2CB-FLY : l'école du lâcher-prise / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Cub3000 » 

2CB-FLY : l'école du lâcher-prise 



Je suis un homme de 47 ans, 1,84m pour environ 95kg.

J'ai testé hier pour la première fois le 2cb-fly, en compagnie d'un ami qui était déjà familier de la substance et l'apprécie beaucoup, et de mon chéri qui n'en a pas pris mais a assisté à notre trip.

Le mindset était bon à part un peu de fatigue due entre-autres à une grosse semaine de taf et une soirée assez arrosée la veille, le setting tranquille : chez nous, lumières tamisées, matelas par terre, musique, chats qui nous observent en se demandant ce que leurs primates domestiques peuvent bien être en train de fabriquer.

Nous démarrons la soirée avec quelques bières, avant de dropper chacun une pellet de 10mg de 2cb-fly estampillée du célèbre logo LL. L'ambiance est bonne et nous discutons de choses et d'autres en écoutant une sélection de musiques propices à accompagner la montée. Je ressens très fort cette excitation particulière de la première fois, mélange de curiosité et d'un poil d'appréhension : qu'est-ce qui va m'arriver ?

L'effet se manifeste lentement, il est au départ très subtil, presque paradoxal : je me sens à la fois stimulé et détendu. Cet aspect paradoxal sera d'ailleurs une constante de mon trip : je me sentirai défoncé mais pas défoncé, j'aurai des hallus sans avoir d'hallus, c'est un peu difficile à exprimer mais je vais ressentir durant tout mon trip cette impression simultanée d'une chose et son contraire, assez déroutante.

À mesure que l'effet de la substance se déploie, il devient plus évident, et je prends beaucoup de plaisir à l'explorer.

Visuellement c'est très léger à ce dosage, aucun rapport avec les explosions de fractales et autres distorsions typiques du LSD ou de la psilocybine. On est plutôt sur une perception plus dense des matières, des textures, une sensibilité accrue aux couleurs, une lumière plus chaude. Au pic de la montée quelques ondulations très légères des surfaces. Pas de visuels les yeux fermés.

Auditivement c'est assez impressionnant : là non plus, pas de déformation des perceptions, mais une sensibilité décuplée. Ecouter de la musique devient une expérience ultra-immersive, j'éprouve un sentiment de proximité, d'osmose avec le son réellement spectaculaire, je me souviens en particulier d'un morceau ambient assez percussif qui, notamment si je fermais les yeux, prenait une amplitude spatiale et émotionnelle incroyable. C'est vraiment un produit intéressant pour écouter de la musique, mon camarade de trip étant un spécialiste en bizarreries world-psychédéliques nous allons passer la majeure partie du trip à vibrer sur des sons surf-bollywood et autres dingueries qui nous laisseront le plus souvent hilares, car oui, le 2cb-fly est aussi sacrément euphorisant.

Les sensations physiques, corporelles, sont assez remarquables, cependant je n'éprouve pas de bodyload déplaisant. C'est plutôt comme une sensation de profonde détente, presque inconfortable par moments : une véritable injonction à lâcher-prise. Je ressens très fort les zones de tensions dans mon corps, notamment au niveau des cervicales, et je sens qu'il faut lâcher, lâcher, encore lâcher, ça demande d'accepter de se laisser faire, de se laisser guider par la drogue. Si potentiellement je vois assez peu de risque de bad-trip avec cette substance, je suppose que cela pourrait survenir en résistant à cette détente impérative (encore un paradoxe). Avec mon camarade de trip nous nous interrogions en début d'expérience sur un éventuel usage thérapeutique du 2cb-fly, il serait peut-être à chercher du côté de cette expérience de profond lâcher-prise.

On retrouve dans cette substance quelque chose de l'aspect empathique et entactogène de la MDMA, mais sans son côté affectif dégoulinant. Par d'autres aspects, la nécessité impérieuse du lâcher-prise notamment, elle se rapproche du LSD, mais sans le mindfuck, ni les vertigineuses plongées introspectives et cosmiques. C'est définitivement un psychédélique, mais pas incapacitant : arrivé au plateau, je vais pouvoir tranquillement cuisiner les tagliatelles fraîches au noix de St Jacques sautées que j'avais prévues pour la soirée. Je m'acquitte même de la tâche avec une dextérité qui me surprend, comme si le 2cb-fly avait réveillé le Philippe Etchebest qui est en moi wink

On se fait la réflexion que ce n'est vraiment pas étonnant que cette substance ait été inventée par des californiens, c'est vraiment un truc de dude ensoleillé un poil branleur, ça doit se combiner à merveille avec une journée au soleil à la plage avec une bonne bouteille de vin, du rock psychédélique et des surfers au loin sur les rouleaux. C'est ça, c'est un truc de surfer. C'est assez puissant mais toujours subtil, main de fer mais gant de velours : il faut souvent aller chercher l'effet, qui est très présent mais sans envahir ou déborder.

