuxième passage dans l’alcool, répéter le passage par le chinois du mélange pour obtenir les 10 litres chargés en cannabinoïdes et débarrassés du plus gros de la masse végétale.


RSO8.jpg

4° étape : filtrer la solution

Filtrer les 10 litres obtenus en passant à travers des filtres à café qui vont retenir les poussières végétales.

RSO9.jpg RSO10.jpg RSO22.jpg


Multipliez les filtres car l’opération est lente. Vous devez obtenir une solution limpide :

RSO11.jpg RSO12.jpg

5° étape : évaporer l’alcool dans un auto cuiseur

évaporation de l’alcool dans un auto cuiseur pour riz (cette étape est longue), en ajoutant de la solution dès que l’huile commence à s’épaissir dans l’autocuiseur :

RSO13.jpg RSO14.jpg

Le Rice cooker est important. Ne pas prendre une cocotte minute dernier cri, un Rice cooker (disponible dans tous les magasins asiatiques et les grandes surfaces électroménager), car c'est auto réglé pour ne pas cramer et tu ne prends aucun risque de cramer ton huile. Ça remplace le terrible bain marie à entretenir pendant 4/5 heures que tu dois faire en général dans ta cuisine (bonjour les vapeurs d'alcool) alors qu'avec le cooker et une rallonge tu fais ça dehors.


Lorsque l’on arrive à la fin, l’huile s’épaissit et l’ajout de quelques gouttes d’eau permet de monter un peu la température qui reste à 80°C pendant presque tout le processus (température d’ébullition de l’alcool). Pour 10 litres en extérieur il faut compter 4 heures. Pour 2 litres, compter 1 heure.

RSO15.jpg

6° étape : décarboxyler

Lorsque l’huile arrive à point proche de sa pureté maximum, l’autocuiseur passe tout seul de la position « Cook » à la position « Warm » et émet un petit craquement. Le produit est alors prêt pour une dernière étape qui va éliminer toute trace d’alcool et surtout terminer la décarboxylation de l’ensemble : 25 minutes au four à 120°C.

RSO16.jpg RSO17.jpg RSO18.jpg

Les bulles qui apparaissent étant les infimes restes d’alcool et un terpène, le beta-caryophylène qui se vaporise à 119°C.

7° étape : conditionnement et stockage 

L’étape poisseuse par excellence. Tant que votre huile est chaude, elle est dans un état de crème facilement aspirable avec des corps de seringues 20 ml et 50 ml. Dès que ça se refroidit, comme pour le BHO, l’huile se solidifie.


RSO19.jpg RSO20.jpg RSO21.jpg


Attention Danger – Risque d’incendie : Il y a un danger tout le long du processus qui est l’inflammation des vapeurs d’alcool. Pour les éviter, l’étape « évaporation » est à faire si possible en extérieur et avec une ventilation forte. Pour le reste des manipulations, pièce aérée, fenêtres ouvertes, ventilateur et personne ne doit fumer ou allumer quoi que ce soit.

L'unité de prise de RSO pour tout autre application que le cancer est le petit grain de riz récupéré à la sortie de la seringue.

Liens