A la recherche de quelque chose que j'avais déjà (LSD) / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Bon Vivant » 

A la recherche de quelque chose que j'avais déjà (LSD) 



24 Juillet 2021

Je vais essayer d'être bref parce que j’écris ce TR presqu’une semaine après et j’ai oublié une bonne partie. Toute la journée, il a fait moche et parfois beau. Je savais que j’allais taper aujourd’hui, je voulais tester un nouveau LSD que je m’étais pris. Et en plus de ça c’était mon dernier week-end tout seul, à garder le chien. C’est des cartons de 250µg et juste avant d’en prendre, je me dis que c’est sûrement mieux que je prenne seulement la moitié. Premièrement parce que le chien semblait être un peu malade et je préférai pouvoir garder un œil sur lui au cas où ça s’aggrave. Il n’y avait rien d’alarmant mais je préfère pouvoir être encore lucide. Deuxièmement parce que je voulais juste tester le produit et j’avais la flemme de refaire un trip comme la dernière fois qui dure une éternité, même si c’était quand même très cool. Je prends les 150µg à 16h.

Je prends une gourde avec moi et je décide partir dans la forêt pour une promenade. Je me balade un peu, il fait gris, j’ai pas vraiment l’impression d’apprécier la balade. Je me pose sur des rochers, situé au centre de la forêt et je commence à méditer. Je reste un peu là, je chill, et petit à petit la pluie commence à apparaitre. Je me dis que c’est parfait, c’est plus raisonnable de rentrer. J’arrive à la maison, je vérifie le chien, et puis je décide de monter dans ma chambre et de me poser en attendant les effets. J’ai rien d’autre à faire, et il pleut pas mal, il y a de l’orage. Je me pose sur le lit et je mets East Forest pour m’accompagner. J’attends, je chill, il se passe rien ou en tout cas je ne ressens rien de réel. J’ai l’impression parfois d’avoir le gout en bouche mais je me dis que c’est surement du placebo. Puis, de temps en temps, j’ai comme des hallucinations internes mais très faibles. On aurait plus dit un daydream incontrôlé. Je continue d’attendre et je ne ressens vraiment rien de particulier. Je regarde l’heure et je vois qu’il est 18h. Je me dis balec, je vais prendre l’autre moitié, quitte à y aller. Si je ne sens presque rien, autant prendre le carton complet, histoire de sentir un minimum quelque chose. Je me dis que c’est bon, j’ai testé le produit, c’est sans risque. Avant ça je descends et je recheck sur le chien et puis je retourne dans ma chambre. Donc je le prends sans trop réfléchir.

Environ 30 minutes plus tard, je commence à sentir quelque chose, sans trop même le savoir ou en être sûr. Je suis allongé sur mon lit, et j’ai l’impression d’avoir cette sensation de me réveiller. Je suis mou et en même temps je commence à avoir une certaine énergie qui prend le dessus. Je commence à être mouvementé. Après un petit moment, je commence à sentir les visuels être présents. Au début je forçais leur apparition en quelque sorte, en fixant un point et en attendant, de voir ce qu’il allait se passer. Mais assez rapidement, j’ai plus trop besoin de fixer aussi longtemps ou durement. Quand je regardais à un endroit, c’était comme être sur une barque, sur l’océan. Tout bougeait par vague, comme des vagues. C’était très plaisant, et c’est vraiment là où j’ai su que les cartons avaient fait effet. Je me lève et je décide de descendre. Je sors le chien, et je vois que le ciel se dégage un peu, et laisse le soleil traverser les nuages. Ça fait du bien d’être dehors et de prendre l’air frais. Avant ça, pendant tout ce moment j’étais principalement allongé sur mon lit, la fenêtre ouverte, ce qu’est pas forcément super agréable, je préfère être en extérieur. Donc j’enfile mes bottes et je me balade un peu dans le jardin. Je regarde le soleil se coucher au loin. Le peu de couleurs qu’il y a eu dans la journée se retrouve ici, à ce moment, et ça fait un bien fou. Je suis bien. Je regarde le paysage qui se présente devant moi et je l’apprécie réellement. Je pense qu’il est environ 21h, peut-être un peu avant. Je retourne à la maison et je me dis pourquoi pas jouer au piano, au lieu d’écouter de la musique. Juste avant pendant la montée, je pensais à ça pendant que j’écoutais East Forest, comme quoi j’ai vraiment envie d’apprendre à jouer correctement. Du coup je me pose et je commence à « jouer », je tapote sur les touches, et je pars dans de l’impro très mauvaise, mais je fais de mon mieux pour créer une vraie fluidité. Et dès que je trouve les bons accords, tout sentait correct, harmonique, et très satisfaisant. Après quelques minutes sur le piano, je me dis pourquoi pas composé directement sur le pc. Ça faisait longtemps que j’avais pas fait de musique et je me dis que c’est le moment parfait. Je me déplace sur le pc, j’installe le synthé et je commence à répéter certaines des mélodies que j’avais sur le piano. Je fais ça pour quelque minute. Puis je ressors.