Je ne recommanderais pas forcément ce produit à quelqu'un qui débute dans les psychés, et je comprends aussi pourquoi beaucoup d'expérimentateurs en reviennent déçus : C'est un peu un truc d'esthète, d'hédoniste, on est pas du tout dans les loopings spectaculaires de certains hallucinogènes, ça ne s'impose pas, ça se pose, ça t'accompagne. Il ne faut pas s'attendre à de grandes révélations sur la vie, la mort, l'univers et le sens des choses, mais pour passer un chouette moment entre potes en mangeant bien, en buvant de bons trucs et en écoutant de la bonne musique ça se pose un peu là.

La descente est douce, on revient tranquillement à la normale au bout de quatre ou cinq heures sans même trop s'en apercevoir. Pas de difficulté à trouver le sommeil...à noter par contre mais c'est probablement lié aussi aux quelques quilles que nous avons tombées pendant la soirée : un sérieux mal de tête le lendemain matin, et une fatigue intense. Ça reste toujours beaucoup plus soft qu'une descente d'ecstasy.

Une expérience tout à fait intéressante sans être non plus bouleversante...Je pense réessayer avec un dosage légèrement supérieur la prochaine fois, peut-être en contexte extérieur, la journée et dans la nature.

Catégorie : Trip Report - 30 juillet 2022 à  17:53

Reputation de ce commentaire
 
Content de te lire sur cette molécule! Bien joué, cool TR. Ocram
 
Report très clean dla substance préférée de Mme Shuglin askip, merci. grusalem
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (Agartha)



Commentaires
#1 Posté par : Figuration 31 juillet 2022 à  03:23
Belle plume, beau TR, merci!

 
#2 Posté par : Johan89 04 août 2022 à  23:54
Hello, j'ai moi aussi consommé à quelques reprises des pills de 2CB Fly du LL à 10mg. C'est sympa mais je n'y ai jamais totalement trouvé mon compte. Niveau euphorie c'est très loin de ce que peut m'induire du L. Indirectement le L ca me rend très euphorique et enthousiaste car je ressens bcp cet effet induit: changement de déco/light -> changement ressenti d'univers, l'impression de voyage/téléportation au sens figuré du terme (jsp si ce que je décris à un nom mais tu vois très certainement de quoi je veux parler, ce fameux effet qui te décoiffe sur place d'un seul coup quand tu ouvres une porte / change de pièce et qui t'emplie soudainement d'enthousiasme big_smile )
Bref avec le 2CBFly je n'ai jamais eu ça, et je trouves les hallus moins séduisantes que sous L et que sous 2CB classique, mais ça c'est je pense les gouts et les couleurs. Par contre ce qui est pour moi plus embêtant je trouve c'est le bodyload lié au Fly que je n'ai pas du tout avec le 2CB classique. Je gère bien les psyché mais moi ça ne m'a jamais détendu le fly, ca me rend plutôt tendax physiquement (pas psychologiquement) un peu comme avec de la MD ou des amphets, et c'est la première fois que je lis un tel retour pour du Fly.

Avec mon camarade de trip nous nous interrogions en début d'expérience sur un éventuel usage thérapeutique du 2cb-fly, il serait peut-être à chercher du côté de cette expérience de profond lâcher-prise.

Le profond lâché prise je le vois surtout pour du L à des doses capables d'induire des expériences mystiques, mais pas du tout avec du Fly, ton retour est intéressant (comme quoi d'un individu à un autre) même si le set and setting influe toujours un peu.

ça ne s'impose pas, ça se pose, ça t'accompagne. Il ne faut pas s'attendre à de grandes révélations sur la vie, la mort, l'univers et le sens des choses, mais pour passer un chouette moment entre potes en mangeant bien, en buvant de bons trucs et en écoutant de la bonne musique ça se pose un peu là.

Ca je suis d'accord wink as tu un point de comparaison avec du 2C-B classique ?

un sérieux mal de tête le lendemain matin, et une fatigue intense. Ça reste toujours beaucoup plus soft qu'une descente d'ecstasy.

J'ai exactement le même ressenti à chaque prise de Fly, (que je n'ai pas avec le 2C-B classique) aussi bien pendant les 2-3 soirées trkl couché sur un canap que devant un mur de 100kW de son en Tchéquie sur de la grosse Tribe, et tous mes potes également ont ce petit effet mal de tête / fatigue, qui coïncide aussi avec cette "tension physique" pendant le trip.

Content d'avoir pu lire ton retour, les gens n'en parlent pas si souvent du 2C-B Fly ^^ smak


Remonter

Pied de page des forums