Découverte des soirées tek des années quatre vingt dix ou deux mille / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » stephyweedy » 

Découverte des soirées tek des années quatre vingt dix ou deux mille 



Ceci n'est pas un trip report mais le récit d'une soirée type vécue il y a environ vingt ou trente ans:

Samedi après midi , j'ai terminé ma journée de taf , je suis content d'arriver au week-end.
Rien de prévus , je vais voire les potes du patelin .

On se retrouve en terrasse au café du centre de ce village dans la rue principale. C'était une époque paisible ou l'on pouvait encore fumer un peu d"herbe discretos en terrasse.

Quinze heures trente , le RIP et R. arrivent :
"-Tu fais quoi de beau ce week-end  gros?
-Ben je sais pas trop , pour l'instant , l'apéro , on véra bien après.
-J'ai un plan pour une grosse teuf organisée sur Paname .
-Paris? Wouah ça fait des bornes quand même
-écoutes gros , là c'est l'occasion , t'es partant ou pas?
-Let's go!!!!!"

  Nous voici donc partis sur la route accompagnés d'un mec et une meuf de la métropole voisine en plus de nous trois.
à  mi-chemin entre le patelin et notre destination , le conducteur sort un petit paquet de "dinos"(des taz quoi).
  Il les coupe en deux et en donne à tout le monde.
  Pour moi , c'était la deuxième fois de ma vie que j'allais gober de la MD.
  La route continue et on commence à  capter FG sur l'auto radio ( la seule radio de l'époque qui diffusait une tek potable).
  ça commence à monter doucement mais sûrement... les basses commencent à  pénétrer mon psyché , je ressens la musique naviguer à  travers tout mon corps , c'est bon ....
Nous arrivons sur Paris complètement perchés. ,
Le RIP décide d'aller faire un tour sur Pigalle : résultat : pas mal de temps perdu dans les embouteillages à tripper comme des ouf dans la wago.
Enfin nous arrivons au Zénith , et j'apprends que nous sommes là pour la soirée STORM  : première "rave party" organisée dans la légalité de France : Un événement à  l'époque...ça ne durera pas...
Nous trouvons le parking sous terrain sans difficulté puis montons sur l'esplanade de Zénith.
  Là , en bon paysan naïf que j'étais , j'hallucine en voyant le nombre de dealers (ou plutôt des racailles avides de carottes faciles),pullulant de partout .
"Surtout ne rien prendre à  ces crafias" nous averti le RIP . De toutes façons , perchés comme on l'était , on s'en foutait.
Au moment de rentrer , on s’aperçoit que uniquement le RIP avait une place.... Guichet fermé... Et là un rasta nous accoste
:
"-Vous cherchez des places?
-Peut être."
lui répond R. On a eu du bol , le type était réglo et nous a filé nos places avec une bonne ristourne…
  Cool. Avec ce sésame en poche , nous fonçons direct à  l'entrée de la salle .
Le service de sécurité nous scan de la tête aux pieds , mais juste à  ce moment , une bande de lascars arrive derrière nous et commence à  taper le dawa.

C'est notre chance et les gorilles de l'entrée nous laissent tranquilles.

Une fois dans le Hall , pour moi c'est la découverte totale: une vrai foire commerciale dédiée  uniquement à  la tek : musique , vêtements,....Bref, mais c'est pas pour ça qu'on est venus.
Dans la salle de concert , Laurent Guarnier était aux platines pour un set hard house endiablé , je surkiffe cette musique assez nouvelle pour moi mais je sens le dino qui commence à redescendre sérieusement.
Je vais voire R . qui me dit d'aller voire le RIP  qui avait prévu le coups. Je lui demande si il lui reste des "vitamines" et il me dit "bien sur , attends que je les sorte , je vais t'en filer un pour que tu sois tranquille un bon bout de temps.

