Épisode de déréalisation (Syndrome Post Hallucinatoire Persistant) / Les Blogs de PsychoACTIF

Épisode de déréalisation (Syndrome Post Hallucinatoire Persistant) 



Hello tout le monde, salut

J’en ai parlé dans un forum mais j’ai envie d’en faire part ici.

J’ai vécu il y a maintenant 2 ans, un gros épisode de déréalisation/dépersonnalisation.

Contexte : Il y a 2 ans, je consommais en masse de la MDMA. J’avais une très grande accoutumance, qui me faisait prendre des doses astronomiques pour triper. Tous mes trips se passaient bien, j’adorais en prendre avec mon copain de l’époque à danser toute seule, chanter, rire, aller en soirée, puis rentrer et continuer la fête à deux.
Ce soir là, il me semble qu’on avait du mal à monter et qu’on a du prendre 0.6g chacun. A ce niveau là, difficile de bouger, on était plus en mode chill, très chill comme sous LSD.
(d’ailleurs j’ai eu ma réponse au pourquoi du comment, il s’agit d’un Syndrome Post-Hallucinatoire Persistant)

L’épisode : Il a fallu la prise de trop je pense. Une montée toujours agréable. On est allongé sur le lit depuis au moins 1 heure. Je ferme les yeux deux secondes et en les ouvrant je pensais être morte.
J’étais persuadé de mettre réveillé dans un monde parallèle. Tout était flou, avec un espèce de voile rouge. Ce qui était étrange, c’est que j’étais apaisée comme si j’avais enfin atteint une autre dimension. Je commence à expliquer à mon copain que tout va bien, que je reviendrais une fois que tout sera fini. Je commence à lui expliquer « ce monde », que je voyais tout flou et rouge et que les sons étaient comme adoucit.
Je n’avais plus l’impression d’être dans mon corps, mais de l’avoir laissé allongé sur le lit, pendant que moi je m’évaporais dans ce monde.
Des qu’il ne me répondait plus, je commençais a angoisser d’être réellement morte et là je vrille dans un autre état très parano. Je n’arrêtais pas de me toucher les bras, et de me frotter les yeux.
Je lui demandais de me faire revenir, que je ne devais pas partir aujourd’hui. Je cours m’enfermer dans les toilettes, j’essaie de me regarder dans le miroir mais je n’avais pas l’impression que ce soit moi. Pour moi j’étais toujours sur le lit. Je me rallonge et essaie de me raisonner mais impossible le sentiment est trop fort. J’avais l’impression que la nuit ne se finirait jamais et que je resterai bloqué dans ce monde là à jamais.

Conclusion : Après une heure de trip de déréalisation, ou j’avais l’impression que ni ce monde, ni mon corps m’appartenait, je décide de dormir pour sortir de ce « coma » (c’est vraiment ça l’impression que j’avais). Une fois réveillée, tout est redevenu normal avec quand même pas mal de stress de cet épisode. Je ne suis pas restée perché et heureusement.

Je n’ai plus jamais eu cet effet, mais je voulais partager ça avec vous. Peut être ne suis-je pas la seule à qui c’est arrivé.

Catégorie : Trip Report - 11 mars 2019 à  14:34

#bad trip #déréalisation #MDMA



Commentaires
#1 Posté par : Cub3000 11 mars 2019 à  18:49
Si ça n'a duré qu'une heure, ça n'est pas, par définition, un syndrôme post-hallucinatoire persistant, qui, comme son nom l'indique, persiste dans le temps, parfois quelques semaines, quelques mois, quelques années, ou parfois de façon permanente. Là je pense qu'on parle plutôt d'un état délirant induit par la dose excessive que tu avais consommée. Une dose massive de MDMA peut être délirogène...Elle peut aussi être fatale d'ailleurs, je pense que je ne t'apprends rien en disant que 600mg c'est beaucoup, vraiment beaucoup, et qu'on peut faire une OD mortelle avec cette substance...

Posté par : Cub3000 | 11 mars 2019 à  18:49

 
#2 Posté par : PsychéLycia 11 mars 2019 à  19:49

Cub3000 a écrit

Si ça n'a duré qu'une heure, ça n'est pas, par définition, un syndrôme post-hallucinatoire persistant, qui, comme son nom l'indique, persiste dans le temps, parfois quelques semaines, quelques mois, quelques années, ou parfois de façon permanente. Là je pense qu'on parle plutôt d'un état délirant induit par la dose excessive que tu avais consommée. Une dose massive de MDMA peut être délirogène...Elle peut aussi être fatale d'ailleurs, je pense que je ne t'apprends rien en disant que 600mg c'est beaucoup, vraiment beaucoup, et qu'on peut faire une OD mortelle avec cette substance...

Oui effectivement, titre un peu fake, c'est ce qui a failli m'arriver. Je l'ai appris suite à un topic ou j'avais répondu. Meme si aujourd'hui je perdure dans un état bizarre cet épisode n'en est pas la cause (ou peut etre un peu déclancheur).

Et oui je sais que c'est très dangereux. Depuis j'ai arrêté, ma dernière prise remonte à 5 mois et n'a eu aucun effet sur moi. Quand tu t'habitues trop à une drogue, la quantité ne compte plus vraiment (on peut dire que j'étais juste très inconsciente)


Posté par : PsychéLycia | 11 mars 2019 à  19:49

 
#3 Posté par : Cub3000 11 mars 2019 à  19:57
Je ne connais pas des masses de consommateurs réguliers de MDMA qui aient toujours respecté à donf les recommandations élémentaires de réduction des risques...Entre la tolérance au produit et la sensation que c'est bon, on gère, je pense que c'est arrivé à pas mal de monde de se mettre des 500mg et plus dans le cornet en une seule soirée, moi le premier. Mais je pense que c'est toujours bien de rappeler les "règles" de base tout de même, notamment parce qu'en plus des risques d'OD létale, le contrecoup à long terme peut aussi être extrêmement violent...À l'occasion je raconterai la dépression majeure que j'ai faite en 2006 à cause d'une consommation abusive d'ecstasy les deux années précédentes...Ça a été terrible, je ne souhaite ça à personne. Prenez soin de vous les gens...

Posté par : Cub3000 | 11 mars 2019 à  19:57

Remonter

Pied de page des forums