Bilan d'un J+2 pas facile. Acte 2. / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Juriste » 

Bilan d'un J+2 pas facile. Acte 2. 



Aujourd'hui, mardi.

Après avoir prodé en étant consciente de le faire dans le but d'oublier mes malheur, mon début de semaine est très difficile.
Non seulement j'ai des effets secondaires pas agréables du tout, mais en plus je suis dans un état d'esprit de constant questionnement sur l'intérêt des choses.

Je me souviens, l'année dernière j'ai fait face à  des médecins et une boite d'antidépresseur et je n'arrivais pas à  accepter le mot "dépression".
Eh bien là  j'ai le même souci avec le mot "addiction".

J'appréhende jeudi, car il y a une soirée trance où je serai photographe et j'ai peur d'être tentée.

Je pense déjà  à  prendre du Speed "pour tenir" et je sais que c'est une vieille excuse.

Je crois que je n'arrive plus à  concevoir de soirée clean.. surpris

A savoir que je traverse une période de remise en question sur mes études, comme le dit mon pseudo je suis en droit mais j'envisage d'arrêter.

Que de questions.
Que d'appréhensions.
Que de flou.

Catégorie : En passant - 14 octobre 2014 à  21:41



Commentaires
#1 Posté par : sijavais 15 octobre 2014 à  11:09
Ce que je peu te dire, juste, c'est que c'est après une crise d'interrogation sur l'intérêt des choses et mon rapport aux soirées (étant dj .. j'suis limite obligé d'y aller !) que j'ai compris que aimant la musique sans bornes, j'voulais aucun produit pour la distordre ...
Je te dis ça mais j'en suis passé à  une consommation casi unique d'héro et tous le temps...et en soirée j'ai l'air plus net que la plupart des gens..mh mh, mais ça me pendait au nez depuis un moment !
Enfin pour le rapport avec toi, si tu aime la photo...vraiment te concentrer sur ton taff... :-s ...

Dans la soirée, c'est sur que c'est difficile d'oublier cette envie de taper, t'es en plein dedans !
Là , tu as eu un épisode de ras le bol, compensé par les drogues (si j'ai bien compris). Mais habituellement tu te réfugie aussi dans les substance quand t'as un coup de moins bien ? ou tu sent que c'est en train de prendre le pas sur toi, et donc de devenir régulier...?

Enfin dans tous les cas...malheureusement, faut réussir à  se foutre un coup de pied au cul car l'environnement (surtout les connaissance, mais je pense que tu le sais déjà ...bien assez !) joue énormément, sur notre manière d'être, et notre être intérieur ...en plus de nous même..!

Posté par : sijavais | 15 octobre 2014 à  11:09

 
#2 Posté par : Juriste 15 octobre 2014 à  11:48
Merci pour ta réponse déjà , ça fait du bien. Je me sens moins seule.

La photo est une réelle passion pour moi, une sorte de Zion mais le son aussi et la drogue me permet de découvrir le son différemment, de l'explorer d'une manière unique. (Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire)

C'est ça, les prods m'on aidé à  survivre en m'offrant des passages de "j'oublie".
Avant j'arrivais à  passer au delà  et à  avancer. Difficilement certes, mais j'ai toujours été dans l'excès, entre boulimie, alcool ou même le sport. Surement pour "oublier".
Et puis oui, la drogue est devenu petit à  petit mon moyen de m'évader c'est donc devenu régulier.
De moins d'une fois par mois je suis passée à  3/4 fois par mois.
Heureusement que mes études m’empêchent de sortir!

J'essaie de reprendre le dessus, oui. Mais si j'écris ici, c'est que j'ai du mal et donc besoin d'en parler haha.

Posté par : Juriste | 15 octobre 2014 à  11:48

 
#3 Posté par : Disturb 15 octobre 2014 à  13:15
Salut Juriste .

  je pense que c'est une phase que tout le monde traverse , pendant plus ou moins longtemps.

  Tu sembles avoir des trucs à  regler que tu cherche à  "oublier " (pour te citer ) et tu test tous les moyens posssibles pour y parvenir.

  Le truc c'est qu'avec la drogue, c'est simple , rapide , et efficace. au début du moins...

Je peux te demander si ça fait longtemps que tu te drogues ( j'ai cherché un autre terme mais c'est le mot en meme temps cool ) ?