Et là , c'est le drame ; le mec a perdu son petit paquet de "bonbons". Il est en panique.
Avec R . , on le rassure et nous partons en quette de prods,... Ce qui était plutôt aisé dans cet environnement.
Nous retournons dans les gradins pour partager notre butin , et inconsciemment , je me baisse et commence à  chercher sous les sièges : Mais c'est quoi ce petit sachet par terre?
Je le ramasse , l'ouvre , et trouve cinq dinos et 2 g de CC . Je vais donc voire le RIP et lui demande si c'est pas le paquet qu'il avait perdu... Il me saute au coup et me roule une grosse pelle tellement il était content...
  Ha perchouille quand tu nous tiens…

à ce stade de la soirée , nous décidons tous de gober une pill chacun et je dois dire qu'à  partir du moment ou les prods sont  remontés , ça a été  la pure folie douce.
Je peux dire que, pratiquement tous les sets qui ont suivis Guarnier étaient terribles même si je ne pourrais plus dire aujourd'hui quels artistes ont mixé après lui, la MD aidant , l'ambiance était folle et la majorité de cette assemblée gardait ce sourire caractéristique à ce genre d'évènements.
Je surkiffe donc cette soirée.

Quand les Daft punk ont commencé leur set , ils étaient connus de personne à  cette époque ,encore moins par nous ...
Mais ce SON ,DIANTRE que c'était cool, un live  électro agressif de folie pour nous emmener loin dans la stratosphère.

Et au petit matin , un type , un petit maigrichon qui ne payait pas  de mine s'installe aux platines .
ça commence tranquille , mais c'est un son très sombre , dark , voire peut être flippant pour certains…

Je découvrais Manu le Malin : REVELATION , quand ce mec arrive derrière les platines , il se transforme en une machine de guerre que tu es obligé de suivre sous influence .
Pour moi c'était sur , ce mec est un prophète , un extraterrestre surdoué dans sa musique.
Mais la fin de ce set signifiait aussi la fin de cette soirée.

Des flyers tournaient un peu partout pour les afters et ce ne fut donc pas trop difficile de trouver une petite boite sympa propice à une bonne descente.
Pendant l'after , le RIP nous dit:
"-j'ai un peu de c mais pas assé pour tout le monde (2g quand même,ceux que j'avais retrouvés) , alors il décide que je suis trop jeune pour taper de la c et me dit que je n'ai qu'à aller retrouver quelques taz , ça suffira pour le bouseux que j'étais à  ses yeux ...

Malgré ce petit quack , je ne me formalise pas et regobe une moitié de je ne sais trop quoi ( excta quand même j’imagine) pour tenir pendant cet after qui était plutôt sympa lui aussi.

Dimanche après midi , tous méga perchés , nous reprenons la route pour le chemin de retour.
Le RIP au volant ,200 km/h sur l'autoroute,je descends la fenêtre et colle ma tète dehors pour en prendre plein la tronche, c'était bon,.... inconscient pour sur , mais dans cet état... Qui s'en souciait?

  Bilan : Quatre jours pour se remettre de cette épopée magique,…,la déprime du mercredi et des souvenirs gravés à jamais dans mon âme avec aucun regret, juste le sentiment d’avoir eu énormément de chance dans ces pratiques dangereuses voire parfois suicidaires mais perçues comme « cool » dans ces ivresses artificielles de notre jeunesse inconsciente des années quatre vint dix.
Surtout ne pas reproduire chez soi!!!

Catégorie : Tranche de vie - 18 août 2020 à  12:27

Reputation de ce commentaire
 
merci pour ce témoignage!
 
Mes 20 ans... / Cub3000 l'ancien ;)



Commentaires
#1 Posté par : grokik 18 août 2020 à  13:56
J'arrive pas à champi vert, alors je te le dis en commentaire : j'adore cette nostalgie 90's que je partage aussi.
Un autre monde
Hesite pas si d'autres souvenirs te reviennent drogue-peace
Reputation de ce commentaire
 
Merci,tu me motives ;).

Posté par : grokik | 18 août 2020 à  13:56

 
#2 Posté par : Cub3000 18 août 2020 à  21:17
Haha super TR !