Je suis dans le jardin, avec les jumelles, en train de regarder les nuages. Je peux apercevoir la foudre éclatée dans l’énorme nuage, au loin. Je me retourne et je commence à regarder les énormes limaces qui se baladent sur la terrasse. Je me rends compte que je suis en train de tripper, mais en même temps pas tant que ça. C’est définitivement pas aussi intense que la semaine d’avant sur le 1cP, et je ne sais pas si c’est vraiment du 250µg ou si c’est à cause de la tolérance. Je me dis peu importe, dans tous les cas autant profiter de ce que j’ai à l’instant. Je ne me souviens plus exactement de tout bien évidemment, et je sais que je rentre et que je décide d’aller me poser dans le salon pour écouter un album. Comme la dernière fois, je prends un cd au pif, que je ne connais pas. Je mets un album de Joni Mitchell, quelqu’un que je connais mais que je n’écoute jamais, dans la chaine hifi. Et puis je m’allonge sur le canapé. C’est très satisfaisant d’écouter de la musique sur de bonnes enceintes. La qualité est incroyable, et le fait de ne pas connaitre la musique et de découvrir sur le coup, avec une telle qualité sonore est très satisfaisante. Arrivée à la moitié de l’album, j’ai envie de checker sur le chien. Je voulais voir si la musique ne le dérangeait pas, puisqu’il dort dans le salon. Je me lève et je le vois trembler dans son sommeil. Je me dis que ça ne va pas, qu’il y a quelque chose.

J’éteins la musique, et je lui propose de sortir. Il est environ 22h je crois, je me souviens qu’il y avait encore un peu de lumière dehors. Il se lève dans un sale état, il est dans les vapes. Il n’est jamais malade et le fait de le voir comme ça, sous LSD en plus, ne rend pas la chose facile. Il sort très brièvement pour pisser rapidement, puis retourne à l’intérieur. Pour faire bref, la veille, je l’ai vu dans le fond du jardin, le pif dans quelque chose. J’y vais et je vois que quelqu’un avait jeté du pq couvert de merde. Je vis au milieu de la campagne et ça n’a aucun sens de faire ce genre de chose. Et évidemment, mon chien s’est amusé à en bouffer. Quand il était revenu il avait eu des régurgitations, mais je me suis dis que c’était normal, vu ce qu’il a bouffé. Le lendemain, du coup le jour où je trippe, il était mou toute la journée, et je me suis dit que c’est normal, plus ou moins, il est vieux, il digère mal surement la chose, je vais le laisser se reposer, mais vraiment rien d’alarmant. Mais là, arrivée à ce moment, j’ai tout de suite compris que quelque chose n’allait pas. J’ai voulu lui donner des petits bouts de fromage pour voir comment il réagirait, vu qu’il n’a pas mangé depuis 24h, et je vois qu’il n’arrive même pas à manger le bout que je lui donne. Il se dirige ensuite vers son bol d’eau et il n’arrive même pas à boire. C’était ça l’élément déclencheur. Et je m’étais rappelé, que juste à côté, j’ai un petit chemin qui mène à la forêt, et il y a un cadavre d’un canard tué par un renard. Le chien n’y va jamais là, mais vu que j’ai taillé le chemin, peut-être qu’il y ait allé, et qu’il a maintenant un ver solitaire, ou que quelque chose le bouffe de l’intérieur. Je commence à m’imaginer pleins de scénario. Je sais pas quoi faire.

