Journal de cocaïné - La cocaïne et mon travail / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Ygrek » 

Journal de cocaïné - La cocaïne et mon travail 



Pendant deux semaines, j'étais préservé de tout contact avec la drogue, de tout consommateur, de tout fournisseur. Exception faite du réveillon de la nouvelle année, j'étais toujours bien entouré, toujours très actif. J'étais à la campagne, dans la famille, toussa toussa. Vous connaissez la chanson, pour la plupart on la récite tous les ans voire plus souvent.
Pendant deux semaines, pas un seul craving. Pas un seul put*in de craving ne m'a pris les tripes. J'y ai même pas pensé une seule seconde. C'est comme si j'en avais jamais pris. Disparu de ma conscience, le truc. Un soir, juste avant de me coucher, je me suis juste dis : "c'est bon, débarrassé. Facile".

Tu parles Charles!
Dimanche, dès que je suis rentré, je me suis retrouvé à nouveau seul comme je l'étais avant de partir, il y a deux semaines. Situation identique.
Et rebelote. Une masse de boulot à abattre. Et je sais où me fournir. Deux prétextes. Ca y est l'envie vient. Elle monte au cerveau. La carotte à portée de mains, presque. Je prends mon sac, je m'habille. Je tergiverse pendant dix minutes. Je fais les quatre-cents pas dans ma chambre. Je pèse le pour et le contre. Tiens, bizarrement toutes mes bonnes résolutions n'ont plus d'importance. Oui, il aura fallu de dix minutes pour tout gâcher. Et j'y vais. Je culpabilise pendant tout le trajet, aller et retour.

C'est ça le craving de CC chez moi. il arrive toujours au bon moment. S'il en a envie, il peut ne pas pointer le bout de son nez pendant des heures, il peut même rester terré dans l'esprit pendant des jours voire des semaines... Mais il sait quand venir et il sait où frapper. Et quand il frappe, il frappe fort l'enfoiré. C'est vraiment très vicieux. J'ai jamais connu ça avec d'autres substances.

J'essaie de faire durer le demi. Mais ça ne suffit pas. Pas du tout. J'y retourne. Une deuxième fois. Puis une troisième. Le pelo se fout presque de ma gueule. J'en suis à un gramme et demi sur quatre jours. J'ai possibilité de me fournir, je le fais, je tape, je descends et je veux remonter. Rebelote. Cercle vicieux de merde.
Économique : elle est top, pas besoin d'en mettre trop. Avec 75-80 mg je pars comme un dingue. Mais déjà 120 euros en fumée. En quatre jours. Ca fait très mal au porte-feuille. Surtout quand on roule pas sur l'or.

Consommer? Pas (plus) pour le plaisir de me défoncer ni pour faire la fête, non juste pour travailler.
J'ai plus de quarante heures de cours et huit heures de temps partiel (qui risquent de ne plus suffire pour vivre si je continue). Sans compter les conférences et les séminaires, le travail personnel, qui rajoutent vingt-heures grand minimum. La moindre dizaine de minutes doit être rentabilisée.
Je n'ai aucune raison de me plaindre, pour d'autres c'est pire encore. Et j'ai eu le choix. Certes, comme beaucoup d'autres bûcheurs, je pourrais avancer et accomplir mes tâches sans l'aide de substance. La coc n'est pas un exutoire, je n'en prends pas pour fuir mon quotidien ou mon "destin". Au contraire, j'en prends pour accomplir mon quotidien ou mon "destin". Depuis que je sais doser les substances pour améliorer mes capacités, je n'arrive plus à m'en passer... Je veux toujours faire mieux. Pire, je me sens nul sans substance.

J'utilise le kratom à petite dose pour l'effet nootropique. Heureusement, ma tolérance de plus en plus élevée est revenue a zéro grâce à ces deux semaines d'abstinence. J'utilise des benzos à longue durée de vie (tranxène) pour l'effet détente et confiance en soi. A courte ou moyenne durée de vie (xanax, bromazépam) pour le sommeil et les descentes. Je prends de la valériane, de la passiflore et de la verveine à longueur de journée pour maximiser la détente. Je médite, je fais du sport, je mange bien. Je fais tout pour réussir. Je me sens plutôt bien dans ma peau, peut-être mieux que je ne l'ai jamais été. Mais il m'en faut toujours plus. Toujours plus. Une soif insatiable d'amélioration quitte à se foutre en l'air. Une quête vaine vers la perfectibilité au détriment de ma vie.

Et la cocaïne, pour abattre du travail, pour réussir, pour s'affirmer,  pour se concentrer, pour mémoriser, pour analyser,  pour synthétiser, pour organiser ses textes, structurer sa pensée, pour être prolifique a l'écrit aussi bien qu'à l'oral tout en étant lucide et construit et j'en passe et des meilleurs, c'est le top du top pour moi, le caviar des nootropiques.