Mais l'intégriste techno que je suis se doit de corriger un détail wink : la Storm au Zénith n'était pas la première rave légale, il y en avait eu plein d'autres avant, comme les Boréalis dans les arènes de Nîmes en 94 et 95 si mes souvenirs sont bons, les Dragonball, les Hexagona, les raves à la Défense et j'en passe ! Mais la Storm était la première grosse rave organisée dans un espace aussi institutionnalisé, le Zénith de Paris ce n'était pas rien, on l'a à l'époque vécu comme une victoire de notre mouvement qui parvenait à s'imposer dans de grandes salles parisiennes, justement au moment où il prenait la répression de plein fouet...Mais sur la durée, ça n'a pas marché, ce mouvement rave légal s'est cassé la gueule à cause de l'impossibilité d'organiser une grosse fête sans qu'elle soit annulée, et le risque financier que ça représentait, sans parler des orgas mis en garde-à-vue ou inculpés de trafic de drogue (parfois incarcérés, comme Max le Sale Gosse qui a fait plusieurs mois à l'ombre suite à une orga de teuf)...Le mouvement free-party (rave illégale donc) a du coup essaimé dans toute la France, et la plupart des ravers de la première époque s'y sont retrouvés. Les 5 premières années du mouvement free ont été absolument et cosmiquement géniales, après c'est devenu plus difficile wink

Posté par : Cub3000 | 18 août 2020 à  21:17

 
#3 Posté par : stephyweedy 18 août 2020 à  21:53

Cub3000 a écrit

Haha super TR !

Mais l'intégriste techno que je suis se doit de corriger un détail wink : la Storm au Zénith n'était pas la première rave légale, il y en avait eu plein d'autres avant, comme les Boréalis dans les arènes de Nîmes en 94 et 95 si mes souvenirs sont bons, les Dragonball, les Hexagona, les raves à la Défense et j'en passe ! Mais la Storm était la première grosse rave organisée dans un espace aussi institutionnalisé, le Zénith de Paris ce n'était pas rien, on l'a à l'époque vécu comme une victoire de notre mouvement qui parvenait à s'imposer dans de grandes salles parisiennes, justement au moment où il prenait la répression de plein fouet...Mais sur la durée, ça n'a pas marché, ce mouvement rave légal s'est cassé la gueule à cause de l'impossibilité d'organiser une grosse fête sans qu'elle soit annulée, et le risque financier que ça représentait, sans parler des orgas mis en garde-à-vue ou inculpés de trafic de drogue (parfois incarcérés, comme Max le Sale Gosse qui a fait plusieurs mois à l'ombre suite à une orga de teuf)...Le mouvement free-party (rave illégale donc) a du coup essaimé dans toute la France, et la plupart des ravers de la première époque s'y sont retrouvés. Les 5 premières années du mouvement ont été absolument et cosmiquement géniales wink

Lol,les Borealis,j'y étais aussi(celle de Montpelliers a bien eu lieu en 97 je crois,c'était deux ans après celle de Nîmes) ,la piscine Molitor avec les heretik(là on rentre dans le dur avec la vraie mentale free.. tourner pendant des heures dans panam jusqu'à ce que l'info arrive ,et ce cortège hétéroclite traversant la capitale pour se taper cette teuf inoubliable et unique,à cette période,on en a fait un paquet: zenith de Nancy, Amnéville,ou encore la laiterie de Strast. On n'avait pas peur de traverser le pays pour une teuf .Tout ça s'est déroulé sur une très courte période que les autorités ont bien bousillées.
On s'en  foutait,les free étaient déjà bien en place,je me souviens encore bien de ce sarkoval le jour de ma sortie du chtar(bien plus tard pour le coup),là aussi je me suis lâché grave,il y en avait besoin^^.
drogue-peacesuper


Posté par : stephyweedy | 18 août 2020 à  21:53

 
#4 Posté par : Cub3000 18 août 2020 à  22:51

stephyweedy a écrit

Cub3000 a écrit

Haha super TR !