  Evidemment que nous comprenons quand tu parles du son, mais pour ma part , et pour sijavais semble t il également , nous sommes passés à  autre chose ( enfin pour les drogues type hallucinogènes ou amphet' j'entends...)  . comme je disais , c'est une phase...

  Tu as la chance d'voir une passion , profites en , car à  elle seule elle pourrait te faire oublier tes soucis normalement. Et puis ce serait dommage de rater tes tofs parce que t'es arrachée ...non ? 

  Peut etre serait ce une bonne idée d'aller en parler avec un professionnel ? dans un CAARUD ou CSAPA par exemple...? eux connaissent le monde de la dope et des drogués ( enfin un peu plus que les psy ou infirmiers  " lambda " )

  prends soin de toi.
Disturb

Posté par : Disturb | 15 octobre 2014 à  13:15

 
#4 Posté par : Juriste 15 octobre 2014 à  13:27
Bonjour Disturb,

Effectivement j'ai pas mal de trucs à  régler haha


J'ai prodé pour la première fois en février dernier. (je l'ai dit dans mon précédent post "préparation à  la thérapie")

C'est une phase, je suis d'accord avec toi, mais si on ne sait pas dire stop, ça peut aller très loin.

J'ai déjà  loupé des photos à  cause de mes pupilles de hiboux, une déception... Indescriptible.

Justement, je tiens ce blog pour parler de l'avancé de ma thérapie, j'ai vu un psy la semaine dernière qui m'a parlé de l'addiction et d'aller voir un addictologue.
J'ai rendez-vous avec chacun d'aux la semaine prochaine.

Je ne me sens tellement pas "droguée" que j'ai l'impression de ne pas avoir ma place dans un CAARUD en fait..

Merci,
Amicalement.

Posté par : Juriste | 15 octobre 2014 à  13:27

 
#5 Posté par : Disturb 15 octobre 2014 à  14:17
Ok désolé , j'ai pas fais l'effort d'aller voir avant , c'est chose faite...


  que dire...que peut etre au final tu as enormement de chance de rendre compte maintenant , alors que tu es encore une " jeune " consommatrice...

" mode généralité ON,( pour une majorité ) "   :   Faut pas se leurrer , plus tu passes de temps à  te droguer, plus de difficultés tu as à  t'en défaire

( j'ai failli la jouer en vers et en rimes , mais je me suis dis que ça faisait un peu too much cool )

  Oui la défonce c'est super , on aime tout le monde , on rigole etc etc...mais y'a des gens pour qui c'est compliqué à  gérer...Le retour à  la réalité surtout...

Et tu le sais toi même puisque tu as entrepris la démarche.
 
  pour finir à  ce sujet, personne ne te dis que plus jamais tu ne devras reprendre un X , on ne sait pas, peut etre que quand tu auras régler et compris tes soucis, tu pourras refoutre le pif dedans de temps en temps...et peut être pas... Wait and see ...

  Pour conclure sur l'autre partie de ton sujet : c'est un peu le but d'une thérapie , faire ressortir les choses enfouies , cachées , refoulées, mais si tu es accompagnée tu ne devrais pas avoir trop peur.

  Et vaut peut etre mieux le faire avec un psy maintenant , que sous acide dans
3 ans ...roll

  Et entre nous, puisque tu en parles à  demis mots, ils ne sont pas aussi cachés que ça tes problemes persos non ?

  Oui ça risque de faire mal , mais au final extérioriser est souvent bénéfique !
  Et c'est un putain d' introverti  qui te le dis wink

  ha oui , et concernant la photo , bah u vois c'est dommage de passer à  coté d'un truc parce qu'on est trop fracassé...tu le regrette amèrement apreès...

  Et je te jure, ( je suis zicos à  temps perdus... ) que quand tu te mets à  fond dans ton art, ta passion , ou on loisir, le cerveau libère des endorphines comme une dope. Et tu peux aller jusqu'à  oublier le temps qui passe , oublier les problèmes de la vie ou l'envie de te droguer justement...Tu sembles avoir cette chance, profites en ! c'est juste une piste....