En plus, y'a toujours cette vague de dopamine qui dans les premières minutes me rendent euphoriques puis qui juste après, me rendent surpuissant. Quel plaisir de travailler. J'ai l'impression que j'aime tout et que je peux tout faire, vite et bien. Et ça a déjà porté ses fruits.

Et personne capte autour de moi. Les gens notent juste ma motivation accrue, mais rien d'autre. La descente, personne capte. Je la repousse jusqu'au soir puis je m'assomme avec des benzos (bromazépam et chlorazépate, mélange dangereux je sais) et du kratom puis j'effectue des petites tâches de finition et je vais pioncer complètement déboité.

La C, c'est pas comme avec la weed où j'avais l'impression d'être un génie alors que je faisais de la grosse merde. Rien à voir, c'est même tout l'inverse.
Avec la C je suis tellement meilleur dans mon travail. Ce n'est pas que subjectif :  Les autres notent l'amélioration. C'est devenu un outil indispensable. Et je ne sais pas comment m'en débarrasser. Je vais perdre en efficacité si j'arrête. J'attends une période avec moins de boulot pour ça. Mais d'une part ce n'est pas dit que cette période arrive, d'autre part ce n'est pas dit que je résiste au craving lors de cette période.

Des gens se trouvent dans une situation similaire. C'est évident, il y en a. Je suis loin d'être le seul. Rien que là où je vais me fournir, j'en vois passer des personnes qui consomment pour travailler. A les voir j'en mettrais ma main à couper.
Si vous en faites partie, n'hésitez pas à partager votre ressenti. N'hésitez pas à témoigner et partager vos expériences, vos problèmes, vos solutions. Je suis preneur. Nous sommes preneurs.

J'avais pensé à une solution  : je sais pas si un médecin, si je lui expose mon problème, pourrait me prescrire une aide pour étudier et travailler. Je ne sais pas quel substitut équivalent je pourrais trouver légalement et médicalement.
Autre solution, radicale. Tout quitter et vivre à la campagne ou voyager. Mais je n'ai pas envie de tout gâcher.



A la prochaine.

Catégorie : Carnet de bord - 09 janvier 2019 à  19:31

Reputation de ce commentaire
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)



Commentaires
#1 Posté par : Bootspoppers 09 janvier 2019 à  21:42
Je comprends. Je déplore avec toi. Tu fais du sport?

Posté par : Bootspoppers | 09 janvier 2019 à  21:42

 
#2 Posté par : EmmaMerlin 09 janvier 2019 à  22:22
Merci pour ton texte.
Je comprends bien et je m’y retrouve par certains aspects.
Moi aussi avec la c j’ai eu de nombreuses fois la sensation d’etre plus performante, et aussi la confirmation par moi et les autres que j’etais plus productive, créative ... je m’en servais beaucoup pour ecrire.
Moi aussi je me disais que sans ça je serai nulle, moins douée etc... et quand je devais travailler sans, c’etait un vrai calvaire, alors que ça devenait si simple et évident avec ...

Problème : quand as tu commencé ?
Au début, il y a tous ces avantages.
1,5g sur 4 jours, si tu arrives à maîtriser le reste du temps , et tu n’as pas l’air de souffrir trop de la descente, ça va encore
Mais très vite, ça te dépasse, et il t en faut plus
Les descentes deviennent plus penibles

Je pense que pour tout le monde c’est différent, mais moi ça a finit par me dépasser , et à la fin je n’arrivais plus à travailler, même avec
Enfin si, chez moi, sans voir personne
Mais les rendez vous, les moments en public etc, ça devenait dur

Et finalement ... quand tu arrêtes ...
tu te rends comptes que tu sais très bien travailler sans ça !

Voilà 8 mois que j ai arrêté (hormis une rechute la semaine dernière) et j ai la sensation d’voir retrouvé une performance et productivité qui me vont
Certes, ce n’est pas le même état de travail dans un état second qu avec la coke
Mais je suis plus présente à ce que je fais’ , plus vraie , plus dans l’instant
Je n’ai pas de pensée parasite , je ne m’interromps plus pour écraser la c, snifer ou aller en chercher .

Maintenant, je vais me boire un café.
Et ça me suffit.

Mais on m’aurait dit ça au début, j’y aurai pas cru.
Il faut juste que tu saches que si, c’est possible de retrouver de la motivation et de l’envie d bosser, même sans cocaine.
Et d’y prendre plaisir, sans lutter contre cette envie.

Moi aussi, j’avais envie d’un médicament qui donne cette productivité et cette confiance en soit.
Mais je pense qu’un médecin te dira plus qu’il faut accepter ton état de travail et de production « normale ».
En fait, c’est presque de la triche, comme un sportif qui se dope.
Sinon, ce sera plutôt antidépresseur ou psy qu’il te faudrait ... je pense ? Pour que tu comprennes ce que la c t’apporte, par rapport à ton travail, tes exigences vis à vis de toi même etc ...