Mais l'intégriste techno que je suis se doit de corriger un détail wink : la Storm au Zénith n'était pas la première rave légale, il y en avait eu plein d'autres avant, comme les Boréalis dans les arènes de Nîmes en 94 et 95 si mes souvenirs sont bons, les Dragonball, les Hexagona, les raves à la Défense et j'en passe ! Mais la Storm était la première grosse rave organisée dans un espace aussi institutionnalisé, le Zénith de Paris ce n'était pas rien, on l'a à l'époque vécu comme une victoire de notre mouvement qui parvenait à s'imposer dans de grandes salles parisiennes, justement au moment où il prenait la répression de plein fouet...Mais sur la durée, ça n'a pas marché, ce mouvement rave légal s'est cassé la gueule à cause de l'impossibilité d'organiser une grosse fête sans qu'elle soit annulée, et le risque financier que ça représentait, sans parler des orgas mis en garde-à-vue ou inculpés de trafic de drogue (parfois incarcérés, comme Max le Sale Gosse qui a fait plusieurs mois à l'ombre suite à une orga de teuf)...Le mouvement free-party (rave illégale donc) a du coup essaimé dans toute la France, et la plupart des ravers de la première époque s'y sont retrouvés. Les 5 premières années du mouvement ont été absolument et cosmiquement géniales wink

Lol,les Borealis,j'y étais aussi(celle de Montpelliers a bien eu lieu en 97 je crois,c'était deux ans après celle de Nîmes) ,la piscine Molitor avec les heretik(là on rentre dans le dur avec la vraie mentale free.. tourner pendant des heures dans panam jusqu'à ce que l'info arrive ,et ce cortège hétéroclite traversant la capitale pour se taper cette teuf inoubliable et unique,à cette période,on en a fait un paquet: zenith de Nancy, Amnéville,ou encore la laiterie de Strast. On n'avait pas peur de traverser le pays pour une teuf .Tout ça s'est déroulé sur une très courte période que les autorités ont bien bousillées.
On s'en  foutait,les free étaient déjà bien en place,je me souviens encore bien de ce sarkoval le jour de ma sortie du chtar(bien plus tard pour le coup),là aussi je me suis lâché grave,il y en avait besoin^^.
drogue-peacesuper

On traversait même l'Europe en stop s'il le fallait pour suivre les Spiral...Putain on y croyait ! drogue-peace


Posté par : Cub3000 | 18 août 2020 à  22:51

 
#5 Posté par : marvin rouge 19 août 2020 à  09:03
Spiral cte fini en 96
Apres ya eu facom
Sound conspiracy (okp+total resistance+ex spi)

Y'en à eu des teufs.. Ds bcp de pays

Molitor cte mortel, avc le spectacle de gino au matin
Ya eu les fuck boréal is organisé par les tnt, gravos, etc

Posté par : marvin rouge | 19 août 2020 à  09:03

 
#6 Posté par : stephyweedy 19 août 2020 à  12:35
Ha nostalgie...Quand tu nous tiens...

marvin rouge a écrit

Spiral cte fini en 96
Apres ya eu facom
Sound conspiracy (okp+total resistance+ex spi)

Y'en à eu des teufs.. Ds bcp de pays

Molitor cte mortel, avc le spectacle de gino au matin
Ya eu les fuck boréal is organisé par les tnt, gravos, etc

Putain,Grave! comment j'avais oublié ces teuf d'un autre temps que tu viens de me rappeler s'illustrant comme un putain d'éclaire qui a traversé mon cerveau.
C'est vrai qu'à l'époque ,rien ne nous arrêtait quand on savait qu'un bon son allait se poser, on se devait d'y être ^^.
Putain que cette émulation était positive artistiquement pour nous,meme si on faisait franchement de la merde,on n'avait aucun complexe à se mettre au son pour kiffer et faire kiffer les potes à coté de monuments comme par exemple les heretik ou les TNT(la mémoire me fait tellement défaut aujourd'hui,j'ai du mal à me souvenir de tous les blaz de ces sons qui ont bercé nos jeunesses.) qui étaient toujours cools et solidaires,prêts à te filer un peu de courant quand ton groupe tombait en rad,ou un petit barbec au petit matin quand on était vidés de toute cette énergie négative évacuée dans ces marathons ou l'on pouvait jumper trois à quatre jours d'affilée...Les vrais savent^^.
drogue-peace


Posté par : stephyweedy | 19 août 2020 à  12:35

 
#7 Posté par : Lolla 19 août 2020 à  15:16
Merci pour cette machine à remonter le temps... On a eu la chance de connaître les plus grands de notre époque, que de souvenirs...