Posté par : Disturb | 15 octobre 2014 à  14:17

 
#6 Posté par : Disturb 15 octobre 2014 à  14:19
arff j'ai zappé le coup du " un drogué c'est quoi ...???!!! "

  ou encore " qu'est ce que l'addiction "

  Tout le monde peut avoir sa place dans un CAARUD , le fumeur, l'obsédé sexuel, le dingue de chocolat , le geek , etc etc etc...

  as toi de nous dire à  partir de quand on est accro ou "drogué" ...???

Posté par : Disturb | 15 octobre 2014 à  14:19

 
#7 Posté par : Juriste 15 octobre 2014 à  14:34
Je suis totalement d'accord avec toi concernant le fait que plus tu fou le nez dedans plus t'en veux. Surtout les amphet, ça a trop un gout d'y reviens-y!

"le retour à  la réalité" c'est exactement ça, quand tu retrouves des gens normaux, dans un monde normal, à  faire des choses normales. L’atterrissage (en rentrant de teuf surtout) est hard.

Haha, le psy sous acid, une expérience à  faire tient! demon1

Non mes soucis ne sot pas cachés, justement ils reviennent à  la surface quand je commence à  penser que c'est finis haha

Quant à  la (ma) passion, je suis entièrement d'accord avec toi, il faut que je reprenne de façon plus assidue. Et puis, si ça se trouve la photo va m’empêcher de proder jeudi et je pourrai goûter aux soirées clean et après y aller sans mon appareil et kiffer toute seule héhé

J'ai une vision assez manichéenne des choses. Tu vas sûrement te moquer mais selon moi un "drogué" c'est le mec qui va trembler parce qu'il s'est pas fait son fixe le matin même. Ou (ex d'un pote à  moi) qui ressent un manque assez important quand il prend pas de cc.
du coup je ne me considère pas comme telle. thinking

Posté par : Juriste | 15 octobre 2014 à  14:34

 
#8 Posté par : Disturb 15 octobre 2014 à  14:44
Alors déjà  , non jamais je ne moquerai...je me contenterai juste de dire que t'es complètement à  coté de la plaque ( humour hein wink  )

  Tu as l'image médiatique du toxico , celle du méchant camé qui va piquer le sac des petites vielles pour payer sa dose avant son prochain manque  ( je caricature...)

  Les choses sont bien plus complexes...

  Pour ma part t'as Edit again : j'ai oublié le : PAS besoin de ressentir de manque ( EDIT : de manque PHYSIQUE genre dépendance aux opiacés par exemple ),  pour etre accro à  quelque chose , et encore une fois cela ne concerne pas que la " drogue au sens propre "

  les jeux videos peuvent etre une drogue, le sexe , le sport comme je disais plus haut.

  En gros , tout ce qui va permettre de déconnecter un tant soit peu de la " réalité " quotidienne , grace à  une libération plus ou moins intense de dopamine, endorphine , sérotonine etc...dans notre petit cerveau , et qui va nous faire dire " hum c'est bon , j'en veux encore " ...

( EDIT : EN REVANCHE INTERVIENT UN MANQUE " PSYCHIQUE " )

  Je pense que la plupart des gens sont accros à  qq chose.

  Après , il est plus difficile pour nous adeptes des substances psychoactives de l'accepter , peut etre justement à  cause de cette vision archaique de la société face au "junky's "

Posté par : Disturb | 15 octobre 2014 à  14:44

 
#9 Posté par : Fabrice 15 octobre 2014 à  15:29

Tu vas sûrement te moquer mais selon moi un "drogué" c'est le mec qui va trembler parce qu'il s'est pas fait son fixe le matin même. Ou (ex d'un pote à  moi) qui ressent un manque assez important quand il prend pas de cc.
du coup je ne me considère pas comme telle.

Tu sais méfie toi car je suis passé par là  aussi. Je me disais aussi que je ne deviendrais pas le stéréotype du toxico qu'on voit dans les reportages au terminus de la came, ravagé et dépendant jusqu'au bout des ongles.