Posté par : EmmaMerlin | 09 janvier 2019 à  22:22

 
#3 Posté par : RandallFlag 09 janvier 2019 à  22:22
Pour être passé par là, tu (on) prend le problème a l'envers.

La coke ne rend pas plus performant.
Mais nous rend moins performant quand on en a pas.

Ça on s'en rend compte après quand on en prend plus depuis un moment.

Quand on en prend régulièrement on se sent nul au taf, socialement, au lit avec un partenaire, même faire la vaisselle ça devient une horreur sans une trace.

Faut pas que tu recherches un substitut, ce serait juste déplacer le problème en remplaçant une substance par une autre.

T'as essayé de voir un addictologue ?

Posté par : RandallFlag | 09 janvier 2019 à  22:22

 
#4 Posté par : Ygrek 09 janvier 2019 à  22:23
Merci Boots, c'est gentil.

Oui, je fais de la muay thai, natation et musculation. Mais en Décembre et maintenant en Janvier j'ai vachement ralenti à cause de ma consommation de CC (peur pour mon coeur)

Salut Emma et merci pour ton témoignage qui donne de l'espoir... Je me retrouve aussi dans tes mots... J'ai commencé il y a un an et demi mais j'avais toujours plus ou moins maîtrisé ma conso jusqu'alors (plusieurs semaines/mois entre chaque prises) car justement la descente me dégoutait...
Je commence à voir le chemin qu'il faut emprunter pour changer ma manière de penser et de vivre avec ce produit... Merci, effectivement un AD pourquoi pas... Les benzodiazépines et le kratom, j'ai beau en prendre et en prendre, j'ai toujours ces subites envies de CC

Salut Randall, non je n'ai pas essayé de voir un addictologue mais j'y pense de plus en plus... Effectivement le mieux serait d'arrêter et de rien prendre en substitution pour reprendre le train-train d'avant... Heureusement ce n'est pas trop tard j'ai réalisé assez vite que je commençais à faire n'importe quoi avec la CC...

Posté par : Ygrek | 09 janvier 2019 à  22:23

 
#5 Posté par : Huckleberry Finn 09 janvier 2019 à  22:43
Salut smile

à chaud comme ça, il me vient 3 questions//angles de vue >>>
1° Est-ce que tu souhaites arrêter ? ou cesser d'avoir les cotés négatifs de la coke ?

ca a l'air con comme question, en fait ça ne l'est pas. Tu pourrais me répondre ; oui cest la coke que je veux cesser car cela me revient trop cher, + il y a le coté "cest pas bien // se cacher de l'entourage etc" ca me fait paranoier encore plus etc....

car j'imagine qu'il doit y avoir moyen de consommer sereinement, si cest un outil et non pas un levier-à-névrose (après cest évident je suis d'accord, certaines molécules s'y prêtent plus que d'autres cest clair et net. pour avoir été en couple longtemps avec un injecteur de CC, je crois qu'on peut dire que c'est in-gé-rable.. absolument et totalement.. sans être à la base un individu qui n'écoute que ses pulsions

en gros ma question est "Est-ce que cest le produit et seulement le produit qui te pèse ? ou bien ses à-côtés pénibles (prohibition/ coût/ mal-vu / culpabilité sociétale

2° tu vas ptetre perdre en efficacité si tu arrêtes, en tous cas peut-être momentanément . Puis ton corps va se réhabituer à cravacher sans . sur la durée, je pense que tu retrouveras ta cadence d'abattage de boulot smile

de quoi as-tu peur ? qu'on te fasse remarquer que tu en abats moins ? ou d'en abattre moins ?

ce que les autres te renverront ? ou bien bcp plus terre-à-terrement de louper tes exams car moins productif ? ce qui peut effectivement être pénalisant pour ta vie future.

3° le craving est ouf, en effet, et on parle pas du tout de volonté. mon ex mari en avait de fou de la volonté. la coke est juste plus forte que oite. Point .
peut-être y a-t-il à creuser du coté d'une amphétamine qui aurait une ROA pas ludique (voie orale) et donc que ton cerveau identifierait comme vraiment un médoc-à-révisions , et non pas un petit coté ludique et agréable comme cest peut-être le cas avec la cc. tu la sniffes jeprésume ?

réfléchis ptetre à une amphète, dosée à son minimum, calée pour te faire bosser. rien de spécialement ludique. ainsi tu ne serais pas tenté d'en reprendre. en plus le speed il me semble ça dure longtemps, ya pas de craving.