Ah la nostalgie d'une époque qui fût pour moi magique ! Je sais ce que je vais m'écouter ce soir, un bon trip quelques années en arrière.

Bien à toi drogue-peace

PS : les soirée improvisées, à l'arrache sont très souvent les meilleures !

Champignon vert bien mérité, mais blocage, je ne comprends )

Posté par : Lolla | 19 août 2020 à  15:16

 
#8 Posté par : Lolla 19 août 2020 à  15:39

Cub3000 a écrit

Haha super TR !

Mais l'intégriste techno que je suis se doit de corriger un détail wink : la Storm au Zénith n'était pas la première rave légale, il y en avait eu plein d'autres avant, comme les Boréalis dans les arènes de Nîmes en 94 et 95 si mes souvenirs sont bons, les Dragonball, les Hexagona, les raves à la Défense et j'en passe ! Mais la Storm était la première grosse rave organisée dans un espace aussi institutionnalisé, le Zénith de Paris ce n'était pas rien, on l'a à l'époque vécu comme une victoire de notre mouvement qui parvenait à s'imposer dans de grandes salles parisiennes, justement au moment où il prenait la répression de plein fouet...Mais sur la durée, ça n'a pas marché, ce mouvement rave légal s'est cassé la gueule à cause de l'impossibilité d'organiser une grosse fête sans qu'elle soit annulée, et le risque financier que ça représentait, sans parler des orgas mis en garde-à-vue ou inculpés de trafic de drogue (parfois incarcérés, comme Max le Sale Gosse qui a fait plusieurs mois à l'ombre suite à une orga de teuf)...Le mouvement free-party (rave illégale donc) a du coup essaimé dans toute la France, et la plupart des ravers de la première époque s'y sont retrouvés. Les 5 premières années du mouvement free ont été absolument et cosmiquement géniales, après c'est devenu plus difficile wink

Habitant la campagne il nous été difficile de se faire de grosses rave sur Paris mais nos free-party à nous se faisant bien cachés  dans les bois.
On avait" l’endroit" de la free au dernier moment, on avaient qu'à suivre les 1ères bagnoles qui nous guidaient vers "set du trip".
Déjà à environ 500 m,(je ne sais plus exactement) on commençait à entendre le "gros son" ! Puis arrivés sur place, c'était parti pour une bonne grosse teuf, en plein milieu des bois pour pas faire chier les voisins et être à l'abri des flics. Là encore, des souvenirs me revienne par bribes car souvent trop défoncée mais je ne me risque à à vous les raconter car ce serait trop brouillon, je préfère vous l'épargner ! pour me souvenir de toute une soirée.
A présent reste la nostalgie du début d'une époque qui pour moi restera gravée à vie dans le restant de mémoire  mais tout ce que je sais c'est que ce "son" me marquera à vie...
Et merci pour cette "machine à remonter le temps"...


Posté par : Lolla | 19 août 2020 à  15:39

 
#9 Posté par : stephyweedy 19 août 2020 à  16:34

Lolla a écrit

Cub3000 a écrit

Haha super TR !