Tu ne précises pas les drogues que tu consommais. Pour l'héroine, c'est un long processus évolutif qui peut te conduire jusqu'à  un état d'épave si tu te laisses aller.
Mais il y en a qui gère très bien leur vie, leur famille et boulot en consommant de la came.
Tous les profils existent avec autant de situations familiales.
J'ai commencé les drogues à   36 ans, tardivement mais au moins j'ai eu la chance de faire mes études et premiers emplois en étant sobre.
Se droguer trop jeune comme tu le faisais, je met tout au passé tu as remarqué, le risque est de louper ses études, les interrompre et il est difficile au delà  de 30 ans de reprendre des études, le cerveau apprend moins bien, moins vite, on n'a pas la motivation du jeune âge, des pathologies de types névroses, phobies se sont installées avec l'âge.
Tu veux arrêter les drogues, tu fréquentes les boites de nuits, en gros tu consommais de extasies, voir des amphétamines, du speed et de la coc.
Fais l'effort, ce sera pire si tu replonges, donc fait l'effort.
Les envies de produits diminuent puis cesse avec le temps, pareil pour la déprime, le plus dur c'est maintenant et  jusqu'en fin d'année.
Accroche toi à  tes études.


Posté par : Fabrice | 15 octobre 2014 à  15:29

 
#10 Posté par : Juriste 15 octobre 2014 à  17:16
Merci à  toi aussi d'avoir pris le temps de me donner une réponse, j'apprécie!

Effectivement, on a pas vraiment l'image du mec qui gère bien sa vie tout en étant drogué en tête.
Tu as sans doute raison.

Par contre, j'ai du mal m’exprimer dans mon post, je ne compte pas arrêter mes études définitivement, j'ai beaucoup d'ambition, mais je compte juste faire une réorientation vers un BTS commerce international qui correspond plus à  mes attentes. (don't worry concernant le boulot et les études, même si c'est tentant de rester pépère chez soit haha)

Exactement concernant mes consos. Je prends régulièrement de la MDMA en para, puis du speed, et samedi j'ai goûté aux pills. Et occasionnellement cc et champi.

Du coup, toi, tu penses que je ne pourrai jamais rouvrir cette porte (j'aime bien cette métaphore) après un "sevrage" ?

Merci pour ta réponse qui apporte elle aussi sa dose de baume au coeur.

Posté par : Juriste | 15 octobre 2014 à  17:16

 
#11 Posté par : Juriste 15 octobre 2014 à  17:26
Sorry Disturb, j'ai zappé ton commentaire eek

Je suis, une fois de plus, complètement d'accord avec toi.
Une fois de plus, la société de consommation dans laquelle on vit nous impose des addictions en tout genre.

Mais le gros geek qui va jouer 10h/jours VS la drogue (peu importe la quantité) c'est différent.

Bien sûr, tu vas te niquer la santé avec les écrans, le mode de vie "no life" toussa toussa.
Mais la drogue, et la md en l’occurrence, est plus vicieuse.
Quand tu es dedans, tu te dis "boh ca va t'as pas de dépendance trop importante" (foutaise bien sûr)
Et puis en libérant tout tes stocks de sérotonine ça nique la santé et le moral haha.
Donc il devrait y avoir une hiérarchie.

Je suis sûrement une droguée accroc (va falloir me le fourrer dans le crâne une bonne fois pour toute) mais pas au point de vendre mes affaires pour de la came (on me l'offre hahahaha smiley-gen013 ) mais je dois sûrement être un cran au dessus du gameur no life.

Je retiens une chose importante dans ton messae: la distinction entre addiction physique et mentale.
Je suis beaucoup amenée à  en parler mais quand tu es dedans, tu n'y pense pas trop.
Après, laquelle est la plus néfaste... là ... Il pourrait y avoir débat! thinking

Posté par : Juriste | 15 octobre 2014 à  17:26

 
#12 Posté par : Disturb 15 octobre 2014 à  23:59
Je suis pas tout à  fait d'accord avec Fabrice.

Une fois que tu as fais le tour de la question ( des drogues et ce qu'elles apportent en bien ou en mal ) et que tu as compris et réglé le pourquoi tu en consommes, il est tout à  fait possible selon moi d'y revenir de temps en temps.

Mais il faut du temps là  pour le coup c'est vrai et être sur de ne pas " replonger "

À titre d'exemple, je fut héroïnomane , et j'arrive très bien à  n'en prendre qu'une fois par an ou tous les deux ans sur qq jours. Après je me dis stop...car je sais oຠcela peut me mener.

  Mais tout ça est vraiment très personnel et chacun est différent face à  la dépendance .