j'espère t avoir aidé au moins un tout ptit peu smile

HF

[edit] je relis et tu écris "depuis que je sais doser pour être au max de mon potentiel, je veux tjr faire plus" , ben, peut-être qu'il faudrait que tu te penches sur cet aspect là du truc. Je fais partie des idiots de ce forum qui pensent que dans 90% des cas la drogue n'est pas le problème. Ici cest le coté control freak, je connais bien, tu n'es pas seul (on n'est jamais seul de ttes façons :-)

Est-ce que le problème c'est le taf que tu as choisi ? un peu médaille sociale ? trophée ? besoin de reconnaissance ? ou le problème c'est la cc ? ou c'est un esprit de compétition fort ?

la société te dira tjr "ouais grave cest la faute à la cocaine, arête cette merde et t'iras mieux"

moi (qui vit dans mon amphore avec les chiens) je dis "ok tu vas arrêter pi le même genre de souci va rejaillir, dans ton couple, ta relation avec ton meilleur pote, ton fils.......... parceque ben, le dysfonctionnement était ailleurs .

bonne soirée, j'espère de tout cœur qu'un mieux-être va advenir smile

HF

Posté par : Huckleberry Finn | 09 janvier 2019 à  22:43

 
#6 Posté par : Morning Glory 12 janvier 2019 à  00:40
Tellement controversée la coke... C'est fou je crois que 99% des posts qui en parlent la décrient à un moment ou à un autre en la traitant de vicieuse.

Ptet que d'autres noo plus naturels, moins violents et addictifs t'aideraient au début, rien que pour avoir un peu de confiance en toi?
Perso mon combo d'uridine, l-théanine, thé (pour les autres molécules que la théanine dedans, mais en moindre quantité), choline et noopept ne me feront jamais le centième que ce que la coke doit te prêter, mais je me sens plus en éveil malgré tout, et l'uridine agit aussi un peu sur la dopamine d'ailleurs, mais en augmentant l'efficacité des synapses sur la durée, en traitement de fond, pas en empêchant la recapture sur trente minutes.

Courage à vous tou.te.s qui avez des problèmes avec ce truc en tout cas, ça doit effectivement pas être évident. Ma curiosité insatiable me pousse toujours à vouloir tester des trucs mais à force de témoignages plus que négatifs, je crois que celle-ci restera sur la liste noire.

Posté par : Morning Glory | 12 janvier 2019 à  00:40

 
#7 Posté par : EmmaMerlin 12 janvier 2019 à  04:02

Ygrek a écrit

Salut Emma et merci pour ton témoignage qui donne de l'espoir... Je me retrouve aussi dans tes mots... J'ai commencé il y a un an et demi mais j'avais toujours plus ou moins maîtrisé ma conso jusqu'alors (plusieurs semaines/mois entre chaque prises) car justement la descente me dégoutait...
Je commence à voir le chemin qu'il faut emprunter pour changer ma manière de penser et de vivre avec ce produit... Merci, effectivement un AD pourquoi pas... Les benzodiazépines et le kratom, j'ai beau en prendre et en prendre, j'ai toujours ces subites envies de CC

Après, l'antidépresseur n'a rien de magique non plus. Ca n'a pour ma part rien changé à l'intensité des cravings.
le médicament ne va pas intervenir pour combler ton "manque de cocaine", mais plutot un "manque intérieur", qui justement pousse à consommer ...
Et puis un AD peut aussi t'aider à avoir envie de faire des choses, à travailler etc ... quand c'est la déprime qui fait qu'on n'en a plus envie. Mais c'est loin d'avoir l'effet magique de la cocaine.
Je crois que ma psychiatre m'avait expliqué que l'antidépresseur (après ca dépend lequel tu prends) agit quand même sur le cerveau de la même facon que la cocaïne. "Mais la cocaïne est plus forte que moi" m'avait elle même sorti un jour haha. Du coup comme je prenais les deux en même temps, les effets positifs de l'AD étaient complètement occultés par la drogue.

Bref, courage.
Mais je me permets de te le répéter, tu ne trouveras pas de produit sain ayant les mêmes vertus pour te plonger dans un tel état pour travailler.
En revanche, en travaillant sur le pourquoi tu as de telles exigences vis à vis de toi même, en acceptant d'être peut etre plus lent mais plus vrai dans ce que tu fais, que ça ne vaut pas la peine d'être un surhomme si c'est pour se bruler les ailes ...
tu vas réussir à te sortir de ca et à réapprendre à bosser d'une autre façon ! et tu seras encore plus fier de toi, je t'assure, je dis pas ca pour te rassurer. 
(mais là je commence à me répéter).

En tout cas, je suis bien curieuse de savoir quelles études tu fais.
heureusement j'ai découvert la coke après mes études mais je pense que j'aurai pu y trouver les bons cotés aussi à cette époque.