Mais l'intégriste techno que je suis se doit de corriger un détail wink : la Storm au Zénith n'était pas la première rave légale, il y en avait eu plein d'autres avant, comme les Boréalis dans les arènes de Nîmes en 94 et 95 si mes souvenirs sont bons, les Dragonball, les Hexagona, les raves à la Défense et j'en passe ! Mais la Storm était la première grosse rave organisée dans un espace aussi institutionnalisé, le Zénith de Paris ce n'était pas rien, on l'a à l'époque vécu comme une victoire de notre mouvement qui parvenait à s'imposer dans de grandes salles parisiennes, justement au moment où il prenait la répression de plein fouet...Mais sur la durée, ça n'a pas marché, ce mouvement rave légal s'est cassé la gueule à cause de l'impossibilité d'organiser une grosse fête sans qu'elle soit annulée, et le risque financier que ça représentait, sans parler des orgas mis en garde-à-vue ou inculpés de trafic de drogue (parfois incarcérés, comme Max le Sale Gosse qui a fait plusieurs mois à l'ombre suite à une orga de teuf)...Le mouvement free-party (rave illégale donc) a du coup essaimé dans toute la France, et la plupart des ravers de la première époque s'y sont retrouvés. Les 5 premières années du mouvement free ont été absolument et cosmiquement géniales, après c'est devenu plus difficile wink

Habitant la campagne il nous été difficile de se faire de grosses rave sur Paris mais nos free-party à nous se faisant bien cachés  dans les bois.
On avait" l’endroit" de la free au dernier moment, on avaient qu'à suivre les 1ères bagnoles qui nous guidaient vers "set du trip".
Déjà à environ 500 m,(je ne sais plus exactement) on commençait à entendre le "gros son" ! Puis arrivés sur place, c'était parti pour une bonne grosse teuf, en plein milieu des bois pour pas faire chier les voisins et être à l'abri des flics. Là encore, des souvenirs me revienne par bribes car souvent trop défoncée mais je ne me risque à à vous les raconter car ce serait trop brouillon, je préfère vous l'épargner ! pour me souvenir de toute une soirée.
A présent reste la nostalgie du début d'une époque qui pour moi restera gravée à vie dans le restant de mémoire  mais tout ce que je sais c'est que ce "son" me marquera à vie...
Et merci pour cette "machine à remonter le temps"...

J'adore :
comment  toutes ces tribus hétéroclites ,il y a déjà trois décennies,souvent issues de milieux complètements opposés,ont su se rassembler pour juste kiffer et devenir ce mouvement qui marquera profondément cette fin de siècle pour certains ou le début d'un autre pour d'autres.
Que ce soient ces grandes salles de concert,ces usines désaffectées,ces anciennes bases militaires,ces plages à pertes de vues,ou encore ces petites clairières au milieu de nulle part,comme ces forts militaires et ces grottes aux galeries labyrinthiques jusqu'aux petites salles de fetes de patelins paumés.
Cette nostalgie me fait chaud au cœur quand j'en vois toujours présents avec la bonne mentale.
Nous n'étions pas cette minorité que les autorités auraient voulu nous cataloguer comme telle,mais bien cette jeunesse france qui s'encanaillait en rejetant la mercantilisation festive.
Je préférais filer un bon billet de donation plutôt que me faire arnaquer d'une teille de mauvais sky à dix fois sa valeur dans une vieille boite qui pue la transpiration et ou tout est interdit.
drogue-peace


Posté par : stephyweedy | 19 août 2020 à  16:34

 
#10 Posté par : stephyweedy 19 août 2020 à  19:11

Lolla a écrit

Merci pour cette machine à remonter le temps... On a eu la chance de connaître les plus grands de notre époque, que de souvenirs...

Ah la nostalgie d'une époque qui fût pour moi magique ! Je sais ce que je vais m'écouter ce soir, un bon trip quelques années en arrière.

Bien à toi drogue-peace

PS : les soirée improvisées, à l'arrache sont très souvent les meilleures !

Champignon vert bien mérité, mais blocage, je ne comprends )

Idem,ça fait longtemps que j'ai pas tripé dans cette ambiance biomechanik,c'est une bonne occasion de se remémorer ces souvenirs dantesques.
Profites bien
drogue-peace


Posté par : stephyweedy | 19 août 2020 à  19:11

Remonter

Pied de page des forums