La nouvelle réponse / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Fluche » 

La nouvelle réponse 



La nouvelle réponse, c’est celle qui émerge avec la nouvelle génération de psychiatre. D’ailleurs, le psychiatre de Théo, c’est certainement une jeune femme avec une tête de psychologue. Vous savez ? Avec le tailleur et la coupe au carré. Elle n’a pas les lunettes au bout du nez et les tâches de graisse sur sa blouse de la génération précédente

Bon, je trolle un peu. Le psychiatre qui a donné la nouvelle réponse à mon mari a un âge respectable et le front dégarni. Mais il est un peu une exception.

« Oui, vous êtes schizophrène. Ce n’est pas une condamnation à mort, mais simplement l’énonciation d’une faiblesse. Nous allons vous aider à la combler. »

S’en suit un long dialogue précisant que :

1)    non, les schizophrènes ne sont pas plus dangereux que la population générale. En général quand ils le sont c’est surtout contre eux-mêmes. Ils sont par contre plus victimes de délits ou de crimes car plus exposés à la précarité ;

2)    le traitement, il va falloir certainement pendant longtemps, voire à vie, mais pas aux doses actuelles. Ensemble, Théo et son psychiatre vont chercher la dose minimale efficace du traitement, et ne vont pas hésiter à changer de molécule si elle est trop invalidante. Ils vont suivre les effets secondaires et chercher à les limiter ou à les corriger, dont les troubles sexuels. Plus qu’une absence d’hallucinations ou de paranoïa, ils vont chercher à arriver à un compromis où Théo se sent le mieux. Tant pis s’il entend quelques voix de temps en temps. Cela va être long mais le psychiatre ne doute pas du résultat ;

3)    Ensemble, Théo et son psychiatre vont apprendre à reconnaître comment se manifeste sa maladie et ce qui marche le mieux pour faire passer les mauvais moments. Souvent l’insight (la sensation d’être malade, la capacité à reconnaitre les hallucinations) est assez mauvais chez les schizophrènes, mais cela peut s’apprendre via une TCC. Petit à petit Théo saura même s’automédiquer quand il sentira une crise arriver, ce qui lui évitera des allers-retours en hp. Il deviendra un « partient expert » ;

4)    le but va être le rétablissement de Théo. Apprendre à vivre avec sa maladie. Pour ça il y a pleins de choses à mettre en place : le traitement bien sûr, mais aussi une psychothérapie pour pouvoir vider son sac sur ce qu’il s’est passé cet hiver. Peut-être une remédiation cognitive (réapprendre certains processus cognitifs abîmés par la maladie, comme la reconnaissance des visages et la décomposition des tâches complexes en étapes) ou une réhabilitation psychosociale (réapprendre à vivre en autonomie) après évaluation des troubles cognitifs et psychosociaux de Théo. Et la Rolls Royce, on va peut-être proposer une prise en charge de la famille pour que celle de Théo comprenne ce qu’il se passe.

5)    « Oui mais mes projets ? » Hé bien c’est possible d’avoir des projets quand on est schizophrène. On peut voir avec l’assistante sociale pour aménager la scolarité de Théo, peut-être pas pour cette rentrée mais pour la suivante. On peut lui fournir des conseils d’orientation adaptés pour qu’il parte dans une filière compatible avec son trouble. Si Théo est vraiment trop replié sur lui-même pour poursuivre ses études, on peut lui proposer de passer à l’hôpital de jour. De s’engager dans le GEM de l’hôpital. De s’impliquer dans une association. Le but est d’aller à son rythme pour se réinsérer dans la société.

Du coup, qu’en est-il de l’avenir de Théo ? Pas rose et radieux. Il va galérer, c’est sûr. Peut-être ne sera-t-il jamais en état de travailler. La fatigue va devenir sa compagne quotidienne. Parfois il en aura juste marre de cette vie pourrie où les autres gens ne considèrent pas comme un obstacle insurmontable le fait de préparer le café. La voisine reviendra l’embêter dans ses moments de stress ou de déprime.

Mais il pourra mener des projets personnels à bien. Peut-être fondera-t-il une famille. Peut-être travaillera-t-il à mi-temps chez le fleuriste en bas de chez lui, et cela lui procurera beaucoup de satisfaction personnelle. Peut-être ses cours de natation seront son petit moment de bonheur hebdomadaire. Peut-être animera-t-il une table de jeu de rôle tous les samedis et sera-t-il loué pour l'ambiance qu'il met lorsque les personnages arrivent dans un asile.

Repassera-t-il par la case hp ? Peut-être, mais certainement moins qu’avec les deux autres réponses. Il sentira les crises arriver. Il saura sonner la sonnette d’alarme tout seul, et ne dépendra pas des autres pour ce point crucial.

Il y aura moins de frictions avec sa famille aussi. Certains membre s’éloigneront par peur du fou ou par dégoût du glandeur, mais ceux qui ont accepté ce que les médecins ont dit resteront. Théo ne finira probablement pas à la rue, comme beaucoup de ses compatriotes.

Catégorie : Opinion - 14 novembre 2018 à  21:25

#psychiatrie #diagnostic

Reputation de ce commentaire
 
J'en veux encore, merci pour ces textes /Agartha
 
bravo, continue. -technogonzo
 
C'est comme ça qu'il faudrait que ça se passe. Stupanda



Commentaires
#1 Posté par : technogonzo 16 novembre 2018 à  15:04
je viens de lire la série de poste. malheureusement je m’y reconnais trop souvent. c’est touchant et tu écris bien, n’hésite pas à continuer sur cette voie, pourquoi pas avec de nouveaux profils qui t’intéressent quand t’en auras finis avec théo?

Posté par : technogonzo | 16 novembre 2018 à  15:04

 
#2 Posté par : Fluche 16 novembre 2018 à  22:50
Hello Techno,
Merci pour ton retour smile Pour le moment je compte en rester là. On verra plus tard ^^

Posté par : Fluche | 16 novembre 2018 à  22:50

Remonter

Pied de page des forums