Posté par : EmmaMerlin | 12 janvier 2019 à  04:02

 
#8 Posté par : Mecrupulent 15 janvier 2019 à  16:32
Tu écris très bien, ton blog est un plaisir à lire artistiquement parlant :-)
Je n'ai pas lu tous les commentaires (je les ai parcouru on va dire) mais juste une petite chose, déjà dite par Randall mais sur laquelle j'aimerais appuyer :
Ce n'est pas la CC qui te rend performant, tu ES performant. Quand tu prends une trace tu n'apprends rien, tu ne deviens pas plus "intelligent" ou cultivé ; tu as juste plus de facilité à croire en, et à accéder à ton potentiel. Mais ce n'est pas la substance qui te donne ce potentiel, tu l'as déjà elle le "libère" ! Et il y a sûrement d'autres moyens d'y croire et de le libérer !

(J'en ai cherché mais pour l'instant j'en ai pas trouvé qui défonce la gueule tongue)

Mecru punk1

Posté par : Mecrupulent | 15 janvier 2019 à  16:32

 
#9 Posté par : aelita 16 janvier 2019 à  08:14
Si temps tu trouves; je t´invite à regarder le film :
"Limitless"

http://filmcomplet.la/14285-limitless.html

Une mise en image de ton récit en quelque sorte!
P´t´être y trouveras-tu réponse? Ou simplement passeras-tu un agréable moment?

Quoi qu'il en soit; prends soins*

Posté par : aelita | 16 janvier 2019 à  08:14

 
#10 Posté par : Bootspoppers 16 janvier 2019 à  10:08
Passionnante discussion. Merci a Ygrek de l avoir initiée.
Ygrek tu vas retrouver ta cocaine intérieure. celle qui te rend performant parce que tu es toi même. Tout est piloté par ton cerveau.
Tiens nous au courant

Posté par : Bootspoppers | 16 janvier 2019 à  10:08

 
#11 Posté par : Ygrek 19 janvier 2019 à  13:54
Salut à tous!
J'espère que vous allez bien!

Je suis vraiment content de voir vos messages et d'y répondre en ce samedi tranquillou. Vous pouvez pas savoir comme ça fait du bien de voir ces messages, ce soutien virtuel. Rien que la possibilité de discuter de ça librement et sans jugement, c'est énorme!

Pour les nouvelles, j'ai accompli une semaine sans CC. Ok, je me suis vraiment chargé en kratom et en benzo pour tenir le coup. Mais j'ai réussi. Bon certes, j'ai moins bien réussi ma semaine que sous cc. Et les gens croient que je suis fatigué du coup, alors que non, pas du tout. Juste introverti, comme je le suis naturellement hors cc.

Par contre, pour fêter ça j'ai décidé de me faire une session base hier après-midi. Malheureusement j'ai refait une session ce matin, bordel. 80 balles en fumée, et encore, elle est top donc économique. Que ce soit pour le taf ou non, j'ai besoin de cette C. C'est incroyable comme je suis débile de céder à l'appel.
J'ai fini et j'ai jeté tout le matos que j'avais commandé exprès pour l'occasion (pipe à eau, briquets tempêtes, bicarbonate de soude). Histoire que cela reste une occasion...


Réponse à Huckleberry

Huckleberry Salut smile

à chaud comme ça, il me vient 3 questions//angles de vue >>>
1° Est-ce que tu souhaites arrêter ? ou cesser d'avoir les cotés négatifs de la coke ?

Salut,
Oui, je souhaite arrête juste pour virer (évidemment) les côtés négatifs et c'est surtout pour mon corps: je fais  du sport à côté et maintenant j'angoisse de crever à chaque fois que je force. Sans parler des descentes, une des pires choses au monde.

en gros ma question est "Est-ce que cest le produit et seulement le produit qui te pèse ? ou bien ses à-côtés pénibles (prohibition/ coût/ mal-vu / culpabilité sociétale

Non, effectivement, certain à-côtés me pèsent... Encore que ce soit mal vu, etc, pas grave : je cache énormément de choses, le fait qu'elle soit illégale, j'adore cette adrénaline quand je vais choper... En plus elle est vraiment top par rapport à tout ce que j'ai pu toucher, donc rien à dire. Puis, par rapport aux autres, d'un point de vue image sociale, je m'en fiche, j'arrive à mener des double-vies, à trouver des excuses. Personne se doute de rien. C'est surtout niveau argent et niveau dégâts physiques (comme je t'ai dit) que j'ai peur. J'aimerais pas me rajouter des heures supps pour avoir ma dope. Ni crever avant 40 ans quand même...

2° tu vas ptetre perdre en efficacité si tu arrêtes, en tous cas peut-être momentanément . Puis ton corps va se réhabituer à cravacher sans . sur la durée, je pense que tu retrouveras ta cadence d'abattage de boulot smile

Je suis d'accord, j'ai essayé une semaine ça a marché au bout de quatre jours je retrouvais des performances correctes.

de quoi as-tu peur ? qu'on te fasse remarquer que tu en abats moins ? ou d'en abattre moins ?