  Quoi qu'il en soit, bon courage pour les démarches que tu entreprends.
Dstrb

Posté par : Disturb | 15 octobre 2014 à  23:59

 
#13 Posté par : Juriste 16 octobre 2014 à  12:19
Bon apparemment j'ai déjà  fait une partie du chemin avec la prise de conscience!

Merci beaucoup.

De toute manière je vais continuer à  poster ici en fonction de l'avancée de mon travail, j'en ai besoin.

A très vite!

Posté par : Juriste | 16 octobre 2014 à  12:19

 
#14 Posté par : chocolat 16 octobre 2014 à  23:49
Salut Juriste  :-)

Drogué(e)...
Je me demande si toute personne qui boit est alcoolique.

On présente toute personne qui consomme des substances "non légale en France" comme un(e) "drogué(e)".
La propagande marche très bien. Probablement plus de 90% des gens ont accepté l'idée que le gouvernement a le droit de les empêcher de consommer un produit, "pour leur bien", et qu'il ne s'agit pas d'une atteinte à  la liberté individuelle.
Alors que tous les hommes (et femmes j'espère) naissent libres et égaux. Cette liberté étant définie comme le droit de faire tout ce qui ne nuit pas à  autrui.

N'oublions pas qu'avant la loi de 1970 la plupart des produits psychoactifs étaient autorisés. Et que (sauf erreur de ma part, n'étant pas légiste) avant 1912 il n'y avait pas de produits psychotropes interdits.

Si ça t'intéresse, il y a le livre "Drogues et Droits de l'Homme", direction Francis Caballero, qui est un débat contradictoire sur ce thème. Édifiant.
Ou les livres de Szasz sur le droit aux drogues.

C'est cette même propagande qui dit que les "drogués" "se réfugient dans les paradis artificiels", et nient la "réalité".
Bof bof...

Par contre, boire un apéro, deux ou trois verres de vin, et un petit digestif, c'est juste être un "bon vivant".

Diable diable, dans quel monde sommes-nous ?

En tout cas, je ne me reconnais pas du tout dans le terme de drogué, ni dans l'image que l'on donne des gens qui consomment des prods. J'ai une vie comme tout un chacun, et j'ai choisi d'utiliser des produits psychoactifs non légaux. C'est ma responsabilité de les utiliser à  bon escient, en quantité non nuisible pour ma santé, tout comme on le fait pour les produits psychoactifs légaux (alcool, tabac, café, ...).

Et je ne parle pas des drogues légales prescrites et remboursées par la Sécu, très addictives (comme les benzos), qui ont des effets secondaires effrayants (il n'y a qu'à  voir la notice des benzos, du prozac ou des neuroleptiques).


Écoute-toi. C'est toi qui sait et qui sent si tu consommes trop, ou correctement...


Bien sûr, ce que je dis ici n'engage que moi.

Posté par : chocolat | 16 octobre 2014 à  23:49

 
#15 Posté par : LaVieEstBelle 17 mai 2019 à  06:39

chocolat a écrit

Salut Juriste  :-)

Drogué(e)...
Je me demande si toute personne qui boit est alcoolique.

On présente toute personne qui consomme des substances "non légale en France" comme un(e) "drogué(e)".
La propagande marche très bien. Probablement plus de 90% des gens ont accepté l'idée que le gouvernement a le droit de les empêcher de consommer un produit, "pour leur bien", et qu'il ne s'agit pas d'une atteinte à  la liberté individuelle.
Alors que tous les hommes (et femmes j'espère) naissent libres et égaux. Cette liberté étant définie comme le droit de faire tout ce qui ne nuit pas à  autrui.

N'oublions pas qu'avant la loi de 1970 la plupart des produits psychoactifs étaient autorisés. Et que (sauf erreur de ma part, n'étant pas légiste) avant 1912 il n'y avait pas de produits psychotropes interdits.

Si ça t'intéresse, il y a le livre "Drogues et Droits de l'Homme", direction Francis Caballero, qui est un débat contradictoire sur ce thème. Édifiant.
Ou les livres de Szasz sur le droit aux drogues.

C'est cette même propagande qui dit que les "drogués" "se réfugient dans les paradis artificiels", et nient la "réalité".
Bof bof...