J’appelle mes parents, qui sont en vacances, et ils ne répondent pas. Je me dis autant appeler le vétérinaire de garde. Il répond et je lui explique tout en détail. Il fait nuit à ce moment. Il me dit qu’il ne peut pas venir, et me demande si je peux me déplacer. Je lui dit que je ne peux pas. Il me dit que vu les symptômes, je peux attendre le matin et appeler une clinique et l’emmener. Après le coup de fil, je me dis que je dois décompresser, je suis tendu, très tendu. Je me roule un joint de CBD et je sors prendre l’air frais. J’entre vraiment en psychose, et je suis en train de trop réfléchir, de sur penser la situation. Je me déteste pour avoir taper et ne pas avoir vu les signes plus tôt. Et si c’était ma faute qu’il ait bouffé le pq ? Et si je l’avais vu plus tôt ? J’aurai pu le faire entrer et il ne serait pas malade. Et si c’était le cadavre d’oiseau ? Et si j’avais pas coupé les ronces pour créer le chemin, il aurait jamais trouvé l’oiseau et il serait pas malade ? Pourquoi j’ai tapé ? Ça me servait à quoi ? C’était tellement égoïste de ma part. Je savais que ce n’était pas raisonnable et j’aurai dû juste attendre. J’ai fait ça parce que je suis parti à la recherche de quelque chose que j’avais déjà. Toute la première partie du trip n’était pas si fun que ça, en plus. Il n’y avait rien d’extraordinaire, et je savais qu’au fond de moi, qu’il y avait quelque chose qui m’empêchait réellement d’apprécier le trip, et c’était à cause de ça, inconsciemment. Et le pire dans tout ça, c’est que je me suis dit que peut-être que le LSD m’a fait ouvrir les yeux sur la situation et a permis d’enclencher le processus pour vraiment m’inquiéter pour lui. C’était comme ça pendant plus d’une heure, où après avoir fumé je m’étais allongé sur le canapé en train de réfléchir à la situation et comment je vais l’emmener chez le vétérinaire.

Juste avant minuit, le téléphone sonne. C’est mes parents. Je me dis parfait, je vais tout leur expliquer. Ca se passe bien, et je leur explique calmement et clairement la situation. Je reste au téléphone environ 30 minutes avec eux, je leur dis bien qu’il ne faut pas s’inquiéter sur un gros niveau, mais il y a raison pour l’emmener chez le véto un dimanche matin. Mon père m’explique bien comment procéder et je sens que je commence déjà à décompresser et à redescendre. Après ça, je prépare tout pour le réveil. J’avais rien mangé depuis presque 12h, j’avais pas faim mais je savais que je devais mettre quelque chose dans mon estomac. Je me prends une banane, qu’est mon fruit préféré, et j’ai senti aucun goût ou plaisir dedans. Je me roule un joint de CBD, parce que je sais que je vais devoir me lever tôt et du coup que je dois réussir à redescendre au maximum. Je sors et je décompresse un peu plus. Je me sens déjà un peu plus rassurer, avec le fait de savoir que les parents sont au courant et que je sais quoi faire pour la suite. Je vais me coucher alors que je sais que je suis encore bien ancré dans le trip et en même temps j’ai l’impression que les gros effets plaisants ou visuels ne sont plus trop présents. Ça vient vraiment par vague. Je me couche vers 2h. Pendant longtemps, j’essaie de dormir. J’ai encore des hallucinations internes, et mes pensées fusent. Les mêmes pensées, continuellement, où je me dis pourquoi j’ai tapé, que c’était tellement égoïste de ma part. J’ai peur pour le chien, pensant qu’il est mourant, vu son âge et son état actuel. Par je ne sais quel miracle, j’arrive plus ou moins à dormir.