D'en abattre moins! Après, qu'on me le fasse remarquer je m'en fiche, c'est juste que ça risque de confirmer mon manque de performance...

ce que les autres te renverront ? ou bien bcp plus terre-à-terrement de louper tes exams car moins productif ? ce qui peut effectivement être pénalisant pour ta vie future.

Oui, plus terre-à-perre: peur de louper les exams, mais pas que; j'ai plein d'autres choses à gérer à côté: boulot à temps partiel, séminaires, conf etc.

3° le craving est ouf, en effet, et on parle pas du tout de volonté. mon ex mari en avait de fou de la volonté. la coke est juste plus forte que oite. Point .
tu la sniffes je présume ?

Pour le craving, je confirme. La volonté, dieu sait que j'en ai, et j'en ai eu pour les opiacés, mais avec le craving de C, rien n'y fait. Pour la ROA, je prends en sniff/anal pour le taf ou je base quand j'ai envie d'un gros extra.

peut-être y a-t-il à creuser du coté d'une amphétamine qui aurait une ROA pas ludique (voie orale) et donc que ton cerveau identifierait comme vraiment un médoc-à-révisions , et non pas un petit coté ludique et agréable comme c'est peut-être le cas avec la cc .réfléchis ptetre à une amphète, dosée à son minimum, calée pour te faire bosser. rien de spécialement ludique. ainsi tu ne serais pas tenté d'en reprendre. en plus le speed il me semble ça dure longtemps, ya pas de craving.

J'y pensais et j'ai déjà essayé, mais ça me me rend juste speed sans certains effets de la CC (surpuissance, euphorie etc) et avec les côtés négatifs (parano, stress), donc c'est catastrophique. Genre du café mais en plus fort et en plus long... La MD j'ai pas essayé pour bosser mais je le sens pas du tout. Je pensais à la ritaline, peut-être

j'espère t avoir aidé au moins un tout ptit peu smile

Oui, merci beaucoup c'est très gentil à toi smile

HF

[edit] je relis et tu écris "depuis que je sais doser pour être au max de mon potentiel, je veux tjr faire plus" , ben, peut-être qu'il faudrait que tu te penches sur cet aspect là du truc. Je fais partie des idiots de ce forum qui pensent que dans 90% des cas la drogue n'est pas le problème. Ici cest le coté control freak, je connais bien, tu n'es pas seul (on n'est jamais seul de ttes façons :-)

Est-ce que le problème c'est le taf que tu as choisi ? un peu médaille sociale ? trophée ? besoin de reconnaissance ? ou le problème c'est la cc ? ou c'est un esprit de compétition fort ?

Oui, clairement. Je suis vraiment compétiteur. Je m'en cache pas, donc je potentialise tout ce que je peux pour toujours être un des meilleurs voire le meilleur et obtenir la "médaille sociale" comme tu dis.

la société te dira tjr "ouais grave cest la faute à la cocaine, arête cette merde et t'iras mieux"

moi (qui vit dans mon amphore avec les chiens) je dis "ok tu vas arrêter pi le même genre de souci va rejaillir, dans ton couple, ta relation avec ton meilleur pote, ton fils.......... parceque ben, le dysfonctionnement était ailleurs .

bonne soirée, j'espère de tout cœur qu'un mieux-être va advenir smile

Ahah, c'est très gentil, Merci. Et bon courage à toi aussi, dans ton amphore ahah smile

Réponse à MG :

Morning Glory a écrit

Tellement controversée la coke... C'est fou je crois que 99% des posts qui en parlent la décrient à un moment ou à un autre en la traitant de vicieuse.

Ptet que d'autres noo plus naturels, moins violents et addictifs t'aideraient au début, rien que pour avoir un peu de confiance en toi?

J'ai déjà les benzos, le kratom, certaines autres plantes, la méditation, le sport... Mais je regarderai quand même dans ce que tu prends s'il y'a quelque chose qui peut être intéressant pour moi smile

Courage à vous tou.te.s qui avez des problèmes avec ce truc en tout cas, ça doit effectivement pas être évident. Ma curiosité insatiable me pousse toujours à vouloir tester des trucs mais à force de témoignages plus que négatifs, je crois que celle-ci restera sur la liste noire.