Par contre, boire un apéro, deux ou trois verres de vin, et un petit digestif, c'est juste être un "bon vivant".

Diable diable, dans quel monde sommes-nous ?

En tout cas, je ne me reconnais pas du tout dans le terme de drogué, ni dans l'image que l'on donne des gens qui consomment des prods. J'ai une vie comme tout un chacun, et j'ai choisi d'utiliser des produits psychoactifs non légaux. C'est ma responsabilité de les utiliser à  bon escient, en quantité non nuisible pour ma santé, tout comme on le fait pour les produits psychoactifs légaux (alcool, tabac, café, ...).

Et je ne parle pas des drogues légales prescrites et remboursées par la Sécu, très addictives (comme les benzos), qui ont des effets secondaires effrayants (il n'y a qu'à  voir la notice des benzos, du prozac ou des neuroleptiques).


Écoute-toi. C'est toi qui sait et qui sent si tu consommes trop, ou correctement...


Bien sûr, ce que je dis ici n'engage que moi.

Hello tout le monde.

Le poste est très vieux mais je suis obligé de réagir tellement j’ai l’impression d’avoir écrit les lignes de chocolat.

En fait je suis tellement entièrement d’accord avec toi concernant les « drogues » illégales et la perception des gens (qui ne se « droguent » pas) du à la société dans laquelle on est élevés aujourd’hui.
La personne consommant des produits stupéfiants non autorisés par la loi est vu comme un marginal, un fou, un tox, ou tellement d’autres adjectifs peu importe lol.
Tandis que la personne buvant quotidiennement, fumant beaucoup de tabac ou aillant un traitement de médicaments et ne pouvant se passer de ces choses là vont être considérées comme « normales » (qu’est ce qui définit la normalité au final? Et est ce vraiment une bonne chose? Dissertation, vous avez 4h haha).
Blague à part, c’est en plus souvent la personne ne pouvant s’empêcher de boire ou fumant un paquet de clope par jour et ne consommant pas de produits illégaux qui vont crier sur tous les toits et à qui veut bien l’entendre que nous sommes des drogués et que la drogue c’est mal. Ce n’est aucun cas un jugement car je fume un paquet par jour et je n’ai pas non plus la main légère sur l’alcool. De plus je comprends cette vision des choses, j’eu été comme ça aussi. Nous somme élevés dans une société ou presque tout produit illégal est montré comme une drogue « dure ». Je ne minimise aucun produit sur le danger potentiel  qui peut en découler mais si on regarde les chiffres qu’est ce qui fait le plus de morts ? Cannabis, cocaïne, héroïne, speed, psychotropes etc par OD ? Ou bien plutôt le tabac (cancer et autres maladies en tout genre), alcool (cancer, autre maladies, accidents de la route..)? Posons nous les bonnes questions..

Je ne minimise en aucun cas les conséquences que peuvent avoir les produits selon les personnes et leur addictions mais je pense que ça peut être dramatique pour TOUT produit même ceux légaux selon les personnes, les pathologies, les épreuves de la vie et j’en passe.

Comme dit plus haut (selon moi en tout cas, chacun étant libre de penser ce qu’il veut) le tabac, l’alcool, les médicaments, la nourriture, le sport, le sexe, le travail, l’argent etc sont des drogues potentielles également selon le rapport qu’on a avec la chose en question pouvant amener à des conséquences aussi graves que les drogues illégales. Tout dépend selon moi l’usage qu’on en fait.

Certains penseront que mon raisonnement n’est pas objectif, que je dis cela pour tenter de me rassurer sur le ou les produits que je dois consommer ou que sais-je encore ?
Et pourtant.. je connais la situation dans laquelle je suis, j’ai conscience des addictions que j’ai aujourd’hui (certaines légales et d’autres non), des répercussions qu’il y a pu avoir à causes de certaines - et qu’il y a encore d’ailleurs. Je consomme de la cocaïne à une fréquence importante pour ceux qui se posent la question (en sniff uniquement) et j’ai pas testé grand chose d’autres hormis la MD une fois où deux, un taz une fois et des champignons une fois également. Quand j’étais plus jeune j’ai essayé aussi comme beaucoup de fumer (cannabis) mais ça c’était à l’époque mal passé et je n’ai du coup jamais eu l’envie de re-tester bien que 80% de mon entourage aujourd’hui fume. Toujours ça en moins me direz vous smile