Mon réveil sonne à 8h, je me lève et j’appelle les différents vétérinaires de gardes. Personne ne répond. Je prends mon petit déjeuner, un café et j’attends. Un des vétos me rappelle, je lui explique la situation et m’accepte de me voir, j’ai un rendez-vous pour 11h. Dès que j’ai rangé le téléphone, j’ai craqué. Je me suis mis à pleurer. Comme si tout le stress, toute la tension qui s’est accumulé, à commencer à s’expulser. J’attends du coup, je me reprends un café, et puis je prépare la voiture. Je suis jeune permis et le fait d’emmener le chien dans une grosse voiture que je connais pas est vraiment pas facile, et assez stressant. J’arrive chez le véto, tout se passe bien, le chien commence déjà à aller mieux. J’attends pendant une heure, je note bien tout ce qu’ils disent, et ce que je dois faire. Je rentre à la maison, et j’appelle les parents pour les tenir au courant. Le chien est déjà en meilleure forme. Après tout ça, je me remets à pleurer, de soulagement je pense cette fois-ci. Je ne pleurs jamais, je ne me souviens même plus de la dernière fois que c’est arrivée, mais ça m’a fait un bien fou. Toute la matinée où je me suis occupé de tout ça, je sentais encore le L en moi, agir et bâtir cette énergie. J’étais en plus de ça sur caféiné, et je sentais vraiment une énorme tension me peser. Et dès que je suis rentré, que tout était résolu et que je me suis mis à pleurer, tout s’est relâché petit à petit.

Je ne m’attendais pas à ce que le TR soit si long, mais il fallait que je le mette sur papier. Il me semblait important de finaliser tout ceci, et de conclure cette mauvaise expérience. C’est mon premier « bad trip ». J’ai mal jugé mon choix, j’aurai dû rester sur ma première décision qu’était de juste gouter le produit. J’ai même pas l’impression d’avoir vraiment apprécier tant que ça toute la partie avant que je commence à m’inquiéter pour le chien. Comme je l’ai dit, j’ai plus eu la sensation que j’étais à la recherche de quelque chose que j’avais déjà. Et je regrette vraiment d’avoir pris alors que j’aurai dû juste être patient et attendre quelques semaines pour un prochain trip. Au lieu de ça, j’ai agi sur mes intentions et mes pulsions, sans penser au chien. Maintenant je sais qu’à chaque fois que je vais tripper, je vais m’assurer avant que personne n’a besoin de moi, sauf pour les personnes qui trippent avec moi. J’ai beaucoup appris de cette expérience et je me rends compte vraiment de ce que c’est un bad trip, que ce n’est pas quand il s’agit de nous, mais plutôt des autres. Je suis juste content que tout va pour le mieux avec le chien, que je me suis peut-être inquiété pour rien, ou qu’au contraire j’ai peut-être agi à temps. Être sous LSD amplifie et sature ce que l’on voit, et le fait de le voir comme ça, malade, tremblant, je ne pouvais pas ne pas agir. Donc voilà, c’est tout pour moi, je sais que j’ai zappé pas mal de moments mais en résumé, c’était une expérience très particulière et je suis sûr de ne pas l’oublier, et au moins comme ça les prochaines fois, je serai sûr d’avoir le meilleur set & setting, et d’être mieux préparé et à l’aise.


Catégorie : Trip Report - 24 août 2021 à  12:50

#bad trip #LSD #Nature #Psychédélique #seul



Remonter

Pied de page des forums