Merci pour tes vœux de soutien. Pour la petite anecdote, je vais te raconter comment j'ai découvert la C. Je suis comme toi : j'adore tout tester. Mais la C, je voulais même pas la tester. On m'en avait dit que du mal. Un jour mon dealos avait plus de cam et m'a proposé de tester sa C. J'avais pas envie, les effets ne m'attiraient pas. Mais bon, sur un bon prix, des paroles de commerçants, en plus on se connaissait bien, et j'allais pas fort, alors j'ai tenté. Au final, j'ai tenté et à ma surprise j'ai adoré.  Mais j'ai laissé un mois avant de consommer ) nouveau. N'empêche,  j'y pensais déjà presque tous les jours. Depuis je suis coincé dedans, par périodes plutôt : dès je reviens en ville et que je suis seul, la C réapparaît dans mon cerveau pour me narguer.
Merci pour ton message et franchement, je te déconseille vraiment la C, et même si quelqu'un t'en propose, je te conseille de refuser, à moins que tu ne revoies jamais cette personne. Car du moment où tu sais qui aller voir, c'est encore plus tendu de résister à la tentation. Et y'a bien moins crade (descentes horribles, temps d'effet court), moins addictif (craving inopinés) et plus beau à découvrir dans les psychotropes...
.

Réponse à Mecrupulent :

Mecrupulent a écrit

Tu écris très bien, ton blog est un plaisir à lire artistiquement parlant :-)

Merci beaucoup... C'est un exutoire, souvent: quand je culpabilise ou que je suis en descente j'écris ici.

Je n'ai pas lu tous les commentaires (je les ai parcouru on va dire) mais juste une petite chose, déjà dite par Randall mais sur laquelle j'aimerais appuyer :
Ce n'est pas la CC qui te rend performant, tu ES performant. Quand tu prends une trace tu n'apprends rien, tu ne deviens pas plus "intelligent" ou cultivé ; tu as juste plus de facilité à croire en, et à accéder à ton potentiel.
Mais ce n'est pas la substance qui te donne ce potentiel, tu l'as déjà elle le "libère" ! Et il y a sûrement d'autres moyens d'y croire et de le libérer !

Je suis totalement d'accord mais bon, difficile de trouver ce moyen. J'ai déjà essayé énormément de choses chimiques ou non, et rien n'est mieux pour libérer ce potentiel comme tu dis.

(J'en ai cherché mais pour l'instant j'en ai pas trouvé qui défonce la gueule tongue)

De même ahah

Mecru punk1

Réponse à Emma :

EmmaMerlin a écrit

Après, l'antidépresseur n'a rien de magique non plus. Ca n'a pour ma part rien changé à l'intensité des cravings.
le médicament ne va pas intervenir pour combler ton "manque de cocaine", mais plutot un "manque intérieur", qui justement pousse à consommer ...
Et puis un AD peut aussi t'aider à avoir envie de faire des choses, à travailler etc ... quand c'est la déprime qui fait qu'on n'en a plus envie. Mais c'est loin d'avoir l'effet magique de la cocaïne.

Ok, je vois ce que tu veux dire. Je pense que ça ne me correspondra pas car je déprime pas énormément, j'angoisse et stress surtout et je n'arrive pas à me débarrasser du craving lorsque je vis seul et en ville, alors que le reste du temps ça va. Je pense pas qu'un AD me correspondrait du coup. Et j'ai déjà un arsenal de médocs. Mais bon à voir.

Je crois que ma psychiatre m'avait expliqué que l'antidépresseur (après ca dépend lequel tu prends) agit quand même sur le cerveau de la même facon que la cocaïne. "Mais la cocaïne est plus forte que moi" m'avait elle même sorti un jour haha. Du coup comme je prenais les deux en même temps, les effets positifs de l'AD étaient complètement occultés par la drogue.

Ah ok, je pensais que c'était la MD qu'ils copiaient avec la sérotonine. C'est bon à savoir, merci. J'irai me renseigner. J'hésite à aller consulter un addictologue ou un psychiatre. Je m'en suis toujours sorti seul pour les addictions, même pour les opiacés je m'en étais sorti seul, mais là j'avoue que je galère énormément

Bref, courage.
Mais je me permets de te le répéter, tu ne trouveras pas de produit sain ayant les mêmes vertus pour te plonger dans un tel état pour travailler.
En revanche, en travaillant sur le pourquoi tu as de telles exigences vis à vis de toi même, en acceptant d'être peut être plus lent mais plus vrai dans ce que tu fais, que ça ne vaut pas la peine d'être un surhomme si c'est pour se bruler les ailes ...
tu vas réussir à te sortir de ca et à réapprendre à bosser d'une autre façon ! et tu seras encore plus fier de toi, je t'assure, je dis pas ca pour te rassurer. 
(mais là je commence à me répéter).