Bref, revenons à nos moutons: « la drogue c’est MAL »
J’ai également eu cette façon de penser car c’était ce qu’on m’avait toujours inculqué. J’ai même (il y a 6 ans) passé mon concours pour être gardien de la paix dans la police nationale (mon but étant d’un jour intégré la brigade des mineurs). J’ai obtenu mon concours. J’ai fais un an d’école de police avec les stages en commissariat que ça implique et me suis faite virée moins d’un mois avant la prise de postes pour des bêtises de jeunesse peu importantes (retards le matin dû à quelques sorties en boîte de nuit avec consommation d’alcool). J’avais donc à cette époque une vision très fermée et diabolisée des drogues, des substances illégales etc. J’ai été élevé dans un premier temps dans une société qui essayait de te dicter cela et puis ensuite dans la police on essaie sans cesse (dès la formation) de te formater sur tout ces produits, de te formater sur ta façon de penser, de ne pas avoir « trop d’ouverture d’esprit » et ne pas trop réfléchir sur les lois, la vie etc. Car évidemment c’est la politique du « sois bête et tais toi », « applique ce que la loi dit et ne te pose aucune question » , « si ta façon de penser est différente, attention.. », « écoutes les médias ils relaient toujours la vérité », et SURTOUT ne réfléchie pas trop par toi même, ne remet pas les choses déjà en places en question. Si on te dit que c’est ce qu’il faut faire c’est que c’est pour une bonne raison.

Après tout ça j’ai vécue bien d’autres choses que je n’aurais jamais vécu si j’avais appliqué ce qu’on me disait, si on ne m’avait pas viré et si j’avais construit ma carrière dans la police comme prévu initialement. La déception passée, avec le recul et ayant vécue un peu plus je me dis aujourd’hui Dieu merci car sinon j’aurais toujours cette façon de penser étriquée. (Bon je ne crois pas spécialement en dieu mais bon.. ^^).
Je suis contente aujourd’hui de réfléchir par moi même (enfin d’essayer en tout cas lol) en me posant des questions et essayant d’avoir le moins possible d’à priori. Puis surtout en n’écoutant pas bêtement sans réfléchir tout ce que les médias diffusent.
Bref tout ça pour dire qu’aujourd’hui j’essaie d’avoir un regard objectif et réfléchir par moi même et non par ce que la société essaie d’imposer.
Je suis réaliste et je sais que même en essayant de penser par nous mêmes, nous restons tous influençables (plus ou moins selon les personnes) que ce soit par les médias, la société, notre éducation, notre entourage etc.. mais je pense que ce qui est important est de réussir à nuancer tout ça avec notre propre analyse..

D’ailleurs selon moi -bien que ne prétendant en aucun cas être mieux qualifiée que les personnes pondant les lois- les problèmes d’addictions pourraient être bien moindres et bien mieux gérés si ce n’était pas aussi mal vu que ça l’est encore trop malheureusement en France. N’oublions pas que l’interdit attire souvent wink. J’ai la double nationalité (franco/portugaise) et au Portugal depuis que l’usage de stupéfiant est dépénalisé et mieux encadré la consommation n’a cessé de baisser.. comme dans bien d’autres pays d’ailleurs. A quand une politique pour la France ou ça serait équivalent et où donc les personnes pourraient plus facilement oser chercher de l’aide avec moins de jugements, d’étiquettes et de peur d’être incompris et catégorisé comme des mauvaises personnes ? ..

Je ne pense pas avoir de réponses sur ce post vu l’ancienneté et la date des derniers commentaires mais je pense ouvrir un blog pour raconter mon histoire et chercher quelques réponses. Je pense que ce texte que je viens d’écrire sera l’introduction du blog afin que les personnes me lisant puissent comprendre l’état d’esprit dans lequel je me trouve avant de connaître le reste de mon histoire et les tourments/questionnements et problématiques qui traversent ma vie aujourd’hui. 

En espérant que l’auteur initial du blog va mieux aujourd’hui, presque cinq ans après, et ai réussi à trouver une solution pouvant faire face à son mal être.

Bisous à tous.


✌️


Posté par : LaVieEstBelle | 17 mai 2019 à  06:39

Remonter

Pied de page des forums