Merci pour tes encouragements... J'ai lu ton blog, et franchement respect à toi... Je ne devrais même pas me plaindre à côté. Courage à toi aussi, je t'envoie mon soutien virtuel aussi. Rien que ça, je trouve, fais un bien fou.
Et suis d'accord avec toi sur ces trois points. J'ai finalement réussi à arrêter toute une semaine. Mais hier et aujourd'hui, j'enchaîne les sessions de crack pour me récompenser... Impossible de bosser avec le crack, c'est juste pour le kiff. Mais c'est encore pire bordel. En plus 80 euros en 2 jours. Là je suis au stade où le moindre caillou me fait stresser et ne me file plus de dopamine... En fait la C, dans ma tête, dès que je suis seul et que je sais où me fournir, si c'est pas pour le taf, c'est pour me récompenser du taf. Faudrait que je ne sois jamais seul, et que je change de ville ou aller à la campagne. Fais suer...


En tout cas, je suis bien curieuse de savoir quelles études tu fais.
heureusement j'ai découvert la coke après mes études mais je pense que j'aurai pu y trouver les bons cotés aussi à cette époque.

Je peux te le dire en privé si tu veux. On pourrait même avoir davantage de vécu à partager, je pense, car je me retrouve énormément dans tes mots. Oui, pour les études (en tout cas, pour le type d'études que je fais) c'est salement bien...

Réponse à aelita :

Merci smile Oui, je connais ce film et effectivement, je me retrouve un peu dans ce personnage principal. Je me souviens plus trop du passage où il arrête de prendre sa pilule magique, faudrait que je le re-regarde car c'est ce passage qui m'intéresse.

Reputation de ce commentaire
 
Merci pour ton conseil, rapide en effet de tester juste "pour une fois"... ~MG

Posté par : Ygrek | 19 janvier 2019 à  13:54

 
#12 Posté par : Ygrek 20 janvier 2019 à  18:22
Triste mise à jour du journal, à peine un jour plus tard.

Oui, j'ai trouvé une nouvelle excuse : la ROA.
Le sniff, effets parfaits pour travailler.
La fume, effets parfaits pour toucher du bout des doigts LE paradis artificiel.
J'ai tout bazardé pour le matos de fume, donc pas de base.
Mais aujourd'hui je me retrouve à... plugger, bordel! Avec une  seringue de théralène... Résultat : parfait compromis, comme dans mes souvenirs (pas si vieux)

Résultat : euphorie, surpuissante, plateau de travail, paranoia, descente et rebelote... toute l'aprem. 2 bouquins fichés pour un cours: en 350 mg de cc, déjà 6 semaines d'avance pour un cours, en une demi-journée de cocwork. Comment voulez-vous que je ne cède pas à la tentation?

Je me suis dit "aller dernier extra de plaisir pour préparer la semaine" avant de repartir pour une semaine de folie, alors que c'est débile! Dès demain matin, quand le réveil sonnera, j'aurai une nouvelle excuse. J'en rêve même! Tous mes rêves sont autour de la cc, et quand je me lève j'ai le goût si bon de la fumée de crack basé au bica... Terrible!

Alors oui, qu'elle est bonne la montée en plugg aussi! Mais bordel la descente, bordel la descente... Presque (voire carrément) pire qu'avec le crack pour ma part!
Je sais pas pourquoi, pourtant la montée est moins violente, les effets plus proches (plus forts quand même) du sniff que de la fume (moins forts mais plus longs)...
Et pourtant la descente est, chez moi, infâme lorsque je plugg la CC!

Et bordel, 120 EUROS EN 3 JOURS, soit pour l'instant, 1,35g, dont 1G basé et 350mg pluggés, mais 1,5g à l'achat... Heureusement (ou pas?) que la qualité est là sinon wow le portefeuille... Je rêve d'une prime pour compenser ça (240 en deux semaines quand même, heureusement que je suis économe dans la vie de tous les jours...)

Bon heureusement j'ai trop peur de l'injection, donc y'aura pas cette excuse de ROA. Mais bon j'espère que je ne trouverai pas d'autres excuses pour consommer.
Conditions :
1- Ne jamais être seul
2- Ne jamais aller vers le plan
3- Chasser les pensées en lien de près ou de loin avec la C
4- Méditez dès que ces pensées arrivent
5- Ne pas chercher une quelconque excuse pour consommer (plaisir, travail, ennui, retenter l'expérience pour faire mieux)
6- ????

Si vous voulez m'aider à agrandir cette liste de conditions... Franchement je vous en serai éternellement reconnaissant. J'en ai trop peu encore...

NB : J'écris en descente et c'est tendu. Pourtant j'ai pris 1 tranxène  (début d'aprem) 2 xanax (y'a une heure le premier, vingt minutes le second, les deux en sublinguale ; je sais, ne pas mélanger les benzos normalement, mais bon, j'ai une  tolérance à ces deniers et je connais ma résistance) et 8g de kratom en 3 cuillères échellonées sur l'aprem. Et c'est hard.

Posté par : Ygrek | 20 janvier 2019 à  18:22

Remonter

Pied de page des forums